Aller au contenu
  • S’inscrire

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'aventure'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Les forums BD
    • Toute la BD
    • Projets participatifs
    • Petites Annonces BD
    • Liens BD vers ailleurs
  • Et si on parlait d'autre chose que la bande dessinée ?
    • Améliorons 1001BD
    • Films et séries TV
    • 1001 Jeux Video
    • Livres - Musique - Spectacles - Théatre - Musées
    • 1001 choses à dire
  • TEAM

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui contiennent…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


  1. Titre de l'album : Joseph Kessel, l'indomptable Scenariste de l'album : Jonathan Hayoun , Judith Cohen-Solal Dessinateur de l'album : Nicoas Otero Coloriste : Editeur de l'album : Steinkis Note : Résumé de l'album : Les dernières confessions de Joseph Kessel Durant soixante ans, Joseph Kessel a parcouru les continents sur la trace de ces instants de vie où l'homme affronte la mort. Homme d'action autant qu'homme de lettres, cet écrivain voyageur, journaliste, aventurier, résistant, aviateur est le témoin direct et le conteur exceptionnel des événements qui ont marqué l'histoire du xxe siècle. Lors d'un dernier entretien, encore inédit, il se livre à son filleul. Il nous laisse entrevoir ce qu'il cherchait en consacrant sa vie à braver la mort. Critique : Russe , juif , écrivain , aviateur ,résistant , ayant vécu à Nice ... Non vous n'êtes dans Les promesses de l'aube , roman autobiographique de Romain Gary ! Si tant est que l'on puisse réduire sa vie à ses mots et titres , je peux ajouter aventurier , reporter de guerre , académicien etc .... Des similitudes avec Gary , mais pas que , Joseph Kessel est immense dans le paysage des écrivains français . Pour tout vous dire , en dehors de son fameux livre Le lion , dont vous avez sûrement fait des dictées à l'école vous aussi , je ne connaissais pourtant le romancier que de nom . J'étais très loin de penser à quel point sa vie a été riche et dangereuse . A travers la discussion entre lui et son filleul , nous découvrons sous la plume des deux auteurs Judith Cohen-Solal (psychanalyste) et Jonathan Hayoun (réalisateur) la vie de ce monstre sacré de la littérature française . Des pogroms que sa famille subit en Russie , leur fuite vers l'Argentine puis l'arrivée en France , son adolescence et surtout , sa relation presque gémellaire avec son cadet de frère qui va être prépondérante dans ses choix de carrière ; tout est relaté par un Joseph Kessel , usé par la vie , par sa vie ! Le duo d'auteurs se permet même d'incorporer du suspens dans la lecture en mettant comme fil rouge le destin funeste du frère . Vous verrez Joseph Kessel partir sur le front des guerres "franquistes" , puis irlandaises , il rencontrera même Hitler en Allemagne en 1932 . Puis sous l'occupation avec son engagement auprès des forces françaises libres (De Gaulle le comparant lui aussi à Romain Gary) . Ses mariages , avec justement son voyage de noces au Kenya (en plein soulèvement contre l'occupant britannique) , lieu fertile d'où naîtra son livre le plus connu . Enfin ,son entrée à l'académie française , le rendant immortel . Je vous invite à lire son discours d'intronisation en annexe du roman graphique , où comment la littérature française porte ses lettres de noblesses avec des écrivains tels que lui . En toute fin vous comprendrez pourquoi il a vécu sa vie comme un roman , bravo aux auteurs ! Bravo aussi à Nicolas Otero , que l'on connaissait pour ses 9 tomes Amerikkka entre autres , qui nous démontre toute l'étendue de son talent . Il n'use pas moins de 3 techniques de dessin : une ligne claire pour le présent , du crayonné du plus bel effet pour des visions chimériques ,et du pastel pour le passé . Un très beau résultat pour un hommage réussi à Monsieur Joseph Kessel ! Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/joseph-kessel-l-indomptable/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  2. Titre de l'album : La voie du glaive - Tome 1 - Les frères furieux Scenariste de l'album : Emmanuel Herzet & Vincent Brugeas Dessinateur de l'album : Benoît Dellac Coloriste : Denis Béchu Editeur de l'album : Le Lombard Note : Résumé de l'album : Lento le tacticien, Sutura le flamboyant. Dans les arènes de Ravenne, les « Frères Furieux » sont de vraies célébrités. Et leur avenir s'annonce radieux, tandis que s'ouvrent à eux les sélections pour les jeux du Colisée. Rome : l'occasion de se faire un nom. Malgré tout, Lento n'entend pas arrêter ses petites combines parallèles et espère toujours faire fortune en marge des circuits légaux. Hélas, dans les bas-fonds, la violence n'a rien d'un spectacle. Ici-bas, on tranche pour tuer, pas pour briller. Critique : Bon, je suis habituellement très fan du travail de Messieurs Dellac Brugeas et Herzet, alors vous pensez bien qu'une nouvelle série de bd façon péplum avec ces 3 auteurs qui nous ont déjà livrés les 3 très bons tomes de Nottingham, cela ne pouvait que me tenter fortement. Je vais rester prudent car ces 3 auteurs nous ont habitué à de très belles choses mais ce tome 1 m'a laissé un peu sur ma faim. Il manque un petit quelque chose je trouve à notre duo de héros pour nous embarquer avec eux, cela viendra peut être mais ce premier tome, s'il pose bien les bases d'une aventure à tiroirs prometteuse, manque peut être un poil de panache ou d'héroïsme pour nous faire vibrer. Par contre l'histoire est réellement originale là où j'aurais pu craindre une trame trop classique. J'ai par contre parfois eu un peu de mal avec les visages dessinés par Benoit Dellac. Attendons donc de voir ce que la tome 2 aura sous le pied. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/la-voie-du-glaive-tome-1-les-freres-furieux?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  3. Bon, je suis habituellement très fan du travail de Messieurs Dellac Brugeas et Herzet, alors vous pensez bien qu'une nouvelle série de bd façon péplum avec ces 3 auteurs qui nous ont déjà livrés les 3 très bons tomes de Nottingham, cela ne pouvait que me tenter fortement. Je vais rester prudent car ces 3 auteurs nous ont habitué à de très belles choses mais ce tome 1 m'a laissé un peu sur ma faim. Il manque un petit quelque chose je trouve à notre duo de héros pour nous embarquer avec eux, cela viendra peut être mais ce premier tome, s'il pose bien les bases d'une aventure à tiroirs prometteuse, manque peut être un poil de panache ou d'héroïsme pour nous faire vibrer. Par contre l'histoire est réellement originale là où j'aurais pu craindre une trame trop classique. J'ai par contre parfois eu un peu de mal avec les visages dessinés par Benoit Dellac. Attendons donc de voir ce que la tome 2 aura sous le pied.
  4. Rhhhhaa décidément cette série est excellente ! Excellente parce qu'elle est orientée vers un public averti et ne nous propose donc pas un manga d'aventure gentillet comme souvent. Mais il garde quand même les codes du manga d'aventure avec les montées en compétence, la formation d'une équipe étc.... Et ce tome 5 continue dans la foulée du précédent avec la fin de partie entre le groupe de Noel et le clan de Gambino. Une fin haute en couleur qui réussit à passer l'aspect courut d'avance du combat (car oui Noel ne va pas mourir) en nous livrant, encore une fois, une réflexion impressionnante de maturité et de fourberie de la part de Noel. Intelligemment, la renommée du petit groupe commence à se répandre et on voit arriver, au fur et à mesure, des gros poissons intrigué par le groupe... que ce soit en tant que futur concurrent ou futur alliés. La montée en puissance continue et notre intérêt pour cette série finalement hors norme s'en trouve renforcé.
  5. Titre de l'album : The most notorious talker tome 5 Scenariste de l'album : Jaki Dessinateur de l'album : Yamorichan Coloriste : Editeur de l'album : Meian Note : Résumé de l'album : Le duel entre Noel et les Gambino, arbitré par Finocchio, commence enfin ! N'étant doté d'aucune compétence martiale, Albert envoie Kôga se battre à sa place... Leur combat à mort reprend enfin. Après trois affrontements, chacun connaît la valeur de l'autre... Et Kôga a eu tout le loisir d'observer Noel qui vise la suprématie malgré son job ! Quel chemin choisira notre fine-lame ? Noel commence les démarches pour fonder son propre clan tout en reprenant son activité de Seeker. Son ascension semble s'accélérer, mais les choses se passeront-elles vraiment aussi simplement ? L'aventure continue pour notre jeune Talker qui manipule sans scrupules les aventuriers les plus forts, dans un cinquième tome décisif ! Critique : Rhhhhaa décidément cette série est excellente ! Excellente parce qu'elle est orientée vers un public averti et ne nous propose donc pas un manga d'aventure gentillet comme souvent. Mais il garde quand même les codes du manga d'aventure avec les montées en compétence, la formation d'une équipe étc.... Et ce tome 5 continue dans la foulée du précédent avec la fin de partie entre le groupe de Noel et le clan de Gambino. Une fin haute en couleur qui réussit à passer l'aspect courut d'avance du combat (car oui Noel ne va pas mourir) en nous livrant, encore une fois, une réflexion impressionnante de maturité et de fourberie de la part de Noel. Intelligemment, la renommée du petit groupe commence à se répandre et on voit arriver, au fur et à mesure, des gros poissons intrigué par le groupe... que ce soit en tant que futur concurrent ou futur alliés. La montée en puissance continue et notre intérêt pour cette série finalement hors norme s'en trouve renforcé. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/the-most-notorious-talker-tome-5?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  6. Casteman n'est pas un des plus acteurs du marché du manga, mais il faut bien dire qu'ils ont mis ici la main sur un excellent premier tome ! En contre-pieds avec les mangas d'aventures standard, ce "Survivants d'Ormélion" commence par "la fin" avec des personnages déjà adultes et surtout un manga qui commence par un drame et une ambiance de fin du monde. Ici notre héros ne monte pas vraiment en compétence, mais essaye de profiter des compétences des autres. La problématique de survie des personnages est aussi une nouveauté et un point intéressant : comment faire manger des gens quand on est un noble et qu'on ne sait que se battre ? Et si la protection des autres n'était pas un "luxe" quand on n'a rien pour manger ? Un manga rafraichissant qui change des mangas d'aventure traditionnels !
  7. Titre de l'album : Les survivants d'Ormélion tome 1 Scenariste de l'album : Masaru Chikamoto Dessinateur de l'album : Gonbe Shinkawa Coloriste : Editeur de l'album : Casterman Note : Résumé de l'album : De retour d'une longue chasse, Aglédios, fils du seigneur d'une colonie située dans les marches du royaume, retrouve son village décimé. Tout laisse entendre que la sorcière de la forêt interdite est responsable du massacre. Ivre de vengeance, Aglédios se lance à sa recherche. Mais au lendemain de la tragédie, que commande l'urgence ? Châtier ceux qu'on tient pour coupables et rendre justice aux morts, ou rebâtir et aider les survivants ? Critique : Casteman n'est pas un des plus acteurs du marché du manga, mais il faut bien dire qu'ils ont mis ici la main sur un excellent premier tome ! En contre-pieds avec les mangas d'aventures standard, ce "Survivants d'Ormélion" commence par "la fin" avec des personnages déjà adultes et surtout un manga qui commence par un drame et une ambiance de fin du monde. Ici notre héros ne monte pas vraiment en compétence, mais essaye de profiter des compétences des autres. La problématique de survie des personnages est aussi une nouveauté et un point intéressant : comment faire manger des gens quand on est un noble et qu'on ne sait que se battre ? Et si la protection des autres n'était pas un "luxe" quand on n'a rien pour manger ? Un manga rafraichissant qui change des mangas d'aventure traditionnels ! Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/les-survivants-d-ormelion-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  8. Grym est le dernier tome et conclusion de la série spin off sur la jeunesse de Thorgal. Cette série a été un vrai plaisir pour moi, tant j'ai retrouvé les ambiances des premiers Thorgal. Des vikings, des mythes, de l'aventure. Certes ce Thorgal version jeune est un combattant plus tendre que sa version adulte, mais il brille déjà par son courage et sa morale. Ses qualités lui attirent déjà ennemis et amis, mais surtout des aventures à n'en plus finir. La jeune Aaricia ne démérite pas pour autant et offre un personnage faisant écho à celui de Thorgal, parfois même un peu dépassé. Les drames et les rebondissements vont se succéder dans cet épisode qui va voir une nouvelle fois des peuples du nord s'affronter sur fond d'exclusion et de conflits larvés. Le personnage de Grym se révèlera particulièrement intéressant par sa dramaturgie. Pour le dessin, il n'y a évidemment pas grand chose à redire sur le travail remarquable de Surzhenko qui dessine désormais cette série depuis le début et à su comme le créateur de Thorgal s'approprier finalement ce héros hors du commun et son univers graphique. C'est beau, c'est bien, c'est réussi. Merci donc pour cette petite rallonge de plaisir de 11 tomes qui nous aura fait profiter de Thorgal un peu plus. Place désormais à Thorgal Saga !
  9. Titre de l'album : La jeunesse de Thorgal - Tome 11 - Grym Scenariste de l'album : Yann Dessinateur de l'album : Roman Surzhenko Coloriste : Elvire De Cock Editeur de l'album : Le Lombard Note : Résumé de l'album : Thorgal est mort... mais ce n'est pas encore aujourd'hui que Hel l'accueillera en son royaume ! Ayyur, la déesse berbère de la Lune, l'a pris sous sa protection. Mais pour revenir des limbes, il y aura un prix à payer ! Critique : Grym est le dernier tome et conclusion de la série spin off sur la jeunesse de Thorgal. Cette série a été un vrai plaisir pour moi, tant j'ai retrouvé les ambiances des premiers Thorgal. Des vikings, des mythes, de l'aventure. Certes ce Thorgal version jeune est un combattant plus tendre que sa version adulte, mais il brille déjà par son courage et sa morale. Ses qualités lui attirent déjà ennemis et amis, mais surtout des aventures à n'en plus finir. La jeune Aaricia ne démérite pas pour autant et offre un personnage faisant écho à celui de Thorgal, parfois même un peu dépassé. Les drames et les rebondissements vont se succéder dans cet épisode qui va voir une nouvelle fois des peuples du nord s'affronter sur fond d'exclusion et de conflits larvés. Le personnage de Grym se révèlera particulièrement intéressant par sa dramaturgie. Pour le dessin, il n'y a évidemment pas grand chose à redire sur le travail remarquable de Surzhenko qui dessine désormais cette série depuis le début et à su comme le créateur de Thorgal s'approprier finalement ce héros hors du commun et son univers graphique. C'est beau, c'est bien, c'est réussi. Merci donc pour cette petite rallonge de plaisir de 11 tomes qui nous aura fait profiter de Thorgal un peu plus. Place désormais à Thorgal Saga ! Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : http://www.bdfugue.com/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  10. Titre de l'album : Révolutionnaires - Tome 2 - Le grand désordre de l'an 1 Scenariste de l'album : Régis Hautière Dessinateur de l'album : Xavier Fourquemin Coloriste : Amparo Crespo Cardenete Editeur de l'album : Le Lombard Note : Résumé de l'album : Le terrible Mange-Doigts, roi des bas-fonds nantais, tient désormais la jeune Célénie de Montencourt prisonnière. Mais son oncle, le Marquis de Valoire, entend payer l'orgueilleux roturier en plomb. Dans tous les cas, l'avenir de la jeune héritière semble bien compromis, si Mélina et Pince-Mitraille ne se dépêchent pas de la secourir. Car, Révolution ou pas, tous les hommes sont égaux lorsqu'il s'agit de faire couler le sang... Critique : Après la sortie du dernier tome des omniscients c'est au tour de Révolutionnaires l'autre série jeunesse récente de chez Le Lombard de sortir son second tome. Si le premier m'avait plutôt intéressé notamment grâce à son contexte historique riche et encore sous exploité, il lui avait manqué un petit quelque chose tant au niveau graphique que sur son intrigue pour rejoindre les rangs des excellentes séries jeunesse du Lombard comme La forêt du temps. Ce tome 2 nous emmène donc sur les traces de nos jeunes protagonistes dans une ville de Nantes troublée par la révolution. L'intrigue reste agréable à suivre même si elle ne présente pour le moment pas de gros rebondissements, et les personnages me semblent un peu sous exploité malheureusement, on a du mal à s'attacher à leur sort. Le dessin de Xavier Fourquemin, très expressif, ne participe malheureusement pas vraiment à nous rendre les personnages plus attachants. L'ambiance est graphiquement bien restituée et participe à l'intérêt du récit. Dommage, il ne manque pas grand chose pour que cette série se révèle plus marquante. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/revolutionnaires-tome-2-le-grand-desordre-de-l-an-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  11. Après la sortie du dernier tome des omniscients c'est au tour de Révolutionnaires l'autre série jeunesse récente de chez Le Lombard de sortir son second tome. Si le premier m'avait plutôt intéressé notamment grâce à son contexte historique riche et encore sous exploité, il lui avait manqué un petit quelque chose tant au niveau graphique que sur son intrigue pour rejoindre les rangs des excellentes séries jeunesse du Lombard comme La forêt du temps. Ce tome 2 nous emmène donc sur les traces de nos jeunes protagonistes dans une ville de Nantes troublée par la révolution. L'intrigue reste agréable à suivre même si elle ne présente pour le moment pas de gros rebondissements, et les personnages me semblent un peu sous exploité malheureusement, on a du mal à s'attacher à leur sort. Le dessin de Xavier Fourquemin, très expressif, ne participe malheureusement pas vraiment à nous rendre les personnages plus attachants. L'ambiance est graphiquement bien restituée et participe à l'intérêt du récit. Dommage, il ne manque pas grand chose pour que cette série se révèle plus marquante.
  12. Titre de l'album : Les omniscients - Tome 4 - Scenariste de l'album : Vincent Dugomier Dessinateur de l'album : Renata Castellani Coloriste : Benoît Beckaert Editeur de l'album : Le Lombard Note : Résumé de l'album : Trois mois après la découverte du secret le mieux enfoui de New York, la compétition qui oppose les Omniscients aux Iconoclastes prend désormais un tour très public. Et puisque l'origine de leurs dons semble liée aux ruines tazmèdes, quoi de mieux qu'un duel d'archéologie pour régler leur différend ? Malheureusement, personne n'a anticipé qu'exhumer les fondations du passé peut faire vaciller l'édifice du présent... Critique : Les omniscients est l'une des série jeunesse phare du Lombard, mais il faut bien reconnaitre que j'ai du mal à y adhérer. Le premier tome laissait entrevoir de belles promesses mais pour le moment cela ne décolle pas vraiment pour moi, la faute à un scénario un peu fourre-tout je trouve et dont on a du mal à discerner les enjeux. Vincent Dugommier nous avait pourtant habitué à des scénarios plus efficaces sur ces précédentes séries, notamment sur Les enfants de la résistance. Le dessin de Renata Castellani est lui dans la ligne des séries jeunesse du Lombard, avec notamment des visages assez fin nous restituant bien les expressions, mouvements et émotions. J'espère que le prochain tome va clarifier un peu le scénario et ses enjeux pour ne pas me perdre pour cette série. En tous cas, la conclusion approche à grand pas avec son lot de révélations... Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/les-omniscients-tome-4-affrontements?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  13. The_PoP

    Les omniscients - Tome 4 -

    Les omniscients est l'une des série jeunesse phare du Lombard, mais il faut bien reconnaitre que j'ai du mal à y adhérer. Le premier tome laissait entrevoir de belles promesses mais pour le moment cela ne décolle pas vraiment pour moi, la faute à un scénario un peu fourre-tout je trouve et dont on a du mal à discerner les enjeux. Vincent Dugommier nous avait pourtant habitué à des scénarios plus efficaces sur ces précédentes séries, notamment sur Les enfants de la résistance. Le dessin de Renata Castellani est lui dans la ligne des séries jeunesse du Lombard, avec notamment des visages assez fin nous restituant bien les expressions, mouvements et émotions. J'espère que le prochain tome va clarifier un peu le scénario et ses enjeux pour ne pas me perdre pour cette série. En tous cas, la conclusion approche à grand pas avec son lot de révélations...
  14. Titre de l'album : La vengeance de Zaroff Scenariste de l'album : Sylvain Runberg & François Miville-Deschênes Dessinateur de l'album : François Miville-Deschênes Coloriste : François Miville-Deschênes Editeur de l'album : Le Lombard Note : Résumé de l'album : Depuis dix ans qu'il y a élu domicile, les États-Unis n'ont pas été à la hauteur des attentes de Zaroff. Quelques criminels, des vagabonds... menu gibier, bien indigne du plus grand chasseur du monde. Mais l'oncle Sam lui offre un nouveau terrain de chasse : sa Russie natale, envahie par les Nazis. Zaroff devra y retrouver une physicienne perdue au beau milieu de ces prédateurs du IIIe Reich, dont la sauvagerie n'a d'égale que la sienne. Car plus le jeu est dangereux, plus Zaroff le devient... Critique : Le premier opus des crimes de Zaroff dans la collection Signé m'avait fait très forte impression à l'époque. Dessin soigné, histoire menée tambour battante, personnage hors du commun, cette chasse à l'homme m'avait alors beaucoup plu. Alors imaginez quand j'ai appris qu'il y aurait une suite sous forme d'un nouveau one-shot dans la même collection et avec les mêmes auteurs aux manettes. On retrouve donc notre Comte sanguinaire tranquillement et discrêtement installé aux Etats Unis où il passe le temps jusqu'à ce que la guerre nécessite ses services. Le monde est en pleine seconde guerre mondiale, et autant dire que le Nazi va être une proie plus qu'intéressante pour notre comte. Les dessins sont toujours superbes et si l'histoire se révèle moins impactante je trouve que le premier tome, on la dévore avec grand plaisir. Les amateurs du premier tome y trouveront largement leur compte. Attention cependant aux âmes fragiles, c'est toujours aussi malsain et immoral. Côté dessin, François Miville-Deschênes reprend son travail du premier opus avec presque le même brio. Je dis presque car les personnages et les décors m'avaient semblé plus flamboyants dans le premier tome, mais c'est peut être lié également au côté froid de cette aventure un brin glacée. Ceci dit je fais la fine bouche car comme souvent dans la collection signé, le travail graphique reste de très haut de gamme. C'est vraiment bien. Autres infos : Le retour de Zaroff Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/zaroff-tome-2-la-vengeance-de-zaroff?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  15. The_PoP

    La vengeance de Zaroff

    Le premier opus des crimes de Zaroff dans la collection Signé m'avait fait très forte impression à l'époque. Dessin soigné, histoire menée tambour battante, personnage hors du commun, cette chasse à l'homme m'avait alors beaucoup plu. Alors imaginez quand j'ai appris qu'il y aurait une suite sous forme d'un nouveau one-shot dans la même collection et avec les mêmes auteurs aux manettes. On retrouve donc notre Comte sanguinaire tranquillement et discrêtement installé aux Etats Unis où il passe le temps jusqu'à ce que la guerre nécessite ses services. Le monde est en pleine seconde guerre mondiale, et autant dire que le Nazi va être une proie plus qu'intéressante pour notre comte. Les dessins sont toujours superbes et si l'histoire se révèle moins impactante je trouve que le premier tome, on la dévore avec grand plaisir. Les amateurs du premier tome y trouveront largement leur compte. Attention cependant aux âmes fragiles, c'est toujours aussi malsain et immoral. Côté dessin, François Miville-Deschênes reprend son travail du premier opus avec presque le même brio. Je dis presque car les personnages et les décors m'avaient semblé plus flamboyants dans le premier tome, mais c'est peut être lié également au côté froid de cette aventure un brin glacée. Ceci dit je fais la fine bouche car comme souvent dans la collection signé, le travail graphique reste de très haut de gamme. C'est vraiment bien.
  16. Décidément le printemps est la saison des Schtroumpfs ! On n'en doutait pas mais ce tome 6 de la série spin off sur le village des filles Schtroumpfs vient nous le rappeler de belle manière avec cette aventure qui continue, de tome en tome, faisant voyager nos trois héroïnes Schtroumpfs un peu plus loin dans l'imaginaire. On retrouvera avec plaisir l'humour des Schtroumpfs et leur bonne humeur et légèreté bienveillante. Le dessin est dans la droite ligne de l'héritage de la série mère, et cet opus est un bon moyen de retomber dans sa jeunesse pendant le temps de sa lecture.
  17. Titre de l'album : Les schtroumpfs et le village des filles - Tome 6 - L'île vagabonde Scenariste de l'album : Luc Parthoens & Thierry Culliford Dessinateur de l'album : Laurent Cagniat Coloriste : Paolo Maddaleni Editeur de l'album : Le Lombard Note : Résumé de l'album : Toujours à la recherche du Pays des Pierres Schtroumpfantes, Menthe, Tempête et Bouton d'Or vont devoir prendre la mer en compagnie de leur nouvel ami Bernardo. Mais tout cela est plus facile à dire qu'à schtroumpfer : les habitants de l'étrange contrée où elles sont arrivées ont beau différer des humains... il n'en faut pas moins payer sa traversée ! Alors, pour le salut de Saule, nos héroïnes vont devoir embarquer clandestinement vers la suite de leur grande aventure. Critique : Décidément le printemps est la saison des Schtroumpfs ! On n'en doutait pas mais ce tome 6 de la série spin off sur le village des filles Schtroumpfs vient nous le rappeler de belle manière avec cette aventure qui continue, de tome en tome, faisant voyager nos trois héroïnes Schtroumpfs un peu plus loin dans l'imaginaire. On retrouvera avec plaisir l'humour des Schtroumpfs et leur bonne humeur et légèreté bienveillante. Le dessin est dans la droite ligne de l'héritage de la série mère, et cet opus est un bon moyen de retomber dans sa jeunesse pendant le temps de sa lecture. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/les-schtroumpfs-et-le-village-des-filles-tome-6-l-ile-vagabonde?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  18. alx23

    Naufrageurs

    Titre de l'album : Naufrageurs Scenariste de l'album : Rodolphe Dessinateur de l'album : Laurent Gnoni Coloriste : Laurent Gnoni Editeur de l'album : Daniel Maghen Note : Résumé de l'album : Greenway, Angleterre, 14 octobre 1704. Les habitants scrutent la mer, un navire a été aperçu, luttant contre la tempête. Jim atteint l’âge d’être initié contre son gré aux activités nocturnes des adultes de son village : pour améliorer leur quotidien misérable, ils allument des feux qui amènent les navires à se fracasser sur la falaise accidentée. Le Meredith les a vus, et il approche. Pour Greenway, c’est le navire de trop ! À son bord, un mystérieux passager, attendu par un Lord et porteur d’un fabuleux trésor. Le chevalier de Saint-Martin et son équipage sont portés disparus, des soldats partent à leur recherche, mais les villageois sont malins : ils ont tout caché, ou presque. Le pacte qui les lie les oblige à sacrifier l’un d’entre eux pour préserver leur secret. Des pirates de Weymouth, et leur chef « Le Capitaine », découvrent leur secret et arrivent au village pour faire main basse sur le trésor. Tout aussi impitoyables, au prix de quelques meurtres, ils mettent la main sur la cachette du butin et sur l’épave du Meredith au fond des eaux. Mais, à leur tour, ils sont victimes de la folie meurtrière du chef des naufrageurs… Jim assiste à tous ces meurtres en cascade, écœuré. Il se réfugie dans les bois, avec pour compagnie son chien, le singe rescapé du naufrage et Jenny, la fille du chef du village, une jeune aveugle. Ni les pirates ni les naufrageurs ne mettront la main sur le trésor du chevalier. Il reviendra peut-être à celui qui ne le cherchait pas… Critique : Le scénariste Rodolphe est très prolifique avec deux albums qui sortent le même jour aux éditions Daniel Maghens. Les naufrageurs nous permettent de comprendre comment les habitants d'un petit village provoquent les naufrages de navires durant les tempêtes en allumant des feux sur la plage. Ainsi, les naufrageurs ou habitants des cotes peuvent récupérer les marchandises dans les cales des épaves ou mêmes les objets ou cadavres rejetés sur la plage avec les courants. Parmi tous ces naufrageurs et autres personnages douteuses croisés dans cet album, seul un jeune du village sortira du lot. Rodolphe s'inspire de cette méthode très répandue pour permettre de piller les navires attirés sur des récifs. L’auteur construit son histoire avec une surenchère de crimes quand les naufrageurs rencontrent des pirates. La plupart des protagonistes sont sans scrupules et ne rechignent pas à voler ou tuer pour obtenir des richesses. Les dessins de Laurent Gnoni sont dans un styles semi-réalistes pour ce récit de piraterie sur terre. Les naufrageurs est assez froid comme récit même si finalement on doit être proche de la réalité. Le plus jeune initié aux méthodes des naufrageurs apporte une lueur d’espoir dans cette histoire. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/naufrageurs/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  19. alx23

    Naufrageurs

    Le scénariste Rodolphe est très prolifique avec deux albums qui sortent le même jour aux éditions Daniel Maghens. Les naufrageurs nous permettent de comprendre comment les habitants d'un petit village provoquent les naufrages de navires durant les tempêtes en allumant des feux sur la plage. Ainsi, les naufrageurs ou habitants des cotes peuvent récupérer les marchandises dans les cales des épaves ou mêmes les objets ou cadavres rejetés sur la plage avec les courants. Parmi tous ces naufrageurs et autres personnages douteuses croisés dans cet album, seul un jeune du village sortira du lot. Rodolphe s'inspire de cette méthode très répandue pour permettre de piller les navires attirés sur des récifs. L’auteur construit son histoire avec une surenchère de crimes quand les naufrageurs rencontrent des pirates. La plupart des protagonistes sont sans scrupules et ne rechignent pas à voler ou tuer pour obtenir des richesses. Les dessins de Laurent Gnoni sont dans un styles semi-réalistes pour ce récit de piraterie sur terre. Les naufrageurs est assez froid comme récit même si finalement on doit être proche de la réalité. Le plus jeune initié aux méthodes des naufrageurs apporte une lueur d’espoir dans cette histoire.
  20. Quand on parle de Rob Roy on pense toujours au parent pauvre de Braveheart et Highlander. Bien moins connu, le film éponyme n'en mérite pas moins l'attention. C'est ici les débuts de la légende de rob roy qui nous sont contés, du point de vue plus historique que cinématographique. Ce qui est intéressant d'ailleurs c'est justement la mise en place du contexte politique de l'époque qui il faut le reconnaitre nous est normalement bien méconnu. Oui Rob Roy se passe bien après Braveheart. A ce jour je ne sais pas vous dire si ce Rob Roy aura une suite, quoiqu'il en soit je vous préviens tout de suite, c'est ici ses débuts qui nous sont racontés, de son enfance à sa bascule vers une forme de rébellion. Le dessin de Karl Tollet est plutôt réussi, même si certains personnages se confondent parfois un peu. Kamiti est un éditeur indépendant qui nous démontre une nouvelle fois sa qualité en nous proposant ce récit d'aventure historique cohérent et qui nous donne envie d'en lire la suite. Bravo.
  21. Titre de l'album : Rob Roy - Tome 1 - Le vaurien des highlands Scenariste de l'album : Gihef Dessinateur de l'album : Karl Tollet Coloriste : Logicfun Editeur de l'album : Kamiti Note : Résumé de l'album : Figure emblématique du folklore Écossais, Robert « Roy » MacGregor fut l'ultime pilier du pan le plus sombre de l'histoire de son clan. Le Vaurien des Highlands est un triptyque retraçant l'épopée de ce héros controversé, qui a traversé guerres et disgrâces pour réhabiliter le nom de son clan, proscrit du Royaume durant deux siècles. Batailles épiques entre clans, drame et trahisons sont les principaux ingrédients de ce récit d'aventure aux allures de western dans les Highlands Écossais. Critique : Quand on parle de Rob Roy on pense toujours au parent pauvre de Braveheart et Highlander. Bien moins connu, le film éponyme n'en mérite pas moins l'attention. C'est ici les débuts de la légende de rob roy qui nous sont contés, du point de vue plus historique que cinématographique. Ce qui est intéressant d'ailleurs c'est justement la mise en place du contexte politique de l'époque qui il faut le reconnaitre nous est normalement bien méconnu. Oui Rob Roy se passe bien après Braveheart. A ce jour je ne sais pas vous dire si ce Rob Roy aura une suite, quoiqu'il en soit je vous préviens tout de suite, c'est ici ses débuts qui nous sont racontés, de son enfance à sa bascule vers une forme de rébellion. Le dessin de Karl Tollet est plutôt réussi, même si certains personnages se confondent parfois un peu. Kamiti est un éditeur indépendant qui nous démontre une nouvelle fois sa qualité en nous proposant ce récit d'aventure historique cohérent et qui nous donne envie d'en lire la suite. Bravo. Autres infos : Couleurs de la couverture Ivan Gil Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/rob-roy-le-vaurien-des-highlands?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  22. Titre de l'album : Odah et Dako - Tome 1 - Les maîtres du flow Scenariste de l'album : Benj Dessinateur de l'album : Valeria Orlando Coloriste : Nicole Feliziani Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : Odah et Dako vivent sur leur île suspendue, vaste continent peuplé de créatures en tout genre. Ils ne rêvent que de maîtriser leur flow, pouvoir capable de transformer les mots en éléments magiques, et gagner le grand tournoi qui se déroulera dans la capitale. Mais arrivés dans la grande cité, rien ne se passe pas comme prévu : trois sorcières maléfiques jettent un sort aux deux héros... Critique : Bon soyons francs, j'avais préparé la sulfateuse pour ma chronique quand j'ai reçu cette BD, inspirée par une chaîne Youtube. Faut reconnaitre que les dernières ne m'ont pas laissé une forte impression et quand on connait les difficultés des auteurs de bd à se faire publier, ça fait un peu ronchonner. Et puis, et puis, je me suis laissé emporter. C'est de l'aventure et de l'humour, l'univers est barré et agréable, les dialogues ne sont pas si mal. Je craignais le pire et j'ai finalement passé un moment sympa. Pas plus par contre, et il ne faut clairement pas comparer aux joutes verbales de De cape et de crocs. Le dessin quand à lui est honnête et sert bien le genre aventure/humour avec sa colorisation un peu flashy qui colle assez bien à l'ambiance. Je ne connais pas la chaîne youtube mais si moi j'ai pu passer un moment de lecture agréable, je pense que les fans y trouveront leur compte. Autres infos : BD tirée de la chaîne youtube Odah & Dako Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/odah-et-dako-tome-1-les-maitres-du-flow?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  23. Bon soyons francs, j'avais préparé la sulfateuse pour ma chronique quand j'ai reçu cette BD, inspirée par une chaîne Youtube. Faut reconnaitre que les dernières ne m'ont pas laissé une forte impression et quand on connait les difficultés des auteurs de bd à se faire publier, ça fait un peu ronchonner. Et puis, et puis, je me suis laissé emporter. C'est de l'aventure et de l'humour, l'univers est barré et agréable, les dialogues ne sont pas si mal. Je craignais le pire et j'ai finalement passé un moment sympa. Pas plus par contre, et il ne faut clairement pas comparer aux joutes verbales de De cape et de crocs. Le dessin quand à lui est honnête et sert bien le genre aventure/humour avec sa colorisation un peu flashy qui colle assez bien à l'ambiance. Je ne connais pas la chaîne youtube mais si moi j'ai pu passer un moment de lecture agréable, je pense que les fans y trouveront leur compte.
  24. Titre de l'album : À la recherche de l'homme sauvage Scenariste de l'album : Frédéric Bihel Dessinateur de l'album : Frédéric Bihel Coloriste : Frédéric Bihel Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Depuis sa plus tendre enfance, Augustin est passionné par l'archéologie et la grande aventure. Devenu adulte, c'est tout naturellement qu'il se consacre à la recherche au sein d'un laboratoire de paléontologie à Paris. Pour lui, les fossiles qu'il étudie ne sont pas que des bouts d'os changés en pierre ! Quelque part, il le sait, un homme sauvage a survécu qui vit et respire le même air que lui... Critique : Avec à la recherche de l'homme sauvage, Frédéric Bihel nous propose une aventure dans les montagnes du Tchatril, en Asie centrale pour prouver l'existence d'un potentiel monstre. Dès le premier chapitre, Bihel ne cache pas ses inspirations de lecture comme Tintin au Tibet de Hergé ou d'autres romanciers comme Jules Verne. Les trois premiers chapitres présentent les personnages principaux de cette aventure avec Augustin le jeune adulte à la recherche d'une chimère, qui hante ses rêves depuis sa jeunesse. Le capitaine, un adulte venant faire le taxi loin de son pays natal et un enfant possédant des pouvoirs de guérison suite à un accident. Bihel introduit les personnages qui deviennent les narrateurs de l'histoire le temps d'un chapitre. On part dans l'inconnu et les montages sauvages en compagnie du trio. Je connaissais le travail remarquable de l'auteur depuis l'album Malaurie, l'appel de Thulé. Le trait de l'auteur s'adapte aussi bien aux décors citadins que les montagnes enseignées et les paysage de nature. On se laisse prendre dans l’histoire de cette fantastique aventure avec une part de mystère pour suivre les rêves du héros qui abandonne tout. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/a-la-recherche-de-l-homme-sauvage/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  25. alx23

    À la recherche de l'homme sauvage

    Avec à la recherche de l'homme sauvage, Frédéric Bihel nous propose une aventure dans les montagnes du Tchatril, en Asie centrale pour prouver l'existence d'un potentiel monstre. Dès le premier chapitre, Bihel ne cache pas ses inspirations de lecture comme Tintin au Tibet de Hergé ou d'autres romanciers comme Jules Verne. Les trois premiers chapitres présentent les personnages principaux de cette aventure avec Augustin le jeune adulte à la recherche d'une chimère, qui hante ses rêves depuis sa jeunesse. Le capitaine, un adulte venant faire le taxi loin de son pays natal et un enfant possédant des pouvoirs de guérison suite à un accident. Bihel introduit les personnages qui deviennent les narrateurs de l'histoire le temps d'un chapitre. On part dans l'inconnu et les montages sauvages en compagnie du trio. Je connaissais le travail remarquable de l'auteur depuis l'album Malaurie, l'appel de Thulé. Le trait de l'auteur s'adapte aussi bien aux décors citadins que les montagnes enseignées et les paysage de nature. On se laisse prendre dans l’histoire de cette fantastique aventure avec une part de mystère pour suivre les rêves du héros qui abandonne tout.
×
×
  • Créer...