Aller au contenu
  • S’inscrire
  • La bête


    poseidon2
    • Scenariste: Zidrou Dessinateur: Franck Pé Coloriste: Franck Pé Editeur: Dupuis Note :
      Résumé:

       Capturé en pleine Palombie par des Indiens Chahutas et vendu à des trafiquants d'animaux exotiques, un marsupilami débarque dans les années 50 au port d'Anvers. Réussissant à s'enfuir, il arrive dans la banlieue de Bruxelles et est recueilli par François, un jeune garçon fan d'animaux dont le quotidien est loin d'être facile. Le début d'une aventure passionnante, parfois sombre mais toujours porteuse d'espoir, et d'une belle amitié.

      Type: BD Europeene L'acheter sur bdfugue Genre: Drame

    Que dire de plus que ce qui n'a déjà été dit sur cet album ? Ben surement rien.... mais un aussi bon album mérite qu'on en parle mais si c'est pour sortir des poncifs. 

    Il me faut dire à ceux qui seraient encore passé à côté que les dessins de Franc Pé sont somptueux. J'avais hésité à le prendre car la forme est étrange et ces grosse pages pas facile à ranger dans une étagère. Mais ces grosses pages sont là pour nous permettre d'admirer le travail de l'auteur de Zoo. C’est sublime. Mais cet album n'est pas juste une ode au graphisme de Franck Pé.

    Zidrou non contact un album qui porte bien son nom : En effet nul part on ne parle du Marsupilami. On nous parle de cette bête étrange qui débarque en Belgique. Le traitement du Marsu sur son coté bête sauvage est une vraie trouvaille. Il rappelle qu'un animal est à la base sauvage et qu'on ne sait jamais quoi attendre d'animaux sauvages quand on les sort de leur milieu naturel.

    Une belle histoire dont on attend la fin avec impatience qui nous montre, en se servant d'une icône de la BD comme fer de lance, ce qu'il pourrait arriver à toute nouvelle espèce de nos jours 

    Prenant et sublime.



    Retour utilisateur

    Commentaires recommandés

    Pas mieux j’étais tenté également, et je n’ai lu que quelques marsupulami ... il y a des décades.

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    Le dessin m'attire en plus, les 1ères planches sur le site de BDfugue sont chouettes. Tout à fait mon style.

     

    spacer.pngspacer.png

    • Like 1

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    J'ai un très bon ami qui l'a et a été un peu déçu en fait . Je le prendrai pas perso . On va dire que l'objet est beau , dessin etc ... mais il manque un truc au niveau de l'histoire .

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites
    Il y a 15 heures, Kevin Nivek a dit :

    il manque un truc au niveau de l'histoire .

    Justement ej trouve que non. Car l'histoire ne traite pas du marsu mais du traitement de la bête ! et ca c'est très intéressant. Plus la mère du petit garcon qui a fauté avec un Nazi, l'ambiance de post guerre avec tout ces belges rebelles qui, après coup, sont tous des résistants et qui crachent sur la femme qui a fauté avec l'occupant....

    Franchement rien a jeter 🙂

    Pour tout dire je l'ai lu ... et acheté APRES car j'avais vraiment envie de la relire.

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    Jolies planches, histoire tranquille et posée. De l'humour (j'ai beaucoup aimé les sous entendus avec les liens entre les bulles et le dessin. Le passage dans le bus est excellent également). Des "tronches" dans les personnages.

    J'ai un peu l'impression de (re)lire Zoo quelque part. Il y a longtemps que je ne l'ai pas relu, mais on tourne autour des mêmes thèmes il me semble.

    Comme pour ma lecture du Spirou, je n'ai pas lu de Marsupulami depuis mon enfance (et encore, pas en nombre). La bête est plutôt en arrière plan, c'est surtout la chronique de la vie qui est mis en avant. Bref une très bonne lecture.

    Et en ce qui me concerne la surprise est venue une fois refermé.... J'ai enfin vu le '1' sur la couverture...

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites


    Rejoindre la conversation

    Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

    Invité
    Ajouter un commentaire…

    ×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

      Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

    ×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

    ×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

    ×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


  • Qui est en ligne   0 membre, 3 anonymes, 39 invités (Afficher la liste complète)

    Il n’y a aucun utilisateur enregistré actuellement en ligne

  • Inscription

    Inscrivez vous gratuitement

  • Chatbox

    You don't have permission to chat.
    Load More
  • Dernières Critiques

    • La dernière ombre tome 1
      Note :
      Au cœur de la première guerre mondiale, une petite troupe de soldats russes accompagnés d’un médecin et de ses deux filles tente de regagner les lignes arrières. A bout de force et souhaitant donner du repos et des soins à leurs blessés, ils trouvent refuge dans un manoir perdu au milieu de la forêt. Mais les discordances montent et les tensions deviennent inévitables.

      Cette bande dessinée en 2 tomes nous propose de voir la guerre au travers des yeux d’enfants, le graphisme est très beau, très métaphorique, les adultes sont représentés comme des monstres, quel que soit leur camp. La dure réalité de la guerre est bien présente, violente dans les combats, dans les blessures et violente dans les rapports ne laissant pas de place aux compromis. Au milieu de tout ça, il y a des enfants qui se cachent, qui tentent d’échapper à cette réalité et se réfugient dans l’imaginaire. Et puis, il y a cette légende, l’existence de la dernière ombre, va-t-elle intervenir pour y mettre un terme ? Une bd intéressante, mais on ignore encore où elle va nous mener.
      • 1 réponse
    • Hantée
      Note :
      Il y a beaucoup d’éléments dans cette histoire et elle ne manque pas de rebondissements !

      L’histoire commence comme un drame : Tilda a perdu sa sœur dans un accident et comme elle se sent coupable, elle n’arrive pas à faire son deuil ni à se pardonner. Elle devient alors pensionnaire du Refuge, un endroit pour aider les jeunes en difficultés, au cours d’une séance de spiritisme, elle va obtenir le don de voir les fantômes. C’est à partir de là, que l’histoire prend une tournure à la fois spirituelle mais aussi fantastique.

      Si certains passages font un peu penser au film 6eme sens, l’histoire va plus loin car Tilda n’est pas qu’une personne qui a un don, elle a aussi subi un traumatisme. Il y a toute une partie autour des fantômes : pourquoi sont-ils là ? que ressentent-ils ? peuvent-ils interagir avec le commun des mortels ? mais aussi, toute une évolution dans le deuil : comment vivre la perte d’un proche. L’histoire réserve encore une part d’action et de sciences mais ce sera à vous de le découvrir.

      Je ne me suis pas du tout ennuyée dans la lecture même si certains aspects peuvent sembler classiques (la fin notamment).
      • 0 réponse

    • Un été à Tsurumaki
      Note :
      C’est les vacances d’été dans la petite ville de Tsurumaki, une ville toute simple, à la campagne où il fait bon vivre. Mitsuru est un garçon un peu tête en l’air, il se laisse vite distraire et oubli ses affaires. Au gré des premiers chapitres, on suit ses occupations : prendre soin d’une plante, aller à la recherche de l’oiseau le pic-calebasse, apporter le déjeuner de son père au jardin botanique où il travaille… Mais Mitsuru est vite aux prises avec des éléments inhabituels. On ne sait pas vraiment si c’est la réalité ou s’il se laisse porter au gré de ses rêveries. Et puis ensuite, le rêve et la réalité vont se rejoindre.

      Un été à Tsurumaki est un manga qui sent les vacances, l’univers graphique nous emmène dans un environnement un peu féérique, comme quand on découvre une petite rue oubliée remplies de fleurs avec des chats somnolents. Mitsuru c’est l’incarnation de l’enfance, rappelez-vous quand un rien vous permettait d’inventer des histoires incroyables, et que vous partiez à l’aventure avec vos copains ! c’est exactement cette ambiance que l’on ressent !

      Les dessins sont très riches, il y a à la fois beaucoup de rondeur qui apporte une véritable douceur au récit et un certain bien-être, et il y a beaucoup de détails notamment sur l’imbrication de la nature et de la ville. On navigue sans cesse entre rêve et réalité, c’est une aventure fantastique et en même temps une fable écologique ! Un livre très agréable.
        • Like
      • 0 réponse
    • La voie du tablier tome 6
      Note :
      Encore de bons chapitres à passer en compagnie de Tatsu. Il va devoir convaincre le conseil des huit dragons qu’il peut intégrer leurs rangs et ici, les dragons ne sont rien d’autres que les présidentes des huit organisations de quartier et elles sont redoutables dans leur genre ! Et bien que Tatsu fasse toujours aussi peur visuellement, il est prêt à rendre service, cela occasionne toujours des situations amusantes : vous ne pourrez que sourire devant sa façon de faire des économies ou d’aider un ami à découvrir de nouvelles pâtisseries (2 yakuzas patibulaires dans un environnement kawaii !)

      L’auteur sait se renouveler, Tatsu et ses proches nous apportent notre lot de situations incongrues. Un manga qui met de bonne humeur à consommer sans modération !
      • 0 réponse
    • Bomber boy tome 1
      Note :
      Avant toute chose et pour que cela soit bien clair : le Yamato est ici un pays et non pas le cuirassé japonais de la seconde guerre mondiale et Mars est un autre pays et non une planète ! Il n’y a donc pas de guerre contre les extraterrestres même si cela se passe en 2732.

      D’un côté le Yamato a envahi d’autres nations pour agrandir son territoire et mettre la main sur des ressources et de l’autre il se fait aussi envahir par Mars qui a probablement les mêmes ambitions. Dans ce contexte de guerre mondiale, l’histoire s’intéresse à une poignée de soldats, une unité particulière utilisant une nouvelle arme moderne « bomber boy », une sorte de robot extrêmement efficace et fort qui a l’apparence d’un jeune garçon.

      Par bien des aspects, que ce soit dans le nom du pays, l’apparence des soldats, leur armement, les cuirassés et bateaux de débarquement, les technologies employées (à part le bomber boy), on a l’impression d’être en pleine seconde guerre mondiale. Le commandant de Mars a également une apparence très « nazie ».

      Donc, à part cette nouvelle arme, il n’y a rien de moderne dans l’histoire : c’est un récit de guerre ! On retrouve l’organisation très carrées de l’armée, les tensions qui peuvent exister entre les différentes troupes, les interrogatoires musclés… Et au milieu de tout ça, il y a le personnage du sergent Tatsumi, seul rescapé de son unité, qui va apporter une touche d’humanisme et oser se poser des questions et s’interroger sur le bien-fondé de certains ordres.

      Pour le moment, c’est un manga de guerre efficace mais qui n’apporte rien de nouveau. Série finie en 4 tomes. Panini propose un prix correct de 5.99 pour le lancement de la série.
      • 0 réponse
×
×
  • Créer...