Aller au contenu
  • S’inscrire

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'batman'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Les forums BD
    • Toute la BD
    • Projets participatifs
    • Petites Annonces BD
    • Liens BD vers ailleurs
  • Et si on parlait d'autre chose que la bande dessinée ?
    • Améliorons 1001BD
    • Films et séries TV
    • 1001 Jeux Video
    • Livres - Musique - Spectacles - Théatre - Musées
    • 1001 choses à dire
  • TEAM

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui contiennent…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


  1. poseidon2

    Batman detective Infinite t1

    Vous aimez les films de Batman ? Le personnage en lui-même mais par contre vous êtes perdus par les complots de super méchants à l'échelle universelle ? Et bien ce Batman Détective Infinite est fait pour vous. Déjà il contient une histoire entière qui se commence à la première page et finit à la dernière. Ensuite c'est un "début". Le peu d'historique nécessaire est décrit en introduction mais pour l'essentiel cet album est traité comme un début de série avec la présentation des personnages tout ça tout ça. Donc pas besoin de background pour apprécier cette enquête 100% Gothamienne. Cerise sur le gâteau c'est Dan Mora au dessin. L'auteur de l'excellent once and Future ou encore Klaus nous livre encore ici des planches de toutes beautés. Coté scénario, si Mariko Tamaki est reconnue pour ses romans graphiques, j'attendais un peu de voir ce qu'elle réussirait à faire aux mains d'un héros plus nori et brutal. Si l'histoire traine un peu en longueur, elle est quand même bien maitrisée et Mariko Tamaki réussi à se servir des méchants historiques de Gotham tout en mettant ses petits nouveaux à elle. Bref une très bonne histoire de Batman calibré pour les lecteurs amateurs de la chauve-souris en mode détective comme l'indique la couverture.
  2. Titre de l'album : Batman detective Infinite t1 Scenariste de l'album : Mariko Tamaki Dessinateur de l'album : Viktor Bogdanovic / Dan Mora Coloriste : Viktor Bogdanovic / Dan Mora Editeur de l'album : Urban Comics Note : Résumé de l'album : Lorsque sa fille est tuée au cours de la vague de crimes qui s'abat sur Gotham City, Roland Worth, une montagne de muscles et d'argent de deux mètres de haut, se lance dans une quête personnelle de vengeance contre Batman, responsable présumé de ce chaos. Victime d'une machination savamment orchestrée, le Chevalier Noir désargenté ne pourra compter que sur son intelligence et le peu d'équipement qui lui reste. Critique : Vous aimez les films de Batman ? Le personnage en lui-même mais par contre vous êtes perdus par les complots de super méchants à l'échelle universelle ? Et bien ce Batman Détective Infinite est fait pour vous. Déjà il contient une histoire entière qui se commence à la première page et finit à la dernière. Ensuite c'est un "début". Le peu d'historique nécessaire est décrit en introduction mais pour l'essentiel cet album est traité comme un début de série avec la présentation des personnages tout ça tout ça. Donc pas besoin de background pour apprécier cette enquête 100% Gothamienne. Cerise sur le gâteau c'est Dan Mora au dessin. L'auteur de l'excellent once and Future ou encore Klaus nous livre encore ici des planches de toutes beautés. Coté scénario, si Mariko Tamaki est reconnue pour ses romans graphiques, j'attendais un peu de voir ce qu'elle réussirait à faire aux mains d'un héros plus nori et brutal. Si l'histoire traine un peu en longueur, elle est quand même bien maitrisée et Mariko Tamaki réussi à se servir des méchants historiques de Gotham tout en mettant ses petits nouveaux à elle. Bref une très bonne histoire de Batman calibré pour les lecteurs amateurs de la chauve-souris en mode détective comme l'indique la couverture. Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/batman-detective-infinite-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  3. Titre de l'album : Batman Tales of the demon Scenariste de l'album : Dennis O'Neil Dessinateur de l'album : Neal Adams Coloriste : Editeur de l'album : Urban Comics Note : Résumé de l'album : : Batman affronte une nouvelle organisation redoutable : la Ligue des Assassins. Enquêtant sur le docteur Darrk, il fait la connaissance de Talia, la fille du redoutable Ra's al Ghul. Ce dernier est un implacable et immortel fanatique qui tient à imposer sa volonté réformatrice au monde et a découvert l'identité secrète du célèbre justicier ! Critique : Vous ne connaissez pas Ra's al Ghul ? Vous aimeriez savoir qui est la charmante Talia, mère de Damian Wayne, alias Robin à l'heure actuel ? Et bien ce recueil est fait pour vous. Il retrace ne effet les premières passes d'armes entre Ra's al Ghul et Batman et donc aussi les premiers "échanges" entre sa fille et le justicier masqué. Si les dessins et la narration sont un peu old school (les termes employés paraitraient des termes de vieux Français à mes enfants) la lecture est plutôt rafraichissante avec des numéros court et un héros beaucoup plus simple (voir simplet). Beaucoup moins de prise de tête que les héros actuels ce qui rend cette lecture intéressante, pour le background, et divertissante. Très loin de la complexité actuelle des comics. Pour les collectionneurs, ce recueil contient certains numéros inédits en France Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/batman-tales-of-the-demon?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  4. poseidon2

    Batman Tales of the demon

    Vous ne connaissez pas Ra's al Ghul ? Vous aimeriez savoir qui est la charmante Talia, mère de Damian Wayne, alias Robin à l'heure actuel ? Et bien ce recueil est fait pour vous. Il retrace ne effet les premières passes d'armes entre Ra's al Ghul et Batman et donc aussi les premiers "échanges" entre sa fille et le justicier masqué. Si les dessins et la narration sont un peu old school (les termes employés paraitraient des termes de vieux Français à mes enfants) la lecture est plutôt rafraichissante avec des numéros court et un héros beaucoup plus simple (voir simplet). Beaucoup moins de prise de tête que les héros actuels ce qui rend cette lecture intéressante, pour le background, et divertissante. Très loin de la complexité actuelle des comics. Pour les collectionneurs, ce recueil contient certains numéros inédits en France
  5. Titre de l'album : Batman infinite t1 Scenariste de l'album : James Tynion IV Dessinateur de l'album : Jorge Jiménez Coloriste : Jorge Jiménez Editeur de l'album : Urban Comics Note : Résumé de l'album : Après avoir libéré Gotham de l'emprise du Joker et s'être confronté aux nouveaux venus Clownhunter et Ghost Maker, Batman pensait avoir repris les destinées de sa ville en main. Mais le nouveau maire Christopher Nakano, allié à l'industriel Simon Saint, est bien décidé à mettre en place à même de purger Gotham de ses justiciers. Dépossédé de sa fortune, Bruce Wayne parviendra-t-il à mener à bien sa croisade contre le crime ? Critique : Apres nous avoir donné l'eau à la bouche avec les futures à venir dans Future State, les auteurs de DC reparte de la base pour nous livrer le début de l'histoire. Et début un peu décevant pour ma part. Décevant car j'attendais une suite au long run de Metal alors que, sur Batman, on est sur une suite à Joker War et donc on oublie complètement les problématiques de fin d'univers qui ont déboulé de Death Metal. Pour ceux qui, comme moi, cherche une continuité dans l'univers risque d'être un peu déçu. Apres cela reste une vraie bonne histoire de Batman avec un vrai point de départ. On retrouve Bruce coté Joker War, c'est à dire qui a été dépouillé de sa fortune par le Joker, avec une arrivée du magistrat qui cherche à se débarrasser des masques en créant une police surmilitarisé comme entrevue dans future State. Cette histoire de Batman est plutôt très bonne. Pas besoin de connaitre grande chose de plus que les grands persos que sont Batman, Oracle et Nightwing pour apprécier cette histoire de Batman. Surtout que l'histoire est portée par le talent de Jorge Jiménez. Sincèrement c'est graphiquement LE dessinateur de super héros du moment. C'est beau, c'est tranchant, ça se fou des codes pour nous livrer une maestria graphique sur tout l'album. Rien que pour cela je continuerais avec plaisir la série ! Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/batman-infinite-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  6. poseidon2

    Batman infinite t1

    Apres nous avoir donné l'eau à la bouche avec les futures à venir dans Future State, les auteurs de DC reparte de la base pour nous livrer le début de l'histoire. Et début un peu décevant pour ma part. Décevant car j'attendais une suite au long run de Metal alors que, sur Batman, on est sur une suite à Joker War et donc on oublie complètement les problématiques de fin d'univers qui ont déboulé de Death Metal. Pour ceux qui, comme moi, cherche une continuité dans l'univers risque d'être un peu déçu. Apres cela reste une vraie bonne histoire de Batman avec un vrai point de départ. On retrouve Bruce coté Joker War, c'est à dire qui a été dépouillé de sa fortune par le Joker, avec une arrivée du magistrat qui cherche à se débarrasser des masques en créant une police surmilitarisé comme entrevue dans future State. Cette histoire de Batman est plutôt très bonne. Pas besoin de connaitre grande chose de plus que les grands persos que sont Batman, Oracle et Nightwing pour apprécier cette histoire de Batman. Surtout que l'histoire est portée par le talent de Jorge Jiménez. Sincèrement c'est graphiquement LE dessinateur de super héros du moment. C'est beau, c'est tranchant, ça se fou des codes pour nous livrer une maestria graphique sur tout l'album. Rien que pour cela je continuerais avec plaisir la série !
  7. Titre de l'album : Batman Mythology : La batmobile Scenariste de l'album : Collectif Dessinateur de l'album : Collectif Coloriste : Collectif Editeur de l'album : Urban Comics Note : Résumé de l'album : Tout chevalier se doit d'avoir une monture et, comme son idole Zorro avait son fidèle destrier Tornado, Batman combat le crime au volant de sa Batmobile. Au fur et à mesure des années, le look de celle-ci a évolué pour mieux parer aux contraintes de cette guerre sans fin contre la pègre. Mais il a en retour inspiré ses alliés Robin et Nightwing à adopter eux aussi, avec plus ou moins de bonheur, des véhicules de combat furtifs et racés ! Critique : Nouveau tome de La Mythology batman et de nouvelles histoires inédites chez nous et cette fois centrées sur la fameuse batmobile. Je dois bien avouer que ce n'est pas le gadget que je préfère. C'est d'ailleurs un gadget qui a eu son heure de gloire dans les années 70-80 mais qui est passé au second plan ces dernières années, au profit de plus de présences humaines. (Trop diraient certains ?) On retrouve donc ici essentiellement des histoires assez anciennes et mettant en avant les différentes batmobile de notre chauve-souris. Si je dois bien avouer que la partie centrée sur Robin et son lien avec les voitures m'a agréablement surprise, la globalité de l'album ne m'a pas vraiment intéressé. Les histoires sont au mieux sympathiques et certaine fois le lien avec la batmobile est... faible. Pas de quoi me faire aimer la batmobile. Ce tome est peut-être le pus marginal de la série et, encore plus que les autres, à réserver aux fans de la première heure. Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/batman-mythology-la-batmobile?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  8. poseidon2

    Batman Mythology : La batmobile

    Nouveau tome de La Mythology batman et de nouvelles histoires inédites chez nous et cette fois centrées sur la fameuse batmobile. Je dois bien avouer que ce n'est pas le gadget que je préfère. C'est d'ailleurs un gadget qui a eu son heure de gloire dans les années 70-80 mais qui est passé au second plan ces dernières années, au profit de plus de présences humaines. (Trop diraient certains ?) On retrouve donc ici essentiellement des histoires assez anciennes et mettant en avant les différentes batmobile de notre chauve-souris. Si je dois bien avouer que la partie centrée sur Robin et son lien avec les voitures m'a agréablement surprise, la globalité de l'album ne m'a pas vraiment intéressé. Les histoires sont au mieux sympathiques et certaine fois le lien avec la batmobile est... faible. Pas de quoi me faire aimer la batmobile. Ce tome est peut-être le pus marginal de la série et, encore plus que les autres, à réserver aux fans de la première heure.
  9. poseidon2

    Batman the world

    Je n'ai jamais caché le peu d'intérêt que je porte au receuil d'histoires courtes, surtout dans le comic US. Mais celui ci m'a fait de l'oeil tellement Batman est encré à Gotham et n'en sort presque jamais. Et grand bien m'en a pris. En effet ce recueil est bien plus que cela : c'est une ouverture de Batman au monde. Une ouverture du personnage mais aussi du scenario et du graphisme. Ce recueil contient toute une série d'histoires dessinées et écrites par les auteurs du pays dans lequelles elles se passent. De France en Turquie en passant par la Roumanie ou encore l'Italie, DC est allé chercher des auteurs de tous les pays du monde pour leur demander de dessiner une aventure de batman dans leur pays respectif. Et ce travail est intéressant même si parfois un peu caricturale (messieurs les français.....). C'est rafraichissant. Je ne suis pas sur de le lire une deuxième fois mais la première lecture fut vraiment agréable.... et ce même si l'on n'aime pas les histoires courtes.
  10. Titre de l'album : Batman the world Scenariste de l'album : Collectif Dessinateur de l'album : Collectif Coloriste : Collectif Editeur de l'album : Urban Comics Note : Résumé de l'album : Le champ d'action de Batman ne se limite pas à Gotham City ! Le Chevalier Noir a juré de rendre la justice partout où l'on a besoin de lui, et ses enquêtes l'ont conduit plus d'une fois aux quatre coins de la planète. Retrouvez dans cet album des aventures du plus grand des super-héros sur tous les continents ! Critique : Je n'ai jamais caché le peu d'intérêt que je porte au receuil d'histoires courtes, surtout dans le comic US. Mais celui ci m'a fait de l'oeil tellement Batman est encré à Gotham et n'en sort presque jamais. Et grand bien m'en a pris. En effet ce recueil est bien plus que cela : c'est une ouverture de Batman au monde. Une ouverture du personnage mais aussi du scenario et du graphisme. Ce recueil contient toute une série d'histoires dessinées et écrites par les auteurs du pays dans lequelles elles se passent. De France en Turquie en passant par la Roumanie ou encore l'Italie, DC est allé chercher des auteurs de tous les pays du monde pour leur demander de dessiner une aventure de batman dans leur pays respectif. Et ce travail est intéressant même si parfois un peu caricturale (messieurs les français.....). C'est rafraichissant. Je ne suis pas sur de le lire une deuxième fois mais la première lecture fut vraiment agréable.... et ce même si l'on n'aime pas les histoires courtes. Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/batman-the-world?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  11. Dernier tome de la version collector spécial Metal de Batman Death Metal. Dernier tome consacré à Ozzy Osbourne, membre de Black Sabbath et rien de moins que surnommé "le prince des ténèbres". Niveau histoire on voit ici la fin de tout l'arc de Snyder sur Batman et la conclusion de presque 10 années de série autour du fameux métal N et de l'univers Noir. Une conclusion assez onirique mais qui a le mérite d'être présente et de rebattre toutes les cartes pour laisser tableau blanc à "Future State" qui débute ce moi ci. Fin, donc, de la collection "collector" spécial metal....Pas sûr que Urban s'y risque encore car je ne suis pas bien sûr que ça ait super bien prit.
  12. Titre de l'album : Batman death Metal T7 Ozzy OsBourne (fin) Scenariste de l'album : Scott Snyder / James Tynion Dessinateur de l'album : Greg Capullo Coloriste : Greg Capullo Editeur de l'album : Urban Comics Note : Résumé de l'album : Après sa défaite douloureuse contre la Légion Fatale de Perpetua et Lex Luthor, la Ligue de Justice a disparu de la surface de la Terre. De son côté, le Batman Qui Rit, toujours en liberté, a infecté plusieurs super-héros ainsi que le Commissaire Gordon qu'il garde comme sbire personnel. La confrontation entre Luthor et le Batman Qui Rit va conduire le monde dans un nouvel abîme de folie où des versions déformées des plus grands héros ne vont pas tarder à se soulever. Critique : Dernier tome de la version collector spécial Metal de Batman Death Metal. Dernier tome consacré à Ozzy Osbourne, membre de Black Sabbath et rien de moins que surnommé "le prince des ténèbres". Niveau histoire on voit ici la fin de tout l'arc de Snyder sur Batman et la conclusion de presque 10 années de série autour du fameux métal N et de l'univers Noir. Une conclusion assez onirique mais qui a le mérite d'être présente et de rebattre toutes les cartes pour laisser tableau blanc à "Future State" qui débute ce moi ci. Fin, donc, de la collection "collector" spécial metal....Pas sûr que Urban s'y risque encore car je ne suis pas bien sûr que ça ait super bien prit. Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/batman-death-metal-ozzy-osbourne-edition-tome-7?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  13. Titre de l'album : Batman Death Metal T4 Scenariste de l'album : Scott Snyder / James Tynion IV Dessinateur de l'album : Collectif Coloriste : Collectif Editeur de l'album : Urban Comics Note : Résumé de l'album : Malgré les agissements de Lex Luthor, Lobo et de la Ligue de Nightwing, le plan de la Trinité - Superman, Batman et Wonder Woman- pour contrer Perpetua a échoué. Désormais, le Darkest Knight possède l'énergie d'anti-crise à même de remodeler l'existence en Multivers qui rit. Pour les héros : il ne reste plus qu'une issue : restaurer toutes les continuités passées ou périr. Critique : Ça y est on est à la fin. La fin de rien de moins 17 volumes formant un une des histoires les plus dantesques de l'univers DC. Et encore je ne parle pas d’histoire annexe sur le multivers noir ou la League de justice Dark. Juste le cœur de l'histoire. Alors forcément une fin d'une aussi grande et démentiel histoire ne peut pas être parfaite. Il y a trop en jeux pour que la fin ne soit pas "Mystico-esoterico-mythologique". Mais pas plus que dans la plus part des crises DC. Mais ce qui rend ce tous globalement bon c'est bien le découpage et le basculement du désespoir vers l'espoir de chaque team. En effet nos auteurs choisissent de réunir les teams sur le champ de bataille. Que dire team. On parle bien ici de famille. Car il y a autant les gentils que les méchants. Chaque famille se sert les coude et lutte autant par habitude que par soutiens pour le reste de sa famille. Une lutte à la vie à la mort entre l'espérance de jour meilleur et le recherche de noirceur absolu. Donc si ce tome aura du mal à briller par sa simplicité (Apres 17 volumes aussi épais même Hickman ne saurais s'en sortir avec une fin logique et compréhensible) il n'en reste pas moins une fin émouvante qui clôture un arc aussi long que diffèrent de tout ce que l'on a pu voir. Un arc tellement long qu'on ne sait vraiment pas ce qui va nous attendre au tournant avec le Future State annoncé par DC. Si ce n'est qu'il y aura forcément du changement. Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/batman-death-metal-tome-4?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  14. poseidon2

    Batman Death Metal T4

    Ça y est on est à la fin. La fin de rien de moins 17 volumes formant un une des histoires les plus dantesques de l'univers DC. Et encore je ne parle pas d’histoire annexe sur le multivers noir ou la League de justice Dark. Juste le cœur de l'histoire. Alors forcément une fin d'une aussi grande et démentiel histoire ne peut pas être parfaite. Il y a trop en jeux pour que la fin ne soit pas "Mystico-esoterico-mythologique". Mais pas plus que dans la plus part des crises DC. Mais ce qui rend ce tous globalement bon c'est bien le découpage et le basculement du désespoir vers l'espoir de chaque team. En effet nos auteurs choisissent de réunir les teams sur le champ de bataille. Que dire team. On parle bien ici de famille. Car il y a autant les gentils que les méchants. Chaque famille se sert les coude et lutte autant par habitude que par soutiens pour le reste de sa famille. Une lutte à la vie à la mort entre l'espérance de jour meilleur et le recherche de noirceur absolu. Donc si ce tome aura du mal à briller par sa simplicité (Apres 17 volumes aussi épais même Hickman ne saurais s'en sortir avec une fin logique et compréhensible) il n'en reste pas moins une fin émouvante qui clôture un arc aussi long que diffèrent de tout ce que l'on a pu voir. Un arc tellement long qu'on ne sait vraiment pas ce qui va nous attendre au tournant avec le Future State annoncé par DC. Si ce n'est qu'il y aura forcément du changement.
  15. Titre de l'album : Batman Mythology : Bruce Wayne Scenariste de l'album : Collectif Dessinateur de l'album : Collectif Coloriste : Collectif Editeur de l'album : Urban Comics Note : Résumé de l'album : Le célibataire le plus en vue de Gotham City est également son célèbre protecteur : Batman. Mais quels sont les secrets qui entourent ce playboy milliardaire, dirigeant d'une des entreprises les plus florissantes des États-Unis. De son serment fait à ses parents à sa vie de businessman philanthrope, découvrez tous les reflets d'une vie déchirée par un drame il y a des années. Contenu : Secret Origins (1987) #6 ; Batman Chronicles #5 ; Detective Comics #155, 226, 614, 678 ; Batman #250, 383, 561 ; Legends of the Dark Knight #79 ; Legends of the Dark Knight 100-page Spectacular #2 ; Gotham Knights #32 ; Batman: Shadow of the Bat #45. Critique : Urban continu de nous proposer des récits inédit de Dc sous forme de recueil. Comme les précédents on retrouve ici des histoires provenant de toutes les époques. Et si celles-ci sont particulièrement intéressantes avec un classement autour des différents aspects de la personnalité de Bruce Wayne, elles n’en restent pas moins très éclectiques. Il sera difficile, pour le lecteur non avertit, de ne pas être perdu par les sauts temporels et les changements graphiques en fonction des époques de parution. On pourra regretter aussi l'absence de parutions vraiment récentes dans ce recueil ci. Je l'interpréterais comme une bonne couverture de la part d'Urban des parutions concernant Bruce Wayne mais je préfère vous prévenir. Ne pas s'attendre à un graphisme des années 2010. Bref comme les autres ce recueil restera un récit que les fans voudront absolument mais que les nouveaux lecteurs auront du mal à appréhender. Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/batman-mythology-bruce-wayne?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  16. poseidon2

    Batman Mythology : Bruce Wayne

    Urban continu de nous proposer des récits inédit de Dc sous forme de recueil. Comme les précédents on retrouve ici des histoires provenant de toutes les époques. Et si celles-ci sont particulièrement intéressantes avec un classement autour des différents aspects de la personnalité de Bruce Wayne, elles n’en restent pas moins très éclectiques. Il sera difficile, pour le lecteur non avertit, de ne pas être perdu par les sauts temporels et les changements graphiques en fonction des époques de parution. On pourra regretter aussi l'absence de parutions vraiment récentes dans ce recueil ci. Je l'interpréterais comme une bonne couverture de la part d'Urban des parutions concernant Bruce Wayne mais je préfère vous prévenir. Ne pas s'attendre à un graphisme des années 2010. Bref comme les autres ce recueil restera un récit que les fans voudront absolument mais que les nouveaux lecteurs auront du mal à appréhender.
  17. Il y a du bon la dedans. On pourrait même dire pas grand chose à jeter dans le batman du XXI ieme siecle.
  18. Titre de l'album : Batman Metal : le multivers noir Scenariste de l'album : Collectif Dessinateur de l'album : Collectif Coloriste : Collectif Editeur de l'album : Urban Comics Note : Résumé de l'album : Et si Azrael avait refusé de rendre la cape du Chevalier Noir à Bruce Wayne ? Et si, après la mort de son mari, Lois Lane avait hérité de Superman ses pouvoirs pour faire régner la justice à sa place ? Et si les Black Lanterns avaient consommé la quasi-totalité de l'Univers lors de la Crise Blackest Night ? Et si, les plus grands événements de DC avaient eu une tournure différente dans un autre monde ? Bienvenue dans les univers dystopiques du Batman qui Rit. Critique : Sur le papier je trouvais l'idée un peu vaseuse. Ca faisait un peu ventes facile que de dire : tient et si on refaisait les succès de DC mais dans l'autre sens, en mode sombre. Si l'idée st sympathique car on aime tous revisiter les mythes, ça paraissait un peu facile. Est-ce pour cela ou juste par justesse éditoriale, je ne saurais trop dire, mais Urban (je ne saurais dire si c'est pareil dans l'édition VO de chez DC) a pris en compte ce point de vue et a décidé d'ajouter..... Le numéro principale de l'histoire de base et ce pour chacune des histoires revisitées. On passe donc d'un divertissement sympathique mais un peu facile et un tome vraiment intéressant. Intéressant car en plus de ces histoires revisitée, il permet aux nouveaux lecteurs d'avoir une idée des originaux. Une idée autant au niveau du dessin que de de la narration. Et ça c'est top. En effet on entend souvent parler de récits mythiques mais on se retrouve parfois déçu par le ton, le dessin old school ou encore la narration d'un autre temps. Avec le mix proposé ici on a une histoire sympa (dans l'univers du multivers noir) mais aussi le premier volume de son pendant historique. Cela fait de ce tome un album aussi sympa qu’intéressant. Reste seulement à savoir pourquoi cet album est titré Batman Metal.... vu qu'il n'y a qu'une histoire sur batou..... Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/batman-metal-le-multivers-noir?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  19. Sur le papier je trouvais l'idée un peu vaseuse. Ca faisait un peu ventes facile que de dire : tient et si on refaisait les succès de DC mais dans l'autre sens, en mode sombre. Si l'idée st sympathique car on aime tous revisiter les mythes, ça paraissait un peu facile. Est-ce pour cela ou juste par justesse éditoriale, je ne saurais trop dire, mais Urban (je ne saurais dire si c'est pareil dans l'édition VO de chez DC) a pris en compte ce point de vue et a décidé d'ajouter..... Le numéro principale de l'histoire de base et ce pour chacune des histoires revisitées. On passe donc d'un divertissement sympathique mais un peu facile et un tome vraiment intéressant. Intéressant car en plus de ces histoires revisitée, il permet aux nouveaux lecteurs d'avoir une idée des originaux. Une idée autant au niveau du dessin que de de la narration. Et ça c'est top. En effet on entend souvent parler de récits mythiques mais on se retrouve parfois déçu par le ton, le dessin old school ou encore la narration d'un autre temps. Avec le mix proposé ici on a une histoire sympa (dans l'univers du multivers noir) mais aussi le premier volume de son pendant historique. Cela fait de ce tome un album aussi sympa qu’intéressant. Reste seulement à savoir pourquoi cet album est titré Batman Metal.... vu qu'il n'y a qu'une histoire sur batou.....
  20. Titre de l'album : Batman - Curse of the White Knight - Edition N&B Scenariste de l'album : Sean Murphy Dessinateur de l'album : Sean Murphy Coloriste : Editeur de l'album : Urban Comics Note : Résumé de l'album : Le fléau Jack Napier est de nouveau derrière les barreaux, mais la sérénité est loin d'être de retour à Gotham, et encore moins au Manoir Wayne, où Bruce peine à retrouver équilibre et sérénité. Son pire ennemi n'a pas seulement ébranlé ses convictions et sa raison d'être, il a également durablement saccagé l'image de Batman et sa légitimité aux yeux des habitants de sa ville. La disparition d'Alfred n'est pas sans séquelle non plus, bien qu'elle laisse derrière lui un héritage inattendu : le journal d'Edmond Wayne daté de 1685, premier de sa lignée à s'être installé à Gotham et adversaire d'un certain Lafayette Arkham, dont les ossements ont été récemment découvert dans la cellule du Joker. Critique : Cette chronique a été faite à partir de l'édition en N&B. J'ai pour habitude d'user souvent du poncif selon lequel peu d'auteurs BD arrivent à conjuguer magnifiquement scénario & dessin. Mais je garde toujours en tête que Sean Murphy fait partie de ceux là et son run sur Batman dans le premier White Knight était aussi remarquable au dessin qu'original et sympa au scénario. C'est donc peu dire que j'attendais avec impatience ce second run. Le trait de Sean Murphy fait toujours mouche chez moi, et ce second tome est dans la lignée directe du premier, excellent. Raison pour laquelle j'ai privilégié la version en noir et blanc comme pour le premier tome. Je trouve en plus que cela convient merveilleusement bien au sombre et sérieux univers de Batman. Les amateurs du dessin de Sean Murphy seront comblés comme d'habitude, les autres le découvriront avec intérêt je pense. L'histoire nous prend par contre à contre pied, en effet là où le premier tome nous scotchait par une inversion des rôles saisissante doublée d'une remise en cause des acquis des fans de Batman, ce Curse of the White Knight se révèle presque plus classique, avec un scénario se rapprochant parfois de ce que Nolan a pu faire au cinéma dans sa trilogie. Au menu donc un super méchant en tête d'affiche pourtant pas forcément star habituellement de l'univers Batman, un Joker toujours trouble et maniant quelques ficelles, une Harley Queen Omniprésente dans un rôle à contre emploi également, une Catwoman absente des débats et des grosses prises de risques sur le destin de personnages emblématiques de Batman. Les fans absolu crieront peut être au scandale. Moi non. En vrai j'ai retrouvé cette sensation propre aux lectures de Game of Throne ou le lecteur se rend compte que l'auteur ne s'est donné aucune limite quand au destin de certains personnages que l'on adore pourtant. Ce qui rend la lecture d'autant plus stressante et passionnante. Alors oui, l'effet whaou est moindre sur ce tome-ci, et le méchant mis en avant n'est probablement pas à la hauteur d'un Batman pourtant dans les cordes, l'intrigue est moins originale que dans le premier tome et Sean Murphy utilise probablement un peu trop parfois des ficelles scénaristiques un peu grosses. Ceci dit je l'ai tout de même dévoré en une seule fois, avec ce côté addictif ou l'on a un peu plus envie de tourner la prochaine page. Et à la fin je crois que ça compte aussi. Si Curse of the White Knight est comme son illustre ainé pas exempt de défauts, il n'en reste pas moins remarquable par ses nombreuses qualités. Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/batman-curse-of-the-white-knight-ed-nb?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  21. Cette chronique a été faite à partir de l'édition en N&B. J'ai pour habitude d'user souvent du poncif selon lequel peu d'auteurs BD arrivent à conjuguer magnifiquement scénario & dessin. Mais je garde toujours en tête que Sean Murphy fait partie de ceux là et son run sur Batman dans le premier White Knight était aussi remarquable au dessin qu'original et sympa au scénario. C'est donc peu dire que j'attendais avec impatience ce second run. Le trait de Sean Murphy fait toujours mouche chez moi, et ce second tome est dans la lignée directe du premier, excellent. Raison pour laquelle j'ai privilégié la version en noir et blanc comme pour le premier tome. Je trouve en plus que cela convient merveilleusement bien au sombre et sérieux univers de Batman. Les amateurs du dessin de Sean Murphy seront comblés comme d'habitude, les autres le découvriront avec intérêt je pense. L'histoire nous prend par contre à contre pied, en effet là où le premier tome nous scotchait par une inversion des rôles saisissante doublée d'une remise en cause des acquis des fans de Batman, ce Curse of the White Knight se révèle presque plus classique, avec un scénario se rapprochant parfois de ce que Nolan a pu faire au cinéma dans sa trilogie. Au menu donc un super méchant en tête d'affiche pourtant pas forcément star habituellement de l'univers Batman, un Joker toujours trouble et maniant quelques ficelles, une Harley Queen Omniprésente dans un rôle à contre emploi également, une Catwoman absente des débats et des grosses prises de risques sur le destin de personnages emblématiques de Batman. Les fans absolu crieront peut être au scandale. Moi non. En vrai j'ai retrouvé cette sensation propre aux lectures de Game of Throne ou le lecteur se rend compte que l'auteur ne s'est donné aucune limite quand au destin de certains personnages que l'on adore pourtant. Ce qui rend la lecture d'autant plus stressante et passionnante. Alors oui, l'effet whaou est moindre sur ce tome-ci, et le méchant mis en avant n'est probablement pas à la hauteur d'un Batman pourtant dans les cordes, l'intrigue est moins originale que dans le premier tome et Sean Murphy utilise probablement un peu trop parfois des ficelles scénaristiques un peu grosses. Ceci dit je l'ai tout de même dévoré en une seule fois, avec ce côté addictif ou l'on a un peu plus envie de tourner la prochaine page. Et à la fin je crois que ça compte aussi. Si Curse of the White Knight est comme son illustre ainé pas exempt de défauts, il n'en reste pas moins remarquable par ses nombreuses qualités.
  22. Titre de l'album : Batman : Joker War T1 Scenariste de l'album : James Tynion IV Dessinateur de l'album : Collectif Coloriste : Collectif Editeur de l'album : Urban Comics Note : Résumé de l'album : À présent que la ville de Gotham est libérée du joug de Bane, Batman et Catwoman ont décidé de s'associer pour rendre la justice dans la ville déchue. Mais une affaire ancienne qui a impliqué la féline cambrioleuse et les plus grands ennemis du Chevalier Noir menace de refaire surface quand le Designer, un super-vilain oublié, fait sa réapparition. Selina va devoir faire un choix entre ses anciennes et ses nouvelles relations. Critique : Tom King est parti, vive James Tynion IV ! Et vive Batman. Vive Le detective. C'est ca surtout qui ressort de ce premier tome avec James Tynion IV aux manettes. J'ai eu l'impression de retrouver un Batman "l'ancienne". Ici pas de fin de monde, pas de multivers, pas de Joker qui rit, pas de magie noir, pas de bat family innombrable... Non juste une bonne vieille conspiration contre Batou. Alors certes une vraie grosse conspiration qui va jusqu'à vouloir prendre tout l'argent de Bruce Wayne. Mais une conspiration intelligente, une histoire "crédible" et des rebondissement pas trop prévus à l'avance. Un vrai Batman. Un Batman en plein doute supportée uniquement par une belle Catwoman. Pas besoin de connaissance autre que savoir qui sont : Le Joker, Le sphinx, le Pingouin et Catwoman. Pour le reste il suffit de se laisser porter par l'histoire. Histoire qui finira dans le prochain tome qui s'annonce excellent apres la belle introduction que l'on vient de finir. Du DC simple comme ca et superbement bien illustré, j'en re-demande ! Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/batman-joker-war-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  23. poseidon2

    Batman : Joker War T1

    Tom King est parti, vive James Tynion IV ! Et vive Batman. Vive Le detective. C'est ca surtout qui ressort de ce premier tome avec James Tynion IV aux manettes. J'ai eu l'impression de retrouver un Batman "l'ancienne". Ici pas de fin de monde, pas de multivers, pas de Joker qui rit, pas de magie noir, pas de bat family innombrable... Non juste une bonne vieille conspiration contre Batou. Alors certes une vraie grosse conspiration qui va jusqu'à vouloir prendre tout l'argent de Bruce Wayne. Mais une conspiration intelligente, une histoire "crédible" et des rebondissement pas trop prévus à l'avance. Un vrai Batman. Un Batman en plein doute supportée uniquement par une belle Catwoman. Pas besoin de connaissance autre que savoir qui sont : Le Joker, Le sphinx, le Pingouin et Catwoman. Pour le reste il suffit de se laisser porter par l'histoire. Histoire qui finira dans le prochain tome qui s'annonce excellent apres la belle introduction que l'on vient de finir. Du DC simple comme ca et superbement bien illustré, j'en re-demande !
  24. Titre de l'album : The Dark Knight returns : the Golden Child Scenariste de l'album : Frank Miller Dessinateur de l'album : Rafael Grampa Coloriste : Editeur de l'album : Urban Comics Note : Résumé de l'album : En couleurs. Alors qu'une élection approche et provoque un soulèvement sans précédent au sein de la population de Gotham, Batwoman, Superwoman et son jeune frère, le fils de Superman et Wonder Woman, tentent de lever le voile sur la panique qui s'empare des citoyens de la ville. Car, derrière le candidat populiste se cache le seigneur d'Apokolips, le maître de l'Anti-Vie, Darkseid ! Contenu vo : Contenu : Dark Knight: The Golden Child Deluxe Edition. Critique : Attention cette critique est un crime de lèse-majesté ! Oui ce DK III Golden Child est bon. C'est vrai. Mais s'il est bon c'est avant tout grâce aux excellents dessins de Rafael Grampa. Et personne ne s'y trompe. La preuve : les éditions Urban nous livre, en plus de ce petit one shot, la version Noir et Blanc sans texte de la totalité du comics ! Et franchement.... ben j'ai rarement passé autant de temps sur des cases encrées. Elles sont sublimes. Pour tout vous dire quand j'ai vu que ce n'était pas une autre histoire mais bien une autre version de la même histoire qui remplissait cet album je me suis dit "trop naze".... puis j'ai tourné la page... et là la grosse claque ! Mais vraiment. C'est sublime ! Et où est mon crime de lèse-majesté alors ? Et bien tout simplement parce que c'est peu admissible que le nom de Franc Miller soit écrit plus gros sur la couverture que celui de Rafael Grampa. Surtout que le scénario est.... standard, pas plus. J'aurai aimé qu'ils soient à minima tous les deux présentés au même niveau.... Edit : suites a certaines remarques, je me dois de clarifier : il y a bien une version couleur avec textes ET une version noir et blanche encrée sans texte. Les deux Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/batman-dark-knight-returns-the-golden-child?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  25. Attention cette critique est un crime de lèse-majesté ! Oui ce DK III Golden Child est bon. C'est vrai. Mais s'il est bon c'est avant tout grâce aux excellents dessins de Rafael Grampa. Et personne ne s'y trompe. La preuve : les éditions Urban nous livre, en plus de ce petit one shot, la version Noir et Blanc sans texte de la totalité du comics ! Et franchement.... ben j'ai rarement passé autant de temps sur des cases encrées. Elles sont sublimes. Pour tout vous dire quand j'ai vu que ce n'était pas une autre histoire mais bien une autre version de la même histoire qui remplissait cet album je me suis dit "trop naze".... puis j'ai tourné la page... et là la grosse claque ! Mais vraiment. C'est sublime ! Et où est mon crime de lèse-majesté alors ? Et bien tout simplement parce que c'est peu admissible que le nom de Franc Miller soit écrit plus gros sur la couverture que celui de Rafael Grampa. Surtout que le scénario est.... standard, pas plus. J'aurai aimé qu'ils soient à minima tous les deux présentés au même niveau.... Edit : suites a certaines remarques, je me dois de clarifier : il y a bien une version couleur avec textes ET une version noir et blanche encrée sans texte. Les deux
×
×
  • Créer...