Aller au contenu
  • S’inscrire

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'shojo'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Les forums BD
    • Toute la BD
    • Projets participatifs
    • Petites Annonces BD
    • Liens BD vers ailleurs
  • Et si on parlait d'autre chose que la bande dessinée ?
    • Améliorons 1001BD
    • Films et séries TV
    • 1001 Jeux Video
    • Livres - Musique - Spectacles - Théatre - Musées
    • 1001 choses à dire
  • TEAM

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui contiennent…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


  1. Titre de l'album : Hana l'inaccessible tome 4 Scenariste de l'album : MURATA Koji Dessinateur de l'album : MURATA Koji Coloriste : Editeur de l'album : Meian Note : Résumé de l'album : La super carte maîtresse du fabricant de pâtisseries traditionnelles, Mitsubachi, se nomme Hana Takamine et a vingt-sept ans ! Une belle jeune femme aussi douée qu'une écolière de CM2 pour ce qui est de l'amour !! Grâce au projet gâteau du Cool Japan, elle et Tsuyoshi se sont rapprochés ! Hana finit finalement par lui déclarer son amour !! Quelle sera la conclusion de leur amour partagé ?! Suite à de nouvelles affectations, ses plus grandes rivales entrent en scène !! Une femme d'affaires sujette au rougissement !! Critique : Au cours d’une soirée entre collègues pour fêter l’arrivée de Prunelle, Hana se rend compte que Tsuyoshi a du succès auprès des femmes d’autant plus qu’Ichigo lui déclare sa flamme devant tout le monde. Hana prend alors conscience qu’il faut qu’elle soit plus clair et plus entreprenante au risque de perdre Tsuyoshi. Avec le temps, Hana l’inaccessible a perdu un peu de son côté niais et c’est tant mieux, l’histoire est plus développée, les relations entre les personnages tournent autour de l’amour mais aussi des rapports humains. Et puis l’arrivée de Nagi apporte une petite touche d’humour… Encore un personnage pas très doué dans l’expression de ses sentiments. Le manga possède une certaine fraicheur, se lit bien mais reste souvent très cliché et manque un peu d’originalité sauf en ce qui concerne les projets de pâtisseries ! Une bonne distraction. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/hana-l-inaccessible-tome-4?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  2. Nickad

    Irrésistible tome 10 (fin)

    Epilogue de la série, sans surprise nos deux tourtereaux vont se dire oui pour la vie. Mais avant cela et c’est ce qui est un peu différent des autres shojos du genre, c’est que les 2 tiers du livre sont consacrés à des bribes de leur vie d’étudiants. Le manga garde une certaine légèreté et fraicheur, les personnages n’ont pas de trait de caractère exagéré, c’est juste une histoire d’amour simple et classique. La narration est fluide et va à l’essentiel, le seul point négatif du manga, c’est le graphisme : il est parfois un peu simple, mal fait même.
  3. Titre de l'album : Irrésistible tome 10 (fin) Scenariste de l'album : MASE Azusa Dessinateur de l'album : MASE Azusa Coloriste : Editeur de l'album : Kana Note : Résumé de l'album : Serina et senpai font plein d'activités joyeuses telles qu'une sortie en amoureux dans un parc à thèmes ou encore un voyage pour faire du snowboard ! Mais juste avant de rentrer du voyage à la neige, Higuchi-senpai fait une déclaration d'amour pleine de sincérité à Serina ?! Un dernier tome plein d'émotion et de tristesse d'une histoire d'amour au lycée avec un petit ami plus âgé !! Critique : Epilogue de la série, sans surprise nos deux tourtereaux vont se dire oui pour la vie. Mais avant cela et c’est ce qui est un peu différent des autres shojos du genre, c’est que les 2 tiers du livre sont consacrés à des bribes de leur vie d’étudiants. Le manga garde une certaine légèreté et fraicheur, les personnages n’ont pas de trait de caractère exagéré, c’est juste une histoire d’amour simple et classique. La narration est fluide et va à l’essentiel, le seul point négatif du manga, c’est le graphisme : il est parfois un peu simple, mal fait même. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/irresistible-tome-10?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  4. Titre de l'album : Un petit ami trop parfait tome 9 Scenariste de l'album : HOSHINO Mizuki Dessinateur de l'album : HOSHINO Mizuki Coloriste : Editeur de l'album : Kana Note : Résumé de l'album : Quand elle apprend que Kusakabe se retrouve au camp d'étude avec son ex-petite amie, Iroha est incapable de rester les bras croisés et décide de passer lui faire un petit coucou. L'incident semble finalement se résoudre sans problème, mais Haruka a l'air de cacher quelque chose... Haruki, de son côté, est bien décidé à rattraper le temps perdu au camp et à fêter son anniversaire avec Iroha dignement. Et, comme d'habitude avec ce petit pervers, ça va vite dégénérer ! Critique : Nos deux tourtereaux habitent maintenant sous le même toit (en tout bien tout honneur, car l’oncle d’Iroha veille au grain), ils semblent filer le parfait amour. Mais quand une ex de Kusakabe débarque dans leur vie et demande à devenir l’amie d’Iroha, cette dernière se retrouve confronté à des sentiments plus noirs qui la perturbe et la laisse dans l’incertitude. Le manga suit toujours un déroulement assez classique d’un shojo, après les doutes sur les 1ers sentiments et apprendre à sortir avec quelqu’un, voici venu la confrontation avec le passé. Vu leurs caractères respectifs, il n’y a pas vraiment de risques, Kusakabe est assez exclusif et quand une histoire est finie, elle est finie ! Ce qui n’empêche pas Iroha de ressentir de la jalousie, le problème c’est qu’elle trouve son ex-petite amie sympathique et qu’elles voudraient bien être amies. De nouveaux sentiments sont donc étudiés dans ce tome : la confiance et la jalousie. Le manga reste globalement agréable ; en cours de route, Kusakabe a un peu perdu de son caractère atypique qui faisait l’originalité du manga, il reste très tranchant parfois et c’est tant mieux, car c’est ce qui fait le piquant de cette série. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/un-petit-ami-trop-parfait-tome-9?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  5. Nickad

    Un petit ami trop parfait tome 9

    Nos deux tourtereaux habitent maintenant sous le même toit (en tout bien tout honneur, car l’oncle d’Iroha veille au grain), ils semblent filer le parfait amour. Mais quand une ex de Kusakabe débarque dans leur vie et demande à devenir l’amie d’Iroha, cette dernière se retrouve confronté à des sentiments plus noirs qui la perturbe et la laisse dans l’incertitude. Le manga suit toujours un déroulement assez classique d’un shojo, après les doutes sur les 1ers sentiments et apprendre à sortir avec quelqu’un, voici venu la confrontation avec le passé. Vu leurs caractères respectifs, il n’y a pas vraiment de risques, Kusakabe est assez exclusif et quand une histoire est finie, elle est finie ! Ce qui n’empêche pas Iroha de ressentir de la jalousie, le problème c’est qu’elle trouve son ex-petite amie sympathique et qu’elles voudraient bien être amies. De nouveaux sentiments sont donc étudiés dans ce tome : la confiance et la jalousie. Le manga reste globalement agréable ; en cours de route, Kusakabe a un peu perdu de son caractère atypique qui faisait l’originalité du manga, il reste très tranchant parfois et c’est tant mieux, car c’est ce qui fait le piquant de cette série.
  6. Nickad

    Our green birdcage tome 1

    Midori 17 ans, elle est lycéenne et depuis le décès de sa mère, doit s’occuper de tout chez elle : l’entretien de la maison et veiller sur son petit frère. Mais c’est aussi une élève modèle qui s’investit dans tout ce qu’elle fait et qui a du mal à dire non quand on compte sur elle. Parfois, elle se réfugie dans un coin du lycée interdit aux élèves, c’est là qu’un jour elle rencontre Sakiya, un jeune salaryman, ancien élève du lycée, qui vient également y trouver refuge. Petit à petit, Midori va se sentir attirée par lui. Bien que ce soit avant tout une rencontre et une romance, l’auteure a choisi de prendre des personnages en souffrance : Midori qui est écrasée sous le poids des responsabilités mais qui veut absolument tout faire pour respecter les dernières volontés de sa mère tout en espérant avoir du temps pour elle. Et Sakiya, fatigué de vivre après la mort d’un proche, se laissant aller aux souvenirs. Les deux abordent le deuil de façon différente mais vont peut-être apprendre à regarder les choses autrement au contact de l’autre. Un dessin tout en douceur pour une ambiance mélancolique, parfois nimbée de tristesse mais touchante. Un beau 1er tome pour une série finie en 4 tomes Extrait ICI
  7. Titre de l'album : Our green birdcage tome 1 Scenariste de l'album : TESHIMA Chia Dessinateur de l'album : TESHIMA Chia Coloriste : Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : Depuis le décès de sa mère, Midori, une lycéenne, prend soin de son petit frère et de son père. Elle ploie sous le poids de la charge mentale et trouve refuge dans un petit jardin de l'école. Elle y retrouve Sakiya-san, un ancien élève qui travaille à côté. Ils vont découvrir chacun chez l'autre cette légèreté dont la vie a besoin pour être vécue, mais jusqu'où les mèneront ces sentiments ? Critique : Midori 17 ans, elle est lycéenne et depuis le décès de sa mère, doit s’occuper de tout chez elle : l’entretien de la maison et veiller sur son petit frère. Mais c’est aussi une élève modèle qui s’investit dans tout ce qu’elle fait et qui a du mal à dire non quand on compte sur elle. Parfois, elle se réfugie dans un coin du lycée interdit aux élèves, c’est là qu’un jour elle rencontre Sakiya, un jeune salaryman, ancien élève du lycée, qui vient également y trouver refuge. Petit à petit, Midori va se sentir attirée par lui. Bien que ce soit avant tout une rencontre et une romance, l’auteure a choisi de prendre des personnages en souffrance : Midori qui est écrasée sous le poids des responsabilités mais qui veut absolument tout faire pour respecter les dernières volontés de sa mère tout en espérant avoir du temps pour elle. Et Sakiya, fatigué de vivre après la mort d’un proche, se laissant aller aux souvenirs. Les deux abordent le deuil de façon différente mais vont peut-être apprendre à regarder les choses autrement au contact de l’autre. Un dessin tout en douceur pour une ambiance mélancolique, parfois nimbée de tristesse mais touchante. Un beau 1er tome pour une série finie en 4 tomes Extrait ICI Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/our-green-birdcage-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  8. Titre de l'album : He came for learning "Love" tome 1 Scenariste de l'album : SHOUOTO Aya Dessinateur de l'album : SHOUOTO Aya Coloriste : Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : Ann est lycéenne et vit seule dans la pension de sa tante. Un jour, elle reçoit un étrange colis qui contient un androïde venant du futur ! Le robot, Nayuta Hibiki, fait plus vrai que nature, il ressemble à s'y méprendre à un véritable jeune homme. Sauf pour une chose : il ne sait pas aimer. La jeune fille va alors devoir lui apprendre l'amour Critique : Nayuta, un androïde venu du futur arrive dans la vie d’Ann une lycéenne qui gère une pension familiale. C’est un beau gosse et il vient à cette époque pour apprendre ce qu’est l’amour car dans le futur d’où il vient, si la technologie est à la pointe, les sentiments sont encore un domaine inconnu pour les androïdes et un chercheur essaye d’y remédier. Seulement Ann est éprise de Subaru qui l’a rejeté, elle n’y connaît pas non plus grand-chose en amour. Ce n’est pas la 1ere fois que l’on voit un beau gosse androïde dans un shojo, c’est un concept qui fonctionne bien. En plus d’être agréable visuellement (vous avez tous les codes du genre), le manga possède un scenario qui va au-delà de la romance : il y a un triangle amoureux, l’apprentissage de sentiments chez une Intelligence Artificielle, du fantastique avec la partie « futur » et un développement supplémentaire qui arrive sur la fin. C’est un bon 1er tome pour une série finie en 3 tomes. Agréable et distrayant. Extrait du tome 1 Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/he-came-for-learning-love-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  9. Nickad

    He came for learning "Love" tome 1

    Nayuta, un androïde venu du futur arrive dans la vie d’Ann une lycéenne qui gère une pension familiale. C’est un beau gosse et il vient à cette époque pour apprendre ce qu’est l’amour car dans le futur d’où il vient, si la technologie est à la pointe, les sentiments sont encore un domaine inconnu pour les androïdes et un chercheur essaye d’y remédier. Seulement Ann est éprise de Subaru qui l’a rejeté, elle n’y connaît pas non plus grand-chose en amour. Ce n’est pas la 1ere fois que l’on voit un beau gosse androïde dans un shojo, c’est un concept qui fonctionne bien. En plus d’être agréable visuellement (vous avez tous les codes du genre), le manga possède un scenario qui va au-delà de la romance : il y a un triangle amoureux, l’apprentissage de sentiments chez une Intelligence Artificielle, du fantastique avec la partie « futur » et un développement supplémentaire qui arrive sur la fin. C’est un bon 1er tome pour une série finie en 3 tomes. Agréable et distrayant. Extrait du tome 1
  10. Titre de l'album : Nina du Royaume aux étoiles tome 1 Scenariste de l'album : RIKACHI Dessinateur de l'album : RIKACHI Coloriste : Editeur de l'album : Autres Editeurs/Auto editions Note : Résumé de l'album : Nina, jeune orpheline aux yeux d'un bleu profond, est enlevée et emmenée au palais royal pour remplacer la princesse Alisha, disparue dans un accident. Destinée à épouser le prince héritier du royaume de Galgada, elle a trois mois pour apprendre à se comporter comme une véritable princesse, tout en trompant l'ensemble des nobles de la Cour. Critique : La princesse du royaume est décédée dans un accident, pour ne pas perturber l’ordre dans un pays déjà en proie à des manigances politiques autour du pouvoir, une orpheline est choisie par le 2eme prince pour remplacer sa défunte sœur : la jeune Nina devient alors Alisha et doit donner le change en attendant de se marier au prince du royaume voisin. Le synopsis n’est pas forcément innovant, des sosies de prince ou princesse on en a vue dans d’autres mangas mais souvent c’était un personnage destiné à gouverner, ce qui n’est pas le cas ici. Alisha n’est pas à la tête du royaume et ne doit pas le devenir, elle est un « outil » ; tout d’abord pour le pays car elle doit se marier avec le prince d’un autre pays et nouer ainsi une alliance et puis pour Azur, le 2eme prince dans un dessein que l’on ignore encore. Et puis Nina est une jeune fille qui n’a plus rien et qui n’a plus rien à perdre, enfin pour le moment, car elle va finir par s’attacher à certaines personnes. Le shojo est bien fait et comme tout shojo un peu historique, le graphisme s’attache aussi à bien représenter les décors, costumes et autres détails. La lecture est fluide, sans temps mort et le personnage de Nina intéressant, loin d’être une pauvre ingénue, elle ne se laisse pas faire et se permet parfois une attitude des plus familières. La série fait partie de la nouvelle collection Kazoku (« famille ») de l’éditeur Michel Lafon qui a été lancée en septembre 2021 avec le titre La peste. Elle compte 6 tomes en cours. Extrait Autres infos : Edition Michel Lafon - collection Kazoku Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/nina-du-royaume-aux-etoiles-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  11. La princesse du royaume est décédée dans un accident, pour ne pas perturber l’ordre dans un pays déjà en proie à des manigances politiques autour du pouvoir, une orpheline est choisie par le 2eme prince pour remplacer sa défunte sœur : la jeune Nina devient alors Alisha et doit donner le change en attendant de se marier au prince du royaume voisin. Le synopsis n’est pas forcément innovant, des sosies de prince ou princesse on en a vue dans d’autres mangas mais souvent c’était un personnage destiné à gouverner, ce qui n’est pas le cas ici. Alisha n’est pas à la tête du royaume et ne doit pas le devenir, elle est un « outil » ; tout d’abord pour le pays car elle doit se marier avec le prince d’un autre pays et nouer ainsi une alliance et puis pour Azur, le 2eme prince dans un dessein que l’on ignore encore. Et puis Nina est une jeune fille qui n’a plus rien et qui n’a plus rien à perdre, enfin pour le moment, car elle va finir par s’attacher à certaines personnes. Le shojo est bien fait et comme tout shojo un peu historique, le graphisme s’attache aussi à bien représenter les décors, costumes et autres détails. La lecture est fluide, sans temps mort et le personnage de Nina intéressant, loin d’être une pauvre ingénue, elle ne se laisse pas faire et se permet parfois une attitude des plus familières. La série fait partie de la nouvelle collection Kazoku (« famille ») de l’éditeur Michel Lafon qui a été lancée en septembre 2021 avec le titre La peste. Elle compte 6 tomes en cours. Extrait
  12. Nickad

    Ale & Cucca tome 1

    Ale et Cucca sont deux amies de 13 ans, c’est la puberté et c’est surtout les garçons. Mais à 13 ans, de nos jours, les adolescents sont plus avancés qu’avant, les réseaux sociaux et internet font qu’ils murissent plus vite, qu’ils perdent plus vite leur innocence et qu’ils expérimentent plus jeunes les affres de l’amour. L’histoire suit donc un groupe d’ados dans leurs premières relations amoureuses et sociales. Des ados de nos jours avec les smartphones et les réseaux sociaux, des jeunes filles en avance, accros à la mode et au maquillage. Si les jeunes ont toujours voulu faire comme les grands pour paraitre plus cools, c’est d’autant plus flagrant à l’heure actuelle. Aujourd’hui à 13 ans, c’est normal d’avoir un petit ami, un ex même ! et ignorer les choses du sexe vous fait passer pour un nul ! Si l’histoire est globalement sympathique et que l’on voit bien que l’on a changé de génération ! (J’ai pris un coup de vieux, là !), j’ai eu plus de mal avec le graphisme, l’auteure s’est inspirée des jeunes filles kawaii avec des visages ronds et des grands yeux, jusque-là ça va, mais il y a de gros problèmes de proportions par rapport au corps, c’est perturbant et limite désagréable. C’est donc un manga qui plaira sûrement à vos adolescentes, enfin celles sont au début de l’adolescence. La série est en cours et a 9 tomes pour le moment.
  13. Nickad

    Ale & Cucca tome 1

    Titre de l'album : Ale & Cucca tome 1 Scenariste de l'album : CIFONE Elisabetta Dessinateur de l'album : CIFONE Elisabetta Coloriste : Editeur de l'album : Shockdom Note : Résumé de l'album : La puberté est une période complexe, un chemin difficile qui présente de nombreux obstacles à surmonter. C'est une étape qui désigne la transition de l'enfance à l'âge adulte, un moment partagé entre la naïveté et l'envie de faire de nouvelles expériences. Ale & Cucca évoque de tout cela, en racontant les journées des enfants d'aujourd'hui à travers les yeux des deux jeunes protagonistes. Critique : Ale et Cucca sont deux amies de 13 ans, c’est la puberté et c’est surtout les garçons. Mais à 13 ans, de nos jours, les adolescents sont plus avancés qu’avant, les réseaux sociaux et internet font qu’ils murissent plus vite, qu’ils perdent plus vite leur innocence et qu’ils expérimentent plus jeunes les affres de l’amour. L’histoire suit donc un groupe d’ados dans leurs premières relations amoureuses et sociales. Des ados de nos jours avec les smartphones et les réseaux sociaux, des jeunes filles en avance, accros à la mode et au maquillage. Si les jeunes ont toujours voulu faire comme les grands pour paraitre plus cools, c’est d’autant plus flagrant à l’heure actuelle. Aujourd’hui à 13 ans, c’est normal d’avoir un petit ami, un ex même ! et ignorer les choses du sexe vous fait passer pour un nul ! Si l’histoire est globalement sympathique et que l’on voit bien que l’on a changé de génération ! (J’ai pris un coup de vieux, là !), j’ai eu plus de mal avec le graphisme, l’auteure s’est inspirée des jeunes filles kawaii avec des visages ronds et des grands yeux, jusque-là ça va, mais il y a de gros problèmes de proportions par rapport au corps, c’est perturbant et limite désagréable. C’est donc un manga qui plaira sûrement à vos adolescentes, enfin celles sont au début de l’adolescence. La série est en cours et a 9 tomes pour le moment. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/ale-cucca-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  14. Titre de l'album : Les sorcières de la fin du monde tome 2 Scenariste de l'album : KUJIRA Dessinateur de l'album : KUJIRA Coloriste : Editeur de l'album : Akata Note : Résumé de l'album : Avant que je ne perde mes pouvoirs, je dois... Suite aux évènements qui se sont produits au sein de l'académie Mari et Alice ont été téléportées dans le monde des humains. Cette fois-ci c'est donc à la jeune Japonaise de servir de guide à sa camarade. À cette occasion les deux sorcières se rapprochent... peut-être un peu trop ! En effet comme toutes leurs semblables elles n'ont pas le droit de tomber amoureuses. Pendant ce temps de nouveaux bouleversements secouent leur école... Critique : Alice et Mari se retrouvent dans l’ancienne ville de Mari, ne sachant comment rentrer, Mari décide d’attendre dans sa famille mais arrivée devant chez elle, il n’y a plus rien. Elle apprend que ses parents auraient péris dans un accident. Il y a plusieurs histoires dans ce manga, celle de Mari qui détient un pouvoir unique, celles des sorcières qui veulent se venger des humains, celle d’Alice qui perd peu à peu ses pouvoirs parce qu’elle est amoureuse, celle de Mme Dolly qui a ses propres aspirations liées à un amour perdu. Sachant qu’il ne reste qu’un seul tome au manga, je me demande si elles auront toutes une fin correcte et si certaines ne seront pas un peu bâclées. En attendant, le manga est toujours aussi fluide à lire, les dessins sont agréables mais la lecture est rapide, on aurait aimé vraiment un peu plus de développements. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/les-sorcieres-de-la-fin-du-monde-tome-2?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  15. Alice et Mari se retrouvent dans l’ancienne ville de Mari, ne sachant comment rentrer, Mari décide d’attendre dans sa famille mais arrivée devant chez elle, il n’y a plus rien. Elle apprend que ses parents auraient péris dans un accident. Il y a plusieurs histoires dans ce manga, celle de Mari qui détient un pouvoir unique, celles des sorcières qui veulent se venger des humains, celle d’Alice qui perd peu à peu ses pouvoirs parce qu’elle est amoureuse, celle de Mme Dolly qui a ses propres aspirations liées à un amour perdu. Sachant qu’il ne reste qu’un seul tome au manga, je me demande si elles auront toutes une fin correcte et si certaines ne seront pas un peu bâclées. En attendant, le manga est toujours aussi fluide à lire, les dessins sont agréables mais la lecture est rapide, on aurait aimé vraiment un peu plus de développements.
  16. Nickad

    Crush of lifetime tome 1

    Yang Hye-Ji va entrer au lycée, pour être populaire, elle a mis toutes les chances de son côté en devenant une « star » sur instagram. Elle espère pouvoir se faire enfin un petit ami, elle a bien eu des rencontres jusqu’à présent mais aucun garçon ne l’a recontactée après le 1er rendez-vous ! Hélas, les circonstances font qu’un de ses camarades l’a déjà surpris dans des situations pour le moins farfelues. Je dois admettre que le début du livre m’a un peu laissé de marbre, déjà vu quoi ! La fille qui joue sur les apparences et qui cache sa vraie personnalité et le garçon bien sous tous rapport qui va finir par l’accepter comme elle est ! Un scénario cousu de fil blanc comme on dit ! Et puis, je me suis laissée prendre par la lecture, car les situations sont assez amusantes, les personnages secondaires savoureux (le père de Yang Hye-Ji notamment est assez cocasse). Même si elle est très « cliché » et que le déroulement de l’histoire est assez classique, le manga se lit bien et il est distrayant. Le dessin est agréable et l’édition Kbooks est toujours de qualité. Pour le moment, je ne vois pas de raison de passer à côté.
  17. Titre de l'album : Crush of lifetime tome 1 Scenariste de l'album : JEONG Ha-Lim Dessinateur de l'album : KIM Yeonwoo Coloriste : Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Yang Hye-Ji, surnommée la déesse d'Instagram, a plus de 100 000 abonnés sur sa page. Pourtant, elle n'a jamais eu de petit ami. Arrivant au lycée, elle espère combler ce vide mais se retrouve en binôme avec Jo Ki-sung un voisin un peu distant qui ne semble pas intéressé par sa popularité. Critique : Yang Hye-Ji va entrer au lycée, pour être populaire, elle a mis toutes les chances de son côté en devenant une « star » sur instagram. Elle espère pouvoir se faire enfin un petit ami, elle a bien eu des rencontres jusqu’à présent mais aucun garçon ne l’a recontactée après le 1er rendez-vous ! Hélas, les circonstances font qu’un de ses camarades l’a déjà surpris dans des situations pour le moins farfelues. Je dois admettre que le début du livre m’a un peu laissé de marbre, déjà vu quoi ! La fille qui joue sur les apparences et qui cache sa vraie personnalité et le garçon bien sous tous rapport qui va finir par l’accepter comme elle est ! Un scénario cousu de fil blanc comme on dit ! Et puis, je me suis laissée prendre par la lecture, car les situations sont assez amusantes, les personnages secondaires savoureux (le père de Yang Hye-Ji notamment est assez cocasse). Même si elle est très « cliché » et que le déroulement de l’histoire est assez classique, le manga se lit bien et il est distrayant. Le dessin est agréable et l’édition Kbooks est toujours de qualité. Pour le moment, je ne vois pas de raison de passer à côté. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/crush-of-lifetime-tome-1-223634?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  18. Titre de l'album : Midnight Secretary perfect tome 1 Scenariste de l'album : OHMI Tomu Dessinateur de l'album : OHMI Tomu Coloriste : Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : Kaya est une jeune secrétaire parmi tant d'autres. Cheveux tirés en arrière, petites lunettes et tailleur impeccable, elle a tout pour ne pas se faire remarquer. Mais voilà, elle se retrouve propulsée au poste de secrétaire particulière du grand patron, un jeune homme très séduisant et très... Vampirisant ! Elle fera son maximum pour percer les lourds secrets de son nouveau patron vampire... Critique : Sorti en version simple en 2010, ce manga est devenu un classique du shojo « vampire ». Je l’avais lu à l’époque et pas relu depuis. S’il n’est pas désagréable à la lecture et comporte tous les marqueurs du genre : un beau vampire, doué dans tout ce qu’il fait et séduisant toutes les femmes, une secrétaire issue de la classe moyenne, mignonne et travailleuse, une histoire d’amour qui va naître… il faut admettre qu’il est bien construit et répond à la demande du lectorat de shojo. Le style graphique est classique, se concentre sur les personnages sans trop d’arrière-plan, met en valeur le physique et les étoiles dans les yeux (typique de manga de romance). Côté intérêt : tout dépend de ce que vous avez déjà lu, si c’est votre 1er du genre, vous le trouverez certainement très bien, si vous êtes déjà habitué, vous ne serez pas forcément surpris par le scénario mais ce sera une bonne distraction, il n’y a rien de déplaisant ! L’édition perfect est donc une édition en grand format (A5), un tome double, le papier est de qualité et il y a une belle jaquette. La série comportera 4 volumes. L’auteure Tomu OHMi est connue pour ses shojos gothiques, dont plusieurs titres ont été publiés par les éditions Soleil. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/midnight-secretary-perfect-edition-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  19. Nickad

    Midnight Secretary perfect tome 1

    Sorti en version simple en 2010, ce manga est devenu un classique du shojo « vampire ». Je l’avais lu à l’époque et pas relu depuis. S’il n’est pas désagréable à la lecture et comporte tous les marqueurs du genre : un beau vampire, doué dans tout ce qu’il fait et séduisant toutes les femmes, une secrétaire issue de la classe moyenne, mignonne et travailleuse, une histoire d’amour qui va naître… il faut admettre qu’il est bien construit et répond à la demande du lectorat de shojo. Le style graphique est classique, se concentre sur les personnages sans trop d’arrière-plan, met en valeur le physique et les étoiles dans les yeux (typique de manga de romance). Côté intérêt : tout dépend de ce que vous avez déjà lu, si c’est votre 1er du genre, vous le trouverez certainement très bien, si vous êtes déjà habitué, vous ne serez pas forcément surpris par le scénario mais ce sera une bonne distraction, il n’y a rien de déplaisant ! L’édition perfect est donc une édition en grand format (A5), un tome double, le papier est de qualité et il y a une belle jaquette. La série comportera 4 volumes. L’auteure Tomu OHMi est connue pour ses shojos gothiques, dont plusieurs titres ont été publiés par les éditions Soleil.
  20. Nickad

    Kageki Shojo ! season zero

    Plusieurs jeunes filles venant de tous horizons intègrent la prestigieuse école d’arts en scène Kôka Kageki qui permet ensuite de faire partie d’une troupe reconnue et admirée. Cette académie est réservée aux filles et elles y apprennent, danse, comédie, chant… 1 candidate sur 25 seulement a la chance d’y entrer. Il y a Ai Narata, ex-idole, venue pour y trouver un refuge, Sarasa Watanabe, jeune fille pleine de fraicheur, un peu naïve, venue pour exaucer son souhait de jouer Lady Oscar, le rôle phare de la troupe de Kôka. Chacune des élèves a de l’ambition et des rêves à réaliser mais toutes ne pourront pas devenir la star de la troupe. Kageki shojo est un manga plein de fraicheur, le texte est agréable, le dessin aussi (Sarasa a des faux airs de Candy, par ses couettes et son côté positif). Il n’y a pas de lourdeur dans la narration, pas de clichés non plus, il y a un juste équilibre entre la vie de l’académie et la vie (et problèmes) des jeunes filles. Je ne m’y suis pas ennuyée un seul instant et j’ai vraiment envie de lire la suite. L’académie Kôka est grandement inspirée de la troupe Takarazuka, troupe féminine où les membres jouent aussi bien les hommes que les femmes. D’un côté, le manga nous propose de découvrir l’envers du décor avec une formation exigeante, la concurrence ou l’entraide entre les élèves. D’un autre, il aborde plein de thèmes secondaires, le monde des idoles, la façon de surmonter les problèmes, d’aller de l’avant, l’amitié… Ce 1er tome est un tome double qui compte 472 pages, les autres seront des tomes simples, la série en est à 12 actuellement. La critique ayant été faite à partir d’un pdf, je ne peux rien vous dire sur l’édition à part que Noeve Grafx a toujours soigné ses mangas pour le moment.
  21. Titre de l'album : Kageki Shojo ! season zero Scenariste de l'album : SAIKI Kumiko Dessinateur de l'album : SAIKI Kumiko Coloriste : Editeur de l'album : Noeve Grafx Note : Résumé de l'album : L'académie Kôka Kageki, dédiée à la comédie musicale, est sélective, prestigieuse et exigeante. Elle n'admet que des jeunes femmes qu'elle forme à jouer des rôles féminins ou masculins. Ai Narada, ancienne idol désabusée, intègre cette prestigieuse école et y fait la connaissance de Sarasa Watanabe, adolescente enjouée et surmotivée, qui rêve d'incarner un jour la fameuse Lady Oscar... Critique : Plusieurs jeunes filles venant de tous horizons intègrent la prestigieuse école d’arts en scène Kôka Kageki qui permet ensuite de faire partie d’une troupe reconnue et admirée. Cette académie est réservée aux filles et elles y apprennent, danse, comédie, chant… 1 candidate sur 25 seulement a la chance d’y entrer. Il y a Ai Narata, ex-idole, venue pour y trouver un refuge, Sarasa Watanabe, jeune fille pleine de fraicheur, un peu naïve, venue pour exaucer son souhait de jouer Lady Oscar, le rôle phare de la troupe de Kôka. Chacune des élèves a de l’ambition et des rêves à réaliser mais toutes ne pourront pas devenir la star de la troupe. Kageki shojo est un manga plein de fraicheur, le texte est agréable, le dessin aussi (Sarasa a des faux airs de Candy, par ses couettes et son côté positif). Il n’y a pas de lourdeur dans la narration, pas de clichés non plus, il y a un juste équilibre entre la vie de l’académie et la vie (et problèmes) des jeunes filles. Je ne m’y suis pas ennuyée un seul instant et j’ai vraiment envie de lire la suite. L’académie Kôka est grandement inspirée de la troupe Takarazuka, troupe féminine où les membres jouent aussi bien les hommes que les femmes. D’un côté, le manga nous propose de découvrir l’envers du décor avec une formation exigeante, la concurrence ou l’entraide entre les élèves. D’un autre, il aborde plein de thèmes secondaires, le monde des idoles, la façon de surmonter les problèmes, d’aller de l’avant, l’amitié… Ce 1er tome est un tome double qui compte 472 pages, les autres seront des tomes simples, la série en est à 12 actuellement. La critique ayant été faite à partir d’un pdf, je ne peux rien vous dire sur l’édition à part que Noeve Grafx a toujours soigné ses mangas pour le moment. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/kageki-shojo-zero?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  22. Nickad

    The vampire & the rose tome 1

    Les vampires vivent au grand jour, on dit qu’il y en a au moins un par ville. Chiyu, lycéenne ne comprend pas cette obsession pour les vampires, ils sont peut-être plus beaux et doués en tout, elle ne supporte pas le fait qu’ils batifolent avec toutes les femmes. Mais dans sa ville, le vampire c’est Yomiya, et il est dans sa classe ! Ces deux-là, vont peu à peu se rapprocher. The vampire &the rose est un shojo classique et même si l’histoire est sans surprise, il est plutôt bien fait. Les situations sont romantiques, le vampire est séduisant et le graphisme très bien réalisé. Les personnages ont des visages arrondis typique des shojo, les décors et tenues vestimentaires sont travaillés et détaillés. Pour ceux qui ne sont pas blasés des shojo, il remplit bien sa mission et il est agréable à l’œil.
  23. Titre de l'album : The vampire & the rose tome 1 Scenariste de l'album : ASAKA Noriko Dessinateur de l'album : ASAKA Noriko Coloriste : Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : Chiyu est une lycéenne qui croit au grand amour. Dans sa classe, Yomiya fait tourner toutes les têtes. Il est séduisant, intelligent, sportif et... c'est un vampire ! Malgré tout, elle lui propose son sang lorsqu'un beau jour, elle le trouve en train de faire un malaise. Il découvre alors son goût délicieux et n'a pas l'intention de renoncer à d'autres rations... Critique : Les vampires vivent au grand jour, on dit qu’il y en a au moins un par ville. Chiyu, lycéenne ne comprend pas cette obsession pour les vampires, ils sont peut-être plus beaux et doués en tout, elle ne supporte pas le fait qu’ils batifolent avec toutes les femmes. Mais dans sa ville, le vampire c’est Yomiya, et il est dans sa classe ! Ces deux-là, vont peu à peu se rapprocher. The vampire &the rose est un shojo classique et même si l’histoire est sans surprise, il est plutôt bien fait. Les situations sont romantiques, le vampire est séduisant et le graphisme très bien réalisé. Les personnages ont des visages arrondis typique des shojo, les décors et tenues vestimentaires sont travaillés et détaillés. Pour ceux qui ne sont pas blasés des shojo, il remplit bien sa mission et il est agréable à l’œil. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/the-vampire-and-the-rose-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  24. Nickad

    Maux mêlés tome 2 (fin)

    Matsuoka révèle à Tsukasa les raisons de sa présence dans la pension, ses histoires de famille où il étouffait. Emporté par ses confidences, il en profite pour faire sa déclaration à la jeune fille. Tsukasa se retrouve avec deux prétendants, il est temps qu’elle mette de l’ordre dans ses sentiments et ses envies, temps d’affronter la vie et d’arrêter de fuir car elle sait, qu’à un moment, il faudra faire un choix. C’est toujours avec beaucoup de finesse et de douceur que les auteurs dépeignent les sentiments de nos jeunes gens, leurs questions sur l’amour et sur ce qu’ils ont vraiment envie d’être. Si le manga parle de romance, il parle avant tout de relations humaines et de connaissance de soi ou plutôt même, d’acceptation de soi. D’une certaine façon, il répond aux questionnements des adolescents sur les sentiments amoureux et permet, peut-être, de se poser les bonnes questions. Maux mêlés est un manga agréable à lire, intelligent, avec un graphisme tout en douceur qui sait mettre des mots sur des sentiments confus.
  25. Titre de l'album : Maux mêlés tome 2 (fin) Scenariste de l'album : IZAWA Meguru Dessinateur de l'album : TAGURA Tohru Coloriste : Editeur de l'album : Akata Note : Résumé de l'album : Dans Maux Mêlés, Tohru Tagura met en scène le quotidien d'adolescents qui, à cause de leurs blessures, ont du mal à s'ouvrir aux autres. Avec douceur et poésie, la mangaka croque leur apprentissage avec un style graphique particulièrement charmeur. Série en 2 tomes. Critique : Matsuoka révèle à Tsukasa les raisons de sa présence dans la pension, ses histoires de famille où il étouffait. Emporté par ses confidences, il en profite pour faire sa déclaration à la jeune fille. Tsukasa se retrouve avec deux prétendants, il est temps qu’elle mette de l’ordre dans ses sentiments et ses envies, temps d’affronter la vie et d’arrêter de fuir car elle sait, qu’à un moment, il faudra faire un choix. C’est toujours avec beaucoup de finesse et de douceur que les auteurs dépeignent les sentiments de nos jeunes gens, leurs questions sur l’amour et sur ce qu’ils ont vraiment envie d’être. Si le manga parle de romance, il parle avant tout de relations humaines et de connaissance de soi ou plutôt même, d’acceptation de soi. D’une certaine façon, il répond aux questionnements des adolescents sur les sentiments amoureux et permet, peut-être, de se poser les bonnes questions. Maux mêlés est un manga agréable à lire, intelligent, avec un graphisme tout en douceur qui sait mettre des mots sur des sentiments confus. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/maux-meles-tome-2?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
×
×
  • Créer...