Aller au contenu
  • S’inscrire

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'shonen'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Les forums BD
    • Toute la BD
    • Projets participatifs
    • Petites Annonces BD
    • Liens BD vers ailleurs
  • Et si on parlait d'autre chose que la bande dessinée ?
    • Améliorons 1001BD
    • Films et séries TV
    • 1001 Jeux Video
    • Livres - Musique - Spectacles - Théatre - Musées
    • 1001 choses à dire
  • TEAM

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui contiennent…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


  1. Nickad

    Lupin III - anthologie

    Pour tous ceux qui regardent un peu les anime, le nom de Lupin III ne vous sera pas inconnu, appelé « Edgar de la cambriole » dans la version française, ce personnage est le descendant d’Arsène Lupin (son petit-fils, Lupin 3eme du nom !). Crée en 1967 par Kazuhiko Kato sous le nom de plume de Monkey Punch (l’auteur est décédé en avril 2019), le manga se compose de plusieurs petites histoires, il n’y a pas moins de 9 séries autour du personnage, soit plus de 80 volumes, Monkey Punch n’a écrit que les 31 premiers. Pour la petite histoire, si le nom français était Edgar, c’est que l’auteur n’avait pas demandé l’autorisation aux ayant-droits de Maurice Leblanc, après accord entre les parties, le nom de Lupin III n’était autorisé qu’au Japon ; à présent, Lupin est dans le domaine public et les œuvres peuvent reprendre leur nom d’origine. Cette anthologie est donc la 1ère parution en France de l’œuvre de Monkey Punch, c’est un ouvrage qui permet de découvrir les différentes facettes du manga et ses personnages principaux : Lupin, son équipe : Jigen, Goemon, Fujiko Mine et son grand adversaire l’inspecteur Zenigata. Concernant le livre en lui-même, le dessin fait un peu vieillot, si certains décors sont bien faits, les personnages et leurs expressions ne sont pas très soignés, on sent le gag rapide dessiné pour des parutions régulières. Les histoires n’ont aucun rapport les unes avec les autres et ne sont même pas dans l’ordre chronologique. Pour ceux qui ne connaîtraient pas du tout le personnage, je ne suis pas sûre que ce manga ait un intérêt. Et pour ceux qui voudrait le connaitre, je vous conseille plutôt le film de Hayao Miyazaki « le château de Cagliostro » qui est d’ailleurs son premier long métrage.
  2. Titre de l'album : Lupin III - anthologie Scenariste de l'album : Monkey Punch Dessinateur de l'album : Monkey Punch Coloriste : Editeur de l'album : Kana Note : Résumé de l'album : La série Lupin III de Monkey Punch a marqué l'histoire du manga et influencé toute une génération d'auteurs de mangas et d'animés. retrouvez, dans cette anthologie, les meilleurs moments des aventures cultes du plus célèbre des voleurs aux multiples visages ! Au travers de onze histoires courtes, sélectionnées avec soin par le dernier éditeur de l'auteur, vous êtes conviés à pénétrer cet univers énergique, loufoque, iconoclaste, parfois déconcertant, mais assurément réjouissant ! Critique : Pour tous ceux qui regardent un peu les anime, le nom de Lupin III ne vous sera pas inconnu, appelé « Edgar de la cambriole » dans la version française, ce personnage est le descendant d’Arsène Lupin (son petit-fils, Lupin 3eme du nom !). Crée en 1967 par Kazuhiko Kato sous le nom de plume de Monkey Punch (l’auteur est décédé en avril 2019), le manga se compose de plusieurs petites histoires, il n’y a pas moins de 9 séries autour du personnage, soit plus de 80 volumes, Monkey Punch n’a écrit que les 31 premiers. Pour la petite histoire, si le nom français était Edgar, c’est que l’auteur n’avait pas demandé l’autorisation aux ayant-droits de Maurice Leblanc, après accord entre les parties, le nom de Lupin III n’était autorisé qu’au Japon ; à présent, Lupin est dans le domaine public et les œuvres peuvent reprendre leur nom d’origine. Cette anthologie est donc la 1ère parution en France de l’œuvre de Monkey Punch, c’est un ouvrage qui permet de découvrir les différentes facettes du manga et ses personnages principaux : Lupin, son équipe : Jigen, Goemon, Fujiko Mine et son grand adversaire l’inspecteur Zenigata. Concernant le livre en lui-même, le dessin fait un peu vieillot, si certains décors sont bien faits, les personnages et leurs expressions ne sont pas très soignés, on sent le gag rapide dessiné pour des parutions régulières. Les histoires n’ont aucun rapport les unes avec les autres et ne sont même pas dans l’ordre chronologique. Pour ceux qui ne connaîtraient pas du tout le personnage, je ne suis pas sûre que ce manga ait un intérêt. Et pour ceux qui voudrait le connaitre, je vous conseille plutôt le film de Hayao Miyazaki « le château de Cagliostro » qui est d’ailleurs son premier long métrage. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/lupin-the-third?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  3. A cause de ses origines à la fois de serdien et de sorcier, Zechs a beaucoup de mal a trouvé sa place même au sein de la forteresse de fer. Sa rencontre avec Aster et son affectation au 75e peloton vont changer la situation, pour la 1ere fois depuis son apprentissage, Zechs va se faire des amis et surtout va pouvoir compter sur leur soutien. Mais les tensions politiques s’intensifient et une guerre pointe à l’horizon. Ah qu’il est agréable de lire ce manga, non seulement il est superbe graphiquement mais il se bonifie avec la progression de l’histoire ! Si en soi, la trame principale n’est pas si originale, c’est tellement bien écrit et bien mené qu’il est difficile de lui trouver des défauts, il a ce petit plus qui en font un très bon manga. A découvrir pour ceux qui ne l’auraient pas encore fait !
  4. Titre de l'album : Les tisserands de la vérité tome 3 Scenariste de l'album : SATÔ Sakura Dessinateur de l'album : INUZUKA Hiro Coloriste : Editeur de l'album : Komikku Note : Résumé de l'album : Zechs est désormais un membre officiel de la «Forteresse de fer», suite à son intégration au 75e peloton. Pour autant, il éprouve toujours des difficultés à s'entendre et à se lier aux autres sorciers de la plus haute institution magique du pays de Lavarta. Mais sa rencontre avec Aster Hart va tout changer... Les rouages du destin sont en marche ! Critique : A cause de ses origines à la fois de serdien et de sorcier, Zechs a beaucoup de mal a trouvé sa place même au sein de la forteresse de fer. Sa rencontre avec Aster et son affectation au 75e peloton vont changer la situation, pour la 1ere fois depuis son apprentissage, Zechs va se faire des amis et surtout va pouvoir compter sur leur soutien. Mais les tensions politiques s’intensifient et une guerre pointe à l’horizon. Ah qu’il est agréable de lire ce manga, non seulement il est superbe graphiquement mais il se bonifie avec la progression de l’histoire ! Si en soi, la trame principale n’est pas si originale, c’est tellement bien écrit et bien mené qu’il est difficile de lui trouver des défauts, il a ce petit plus qui en font un très bon manga. A découvrir pour ceux qui ne l’auraient pas encore fait ! Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/les-tisserands-de-la-verite-tome-3?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  5. Nickad

    Mars Red tome 1

    Titre de l'album : Mars Red tome 1 Scenariste de l'album : FUJISAWA Bun'ô Dessinateur de l'album : KARAKARA Kemuri Coloriste : Editeur de l'album : Panini Note : Résumé de l'album : Japon 1923, durant l'ère Taishô, un virus transforme les humains en vampires. Quatre hommes atteints par ce virus intègrent une unité spéciale de l'armée, le « Code Zero », ils sont chargés de « neutraliser » les personnes elles-mêmes contaminées, mais incapables de se contrôler. Aoi Shirase, journaliste d'un quotidien local, enquête sur des meurtres glauques qui surviennent quelquefois la nuit à Tôkyô, ternissant l'image d'une ville sûre et moderne. Au fil de ses recherches, elle découvre l'existence du virus et de ces agents travaillant pour le gouvernement. Un lien va se nouer entre la journaliste et ces vampires, d'autant qu'elle en connait un des membres : Shûtarô Kurusu, déclaré mort pendant la guerre russo-japonaise du début du siècle. Critique : J’avoue, j’avais un peu peur de lire un énième manga sur les vampires mais j’ai été agréablement surprise. Même si on retrouve les codes du vampire : surpuissance, transmission par morsure, besoin de sang et crainte du soleil, l’histoire est tournée de façon à ne pas tomber dans le schéma classique. L’histoire se déroule pendant l’ère Taisho, le Japon est plutôt prospère et se modernise grâce à son ouverture sur le monde. Mais dans l’ombre, un virus se propage et transforme les humains en vampires, le taux de survie à une morsure est faible mais ceux qui s'en sortent sont dotés de capacités supérieures. L’armée a décidé de monter une unité spéciale autour de ces nouveaux soldats afin de lutter contre les vampires « civils » cachés dans la population (dont certains sont violents) mais aussi pour les utiliser comme espions et super soldats. Mars Red est un manga plus complet qu’il n’y paraît car il propose plusieurs histoires en une. Il y a les activités de l’unité « code zéro » avec ses combats et ses activités secrètes, l’histoire de Aoi Shirase jeune journaliste à la recherche de son ami perdu (qui est devenu membre de l’unité) et un fond politico-historique autour de l’importance de la militarisation du pays. Soutenu par un dessin de qualité qui oscille entre les différents aspects du manga, l’auteur prend le temps d’explorer tout un tas de thèmes annexes comme le deuil, la perte de l’humanité, l’immortalité… Une fois n’est pas coutume, cette courte série (3 tomes seulement) est l’adaptation d’une pièce de théâtre, un anime est également disponible depuis 2021 en France. Difficile pour le moment de dire quel est l’objectif final de l’auteur mais en attendant, ce 1er tome est réussi et on ne voit pas le temps passer. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/mars-red-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  6. Nickad

    Mars Red tome 1

    J’avoue, j’avais un peu peur de lire un énième manga sur les vampires mais j’ai été agréablement surprise. Même si on retrouve les codes du vampire : surpuissance, transmission par morsure, besoin de sang et crainte du soleil, l’histoire est tournée de façon à ne pas tomber dans le schéma classique. L’histoire se déroule pendant l’ère Taisho, le Japon est plutôt prospère et se modernise grâce à son ouverture sur le monde. Mais dans l’ombre, un virus se propage et transforme les humains en vampires, le taux de survie à une morsure est faible mais ceux qui s'en sortent sont dotés de capacités supérieures. L’armée a décidé de monter une unité spéciale autour de ces nouveaux soldats afin de lutter contre les vampires « civils » cachés dans la population (dont certains sont violents) mais aussi pour les utiliser comme espions et super soldats. Mars Red est un manga plus complet qu’il n’y paraît car il propose plusieurs histoires en une. Il y a les activités de l’unité « code zéro » avec ses combats et ses activités secrètes, l’histoire de Aoi Shirase jeune journaliste à la recherche de son ami perdu (qui est devenu membre de l’unité) et un fond politico-historique autour de l’importance de la militarisation du pays. Soutenu par un dessin de qualité qui oscille entre les différents aspects du manga, l’auteur prend le temps d’explorer tout un tas de thèmes annexes comme le deuil, la perte de l’humanité, l’immortalité… Une fois n’est pas coutume, cette courte série (3 tomes seulement) est l’adaptation d’une pièce de théâtre, un anime est également disponible depuis 2021 en France. Difficile pour le moment de dire quel est l’objectif final de l’auteur mais en attendant, ce 1er tome est réussi et on ne voit pas le temps passer.
  7. Nickad

    KAIJU N°8 tome 1

    Titre de l'album : KAIJU N°8 tome 1 Scenariste de l'album : MATSUMOTO Naoya Dessinateur de l'album : MATSUMOTO Naoya Coloriste : Editeur de l'album : Kaze Note : Résumé de l'album : Enfant, Kafka Hibino rêvait d’intégrer les Forces de Défense pour combattre ces terribles ennemis, mais après de nombreux échecs à l’examen d’entrée, ce trentenaire travaille à nettoyer les rues de leurs encombrants cadavres. jusqu’au jour où une mystérieuse créature s’introduit dans son organisme et le métamorphose en une entité surpuissante mi-humaine, mi-kaiju. Son nouveau nom de code : “Kaiju n° 8”. Critique : Kaiju N°8 est le titre phare de l’année chez Kazé, annoncé fin juin, il bénéficie d’une grande campagne de promotion ! Mais de quoi parle-t-on exactement ? Le début du manga est assez classique : notre bonne vieille Terre est envahie par des monstres (kaiju) qui apparaissent de temps en temps, détruisent tout sur leur passage, croquent de l’humain et surtout on ne sait pas d’où ils viennent ni pourquoi. De braves humains, avec des capacités supérieures à la normale, exterminent ces vilaines bestioles. Jusque-là, on retrouve une thématique assez habituelle, voir green worldz, kanon, world trigger, Q-Kou, VS earth, etc… Après leur passage, des nettoyeurs viennent les dépecer pour récupérer tout ce qui est exploitable. Notre héros est justement l’un d’eux, au cours d’une journée où il forme un petit nouveau, le voilà confronté à un Kaiju ; les deux hommes s’en sortent grâce à l’intervention des forces de Défense et finissent à l’hôpital. Ils décident plus tard de passer les tests pour faire partie de ces forces (c’est d’ailleurs leur rêve ultime !). Raconté comme ça, rien de très original me direz-vous, mais un événement inattendu se produit à la fin du 1er chapitre qui va changer la donne. Je ne vous en dirai pas plus car ce serait gâcher la surprise ! Le manga mêle donc action, combats et une grosse dose d’humour, il y a des moments qui m’ont bien fait rire ! Et c’est là le charme du manga, au déroulé classique du « manga de monstres à combattre » vient s’ajouter l’humour. Non seulement cela apporte de la légèreté mais laisse aussi la place à des situations imprévues. Un excellent 1er tome qui nous laisse vraiment dans l’attente de la suite ! Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/kaiju-n-8-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  8. Nickad

    Teenage Renaissance tome 1

    Etrange ce manga… son appartenance à la collection WTF donne déjà une première idée, celle de ne rentrer dans aucun moule ! Si l’histoire est assez classique : l’adolescence avec le réveil des hormones et de la sexualité, des garçons à l’imagination débordante qui fantasment et qui regardent des vidéos pour adulte sur internet… C’est la façon de le faire qui est vraiment très originale. Car notre héros n’est autre que le David de Michel-Ange, la fille dont il est amoureux la Vénus de la naissance de Vénus de Boticelli, le père de David, Michel-Ange en personne et on croise dans ses camarades de classe, Mona Lisa, Mannekenpis, Goliath… Outre le graphisme parfois très proche de l’œuvre originale, l’auteur s’amuse à reproduire des œuvres d’art dans le déroulé de l’action, revisitées à sa façon, bien entendu. L’histoire en elle-même n’est pas le véritable intérêt de ce manga, on s’amuse à reconnaître les tableaux, les sculptures, à apprécier la qualité de dessinateur de Yushin Kuroki, il ponctue en plus son manga d’explications artistiques des œuvres et des artistes. Ce manga est donc un divertissement et un livre culturel qui vous fera réviser vos connaissances sur la Renaissance. Si j’ai mis la note de 3.5 c’est que je suis partagée, j’ai plus l’impression d’être en face d’un exercice de style, réussi et intéressant certes, mais je crains que l’histoire ne soit pas à la hauteur. Série finie en 4 tomes. Extrait : Teenage Renaissance T.1 - AKATA (akazoom.fr)
  9. Titre de l'album : Teenage Renaissance tome 1 Scenariste de l'album : KUROKI Yûshin Dessinateur de l'album : KUROKI Yûshin Coloriste : Editeur de l'album : Akata Note : Résumé de l'album : Malgré ses airs sculpturaux (et ses pectoraux...), le jeune David est un lycéen comme les autres, c'est-à-dire en pleine puberté ! Et comme tous ses camarades du lycée du Louvre, il est travaillé par ses hormones. Mais le chemin pour obtenir l'amour (ou plutôt la petite culotte ?) de la belle Vénus (de Botticelli ?) sera semé d'embûches... Arrivera-t-il à séduire le cœur de sa dulcinée ? Critique : Etrange ce manga… son appartenance à la collection WTF donne déjà une première idée, celle de ne rentrer dans aucun moule ! Si l’histoire est assez classique : l’adolescence avec le réveil des hormones et de la sexualité, des garçons à l’imagination débordante qui fantasment et qui regardent des vidéos pour adulte sur internet… C’est la façon de le faire qui est vraiment très originale. Car notre héros n’est autre que le David de Michel-Ange, la fille dont il est amoureux la Vénus de la naissance de Vénus de Boticelli, le père de David, Michel-Ange en personne et on croise dans ses camarades de classe, Mona Lisa, Mannekenpis, Goliath… Outre le graphisme parfois très proche de l’œuvre originale, l’auteur s’amuse à reproduire des œuvres d’art dans le déroulé de l’action, revisitées à sa façon, bien entendu. L’histoire en elle-même n’est pas le véritable intérêt de ce manga, on s’amuse à reconnaître les tableaux, les sculptures, à apprécier la qualité de dessinateur de Yushin Kuroki, il ponctue en plus son manga d’explications artistiques des œuvres et des artistes. Ce manga est donc un divertissement et un livre culturel qui vous fera réviser vos connaissances sur la Renaissance. Si j’ai mis la note de 3.5 c’est que je suis partagée, j’ai plus l’impression d’être en face d’un exercice de style, réussi et intéressant certes, mais je crains que l’histoire ne soit pas à la hauteur. Série finie en 4 tomes. Extrait : Teenage Renaissance T.1 - AKATA (akazoom.fr) Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/teenage-renaissance-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  10. Nickad

    KAIJU N°8 tome 1

    Kaiju N°8 est le titre phare de l’année chez Kazé, annoncé fin juin, il bénéficie d’une grande campagne de promotion ! Mais de quoi parle-t-on exactement ? Le début du manga est assez classique : notre bonne vieille Terre est envahie par des monstres (kaiju) qui apparaissent de temps en temps, détruisent tout sur leur passage, croquent de l’humain et surtout on ne sait pas d’où ils viennent ni pourquoi. De braves humains, avec des capacités supérieures à la normale, exterminent ces vilaines bestioles. Jusque-là, on retrouve une thématique assez habituelle, voir green worldz, kanon, world trigger, Q-Kou, VS earth, etc… Après leur passage, des nettoyeurs viennent les dépecer pour récupérer tout ce qui est exploitable. Notre héros est justement l’un d’eux, au cours d’une journée où il forme un petit nouveau, le voilà confronté à un Kaiju ; les deux hommes s’en sortent grâce à l’intervention des forces de Défense et finissent à l’hôpital. Ils décident plus tard de passer les tests pour faire partie de ces forces (c’est d’ailleurs leur rêve ultime !). Raconté comme ça, rien de très original me direz-vous, mais un événement inattendu se produit à la fin du 1er chapitre qui va changer la donne. Je ne vous en dirai pas plus car ce serait gâcher la surprise ! Le manga mêle donc action, combats et une grosse dose d’humour, il y a des moments qui m’ont bien fait rire ! Et c’est là le charme du manga, au déroulé classique du « manga de monstres à combattre » vient s’ajouter l’humour. Non seulement cela apporte de la légèreté mais laisse aussi la place à des situations imprévues. Un excellent 1er tome qui nous laisse vraiment dans l’attente de la suite !
  11. Titre de l'album : Bungô stray dogs tome 18 Scenariste de l'album : ASAGIRI Kafka Dessinateur de l'album : HARUKAWA 35 Coloriste : Editeur de l'album : Ototo Note : Résumé de l'album : L’Agence des Détectives armés est une organisation spéciale regroupant des enquêteurs tous dotés de capacités surnaturelles. Ils n’interviennent que sur les affaires que la police ne parvient pas à résoudre. Durant leurs investigations, ils se retrouvent souvent confrontés à la Mafia portuaire, qui réunit, elle aussi, des membres extraordinaires. Seulement, les assauts de la mafia deviennent plus insistants depuis l’arrivée, dans l’Agence, d’Atsushi, un jeune homme ayant le pouvoir de se changer en tigre, dont la tête est mise à prix. Critique : Je profite de la sortie du tome 18 (sur 21 en cours) pour faire une présentation générale de cette série à succès. Dans la ville de Yokohama, le jeune Atsushi Nakajima est chassé de l’orphelinat, il sauve par hasard Osamu Dazai. Celui-ci l’invite à rejoindre son agence « l’agence des détectives armés » : un groupe spécialisée dans les enquêtes hors normes, quand la police se retrouve dépassée. Il rencontre les autres membres, tous plus ou moins atypiques : Ryonosuke Akutagawa, Kenji Miyazawa, Ranpo Edogawa, Akiko Yosano…, tous ont un point commun : ils possèdent des pouvoirs paranormaux ! Leur agence va se retrouver en conflit avec la mafia portuaire, qui a aussi des membres aux capacités paranormales, puis un 3eme parti va arriver et une « guerre » va avoir lieu. Après ce 1er arc, l’agence sera aux prises avec un nouvel adversaire Dostoïevski, un génie du crime ! Le dénouement de cet arc approche et sera peut-être pour le tome 19. Je n’ai pas cité les noms des personnages par hasard, pour ceux qui ont un peu de culture sur la littérature japonaise, ils auront remarqué que ce sont le nom d’écrivains célèbres (Osamu Dazai est l’auteur de la déchéance d’un homme par exemple). Le nom des ennemis sont aussi des noms d’auteurs ou de personnages, on retrouvera par exemple Lovecraft, Edgar Alan Poe, Steinbeck, Pouchkine… Les personnages sont tous travaillés soigneusement, que ce soit dans leur caractère ou dans leurs pouvoirs, il y a un rapport avec leur modèle, on retrouve les envies de suicide de Dazai, ou le côté enquêteur d’Edogawa… La série est également truffée de références littéraires, si les premiers tomes sont axés sur le Japon, les autres s’ouvrent sur le monde. L’autre point intéressant de la série c’est que même si cela s’articule plus ou moins autour d’Atsushi, il n’est pas toujours au centre de l’action, chaque personnage à son tour a droit à son moment de gloire, que ce soit au cours d’un affrontement ou d’un aperçu de son passé. La série mélange enquêtes et action, se permet des pointes d’humour. Avec sa palette de personnages et de pouvoirs, il y a des possibilités importantes de développement, elle a un rythme soutenu, ne manque pas de rebondissements, parfois imprévus et ne donne pas toujours l’avantage au même groupe. Un concept intéressant, surtout pour ses personnages et plutôt bien mené. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/bungo-stray-dogs-tome-18?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  12. Nickad

    Bungô stray dogs tome 18

    Je profite de la sortie du tome 18 (sur 21 en cours) pour faire une présentation générale de cette série à succès. Dans la ville de Yokohama, le jeune Atsushi Nakajima est chassé de l’orphelinat, il sauve par hasard Osamu Dazai. Celui-ci l’invite à rejoindre son agence « l’agence des détectives armés » : un groupe spécialisée dans les enquêtes hors normes, quand la police se retrouve dépassée. Il rencontre les autres membres, tous plus ou moins atypiques : Ryonosuke Akutagawa, Kenji Miyazawa, Ranpo Edogawa, Akiko Yosano…, tous ont un point commun : ils possèdent des pouvoirs paranormaux ! Leur agence va se retrouver en conflit avec la mafia portuaire, qui a aussi des membres aux capacités paranormales, puis un 3eme parti va arriver et une « guerre » va avoir lieu. Après ce 1er arc, l’agence sera aux prises avec un nouvel adversaire Dostoïevski, un génie du crime ! Le dénouement de cet arc approche et sera peut-être pour le tome 19. Je n’ai pas cité les noms des personnages par hasard, pour ceux qui ont un peu de culture sur la littérature japonaise, ils auront remarqué que ce sont le nom d’écrivains célèbres (Osamu Dazai est l’auteur de la déchéance d’un homme par exemple). Le nom des ennemis sont aussi des noms d’auteurs ou de personnages, on retrouvera par exemple Lovecraft, Edgar Alan Poe, Steinbeck, Pouchkine… Les personnages sont tous travaillés soigneusement, que ce soit dans leur caractère ou dans leurs pouvoirs, il y a un rapport avec leur modèle, on retrouve les envies de suicide de Dazai, ou le côté enquêteur d’Edogawa… La série est également truffée de références littéraires, si les premiers tomes sont axés sur le Japon, les autres s’ouvrent sur le monde. L’autre point intéressant de la série c’est que même si cela s’articule plus ou moins autour d’Atsushi, il n’est pas toujours au centre de l’action, chaque personnage à son tour a droit à son moment de gloire, que ce soit au cours d’un affrontement ou d’un aperçu de son passé. La série mélange enquêtes et action, se permet des pointes d’humour. Avec sa palette de personnages et de pouvoirs, il y a des possibilités importantes de développement, elle a un rythme soutenu, ne manque pas de rebondissements, parfois imprévus et ne donne pas toujours l’avantage au même groupe. Un concept intéressant, surtout pour ses personnages et plutôt bien mené.
  13. Titre de l'album : Solo leveling tome 3 Scenariste de l'album : CHUGONG Dessinateur de l'album : DUBU (REDICE STUDIO) Coloriste : Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Lorsque d'étranges portails sont apparus aux quatre coins du monde, l'humanité a dû trouver une parade pour ne pas finir massacrée par les griffes des monstres des monstres qui en sortent. Dans le même temps, certaines personnes ont développé des capacités permettant de les chasser. Ces combattants intrépides n'hésitent pas à foncer au cœur des donjons pour combattre les créatures qu'ils abritent. Critique : Jinwoo et Jinho sont sortis sains et saufs du traquenard mené par Hwang Dongsuk, ils décident de s’associer pour conquérir des donjons de niveaux C, Jinwoo en retirant de l’expérience et faisant évoluer son niveau, Jinho pour la renommée et pouvoir ainsi devenir chef de guilde. Sauf qu’ils commencent à attirer l’attention et Jinwoo va avoir de plus en plus de mal à cacher son double éveil et ses capacités, surtout que des ennemis puissants sont à l’approche. Solo leveling ne baisse pas, ni en matière de rythme, ni d’intérêt ; je dirai même que cela va en progressant, on découvre un peu plus les enjeux qui gravitent autour des donjons et combien la situation de Jinwoo est spéciale. L’édition est vraiment de qualité, les couvertures rehaussées de doré sont sublimes et on se fait à la mise en page (par rapport au webtoon), il y a quand même des moments où l’enchainement de la lecture des images n’est pas évident mais c’est un petit bémol pour un grand manhwa. Vivement la suite ! Et pour les impatients, la série est disponible sur verytoon, 71 chapitres pour le moment, le tome 3 s’arrête au 37 et la série, toujours en cours en est au 168 à ce jour. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/solo-leveling-tome-3?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  14. Nickad

    Solo leveling tome 3

    Jinwoo et Jinho sont sortis sains et saufs du traquenard mené par Hwang Dongsuk, ils décident de s’associer pour conquérir des donjons de niveaux C, Jinwoo en retirant de l’expérience et faisant évoluer son niveau, Jinho pour la renommée et pouvoir ainsi devenir chef de guilde. Sauf qu’ils commencent à attirer l’attention et Jinwoo va avoir de plus en plus de mal à cacher son double éveil et ses capacités, surtout que des ennemis puissants sont à l’approche. Solo leveling ne baisse pas, ni en matière de rythme, ni d’intérêt ; je dirai même que cela va en progressant, on découvre un peu plus les enjeux qui gravitent autour des donjons et combien la situation de Jinwoo est spéciale. L’édition est vraiment de qualité, les couvertures rehaussées de doré sont sublimes et on se fait à la mise en page (par rapport au webtoon), il y a quand même des moments où l’enchainement de la lecture des images n’est pas évident mais c’est un petit bémol pour un grand manhwa. Vivement la suite ! Et pour les impatients, la série est disponible sur verytoon, 71 chapitres pour le moment, le tome 3 s’arrête au 37 et la série, toujours en cours en est au 168 à ce jour.
  15. Nickad

    Chiruran tome 3

    Début des duels pour les anciens membres du Rôshi Gumi, ils affrontent en 1 contre 1 les maîtres des cinq styles d’Aizu ; ce n’est qu’à la condition de gagner les 5 duels qu’ils pourront rejoindre le clan Aizu. Sans surprise sur l’issue des duels, le récit prend le temps d’analyser chaque technique, chaque position et chaque mouvement de l’affrontement. En prime, on a des retours dans le passé des protagonistes rappelant leur formation et ce qui les a poussés à développer leur maniement des armes. Un tome axé principalement sur les combats, ce n’est qu’à la toute fin du livre que l’on plonge un peu dans le côté historique. Je suis assez partagée : d’un côté les combats sont super bien réalisés et les personnages ont du caractère mais de l’autre, j’aurai aimé que l’on avance un peu plus dans la légende et les événements qui feront leur renommée. Il y a un peu trop de technique à mon goût mais je reconnais la qualité de l’œuvre pour les amateurs du genre.
  16. Nickad

    Chiruran tome 3

    Titre de l'album : Chiruran tome 3 Scenariste de l'album : UMEMURA Shinya Dessinateur de l'album : HASHIMOTO Eiji Coloriste : Editeur de l'album : Mangetsu Note : Résumé de l'album : Troisième année de l'ère Bunkyû.Les anciens membres du Rôshi Gumi - Serizawa, Kondô et leurs compagnons restés à Kyoto - essaient d'entrer au service du clan Aizu. Ils seront embauchés à une condition : vaincre les maîtres des cinq écoles d'Aizu dont la bravoure fait la fierté du clan à travers tout l'archipel. À la veille de la création du Shinsen Gumi, que cachent réellement ces combats féroces pour la bande de samouraïs rebelles ? Critique : Début des duels pour les anciens membres du Rôshi Gumi, ils affrontent en 1 contre 1 les maîtres des cinq styles d’Aizu ; ce n’est qu’à la condition de gagner les 5 duels qu’ils pourront rejoindre le clan Aizu. Sans surprise sur l’issue des duels, le récit prend le temps d’analyser chaque technique, chaque position et chaque mouvement de l’affrontement. En prime, on a des retours dans le passé des protagonistes rappelant leur formation et ce qui les a poussés à développer leur maniement des armes. Un tome axé principalement sur les combats, ce n’est qu’à la toute fin du livre que l’on plonge un peu dans le côté historique. Je suis assez partagée : d’un côté les combats sont super bien réalisés et les personnages ont du caractère mais de l’autre, j’aurai aimé que l’on avance un peu plus dans la légende et les événements qui feront leur renommée. Il y a un peu trop de technique à mon goût mais je reconnais la qualité de l’œuvre pour les amateurs du genre. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/chiruran-tome-3?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  17. Soleil nous propose une réédition du manga Suikoden III en version « complete » qui comptera 5 tomes au total (la 1ere édition comportait 11 tomes et a été publiée entre 2006 et 2008). Suikoden est donc l’adaptation manga du jeu vidéo du même nom, le III pour le 3eme jeu, les 2 premiers n’ayant pas eu de version en manga. Il n’y a pas besoin de connaître l’univers pour lire le manga ce qui est d’ailleurs mon cas. Une grande guerre fait rage entre les Grasslands (peuple proche de la nature composé de 6 clans/espèces) et les Zexen (humains vivant dans des cités, époque moyenâgeuse avec chevaliers et armures). Mais ce que chacun ignore c’est qu’une 3eme force agit dans l’ombre, les manipulant et cherchant à récupérer les True Rune, artefacts magiques aux pouvoirs incommensurables. Ce 1er volume permet à la fois d’entrer dans l’univers de Suikoden et de découvrir les premiers personnages ; là-dessus il y a du boulot car l’auteur dit qu’il y en a 108, plus ou moins importants, on trouve la liste au dos du livre pour ceux que ça intéresse. Concernant l’histoire, on va suivre des personnages issus de ces différents peuples, en quête de vengeance, de vérité ou à la recherche de leur famille, qui vont être amené à se croiser ou à s’affronter. Bien que ce soit plus une introduction et qu’il va nous falloir un peu plus d’informations, les pièces commencent à se mettre en place et on voit bien que Suikoden III est comme une grande épopée : de l’aventure avec de grands combats portée par un graphisme à la hauteur, avec détails et décors. Un bon début.
  18. Titre de l'album : Suikoden III complete edition tome 1 Scenariste de l'album : SHIMIZU Aki Dessinateur de l'album : SHIMIZU Aki Coloriste : Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : La guerre fait rage depuis des lustres entre les Grasslands et les Zexen. De chaque côté, les jeunes générations sont formées pour défendre leur clan. Victimes de cette guerre fratricide, la frêle Chris et le jeune Hugo devront se battre jusqu'à la mort. Derrière ce conflit se cache cependant la quête des True Rune, conférant à leurs possesseurs des pouvoirs inimaginables. Critique : Soleil nous propose une réédition du manga Suikoden III en version « complete » qui comptera 5 tomes au total (la 1ere édition comportait 11 tomes et a été publiée entre 2006 et 2008). Suikoden est donc l’adaptation manga du jeu vidéo du même nom, le III pour le 3eme jeu, les 2 premiers n’ayant pas eu de version en manga. Il n’y a pas besoin de connaître l’univers pour lire le manga ce qui est d’ailleurs mon cas. Une grande guerre fait rage entre les Grasslands (peuple proche de la nature composé de 6 clans/espèces) et les Zexen (humains vivant dans des cités, époque moyenâgeuse avec chevaliers et armures). Mais ce que chacun ignore c’est qu’une 3eme force agit dans l’ombre, les manipulant et cherchant à récupérer les True Rune, artefacts magiques aux pouvoirs incommensurables. Ce 1er volume permet à la fois d’entrer dans l’univers de Suikoden et de découvrir les premiers personnages ; là-dessus il y a du boulot car l’auteur dit qu’il y en a 108, plus ou moins importants, on trouve la liste au dos du livre pour ceux que ça intéresse. Concernant l’histoire, on va suivre des personnages issus de ces différents peuples, en quête de vengeance, de vérité ou à la recherche de leur famille, qui vont être amené à se croiser ou à s’affronter. Bien que ce soit plus une introduction et qu’il va nous falloir un peu plus d’informations, les pièces commencent à se mettre en place et on voit bien que Suikoden III est comme une grande épopée : de l’aventure avec de grands combats portée par un graphisme à la hauteur, avec détails et décors. Un bon début. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/suikoden-iii-complete-edition-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  19. Nickad

    wandering witch tome 1

    Elaina la sorcière découvre un monde vaste, rempli de mystères... et de dangers ! Jeune sorcière vagabonde, Elaina sillonne un monde vaste et bigarré rempli de créatures surprenantes et de civilisations mystérieuses. Suivez ses rencontres, son apprentissage et découvrez les liens qu'elle tissera au gré de ses voyages... Une suite d'histoires courtes, légères et comiques, ou sombres et tragiques, mais toujours pleines de poésie et de magie !
  20. Titre de l'album : wandering witch tome 1 Scenariste de l'album : SHIRAISHI Jôgi Dessinateur de l'album : NANAO Ikki / Nanao Itsuki , AZURE Coloriste : Editeur de l'album : Kurokawa Note : Résumé de l'album : Elaina la sorcière découvre un monde vaste, rempli de mystères... et de dangers ! Jeune sorcière vagabonde, Elaina sillonne un monde vaste et bigarré rempli de créatures surprenantes et de civilisations mystérieuses. Suivez ses rencontres, son apprentissage et découvrez les liens qu'elle tissera au gré de ses voyages... Une suite d'histoires courtes, légères et comiques, ou sombres et tragiques, mais toujours pleines de poésie et de magie ! Critique : Elaina la sorcière découvre un monde vaste, rempli de mystères... et de dangers ! Jeune sorcière vagabonde, Elaina sillonne un monde vaste et bigarré rempli de créatures surprenantes et de civilisations mystérieuses. Suivez ses rencontres, son apprentissage et découvrez les liens qu'elle tissera au gré de ses voyages... Une suite d'histoires courtes, légères et comiques, ou sombres et tragiques, mais toujours pleines de poésie et de magie ! Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/wandering-witch-voyages-d-une-sorciere-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  21. Nickad

    Battle game in 5 seconds tome 15

    Épilogue de l’épisode avec l’explosif jeune X, les membres autour de Ringo rencontrent le père d’Akira et passent un contrat avec lui. Pendant ce temps dans le désastre les joueurs se sont alliés pour affronter l’observateur Leonhardt. Akira nous démontre encore une fois que ces capacités d’analyse et d’observation sont hors norme, et Yuri que l’on peut gagner en puissance grâce à la force des sentiments. Si les ¾ du volume correspondent à la suite des événements et combats commencés dans les précédents avec quelques explications sur le rôle des observateurs, la fin laisse place à une révélation qui pourrait bien changer les rapports entre les personnages et nous intrigue profondément. Les scènes de combat sont toujours aussi bien faites et il y a assez de mystères pour garder le lecteur en haleine. A suivre.
  22. Titre de l'album : Battle game in 5 seconds tome 15 Scenariste de l'album : HARAWATA Saizou Dessinateur de l'album : KASHIWA Miyako Coloriste : Editeur de l'album : Doki-Doki Note : Résumé de l'album : Ringo a sauvé les otages au péril de sa vie, mais elle a subi des blessures qui risquent de lui être fatales dans son combat contre le jeune X. L'équipe de Ringo, qui a payé un lourd tribut pour obtenir la victoire, fait une rencontre inattendue dans le bâtiment de la Diète. Dans le Désastre, Akira imagine une méthode pour venir à bout du programme, mais on vient lui mettre des bâtons dans les roues... Critique : Épilogue de l’épisode avec l’explosif jeune X, les membres autour de Ringo rencontrent le père d’Akira et passent un contrat avec lui. Pendant ce temps dans le désastre les joueurs se sont alliés pour affronter l’observateur Leonhardt. Akira nous démontre encore une fois que ces capacités d’analyse et d’observation sont hors norme, et Yuri que l’on peut gagner en puissance grâce à la force des sentiments. Si les ¾ du volume correspondent à la suite des événements et combats commencés dans les précédents avec quelques explications sur le rôle des observateurs, la fin laisse place à une révélation qui pourrait bien changer les rapports entre les personnages et nous intrigue profondément. Les scènes de combat sont toujours aussi bien faites et il y a assez de mystères pour garder le lecteur en haleine. A suivre. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/battle-game-in-5-seconds-tome-15?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  23. Nickad

    Tower of God tome 2

    Le premier test touche à sa fin mais pour pouvoir aller plus loin, il faut que les joueurs forment des équipes de 3 personnes en 5 minutes ! Il n’y a pas d’autre choix que de s’allier avec la personne avec qui vous étiez en train de combattre. Du coup Bam et Khun se retrouve à faire équipe avec Rak le crocodile et se dirigent vers le test suivant. Ce volume s’attarde aussi sur d’autres équipes qui auront leur importance plus tard, car plus on monte dans la tour, moins il y a de réguliers, ils seront donc amenés à s’allier ou s’affronter par la suite. On découvre aussi que la force n’est pas le seul atout qu’il faut avoir dans ce périple, la chance et la capacité à s’adapter au shinsu (sorte d’énergie qui peut servir d’arme si besoin) sont aussi déterminants. Le tome est tout aussi captivant et intriguant que le 1er, les particularités de la tour se dévoilent peu à peu et les personnages ont tous un caractère bien définis (même ceux qui semblent secondaires). Tower of God nous montre à nouveau que son univers est très travaillé et offre des possibilités de développement infinies. On aimerait juste que le livre soit plus épais pour en profiter plus longtemps. Une réussite !
  24. Titre de l'album : Tower of God tome 2 Scenariste de l'album : SIU Dessinateur de l'album : SIU Coloriste : SIU Editeur de l'album : Ototo Note : Résumé de l'album : Pouvoir, argent, splendeurs, vengeance... Pour celles et ceux qui réussissent à atteindre son sommet, il n’est aucun désir que la Tour de Dieu ne puisse exaucer. Seulement, combien y parviennent ? Lancé à la poursuite de son amie Rachel, Bam est entré dans la Tour et a survécu à la première épreuve. Armé du Mars noir, il se trouve à présent à l’étage d’Evankhell, où il fait la rencontre d’un étrange garçon aux cheveux bleus et d’un drôle de crocodile qui le prend pour une tortue. Critique : Le premier test touche à sa fin mais pour pouvoir aller plus loin, il faut que les joueurs forment des équipes de 3 personnes en 5 minutes ! Il n’y a pas d’autre choix que de s’allier avec la personne avec qui vous étiez en train de combattre. Du coup Bam et Khun se retrouve à faire équipe avec Rak le crocodile et se dirigent vers le test suivant. Ce volume s’attarde aussi sur d’autres équipes qui auront leur importance plus tard, car plus on monte dans la tour, moins il y a de réguliers, ils seront donc amenés à s’allier ou s’affronter par la suite. On découvre aussi que la force n’est pas le seul atout qu’il faut avoir dans ce périple, la chance et la capacité à s’adapter au shinsu (sorte d’énergie qui peut servir d’arme si besoin) sont aussi déterminants. Le tome est tout aussi captivant et intriguant que le 1er, les particularités de la tour se dévoilent peu à peu et les personnages ont tous un caractère bien définis (même ceux qui semblent secondaires). Tower of God nous montre à nouveau que son univers est très travaillé et offre des possibilités de développement infinies. On aimerait juste que le livre soit plus épais pour en profiter plus longtemps. Une réussite ! Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/tower-of-god-tome-2?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  25. Titre de l'album : Arifureta origines tome 1 Scenariste de l'album : SHIRAKOME Ryo Dessinateur de l'album : KAMICHI Ataru Coloriste : Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Oscar Orks est un synergiste au talent incommensurable qui dissimule ce talent afin de couler des jours tranquilles. Milady Raisen est la détentrice d'une ancienne magie divine et descendante d'une famille nommée « les bourreaux ». Ils décident de s'unir pour s'opposer aux divinités. Sans le savoir ils vont lier leur destin à celui d'Hajime et le feront devenir l'homme le plus fort du monde. Critique : Arifureta origines est un spin-off d’Arifureta. Bien avant l’arrivée de Hajime, certains humains se sont rassemblés pour lutter contre l’absurdité de ce monde, combattre le système impitoyable de l’église qui condamne les gens pour avoir aimé une autre race ou avoir voulu protéger leurs enfants, combattre les dieux et apporter la liberté et l’égalité à toutes les races. Ces rebelles seront appelés plus tard « les libérateurs » et seront à l’origine des différents labyrinthes/donjons où ils ont laissé leurs secrets et leurs pouvoirs. Arifureta origines est donc l’histoire de ces révolutionnaires. Ce 1er tome commence plutôt tranquillement, entre la rencontre de 2 d’entre eux, mais très vite on nous décrit les dysfonctionnements de la société et quand on arrive au passé de Milady, il y a un vrai plaidoyer pour la liberté et contre les injustices. Le discours est fort, il prend aux tripes et réveille le justicier qui sommeille en nous ! Étant un spin-off, je m’attendais à une qualité moindre mais il n’en est rien, si ce monde pourri nous ait dévoilé petit à petit dans Arifureta de zéro à héros, ici on entre très vite dans le vif du sujet. Le graphisme est bien fait et la noirceur du monde y est bien rendu. Un premier tome fort qui sonne la révolution et un 2eme coup de cœur pour l’univers d’Arifureta ! Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/arifureta-origins-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
×
×
  • Créer...