Aller au contenu
  • S’inscrire
  • Steamygal , L'enfer est dans mon foyer


    Kevin Nivek
    • Scenariste: Marc Moreno Dessinateur: Marc Moreno Coloriste: Marc Moreno Editeur: Autres Editeurs/Auto editions Note :
      Résumé:

      Quadruple Homicide par démembrement dans les quartiers chics d'Atmopolis. Violent, barbare mais surtout surnaturel de par le profil qui se dégage des meurtriers. Le témoignage de Salvie, une enfant qui a réchappé au carnage, est incompéhensible car il fait état de créatures démesurées et littéralement bestiales. Mais comme ondit dans la rue : "quand le diable s'en mêle, les steamyg' on appelle".

      Type: BD Europeene L'acheter sur bdfugue Genre: Fantastique
     Share

    Quelle attente pour ce projet de Moreno , l'illustre auteur du chef d'oeuvre steampunk en collaboration avec Corbeyran : Le régulateur ! Par convictions personnelles , il a souhaité se retirer du monde de l'édition "traditionnel" et lancer son projet en financement participatif sur Ulule , en janvier 2020 ! Du retard et encore du retard pour cet accouchement long et difficile . 3 ans plus tard donc , un peu plus de 1OOO contributeurs ont reçu leur bien en version améliorée , pendant que les éditions Snorgleux ( spécialiste des rééditions de luxe et autres tirages de tête) le publient en une version "commerce" de très bonne qualité .

    Grand fan de la série Le régulateur , j'attendais cette sortie avec impatience . Moreno est rare et précieux , en atteste son trait toujours aussi précis , l'univers métallique style Eiffel , est repris avec panache . Une fois de plus , les planches sont superbes , cet univers steampunk est magnifiquement imagé à travers l'architecture et autres engins mobiles volants . Il nous offre des courses poursuites très dynamiques , ainsi que des successions de petites cases décrivant des combats d'une précision d'orfèvre . L'art du mouvement dans toute sa splendeur . Je mettrais un léger bémol sur les couleurs un peu ternes , par rapport au Régulateur où son frère l'aidait .

    L'atout principal de Moreno étant le dessin ,vous l'aurez compris , il peine un peu sur le scénario . N'est pas Corbeyran qui veut ! L'histoire débute par le  massacre d'une riche famille , et nous fait découvrir cette police annexe féminine spécialisée dans les crimes particuliers . L'enquête peut démarrer avec tout le classicisme qui la caractérise : interrogation des témoins , géographie des crimes , passé des victimes etc ... Un soupçon de convenu avec un final pourtant riche en surprises , mais qui tombent un peu comme le cheveux dans la soupe . Le récit propose un début et une fin , mais laisse une porte ouverte à d'autres aventures dans cet univers qu'il dépeint si bien . Je le conseillerais vraiment aux amoureux du style steampunk et du dessin de Moreno , mais si vous n'avez jamais lu le Régulateur , foncez sur cette série incroyable 😉

    steam1.jpg

    steam2.jpg

     Share


    Retour utilisateur

    Commentaires recommandés



    Rejoindre la conversation

    Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

    Invité
    Ajouter un commentaire…

    ×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

      Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

    ×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

    ×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

    ×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


  • Qui est en ligne   0 membre, 2 anonymes, 93 invités (Afficher la liste complète)

    • Il n’y a aucun utilisateur enregistré actuellement en ligne
  • Inscription

    Inscrivez vous gratuitement

  • Les previews !

  • Dernières Critiques

    • Les Mantes religieuses - Tome 2 - La stratégie de l'araignée
      Note :
      L'humour et le dessin sont deux choses très personnelles. j'aime plutôt les dessins ronds, mettant en valeur l'humanité des personnages aussi j'ai largement préféré le travail de Christian Paty sur "Le pré derrière l'église" notamment. Ici le dessinateur semble se mettre au service de l'humour choisit par les auteurs, assez incisif, et dont j'ai eu du mal à me régaler à titre personnel. Cette BD mi-humoristique, mi-historique m'a finalement laissé de marbre des deux points de vue. Pourtant la période explorée est plus qu'intéressante, et on ne peut pas dire que le travail n'est pas bien fait. Reste donc les goûts et les couleurs, et si je n'ai pas su être comblé par ces deux premiers tomes, pas mal de lecteurs y ont pourtant succombé, alors complétez donc votre avis par vous même en allant la découvrir en librairie. 
      • 0 réponse
    • Glaise
      Note :
      Glaise est l'adaptation en bande dessinée du roman de Franck Bouysse par le scénariste Fabrice Colin. Ce roman graphique est le deuxième titre des éditions Marabulles dans un format plus petit mais avec une pagination plus importante, avec plus 150 planches. Je ne vais pas pouvoir comparer ou juger de l'adaptation du best-seller comme je ne l'ai pas lu. On retrouve cependant un rythme propre aux romans, avec une intrigue qui prend le temps de se développer autour d'une romance entre un couple de jeunes au démarrage de la première guerre mondiale, dans un petit village du Cantal. Le contexte historique n'est pas très joyeux et les personnages secondaires sont souvent tristes et subissent leur vie à la campagne. On ressent un drame inévitable qui doit arriver avec l'oncle de la jeune Anna depuis son arrivée avec sa mère à la ferme pendant que le mari est sur le front. La partie graphique Loic Godart est de grande qualité, l'auteur réussie très bien à faire ressortir le côté sombre des personnes. La couverture est très représentative des planches intérieures.
      Glaise est une histoire d'amour assombrie par la guerre dans ce drame rural réaliste et très sombre, avec l'attente du retour des hommes ou des courriers annonçant leur décès.
      • 0 réponse
    • Jour J tome 48 : le chevalier noir de Camelot tome 1
      Note :
      Un nouveau diptyque rejoint la grande saga de Jour J, avec le chevalier noir de camelot, sur une intrigue de politique aux Etats-Unis à la fin des années 60. Jean-Pierre Pecau mélange réalité et fiction pour construire une histoire prenante dans le milieu politique. La réalité sert à merveille pour justifier et révéler quelques informations afin de crédibiliser cette uchonie. Pécau ajoute des phases d'action avec des attentats déjoués mais aussi un garde du corps encore perturbé par son passage à la guerre du Vietnam. Les complots se mettent en place avec l'introduction de plusieurs parties dont les black panthers, la mafia, les agents de Nixon et bien d'autres, le tout durant la période électorale de Bobby Kennedy. Les dessins de Denys sont de qualité dans un style semi-réaliste et classique.
      Une fois de plus cette série prouve tout son potentiel avec des uchronies bien pensées pour revisiter l'histoire, sur des nombreuses périodes. On ne s’ennuie dans cette série puisqu’après les aventures improbables de Dali, on passe à la famille Kennedy.
       
      • 0 réponse
    • Elfes , tome 35 - Noir c'est noir
      Note :
      Nouvelle suite des aventures de Gaw'yn , seul héros présent depuis le début de l'aventure "Elfes" initiée par JL Istin ! En effet , l'elfe noir poursuit ses aventures après un tome précédent le voyant vaincre la malédiction de leur fratrie . Toujours en compagnie de ses deux charmantes consoeurs , il se retrouve à bord d'un chalutier mené par un elfe bleu . Ce dernier cherche à vendre le produit de sa pêche dans des comptoirs tenus par des hommes dans le nord ouest des terres d'Arran . L'équipage va découvrir les prémices de cette haine naissante dans l'esprit des hommes envers le peuple elfe . Déstabilisation du marché , complots et autres agressions physiques deviennent monnaie courante , afin de réduire drastiquement l'influence des elfes sur l'économie . Gaw'yn va protéger le capitaine elfe bleu de ces menaces , tout en retrouvant en lui même les éléments de son passé "bleu" de naissance , et donc lié à la mer . Nouvel habitué des albums sur les elfes noirs , le dessinateur Dimat propose un travail soigné , dans l'esprit de la saga en  général , mais je lui reproche un trait presque trop "informatisé" , mais peut-être est-ce aussi la faute aux couleurs bien trop vives à mon goût ! Les scènes d'action s'enchaînent en nous démontrant toute l'étendue des talents de Gaw'yn , une fois de plus . Il est capable de se sortir de toute les situations , sauf que ! Arleston nous propose un rebondissement inattendu (qui tombe un peu comme un cheveu dans la soupe je dois dire) sur la mythologie des elfes noirs . Il semblerait bien que Gaw'yn ne soit pas au bout de ses surprises et continue sa route dans un prochain album centré sur sa personne .

      Un tome de plus , sans relief , d'une saga Elfes en manque de renouveau , qui je l'espère saura se recréer dans un nouvel arc narratif avec cette fameuse guerre contre les hommes .
      • 1 réponse

    • Dans les coulisses de HomeRoom tomes 1 et 2 (fin)
      Note :
      Connaissez-vous le terme shipper ? C’est le fait d’imaginer des gens en couple, un phénomène très tendance chez les Fujoshis (les fans de boy’s love). Alors quand il s’agit du groupe HomeRoom composé de Hibiki et Rui, les fantasmes vont bon train, mais les deux jeunes chanteurs ne sont pas forcément au courant. Le jour où Rui tombe sur une fiction le mettant en scène de façon très très coquine avec Hibiki, ses hormones commencent à s’emballer. Et quand en plus, leur manager leur propose de jouer sur cette thématique, la fiction va très vite devenir réalité.

      L’histoire est assez légère, même si on aperçoit des aspects du monde du showbizz japonais avec ses jeunes stars montantes qui doivent faire tout un tas de travaux (représentation, publicité, émissions de télé…) pour répondre à la demande. Et que l’on voit aussi quelques comportements des fans, surtout les fujoshis, comment elles imaginent des histoires et comment cela leur suffit. Le manga reste majoritairement sur l’histoire d’amour entre Hibiki et Rui. Les fan fictions provoquent un déclic chez Rui et peu à peu, il va se rendre compte de ses sentiments. Une histoire d’amour mignonne assez classique en somme, avec de nombreuses scènes érotiques et un peu d’humour, le tout sous les feux des projecteurs !
      • 0 réponse
×
×
  • Créer...