Aller au contenu
  • S’inscrire
  • Ghost Kid


    The_PoP
    • Scenariste: Tiburce Oger Dessinateur: Tiburce Oger Editeur: Grand Angle Note :
      Résumé:

      Hiver 1895, un vieux cow-boy entreprend un long voyage pour retrouver sa fille inconnue. A ses côtés, un "ghost kid" apache, qu'il croit être le seul à voir, l'accompagne... "Old Spur" Ambrosius Morgan est un vieux cowboy du Montana. Malgré les rhumatismes, il persiste à rouler sa bosse et ses éperons de ranch en ranch et ne s'est jamais fixé. Un jour, une lettre de la femme qu'il aima des années auparavant lui apprend qu'il est le père d'une jeune femme, Liza Jane Curtis, et que celle-ci a disparu depuis son départ pour l'Arizona. Le vieux cowboy décide de partir à la recherche de cette fille inconnue, accompagné du fantôme d'un jeune Apache qu'il croit être le seul à voir. Ne sachant s'il reviendra de cette expédition, il règle ses affaires courantes et quelques vieux comptes.

      Autres informations: Western contemplatif et belle aventure
      Type: BD Europeene L'acheter sur bdfugue Genre: Indéfinit

    Un nouveau Western signé de Tiburce Oger, c'est un plaisir que je ne pouvais pas laisser passer. Il faut dire que son Buffalo Runner reste pour moi une sacrée référence, et que les intégrales de Gorn trônent dans ma bibliothèque un peu plus loin.  Alors si je rajoute que j'ai été éduqué au milieu des Blueberry et autre Comanches, et que cinématographiquement parlant mon papa est un amoureux d'Il était une fois dans l'Ouest ne venez donc pas chercher une once de neutralité, d'impartialité ou de juste mesure dans ma chronique de ce Ghost Kid. 

    J'aime le Western, j'aime les histoire de Tiburce Oger, alors vous pensez bien que je n'allais pas faire la fine bouche. 

     

    Ceci dit mon problème était plutôt que ce Ghost Kid venait très largement chasser sur les plates bandes de Buffalo Runner. Pensez donc, un vieux cowboy dans une mission désespérée qui permet de traverser l'Ouest plus ou moins sauvage... Du déjà vu. Du archi déjà vu même. Et pourtant pas de débat ni de suspens pour moi : c'est réussi. 

     

    C'est réussi car pour une fois, Tiburce Oger ne nous livre pas une histoire ou une fin trop dure. On est assez loin de Buffalo Runner et de son twist final. Et quelque part heureusement. Il y a beaucoup plus de mélancolie, de poésie, et d'un indéniable charme dans ces aventures de notre vieux cow-boy. Oui on retrouve évidemment quelques coups de pétoire dans ce Western, mais à peine plus que le minimum syndical voulu par le genre. 

    Graphiquement, les amateurs de l'oeuvre de Tiburce Oger ne s'y tromperont pas vraiment, c'est du bon. On sent que l'auteur a pu peaufiner son livre et c'est tant mieux. Toujours pas  d'objectivité dans mon propos, j'adore. Le dessin colle à la mélancolie de la traversée de l'Ouest, et à la sauvagerie des hommes. Les visages sont comme toujours hyper expressifs et réussis en terme d'empathie. 

     

    Alors finalement, ce Ghost Kid il est mieux que Buffalo Runner ? J'en sais rien et je m'en fous. C'est peut être moins marquant mais que c'est bien aussi une belle fin.

    Se balader dans les pages de ce Ghost Kid finalement, c'est comme chevaucher sans but dans Read Dead Redeption 2 entre Clint et Eli Wallach sur une bande son d'Ennio Morricone. Un plaisir contemplatif rare, sublimé par certaines planches magistrales du maître, qui ne dépareilleraient nullement en grand format sur un mur. Alors qui serait vraiment surpris d'y apprendre le destin d'Undertaker au détour d'une de ses pages ?

     

     



    Retour utilisateur

    Commentaires recommandés

    il y a 27 minutes, The_PoP a dit :

    le destin d'Undertaker

    Pourquoi cette allusion à une autre série (que je n'ai pas faite d'ailleurs) ?

    En tout cas , très belle critique , ça ferait envie , Le bon la brute et le truand , Il était une fois dans l'ouest , ce sont des films cultes de chez cultes pour moi .  Mais j'ai un peu de mal avec le graphisme de Oger , je me suis pas régalé sur La forêt 😞 .

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    Je n’ai pas lu La forêt. Mais c’est vrai que son trait est particulier. Je n’aimais pas au début...

     

    ceci étant dit : Pour le clin d’œil appuyé à Undertaker, c’est Oger qui a choisit de le faire. Un bien bel hommage pour une série que tu te dois de découvrir. Elle sublime et redonne des lettres de vieillesse au Western, surtout l’ogre de suttercamp...

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    je suis sur les intégrales de Blueberry et Durango , et j'ai presque tous les Bouncer ! C'est vrai que ça me tente Undertaker mais , faudrait que je vende pour faire de la place là 😞

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    Cool cool. Je suis un fan Inconditionnel de tiburce 🙂

     

    Gorn reste ma référence de BD de fantaisy/Chevalerie. Un humanisme et une histoire d'amour sur fonde poesie et sur 11 tomes qui me ferait verser une larme a chaque fois. 

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    J'ai vu qu'il y avait également une version noir et blanc en format plus grand, j'ai failli la prendre comme les couleur ne me plaisaient pas trop

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    Ah j'avoue j'ai pas vu. mais j'ai bien aimé les couleurs qui vont bien avec la rêverie je trouve.

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    Ah ah un doute qui mérite d’être levé Pos’ 🙂

     

    surtout qu’on commence à te connaître, tu fais genre le western c’est pas trop ton truc mais en vrai t’es le premier à te prendre un petit Undertaker sous le coude 🙂

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites
    il y a une heure, poseidon2 a dit :

    Je ne peux meme plus me cacher....

     

    Le jour où ils sortent un manga western tu seras chez ton libraire pour l’avant sortie 🙂

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites


    Rejoindre la conversation

    Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

    Invité
    Ajouter un commentaire…

    ×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

      Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

    ×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

    ×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

    ×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


  • Qui est en ligne   0 membre, 0 anonyme, 29 invités (Afficher la liste complète)

    Il n’y a aucun utilisateur enregistré actuellement en ligne

  • Inscription

    Inscrivez vous gratuitement

  • Dernières Critiques

    • The Alexis - Empire chronicle - t1
      Je suis mi-figue mi-raisin sur ce tome 1. En fait j'ai eu énormément d'espoir au début de la lecture avec tout une partie qui m'a agréablement rappelé Kingdom : Une époque trouble, des magouille politique, des guerres des trahisons et des super batailles avec un héros qui porte tous les espoirs. 

      Tout ce qu'on aime quand on lit des mangas historiques/aventures. Donc j'étais super chaud en me disant que j'avais trouvé une nouvelle super série historique qui allait me faire vivre des batailles épiques ! Et la bim patatras....arrive le dernier chapitre..... Qui m'embête beaucoup. Elle m’embête car elle casse le rythme pour tomber dans du tout venant de mangas. Du tout-venant qui pourrait bien durer et l'on pourrait bien tomber dans le style : un méchants, puis un autre plus fort puis ... Bref perdre l'aspect Empire et politique  qui a fait l'intérêt du début du manga.

      On verra dans le deuxième tome à venir ce que cela donne mais cette fin m'a un peu refroidit.
      Note :
      • 0 réponse
    • Mercy t1
      Avant-propos : j'ai volontairement rayé le résumé de l'éditeur car il parle de chose... que  l'on devrait voir dans le tome 2 ! Donc dont on ne sait rien du tout sur ce tome d'introduction. Méfiez-vous !

      Bon on ne va pas se mentir, j'ai acheté cet album en grande partie pour les dessins et la coloration de l'auteure qui a écrit Contro Natura. Comic italien qui m'avait extrêmement plu ! Et sur ce côté je n'ai pas été déçu les dessins sont sublimes et la mise en couleur vive va très bien avec le style.

      Mais cet album m'a surpris en nous proposant un scénario plein de promesses.  Quelles promesses !!!!!! Fiouuuu. Les premiers tomes aussi ambitieux sont de plus en plus rares. Mais s'ils sont rares c'est en partie parce qu'il faut répondre aux attentes derrière. C'est ce qui nuancera ma note. Ce tome nous propose énormément de choses. Entre les bebete bizarre à la Chutulu rose, les indiens étranges, les beautés mystérieuses et les humains aux passifs troubles.... il y a de quoi raconter !

      Mais il faudra que cela soit bien raconté.  Et le bon pont de la série c'est que l'on aura la réponse... dès le 10 Octobre 🙂
      Note :
      • 1 réponse
    • Malgre tout
      Nous vivons une époque compliquée. Entre COVID, violences quotidiennes, replis sur soi et montée de l'extremisme quel qu'il soit, le XXI ieme siècle est compliqué et je n'ose vraiment pas penser au monde de mes futurs (enfin pas tout suite !) petits enfants. 

      Et cela déteint sur la production de bande dessinée. Entre des BD ouvertement orientées vers l'imaginaire, pour se sauver de la realité, et BD réalistes nous décrivant une fin du monde humain de diverses façon, les produtions actuelles sont globalement violente ou torturée comme leur époque.

      Alors pour les gens un peu fleurs bleus comme moi, cette BD fait un bien fou. Vraiment.

      Car cette BD parle d'amour. Un amour profond. Un amour qui n'a pas de barrières à franchir tellement il est grand. Un amour qui se base sur une confiance absolue. Des personnes qui aiment l'autre comme un tout sans rien vouloir jeter. Un amour réciproque comme beaucoup de cyniques (ou réalistes ?)  diront que cela n'existe pas.

      Et quand bien meme cela n'existerait pas cela ne serait pas grave. Car la BD de Jordi Lafèbre n'est pas la pour nous raconter une histoire vraie. Elle est la pour nous faire nous sentir dans une vraie grosse bulle d'amour. Un petit moment de calme et de bonheur dans ce monde, c'est un moment qu'on échangerait contre rien.

      Ajoutez à cela une mise en page à la "Memento" très sympa et une sublime mise en album par Dargaud et vous aurez mon coeur de coeur au sens premier du terme.
      Note :
        • Like
      • 2 réponses
    • Conan le cimmerien : La maison aux trois bandits
      Je ne connaissais pas l'équipe artistique en charge de ce nouvel épisode de Conan le cimmérien intitulé la maison aux trois bandits. Patrice Louinet adapte l'histoire au format bande dessinée avec pour une fois Conan en prise avec deux autres personnages machiavéliques et bandits sans scrupules. Ces deux personnages vont utiliser Conan à tour de rôle comme sa situation est déplorable après le vol et le meurtre d'un prêtre il est recherché dans toute la ville. Le final apportera la partie fantastique avec le personnage de Thak.

      Pour la partie graphique, le dessinateur Paolo Martinello assure des planches de qualité dans un genre réaliste avec des cases détaillées et bien fournies. Les planches alternent entre construction classique et plus originale sur les doubles pages. Une version deluxe est disponible en noir et blanc et au format plus grand comme pour les tomes précédents.

      Cette collection reste de qualité après une petite dizaine d'album déjà parus. Le prochain tome le dieu dans le sarcophage sera réalisé par Civiello et Doug Headline, en novembre.
      Note :
      • 9 réponses
    • Moriarty t8
      Suite de l'histoire de Jack l'eventreur et enfin retour sur le devant de la scène de Sherlock Holmes.... enfin sur le derrière de la scène. 

      Et c'est un peu le soucis de cette série. Si elle se lit bien et que l'histoire reste plaisante même si globalement abracabrantesque,  c'est beaucoup trop facile pour la famille Moriarty. 
      Ils ne rencontrent jamais aucun écueil et leurs plans se déroulent trop sans acros. Si au début c'était sympa de voir le mal triompher, c'est devenu trop monotone. De plus le fait qu'ils soient vraiment supérieurs à Sherlock Holmes rend encore plus cette facilité irritante. 

      De plus l'auteur tourne enormement en boucle sur ces justifications de crimes au point d'en devenir saoulant.

      Donc d'un manga intéressant et innovant on est passé à un manga juste plaisant. 

      C'est bien dommage.
      Note :
      • 0 réponse
×
×
  • Créer...