Aller au contenu
  • S’inscrire
  • Le scorpion tome 13 - Tamose l'égyptien


    alx23
    • Scenariste: Stephen Desberg Dessinateur: Luigi Critone Coloriste: Luigi Critone Editeur: Dargaud Note :
      Résumé:

      À Kraków, Ivrahim Golam, surnommé le cosaque juif, cherche à préserver l'identité d'un homme dont le nom doit disparaître à jamais.

      À Istanbul, Armando Catalano, alias le Scorpion, a retrouvé la trace de Méjaï, la gitane. Il veut savoir ce qu'est devenu leur enfant. Mais la gitane est experte dans le maniement des poisons et elle n'hésite pas à s'en servir contre le Scorpion, qui perd connaissance.

      Quand il reprend conscience, il apprend qu'il est accusé d'assassinat. Livré à la cour du sultan, il est sauvé par un eunuque qui le conduit jusqu'à sa maîtresse. Une femme mystérieuse, surnommée la Sabbatéenne, dont le visage est orné de signes sombres et secrets. Celle-ci lui demande de déchiffrer le nom d'un homme, gravé sur des stèles égyptiennes. En contrepartie, elle l'aidera à retrouver la trace de Méjaï.

      Au Caire, les routes de Méjaï et du Scorpion se croisent de nouveau. Mais si elle lui révèle la vérité à propos de leur enfant, elle lui interdit de chercher à le voir. Elle menace même de tuer le Scorpion s'il s'en approche...

      Type: BD Europeene L'acheter sur bdfugue Genre: Action

    Un nouveau cycle démarre avec ce treizième tome du scorpion qui est prévu en deux tomes. Enrico Marini ne dessine plus cette série en laissant sa place à Luigi Critone, un dessinateur habitué aux histoires d'époques comme Je, François Villon. L'auteur gère à merveilles la reprise de l'univers de Marini, on pourra noter quelques différences pour les visages du Scorpion ou de Méjaï dont on connait les traits depuis longtemps. Mais ces petits détails s'estompent très vite à la lecture de cet épisode qui nous emmène en orient. De plus, les planches de l'auteur sont très détaillées. Stephen Desberg imagine une fois de plus des aventures mouvementés pour son héros qui part à la recherche de son enfant. Le scénariste nous laisse pas de répit avec une course au trésor et de nouveaux personnages mystérieux. 

    Enrico Marini devrait encore dessiner des one shot sur des personnages emblématiques de la série, pour lui laisser le temps de poursuivre les aigles de Rome ou les Batman dernièrement. Tous les ingrédients qui ont fait le succès de la série sont réunis même si on perd en originalité avec chaque nouveau tome. Il est toujours plaisant de lire les aventures du Scorpion.

    • Like 1


    Retour utilisateur

    Commentaires recommandés

    Oui et les dessins vont bien, après j'ai un peu l'habitude avec les comics et les changements de dessinateurs, peut-être que ça choquera quelques lecteurs

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    Il y a longtemps que j'ai arrêté Scorpion (à la fin du tome 1), mais voir Marini passer la main, c'est un tournant quand même.

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    Marini a prévu de finir les aigles de Rome je pense. 
    il a également un autre projet façon polar noir années 30 il me semble.

     

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    Hey tu m'as piqué ma critique. Mais comme toi. Le scenario est très sympa et les dessins passent bien. Le truc le moins bien dessinée... est la couverture a mon avis. Je trouve le scorpion pas terrible sur cette couv alors que dedans c'est bien mieux. Pareil pour la coloration plus sympa à l'interieur(crayonné ou patel ?)

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    J'ai pris la version canal BD avec une couverture différente. Tu avais déjà écrit ta chronique ?

    Modifié par alx23

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    Canalbd c’est sur bdgest non ? 
    Je rage , ils proposaient le dernier Rose écarlate dédicacé, je reçois leur mail , je fais une demande pour ma fille . Déjà complet ! Les boules .... 

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    Je viens de vérifier sur leur site et c'est déjà épuisé. Je sais pas si il y a un rapport entre canal bd et budgest, je ne pense pas c'est deux sites différents

    9782505089155_cg.jpg

    Modifié par alx23
    • Like 1

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites


    Rejoindre la conversation

    Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

    Invité
    Ajouter un commentaire…

    ×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

      Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

    ×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

    ×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

    ×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


  • Qui est en ligne   0 membre, 1 anonyme, 72 invités (Afficher la liste complète)

    Il n’y a aucun utilisateur enregistré actuellement en ligne

  • Inscription

    Inscrivez vous gratuitement

  • Chatbox

    You don't have permission to chat.
    Load More
  • Dernières Critiques

    • Montagnes russes
      Note :
      Pas facile de faire la critique d'un album comme celui-ci. En effet cet album parlera énormément aux gens qui ont eu mal à avoir un bébé ou qui n'ont tout simplement pas pu.

      Cela leur parlera car même moi qui n'est heureusement pas eu ce genre de problèmes, j'ai trouvé ce récit prenant et émouvant. Que ce soit le parcours du combattant d’Aimée ou le complet opposé avec la vie de Charlie, les descriptions des vies de ces deux femmes sont réalisées avec beaucoup d'humanité et surtout sans jugement aucun. 

      Gwénola Morizur, qui tire l'histoire de ce qui est arrivé à une de ses connaissances, trouve les mots justes pour nous parler de l'injustice de la vie sur ce que beaucoup considèrent comme un de ses fondements : avoir une descendance.

      Là ou Gwénola Morizur est courageuse et va au bout de son histoire, c'est sur la "fin". Une fin logique même si pas une fin rêvée. Une fin comme le monde : rempli d'injustice. 
      • 0 réponse
    • Les gueules noires
      Note :
      En voilà une bd bien sympathique. Sympathique car cette BD est un condensé d'espoir et de bonnes volontés. 
      De l'espoir pour des gens vivant dans une région sinistrée depuis la fermeture des mines. Des gens que le chômage touche au plus profond de leurs familles, détruisant cet espoir petit à petit.

      Sans pour autant vivre dans cette région, j'ai trouvé que cette BD nous met quand même du baume au cœur en nous montrant que, si les parents ont, eux, perdu espoir, les enfants seront toujours sources d'initiatives et d'idées pour rendre le quotidien meilleur. Ils seront toujours source d'espoir justement.

      Alors oui l'effet un peu Olive et Tom avec le coach, le dépassement de soi fait peut-être un peu trop. Mais on se laisse emporter par l'euphorie qui gagne le village. Une euphorie dont les adultes se doutent bien qu'elle ne sera que temporaire. Mais elle leur permet de remettre un pied sur l'étrier et de retrouver la motivation de se relancer dans la vie.

      Et ça c'est quelque chose que l'on ne peut que souhaiter à toute personne en détresse. 

       
      • 0 réponse
    • Even
      Note :
      L'idée de base de Zidour est originale avec dans un futur proche un centre de thérapie sexuelle qui ouvre ses portes à Montpellier. Dans ce centre, tous les fantasmes sont possibles pour vivre dans cette société du plaisir et de la jouissance. La société est séparée en deux en se basant sur des critères de beauté physique. Dans ce contexte, l'histoire nous propose de suivre quelques personnages comme Ann Seymour une journaliste qui enquête sur cette entreprise du plaisir mais surtout sur le suicide de sa créatrice. Le mari de la défunte qui se perd dans la thérapie sexuelle, sous la responsabilité du docteur Sidibe et Méghan une femme de ménage classée par son physique. La partie graphique est très bien pensée par Alexeï Kispredilov avec des planches magnifiques. Les couleurs favorisent cette impression surtout dans le centre de thérapie avec les zones d'ombres en contraste avec les couleurs.

      Even est un one shot original et audacieux qui aurait certainement fonctionné d'avantage au format dytique avec cet univers riche qui ne sera pas assez exploité. L'histoire est prenante et les lecteurs ne pourront pas deviner la fin.
      • 3 réponses

    • Flashpoint édition spécial 10 ans
      Note :
      Pour les 10 de l'un des événements les plus dimensionnant de l'univers DC, avec Crisis on infinite earth,  Urban comics fait les choses en grand avec une édition spécial de cet évènement : une édition avec une couverture expérimentale en "caléidoscope" (je ne sais pas comment on appel ca :p) et rien de moins que le récit en double : l'histoire principale et la même avec la version crayonnée de l'album.

      Je ne reviendrais pas sur l'histoire qui créa toute la période Rebirth et qu'il est intéressant de relire quand celle-ci arrive à sa fin, mais plus de l'objet lui-même. Comme souvent pour ce genre d'édition spéciale, il s'agit ici d'une offre pour collectionneur. En effet si l'objet est beau et la couverture rigolote, on regrettera que la version "crayonné" ne soit pas encrée comme les autres titres que l'on a pu voir en Noir et Blanc chez Urban. Un lecteur lambda regrettera surement aussi la place que prend cette histoire. En effet entre la couverture épaisse, l'histoire en double et les galeries d'illustrations, cet album prend 3 fois plus de place que l'histoire de base.

      Si on ne peut que conseiller la lecture du Flashpoint à tout le monde, on ne conseillera cette version collector qu’aux fans de l'homme en rouge.
      • 0 réponse
    • Le jardin des illusions
      Note :
      Depuis quelques années Delcourt nous propose un one shot pour l’été, le manga de cette année compile 10 histoires courtes « sur les différentes formes de l’acceptation ». Après lecture, le thème est assez juste, et il s’agit en réalité de 9 histoires, la 10eme étant la suite de la 1ère.

      Cela étant, je n’ai pas abordé le livre en cherchant spécialement une trame ou des explications, les histoires sont variées, on entre facilement dans chacune d’entre elles, les dessins sont magnifiques et empreints d’une certaine magie.

      Ensuite quand j’ai lu que l’auteur avait fait beaucoup d’illustrations sur des contes, j’ai compris que c’était ça le cœur du livre, ces petites histoires sont comme des contes, des petits voyages poétiques, il y a beaucoup de douceur (à part la fin de l’histoire la plus sombre mais qui a aussi une part de beauté), une certaine sérénité parfois, l’envie de prendre le temps de se poser et de savourer les illustrations.

      Vu la diversité des histoires, chacun devrait y trouver son compte, à la fin du livre, l’auteur nous raconte la genèse de chacune d'entre elles : c’est d’ailleurs là que j’ai vu que le féminin comme le masculin était utilisé, après recherches, impossible de savoir si l’auteur est un homme ou une femme…

      Mais quoi qu’il en soit, c’est un bien beau livre qui vous fera passer un moment agréable.

      Ci-dessous : les images en noir et blanc sont issues du jardin des illusions, celles en couleur, des illustrations indépendantes de Senbon Umishima.
      • 3 réponses
×
×
  • Créer...