Aller au contenu
  • S’inscrire

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'shonen'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Les forums BD
    • Toute la BD
    • Projets participatifs
    • Petites Annonces BD
    • Liens BD vers ailleurs
  • Et si on parlait d'autre chose que la bande dessinée ?
    • Améliorons 1001BD
    • Films et séries TV
    • 1001 Jeux Video
    • Livres - Musique - Spectacles - Théatre - Musées
    • 1001 choses à dire
  • TEAM

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui contiennent…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


  1. Titre de l'album : Mardock Scramble tome 1 Scenariste de l'album : UBUKATA Tow Dessinateur de l'album : OIMA Yoshitoki Coloriste : Editeur de l'album : Noeve Grafx Note : Résumé de l'album : Au coeur d’une ville futuriste et vérolée, la jeune Rune Balot, prostituée à la vie de misère, est laissée pour morte. Elle se voit alors offrir un choix : vivre ou mourir ? Elle se réveille dans une pièce inconnue, dotée de facultés surhumaines mais ayant perdu l’usage de la parole. Et n’a alors qu’une idée en tête : retrouver celui qui l’a assassinée, pour rendre sa justice. A moins qu’il ne s’agisse de vengeance ? Critique : Mardock Scramble est un manga qui date déjà de 2010, il a déjà une certaine réputation, notamment grâce à son anime. Depuis ses auteurs ont fait du chemin, on retrouve Tow Ubukata sur Psycho-pass et Yoshitoki Oima dans A silent voice et To your eternity. Noeve Grafx nous propose donc de découvrir cette œuvre de science-fiction, cataloguée cyberpunk dans sa collection XS à petit prix, la série est finie en 7 tomes. Rune Balut est une jeune fille qui n’a pas de chance, alors qu’elle vivait dans la rue, elle est secourue par Shell, alors qu’elle pense avoir trouvé une place, ce dernier décide de l’assassiner. Sauvée de justesse par le Docteur et Œuf-Coque, deux investigateurs payés par la ville de Mardock City pour résoudre les crimes, elle va devoir faire un choix : les aider ou non à arrêter Shell. Mais Rune a été grièvement blessée et son nouveau corps semble cacher certaines capacités. Beaucoup d’énigmes dans ce premier tome, qui est vraiment Rune Balut pour être devenue la proie d’un tueur en série, qui est Shell, et beaucoup de découvertes sur ce monde futuriste : l’étrange ville de Mardock, les capacités de Rune, celles d’Œuf-Coque… L’histoire est particulièrement bien amenée, on arrive tout de suite au cœur de l’action avec toutes ses questions et il y a beaucoup d’originalité, on est vraiment dans un nouvel univers. Un premier tome très prometteur qui donne envie d’en savoir plus. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/mardock-scramble-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  2. Toujours dans l’optique de faire reconnaitre la classe de dresseur, Valius passe le concours d’entrée de l’académie d’élite, il finit major avec des scores encore jamais vu. En parallèle, il s’inscrit à la guilde des aventuriers et commence sa première quête. C’est là qu’il rencontre Artemis, une sélénite, qui lui permet de récupérer des pouvoirs divins. Dans ma critique précédente, j’avais dit qu’il fallait attendre la suite pour se prononcer sur l’intérêt de la série. C’est plutôt un point négatif sui se profile : Valius utilise sa magie et ses sorts, il est tellement fort, que finalement être dresseur n’apporte rien de plus. Il ne rencontre aucune difficulté devant lui (ou les règle en claquant des doigts, façon de parler bien sûr) et en plus peut se rendre de la Terre à la Lune aussi facilement que s’il franchissait une porte ! Quant à la partie dresseur, elle est plutôt mise de côté dans ces deux tomes. Graphiquement parlant, s’il y a des idées intéressantes, notamment dans la mise en scène des combats, le manga pêche sur les personnages. Il y a des problèmes de proportion et l’auteur a tendance à aller à la facilité : il ne se donne pas toujours la peine de dessiner les deux yeux de ses héros ; un dessin globalement encore assez jeune. Une lecture finalement pas très passionnante, voir assez quelconque qui ne restera pas dans les annales.
  3. Titre de l'album : Dresseur dans un autre monde tomes 2 et 3 Scenariste de l'album : YOSHIGAE Tamaki Dessinateur de l'album : RHYTHM Niwa / KATTO Coloriste : Editeur de l'album : Komikku Note : Résumé de l'album : Varius poursuit sa progression phénoménale et de nouveaux combats épiques s'annoncent ! Critique : Toujours dans l’optique de faire reconnaitre la classe de dresseur, Valius passe le concours d’entrée de l’académie d’élite, il finit major avec des scores encore jamais vu. En parallèle, il s’inscrit à la guilde des aventuriers et commence sa première quête. C’est là qu’il rencontre Artemis, une sélénite, qui lui permet de récupérer des pouvoirs divins. Dans ma critique précédente, j’avais dit qu’il fallait attendre la suite pour se prononcer sur l’intérêt de la série. C’est plutôt un point négatif sui se profile : Valius utilise sa magie et ses sorts, il est tellement fort, que finalement être dresseur n’apporte rien de plus. Il ne rencontre aucune difficulté devant lui (ou les règle en claquant des doigts, façon de parler bien sûr) et en plus peut se rendre de la Terre à la Lune aussi facilement que s’il franchissait une porte ! Quant à la partie dresseur, elle est plutôt mise de côté dans ces deux tomes. Graphiquement parlant, s’il y a des idées intéressantes, notamment dans la mise en scène des combats, le manga pêche sur les personnages. Il y a des problèmes de proportion et l’auteur a tendance à aller à la facilité : il ne se donne pas toujours la peine de dessiner les deux yeux de ses héros ; un dessin globalement encore assez jeune. Une lecture finalement pas très passionnante, voir assez quelconque qui ne restera pas dans les annales. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/dresseur-dans-un-autre-monde-tome-3?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  4. Nickad

    Slice of life tome 2

    Naruhiko fait pour la 1ère fois face à ses fans ! D’abord avec une fillette de 10 ans amoureuse d’un des personnages du manga et qui est complétement obsédée même au point de menacer les autres fans. Ensuite parce qu’il doit se rendre à Tokyo pour sa 1ère séance de dédicaces, une première pour lui car malgré ses 10 ans de carrière, on ne lui avait encore jamais proposé. C’est une épreuve de taille pour le mangaka qui non seulement doute beaucoup de lui-même lais qui n’a jamais vraiment quitté sa petite ile. J’avoue que ce second tome m’a bien fait rire, la jeune fan de 10 ans est assez extrême, on comprend mieux les comportements d’hystériques que l’on voit parfois à la télé. Et puis il y a le duo de Naruhiko et de son jeune assistant Toshi, le dernier s’amuse beaucoup des déboires du mangaka, il y a des dialogues souvent drôles. Mais on voit aussi toute la complexité du métier, comment il s’inspire des petites scènes du quotidien pour construire son histoire, et surtout les doutes et les angoisses de l’auteur confronté pour la 1ere fois de sa vie à un succès. Un manga fort sympathique où il fait bon de vivre.
  5. Titre de l'album : Slice of life tome 2 Scenariste de l'album : YOSHINO Satsuki Dessinateur de l'album : YOSHINO Satsuki Coloriste : Editeur de l'album : Ki-oon Note : Résumé de l'album : Naruhiko vivote depuis dix ans de sa plume de mangaka. Ses récits remplis de dragons et de magie lui ont permis de se faire une place dans les pages des magazines, sans lui assurer un revenu suffisant pour quitter sa petite île natale... Il vit donc dans la maison de sa grand-mère, entouré des bons soins de sa mère et de Toshihito, son assistant dévoué. Alors que sa dernière série vient encore d'être interrompue par manque de succès, il se lance sans conviction dans une histoire tirée de son environnement immédiat : les aventures quotidiennes de quatre garçons nés sur une petite île et liés par une amitié indéfectible. Critique : Naruhiko fait pour la 1ère fois face à ses fans ! D’abord avec une fillette de 10 ans amoureuse d’un des personnages du manga et qui est complétement obsédée même au point de menacer les autres fans. Ensuite parce qu’il doit se rendre à Tokyo pour sa 1ère séance de dédicaces, une première pour lui car malgré ses 10 ans de carrière, on ne lui avait encore jamais proposé. C’est une épreuve de taille pour le mangaka qui non seulement doute beaucoup de lui-même lais qui n’a jamais vraiment quitté sa petite ile. J’avoue que ce second tome m’a bien fait rire, la jeune fan de 10 ans est assez extrême, on comprend mieux les comportements d’hystériques que l’on voit parfois à la télé. Et puis il y a le duo de Naruhiko et de son jeune assistant Toshi, le dernier s’amuse beaucoup des déboires du mangaka, il y a des dialogues souvent drôles. Mais on voit aussi toute la complexité du métier, comment il s’inspire des petites scènes du quotidien pour construire son histoire, et surtout les doutes et les angoisses de l’auteur confronté pour la 1ere fois de sa vie à un succès. Un manga fort sympathique où il fait bon de vivre. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/slice-of-life-tome-2?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  6. Titre de l'album : Solo leveling tome 7 Scenariste de l'album : CHUGONG Dessinateur de l'album : DUBU Coloriste : Editeur de l'album : Delcourt - KBooks Note : Résumé de l'album : Lorsque d'étranges portails sont apparus aux quatre coins du monde, l'humanité a dû trouver une parade pour ne pas finir massacrée par les griffes des monstres des monstres qui en sortent. Dans le même temps, certaines personnes ont développé des capacités permettant de les chasser. Ces combattants intrépides n'hésitent pas à foncer au cœur des donjons pour combattre les créatures qu'ils abritent. Critique : Sung Jinwoo s’apprête à faire l’évaluation de rang suite à son « 2eme éveil », il n’a pas encore conscience de la vague que cela va provoquer. En attendant, il continue de monter les étages de la tour en développant ses capacités, cela va lui permettre d’en apprendre un peu plus sur les monstres qui peuplent les donjons. Toujours aussi bon, le 7eme tome de Solo Leveling est prenant du début à la fin. Tout en mettant de nouveaux personnages ou monstres qui annoncent des combats intéressants, on suit également le quotidien des chasseurs et leurs interactions ne manquent pas d’humour. Pour avoir lu un certains nombres de webtoon sur le thème des donjons (et oui, la fin de solo leveling avait laissé un vide !), je peux confirmer que celui-là est dans le haut du panier !! Pour ce qui est de la version collector pour laquelle j’ai finalement optée, vous aurez un beau coffret cartonné de qualité, un marque page double face et huit standees de Jinwoo et de ses ombres Une pensée particulière pour DUBU, le dessinateur qui nous a quitté prématurément le 23 juillet dernier qui a particulièrement réussi les créatures de l’ombre. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/solo-leveling-tome-7?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  7. Nickad

    Adieu Eri

    Il y a plusieurs histoires dans Adieu Eri, on ne sait pas vraiment ce qui est vrai, ce qui ne l’est pas et peu importe à vrai dire. Car ce qui est important c’est l’histoire, les images, ce que l’on peut en faire. Là où le scénario peut nous emmener. Et Le manga est riche de possibilités, les histoires sont imbriquées, comme si chacune incluait la précédente. On est d’abord un peu spectateur puis on est touché, submergé par l’émotion du scénario. Le sujet est délicat (filmer la fin d’un proche) et le propos interroge. Puis on revient vers une tranche de vie qui ressemble à un épilogue mais qui finalement ne l’est pas. Le manga est comme un film, ou plutôt comme plusieurs courts métrages, il est monté comme un storyboard, avec l’enchainement des plans, la mise au point des images, le jeu des acteurs. On ne sait jamais vraiment ce qui est filmé ou ce qui ne l’est pas, ce qui est histoire ou vérité. Adieu Eri est une expérience intéressante, d’abord déroutante et assez bouleversante car l’auteur est bon et sait nous emmener là où il veut. C’est un bel hommage au 7e art !
  8. Nickad

    Adieu Eri

    Titre de l'album : Adieu Eri Scenariste de l'album : FUJIMOTO Tatsuki Dessinateur de l'album : FUJIMOTO Tatsuki Coloriste : Editeur de l'album : Crunchyroll Note : Résumé de l'album : « Je veux que tu me filmes jusqu'à ma mort. » Yûta, adolescent mordu de cinéma, accomplit cette dernière volonté de sa mère avec un brio... explosif. Dépité par la réception de son court-métrage, il s'apprête à en finir à son tour. Lorsqu'il rencontre Eri. Cinéphile, comme lui, la mystérieuse jeune fille va inspirer Yûta et l'aider à réaliser un nouveau film... Après Look Back, Tatsuki Fujimoto revient explorer la frontière floue entre le réel et la fiction, pour livrer, dans ce troublant court-métrage dessiné, une vibrante déclaration d'amour au septième art. Critique : Il y a plusieurs histoires dans Adieu Eri, on ne sait pas vraiment ce qui est vrai, ce qui ne l’est pas et peu importe à vrai dire. Car ce qui est important c’est l’histoire, les images, ce que l’on peut en faire. Là où le scénario peut nous emmener. Et Le manga est riche de possibilités, les histoires sont imbriquées, comme si chacune incluait la précédente. On est d’abord un peu spectateur puis on est touché, submergé par l’émotion du scénario. Le sujet est délicat (filmer la fin d’un proche) et le propos interroge. Puis on revient vers une tranche de vie qui ressemble à un épilogue mais qui finalement ne l’est pas. Le manga est comme un film, ou plutôt comme plusieurs courts métrages, il est monté comme un storyboard, avec l’enchainement des plans, la mise au point des images, le jeu des acteurs. On ne sait jamais vraiment ce qui est filmé ou ce qui ne l’est pas, ce qui est histoire ou vérité. Adieu Eri est une expérience intéressante, d’abord déroutante et assez bouleversante car l’auteur est bon et sait nous emmener là où il veut. C’est un bel hommage au 7e art ! Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/adieu-eri?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  9. Nickad

    Sounds of life tomes 1 et 2

    Le koto est un instrument traditionnel japonais, il n’est clairement pas à la mode auprès des lycéens. Takezô est le dernier membre du club de koto de son lycéen, il faut absolument qu’il trouve des membres pour éviter sa fermeture. Pour le moment il subit plus la présence des voyous de l’établissement qui squatte la salle. C’est alors qu’arrive Kudô, qui traine derrière lui une réputation de délinquant ultime et qui a déjà eu affaire à la police. Il souhaite sincèrement apprendre le koto. Arriveront-ils à sauver le club ? Un club à sauver, des jeunes qui subissent une image que l’on a attribué, et un instrument passé de mode, voilà les ingrédients de ce manga. Chacun des membres a rejoint le club pour des raisons différentes et au bout du compte, la musique finira par les réunir. Le graphisme est agréable, le rythme ne traine pas, l’histoire est bien menée et nous donne envie de continuer la lecture. De ce côté, il y a de quoi faire car la série compte 27 tomes et elle est toujours en cours. Les personnages, certains au caractère bien trempé, mettent de l’animation dans ce club et nous pousse à nous intéresser au koto. Un peu comme dans l’anime those snow white notes qui remet le shamisen au goût du jour, on est entrainé par ces jeunes qui veulent aller au bout de leurs rêves, il ne manque qu’un fond musical pour que tout soit parfait. Un très bon début. Extrait
  10. Titre de l'album : Sounds of life tomes 1 et 2 Scenariste de l'album : AMU Dessinateur de l'album : AMU Coloriste : Editeur de l'album : Akata Note : Résumé de l'album : Depuis la rentrée et le départ de ses aînées pour l'université, Takezô est devenu le seul membre du club de koto. Passionné par cet instrument, il refuse de laisser le club disparaître faute de nouvelles recrues. Mais sa salle est déjà envahie de délinquants, et aucun de ses camarades ne semble s'intéresser à une activité musicale aussi traditionnelle... jusqu'au jour où Chika, un élève à la mauvaise réputation, demande à s'inscrire. Critique : Le koto est un instrument traditionnel japonais, il n’est clairement pas à la mode auprès des lycéens. Takezô est le dernier membre du club de koto de son lycéen, il faut absolument qu’il trouve des membres pour éviter sa fermeture. Pour le moment il subit plus la présence des voyous de l’établissement qui squatte la salle. C’est alors qu’arrive Kudô, qui traine derrière lui une réputation de délinquant ultime et qui a déjà eu affaire à la police. Il souhaite sincèrement apprendre le koto. Arriveront-ils à sauver le club ? Un club à sauver, des jeunes qui subissent une image que l’on a attribué, et un instrument passé de mode, voilà les ingrédients de ce manga. Chacun des membres a rejoint le club pour des raisons différentes et au bout du compte, la musique finira par les réunir. Le graphisme est agréable, le rythme ne traine pas, l’histoire est bien menée et nous donne envie de continuer la lecture. De ce côté, il y a de quoi faire car la série compte 27 tomes et elle est toujours en cours. Les personnages, certains au caractère bien trempé, mettent de l’animation dans ce club et nous pousse à nous intéresser au koto. Un peu comme dans l’anime those snow white notes qui remet le shamisen au goût du jour, on est entrainé par ces jeunes qui veulent aller au bout de leurs rêves, il ne manque qu’un fond musical pour que tout soit parfait. Un très bon début. Extrait Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/sounds-of-life-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  11. Nickad

    Witch watch tome 3

    L’arrivée de Kanshi dans la maisonnée apporte un coup de folie : il est sociable, enjoué et dépensier, le voilà qui doit participer à un show pour gagner de l’argent. Seulement, comme il n’est pas d’accord avec le scenario, il bouleverse la représentation. La petite équipe continue son quotidien tout en faisant attention à la menace qui pèse sur Nico. Le manga oscille entre gags et fantastique, le chapitre où ils font des vidéos amateurs et particulièrement amusante. Witch watch est un manga qui ne se prend pas au sérieux et qui apporte aventure et bonne humeur, il se lit bien et il est distrayant.
  12. Nickad

    Witch watch tome 3

    Titre de l'album : Witch watch tome 3 Scenariste de l'album : SHINOHARA Kenta Dessinateur de l'album : SHINOHARA Kenta Coloriste : Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : Afin d'obéir à un antique serment, Morihito Otogi, un lycéen à la force surhumaine des ogres doit cohabiter avec son amie d'enfance, la sorcière Nico ! À peine revenue de sa formation en sorcellerie, elle rêve à de romantiques retrouvailles. Quant à lui, devenu le familier de la jeune sorcière, il préfère se concentrer sur sa mission : la protéger d'un désastre qui lui a été prophétisé... Critique : L’arrivée de Kanshi dans la maisonnée apporte un coup de folie : il est sociable, enjoué et dépensier, le voilà qui doit participer à un show pour gagner de l’argent. Seulement, comme il n’est pas d’accord avec le scenario, il bouleverse la représentation. La petite équipe continue son quotidien tout en faisant attention à la menace qui pèse sur Nico. Le manga oscille entre gags et fantastique, le chapitre où ils font des vidéos amateurs et particulièrement amusante. Witch watch est un manga qui ne se prend pas au sérieux et qui apporte aventure et bonne humeur, il se lit bien et il est distrayant. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/witch-watch-tome-3?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  13. Nickad

    A toi d'être un héros tome 2

    Ibuki a échangé le rouleau de Abe No Seimei pour le lire au moment où son frère en avait besoin pour combattre, cet acte finit par un drame et Narumi meurt. Aussi étrange que cela paraisse, Ibuki devient le nouveau porteur du rouleau, il apprend alors qu’un démon est scellé en lui. En même temps, l’Eglise Véritable Evangélique, désireuse de récupérer tous les rouleaux débarque au sanctuaire ainsi qu’un autre groupe bien décidé à abattre Abe no Seimei et à ressusciter le démon. Ibuki doit à présent apprendre à maitriser ses pouvoirs. La situation se précise et on voit à présent les différentes factions bien que les motivations des « méchants » soient encore obscures. Il aura quand même fallu plus d’un tome pour s’adapter à l’univers du manga mais une fois fait, ce dernier est plutôt pas mal, il y a du fantastique et du mystère à profusion et beaucoup d’action. Le dessin est soigné, le rythme est bon et le scénario devient de plus en plus intéressant.
  14. Titre de l'album : A toi d'être un héros tome 2 Scenariste de l'album : CHIYO Yashiro Dessinateur de l'album : CHIYO Yashiro Coloriste : Editeur de l'album : Komikku Note : Résumé de l'album : De nouvelles épreuves attendent Ibuki ! Critique : Ibuki a échangé le rouleau de Abe No Seimei pour le lire au moment où son frère en avait besoin pour combattre, cet acte finit par un drame et Narumi meurt. Aussi étrange que cela paraisse, Ibuki devient le nouveau porteur du rouleau, il apprend alors qu’un démon est scellé en lui. En même temps, l’Eglise Véritable Evangélique, désireuse de récupérer tous les rouleaux débarque au sanctuaire ainsi qu’un autre groupe bien décidé à abattre Abe no Seimei et à ressusciter le démon. Ibuki doit à présent apprendre à maitriser ses pouvoirs. La situation se précise et on voit à présent les différentes factions bien que les motivations des « méchants » soient encore obscures. Il aura quand même fallu plus d’un tome pour s’adapter à l’univers du manga mais une fois fait, ce dernier est plutôt pas mal, il y a du fantastique et du mystère à profusion et beaucoup d’action. Le dessin est soigné, le rythme est bon et le scénario devient de plus en plus intéressant. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/a-toi-d-etre-un-heros-tome-2?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  15. La grande Jahy c’est la numéro 2 du monde démoniaque ! Elle mène son petit monde à la baguette, a pleins de sous-fifres, a des pouvoirs et fait des caprices ! Enfin ça c’était avant, car maintenant que le monde démoniaque s’est effondré parce qu’une magical girl a détruit leur pierre magique, Jahy se retrouve coincée dans le corps d’une petite fille, quasiment sans pouvoir et sans argent et en plus dans le monde des humains ! Le manga est une suite de saynètes humoristiques sur le nouveau quotidien de la grande Jahy. Son objectif : rassembler les fragments de la pierre pour reconstruire le monde démoniaque mais de nombreux problèmes se dressent sur son chemin : d’abord, elle ne sait pas où sont les fragments, elle a perdu la majorité de ses pouvoirs, elle a même rétréci et surtout, il faut d’abord qu’elle arrive à survivre ! Le manga a un côté mignon, c’est amusant et c’est sans prise de tête. Un titre idéal pour se relaxer et se divertir !
  16. Titre de l'album : La grande Jahy ne perd jamais tome 1 Scenariste de l'album : KONBU Wakame Dessinateur de l'album : KONBU Wakame Coloriste : Editeur de l'album : Noeve Grafx Note : Résumé de l'album : La grande Jahy est la n°2 du Royaume des Démons. Force, magie, autorité... elle possède tout et est aussi crainte que respectée. Enfin, était. Le Royaume des Démons a été détruit, et Jahy vit désormais la vie triviale et fastidieuse d'une humaine ordinaire : minuscule appartement, loyer à payer, travail et tâches ménagères. Mais il en faut plus pour la décourager et elle est déterminée : Jahy restaurera de ses mains son royaume déchu ! Critique : La grande Jahy c’est la numéro 2 du monde démoniaque ! Elle mène son petit monde à la baguette, a pleins de sous-fifres, a des pouvoirs et fait des caprices ! Enfin ça c’était avant, car maintenant que le monde démoniaque s’est effondré parce qu’une magical girl a détruit leur pierre magique, Jahy se retrouve coincée dans le corps d’une petite fille, quasiment sans pouvoir et sans argent et en plus dans le monde des humains ! Le manga est une suite de saynètes humoristiques sur le nouveau quotidien de la grande Jahy. Son objectif : rassembler les fragments de la pierre pour reconstruire le monde démoniaque mais de nombreux problèmes se dressent sur son chemin : d’abord, elle ne sait pas où sont les fragments, elle a perdu la majorité de ses pouvoirs, elle a même rétréci et surtout, il faut d’abord qu’elle arrive à survivre ! Le manga a un côté mignon, c’est amusant et c’est sans prise de tête. Un titre idéal pour se relaxer et se divertir ! Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/la-grande-jahy-ne-perd-jamais-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  17. Titre de l'album : Ragna crimson tome 10 Scenariste de l'album : KOBAYASHI Daiki Dessinateur de l'album : KOBAYASHI Daiki Coloriste : Editeur de l'album : Kana Note : Résumé de l'album : La bataille fait rage contre les derniers membres des Dragons du clan des ailés, mais les derniers représentants sont aussi les plus redoutables, et ils usent de toute leur puissance pour vaincre les humains qui s'opposent à eux! Critique : Quand la série a commencé j’étais plutôt emballée, il y avait un anti-héros qui faisait équipe avec le roi des démons qui cherchait lui-même à réformer son « troupeau ». Et puis peu à peu les objectifs des personnages se sont noyés dans des vagues de combats sans fin, il y a plus de personnages, plus d’adversaires, plein de duels dans tous les coins… Où est donc passée la trame de l’histoire, le fil conducteur ?? De temps en temps, on a quelques informations, quelques bribes d’avancée mais c’est peu. On sent que l’auteur s’en donne à cœur joie dans le graphisme, dans la mise en scène des combats ; il n’y a qu’à voir le 1er chapitre de ce 10e tome : 46 pages de combats sans un seul son ou mot !! Certes de ce côté-là, les amateurs y trouveront leur compte mais pour ceux qui souhaitent un minimum de progrès dans le scenario, passez votre chemin d’autant plus que le temps entre 2 tomes est long (7 mois entre le 9 et le 10) et que l’on a vite fait de s’y perdre. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/ragna-crimson-tome-10?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  18. Titre de l'album : Call of the night tomes 1, 2 et 3 Scenariste de l'album : KOTOYAMA Dessinateur de l'album : KOTOYAMA Coloriste : Editeur de l'album : Kurokawa Note : Résumé de l'album : En une rencontre, la vie peut reprendre du mordant ! Impossible de résister à l'appel de la nuit !! La nuit où Kô Yamori, collégien et éternel insomniaque, décide de sortir se promener seul, il fait la rencontre de Nazuna Nanakusa, une jolie vampire. "Veille jusqu'à ce que tu sois satisfait de ta journée, Garçon !" Sa veillée seule avec elle va bouleverser le destin de Kô... Premier épisode d'une love story à la belle étoile !! Critique : Kô Yamori est un collégien qui menait une vie quotidienne classique et tranquille, pas mauvais à l’école, ayant des amis, jusqu’au jour où s’en trop savoir pourquoi il en a eu marre de tout et a arrêté d’aller au collège. Loin de s’enfermer dans sa chambre, il a fini par trouver une certaine liberté et sérénité dans ses promenades nocturnes, il ne lui manquait qu’une personne à qui parler. C’est au cours d’une de ses virées, qu’il rencontre Nazuna Nanakusa, une vampire un peu barrée qui lui fait comprendre qu’on ne peut bien dormir que lorsqu’on a été satisfait de sa journée. Décidé à continuer à profiter de son nouveau mode de vie, Kô décide de devenir aussi un vampire mais pour cela il faut qu’il tombe amoureux de Nazuna, une tâche qui se révèle être compliqué quand on a affaire à deux handicapés de l’amour. Call of the night n’est pas vraiment une revisite du genre « vampire », et le titre du manga porte vraiment bien son nom. C’est une plongée dans la société qui vit de nuit, un monde nouveau plus libre, plus franc, sans contrainte où les gens qui s’y côtoient finissent par devoir faire face à ce qu’ils sont. Il y a plusieurs réflexions intéressantes sur la vie et l’essence humaine. Mais le manga est aussi une aventure pleine d’humour, il y a ce garçon qui s’adapte très vite au fantastique et qui est aussi très naïf. Cette vampire très crue dans son vocabulaire quand il s’agit de sexe et hyper gênée et rougissante quand il s’agit d’amour. Sous ses allures de tranche de vie nocturne, Call of the night est comme un voyage où l’on accompagne des personnages hors norme, décalés et originaux ; un voyage où l’on découvre d’autres aspects de la vie et où l’on s’amuse de ces aventures et quotidiens qui ne rentrent dans aucune case. Une belle découverte ! Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/call-of-the-night-tome-3?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  19. Nickad

    Magic maker tome 2

    Après l’attaque des gobelins, Shion n’a pas d’autre choix que de parler de sa magie à son père ; heureusement, ce dernier est très compréhensif et aide même Shion dans ses expériences. De son côté Marie passe tout son temps à s’entrainer à l’épée car elle s’est sentie inutile pendant ce combat. Shion continue de faire des expériences pour développer sa magie. Ce qui est bien, c’est que cela lui demande beaucoup d’efforts et beaucoup d’expériences. Rien n’est acquis et il faut bien analyser les différents fonctionnements (feu, foudre…) pour que cela marche. L’histoire peut paraître simplette au départ mais l’évolution des personnages se fait pas à pas et prend parfois plusieurs années. Ajouté à cela des explications scientifiques que vous pouvez utiliser avec des enfants et un graphisme agréable, le manga est plaisant et se lit bien. A suivre.
  20. Nickad

    Magic maker tome 2

    Titre de l'album : Magic maker tome 2 Scenariste de l'album : KABURAGI Kazuki Dessinateur de l'album : NISHIOKA Tomozo , KURURI Coloriste : Editeur de l'album : Komikku Note : Résumé de l'album : Une série magnifique sur un monde à priori sans magie. Le jeune Shion n'y est pas au bout de ses surprises ! Critique : Après l’attaque des gobelins, Shion n’a pas d’autre choix que de parler de sa magie à son père ; heureusement, ce dernier est très compréhensif et aide même Shion dans ses expériences. De son côté Marie passe tout son temps à s’entrainer à l’épée car elle s’est sentie inutile pendant ce combat. Shion continue de faire des expériences pour développer sa magie. Ce qui est bien, c’est que cela lui demande beaucoup d’efforts et beaucoup d’expériences. Rien n’est acquis et il faut bien analyser les différents fonctionnements (feu, foudre…) pour que cela marche. L’histoire peut paraître simplette au départ mais l’évolution des personnages se fait pas à pas et prend parfois plusieurs années. Ajouté à cela des explications scientifiques que vous pouvez utiliser avec des enfants et un graphisme agréable, le manga est plaisant et se lit bien. A suivre. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/magic-maker-tome-2?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  21. Nickad

    Ragna crimson tome 10

    Quand la série a commencé j’étais plutôt emballée, il y avait un anti-héros qui faisait équipe avec le roi des démons qui cherchait lui-même à réformer son « troupeau ». Et puis peu à peu les objectifs des personnages se sont noyés dans des vagues de combats sans fin, il y a plus de personnages, plus d’adversaires, plein de duels dans tous les coins… Où est donc passée la trame de l’histoire, le fil conducteur ?? De temps en temps, on a quelques informations, quelques bribes d’avancée mais c’est peu. On sent que l’auteur s’en donne à cœur joie dans le graphisme, dans la mise en scène des combats ; il n’y a qu’à voir le 1er chapitre de ce 10e tome : 46 pages de combats sans un seul son ou mot !! Certes de ce côté-là, les amateurs y trouveront leur compte mais pour ceux qui souhaitent un minimum de progrès dans le scenario, passez votre chemin d’autant plus que le temps entre 2 tomes est long (7 mois entre le 9 et le 10) et que l’on a vite fait de s’y perdre.
  22. Nickad

    Call of the night tomes 1, 2 et 3

    Kô Yamori est un collégien qui menait une vie quotidienne classique et tranquille, pas mauvais à l’école, ayant des amis, jusqu’au jour où s’en trop savoir pourquoi il en a eu marre de tout et a arrêté d’aller au collège. Loin de s’enfermer dans sa chambre, il a fini par trouver une certaine liberté et sérénité dans ses promenades nocturnes, il ne lui manquait qu’une personne à qui parler. C’est au cours d’une de ses virées, qu’il rencontre Nazuna Nanakusa, une vampire un peu barrée qui lui fait comprendre qu’on ne peut bien dormir que lorsqu’on a été satisfait de sa journée. Décidé à continuer à profiter de son nouveau mode de vie, Kô décide de devenir aussi un vampire mais pour cela il faut qu’il tombe amoureux de Nazuna, une tâche qui se révèle être compliqué quand on a affaire à deux handicapés de l’amour. Call of the night n’est pas vraiment une revisite du genre « vampire », et le titre du manga porte vraiment bien son nom. C’est une plongée dans la société qui vit de nuit, un monde nouveau plus libre, plus franc, sans contrainte où les gens qui s’y côtoient finissent par devoir faire face à ce qu’ils sont. Il y a plusieurs réflexions intéressantes sur la vie et l’essence humaine. Mais le manga est aussi une aventure pleine d’humour, il y a ce garçon qui s’adapte très vite au fantastique et qui est aussi très naïf. Cette vampire très crue dans son vocabulaire quand il s’agit de sexe et hyper gênée et rougissante quand il s’agit d’amour. Sous ses allures de tranche de vie nocturne, Call of the night est comme un voyage où l’on accompagne des personnages hors norme, décalés et originaux ; un voyage où l’on découvre d’autres aspects de la vie et où l’on s’amuse de ces aventures et quotidiens qui ne rentrent dans aucune case. Une belle découverte !
  23. Nickad

    KAIJU N°8 tome 1

    Titre de l'album : KAIJU N°8 tome 1 Scenariste de l'album : MATSUMOTO Naoya Dessinateur de l'album : MATSUMOTO Naoya Coloriste : Editeur de l'album : Crunchyroll Note : Résumé de l'album : Enfant, Kafka Hibino rêvait d’intégrer les Forces de Défense pour combattre ces terribles ennemis, mais après de nombreux échecs à l’examen d’entrée, ce trentenaire travaille à nettoyer les rues de leurs encombrants cadavres. jusqu’au jour où une mystérieuse créature s’introduit dans son organisme et le métamorphose en une entité surpuissante mi-humaine, mi-kaiju. Son nouveau nom de code : “Kaiju n° 8”. Critique : Kaiju N°8 est le titre phare de l’année chez Kazé, annoncé fin juin, il bénéficie d’une grande campagne de promotion ! Mais de quoi parle-t-on exactement ? Le début du manga est assez classique : notre bonne vieille Terre est envahie par des monstres (kaiju) qui apparaissent de temps en temps, détruisent tout sur leur passage, croquent de l’humain et surtout on ne sait pas d’où ils viennent ni pourquoi. De braves humains, avec des capacités supérieures à la normale, exterminent ces vilaines bestioles. Jusque-là, on retrouve une thématique assez habituelle, voir green worldz, kanon, world trigger, Q-Kou, VS earth, etc… Après leur passage, des nettoyeurs viennent les dépecer pour récupérer tout ce qui est exploitable. Notre héros est justement l’un d’eux, au cours d’une journée où il forme un petit nouveau, le voilà confronté à un Kaiju ; les deux hommes s’en sortent grâce à l’intervention des forces de Défense et finissent à l’hôpital. Ils décident plus tard de passer les tests pour faire partie de ces forces (c’est d’ailleurs leur rêve ultime !). Raconté comme ça, rien de très original me direz-vous, mais un événement inattendu se produit à la fin du 1er chapitre qui va changer la donne. Je ne vous en dirai pas plus car ce serait gâcher la surprise ! Le manga mêle donc action, combats et une grosse dose d’humour, il y a des moments qui m’ont bien fait rire ! Et c’est là le charme du manga, au déroulé classique du « manga de monstres à combattre » vient s’ajouter l’humour. Non seulement cela apporte de la légèreté mais laisse aussi la place à des situations imprévues. Un excellent 1er tome qui nous laisse vraiment dans l’attente de la suite ! Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/kaiju-n-8-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  24. Nickad

    KAIJU N°8 tome 1

    Kaiju N°8 est le titre phare de l’année chez Kazé, annoncé fin juin, il bénéficie d’une grande campagne de promotion ! Mais de quoi parle-t-on exactement ? Le début du manga est assez classique : notre bonne vieille Terre est envahie par des monstres (kaiju) qui apparaissent de temps en temps, détruisent tout sur leur passage, croquent de l’humain et surtout on ne sait pas d’où ils viennent ni pourquoi. De braves humains, avec des capacités supérieures à la normale, exterminent ces vilaines bestioles. Jusque-là, on retrouve une thématique assez habituelle, voir green worldz, kanon, world trigger, Q-Kou, VS earth, etc… Après leur passage, des nettoyeurs viennent les dépecer pour récupérer tout ce qui est exploitable. Notre héros est justement l’un d’eux, au cours d’une journée où il forme un petit nouveau, le voilà confronté à un Kaiju ; les deux hommes s’en sortent grâce à l’intervention des forces de Défense et finissent à l’hôpital. Ils décident plus tard de passer les tests pour faire partie de ces forces (c’est d’ailleurs leur rêve ultime !). Raconté comme ça, rien de très original me direz-vous, mais un événement inattendu se produit à la fin du 1er chapitre qui va changer la donne. Je ne vous en dirai pas plus car ce serait gâcher la surprise ! Le manga mêle donc action, combats et une grosse dose d’humour, il y a des moments qui m’ont bien fait rire ! Et c’est là le charme du manga, au déroulé classique du « manga de monstres à combattre » vient s’ajouter l’humour. Non seulement cela apporte de la légèreté mais laisse aussi la place à des situations imprévues. Un excellent 1er tome qui nous laisse vraiment dans l’attente de la suite !
  25. Titre de l'album : Solo leveling tome 3 Scenariste de l'album : CHUGONG Dessinateur de l'album : DUBU (REDICE STUDIO) Coloriste : Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Lorsque d'étranges portails sont apparus aux quatre coins du monde, l'humanité a dû trouver une parade pour ne pas finir massacrée par les griffes des monstres des monstres qui en sortent. Dans le même temps, certaines personnes ont développé des capacités permettant de les chasser. Ces combattants intrépides n'hésitent pas à foncer au cœur des donjons pour combattre les créatures qu'ils abritent. Critique : Jinwoo et Jinho sont sortis sains et saufs du traquenard mené par Hwang Dongsuk, ils décident de s’associer pour conquérir des donjons de niveaux C, Jinwoo en retirant de l’expérience et faisant évoluer son niveau, Jinho pour la renommée et pouvoir ainsi devenir chef de guilde. Sauf qu’ils commencent à attirer l’attention et Jinwoo va avoir de plus en plus de mal à cacher son double éveil et ses capacités, surtout que des ennemis puissants sont à l’approche. Solo leveling ne baisse pas, ni en matière de rythme, ni d’intérêt ; je dirai même que cela va en progressant, on découvre un peu plus les enjeux qui gravitent autour des donjons et combien la situation de Jinwoo est spéciale. L’édition est vraiment de qualité, les couvertures rehaussées de doré sont sublimes et on se fait à la mise en page (par rapport au webtoon), il y a quand même des moments où l’enchainement de la lecture des images n’est pas évident mais c’est un petit bémol pour un grand manhwa. Vivement la suite ! Et pour les impatients, la série est disponible sur verytoon, 71 chapitres pour le moment, le tome 3 s’arrête au 37 et la série, toujours en cours en est au 168 à ce jour. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/solo-leveling-tome-3?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
×
×
  • Créer...