Aller au contenu
  • S’inscrire

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'spirou'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Catégories

  • Critiques

Forums

  • Les forums BD
    • Toute la BD
    • Projets participatifs
    • Petites Annonces BD
    • Liens BD vers ailleurs
  • Et si on parlait d'autre chose que la bande dessinée ?
    • Améliorons 1001BD
    • Films et séries TV
    • 1001 Jeux Video
    • Livres - Musique - Spectacles - Théatre - Musées
    • 1001 choses à dire
  • TEAM

Calendriers

  • Community Calendar

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui contiennent…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


4 résultats trouvés

  1. Titre de l'album : Le spirou de Christophe Durieux Scenariste de l'album : Christian Durieux Dessinateur de l'album : Christian Durieux Coloriste : Christian Durieux Editeur de l'album : Dupuis Note : Résumé de l'album : Pacific Palace, un hôtel paisible au bord d'un lac qui l'est tout autant. Spirou regrette déjà d'y avoir fait engager à ses côtés Fantasio, viré comme un malpropre du Moustique. Car l'ex-journaliste reconverti en groom n'a vraiment pas la vocation et ne rate pas une occasion de fâcher M. Paul, leur supérieur hiérarchique. Mais trop tard pour faire machine arrière : un véritable huis clos est décrété et l'hôtel se retrouve sans clientèle et avec un personnel réduit pour accueillir discrètement Iliex Korda, dictateur déchu du Karajan, petit pays des Balkans. Dans ses bagages, d'imposants gardes du corps mais aussi Elena, fille du "Grand Guide" au regard envoûtant, dont Spirou tombe instantanément amoureux. Alors que Fantasio ne rate pas une occasion de provoquer l'entourage du tyran, Spirou essaie de comprendre l'étrange ballet politicien qui se joue presque sous ses yeux. Critique : J'aime bien les "Spirou de". Globalement les auteurs ont toutes libertés pour vraiment montrer une aventure spéciale du héros Belge. Au tour cette fois de Christian Durieux et c'est encore une fois une réussite. Une réussite car Christian Durioeux nous montre quelque chose que l'on avait jamais vu : un huit clos dans un hôtel, entre thirller politique et romance impossible. Le Spirou que nous montre Durieux est tous sauf un aventurier. C'est un Groom. Rien qu'un Groom. Un Groom qui se trouve être au mauvais endroit au mauvais moment. Ou au bon endroit au bon moment je vous laisserais juge. Et le parti pris de faire de Spirou un observateur et non pas un acteur du récit pour se concentrer sur l'ambiance de cet hotel désert marche à fond. Tout comme Spirou on à l'impression de déambuler dans cet hotel à la recherche des fantomes du passé et cherchant une perche (ou une jeune fille) qui nous raccorche à la vraie vie. Mais Durieux ne perd pas de vue l'objectif de nous montrer un album de Spirou. Il choisit donc de trancher dans cet ambiance rêveuse en donnant , encore une fois, le role du troublion à un Fantasio au sommet de sa forme. Entre dynamisme et gros sabots, il est la bouée qui nous ramène aux faits et permet à Spirou de garder les pieds sur terre. Une histoire romantico-historique qui ne ressemble à aucune autre des adaptations de Spirou et qui n'est pas sans rappeler "un enchantement" du même Durieux. Et c'est bien pour cela ue l'on lit les "Spirou de"... PS: Je n'ai pas compris pourquoi Durieux avait deplacé toute cette affaire en France par contre... loin de chez lui notre Groom... Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/le-spirou-de-christian-durieux-pacific-palace?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  2. poseidon2

    Le spirou de Christophe Durieux

    J'aime bien les "Spirou de". Globalement les auteurs ont toutes libertés pour vraiment montrer une aventure spéciale du héros Belge. Au tour cette fois de Christian Durieux et c'est encore une fois une réussite. Une réussite car Christian Durioeux nous montre quelque chose que l'on avait jamais vu : un huit clos dans un hôtel, entre thirller politique et romance impossible. Le Spirou que nous montre Durieux est tous sauf un aventurier. C'est un Groom. Rien qu'un Groom. Un Groom qui se trouve être au mauvais endroit au mauvais moment. Ou au bon endroit au bon moment je vous laisserais juge. Et le parti pris de faire de Spirou un observateur et non pas un acteur du récit pour se concentrer sur l'ambiance de cet hotel désert marche à fond. Tout comme Spirou on à l'impression de déambuler dans cet hotel à la recherche des fantomes du passé et cherchant une perche (ou une jeune fille) qui nous raccorche à la vraie vie. Mais Durieux ne perd pas de vue l'objectif de nous montrer un album de Spirou. Il choisit donc de trancher dans cet ambiance rêveuse en donnant , encore une fois, le role du troublion à un Fantasio au sommet de sa forme. Entre dynamisme et gros sabots, il est la bouée qui nous ramène aux faits et permet à Spirou de garder les pieds sur terre. Une histoire romantico-historique qui ne ressemble à aucune autre des adaptations de Spirou et qui n'est pas sans rappeler "un enchantement" du même Durieux. Et c'est bien pour cela ue l'on lit les "Spirou de"... PS: Je n'ai pas compris pourquoi Durieux avait deplacé toute cette affaire en France par contre... loin de chez lui notre Groom...
  3. Titre de l'album : Spirou chez les soviets Scenariste de l'album : Fred Neidhardt Dessinateur de l'album : Fabrice Tarrin Coloriste : Fabrice Tarrin Editeur de l'album : Dupuis Note : Résumé de l'album : Le comte de Champignac a disparu ! Il a été enlevé par des agents du KGB... Des savants russes ont besoin de lui pour les aider à répandre le gène du communisme dans le monde entier. Dans le contexte de la guerre froide, Spirou et Fantasio jouent les James Bond, espions infiltrés sous la couverture d'un reportage pour Vaillant (Pif Gadget), le journal communiste de l'époque. Parviendront-ils à délivrer Champignac de l'embrigadement bolchévique et à sauver le monde de la contamination communiste ? Au dessin, Fabrice Tarrin s'inscrit pleinement dans la continuité des créateurs de la série qui ont fait de Spirou un grand héros éternel. Le scénario de Fred Neidhardt, l'un des plus fins connaisseurs de "Spirou", distille avec jubilation des références à la grande époque de la BD franco-belge, dans un univers de guerre froide où plane de-ci de-là l'ombre de 007. De quoi raviver le goût pour la série Spirou et Fantasio dans ce qu'elle a de plus mythique et intemporelle ! Critique : Alors soyons bien clairs d'entrée : certains n'aimeront pas. Ceux qui cherchent des Spirou aventureux comme on a pu en avoir dans la série peuvent passer leurs chemin directement. Ceux qui n'ont pas lu beaucoup de BD franco-belge des années 70-80 aussi car ils rateront une bonne partie des références. Car ce Spirou chez les soviets est un hommage humoristique à Tintin et à la BD franco-belge des années 70 -80, justement. Déjà point de décalage temporel. On revient dans cet album à un Spirou vivant en pleine guerre froide. On retrouve surtout des Spirou et Fantasio complètement inclut dans le monde Dupuis avec des visites à la rédac, des croisements de Gaston et consort dans les couloirs etc.... Ensuite on enchaîne les blagues et les clichés sur les Russes mais aussi les critiques du capitalisme avec un Truman au sommet de sa forme. On rigole bien dans ce Spirou. On rigole à l'ancienne en se moquant des extrémistes de tout bord. Le seul point un peu moins bien réussi, de mon point de vu, est la fin que je trouve un peu trop rapide.... il aurait peut-être été plus dans le thème d'avoir un fin plus osée Reste que cet album est un excellent Spirou qui ravira les lecteurs de BD franco-belge de la fin du XX ieme siècle. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/le-spirou-de-tarrin-et-neidhardt-spirou-chez-les-soviets?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  4. poseidon2

    Spirou chez les soviets

    Alors soyons bien clairs d'entrée : certains n'aimeront pas. Ceux qui cherchent des Spirou aventureux comme on a pu en avoir dans la série peuvent passer leurs chemin directement. Ceux qui n'ont pas lu beaucoup de BD franco-belge des années 70-80 aussi car ils rateront une bonne partie des références. Car ce Spirou chez les soviets est un hommage humoristique à Tintin et à la BD franco-belge des années 70 -80, justement. Déjà point de décalage temporel. On revient dans cet album à un Spirou vivant en pleine guerre froide. On retrouve surtout des Spirou et Fantasio complètement inclut dans le monde Dupuis avec des visites à la rédac, des croisements de Gaston et consort dans les couloirs etc.... Ensuite on enchaîne les blagues et les clichés sur les Russes mais aussi les critiques du capitalisme avec un Truman au sommet de sa forme. On rigole bien dans ce Spirou. On rigole à l'ancienne en se moquant des extrémistes de tout bord. Le seul point un peu moins bien réussi, de mon point de vu, est la fin que je trouve un peu trop rapide.... il aurait peut-être été plus dans le thème d'avoir un fin plus osée Reste que cet album est un excellent Spirou qui ravira les lecteurs de BD franco-belge de la fin du XX ieme siècle.
×
×
  • Créer...