Aller au contenu
  • S’inscrire

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'comics'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Les forums BD
    • Toute la BD
    • Projets participatifs
    • Petites Annonces BD
    • Liens BD vers ailleurs
  • Et si on parlait d'autre chose que la bande dessinée ?
    • Améliorons 1001BD
    • Films et séries TV
    • 1001 Jeux Video
    • Livres - Musique - Spectacles - Théatre - Musées
    • 1001 choses à dire
  • TEAM

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui contiennent…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


164 résultats trouvés

  1. poseidon2

    Once en future T2

    Miam le retour de mon comics arthurien. Surtout le retour de Dan Mora. Car on peu dire sans aucune honte que le trait de Dan Mora fait pour 60% de l'interet de ce comic. C'est somptueux avec des couleurs super vives et un bestiaire de folie. Franchement ca dépote ! Mais ne vous inquietez pas les 40% de scénario sont toujours aussi sympas. Notre Duncan est toujours autant perdu. A l'inverse le mysère globale derrière cette invasion de monstre se disperse petite à petit. Pour ne pas finir trop rapidement son histoire, Kieron Gillen renforce le coté litteraire en allant chercher une légende hors de l'épopée Arthurienne pour nous presenter le personnage de Beowulf. Personnage pas forcement très connu en france donc un peu plus difficile d'acces mais personnage servant surtout de support à la partie principale du récit : les manigances de Merlin. Manigances qui me font dire, encore une fois, qu'il faudrait relire à minima un résumé de l'ensemble de l'épopée d'Arthur pour encore plus apprécier ce comics. Ce que je ferais sans nul doute avant le troisième et dernier tome.
  2. poseidon2

    Once en future T2

    Titre de l'album : Once en future T2 Scenariste de l'album : Kieron Gillen Dessinateur de l'album : Dan Mora Coloriste : Dan Mora Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Bien que Bridgette et Duncan ont empêché Arthur de récupérer le Graal, leurs actions ont accidentellement provoqué la ruine de L'Autre Monde, permettant à de nouvelles légendes et personnages de faire leur apparition - et leurs problèmes aussi. Lorsqu'un casque est volé au British Museum, Bridgette et Duncan sont confrontés à un nouveau challenge de taille : un monstre et sa mère. Critique : Miam le retour de mon comics arthurien. Surtout le retour de Dan Mora. Car on peu dire sans aucune honte que le trait de Dan Mora fait pour 60% de l'interet de ce comic. C'est somptueux avec des couleurs super vives et un bestiaire de folie. Franchement ca dépote ! Mais ne vous inquietez pas les 40% de scénario sont toujours aussi sympas. Notre Duncan est toujours autant perdu. A l'inverse le mysère globale derrière cette invasion de monstre se disperse petite à petit. Pour ne pas finir trop rapidement son histoire, Kieron Gillen renforce le coté litteraire en allant chercher une légende hors de l'épopée Arthurienne pour nous presenter le personnage de Beowulf. Personnage pas forcement très connu en france donc un peu plus difficile d'acces mais personnage servant surtout de support à la partie principale du récit : les manigances de Merlin. Manigances qui me font dire, encore une fois, qu'il faudrait relire à minima un résumé de l'ensemble de l'épopée d'Arthur pour encore plus apprécier ce comics. Ce que je ferais sans nul doute avant le troisième et dernier tome. Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/once-and-future-tome-2?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  3. alx23

    Marqués tome 1

    Après un très bon premier tome de science-fiction avec Sonata voir la chronique de ICI, on retrouve la même équipe artistique sur Marqués une série fantastique très impressionnante. David Hine et Brian Harbelin écrivent tous les deux l'histoire avec cette confrérie secrète autour de la magie et des glyphes. Les membres de ces groupuscules sont tatoués avec des glyphes magiques qui leur amplifient leur pouvoir, on les appelle les Marqués. Ce premier tome introduit très vite le contexte, l'histoire et les mystères autour des Marqués avant de nous plonger dans l'action avec des pouvoirs surprenants. La partie graphique est entièrement numérique mais lorsque l'on voit les planches avec les pouvoirs lumineux on comprend ce choix car le rendu est absolument magnifique. On retrouve ce côté sombre avec beaucoup d'encrage malgré des décors très travaillés pour un comics. Brian Harbelin et secondé par Jay Anacleto pour mettre en image tous ces pouvoir lumineux qui ressortent très bien avec la noirceur des planches. On a l’impression que les images sont prises depuis un jeu vidéo. Ce premier tome est excellent et donne envie de poursuivre l'aventure avec les Marqués et leurs tatouages magiques. Je vais me procurer Sonota dans la journée.
  4. alx23

    Marqués tome 1

    Titre de l'album : Marqués tome 1 Scenariste de l'album : Brian Harbelin & David Hine Dessinateur de l'album : Brian Harbelin & Jay Anacleto Coloriste : Geirrod Van Dyke Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Après des années sans réelle menace occulte, Les Marqués - ces sorcières modernes recouvertes de tatouages qui sont autant de glyphes magiques - utilisent leurs pouvoirs de manière ludique et vivent comme des Rock Stars, jusqu'au jour où une nouvelle forme de magie hybride, terrifiante et destructrice, apparaît... Elles vont devoir assumer pleinement leur rôle de protecteurs de l'humanité. Critique : Après un très bon premier tome de science-fiction avec Sonata voir la chronique de ICI, on retrouve la même équipe artistique sur Marqués une série fantastique très impressionnante. David Hine et Brian Harbelin écrivent tous les deux l'histoire avec cette confrérie secrète autour de la magie et des glyphes. Les membres de ces groupuscules sont tatoués avec des glyphes magiques qui leur amplifient leur pouvoir, on les appelle les Marqués. Ce premier tome introduit très vite le contexte, l'histoire et les mystères autour des Marqués avant de nous plonger dans l'action avec des pouvoirs surprenants. La partie graphique est entièrement numérique mais lorsque l'on voit les planches avec les pouvoirs lumineux on comprend ce choix car le rendu est absolument magnifique. On retrouve ce côté sombre avec beaucoup d'encrage malgré des décors très travaillés pour un comics. Brian Harbelin et secondé par Jay Anacleto pour mettre en image tous ces pouvoir lumineux qui ressortent très bien avec la noirceur des planches. On a l’impression que les images sont prises depuis un jeu vidéo. Ce premier tome est excellent et donne envie de poursuivre l'aventure avec les Marqués et leurs tatouages magiques. Je vais me procurer Sonota dans la journée. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/marques-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  5. alx23

    Sara

    Titre de l'album : Sara Scenariste de l'album : Garth Ennis Dessinateur de l'album : Steve Epting Coloriste : Steve Epting Editeur de l'album : Panini Comics Note : Résumé de l'album : Nous sommes en Russie pendant l'interminable hiver 1942, et nous suivons le sniper soviétique Sara, tandis qu'elle résiste aux envahisseurs nazis avec ses camarades. Les femmes du campement sont isolées dans un baraquement à part et l'unité repousse vaillamment l'ennemi, mais pour combien de temps ? Une histoire complète inspirée d'une histoire vraie. Garth Ennis (The Boys, Preacher, Punisher) n'est jamais autant à l'aise que sur les histoires de guerre. Il est donc ici dans son élément aux côtés de l'efficace Steve Epting, qui illustrait entre autres le Captain America d'Ed Brubaker. Des dessins qui valaient bien un format un peu plus grand que le format comics habituel. Critique : Bon je prends le temps d'écrire une critique sur Sara, le récit de guerre de Garth Ennis. L'auteur est connu pour ses histoires souvent violentes ou irrévérencieuses comme par exemple The boys ou Preacher. Ces deux dernières références m'ont convaincu de l'achat de Sara. Pour l'histoire, l'auteur s'est inspiré de faits réels, en rapportant de façon romancée les faits d'arme d'une femme sniper russe durant la seconde guerre mondiale. Mais le récit de Garth Ennis ne réussit pas à être prenant avec le destin de ses femmes. Les dessins de Steve Epting sont réalistes et de qualité mais avec une colorisation trop lisse à mon gout. Par contre, la couverture de l’album est excellente et vendeuse. Dès le début de l’album, je pense que les traductions sont trop littéraires et on perd un peu le sens du dialogue ou alors c’est fait exprès mais c’est étrange. J’ai eu le même ressenti vers la fin de l’album ce qui n’aide pas à apprécier la lecture. Sara est un comics de guerre assez moyen et pas un achat indispensable. Je recommande plus le deuxième titre de chez TKO, Sentient. Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/sara-191438?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  6. poseidon2

    Décorum t1

    En voilà un récit ou l'on reconnait bien la touche d'Hickman. Ceux qui trouvent que East of West est trop compliqué, qui ne comprennent rien à Black Mondays Murders ou encore qui préféraient les X-Men des années 2000, vous pouvez passer votre chemin et ne pas lire la suite de la critique. Car Hickman nous livre ici peut etre ce qu'il a produit de plus exigeant. Exigeant graphiquement tout d'abord. En effet à chaque "caste" est associé un type de dessin et une coloration spécifique. Mike Huddleston manie ca comme un maitre de l'art dans son ensemble. Les planches sont aussi sompteuses qu'exigenantes grace aussi bien à des grandes vues de l'espace qu'à des planches ou il faut arreter sa lecture pour bien tout comprendre. Mais exigeant car le scenario ne semble que prendre un corps homogène vers les 2/3 du livre. Pour etre très honnete durant le premier quart de la BD on se demande bien de quoi ca parle et on hésite à poursuivre. On ne poursuit cette lecture que parce que l'on connait Hickman et que l'on sait que derrière l'exigeance il y aura un travail soigné et une histoire qui vaux le coup. C'est ce qui vaut le demi point à ce premier tome : impossible de le conseiller à quelqu'un sans lui faire lire du Hickman d'abord. Ou alors avec une présentation très precise de la difficulté qu'il va rencontrer. Mais si vous aimez le monsieur, et c'est mon cas, alors vous vous régalerez à découvrir l'univers proposé ici. Vous lirez chaque ligne des pages séparant les chapitres. Vous regardez partout pour voir tous les détails qui font la richesse et la cohérence de l'univers des oeuvres de Hickman. Bref vous adorerez. En somme un superbe album très exigeant qui ne plaira pas à tout le modne... un bon Hickman quoi
  7. Titre de l'album : Sandman en version Audio chez Audible Scenariste de l'album : Neil Gaiman, Dirk Maggs Dessinateur de l'album : NA Coloriste : Editeur de l'album : Urban Comics Note : Résumé de l'album : The Sandman, sera disponible en français le 25 février 2021 en exclusivité sur Audible. Déjà disponible en anglais sur Audible (#1 des ventes aux Etats-Unis et au Royaume-Uni), cette fiction audio est l’adaptation de la célèbre série de romans graphiques de DC. Elle a été écrite par Neil Gaiman, et adaptée par Dirk Maggs (producteur des séries Audible Alien et X-files). Cette adaptation donne vie à la fantastique épopée de The Sandman, dans un format audio multicast minutieusement travaillé pour une immersion totale. Célébrée dans le monde entier pour son mélange vibrant entre mythe moderne et fantasme sombre, l’histoire mêle harmonieusement fiction contemporaine, drame historique et légende Critique : C'est un peu le "buzz" du moment (oui j'ai quasi 40 ans, j'assume d'utiliser Buzz) : Apres les BD numériques chez Izneo ou autres, les BD audio sont en plein démarrage et marches plutôt pas mal outre atlantique. On ne pouvait donc pas ne passer essayer. Et quitte à essayer autant ne pas commencer avec n'importe quoi mais avec le numéro 1 des ventes aux US : Sandman. Déjà en terme d'utilisation tant l'application que l'accès web Audible (filiale d’Amazon), tout s’est passé sans soucis. Prise en main facile. Début sur une plateforme, on continue sur autre etc.... La qualité du son est top. Coté adaptation c'est plutôt très très bon. Des voix très qui colle vraiment aux personnages, des sonorités d'ambiance bien calibrées qui font bien leur effet, et une histoire toujours aussi prenante. Ce n'est absolument pas "juste" une lecture de texte ! Ce qui en vient au point suivant : Je me demande sincèrement s’il est possible de découvrir un album via cette solution. Si j'avoue prendre énormément de plaisir à entendre l'histoire de Sandman (oui je n'ai pas fini, il y a 10h d'enregistrement), je pense que c'est en grande partie parce que j'ai déjà lu cette histoire. Je me pose la question du cas d'une histoire que l'on ne connait pas. En effet il sera dans ce cas la difficile d'écouter cette histoire en "bruit" de fond genre podcast. En effet lors de l'écoute d'une émission de radio, notre cerveaux ne capte que les mots importants et se concentrent sur certaines parties de la discussion, pas sur tout. Sur une roman/adaptation d'une histoire que l'on ne connait pas, on ne peut vraiment se permettre de rater une partie sans mettre en branle la qualité de l'histoire. On doit donc se concentrer sur l'histoire. Et le souci c'est que pour faire cela il ne faut rien faire d'autre. Cela se transforme donc en loisir intéressant quasi uniquement dans les transports en commun me concernant. Je suis preneur de retour d'expérience sur la question ! Venez nous donnez votre ressenti ! Autres infos : Livre Audio Type de l'album : Comic Lien BDfugue : http://www.bdfugue.com/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  8. C'est un peu le "buzz" du moment (oui j'ai quasi 40 ans, j'assume d'utiliser Buzz) : Apres les BD numériques chez Izneo ou autres, les BD audio sont en plein démarrage et marches plutôt pas mal outre atlantique. On ne pouvait donc pas ne passer essayer. Et quitte à essayer autant ne pas commencer avec n'importe quoi mais avec le numéro 1 des ventes aux US : Sandman. Déjà en terme d'utilisation tant l'application que l'accès web Audible (filiale d’Amazon), tout s’est passé sans soucis. Prise en main facile. Début sur une plateforme, on continue sur autre etc.... La qualité du son est top. Coté adaptation c'est plutôt très très bon. Des voix très qui colle vraiment aux personnages, des sonorités d'ambiance bien calibrées qui font bien leur effet, et une histoire toujours aussi prenante. Ce n'est absolument pas "juste" une lecture de texte ! Ce qui en vient au point suivant : Je me demande sincèrement s’il est possible de découvrir un album via cette solution. Si j'avoue prendre énormément de plaisir à entendre l'histoire de Sandman (oui je n'ai pas fini, il y a 10h d'enregistrement), je pense que c'est en grande partie parce que j'ai déjà lu cette histoire. Je me pose la question du cas d'une histoire que l'on ne connait pas. En effet il sera dans ce cas la difficile d'écouter cette histoire en "bruit" de fond genre podcast. En effet lors de l'écoute d'une émission de radio, notre cerveaux ne capte que les mots importants et se concentrent sur certaines parties de la discussion, pas sur tout. Sur une roman/adaptation d'une histoire que l'on ne connait pas, on ne peut vraiment se permettre de rater une partie sans mettre en branle la qualité de l'histoire. On doit donc se concentrer sur l'histoire. Et le souci c'est que pour faire cela il ne faut rien faire d'autre. Cela se transforme donc en loisir intéressant quasi uniquement dans les transports en commun me concernant. Je suis preneur de retour d'expérience sur la question ! Venez nous donnez votre ressenti !
  9. alx23

    The 7 deadly sins

    The 7 deadly sins est le troisième titre de TKO Studios à être édité en français dans le catalogue de Panini comics. Pour rappel, les deux premiers titres étaient de qualité avec des équipes artistes réputées dans le monde des comics avec Sentient de Jeff Lemire et Gabirle Hernandez Walyta et Sara de Garth Ennis et Steve Epting. Aujourd'hui, on peut découvrir The 7 deadly sins, un western assez sombre et violent comme cela devait être à cette époque. Tze Chun ne réinvente pas le genre mais joue avec tous les codes du western pour écrire une bonne histoire. Un prêtre fait échapper des criminels pour ensuite les embaucher dans une mission suicide en territoire Comanche. Je ne connais pas le travail de Artyom Trakhanov et je ne sais pas si c'est son premier comics qu'il dessine. Son style est un mélange entre RM Guera et Mignola, ça donne un trait anguleux et sombre avec beaucoup d'encrage. Ce one shot est composé des six chapitres de l'histoire pour une ballade en compagnie de sept criminels.
  10. alx23

    The 7 deadly sins

    Titre de l'album : The 7 deadly sins Scenariste de l'album : Tze Chun Dessinateur de l'album : Artyom Trakhanov Coloriste : Giulia Brusco Editeur de l'album : Panini Note : Résumé de l'album : Sept péchés mortels, une seule mission (qui est mortelle également ! ). Au Texas en 1857, des criminels condamnés à mort sont recrutés par un prêtre pour une mission suicide en territoire Comanche. Ce groupe hétéroclite est emmené par un hors-la-loi au passé sanglant, dans une aventure digne des plus grands Westerns. Critique : The 7 deadly sins est le troisième titre de TKO Studios à être édité en français dans le catalogue de Panini comics. Pour rappel, les deux premiers titres étaient de qualité avec des équipes artistes réputées dans le monde des comics avec Sentient de Jeff Lemire et Gabirle Hernandez Walyta et Sara de Garth Ennis et Steve Epting. Aujourd'hui, on peut découvrir The 7 deadly sins, un western assez sombre et violent comme cela devait être à cette époque. Tze Chun ne réinvente pas le genre mais joue avec tous les codes du western pour écrire une bonne histoire. Un prêtre fait échapper des criminels pour ensuite les embaucher dans une mission suicide en territoire Comanche. Je ne connais pas le travail de Artyom Trakhanov et je ne sais pas si c'est son premier comics qu'il dessine. Son style est un mélange entre RM Guera et Mignola, ça donne un trait anguleux et sombre avec beaucoup d'encrage. Ce one shot est composé des six chapitres de l'histoire pour une ballade en compagnie de sept criminels. Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/the-seven-deadly-sins?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  11. poseidon2

    Middlewest t2 : Fear

    Middlewest est en train de devenir le porte étendard de la nouvelle branche Urban Link de Urban Comics. Apres un Fauve d'or à Angoulême dans la catégorie 12-16 ans, le tome deux mais la barre encore plus haut et nous amène vers une sublime trilogie. En effet le premier tome était porté par les impressionnants dessins de Jorge Corona qui réussissaient à rendre ce tome d'introduction super vivant. Mais cela restait malgré tout un tome d'introduction ou le gros de notre histoire était la mise en place des personnages et la promesse d'une histoire intéressante dans les prochains tomes. Et bien ce tome 2 nous montre que les promesses sont tenues. Ici on en apprend beaucoup sur le passé de cette étrange famille mais on voit aussi les aventures d'Abel continuer et surtout prendre un tournant imprévu qui permet à nos auteurs d'enrichir encore plus leur monde. On est passionné du début à la fin par ce petit garçon dépassé par un pouvoir dont il ne veut pas. On est à fond derrière lui quand il ne veut pas démordre du fait que lui ne veut pas de cette "bénédiction" et on tremble à chaque fois qu'il se met en colère. Ne manque que la fin de l'histoire... mais elle arrive à grand pas !
  12. Titre de l'album : Something is killing the children T2 Scenariste de l'album : James Tynion IV Dessinateur de l'album : Werther Dell'Edera Coloriste : Werther Dell'Edera Editeur de l'album : Urban Comics Note : Résumé de l'album : En tant que coupable idéal, James avait perdu espoir de se faire entendre au sujet du meurtre de ses amis auquel il a assisté, impuissant. Après tout, ses arguments de défense étaient tout sauf crédibles. Des monstres auraient investi les environs d'Angel Peak et seraient à l'origine des récentes disparitions d'enfants... James rencontre alors Erica Slaughter qui lui confirmera l'existence de ces créatures. S'il n'a pas tout à fait sombré dans la folie, James n'en est pas rassuré pour autant. Mais il dépassera ses appréhensions pour apporter toute l'aide possible à la tueuse de monstres. aura eu le mérite de confirmer qu'il n'est pas totalement fou. La mission d'Erica est de les éliminer, et James compte bien lui apporter son aide. Tout comme Tommy, le frère d'une des victimes. Lui aussi les voit désormais, et ils ne seront pas de trop de trois pour venir à bout de l'invasion qui menace Archer's Peak. Critique : Avec Middlwest, ce Something is killing the children était la série la plus prometteuse d'Urban Link (attention beaucoup de one shot super). Cette suite était donc vraiment attendue et on peut dire que les attentes ont été comblées et surtout.... que la suite sera aussi bien. Car ce tome 2 est la suite directe du premier et il est vraiment excellent. On enchaine comme si on n’avait jamais arrêté et on reprend notre histoire et on enchaine les réponses aux questions sur Erica, sur la secte qui la soutient, sur les monstres. Révélations qui sont bien sur des intermèdes à des scènes d'action et d'angoisse. Certaines scènes sont mythiques. Celle des enfants par exemple.... ou quand Erica apprend pour les enfants. Cette histoire est d'une cohérence et d'une maitrise diabolique. Moi qui ne suis pas fan du genre, je suis pourtant envouté. Vivement la suite ! Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/something-is-killing-the-children-tome-2?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  13. Avec Middlwest, ce Something is killing the children était la série la plus prometteuse d'Urban Link (attention beaucoup de one shot super). Cette suite était donc vraiment attendue et on peut dire que les attentes ont été comblées et surtout.... que la suite sera aussi bien. Car ce tome 2 est la suite directe du premier et il est vraiment excellent. On enchaine comme si on n’avait jamais arrêté et on reprend notre histoire et on enchaine les réponses aux questions sur Erica, sur la secte qui la soutient, sur les monstres. Révélations qui sont bien sur des intermèdes à des scènes d'action et d'angoisse. Certaines scènes sont mythiques. Celle des enfants par exemple.... ou quand Erica apprend pour les enfants. Cette histoire est d'une cohérence et d'une maitrise diabolique. Moi qui ne suis pas fan du genre, je suis pourtant envouté. Vivement la suite !
  14. alx23

    Density tome 3

    Titre de l'album : Density tome 3 Scenariste de l'album : Lewis Trondheim Dessinateur de l'album : Stan & Vince Coloriste : Julia Pinchuk Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Alors qu'elle était en vacances aux USA, Chloé est confrontée à des aliens venus trouver refuge sur Terre. Lors de cette rencontre d'un autre type, elle se voit affublée du pouvoir de modifier sa densité corporelle. Elle apprend à maitriser ses nouveaux pouvoirs... mais doit aussi stopper une invasion extra-terrestre ! En revanche, pas certain que son geek de frère lui soit d'un grand secours dans cette aventure... Critique : La série Density semble avoir trouvé son public puisque les tomes s'enchainent en proposant toujours une approche humoristique de la science-fiction mélangée aux super-héros. Lewis Trondheim fait voyager son héroïne sur une autre planète dans cet épisode. En effet, Chloé sauve la planète terre d'une invasion extraterrestre avant d'être aspirée dans un trou noir. Le récit est vraiment loufoque avec beaucoup de scènes d'action souvent violente. J'admets mettre laisser prendre au jeu pendant la lecture de cet album par rapport aux deux premiers qui ne m'avaient pas convaincu. Les dessins de Stan & Vince se veulent proche des productions actuelles de comics. Le personnage principal peut changer sa densité pour combattre tous les ennemis et autres menaces extraterrestres. Density est un bon divertissement sans réflexion. Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/density-tome-3?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  15. Titre de l'album : Les aventures originales de Red Sonja T.1 - les années Marvel : 1975-1976 Scenariste de l'album : Roy Thomas et Bruce Jones Dessinateur de l'album : Frank Thorne, Esteban Maroto, Dick Giordano Coloriste : Collectif Editeur de l'album : Graph Zeppelin Note : Résumé de l'album : Dans le Monde Hyborien de Conan le barbare, une paysanne des steppes d'Hyrkanie vit ses derniers moments d'insouciance. Des mercenaires font irruption et tuent sa famille avant d'abuser d'elle. Scathach, la déesse rouge, entendant les suppliques de la pauvrette, la part d'un don pour le maniement des armes qui la rend invincible. Une seule condition : elle ne devra en aucun cas s'adonner à la chair avec un homme qui ne l'aura dominé au combat. Ainsi naît Red Sonja, la diablesse à l'épée et au tempérament revêche. Née d'une nouvelle de Robert E. Howard, le créateur de Conan, et d'un scénario de RoyThomas, Red Sonja prend corps dans la tenue qu'on lui connaît sous le trait d'Esteban Maroto et prendra son essor dans une série à son nom avec Frank Thorne, en 1975. Critique : Les aventures originales de Red Sonja est le premier tome qui reprend tous les récits de la guerrière rousse de 1975 à 1976. Le second tome proposera les histoires de l’année 1977, le troisième de 1977 à 1978 et le dernier les autres aventures inédites en français. La préface est écrite par Roy Thomas le scénariste, pour retracer le cheminement de la création de ce personnage, qui est une version féminine de Conan le barbare. Ce premier recueil est composé des huit premières histoires mettant en scène Red Sonja. Roy Thomas scénarise les débuts puis Bruce Jones prend la suite. Dans sa première apparition, Sonja fait équipe avec Conan pour affronter un serpent géant. Les récits sont courts et se terminent à chaque chapitre sauf pour les deux derniers où Conan et sa femme Bêlit croisent Sonja durant leur quête. Les histoires sont souvent des explorations de lieux maudits, ou Red Sonja loue ses services de mercenaire et voleuse. Trois dessinateurs se succèdent sur ce premier tome mais Frank Thorne est l’auteur qui en dessina le plus. Son style ne fait pas trop vieux bien au contraire. Les amateurs de Red Sonja seront comblés de pouvoir lire les premiers fait d’armes de cette guerrière de l’heroic fantasy. Il est toujours intéressant de lire les récits d’origines de la création de personnage emblématique des comics. Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/les-aventures-de-red-sonja-volume-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  16. Les aventures originales de Red Sonja est le premier tome qui reprend tous les récits de la guerrière rousse de 1975 à 1976. Le second tome proposera les histoires de l’année 1977, le troisième de 1977 à 1978 et le dernier les autres aventures inédites en français. La préface est écrite par Roy Thomas le scénariste, pour retracer le cheminement de la création de ce personnage, qui est une version féminine de Conan le barbare. Ce premier recueil est composé des huit premières histoires mettant en scène Red Sonja. Roy Thomas scénarise les débuts puis Bruce Jones prend la suite. Dans sa première apparition, Sonja fait équipe avec Conan pour affronter un serpent géant. Les récits sont courts et se terminent à chaque chapitre sauf pour les deux derniers où Conan et sa femme Bêlit croisent Sonja durant leur quête. Les histoires sont souvent des explorations de lieux maudits, ou Red Sonja loue ses services de mercenaire et voleuse. Trois dessinateurs se succèdent sur ce premier tome mais Frank Thorne est l’auteur qui en dessina le plus. Son style ne fait pas trop vieux bien au contraire. Les amateurs de Red Sonja seront comblés de pouvoir lire les premiers fait d’armes de cette guerrière de l’heroic fantasy. Il est toujours intéressant de lire les récits d’origines de la création de personnage emblématique des comics.
  17. alx23

    Density tome 3

    La série Density semble avoir trouvé son public puisque les tomes s'enchainent en proposant toujours une approche humoristique de la science-fiction mélangée aux super-héros. Lewis Trondheim fait voyager son héroïne sur une autre planète dans cet épisode. En effet, Chloé sauve la planète terre d'une invasion extraterrestre avant d'être aspirée dans un trou noir. Le récit est vraiment loufoque avec beaucoup de scènes d'action souvent violente. J'admets mettre laisser prendre au jeu pendant la lecture de cet album par rapport aux deux premiers qui ne m'avaient pas convaincu. Les dessins de Stan & Vince se veulent proche des productions actuelles de comics. Le personnage principal peut changer sa densité pour combattre tous les ennemis et autres menaces extraterrestres. Density est un bon divertissement sans réflexion.
  18. alx23

    Blade runner 2019 tome 2

    Les adaptations ou suite de films en comics ou bande dessinée ne sont pas toujours une réussite en générale. Quand j'ai vu cette nouvelle série sur Blade runner, je me demandais si l'histoire tiendrait la route par rapport à l'œuvre de K. Dick mais aussi avec l'ambiance visuelle des films. Après la lecture des deux premiers tomes, je peux confirmer que les auteurs de ce comics retranscrivent très bien l'atmosphère si particulière de Blade runner. Dans ce deuxième tome, on retrouve Ash une ancienne Balde runner réputée qui a dû fuir pour se planquer sur une planète minière afin d'échapper à son jugement. Elle reste en compagnie de Cleo plus âgée qui fait du trafic avec les nexus mineurs. Andres Guinaldo réalise des dessins et des planches de grande qualité aussi bien pour les personnages que les décors. Les passages en villes font forcément penser aux films avec les publicités et la population nombreuses dans les rues avec la pluie. A noter que la série Blade Runner 2019 est la seule séquelle officielle du film de Ridley Scott. Ce deuxième tome confirme que cette série commence très bien en s'attaquant à un monument de la science-fiction.
  19. Tout d'abord je tiens à tirer mon chapeau à Sophie Campbell pour son dessin sur le chapitre 1, très fin, très stylisé et très personnel tout en respectant les standards des Tortues Ninja, je trouve que cela apporte une vraie fraicheur au début de ce tome 13. Pour le reste je suis content car l'on revient enfin aux fondamentaux des Tortues. On s'éloigne des problèmes du clan foot, on reprend sur la cause des animaux mutants, avec moins de personnages secondaires, une actio bien maitrisée, et une intrigue propre et directe. C'est simple c'est sûr mais c'est bien. Et quelque part ça nous livre juste une bonne aventure de super héros de notre enfance, certes bon enfant mais qui reste intéressante. Tant mieux non ?
  20. Titre de l'album : Les Tortues Ninja - TMNT tome 13 - Les grands remèdes Scenariste de l'album : Kevin Eastman & Tom Waltz & Bobby Curnow Dessinateur de l'album : Sophie Campbell & Mateus Santolouco Coloriste : Ronda Pattison Editeur de l'album : Hi-Comics Note : Résumé de l'album : Aux grands maux, les grands remèdes... Raphael et Nobody partent à la recherche d'Alopex, seule et toujours affectée par l'emprise mentale de Kitsune, mais parviendront-ils à lui faire retrouver le chemin de la raison ? Pendant ce temps, le gouvernement se lance dans une féroce chasse aux mutants, et les méthodes peu conventionnelles qu'il déploie pour parvenir à ses fins verront Splinter et ses fils traqués comme jamais. Aucun mutant n'est à l'abri ! Critique : Tout d'abord je tiens à tirer mon chapeau à Sophie Campbell pour son dessin sur le chapitre 1, très fin, très stylisé et très personnel tout en respectant les standards des Tortues Ninja, je trouve que cela apporte une vraie fraicheur au début de ce tome 13. Pour le reste je suis content car l'on revient enfin aux fondamentaux des Tortues. On s'éloigne des problèmes du clan foot, on reprend sur la cause des animaux mutants, avec moins de personnages secondaires, une actio bien maitrisée, et une intrigue propre et directe. C'est simple c'est sûr mais c'est bien. Et quelque part ça nous livre juste une bonne aventure de super héros de notre enfance, certes bon enfant mais qui reste intéressante. Tant mieux non ? Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/les-tortues-ninja-tmnt-tome-13-les-grands-remedes?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  21. Titre de l'album : Solo tome 5 - Marcher sans soulever de poussière Scenariste de l'album : Oscar Martin Dessinateur de l'album : Oscar Martin Coloriste : Oscar Martin Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Les disciples de Legatus ont continué à propager la parole du chien prophète. Les espèces décidées à vivre ensemble ont chassé les armées et créé des colonies ouvertes. Pour les gouverneurs humains s'en est trop et la guerre pour les territoires perdus se prépare. Alors qu'une armée d'herbivores fait son apparition, les idéaux de Legatus survivront-ils à ce nouveau conflit ? Critique : Un nouveau tome de la série Solo est toujours un événement à ne surtout pas manquer. Après un premier cycle sur Solo le rat, on découvrait avec le tome précédent son successeur Legatus le chien, pour la nouvelle trilogie qui correspond au deuxième cycle de l'histoire. Legatus apporte la bonne parole comme un prophète pour libérer les opprimés avant de reprendre la route pour continuer de propager sa vision. Dans cet épisode, on découvre le clan des lapins qui en compagnie d'autre herbivores s'organisent pour semer des graines, pour un retour de la nature. En parallèle, les hommes veulent en finir et reprendre leur privilège d'être pensant. Avec Solo, Oscar Martin dénonce de plus en plus l'élevage d'animaux pour servir de nourriture à la population en apportant la solution avec le véganisme. La partie graphique est sublime comme pour les autres tomes de la série avec des animaux possédant les traits et expressions de visages proches des humains. Ce second cycle gagne en profondeur avec ce tome qui installe une intrigue intéressante. Sinon le spin-off chemins tracés sur les chats se poursuivra avec un second tome annoncé pour le mai prochain. Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/solo-tome-5?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  22. Titre de l'album : Spider-man - De père en fils Scenariste de l'album : Henry Abrams et J.J Abrams Dessinateur de l'album : Sara Pichelli Coloriste : Sara Pichelli Editeur de l'album : Panini Note : Résumé de l'album : Ce fût le combat de trop... Quand Mary Jane est tuée par un nouveau super-vilain, Peter Parker perd l'envie de se battre contre le crime. Il se concentre alors sur sa vie professionnelle. Les années passent jusqu'au jour où leur fils Ben apprend qu'il possède des pouvoirs qui font de lui le nouveau Spider-Man. Découvrez une histoire d'héritage écrite par J.J. Abrams et son fils Henry. Le réalisateur J.J. Abrams (connu pour ses deux Star Wars, ses deux Star Trek mais aussi les séries Alias et Fringe) s'essaie pour la première fois aux comics, dans une mini-série événement créée avec son fils. Aux dessins, la crème des artistes avec la dessinatrice Sara Pichelli (Fantastic Four et les deux mini-séries Spider-Men) et Olivier Coipel (House of M, Magic Order) qui signe les couvertures. Critique : Spider-Man de père en fils est le projet Marvel le plus attendu depuis son annonce en 2019. En effet, on retrouve au scénario rien de moins que J.J. Abrams le réalisateur des derniers films Star wars ou les deux premiers Star treck. Il s'associe à son fils Henry Abrams un amateur de comics de longue date pour signer l'histoire de ce one shot. Il est amusant de retrouver le père et fils sur une histoire qui traite justement de Spider-Man père et de son fils qui possède les mêmes pouvoirs que lui en devenant un jeune adolescent. Les lecteurs peuvent s'attendre à beaucoup d'action avec ce Spider-Man junior qui suit le modèle de son père qui a raccroché son costume suite à un accident. D’autres super-héros sont de la partie avec quelques années de plus. Les dessins de Sara Pichelli sont de grande qualité. Pichelli travaille souvent sur les histoires de Spider-Man ou les autres super-héros de Marvel comme les gardiens de la galaxie ou Avengers. A noter que plusieurs versions de cet album seront disponibles le 17 février en librairie, avec la version normale, la version Fnac avec couverture de Marini, la version collector et une version Prestige en noir et blanc dans un grand format pour profiter des dessins. Les lecteurs de Spider-Man devraient être comblés par ce titre. Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/spider-man-de-pere-en-fils?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  23. alx23

    Spider-man - De père en fils

    Spider-Man de père en fils est le projet Marvel le plus attendu depuis son annonce en 2019. En effet, on retrouve au scénario rien de moins que J.J. Abrams le réalisateur des derniers films Star wars ou les deux premiers Star treck. Il s'associe à son fils Henry Abrams un amateur de comics de longue date pour signer l'histoire de ce one shot. Il est amusant de retrouver le père et fils sur une histoire qui traite justement de Spider-Man père et de son fils qui possède les mêmes pouvoirs que lui en devenant un jeune adolescent. Les lecteurs peuvent s'attendre à beaucoup d'action avec ce Spider-Man junior qui suit le modèle de son père qui a raccroché son costume suite à un accident. D’autres super-héros sont de la partie avec quelques années de plus. Les dessins de Sara Pichelli sont de grande qualité. Pichelli travaille souvent sur les histoires de Spider-Man ou les autres super-héros de Marvel comme les gardiens de la galaxie ou Avengers. A noter que plusieurs versions de cet album seront disponibles le 17 février en librairie, avec la version normale, la version Fnac avec couverture de Marini, la version collector et une version Prestige en noir et blanc dans un grand format pour profiter des dessins. Les lecteurs de Spider-Man devraient être comblés par ce titre.
  24. poseidon2

    La petite Russie

    Et un nouvel éditeur , canadien , qui sort autre chose que des héros costumés ! Sur le contient nord-américain , ce n’est pas chose aisée d’exister au milieu des majors . Comme quoi on peut être malin et sortir des pépites comme celui-ci : La petite Russie . Inspiré de faits réels , nous suivons le quotidien d’une famille de ces derniers pionniers . Et la vie est dure dans ces contrées au climat si particulier . Si vous avez lu et aimé Maria Chapdelaine ,ou restons 9ème art : Magasin général ; vous aimerez ! Le dessin , simple est en noir et blanc , avec un ton juste , comme ces canadiens au langage bien québécois , mais très accessible et compréhensible (un glossaire est disponible à la fin ) . J’ai toujours beaucoup de plaisir à lire ces histoires qui enrichissent culturellement . Laissez donc les super costumes au placard , sortez les bottes et la salopette dans les forêts immenses de l’Abitibi , et voyez 20 ans d’après guerre se dérouler sous vos yeux avec toute l’évolution technologique et humaine qui va avec . Un régal . Une Critique de @Kevin Nivek
  25. poseidon2

    La petite Russie

    Titre de l'album : La petite Russie Scenariste de l'album : Francis Desharnais Dessinateur de l'album : Francis Desharnais Coloriste : Francis Desharnais Editeur de l'album : Autres Editeurs/Auto editions Note : Résumé de l'album : L'Abitibi, c'est la frontière du nord. La petite Russie raconte la colonisation de cette région du Québec, de ces hommes et de ces femmes qui ont tout quitté pour aller défricher et cultiver la terre. C'est aussi l'histoire d'un petit village qui s'appelle Guyenne. Guyenne n'est pas une paroisse comme les autres. C'est une coopérative. Le bois que tu coupes là-bas ne t'appartient pas : la coop garde 50% de ton salaire pour financer le développement de la colonie. Dans le coin, il y en a appellent ça " la petite Russie ". C'est là que Marcel et Antoinette vont vivre durant vingt ans . Critique : Et un nouvel éditeur , canadien , qui sort autre chose que des héros costumés ! Sur le contient nord-américain , ce n’est pas chose aisée d’exister au milieu des majors . Comme quoi on peut être malin et sortir des pépites comme celui-ci : La petite Russie . Inspiré de faits réels , nous suivons le quotidien d’une famille de ces derniers pionniers . Et la vie est dure dans ces contrées au climat si particulier . Si vous avez lu et aimé Maria Chapdelaine ,ou restons 9ème art : Magasin général ; vous aimerez ! Le dessin , simple est en noir et blanc , avec un ton juste , comme ces canadiens au langage bien québécois , mais très accessible et compréhensible (un glossaire est disponible à la fin ) . J’ai toujours beaucoup de plaisir à lire ces histoires qui enrichissent culturellement . Laissez donc les super costumes au placard , sortez les bottes et la salopette dans les forêts immenses de l’Abitibi , et voyez 20 ans d’après guerre se dérouler sous vos yeux avec toute l’évolution technologique et humaine qui va avec . Un régal . Une Critique de @Kevin Nivek Autres infos : Pow Pow editions Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/petite-russie?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
×
×
  • Créer...