Aller au contenu
  • S’inscrire

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'comic'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Les forums BD
    • Toute la BD
    • Projets participatifs
    • Petites Annonces BD
    • Liens BD vers ailleurs
  • Et si on parlait d'autre chose que la bande dessinée ?
    • Améliorons 1001BD
    • Films et séries TV
    • 1001 Jeux Video
    • Livres - Musique - Spectacles - Théatre - Musées
    • 1001 choses à dire
  • TEAM

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui contiennent…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


  1. Titre de l'album : Retour sur le Coffret Infinity Scenariste de l'album : Jonhatan Hickman Dessinateur de l'album : Jim Cheung Coloriste : Jim Cheung Editeur de l'album : Panini Note : Résumé de l'album : Un des éclaireurs de Thanos est de retour sur la planète Titan. La mission que son puissant maître lui a donnée a été couronnée de succès. Thanos exige à présent un tribut auprès du peuple de la planète Ahl-Agullo : les têtes de tous leurs enfants. Corvus Glaive, l'un des membres de l'Ordre Noir, la garde rapprochée du Titan, se rend sur place et exige que ce peuple cède aux désirs de Thanos. En faisant cela, le Titan fou s'assure qu'aucun héritier éventuel ne puisse le détrôner. Il ne reste à présent qu'un seul prétendant en vie et il se trouve sur la Terre. L'éclaireur est envoyé sur la planète bleue et après avoir espionné les personnes les plus puissantes, il finit par découvrir l'identité du fils de Thanos, un secret bien caché au fin fond de l'esprit du Roi des Inhumains, Flèche Noire... Sur Terre, les Avengers constatent que de plus en plus de Skrulls se cachent sur Terre, sans aucune intention belliqueuse. L'agent Brand du P.E.A.K. leur confirme également que les Krees émettent des signaux de détresse. Une menace approche et elle a un nom : les Bâtisseurs. Ces êtres divins détruisent les astres les uns après les autres. Captain America et les autres super-héros ne peuvent rester inactifs. Ils s'allient à d'autres peuples galactiques pour s'opposer à ces surpuissants agresseurs. Pendant ce temps, la Terre reste sans protection.. Critique : Bon alors cette critique risque d'en faire raler certains. En effet le coffret que je vais décrire ici est sortit en 2015 et est, bien évidemment, en rupture. Mais je tenais à rendre à Cesar ce qui lui est dû : ce coffret est sublime et bien pensé. Alors oui ce genre de coffret coute cher mais... tout coute cher chez Panini Mais pour une fois ce coffret vaux vraiment l'investissement. Deja on a la une superbe hitoire de Johnatan Hickman qui, comme à son habitude, commence par nous en mettre plein la tête en reprenant tous les personnages de l'univers Marvel Galactique, avant de nous livrer une histoire compliquée mais super interessante dont la lecture s'avère passionnante. Ensuite, que dire des dessins de Jim Cheung si ce n'est que le format choisi par Panini pour son coffret magnifie chaque page ? Et bien on peut ajouter qu'en plus, et c'est assez rare, les dessins sont vraiment homogènes sur toute la longueurs des quasiment 700 pages de ce coffret. En parlant de la taille des pages, j'avais peur que la lecture d'un si gros album soit compliquée mais en fait la reliuire est resistante, les pages de qualités et l'ensemble rendent le tout juste "lourd" mais pas difficile à lire. J'avais rendance à beaucoup critiquer Panini pour le rapport : nombre de pages/Prix en magasin. Et bien il faut dire que sur ce coffret la ils ont choisi la bonne histoire et l'on bien mise en avant et cela justifie un prix luxueux tellement le rendu est sublime. Messieurs, mesdames.... à vos site d'occasions Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : http://www.bdfugue.com/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  2. poseidon2

    Strange Academy t2

    Deuxième tome de la série Marvel dirigée par Scottie Young et encore une fois on retrouve avec plaisir le dynamisme et l'envie de Scottie Young dans ce tome deux. Bien qu'un recueil de petites histoires sur notre groupe de jeunes, Scottie Young réussi à dégager de la puissance de chacune de ces histoires, chacune se centrant sur les différents personnages du groupe, nous permettant de mieux les connaitre. Alors si on peut regretter l'absence du fil rouge sur la compensation de l'utilisation de la magie, on s'amuse bien à regarder le comportement d'ados normaux transposé dans un univers magique démentiel. Une belle réussite qui plaira aux ados comme à leurs parents. Croisons les doigts pour une aventure complète dans le prochain tome !
  3. Titre de l'album : Strange Academy t2 Scenariste de l'album : Scottie Young Dessinateur de l'album : Ramos Coloriste : Ramos Editeur de l'album : Panini Note : Résumé de l'album : La magie est dangereuse, et l'école des sorciers du Docteur Strange a connu sa première victime. Le Sorcier Suprême aura-t-il le coeur d'enterrer un de ses élèves ? Un secret immense sur l'Académie est dévoilé, et les étudiants partent dans l'espace à la recherche d'un objet magique, avec l'aide de Rocket et Groot ! Au programme également : un voyage en Asgard et une enquête policière ! La qualité de cette série a très largement séduit la critique professionnelle et les lecteurs. Les retours sur le premier opus sont dithyrambiques ! La même équipe artistique revient pour ce deuxième album tout aussi passionnant. Critique : Deuxième tome de la série Marvel dirigée par Scottie Young et encore une fois on retrouve avec plaisir le dynamisme et l'envie de Scottie Young dans ce tome deux. Bien qu'un recueil de petites histoires sur notre groupe de jeunes, Scottie Young réussi à dégager de la puissance de chacune de ces histoires, chacune se centrant sur les différents personnages du groupe, nous permettant de mieux les connaitre. Alors si on peut regretter l'absence du fil rouge sur la compensation de l'utilisation de la magie, on s'amuse bien à regarder le comportement d'ados normaux transposé dans un univers magique démentiel. Une belle réussite qui plaira aux ados comme à leurs parents. Croisons les doigts pour une aventure complète dans le prochain tome ! Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/strange-academy-tome-2?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  4. Titre de l'album : The weatherman t2 Scenariste de l'album : Jody Leheup Dessinateur de l'album : Nathan Fox Editeur de l'album : Urban Comics Note : Résumé de l'album : Sans souvenir de l'attaque terroriste qu'il aurait commanditée, Nathan Bright n'a plus d'autre choix que de fuir aux confins de la galaxie. Sa quête le conduit finalement sur une planète sur laquelle il ne pensait jamais revenir, celle qui a vu naître l'humanité : la Terre. Il découvre alors rapidement que, contrairement à ce qu'il pensait, ce lieu chargé de souvenirs et d'une histoire des plus sinistres est bien loin d'être vide... Critique : Aller on est vendredi, et aujourd'hui on lâche les grand mots : Je pense que la fin de ce tome deux est le meilleur Cliffhanger que je n'ai lu depuis... Je ne m'en souviens plus en fait... C'est limite indécent de faire ça au bout deux tome.... Ce qui est encore meilleur c'est que... ben personne ne m'en avait parlé. C'est série ne remue pas forcement les foule mais... c'est un tort que je me charge de rectifier. Car si la fin de tome est exceptionnelle, le tome lui-même est très bon. De la très bonne intro qu'était le tome 1, on passe ici dans le vrai et bon space opera : population en danger, choix cornélien entre sauver des gens ou penser au bonheur de tous, un anti héros de plus en plus attachant et de l'action de l'action de l'action.... à et j'oublie des terroristes interplanétaire, une présidente de mars qui pète un câble, un super virus.... Voilà j'ai envie de relire les deux premiers tomes. Il faut remonter aux premiers Deadly Class pour que je repense à une sensation d'évolution parfaite d'une série.... Avant de s'enflammer encore plus on va attendre le tome 3 mais nos auteurs tiennent tellement un bon filon que je ne peux que penser que ça sera excellent Vivement le t3 !!! Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/the-weatherman-tome-2?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  5. Titre de l'album : Batman Whithe Knight - Harley Quinn Scenariste de l'album : Sean Murphy / Katana Collins Dessinateur de l'album : Matteo Scalera Coloriste : Matteo Scalera Editeur de l'album : Urban Comics Note : Résumé de l'album : Bruce Wayne est toujours enfermé en prison, payant pour ses exactions envers la ville de Gotham et tentant de se racheter aux yeux de ses anciens alliés. Mais il a à présent noué une relation de plus en plus forte avec son ancienne ennemie, l'ex-compagne de Jack Napier, Harleen Quinzel. Jeune maman, celle-ci est contactée par le GCPD pour l'épauler sur une affaire qui va faire remonter à la surface les souvenirs encore vivaces de son passé de criminelle. Contenu vo : Batman White Knight presents Harley Quinn #1-6 + 10 pages de Harley Quinn Black White and Red réalisées par la même équipe artistique. Critique : Fiou qu'est-ce que j'aime cet univers de Sean Murphy. J'ai commencé, comme beaucoup, le White Knight pour les dessins de Sean Murphy avant tout. Mais, comme beaucoup aussi, je me suis pris au jeu de sa réécriture de l'univers de Batman. Un univers beaucoup plus dur et torturé, avec des personnages tout sauf manichéens. J'y suis donc allé les yeux fermés avant de voir que Sean Murphy n'était plus au dessin ! Horreur !!! OU pas. Car s'il a laissé la barre, il l’a laissé à un dessinateur qui lui ressemble beaucoup : Matteo Scalera que l'on a vu au travail dans Black Science. Matteo Scalera à un style très proche de celui de Murphy, avec des visages et des formes très anguleuses. On oublie donc rapidement ce changement des dessinateurs tellement Scalera fait bien le job. Niveau scénario cette suite est vraiment excellente non pas parce qu'elle se concentre sur Harley Quinn. Non elle est excellente parce que Batman et la Joker n'interviennent pas. C'est un tome qui met en avant les seconds rôles de l'univers et qui continue d'introduire les modifications de ces seconds rôles et donc continue de nous livrer un univers White Knight de plus en plus complet et autonome. Un univers dense, avec une Harley beaucoup moins délurée et dont le rôle de maman à un impact sur tous ceux qui l'entourent. Moi des albums comme cela j'en demande tous les ans ! Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/batman-white-knight-harley-quinn/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  6. poseidon2

    Doomsday Clock

    Titre de l'album : Doomsday Clock Scenariste de l'album : Geoff Johns Dessinateur de l'album : Gary Franck Coloriste : Gary Franck Editeur de l'album : Urban Comics Note : Résumé de l'album : Il y a trente ans, sur une Terre où le cours de l'Histoire a évolué de manière bien différente, un justicier milliardaire nommé Ozymandias a tenté de sauver l'humanité d'une guerre nucléaire imminente en concevant une machination effroyable... et réussit. Mais, ses plans ayant été révélés, ce dernier dut prendre la fuite et tente à présent de retrouver le seul être capable de restaurer un équilibre sur sa planète : le Dr Manhattan, surhomme omnipotent. Un seul problème s'offre à lui : le Dr Manhattan a quitté sa dimension pour visiter celle de la Ligue de Justice et interférer avec le cours des événements, manipulant à leur insu les héros de cet univers. Mais pour Ozymandias, ce défi n'est qu'un obstacle de plus dans sa quête d'une paix éternelle pour son monde et ses habitants : résolu, il décide de franchir la barrière entre les dimensions quitte à y affronter ces métahumains. Critique : 4 ans. Il fallut 4 ans à Geoff Johns pour peaufiner son Doomsday Clock. 4 ans depuis la parution du DC Universe Rebirth : le badge et l'apparition de l'étrange badge du Comédien dans l'univers DC. Si l'attente fut longue (moi j'avais abdiqué pour tout dire) elle fut surement moins frustrante pour nous européens que pour nos amis américains qui ont vu les numéros s’étaler sur plus de 2 ans (soit un numéro tous les 2 mois !). Et je suis bien content d'avoir eu toute l'histoire d'un coup. Car pour ne rien vous cacher c'est la première fois depuis bien.... 5 ou 6 que j'ai lu un comics de 500 pages d'une traite. Sans interruption.... bon ok je me suis couché un peu tard. Mais qu'est-ce que c'était bon. Un excellent bon gout de Watchmen saupoudré d'un très léger gout de justice league. C'est le premier truc qui est excellent dans ce "crossover" (qui est plus une suite à Watchmen qu'autre chose) : les héros de l'univers DC sont complètement dépassés par l'arrivée des protagonistes de Watchmen. Mais à la ramasse. Aussi bien les héros que les méchants. Ils font de la figuration. Et ça c'est rafraîchissant. Mais ce n'est que la cerise sur un gâteau assez énorme. En prenant son temps Geoff Johns a réussi à vraiment prendre à bras le corps l'univers de Watchmen, pas juste l'histoire. Il le montre au travers d'une narration très proche de celle de Moore et des personnages vraiment conformes à leur version de base. Mais il le montre aussi avec des intermèdes entre les chapitre plein d’extrait de journaux, de photos, de carnet de notre de Rorschach ou d'autre détails qui densifie énormément le revit et l’inclut définitivement dans la ligne droite de Watchmen. Comme le récit de Moore, celui-ci n'est pas à mettre entre toutes les mains car il sera peut être compliqué pour un "béotien" et incompréhensible si vous n'avez pas lu Watchmen. Mais pour les autres.... c'est LE comic à lire en ce moment. Il est suffisamment bon pour qu'il m'ait automatiquement donné envie de relire Watchmen pour relire celui-ci dans la foulé. Et a tout ceux que la présence de Superman et Batman trouble, ne vous inquiétez pas, ils font vraiment de la figuration. Si l'histoire sert aussi d'explication à l'imbroglio temporel de DC, ça reste compréhensible et, au final, n'est que peu de chose par rapport au plaisir de retrouver Rorschach ! A Noter qu'une sublime édition de luxe (pas donnée par contre) est prévu pour la fin du mois. Avec noël qui arrive.... Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/doomsday-clock-watchmen?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  7. poseidon2

    Doomsday Clock

    4 ans. Il fallut 4 ans à Geoff Johns pour peaufiner son Doomsday Clock. 4 ans depuis la parution du DC Universe Rebirth : le badge et l'apparition de l'étrange badge du Comédien dans l'univers DC. Si l'attente fut longue (moi j'avais abdiqué pour tout dire) elle fut surement moins frustrante pour nous européens que pour nos amis américains qui ont vu les numéros s’étaler sur plus de 2 ans (soit un numéro tous les 2 mois !). Et je suis bien content d'avoir eu toute l'histoire d'un coup. Car pour ne rien vous cacher c'est la première fois depuis bien.... 5 ou 6 que j'ai lu un comics de 500 pages d'une traite. Sans interruption.... bon ok je me suis couché un peu tard. Mais qu'est-ce que c'était bon. Un excellent bon gout de Watchmen saupoudré d'un très léger gout de justice league. C'est le premier truc qui est excellent dans ce "crossover" (qui est plus une suite à Watchmen qu'autre chose) : les héros de l'univers DC sont complètement dépassés par l'arrivée des protagonistes de Watchmen. Mais à la ramasse. Aussi bien les héros que les méchants. Ils font de la figuration. Et ça c'est rafraîchissant. Mais ce n'est que la cerise sur un gâteau assez énorme. En prenant son temps Geoff Johns a réussi à vraiment prendre à bras le corps l'univers de Watchmen, pas juste l'histoire. Il le montre au travers d'une narration très proche de celle de Moore et des personnages vraiment conformes à leur version de base. Mais il le montre aussi avec des intermèdes entre les chapitre plein d’extrait de journaux, de photos, de carnet de notre de Rorschach ou d'autre détails qui densifie énormément le revit et l’inclut définitivement dans la ligne droite de Watchmen. Comme le récit de Moore, celui-ci n'est pas à mettre entre toutes les mains car il sera peut être compliqué pour un "béotien" et incompréhensible si vous n'avez pas lu Watchmen. Mais pour les autres.... c'est LE comic à lire en ce moment. Il est suffisamment bon pour qu'il m'ait automatiquement donné envie de relire Watchmen pour relire celui-ci dans la foulé. Et a tout ceux que la présence de Superman et Batman trouble, ne vous inquiétez pas, ils font vraiment de la figuration. Si l'histoire sert aussi d'explication à l'imbroglio temporel de DC, ça reste compréhensible et, au final, n'est que peu de chose par rapport au plaisir de retrouver Rorschach ! A Noter qu'une sublime édition de luxe (pas donnée par contre) est prévu pour la fin du mois. Avec noël qui arrive....
  8. Pim Pam Poum est le nom français d'un comic strip américain crée en 1897 par Rudolph DIRKS pour le journal The American Humorist. C’est l’histoire d’une famille qui vit sur une ile tropicale imaginaire dirigée par un roi fainéant. En 1912, un conflit entre le créateur et le producteur voit la coexistence de 2 séries avec les mêmes personnages. La série a connue plein d’arrêts et de reprises. Le dernier strip aurait été publié le 1er janvier 2006 mais la date est incertaine, ce qui est sûr c’est que c’est la plus longue série de l’histoire à ce jour.
  9. Cet article participe à l’évènement “les 3 BD que tu as lues cette année, à mettre sous le sapin pour Noël” du blog 7bd.fr Suite à l'invitation de nos collègues de 7bd.fr, nous vous proposons cette année une micro sélection de 3 BDs à mettre sous le sapin. Quand on écrit ce genre d'article, la question à se poser est "sous quel sapin" ? Celui de Papa ? de maman ? de papy ? les ados de la familles ? Aïe cela fait déjà 4 sapins différents.... Tant pis encore une fois on va associer papa et papy(et je pense qu'il ne se plaindra pas )....et vous donner une sélection de chose que vous avez pu rater (donc pas de Batman White Knight, vous l'avez surement déjà) Le comic tout public mais que les mamans pourront apprécier: Vei Du lourd. Du très lourd.... Alors oui je parle du poids déjà mais surtout du nombre de page et de l'histoire. Voici un one shot qui nous raconte la vie de Vei du début à la fin. Vei qui se retrouve mêlée dans le combat éternel entre les dieux d'Asgard et leurs ennemis de Jotunheim. Une vie passionnante, pleine de combat, de couleurs, de mythologie nordique et de dieux jouant avec les humains comme avec des pions. Cet album est un ovni. De par le volume de page, de par le thème mais aussi parce qu'il arrive à passionner les fans de mythologie nordique et les fans d'aventures durant 3 bonnes heures de lectures. Et sans compter la relecture. Avec un si belle ouvrage, toilé et bien finit, ça en fait un parfait cadeau de noël. https://www.1001bd.com/index.php?/ecriturecritiques/vei-r819/ Le comic pour papa (et papy, il n'y a pas d'age) : Money shot t1 Money shot c'est le comic sexy et rigolo de l'année. Partie sur une idée super loufoque, ce comic s'est avéré une très belle surprise. En plus d'une idée de base d'un simple comic sexy, nos auteurs réussissent habilement à nous parler de sujet pus important comme la décadence de l'espèce humaine à cause des réseaux sociaux et d'internet, de l'intolérance des mœurs d'autrui et même de science et de problèmes, déjà existant, que peuvent avoir les scientifique à trouver du budget si leur projet n'est pas bling bling. Au final on a une vraie histoire avec le petit plus sexy qui pourra émoustiller papy et réveiller papa après le repas de Noël. Un cadeau qui changera de ceux présent sous les sapins, à n'en pas douter. https://www.1001bd.com/index.php?/ecriturecritiques/money-shot-t1-r1076/ Le comic pour les ados (et les grands enfants): Bully Wars Et oui ! Je vous avais dit pas de Superslip ! Mais ce n'est pas pour autant que ce Bully Wars n'est pas excellent. Ce pas "juste un comic déconne" en plus. Non non. Sous couvert de blague et de situations ubuesque, Bully Wars est une super aventure au rythme bien tenu qui attachera vos ados jusqu'à la fin. C'est aussi et avant tout une critique des lycées américains ou les têtes de turques sont légions et où être le beau gosse ou la bad guy du lycée est une compétition à part entière. Même si ce n'est pas pareil chez nous on a tous un jour été mal à l'aise durant nos années collèges/lycées ou alors pris en grippe par LA fille ou LE mec du moment où on a tous cherché à être le plus transparent possible pour ne pas attirer l'attention. Alors quand notre victime de service se rebelle, on rigole et on suit ses aventures avec envi. Pas dénué non plus d'humanité, cet album est une excellente lecture hors des sentiers archi battu du monde du comic. https://www.1001bd.com/index.php?/ecriturecritiques/bully-wars-r743/
  10. poseidon2

    Deadly class t9

    Titre de l'album : Deadly class t9 Scenariste de l'album : Rick Remender Dessinateur de l'album : Wes Craig Coloriste : Wes Craig Editeur de l'album : Urban Comics Note : Résumé de l'album : Lorsque Marcus Lopez, orphelin sans-abris, a rejoint l'école des Arts Létaux de Kings Dominion, il se doutait bien que ça ne serait pas une promenade de santé. Pour autant, il n'aurait jamais imaginé vivre une telle souffrance physique et psychologique durant sa première année. Après un avant-goût éphémère de ce que pourrait être une « belle vie » le long des plages du Mexique, lui et Maria sont de retour sur le campus ; non plus en tant que « rats » chassés par les plus puissants, mais en tant que couple admiré de tous. Une popularité qui risque de faire des envieux, et notamment attiser la haine d'Helmut, bien décidé à venger son amour disparu, Petra. Critique : A lala j'étais chaud bouillant !! Deadly class est une des séries les plus innovantes des comics américains. Sans filtre, sans humour facile, réfléchie et dure comme peut l’être le monde. J'attendais donc cette suite avec une impatience que je pensais avoir disparu à force de lire de BD toute l'année. Et... je suis mi-figue mi-raisin comme dit l'adage : En effet ce tome est nécessaire pour nous emmener vers la fin de l'histoire. Nécessaire et cohérent.... mais en l'ayant lu tout seul sans avoir relu le précédent, il y a un quelque chose de "trop". L’intervention de la "fratrie" de Petra est un poil too much. Et encore en réfléchissant ce qui se passe dans ce tome est un mal nécessaire posé à l'échelle de la série... Je pense sincèrement que je suis allé trop vite en besogne. Ce tome nécessite la relecture du précédent et pas que le résumé. Il faut bien comprendre ou en sont Marcus et Maria. Il faut bien avoir en tête leurs psychologies pour bien apprécier les changements de ce tome 9.... Chose que j'avais plus vraiment en tête. En bref peut être le premier tome de transition de cette superbe série.... qui à quelques aires d'avant dernier tome quand même. Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/deadly-class-tome-9?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  11. Titre de l'album : Superman Future State Scenariste de l'album : Collectif Dessinateur de l'album : Collectif Coloriste : Collectif Editeur de l'album : Urban Comics Note : Résumé de l'album : Les siècles passent et les Kryptoniens voient leurs alliés et ennemis changer. Alors que Jonathan Kent peine à s'imposer comme le digne héritier de son père, Superman joue sa vie dans les arènes de Warworld et sa cousine, Kara Zor-El, crée sa propre forteresse sur la Lune. Toujours mu par son intérêt personnel, Lex Luthor tente de son côté de détruire les Planètes Unies dans un monde qui, près de mille ans après notre ère, n'a plus rien à voir avec celui que nous connaissons. Critique : DC continue sa pose post-Snyder nous montrant maintenant des histoires courtes dans l'univers de l'homme d'acier. Espérons que ce repos donne des idées fraiches pour relancer les franchises car je dois avouer que les histoires courtes ici présentes sont un peu décevantes. SI les premières, sur Jonathan Kent qui essaye de s'imposer en superman et sur Superman qui est englué dans le monde de Warworld et tente de renversé Mongul, sont globalement très sympa, toutes celles qui suivent sont par contre assez décevantes. Entre une histoire trop larmoyante sur Kara, un mister Miracle pas très inspiré ou encore une aventure de Midnighter tout seul dont on se demande ce qu'il fout là, on se retrouve avec des histoires bouche-trous assez ennuyeuses. Vivement que l'on passe à autre même si la love story prévu de Jonathan n'ai pas forcement pour m'attirer plus que cela.... Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/future-state-superman?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  12. poseidon2

    Superman Future State

    DC continue sa pose post-Snyder nous montrant maintenant des histoires courtes dans l'univers de l'homme d'acier. Espérons que ce repos donne des idées fraiches pour relancer les franchises car je dois avouer que les histoires courtes ici présentes sont un peu décevantes. SI les premières, sur Jonathan Kent qui essaye de s'imposer en superman et sur Superman qui est englué dans le monde de Warworld et tente de renversé Mongul, sont globalement très sympa, toutes celles qui suivent sont par contre assez décevantes. Entre une histoire trop larmoyante sur Kara, un mister Miracle pas très inspiré ou encore une aventure de Midnighter tout seul dont on se demande ce qu'il fout là, on se retrouve avec des histoires bouche-trous assez ennuyeuses. Vivement que l'on passe à autre même si la love story prévu de Jonathan n'ai pas forcement pour m'attirer plus que cela....
  13. poseidon2

    Once and future t3

    Je ne sais pas vous mais moi quand je vois une mamie qui tient une épée dans laquelle se reflète des monstres et le tout dessiné par Dan Mora... je craque tout de suite Bon ok j'ai un véritable intérêt pour tout ce qui tourne autour des mythes et légendes Celtes et Arthuriennes. Et j'ai bien aimé les deux premiers. Mais ce tome 3 est quasiment meilleur. Meilleur car il recentre bien l'histoire et imbrique tous les morceaux pour nous faire une fin en apothéose.... Ah non.... on me dit dans l'oreillette que je me suis trompé..... En effet cette série marche trop bien (en lice pour un Eisner Award cette année) et nos auteur, qui avaient prévu 3 tomes, finisse cette histoire comme une fin de premier cycle et non une fin de série. La preuve en effet l'état de Boris Johnson en fin de tome Cela n'enlève rien à ce tome super dynamique, aux dessins et à la coloration dingues et à un mélange de mythe et de modernité fantastique. Mais ça enlève à ce tome une meilleure note car je n'ai pu que ressentir un sentiment de déception en découvrant qu'il y aurait une suite. Elle sera surement bien. Mais en 3 tomes ça faisait une minisérie top et qui n'avait pas besoin de plus. Un poil dommage
  14. Titre de l'album : Once and future t3 Scenariste de l'album : Kieron Gillen Dessinateur de l'album : Dan Mora Coloriste : Dan Mora Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : On retrouve Bridgette, Duncan et Rose qui doivent trouver un moyen de garder une longueur d'avance sur Merlin tout en maintenant les choses secrètes. Mais nous sommes à l'ère moderne et les secrets ne peuvent jamais rester cachés bien longtemps... Le dernier chapitre de cette série acclamée par la critique et nominée aux Eisner Awards nous plonge dans le pire des deux mondes ! Critique : Je ne sais pas vous mais moi quand je vois une mamie qui tient une épée dans laquelle se reflète des monstres et le tout dessiné par Dan Mora... je craque tout de suite Bon ok j'ai un véritable intérêt pour tout ce qui tourne autour des mythes et légendes Celtes et Arthuriennes. Et j'ai bien aimé les deux premiers. Mais ce tome 3 est quasiment meilleur. Meilleur car il recentre bien l'histoire et imbrique tous les morceaux pour nous faire une fin en apothéose.... Ah non.... on me dit dans l'oreillette que je me suis trompé..... En effet cette série marche trop bien (en lice pour un Eisner Award cette année) et nos auteur, qui avaient prévu 3 tomes, finisse cette histoire comme une fin de premier cycle et non une fin de série. La preuve en effet l'état de Boris Johnson en fin de tome Cela n'enlève rien à ce tome super dynamique, aux dessins et à la coloration dingues et à un mélange de mythe et de modernité fantastique. Mais ça enlève à ce tome une meilleure note car je n'ai pu que ressentir un sentiment de déception en découvrant qu'il y aurait une suite. Elle sera surement bien. Mais en 3 tomes ça faisait une minisérie top et qui n'avait pas besoin de plus. Un poil dommage Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/once-and-future-tome-3?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  15. Fiou qu'est-ce que j'aime cet univers de Sean Murphy. J'ai commencé, comme beaucoup, le White Knight pour les dessins de Sean Murphy avant tout. Mais, comme beaucoup aussi, je me suis pris au jeu de sa réécriture de l'univers de Batman. Un univers beaucoup plus dur et torturé, avec des personnages tout sauf manichéens. J'y suis donc allé les yeux fermés avant de voir que Sean Murphy n'était plus au dessin ! Horreur !!! OU pas. Car s'il a laissé la barre, il l’a laissé à un dessinateur qui lui ressemble beaucoup : Matteo Scalera que l'on a vu au travail dans Black Science. Matteo Scalera à un style très proche de celui de Murphy, avec des visages et des formes très anguleuses. On oublie donc rapidement ce changement des dessinateurs tellement Scalera fait bien le job. Niveau scénario cette suite est vraiment excellente non pas parce qu'elle se concentre sur Harley Quinn. Non elle est excellente parce que Batman et la Joker n'interviennent pas. C'est un tome qui met en avant les seconds rôles de l'univers et qui continue d'introduire les modifications de ces seconds rôles et donc continue de nous livrer un univers White Knight de plus en plus complet et autonome. Un univers dense, avec une Harley beaucoup moins délurée et dont le rôle de maman à un impact sur tous ceux qui l'entourent. Moi des albums comme cela j'en demande tous les ans !
  16. poseidon2

    Green Lantern Legacy

    On a parfois l'impression qu'Urban Link est, en plus d'être une collection nous offrant de très bon roman graphique, une collection qui essaye de rajeunir certains des personnages DC. ET d'est clairement l'objectif de ce Green Lantern Legacy. Prendre un personnage qui a du mal à séduire le jeune public, et lui remettre un vrai coup de jeune. Et si sur les tean titans c'est moins évident, ce green lantern est une réussite du genre. On donne des pouvoir à un jeune, on met une histoire pleine de couleur, pleine d'amitié et avec quelques combat et des bêtises d'ado dans un saladier et on mélange un bon coup. Et cela donne un excellent rajeunissement du personnage de Green Lantern. Les aventures de ce jeune nouvel héros sont très agréables à lire. Pas prise de tête, elles raviront les jeunes lecteurs et, je l'espère, remettrons sur le devant de la scène un personnage peut être un peu austère. PS: note XXL a l'essayage de costume et l'hommage aux anciens Green Lantern.
  17. Titre de l'album : Green Lantern Legacy Scenariste de l'album : Le Minh Dessinateur de l'album : Tong Andie Coloriste : Editeur de l'album : Urban Link Note : Résumé de l'album : Après avoir fui la guerre du Viêt Nam, les grands-parents de Tai Phan se sont installés à Coast City. Ils y ont rebâti une vie à partir de rien, fondé une famille et ouvert le Jade Market, devenu depuis le coeur de la communauté vietnamienne du quartier. À la mort de sa grand-mère, le jeune garçon s'aperçoit à quel point elle était une femme aimée et respectée des siens, oeuvrant quotidiennement pour les immigrés en détresse et ne fléchissant jamais devant les nombreuses tentatives d'intimidations racistes des locaux, bien décidés à les faire quitter ce qu'ils estiment être « leur mère patrie ». Véritable modèle pour lui, Tai n'imaginait pas qu'elle puisse lui cacher un secret plus admirable encore. L'anneau qu'il l'avait toujours vu porter au doigt sans jamais vraiment y prêter attention était en fait le signe d'une lourde responsabilité, une mission dont il est désormais l'héritier. Critique : On a parfois l'impression qu'Urban Link est, en plus d'être une collection nous offrant de très bon roman graphique, une collection qui essaye de rajeunir certains des personnages DC. ET d'est clairement l'objectif de ce Green Lantern Legacy. Prendre un personnage qui a du mal à séduire le jeune public, et lui remettre un vrai coup de jeune. Et si sur les tean titans c'est moins évident, ce green lantern est une réussite du genre. On donne des pouvoir à un jeune, on met une histoire pleine de couleur, pleine d'amitié et avec quelques combat et des bêtises d'ado dans un saladier et on mélange un bon coup. Et cela donne un excellent rajeunissement du personnage de Green Lantern. Les aventures de ce jeune nouvel héros sont très agréables à lire. Pas prise de tête, elles raviront les jeunes lecteurs et, je l'espère, remettrons sur le devant de la scène un personnage peut être un peu austère. PS: note XXL a l'essayage de costume et l'hommage aux anciens Green Lantern. Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/green-lantern-legacy?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  18. Titre de l'album : Batman the world Scenariste de l'album : Collectif Dessinateur de l'album : Collectif Coloriste : Collectif Editeur de l'album : Urban Comics Note : Résumé de l'album : Le champ d'action de Batman ne se limite pas à Gotham City ! Le Chevalier Noir a juré de rendre la justice partout où l'on a besoin de lui, et ses enquêtes l'ont conduit plus d'une fois aux quatre coins de la planète. Retrouvez dans cet album des aventures du plus grand des super-héros sur tous les continents ! Critique : Je n'ai jamais caché le peu d'intérêt que je porte au receuil d'histoires courtes, surtout dans le comic US. Mais celui ci m'a fait de l'oeil tellement Batman est encré à Gotham et n'en sort presque jamais. Et grand bien m'en a pris. En effet ce recueil est bien plus que cela : c'est une ouverture de Batman au monde. Une ouverture du personnage mais aussi du scenario et du graphisme. Ce recueil contient toute une série d'histoires dessinées et écrites par les auteurs du pays dans lequelles elles se passent. De France en Turquie en passant par la Roumanie ou encore l'Italie, DC est allé chercher des auteurs de tous les pays du monde pour leur demander de dessiner une aventure de batman dans leur pays respectif. Et ce travail est intéressant même si parfois un peu caricturale (messieurs les français.....). C'est rafraichissant. Je ne suis pas sur de le lire une deuxième fois mais la première lecture fut vraiment agréable.... et ce même si l'on n'aime pas les histoires courtes. Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/batman-the-world?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  19. poseidon2

    Batman the world

    Je n'ai jamais caché le peu d'intérêt que je porte au receuil d'histoires courtes, surtout dans le comic US. Mais celui ci m'a fait de l'oeil tellement Batman est encré à Gotham et n'en sort presque jamais. Et grand bien m'en a pris. En effet ce recueil est bien plus que cela : c'est une ouverture de Batman au monde. Une ouverture du personnage mais aussi du scenario et du graphisme. Ce recueil contient toute une série d'histoires dessinées et écrites par les auteurs du pays dans lequelles elles se passent. De France en Turquie en passant par la Roumanie ou encore l'Italie, DC est allé chercher des auteurs de tous les pays du monde pour leur demander de dessiner une aventure de batman dans leur pays respectif. Et ce travail est intéressant même si parfois un peu caricturale (messieurs les français.....). C'est rafraichissant. Je ne suis pas sur de le lire une deuxième fois mais la première lecture fut vraiment agréable.... et ce même si l'on n'aime pas les histoires courtes.
  20. Dernier tome de la version collector spécial Metal de Batman Death Metal. Dernier tome consacré à Ozzy Osbourne, membre de Black Sabbath et rien de moins que surnommé "le prince des ténèbres". Niveau histoire on voit ici la fin de tout l'arc de Snyder sur Batman et la conclusion de presque 10 années de série autour du fameux métal N et de l'univers Noir. Une conclusion assez onirique mais qui a le mérite d'être présente et de rebattre toutes les cartes pour laisser tableau blanc à "Future State" qui débute ce moi ci. Fin, donc, de la collection "collector" spécial metal....Pas sûr que Urban s'y risque encore car je ne suis pas bien sûr que ça ait super bien prit.
  21. Titre de l'album : Batman death Metal T7 Ozzy OsBourne (fin) Scenariste de l'album : Scott Snyder / James Tynion Dessinateur de l'album : Greg Capullo Coloriste : Greg Capullo Editeur de l'album : Urban Comics Note : Résumé de l'album : Après sa défaite douloureuse contre la Légion Fatale de Perpetua et Lex Luthor, la Ligue de Justice a disparu de la surface de la Terre. De son côté, le Batman Qui Rit, toujours en liberté, a infecté plusieurs super-héros ainsi que le Commissaire Gordon qu'il garde comme sbire personnel. La confrontation entre Luthor et le Batman Qui Rit va conduire le monde dans un nouvel abîme de folie où des versions déformées des plus grands héros ne vont pas tarder à se soulever. Critique : Dernier tome de la version collector spécial Metal de Batman Death Metal. Dernier tome consacré à Ozzy Osbourne, membre de Black Sabbath et rien de moins que surnommé "le prince des ténèbres". Niveau histoire on voit ici la fin de tout l'arc de Snyder sur Batman et la conclusion de presque 10 années de série autour du fameux métal N et de l'univers Noir. Une conclusion assez onirique mais qui a le mérite d'être présente et de rebattre toutes les cartes pour laisser tableau blanc à "Future State" qui débute ce moi ci. Fin, donc, de la collection "collector" spécial metal....Pas sûr que Urban s'y risque encore car je ne suis pas bien sûr que ça ait super bien prit. Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/batman-death-metal-ozzy-osbourne-edition-tome-7?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  22. poseidon2

    Batman Fortnite

    Bon allez j'ose lâcher ici l'info: je ne connais ni d’Eve ni d’Adam le jeu Fortnite. Jamais même vu une image. Je viens de découvrir le concept avec ce Batman. Mes enfants sont drogués au manga... Je ne pourrais donc juger du rapport avec le jeu. Je pourrais juste dire que.... cet album parlera surement plus aux fans du dit jeu avec surement plein de caméos et de clin d'œil dans tous les sens. Moi cela m'a juste donné l'impression d'être un scénario très simple et trop condensé de boucles infinies de 22 minutes. Sans être inintéressant, c'est quand même très léger niveau contenu. C'est donc à réserver aux fans qui seront comblés car ils trouveront un code pour intégrer Batman and Co dans leur jeu. Pour les autres... il y a Future State qui arrive
  23. poseidon2

    Batman Fortnite

    Titre de l'album : Batman Fortnite Scenariste de l'album : Collectif Dessinateur de l'album : Collectif Coloriste : Collectif Editeur de l'album : Urban Comics Note : Résumé de l'album : Un éclair inhabituel déchire la nuit de Gotham pour frapper le sol et laisser à sa place un étrange portail dimensionnel violet. À la poursuite d'Harley Quinn qui franchit sans réfléchir le seuil du portail providentiel, Batman s'y retrouve également propulsé malgré lui. Amnésique, il se réveille dans un monde qu'il ne connaît pas et se retrouve attaqué de toutes parts. Le temps presse car déjà un champ de force violet destructeur semble se refermer sur lui et ses adversaires. Il devra vite construire sa nouvelle vie dans cet univers des plus étranges et tenter de retrouver ses repères. Critique : Bon allez j'ose lâcher ici l'info: je ne connais ni d’Eve ni d’Adam le jeu Fortnite. Jamais même vu une image. Je viens de découvrir le concept avec ce Batman. Mes enfants sont drogués au manga... Je ne pourrais donc juger du rapport avec le jeu. Je pourrais juste dire que.... cet album parlera surement plus aux fans du dit jeu avec surement plein de caméos et de clin d'œil dans tous les sens. Moi cela m'a juste donné l'impression d'être un scénario très simple et trop condensé de boucles infinies de 22 minutes. Sans être inintéressant, c'est quand même très léger niveau contenu. C'est donc à réserver aux fans qui seront comblés car ils trouveront un code pour intégrer Batman and Co dans leur jeu. Pour les autres... il y a Future State qui arrive Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/batman-fortnite-point-zero?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  24. Noel arrive. Et si la magie de Noel existe, c'est pour permettre d'offrir (ou de s'offrir) des ouvrages de ce genre... dans la mesure ou vous en trouvez encores de disponibles bien sur.... Car cette critique va bien uniquement parler de l'ouvrage lui meme et non de ce qu'il y a à l'intérieur. En effet Urban sort en Limited edition les 3 albums suivants : The Curse of the wight Night : https://www.1001bd.com/index.php?/ecriturecritiques/batman-curse-of-the-white-knight-edition-nb-r244/ Doomsday clock : https://www.1001bd.com/index.php?/ecriturecritiques/doomsday-clock-r331/ Batman : Last knight on Earth : https://www.1001bd.com/index.php?/ecriturecritiques/batman-last-knight-on-earth-r38/ Je vous laisse jeter un coup d'oeil aux critiques pour vous faire une idée. Je parlerais ici du contenant. Du superbe contenant. Car le tout est superbe. Papier super épais, couverture orignal pour l'occasion, reliuire toilée, marque page et surtout des dimensions gigantesques. J'étais legerement sceptique sur ces dernières mesures. En effet tous les dessins ne s'adaptent pas forcement à un grand format. On peut le voir d'ailleurs sur les agrandissements de la partie consacrée à Von Freeze. En effet la partie de Klaus Janson passe un peu moins bien en grand format. Donne un peu l'effet Zoom dont j'avais peur (d'ou ma demi étoile en moins). Mais Heureusement ce qu'un petit chapitre. Mais pour ce qui est des dessins de Sean Murphy.... fiouuuu. ..On voit tout de suite que Murphy travaille de base sur des grandes planches. Les détails qui apparaissent en plus sont légions ! On se rend compte du travail apporté par Murphy à ses personnages encore plus que dans la version noir et blanc. Le plaisir de lecture est démultiplié tellement on prend le temps de disséquer chaque page .... La lecture se fait plus longue mais plus immersive. Niveau contenu supplémentaire, ne vous attendez pas à 250 pages de plus, ce n'est pas le propos. Ici on met l'accent sur le dessin de Murphy. On a donc droit, en plus de la prmeiere page numéroté à la main, à de sublimes illustrations de chacun des personnages principaux et d'une partie du story board. En pleine page....... Bref il ne reste plus qu'à parler du prix... Car oui un objet comme celui la à un coup. 49 pour le Last night on Earth, 59 pour ce Curse of the White night et 69 pour le Doomsday (le prix dependant du nombre de pages bien sur) Je trouve l'idée d'Urban intelligente en offrant 3 tomes pour 3 tailles de bourse. Apres est-ce que cela vaux la difference de prix ? Cela depend de ce que vous recherchez. De la lecture ni plus ni moins ? Don ce cas non. Un beau cadeau ou un objet que vous adorerez regarder, re-ouvrir, feuilletez, montrez à vos enfants.... dans ce cas dépêchez vous de regarder s'il en reste. Pour ma part une fois celui la recu, j'ai réservé Doomsday Clock chez mon libraire... c'était le dernier..... Car oui pour que ces éditions de luxe soit "rentables" pour le lecteur, elles sont limitées. 1500 par histoire... et je pense que beaucoups sont deja parties... Bonnes chassent !
  25. Titre de l'album : Urban Limited : Curse of White Night Scenariste de l'album : Sean Murphy Dessinateur de l'album : Sean Murphy Coloriste : Sean Murphy Editeur de l'album : Urban Comics Note : Résumé de l'album : La collection Urban Limited propose de découvrir des récits majeurs de DC Comics dans un format hors du commun et une fabrication particulièrement luxueuse. Les tirages sont uniques, limités à 1500 exemplaires et numérotés à la machine à l'intérieur des ouvrages. Critique : Noel arrive. Et si la magie de Noel existe, c'est pour permettre d'offrir (ou de s'offrir) des ouvrages de ce genre... dans la mesure ou vous en trouvez encores de disponibles bien sur.... Car cette critique va bien uniquement parler de l'ouvrage lui meme et non de ce qu'il y a à l'intérieur. En effet Urban sort en Limited edition les 3 albums suivants : The Curse of the wight Night : https://www.1001bd.com/index.php?/ecriturecritiques/batman-curse-of-the-white-knight-edition-nb-r244/ Doomsday clock : https://www.1001bd.com/index.php?/ecriturecritiques/doomsday-clock-r331/ Batman : Last knight on Earth : https://www.1001bd.com/index.php?/ecriturecritiques/batman-last-knight-on-earth-r38/ Je vous laisse jeter un coup d'oeil aux critiques pour vous faire une idée. Je parlerais ici du contenant. Du superbe contenant. Car le tout est superbe. Papier super épais, couverture orignal pour l'occasion, reliuire toilée, marque page et surtout des dimensions gigantesques. J'étais legerement sceptique sur ces dernières mesures. En effet tous les dessins ne s'adaptent pas forcement à un grand format. On peut le voir d'ailleurs sur les agrandissements de la partie consacrée à Von Freeze. En effet la partie de Klaus Janson passe un peu moins bien en grand format. Donne un peu l'effet Zoom dont j'avais peur (d'ou ma demi étoile en moins). Mais Heureusement ce qu'un petit chapitre. Mais pour ce qui est des dessins de Sean Murphy.... fiouuuu. ..On voit tout de suite que Murphy travaille de base sur des grandes planches. Les détails qui apparaissent en plus sont légions ! On se rend compte du travail apporté par Murphy à ses personnages encore plus que dans la version noir et blanc. Le plaisir de lecture est démultiplié tellement on prend le temps de disséquer chaque page .... La lecture se fait plus longue mais plus immersive. Niveau contenu supplémentaire, ne vous attendez pas à 250 pages de plus, ce n'est pas le propos. Ici on met l'accent sur le dessin de Murphy. On a donc droit, en plus de la prmeiere page numéroté à la main, à de sublimes illustrations de chacun des personnages principaux et d'une partie du story board. En pleine page....... Bref il ne reste plus qu'à parler du prix... Car oui un objet comme celui la à un coup. 49 pour le Last night on Earth, 59 pour ce Curse of the White night et 69 pour le Doomsday (le prix dependant du nombre de pages bien sur) Je trouve l'idée d'Urban intelligente en offrant 3 tomes pour 3 tailles de bourse. Apres est-ce que cela vaux la difference de prix ? Cela depend de ce que vous recherchez. De la lecture ni plus ni moins ? Don ce cas non. Un beau cadeau ou un objet que vous adorerez regarder, re-ouvrir, feuilletez, montrez à vos enfants.... dans ce cas dépêchez vous de regarder s'il en reste. Pour ma part une fois celui la recu, j'ai réservé Doomsday Clock chez mon libraire... c'était le dernier..... Car oui pour que ces éditions de luxe soit "rentables" pour le lecteur, elles sont limitées. 1500 par histoire... et je pense que beaucoups sont deja parties... Bonnes chassent ! Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/edition-luxe-batman-curse-of-the-white-knight?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
×
×
  • Créer...