Aller au contenu
  • S’inscrire

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'shonen'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Les forums BD
    • Toute la BD
    • Projets participatifs
    • Petites Annonces BD
    • Liens BD vers ailleurs
  • Et si on parlait d'autre chose que la bande dessinée ?
    • Améliorons 1001BD
    • Films et séries TV
    • 1001 Jeux Video
    • Livres - Musique - Spectacles - Théatre - Musées
    • 1001 choses à dire
  • TEAM

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui contiennent…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


  1. poseidon2

    Show-ha Shoten tome 4

    on avait laissé nos fans d'humour sur un instant tragique : notre héros avait oublié son texte ! Ce tome 4 nous fournit donc le verdict de ce concours du rire qualificatif pour le Koshien et lance nos héros dans la prochaine étape de leur progression, comme tout bon manga de sport qui se respecte. Si ce côté "non original" pourrait devenir lassant à la longue, il est, sur ce tome 4, contre-balancé par une explication que l'on attendait depuis le début : le passé de XX et le "pourquoi" de son engagement à corps perdu dans le rire. C'est émouvant, surprenant, permet de faire de ce tome 4 autre chose qu'un simple tome de compétition. En somme un bon tome d'une série qui continue sur sa lancée !
  2. Titre de l'album : Show-ha Shoten tome 4 Scenariste de l'album : Akinaric Asakura Dessinateur de l'album : Takeshi Obata Coloriste : Editeur de l'album : Kana Note : Résumé de l'album : Le duo Aller simple pour les cieux constitué d’Azemichi et de Taiyô est en train de prendre part aux éliminatoires du Kôshien du rire. Lors de leur passage sur scène, les deux lycéens obtiennent le plus de rires de la part des spectateurs grâce au sketch choisi par Azemichi qui correspond à l’atmosphère dans le public et au jeu de scène captivant de Taiyô. Cependant, vers la fin du sketch, Azemichi a un trou de mémoire ! Le verdict va bientôt tomber… Quel duo remportera la victoire ? Voici le quatrième volume de l’histoire de deux jeunes gens qui luttent de toutes leurs forces pour réaliser leur rêve en devenant les rois de la comédie ! Critique : on avait laissé nos fans d'humour sur un instant tragique : notre héros avait oublié son texte ! Ce tome 4 nous fournit donc le verdict de ce concours du rire qualificatif pour le Koshien et lance nos héros dans la prochaine étape de leur progression, comme tout bon manga de sport qui se respecte. Si ce côté "non original" pourrait devenir lassant à la longue, il est, sur ce tome 4, contre-balancé par une explication que l'on attendait depuis le début : le passé de XX et le "pourquoi" de son engagement à corps perdu dans le rire. C'est émouvant, surprenant, permet de faire de ce tome 4 autre chose qu'un simple tome de compétition. En somme un bon tome d'une série qui continue sur sa lancée ! Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/show-ha-shoten-tome-4?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  3. Titre de l'album : Akane Banashi tomes 1 à 3 Scenariste de l'album : SUENAGA Yuki Dessinateur de l'album : MOUE Takamasa Coloriste : Editeur de l'album : Ki-oon Note : Résumé de l'album : La nouvelle étoile du manga entre en scène ! Pour la jeune Akane, son père Toru est doté d'un incroyable pouvoir : assis seul sur scène, il est capable de donner vie à une multitude de personnages différents, armé uniquement d'un éventail et d'un carré de tissu ! Toru pratique le rakugo, une forme de spectacle humoristique populaire née il y a des centaines d'années, mais toujours vivante. Malgré les moqueries de son entourage, il rêve d'accéder au rang de maître. La pression est d'autant plus forte qu'il ne veut pas décevoir sa femme, soutien de toujours, ni surtout sa fille Akane... Elle l'admire au point de l'imiter, répétant les scènes de rakugo en cachette ! Le jour de l'examen de passage vers le grade ultime, la barre est placée haut : ce n'est rien de moins que le célèbre Issho Arakawa, maître incontesté de la discipline, qui joue le rôle de juré. Toru donne une performance remarquable, la salle se tord de rire ! Et pourtant, Issho le déclare indigne du titre... Pire, il le bannit à vie du monde du rakugo, ainsi que tous les autres candidats, sans aucune explication ! La carrière d'artiste de Toru est brisée, sans que personne n'en comprenne la raison... mais Akane reprend le flambeau, bien décidée à réaliser son rêve et à découvrir la vérité derrière ce scandale ! Critique : Akane a toujours regardé son père faire du rakugo, à tel point qu’elle est devenue elle-même passionnée. Mais un jour, son père se fait exclure de l’école Arakawa et renonce à son art. Akane ne compte pas en rester là, elle va voir le maitre de son père afin de devenir disciple. Après plusieurs années, la voici enfin prête à affronter un public mais elle a encore beaucoup de chemin à parcourir pour devenir un maitre en la matière. Parlons un peu du rakugo : Le rakugo est une discipline artistique qui se situerait un peu entre le conteur et le one-man show. Seul en scène, le rakugoka, habillé d’un kimono, est assis sur un coussin (en seiza : une position à genoux où les fesses reposent sur les pieds, une position difficile à tenir quand on n’est pas habitué), il n’a que deux accessoires : un éventail et un mouchoir. A partir de là, le rakugoda raconte des histoires en faisant tous les personnages, il doit donc être habile dans sa façon d’interpréter que ce soit en changeant de voix, en faisant ressortir toutes les émotions mais aussi dans les mimiques faciales et les gestes. Un bon rakugoda s’efface au profit de ses personnages, s’adapte à son public et doit les amener à rire de bon cœur ! Les éditions Ki-oon ont fait les choses en grand pour lancer cette nouvelle série en octobre (désolée du retard !!) en faisant une soirée spéciale avec une retransmission de l’interview des auteurs et une représentation de rakugo. Vous pourrez retrouver sur certaines dates du Ki-oon tour 2024 des représentations de rakugo alors renseignez-vous ! Tout ça pour dire que j’ai vu une représentation de rakugo avant de lire le livre. Du coup, cette lecture m’a sans doute parue plus vivante car j’imaginais très bien Akane en face de moi en train de raconter son histoire. Ce titre marche particulièrement bien au Japon, il est soutenu par des auteurs célèbres comme Eiichiro Oda ou Hideaki Anno. En ce qui nous concerne, on ressent quand même bien toute la complexité de l’apprentissage et surtout la difficulté à captiver son auditoire. Au niveau du scénario, il n’y a pas grand-chose à redire, peut-être quelques longueurs notamment lors des représentations car le rakugo est un spectacle vivant et forcément, ça rend moins bien par écrit. Akane Banashi est un titre sympathique entre apprentissage culturel et pur divertissement. Il est bien réalisé et met en valeur le rakugo. Alors si vous avez l’occasion d’en voir, allez-y, vous apprécierez encore mieux le manga ensuite ! Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/akane-banashi-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  4. Nickad

    Akane Banashi tomes 1 à 3

    Akane a toujours regardé son père faire du rakugo, à tel point qu’elle est devenue elle-même passionnée. Mais un jour, son père se fait exclure de l’école Arakawa et renonce à son art. Akane ne compte pas en rester là, elle va voir le maitre de son père afin de devenir disciple. Après plusieurs années, la voici enfin prête à affronter un public mais elle a encore beaucoup de chemin à parcourir pour devenir un maitre en la matière. Parlons un peu du rakugo : Le rakugo est une discipline artistique qui se situerait un peu entre le conteur et le one-man show. Seul en scène, le rakugoka, habillé d’un kimono, est assis sur un coussin (en seiza : une position à genoux où les fesses reposent sur les pieds, une position difficile à tenir quand on n’est pas habitué), il n’a que deux accessoires : un éventail et un mouchoir. A partir de là, le rakugoda raconte des histoires en faisant tous les personnages, il doit donc être habile dans sa façon d’interpréter que ce soit en changeant de voix, en faisant ressortir toutes les émotions mais aussi dans les mimiques faciales et les gestes. Un bon rakugoda s’efface au profit de ses personnages, s’adapte à son public et doit les amener à rire de bon cœur ! Les éditions Ki-oon ont fait les choses en grand pour lancer cette nouvelle série en octobre (désolée du retard !!) en faisant une soirée spéciale avec une retransmission de l’interview des auteurs et une représentation de rakugo. Vous pourrez retrouver sur certaines dates du Ki-oon tour 2024 des représentations de rakugo alors renseignez-vous ! Tout ça pour dire que j’ai vu une représentation de rakugo avant de lire le livre. Du coup, cette lecture m’a sans doute parue plus vivante car j’imaginais très bien Akane en face de moi en train de raconter son histoire. Ce titre marche particulièrement bien au Japon, il est soutenu par des auteurs célèbres comme Eiichiro Oda ou Hideaki Anno. En ce qui nous concerne, on ressent quand même bien toute la complexité de l’apprentissage et surtout la difficulté à captiver son auditoire. Au niveau du scénario, il n’y a pas grand-chose à redire, peut-être quelques longueurs notamment lors des représentations car le rakugo est un spectacle vivant et forcément, ça rend moins bien par écrit. Akane Banashi est un titre sympathique entre apprentissage culturel et pur divertissement. Il est bien réalisé et met en valeur le rakugo. Alors si vous avez l’occasion d’en voir, allez-y, vous apprécierez encore mieux le manga ensuite !
  5. Titre de l'album : Je suis un assassin (et je surpasse le héros) tome 5 Scenariste de l'album : Hiroyuki Aigamo Dessinateur de l'album : Hiroyuki Aigamo Coloriste : Editeur de l'album : Doki-Doki Note : Résumé de l'album : Victimes d'un complot, et si leur seul espoir était entre les mains d'un assassin ? Akira et Amelia sont arrivés à Bruta, le continent des hommes-bêtes. Grâce à Yoru, ils y font la rencontre de Crow, le plus grand forgeron du monde. Ce dernier devrait pouvoir remettre en état Yatonokami, le sabre d'Akira qui s'est émoussé au fil de nombreux combats.Crow accepte la requête d'Akira et s'en va, mais Amelia le rattrape aussitôt et lui demande de la prendre comme disciple. La jeune elfe voit en effet une grande force dans le forgeron qui était autrefois un compagnon de l'ancien héros. Malheureusement, Crow refuse catégoriquement. Le forgeron semble encore affecté par le Cauchemar d'Adrea , un désastre qui a frappé la région il y a cent ans...Akira décide de participer à des quêtes de la Guilde des aventuriers afin de rassembler les matériaux et l'argent nécessaires à la réparation de son sabre. Il se rend donc au donjon de la région, mais, à peine arrivé, il se retrouve face à une horde de monstres anormalement déchaînés... Quelqu'un semble manigancer dans l'ombre ! Notre assassin va se retrouver entraîné au coeur d'un nouveau combat ! Critique : Fiouuuu cette série est des plus frustrantes pour un manga. Un seul tome par an..... pour un manga c'est super long et cela impact le point de vue du lecteur : on attend tellement que la lecture nous parait très courte. Mais vraiment trop courte surtout quand la moitié du tome est uniquement une description de la nouvelle aventure et le début de l'exploration du donjon. C'est d'autant plus frustrant que l'a lecture est encore une fois agréable est bien rythmée et intéressante. On en veut plus. Beaucoup plus ! Et surtout plus souvent ! Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/je-suis-un-assassin-et-je-surpasse-le-heros-tome-5?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  6. Fiouuuu cette série est des plus frustrantes pour un manga. Un seul tome par an..... pour un manga c'est super long et cela impact le point de vue du lecteur : on attend tellement que la lecture nous parait très courte. Mais vraiment trop courte surtout quand la moitié du tome est uniquement une description de la nouvelle aventure et le début de l'exploration du donjon. C'est d'autant plus frustrant que l'a lecture est encore une fois agréable est bien rythmée et intéressante. On en veut plus. Beaucoup plus ! Et surtout plus souvent !
  7. Le premier tome nous avait laissé un peu sceptique sur l'intérêt à long terme de cette série. Le cliffhanger final nous avait redonné espoir, avec l'apparition de la copine de notre sensei du côté des héros ayant vaincu le roi haineux du mal. Et bien ce tome deux confirme cette embellie même si ... nous n'en apprenons pas beaucoup plus sur la dite copine 🙂 En fait ce tome donne voit notre personnage principal et évoluer et s'éloigner du guignol de situation pour endosser un vrai rôle dans une histoire qui se complexifie, avec un parti pris des plus intéressants : et si les invoqués étaient en fait, pour la plupart, des arrivistes de premières, utilisant les pouvoirs qu'on leur a donnés pour leur bien propre uniquement ? Un postulat qui mais en exergue notre héros qui lui ne souhaite rien... et se trouve donc être peut-être le seul "bon héros" de cet univers. Un deuxième tome plein de promesses et bien plus dense et intéressant que le premier. Vivement la suite
  8. Titre de l'album : No longer allowed in another world tome 2 Scenariste de l'album : Hiroshi Noda Dessinateur de l'album : Takahiro Wakamatsu Coloriste : Editeur de l'album : Kana Note : Résumé de l'album : Dans l'autre monde, le Roi Haineux du Mal a été vaincu par les transférés et leurs pouvoirs divins, mais ces héros commencent à semer le trouble et la désolation. Cependant, c'est au milieu du désordre et de la confusion qui règne, qu'un homme tremble de joie après avoir retrouvé sa créativité. Il s'appelle Sensei et il se définit comme étant un écrivain de naissance... Critique : Le premier tome nous avait laissé un peu sceptique sur l'intérêt à long terme de cette série. Le cliffhanger final nous avait redonné espoir, avec l'apparition de la copine de notre sensei du côté des héros ayant vaincu le roi haineux du mal. Et bien ce tome deux confirme cette embellie même si ... nous n'en apprenons pas beaucoup plus sur la dite copine 🙂 En fait ce tome donne voit notre personnage principal et évoluer et s'éloigner du guignol de situation pour endosser un vrai rôle dans une histoire qui se complexifie, avec un parti pris des plus intéressants : et si les invoqués étaient en fait, pour la plupart, des arrivistes de premières, utilisant les pouvoirs qu'on leur a donnés pour leur bien propre uniquement ? Un postulat qui mais en exergue notre héros qui lui ne souhaite rien... et se trouve donc être peut-être le seul "bon héros" de cet univers. Un deuxième tome plein de promesses et bien plus dense et intéressant que le premier. Vivement la suite Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/no-longer-allowed-in-another-world-tome-2?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  9. Ah Ah Ah !! je suis passée complètement à côté de ce livre !! Ce n’est pas de l’incompréhension ni une aversion graphique, non, je ne sais juste pas ce que je dois en faire. Uramichi est un animateur dans une émission pour enfant, il incarne le grand frère gymnastique. Seulement, à 31 ans, il déverse sa bile, il est blasé de sa propre existence et il a un regard cynique sur le monde des adultes. On ne sait jamais si ce qu’il dit est prévu par l’émission dans le style « écoutez les enfants » ou si ce sont des apartés qu’il fait lors du tournage de l’émission. Mais Uramichi n’est pas le seul dans cette émission et ses collègues, tous autour de 30 ans, ne semblent pas mieux lotis. Ils semblent tous être là par défaut et semblent subir leur vie. Si on analyse un peu les propos d’Uramichi, c’est clairement dépressif. Est-ce que faire passer ses « leçons » au travers un environnement enfantin a plus d’impact ? Est-ce que l’histoire est censée être drôle ? Est-ce qu’il y a vraiment des leçons à en tirer ? Personnellement, cette lecture m’a laissée perplexe, si Uramichi subit sa vie, j’ai un peu subi le livre car je ne sais absolument pas avec quel regard l’aborder et quelque part je n’en ressens pas l’envie. Etant donné que ce manga a déjà reçu des prix, c’est qu’il a un public. Alors si vous voulez découvrir l’histoire pour vous en faire une idée, vous pouvez lire le début gratuitement sur le site de Mana books.
  10. Titre de l'album : Leçons de vie avec grand frère Uramichi tome 1 Scenariste de l'album : KUZE Gaku Dessinateur de l'album : KUZE Gaku Coloriste : Editeur de l'album : Mana Books Note : Résumé de l'album : Uramichi Omota, 31 ans, plus connu sous le nom de «grand frère Uramichi», est le présentateur du programme éducatif «Ensemble avec les mamans». Jeune homme plein de fraîcheur mais émotionnellement instable, grand frère Uramichi laisse parfois sans voix les gentils enfants qui entrevoient chez lui toute la noirceur du monde adulte... Critique : Ah Ah Ah !! je suis passée complètement à côté de ce livre !! Ce n’est pas de l’incompréhension ni une aversion graphique, non, je ne sais juste pas ce que je dois en faire. Uramichi est un animateur dans une émission pour enfant, il incarne le grand frère gymnastique. Seulement, à 31 ans, il déverse sa bile, il est blasé de sa propre existence et il a un regard cynique sur le monde des adultes. On ne sait jamais si ce qu’il dit est prévu par l’émission dans le style « écoutez les enfants » ou si ce sont des apartés qu’il fait lors du tournage de l’émission. Mais Uramichi n’est pas le seul dans cette émission et ses collègues, tous autour de 30 ans, ne semblent pas mieux lotis. Ils semblent tous être là par défaut et semblent subir leur vie. Si on analyse un peu les propos d’Uramichi, c’est clairement dépressif. Est-ce que faire passer ses « leçons » au travers un environnement enfantin a plus d’impact ? Est-ce que l’histoire est censée être drôle ? Est-ce qu’il y a vraiment des leçons à en tirer ? Personnellement, cette lecture m’a laissée perplexe, si Uramichi subit sa vie, j’ai un peu subi le livre car je ne sais absolument pas avec quel regard l’aborder et quelque part je n’en ressens pas l’envie. Etant donné que ce manga a déjà reçu des prix, c’est qu’il a un public. Alors si vous voulez découvrir l’histoire pour vous en faire une idée, vous pouvez lire le début gratuitement sur le site de Mana books. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/lecons-de-vie-avec-grand-frere-uramichi-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  11. Nickad

    Karma of purgatory tome 1

    Harcelé, Makoto finit par se suicider mais ce n’est pas le harcèlement qui est au cœur de cette histoire bien qu’il ait une place importante. Ici, Makoto doit expier son suicide en sauvant 6 personnes mais pas n’importe lesquelles, les six personnes qui ont été le plus affectées par son départ ! Seulement il ne sait pas encore qui c’est et pense en premier à aller voir du côté de ses bourreaux, tout en n’ayant aucune envie de sauver qui que ce soit. Il va vite comprendre que sa mort a eu un impact sur des personnes auxquelles il n’avait pas pensé. L’auteur met vraiment l’accent sur les suites d’un suicide. Ce n’est pas la rédemption du disparu qui est importante mais plutôt le discours autour de l’acte. C’est une petite leçon de morale ou une prise de conscience destinée à ceux qui seraient tentés de passer à l’acte « attention, votre mort bouleversera 6 personnes qui risquent de voir leur vie chambouler ». L’histoire insiste sur le fait qu’il faut regarder plus loin que le bout de son nez et que des petites choses qui nous semblent anodines peuvent avoir de l’importance pour quelqu’un d’autre. En dehors de cet aspect psychologique assez fort, il y a un côté aventure où notre défunt héros va devoir sauver ces 6 personnes. Des moments où l’on aperçoit les travers de l’homme mais aussi où l’on voit leurs bons côtés. C’est un récit intéressant avec un message évident mais qui arrive à nous interpeller. A suivre.
  12. Titre de l'album : Karma of purgatory tome 1 Scenariste de l'album : HIROSE Shun Dessinateur de l'album : HARUBA Negi Coloriste : Editeur de l'album : Noeve Grafx Note : Résumé de l'album : Harcelé et violenté, le lycéen Makoto Nanase est à bout. Lorsqu’il découvre en plus que la fille qu’il admire en secret prend plaisir à le voir souffrir, il ne tient plus. Rempli de haine et de désespoir, il se suicide... et finit au Purgatoire, où il apprend qu’il a désormais une mission : sauver les six personnes les plus affectées par sa mort... qui ne sont autres que ses bourreaux. Critique : Harcelé, Makoto finit par se suicider mais ce n’est pas le harcèlement qui est au cœur de cette histoire bien qu’il ait une place importante. Ici, Makoto doit expier son suicide en sauvant 6 personnes mais pas n’importe lesquelles, les six personnes qui ont été le plus affectées par son départ ! Seulement il ne sait pas encore qui c’est et pense en premier à aller voir du côté de ses bourreaux, tout en n’ayant aucune envie de sauver qui que ce soit. Il va vite comprendre que sa mort a eu un impact sur des personnes auxquelles il n’avait pas pensé. L’auteur met vraiment l’accent sur les suites d’un suicide. Ce n’est pas la rédemption du disparu qui est importante mais plutôt le discours autour de l’acte. C’est une petite leçon de morale ou une prise de conscience destinée à ceux qui seraient tentés de passer à l’acte « attention, votre mort bouleversera 6 personnes qui risquent de voir leur vie chambouler ». L’histoire insiste sur le fait qu’il faut regarder plus loin que le bout de son nez et que des petites choses qui nous semblent anodines peuvent avoir de l’importance pour quelqu’un d’autre. En dehors de cet aspect psychologique assez fort, il y a un côté aventure où notre défunt héros va devoir sauver ces 6 personnes. Des moments où l’on aperçoit les travers de l’homme mais aussi où l’on voit leurs bons côtés. C’est un récit intéressant avec un message évident mais qui arrive à nous interpeller. A suivre. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/karma-of-purgatory-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  13. Me voila rassuré ! Le hors série n'aura vraiment pas duré longtemps et nous revoici dans le dur avec une histoire qui évolue super vite. On retrouve des liens avec l'ancien monde via la découverte d'une pyramide. Son exploration permet d'éclaircir certains points, mais il est surtout l'occasion de belles batailles et d'un retour au premier plan de Codeholder, de Cid et de l'eraser. Mais pas que ! le "groupe" derrière tout ca commence à apparaitre et une alliance entre les différentes races commence à se profiler avec une question qui en ressort : la domination par humains, dans le monde base de Kai, était-elle une bonne chose ? Les autres races méritaient-elles vraiment cela ? C'est dense, c'est dynamique et ça avance suffisamment pour que le spin off ne nous ait rien gâché. Une excellente série décidément !
  14. Titre de l'album : Why nobody remembers my world ? tome 10 Scenariste de l'album : Arikan Dessinateur de l'album : Arikan Coloriste : Editeur de l'album : Doki-Doki Note : Résumé de l'album : Pourquoi personne ne se souvient du monde d'avant ? La Grande Guerre pour la suprématie du monde qui opposa les cinq races se solda par la victoire de l'humanité menée par le héros Sid. Mais soudain, le monde est réécrit sous les yeux du jeune Kai qui se retrouve projeté dans un monde dans lequel les humains ont perdu la Grande Guerre des cinq races.Afin d'en apprendre plus sur le mode de vie des spectres, Kai et ses camarades se rendent dans un nid, mais, à leur arrivée, les spectres ont déjà quitté l'endroit. Les soldats décident d'explorer les environs et ne tardent pas à apercevoir un Tombeau, une ancienne construction pyramidale dans laquelle les créatures des quatre grandes races étaient retenues prisonnières. Commence alors un combat qui va voir se transformer le paysage de toute la zone alentour...Un jeune garçon dont l'existence a été effacée va tenter de remettre en place le monde tel qu'il était avant ! Critique : Me voila rassuré ! Le hors série n'aura vraiment pas duré longtemps et nous revoici dans le dur avec une histoire qui évolue super vite. On retrouve des liens avec l'ancien monde via la découverte d'une pyramide. Son exploration permet d'éclaircir certains points, mais il est surtout l'occasion de belles batailles et d'un retour au premier plan de Codeholder, de Cid et de l'eraser. Mais pas que ! le "groupe" derrière tout ca commence à apparaitre et une alliance entre les différentes races commence à se profiler avec une question qui en ressort : la domination par humains, dans le monde base de Kai, était-elle une bonne chose ? Les autres races méritaient-elles vraiment cela ? C'est dense, c'est dynamique et ça avance suffisamment pour que le spin off ne nous ait rien gâché. Une excellente série décidément ! Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/why-nobody-remembers-my-world-tome-10?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  15. Nickad

    Le guérisseur de l'ombre tome 1

    Dans son équipe d’aventuriers, Zenos est le guérisseur, il a appris tout seul et n’a aucune idée de son niveau. Un jour, son équipe le rejette, prétextant qu’il est inutile et qu’il se la coule douce. En réalité, ces aventuriers souhaitent briller en société et se faire bien voir de l’aristocratie alors avoir Zenos dans la troupe fait tache car ce dernier est orphelin et issu des classes pauvres, un statut discriminé dans une société régie par des castes. Bien sûr, Zenos est un très bon guérisseur, tellement doué qu’il peut faire des invocations sans cercle et guérir des blessures supposées inguérissables ! Il s’installe avec Lily, une jeune elfe qu’il a sauvé, dans les bas quartiers, afin d’y ouvrir une clinique de l’ombre. Un aventurier mis à l’écart par le reste de son équipe, c’est du déjà vu et on sait en général que ses compétences ont mal été évaluées et qu’il est un élément indispensable à l’équipe ! J’attends d’ailleurs impatiemment le moment où l’on verra son ancienne troupe se vautrer lamentablement. Cependant, il ne faut pas s’arrêter à cet élément du scénario et même si la suite n’est pas non plus très originale (côté harem et compétences de haut niveau), l’ensemble fonctionne très bien. En plus du côté aventure et purement fantasy du récit, d’autres thématiques sont aussi abordées à commencer par la conscience du médecin dont l’objectif principal est de soigner sans discrimination (le serment d’Hippocrate en somme). Ensuite vous trouverez des discours sur l’acceptation de l’autre, les préjugés, l’entraide… et surtout de ne pas se fier aux apparences car les méchants ne sont pas toujours ceux que l’on croit. Ajouté une pointe d’humour et un graphisme réussi bien qu’il soit un peu trop « propre » (on sent l’utilisation du numérique), ce manga fait un bon début et propose un bon divertissement. A suivre.
  16. Titre de l'album : Le guérisseur de l'ombre tome 1 Scenariste de l'album : HISHIKAWA Sakaku Dessinateur de l'album : JUNOICHI Ten Coloriste : Editeur de l'album : Komikku Note : Résumé de l'album : La vie d'un guérisseur nonchalant aux pouvoirs exceptionnels ! Un jour, Zenos, un guérisseur de génie, se fait brusquement expulser de son groupe. Déprimé, il rencontre une elfe nommée Lily et décide d'ouvrir ensemble une clinique clandestine dans les bas quartiers. Les rumeurs d'un guérisseur talentueux capable de soigner n'importe quelle blessure se répandent alors rapidement, attirant l'attention des trois grands clans de demi-humains qui s'affrontent pour la suprématie des bas quartiers... Suivez la vie renversante d'un guérisseur nonchalant au talent démesuré Critique : Dans son équipe d’aventuriers, Zenos est le guérisseur, il a appris tout seul et n’a aucune idée de son niveau. Un jour, son équipe le rejette, prétextant qu’il est inutile et qu’il se la coule douce. En réalité, ces aventuriers souhaitent briller en société et se faire bien voir de l’aristocratie alors avoir Zenos dans la troupe fait tache car ce dernier est orphelin et issu des classes pauvres, un statut discriminé dans une société régie par des castes. Bien sûr, Zenos est un très bon guérisseur, tellement doué qu’il peut faire des invocations sans cercle et guérir des blessures supposées inguérissables ! Il s’installe avec Lily, une jeune elfe qu’il a sauvé, dans les bas quartiers, afin d’y ouvrir une clinique de l’ombre. Un aventurier mis à l’écart par le reste de son équipe, c’est du déjà vu et on sait en général que ses compétences ont mal été évaluées et qu’il est un élément indispensable à l’équipe ! J’attends d’ailleurs impatiemment le moment où l’on verra son ancienne troupe se vautrer lamentablement. Cependant, il ne faut pas s’arrêter à cet élément du scénario et même si la suite n’est pas non plus très originale (côté harem et compétences de haut niveau), l’ensemble fonctionne très bien. En plus du côté aventure et purement fantasy du récit, d’autres thématiques sont aussi abordées à commencer par la conscience du médecin dont l’objectif principal est de soigner sans discrimination (le serment d’Hippocrate en somme). Ensuite vous trouverez des discours sur l’acceptation de l’autre, les préjugés, l’entraide… et surtout de ne pas se fier aux apparences car les méchants ne sont pas toujours ceux que l’on croit. Ajouté une pointe d’humour et un graphisme réussi bien qu’il soit un peu trop « propre » (on sent l’utilisation du numérique), ce manga fait un bon début et propose un bon divertissement. A suivre. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/le-guerisseur-de-l-ombre-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  17. Nickad

    Dead Rock tome 1

    Voici la nouvelle série de Hiro Mashima, l’auteur de Fairy Tail et Edens Zero. Commencée en juillet 2023, elle compte 1 seul tome pour le moment. Dead Rock est le nom d’une académie formant les plus puissants de tous les démons. Deux façons d’y entrer : soit avoir eu une recommandation, soit passer une épreuve spéciale qui voit peu de candidats réussir. Et cette année, sur les 1000 inscrits seuls 7 sont reçus et 985 sont morts !! Parmi les reçus se trouve Yakuto, un descendant du dragon noir. Une académie située en Enfer avec plein de démons, une classe spéciale avec peu d’élèves et un peu à l’écart des autres, il y a un petit air d’Iruma dans l’air… La ressemblance s’arrête là car même s’il y a de l’humour, l’histoire est assez violente et baigne dans le sang, pas vraiment visuellement car nous sommes dans un shonen et le manga n’est pas gore. Mais si on se penche sur le propos, c’est vraiment la loi du plus fort et le règlement même de l’école l’autorise, l’article 3 dit « on peut tuer tous ceux que l’on n’aime pas » y compris les professeurs ! Et Yakuto est bien décidé à atteindre son objectif quels que soient les moyens ! Ce nouveau titre de Mashima est clairement plus sombre que ces précédentes œuvres et promet quelques rebondissements intéressants. On appréciera retrouver quelques références à Fairy Tail, notamment l’apparence de Yakuto et ses capacités (« poing destructeur du dragon noir ») qui ne peuvent que nous faire penser à Acnologia. Un manga prometteur dont on lira la suite avec plaisir. Extrait
  18. Nickad

    Dead Rock tome 1

    Titre de l'album : Dead Rock tome 1 Scenariste de l'album : MASHIMA Hiro Dessinateur de l'album : MASHIMA Hiro Coloriste : Editeur de l'album : Pika Note : Résumé de l'album : Dead Rock. Ainsi se nomme l'académie de formation des grands démons située dans la 666e strate des Enfers. Yakuto, un garçon poli, effacé et tout à fait banal, décide un jour de participer à un examen mortel pour intégrer cet effroyable établissement. Quiconque obtient son diplôme à Dead Rock reçoit en récompense une partie du monde des humains à gouverner, mais Yakuto cache un objectif très différent et il sera prêt à tout pour l'atteindre... même à tuer. Critique : Voici la nouvelle série de Hiro Mashima, l’auteur de Fairy Tail et Edens Zero. Commencée en juillet 2023, elle compte 1 seul tome pour le moment. Dead Rock est le nom d’une académie formant les plus puissants de tous les démons. Deux façons d’y entrer : soit avoir eu une recommandation, soit passer une épreuve spéciale qui voit peu de candidats réussir. Et cette année, sur les 1000 inscrits seuls 7 sont reçus et 985 sont morts !! Parmi les reçus se trouve Yakuto, un descendant du dragon noir. Une académie située en Enfer avec plein de démons, une classe spéciale avec peu d’élèves et un peu à l’écart des autres, il y a un petit air d’Iruma dans l’air… La ressemblance s’arrête là car même s’il y a de l’humour, l’histoire est assez violente et baigne dans le sang, pas vraiment visuellement car nous sommes dans un shonen et le manga n’est pas gore. Mais si on se penche sur le propos, c’est vraiment la loi du plus fort et le règlement même de l’école l’autorise, l’article 3 dit « on peut tuer tous ceux que l’on n’aime pas » y compris les professeurs ! Et Yakuto est bien décidé à atteindre son objectif quels que soient les moyens ! Ce nouveau titre de Mashima est clairement plus sombre que ces précédentes œuvres et promet quelques rebondissements intéressants. On appréciera retrouver quelques références à Fairy Tail, notamment l’apparence de Yakuto et ses capacités (« poing destructeur du dragon noir ») qui ne peuvent que nous faire penser à Acnologia. Un manga prometteur dont on lira la suite avec plaisir. Extrait Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/dead-rock-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  19. Le roi démon qui était enfermé dans le corps de Rem se révèle être une petite fille qui a perdu une partie de sa mémoire et qui raffole de biscuits. Diablo décide donc de la garder dans son groupe. Hélas, Alicia cachait ses objectifs et elle fait tout pour réveiller sa mémoire et éveiller le roi démon afin qu’elle extermine les humains. Les aventures de Diablo au pays de la fantasy « fan service » se poursuivent. Côté action, les standards sont de mises : des méchants pas si méchants, des soi-disant gentils assez ignobles, des trahisons, des alliances, des démons et des combats ! Côté ambiance, Diablo est entourée de jeunes femmes aux charmes variées, un indispensable dans les isekai de fantasy ! Concernant le personnage principal ; il est bien réussi, le décalage entre son côté otaku et son comportement de roi-démon est un peu moins présent mais il y a encore des situations qui portent à confusion pour notre plus grand plaisir. How not to summon a demon est un manga sympathique qui a sa place dans votre mangathèque d’isekais d’heroic fantasy. C’est un bon shonen distrayant et agréable à lire.
  20. Titre de l'album : How not to summon a demon tomes 7 & 8 Scenariste de l'album : MURASAKI Yukiya Dessinateur de l'album : FUKUDA Naoto Coloriste : Editeur de l'album : Meian Note : Résumé de l'album : Je suis Diablo, le roi démon ! Tu peux me confier tous tes fardeaux ! Le rituel d'Edelgard a fonctionné et l'âme du roi démon Krebskulm a été extraite du corps de Rem... pour se réincarner en une petite fille qui adore les biscuits !! Tout semble aller pour le mieux... Mais c'est sans compter sur une horrible trahison et les viles intentions d'un homme tombé dans la démence !! Critique : Le roi démon qui était enfermé dans le corps de Rem se révèle être une petite fille qui a perdu une partie de sa mémoire et qui raffole de biscuits. Diablo décide donc de la garder dans son groupe. Hélas, Alicia cachait ses objectifs et elle fait tout pour réveiller sa mémoire et éveiller le roi démon afin qu’elle extermine les humains. Les aventures de Diablo au pays de la fantasy « fan service » se poursuivent. Côté action, les standards sont de mises : des méchants pas si méchants, des soi-disant gentils assez ignobles, des trahisons, des alliances, des démons et des combats ! Côté ambiance, Diablo est entourée de jeunes femmes aux charmes variées, un indispensable dans les isekai de fantasy ! Concernant le personnage principal ; il est bien réussi, le décalage entre son côté otaku et son comportement de roi-démon est un peu moins présent mais il y a encore des situations qui portent à confusion pour notre plus grand plaisir. How not to summon a demon est un manga sympathique qui a sa place dans votre mangathèque d’isekais d’heroic fantasy. C’est un bon shonen distrayant et agréable à lire. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/how-not-to-summon-a-demon-lord-tome-7?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  21. L’anime vient à peine d’arriver en France que le manga est lui aussi disponible. Hokkaido gals are super adorable ! est une comédie romantique se situant dans la ville de Kitami se trouvant au nord de l’ile d’Hokkaidô, elle-même au nord de l’archipel constituant le Japon. Cette précision est importante car c’est une région où les hivers sont rigoureux (selon l’auteur, la température maximale de Kitami en hiver est de -4°C). Tsubasa est un lycéen tokyoite qui pour des raisons familiales inconnues vient s’installer à Kitami chez sa grand-mère. En voulant découvrir la ville, il rencontre Minami, une gal habillée assez légèrement avec qui il va sympathiser rapidement. Le manga va donc suivre la vie de Tsubasa, un garçon assez coincé et considéré comme un looser là d’où il vient, un garçon qui ne semble pas savoir grand-chose de la vie de lycéen jusqu’à présent (pour dire, il n’a jamais mangé de nouilles instantanées ni jamais joué à des jeux vidéo, chose assez rare pour un Japonais !). Et bien sûr, un garçon qui n’a aucune expérience avec les filles ! Mais qu’est-ce qu’une gal ?? Gal ou gyaru est une mode vestimentaire japonaise utilisée par les jeunes filles qui consiste (dans les grandes lignes) à avoir le teint bronzé, les cheveux décolorés en blond, des minijupes, un maquillage et des accessoires tape-à-l’œil ? Cette culture née dans les années 70 avait pour objectif de rejeter les standards de beauté imposée aux femmes. En plus de la comédie romantique qui est agréable à lire et fort sympathique, le manga permet de vous faire découvrir la région d’Hokkaido avec des notes explicatives de l’auteur entre deux chapitres et permet aussi de montrer qu’il ne faut pas se fier aux apparences car aujourd’hui les gals sont plutôt considérées comme des filles vulgaires, superficielles et peu intelligentes.
  22. Titre de l'album : Hokkaido Gals are super adorable ! tome 1 Scenariste de l'album : IKADA Kai Dessinateur de l'album : IKADA Kai Coloriste : Editeur de l'album : Crunchyroll Note : Résumé de l'album : Lorsque Tsubasa, lycéen à Tokyo, quitte la capitale pour s'installer dans le nord du Japon en plein hiver, il ne s'attend pas à une telle galère ! Perdu et glacé, à trois heures de marche de sa nouvelle résidence, il tombe par chance sur un arrêt de bus. Il y rencontre la jolie Minami Fuyuki, légèrement vêtue malgré les températures négatives... Hokkaido lui réserverait-il un accueil plus chaleureux que prévu ? Critique : L’anime vient à peine d’arriver en France que le manga est lui aussi disponible. Hokkaido gals are super adorable ! est une comédie romantique se situant dans la ville de Kitami se trouvant au nord de l’ile d’Hokkaidô, elle-même au nord de l’archipel constituant le Japon. Cette précision est importante car c’est une région où les hivers sont rigoureux (selon l’auteur, la température maximale de Kitami en hiver est de -4°C). Tsubasa est un lycéen tokyoite qui pour des raisons familiales inconnues vient s’installer à Kitami chez sa grand-mère. En voulant découvrir la ville, il rencontre Minami, une gal habillée assez légèrement avec qui il va sympathiser rapidement. Le manga va donc suivre la vie de Tsubasa, un garçon assez coincé et considéré comme un looser là d’où il vient, un garçon qui ne semble pas savoir grand-chose de la vie de lycéen jusqu’à présent (pour dire, il n’a jamais mangé de nouilles instantanées ni jamais joué à des jeux vidéo, chose assez rare pour un Japonais !). Et bien sûr, un garçon qui n’a aucune expérience avec les filles ! Mais qu’est-ce qu’une gal ?? Gal ou gyaru est une mode vestimentaire japonaise utilisée par les jeunes filles qui consiste (dans les grandes lignes) à avoir le teint bronzé, les cheveux décolorés en blond, des minijupes, un maquillage et des accessoires tape-à-l’œil ? Cette culture née dans les années 70 avait pour objectif de rejeter les standards de beauté imposée aux femmes. En plus de la comédie romantique qui est agréable à lire et fort sympathique, le manga permet de vous faire découvrir la région d’Hokkaido avec des notes explicatives de l’auteur entre deux chapitres et permet aussi de montrer qu’il ne faut pas se fier aux apparences car aujourd’hui les gals sont plutôt considérées comme des filles vulgaires, superficielles et peu intelligentes. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/hokkaido-gals-are-super-adorable-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  23. poseidon2

    The eminence in shadow tome 11

    Voilà le tome que l'on attendait ! un tome qui remet au centre de notre histoire la conspiration de diabolo et les premiers personnages rencontrés. Cid est toujours aussi décalé et toujours à l'ouest malgré ses superpouvoirs et ne s'en rend pas compte, ce qui rend ce tome particulièrement savoureux. Je suis étonné à quel point la réutilisation des mêmes ficelles marche bien sûr cette série. C'est le genre de truc qui m'exaspère d'habitude... mais pas là. Alors, je ne bouderai pas mon plaisir 🙂
  24. Titre de l'album : The eminence in shadow tome 11 Scenariste de l'album : Daisuke Aizawa Dessinateur de l'album : Anri Sakano Coloriste : Editeur de l'album : Doki-Doki Note : Résumé de l'album : Il est prêt à tout pour devenir une Éminence de l'ombre... mais ses plus gros mensonges vont le rattraper ! Après avoir été propulsé dans un monde parallèle suite à un accident, Cid prend un malin plaisir à interpréter son rôle d'Éminence de l'Ombre, un personnage mystérieux qui influence le cours des événements depuis les coulisses et qui possède d'incroyables pouvoirs.Lorsque Cid a vent du mariage de la princesse Rose avec Thomas Zoschist, il s'introduit aussitôt dans le château d'Oriana pour empêcher la jeune femme de commettre une terrible erreur ! Cid préférerait la voir devenir une reine lumineuse, et non pas la concubine d'un souverain illégitime... car après tout, l'ombre d'une éminence est d'un noir toujours plus profond à côté d'une lumière éclatante !Les malentendus et les fausses idées sur fond d'isekai s'enchaînent dans un rythme toujours plus effréné dans ce onzième volume de The Eminence in Shadow ! Critique : Voilà le tome que l'on attendait ! un tome qui remet au centre de notre histoire la conspiration de diabolo et les premiers personnages rencontrés. Cid est toujours aussi décalé et toujours à l'ouest malgré ses superpouvoirs et ne s'en rend pas compte, ce qui rend ce tome particulièrement savoureux. Je suis étonné à quel point la réutilisation des mêmes ficelles marche bien sûr cette série. C'est le genre de truc qui m'exaspère d'habitude... mais pas là. Alors, je ne bouderai pas mon plaisir 🙂 Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/the-eminence-in-shadow-tome-11?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  25. Titre de l'album : Gash bell !! - perfect edition tome 5 & 6 Scenariste de l'album : Makoto Raiku Dessinateur de l'album : Makoto Raiku Coloriste : Editeur de l'album : Meian Note : Résumé de l'album : Les chasseurs les plus discrets de l'univers de Gash Bell, Garza et Baransha, font leur apparition !! Kanchome va devoir se battre pour protéger sa petite soeur Lucika, tandis que Gash affronte le terrible Barry, ainsi que Kid, le professeur Mystère et ses douze acolytes ! Rendez-vous également au " Gash Café ", un espace de repos et de paix où les démons mettent de côté leurs différends pour discuter et révéler les aspects les plus étonnants de leur personnalité tout en profitant d'un bon thé ! Les invités du tome 5 sont Kid, Papipurio et Zoboron ! Critique : Ca y est on entre dans le dure et le tome 6 monte vraiment en puissance et se trouve être excellent. Fini les enchainements de combats. Il n'y a plus que 40 démons se battant pour le titre et nous connaissons une bonne partie d'entre eux. Ce tome 5, et le tome 6, nous lance sur la piste des tablettes de pierres. Tablettes qui recèlent un mystère qui va s'avérer un obstacle à surmonter pour notre Gash.... mais surtout un passage de notre récit qui voit se former des alliances et des clans. Alliance qui permette de renouveler la simple bataille de pouvoir, autorisant notre auteur à user et abuser de combinaison de pouvoir entre Gash et ses amis, surtout dans le tome 6 qui se révèle être le tome de combat le plus intense depuis le début de la série. Graphiquement, on commence à avoir l'habitude des graphismes vieillots et on retrouve la bonne bouille de Gash avec énormément de plaisir. Vivement la suite Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/gash-bell-perfect-edition-tome-5?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
×
×
  • Créer...