Aller au contenu
  • S’inscrire

  • poseidon2
    • Scenariste: Tom King Dessinateur: Jorge Fornés Coloriste: Dave Stewart Editeur: Urban Comics Note :
      Résumé:

      Cela fait 35 ans qu'Ozymandias a téléporté un monstre tentaculaire sur New York, tuant des milliers de personnes et détruisant une fois pour toutes la confiance du public dans ses protecteurs. Depuis cette catastrophe, Rorschach est devenue une icône culturelle fascinante, symptôme d'un monde en perte de repères. Lors de la tentative d'assassinat d'un candidat populiste, on abat un homme portant le masque de Rorschach. Qui est l'homme derrière le masque, et surtout quelles étaient ses motivations ? L'inspecteur chargé de découvrir la véritable identité du tueur abattu s'engage alors dans une enquête qui l'entraîne dans un méandre de conspirations, d'invasions extraterrestres, de bienfaiteurs en disgrâce, de visions mystiques et même de bandes dessinées. Contenu vo : Rorschach #1-12.

      Type: Comic L'acheter sur bdfugue Genre: Polar Prix: -- Nb de pages: --
     Share

    Décidément, en plus d'être bon, Tom King devient prolifique. Pour le plaisir du plus grand nombre, il reste sur un format one-shot qui part d'une figure du comics connus pour en faire une histoire global et accessible à tous ceux... qui aime les comics aux scenarios travaillés et à la mise en page originale.

    Et, encore une fois, ce Rorschach coche toutes les cases : Le scénario est très bon et change des habituels de Tom King.  Ici par de psychologie du héros. C'est un pur polar à l'ancienne. Un polar dans l'univers de Watchmen mais un vrai polar. Un assassinat déjoué. Des tueurs qui semblent être des fous. Le meilleur des enquêteurs mis sur leurs traces pour être sûr qu'il n'y a rien de plus… et qui part dans une enquête à tiroir des plus surprenantes. 

    Ce qui est aussi marquant dans ce Rorschach, c'est le travail de mise en page. On passe de chapitre complet qui ne sont que des récits de correspondances, à un autre chapitre, on suit trois récits parallèles, coloriés avec trois couleurs et présentant des scènes quasiment identiques, et on finit par un subtil mélange des époques où les cases entre passés et présent se mêlent habilement en fonction des pensées de notre enquêteur.

    Encore un sublime travail pour le maitre des one shot en comics.

     Share


    Retour utilisateur

    Commentaires recommandés

    pffff...Jsuis foutu pour celui-là aussi...

     

    à l’instant, VladNirky a dit :

    Ya des chose à lire en suite /préquels ou assimilés des watchmen ? ^^

    Je ne sais pas si ça répond à ta question mais il y a before the watchmen (préquel) et doomsday clock (suite)

    Modifié par kvin
    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    EN sachant que les deux sont assez inégaux: Doomsday clock c'ets un trip de mélange Watchmen + super héros DC. Pour Fan

    Le 'avant Watchmen parle des minutemen, les précurseurs qui apparaissent dans les journaux de Watchmen.

     

    Et puis la mise à part savoir qui est Rorschach....

     

    Il y a 22 heures, Kevin Nivek a dit :

    Bon , j'ai compris .....

    Chance ou non, un nouveau King sort debut juillet 🙂 Je te dirais 😉 Encore un one shot et sur Wonder Woman cette fois

    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    C'est méchant pour Rorschach, Mister miracle et Adam Strange. On dit des seconds couteaux 😄 😄😄 😄

     

    Mais oui c'est aussi un challenge... et le dessin est... differents... j'ai hate de depiler pour en arriver a celui la 😛

    • Like 1
    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    Pff , je viens de le finir , Tom King est vraiment un monstre du scénario , quel régal ! Pas toujours évident de suivre avec ces ramifications et ces cases mélangées passé/présent/pensée , mais tout s'explique à la fin et c'est juste génial . C'est vrai que les mises en pages sont innovantes et nous plongent littéralement dans le récit , vraiment un super moment de lecture . Gros potentiel de relecture aussi car , pour tout digérer !!!

    • Like 1
    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites



    Rejoindre la conversation

    Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

    Invité
    Ajouter un commentaire…

    ×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

      Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

    ×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

    ×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

    ×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


  • Qui est en ligne   5 membres, 0 anonyme, 21 invités (Afficher la liste complète)

  • Inscription

    Inscrivez vous gratuitement

  • Les previews !

  • Dernières Critiques

    • Guerres et dragons - Tome 1 - La bataille d'Angleterre
      Note :
      Et hop une nouvelle série Soleil. Et quand elle s'appelle Guerres & Dragons, forcément on est plutôt sur une lecture fantastique plaisir que sur du rigoureux. Qu'à cela ne tienne, ici le concept est simple : imaginons la bataille d'angleterre si des dragons s'en mêlaient. Oui le pitch est simpliste, mais la période historique suffisamment riche pour permettre de raconter une histoire.

      Alors attention, il s'agit à priori si j'ai bien compris d'une série en 4 épisodes se déroulant pour la plupart dans des époques et des lieux différents. Leurs point communs : une guerre d'ampleur et l'intervention des dragons.

      Nicolas Jarry a bien trop de métier pour essayer de creuser trop profond la question de l'existence de ces dragons, de leur arrivée, de leurs liens avec les humains. Ce n'est pas l'objet ici, et cela serait probablement casse gueule. Donc il nous demande d'accepter cet état de fait pour mieux nous parler du destin d'une famille pendant cette bataille d'angleterre. Tant mieux, c'est bien fait. 

      Il faut dire aussi que les planches de Vax sont très très réussies je trouve dans le style désormais facilement reconnaissable des séries Soleil. Rien de novateur, mais des couleurs vives et nuancées qui viennent cette fois-ci rendre les planches encore plus dynamiques et exaltantes. Bravo M. Powell.
      • 8 réponses
    • La Légion sombre
      Note :
      Bon la Légion sombre s'adresse aux fans inconditionnels de ISS SNipers. Guerriers surpuissants, morale douteuse, montée en puissance, pouvoirs limite surnaturels, le tout dans un univers de sf en guerre permanente. Ce n'est pas très fin, cela donne suite directement aux derniers tomes de iss snipers, et les amateurs ne seront pas déboussolés pour deux sous par ce nouvel opus puisqu'on retrouve les mêmes personnages, le même univers, et que cela se passe directement après la fin de iss snipers. Graphiquement cela reste très joli, c'est de la belle sf, comme soleil sait bien le faire.

       

      Côté histoire là je vais être plus mesuré car c'est aussi vite lu qu'oublié. Pour développer un peu, ce que je trouve dommage dans cet univers de méchants surpuissants c'est que globalement cela manque un peu de finesse et que le "toujours plus méchant et sans coeur" montre vite ses limites. Les persos ne sont pas franchement attachants, et les méchants manquent de nuances. 

      En résumé, cette série a pour moi les mêmes défauts et qualités qu'ISS Snipers... A réserver donc aux amateurs de cette dernière, pour les autres, je conseille plutôt de commencer par Conquêtes.
      • 5 réponses
    • Avenir
      Note :
      En usant des oeuvres passées comme 1984 de Orwell ou encore des principes de liberté de Rousseau , les auteurs imaginent un futur sous dominance de l'IA . Ainsi , l'IA détermine l'avenir de nos enfants en fonction d'algorithmes bien définis en vue d'orientations "forcées" n'autorisant aucun échec . Le chômage et la délinquance diminuent , les résultats semblent probants . L'histoire suit donc cette famille avec le jeune Matt soumis à ces tests avec un résultat négatif . Ses parents sont divisés sur le sujet , aussi sa mère tente le tout pour le tout afin de démontrer les failles du système , cette dernière croyant aux chances de son fils à un avenir autre que celui prédit . Elle et son frère journaliste , se lancent dans une quête sur les dessous de cette IA si omnipotente , mais aussi dans une introspection . Les auteurs posent ces questions essentielles : sommes-nous libres et avons-nous réellement envie de l'être ? Un avenir tracé par une IA , en dépit des rêves et autres souhaits établis durant l'enfance ? Un calcul froid et mathématique face à l'imaginaire et l'art ! Comment cette croisade familiale pour "sauver" Matt va t'elle se finir ?

      Dans cette course poursuite , vous découvrirez le travail de Eliot le dessinateur formé à l'école belge . Il signe sa première oeuvre avec ce one-shot . Son trait crayonné et rond propose des planches sombres et pluvieuses . Les visages sont expressifs et facilement reconnaissables . Le découpage des scènes est pertinent et sert un récit qui va à toute allure .
      • 0 réponse

    • Les allumés du conseil tomes 1 et 2
      Note :
      Ume est un lycéen qui excelle en littérature, il aime les lettres, les mots, et se sent tel un écrivain talentueux. Hélas, il est nul en science et risque de redoubler ! Afin de remonter sa moyenne, sa professeure principale lui fait intégrer le conseil des élèves. Il y fait la rencontre des autres membres qui ont tous un grain plus ou moins important.

      Ce manga humoristique est sous forme de yonkoma (4 cases verticales). En général, ce format raconte sur une colonne une petite histoire ; ici, même si l’on garde une chute à chaque fin de colonne, il y a un lien entre les saynètes et donc une progression dans les relations entre les personnages. Concernant le partie humoristique, les gags tournent souvent autour de quiproquos ou plutôt comme l’on dit par chez moi de ceux qui ont l’esprit « mal tourné » et qui pensent tout de suite à des choses coquines. On aura par exemple une méprise autour d’un bilboquet… Cependant, le manga ne va jamais trop loin, il n’est pas vulgaire et il est facile à lire. Je crains cependant une lassitude si les gags ne se renouvellent pas assez mais c’est le lot de tous les mangas humoristiques ! En attendant, c’est un manga assez distrayant pour un moment de pure détente.
      • 0 réponse
    • L'amour le plus lointain au monde tome 1
      Note :
      Voici une belle histoire, joliment racontée sans jamais tomber dans le cliché ni dans le larmoyant. C’est l’histoire d’une rencontre entre un jeune violoniste et un homme malentendant. Tokâ a 19 ans il est violoniste autodidacte, n’a jamais appris la technique et ne sait pas vraiment déchiffrer les partitions, cela le rend très talentueux d’un côté et très déroutant de l’autre car il ne vit sa musique qu’à travers ses émotions sans prendre en compte l’environnement qui l’entoure. Isuzu, 29 ans, travaille en free-lance et souvent de chez lui, il est né sourd mais cela ne l’empêche pas de ressentir les vibrations de la musique.

      Cette rencontre va être un déclic pour l’un comme pour l’autre, c’est un peu comme s’ils allaient se retrouver en face de leur opposé. Celui pour qui le son est toute sa vie se retrouve en face de celui pour qui le son n’existe pas et qui compense ce trouble de la communication par des expressions faciales plus marquées. Chaque moment du livre est beau car on sent les efforts que chacun met pour aller vers l’autre et essayer de comprendre son univers. Que ce soit le graphisme ou la narration, tout est fait avec élégance et finesse, même le handicap est abordé simplement, sans jugement, sans parti pris et avec beaucoup de justesse. Un très beau 1er tome, vivement la suite !
      • 0 réponse
×
×
  • Créer...