Aller au contenu
  • S’inscrire

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'shojo'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Les forums BD
    • Toute la BD
    • Projets participatifs
    • Petites Annonces BD
    • Liens BD vers ailleurs
  • Et si on parlait d'autre chose que la bande dessinée ?
    • Améliorons 1001BD
    • Films et séries TV
    • 1001 Jeux Video
    • Livres - Musique - Spectacles - Théatre - Musées
    • 1001 choses à dire
  • TEAM

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui contiennent…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


44 résultats trouvés

  1. Titre de l'album : Hana l'inaccessible tome 2 Scenariste de l'album : MURATA Koji Dessinateur de l'album : MURATA Koji Coloriste : Editeur de l'album : Meian Note : Résumé de l'album : Ichigo Amai, sa nouvelle rivale en amour ! Pour beaucoup, Hana Takamine est la femme active parfaite. Belle, intelligente et intransigeante, elle fait rêver par son côté inaccessible. Mais en secret, elle est follement amoureuse de Tsuyoshi Yowaki, un collègue particulièrement incompétent... Ce qu'elle ignore, c'est que cet amour est réciproque ! Mais une rivale va s'interposer... la magnifique Ichigo Amai jette son dévolu sur le même homme ! Malgré ses agissements, les deux amoureux finiront-ils par se rapprocher ? Critique : Ah, on a passé les préliminaires et on rentre enfin dans l’histoire, si certains mangas fonctionnent sur des scénettes, chez Hana, ça ne fonctionnait pas car il y avait beaucoup de redondance et beaucoup de niaiseries. Passé ce stade, nous voilà dans une trame plutôt classique shojo, des histoires d’amour ! En dehors du personnage de Tsuyoshi, qui fidèle à lui-même, ne capte pas grand-chose, les autres protagonistes vont de l’avant. Comme quoi, il faut souvent lire au moins les 2 premiers tomes d’une série et ne pas se décider que sur le 1er. Mention spéciale pour le dessin, certains portraits des personnages féminins sont magnifiques et les émotions y sont palpables ! Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/hana-inacessible-tome-2?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  2. Nickad

    Aozora yell tome 1

    Nouvelle édition pour cette série sortie en 2013 et abandonnée en… 2013 après 5 tomes seulement sur les 19 que comptent la série. J’étais curieuse de voir si après 8 ans, j’allais toujours l’apprécier. Ce qui est bien déjà, c’est que je n’avais pas oublié l’histoire et dans cette jungle de mangas, c’est déjà beaucoup !!! Aozora yell c’est l’histoire d’une jeune fille qui veut absolument rentrer dans l’une des fanfares les plus réputées pour y jouer de la trompette, et ce malgré le peu de talent dont elle semble disposée. C’est surtout l’histoire de rencontres, d’entraide, et de rêves ! Car le message principal qui en ressort c’est de croire en ses rêves et de tout faire pour les réaliser même si votre entourage n’y croit pas. C’est un manga optimiste où les personnages vont de l’avant, où ils s’écoutent et s’épaulent, où malgré les apparences, ils se rendent compte que chacun à ses difficultés et qu’il suffit d’un seul soutien pour continuer. Un très bon début pour cette série dont on attendait le retour !
  3. Nickad

    Aozora yell tome 1

    Titre de l'album : Aozora yell tome 1 Scenariste de l'album : KAWAHARA Kazune Dessinateur de l'album : KAWAHARA Kazune Coloriste : Editeur de l'album : Panini Comics Note : Résumé de l'album : Complexée et timide, Tsubasa Ono rêve d’entrer dans la célèbre fanfare de son nouveau lycée pour y jouer de la trompette. Mais elle n’a jamais joué d’un instrument, et celui qu’elle a choisi n’est pas le plus facile à maîtriser. En plus, l’orchestre de son école est très réputé, seuls les meilleurs musiciens peuvent y accéder. Sa rencontre avec Daisuke Yamada, un sportif accompli et membre du club de base-ball du lycée, va être pour elle une révélation. Elle qui jusque-là avait toujours marché les yeux baissés, relève enfin la tête. Entourée d’une bande d’amis, elle est prête à relever tous les défis. Critique : Nouvelle édition pour cette série sortie en 2013 et abandonnée en… 2013 après 5 tomes seulement sur les 19 que comptent la série. J’étais curieuse de voir si après 8 ans, j’allais toujours l’apprécier. Ce qui est bien déjà, c’est que je n’avais pas oublié l’histoire et dans cette jungle de mangas, c’est déjà beaucoup !!! Aozora yell c’est l’histoire d’une jeune fille qui veut absolument rentrer dans l’une des fanfares les plus réputées pour y jouer de la trompette, et ce malgré le peu de talent dont elle semble disposée. C’est surtout l’histoire de rencontres, d’entraide, et de rêves ! Car le message principal qui en ressort c’est de croire en ses rêves et de tout faire pour les réaliser même si votre entourage n’y croit pas. C’est un manga optimiste où les personnages vont de l’avant, où ils s’écoutent et s’épaulent, où malgré les apparences, ils se rendent compte que chacun à ses difficultés et qu’il suffit d’un seul soutien pour continuer. Un très bon début pour cette série dont on attendait le retour ! Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/aozora-yell-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  4. Nickad

    Un petit ami trop parfait tome 5

    Nous voici dans un contexte lycéen classique avec une bande d’amis et leurs histoires d’amour plus ou moins expérimentées. Jusqu’ici rien de très original, c’est la première histoire d’amour pour la jeune fille et la 4eme pour le jeune homme, 4eme car il s’est déjà fait largué 3 fois à cause de son extrême jalousie !! Si le côté garçon « malade de jalousie et extrêmement possessif » n’a jamais été très abordé dans les shojo, et qu’il apporte une touche innovante et amusante, cela ne permet pas de faire de ce manga un shojo remarquable. Les personnages secondaires sont forts sympathiques et c’est limite leurs interventions qui donne du piquant à l’histoire. En conclusion, une lecture agréable et fluide mais pas très originale.
  5. Titre de l'album : Un petit ami trop parfait tome 5 Scenariste de l'album : HOSHINO Mizuki Dessinateur de l'album : HOSHINO Mizuki Coloriste : Editeur de l'album : Kana Note : Résumé de l'album : À 16 ans, Iroha n'a encore jamais connu le sentiment amoureux. Un jour, elle fait la connaissance de Haruki, un camarade de classe, qui déclare avec amertume que l'amour est vain. Le garçon a déjà eu trois petites amies par le passé et sa dernière histoire s'est mal terminée, suite à une tromperie qu'il a subie. Très vite, Iroha se rend compte qu'elle est amoureuse de lui... et réciproquement, car Haruki n'est pas insensible au charme de la jeune fille. La déclaration d'amour faite, les voilà ensemble, en couple ! Haruki semble parfait à tous les niveaux, mais c'est loin d'être le cas. Jalousie, quand tu nous tiens... Critique : Nous voici dans un contexte lycéen classique avec une bande d’amis et leurs histoires d’amour plus ou moins expérimentées. Jusqu’ici rien de très original, c’est la première histoire d’amour pour la jeune fille et la 4eme pour le jeune homme, 4eme car il s’est déjà fait largué 3 fois à cause de son extrême jalousie !! Si le côté garçon « malade de jalousie et extrêmement possessif » n’a jamais été très abordé dans les shojo, et qu’il apporte une touche innovante et amusante, cela ne permet pas de faire de ce manga un shojo remarquable. Les personnages secondaires sont forts sympathiques et c’est limite leurs interventions qui donne du piquant à l’histoire. En conclusion, une lecture agréable et fluide mais pas très originale. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/un-petit-ami-trop-parfait-tome-5?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  6. Nickad

    Don't fake your smile tome 5

    Le problème avec ce manga c’est qu’il est toujours trop court, on arrive toujours à la fin d’un tome en se disant « comment, c’est déjà fini ? » Il est tellement prenant qu’on ne voit pas le temps passer ! Concernant l’histoire, au début c’est un triangle amoureux : il y a un garçon (Hiyori) qui aime un garçon (Gaku) qui aime une fille (Niji) qui ne veut surtout pas lui dire qu’elle l’aime aussi de peur de ne pas être aimé en retour ! Sauf que ça se corse un peu car un jour la fille est victime d’une agression qui va laisser son lot de traumatismes, elle va devoir se reconstruire et les 2 garçons (ses meilleurs amis) bien que voulant l’aider ne savent pas trop comment s’y prendre. Et là-dessus il y a le professeur Kiryû qui semble vouloir interférer dans leurs histoires. Si les sentiments de Gaku et Niji sont plus habituels, ceux de Hiyori sont plus complexes, il navigue entre amitié et amour et quelle que soit la voie qu’il choisit, il en souffre. On sent qu’il y a un côté obscur dans ce manga (apporté par le professeur) mais on ne sait pas encore de quoi il retourne. Bien qu’au premier abord, il ressemble à un shojo classique, il a ce petit plus qui nous attire et nous donne envie de connaître la suite.
  7. Titre de l'album : Don't fake your smile tome 5 Scenariste de l'album : AOKI Kotomi Dessinateur de l'album : AOKI Kotomi Coloriste : Editeur de l'album : Akata Note : Résumé de l'album : Le temps n'est plus aux secrets et aux non-dits ! Niji connaît l'amour que Gaku lui porte, tandis que ce dernier sait désormais que Hiyori est gay et qu'il ressent pour lui autre chose que de l'amitié. Le jeune judoka comprend alors que le couple formé par ses deux amis était factice. Dès lors, il décide de prendre la situation en main et d'essayer de conquérir le coeur de celle qu'il aime. Mais cette dernière est-elle vraiment prête à entamer une relation ? Critique : Le problème avec ce manga c’est qu’il est toujours trop court, on arrive toujours à la fin d’un tome en se disant « comment, c’est déjà fini ? » Il est tellement prenant qu’on ne voit pas le temps passer ! Concernant l’histoire, au début c’est un triangle amoureux : il y a un garçon (Hiyori) qui aime un garçon (Gaku) qui aime une fille (Niji) qui ne veut surtout pas lui dire qu’elle l’aime aussi de peur de ne pas être aimé en retour ! Sauf que ça se corse un peu car un jour la fille est victime d’une agression qui va laisser son lot de traumatismes, elle va devoir se reconstruire et les 2 garçons (ses meilleurs amis) bien que voulant l’aider ne savent pas trop comment s’y prendre. Et là-dessus il y a le professeur Kiryû qui semble vouloir interférer dans leurs histoires. Si les sentiments de Gaku et Niji sont plus habituels, ceux de Hiyori sont plus complexes, il navigue entre amitié et amour et quelle que soit la voie qu’il choisit, il en souffre. On sent qu’il y a un côté obscur dans ce manga (apporté par le professeur) mais on ne sait pas encore de quoi il retourne. Bien qu’au premier abord, il ressemble à un shojo classique, il a ce petit plus qui nous attire et nous donne envie de connaître la suite. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/don-t-fake-your-smile-tome-5?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  8. Nickad

    Sayonara miniskirt tome 2

    Toute la complexité du manga se situe dans le paradoxe entre être et paraître. Nina est partagé entre son envie d’être une idol avec le look et l’attitude que cela implique et l’image qu’elle renvoie. Car suite à son agression, certains ont estimé qu’elle avait mérité ce qui lui était arrivé, notamment à cause de ses minijupes et de ses photos en maillot de bain. Il y a là un véritable débat d’actualité, car régulièrement il y a des agressions de femmes et il y a toujours ceux qui pensent qu’elles l’ont mérité à cause de leurs tenues. Alors que doivent faire les filles (car le sujet est plus compliqué pour elles que pour les garçons), doivent-elles se plier à ce qu’une certaine « morale » exige ? doivent-elles renoncer à la liberté d’être elles-mêmes ? Doivent-elles faire semblant d’être en accord avec ce que leur entourage attend d’elles pour pouvoir trouver une place dans cette société ? En plus de tout ce questionnement, l’auteur aborde aussi le thème de la « culpabilité du survivant », la culpabilité de ceux qui n’ont rien remarqué, rien vu ou rien compris avant le drame, la culpabilité de ceux qui n’ont pas cru et qui n’ont rien fait. Ecrit et dessiné de façon habile sans que ce soit trop lourd, ce manga est un véritable appel à la réflexion sur notre société.
  9. Titre de l'album : Sayonara miniskirt tome 2 Scenariste de l'album : MAKINO Aoi Dessinateur de l'album : MAKINO Aoi Coloriste : Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : Autrefois membre d'un groupe de J-pop, Nina a vécu une agression au couteau lors d'une rencontre avec des fans et ne s'en est jamais remise. Elle décide de retourner au collège mais sous une apparence plus masculine en coupant ses cheveux et en portant l'uniforme des garçons. A` la suite d'une vague d'agressions envers les filles, les élèves du collège échangent entre eux sur le sujet. Critique : Toute la complexité du manga se situe dans le paradoxe entre être et paraître. Nina est partagé entre son envie d’être une idol avec le look et l’attitude que cela implique et l’image qu’elle renvoie. Car suite à son agression, certains ont estimé qu’elle avait mérité ce qui lui était arrivé, notamment à cause de ses minijupes et de ses photos en maillot de bain. Il y a là un véritable débat d’actualité, car régulièrement il y a des agressions de femmes et il y a toujours ceux qui pensent qu’elles l’ont mérité à cause de leurs tenues. Alors que doivent faire les filles (car le sujet est plus compliqué pour elles que pour les garçons), doivent-elles se plier à ce qu’une certaine « morale » exige ? doivent-elles renoncer à la liberté d’être elles-mêmes ? Doivent-elles faire semblant d’être en accord avec ce que leur entourage attend d’elles pour pouvoir trouver une place dans cette société ? En plus de tout ce questionnement, l’auteur aborde aussi le thème de la « culpabilité du survivant », la culpabilité de ceux qui n’ont rien remarqué, rien vu ou rien compris avant le drame, la culpabilité de ceux qui n’ont pas cru et qui n’ont rien fait. Ecrit et dessiné de façon habile sans que ce soit trop lourd, ce manga est un véritable appel à la réflexion sur notre société. Autres infos : à partir de 12 ans Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/sayonara-miniskirt-tome-2?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  10. Titre de l'album : @Ellie#JeNaiPasDePetitAmi tome 9 Scenariste de l'album : FUJI Momo Dessinateur de l'album : Fuji Momo Coloriste : Editeur de l'album : Kana Note : Résumé de l'album : Ellie, une fille dont le hobby est de tweeter ses fantasmes, et Ômi, le plus beau garçon de la promo, sortent ensemble. Ils sont si amoureux qu’ils décident de s’afficher publiquement au lycée. Mais, un jour, le père d’Ellie les surprend en train de s’embrasser et s’oppose à leur relation. Ellie se dispute alors fort avec son père, mais, encouragée par Ômi, elle finit par se réconcilier avec lui. De plus, Ômi fait part de son projet de mariage à la famille d’Ellie ?! Comment va-t-elle réagir à cet événement inattendu ? Critique : @ellie est un shojo classique avec une trame plutôt habituelle : une histoire d’amour entre une fille plutôt réservée, assez isolée et le beau gosse du lycée. Si le garçon a un caractère déjà vu : il cache sa personnalité et joue au « prince » du lycée pour se simplifier la vie, la fille a un caractère plutôt inattendu : elle fantasme à mort sur les histoires d’amour, sur tout et tout le temps et publie ses fantasmes en continue sur twitter ! Non seulement cela provoque parfois des réactions surprenantes mais en plus, cela amène une bonne dose d’humour quand on voit la différence entre ses tweets et la réalité ! C’est un manga plein de fraicheur, plein de bons sentiments et aussi avec quelques leçons de vie sur l’amour, l’amitié, la vie en société : s’accepter tel que l’on est, se détacher du regard des autres… le tout avec une certaine légèreté car la romance reste le thème principal. Étrangement, les personnages atypiques, avec un fort caractère sont ceux qui s’en sortent le mieux, sans doute parce qu’ils sont eux-mêmes. Je ne cesserai jamais de le dire mais l’important c’est la communication !! Ellie et Omi ont bien progressé dans leur relation, ils vivent leur amour au grand jour et se posent maintenant des questions sur la suite (le sexe) avec toute la curiosité de leur âge. Si vous avez des ados en questionnement chez vous et que vous êtes un peu gênés… ce manga pourra peut-être vous être utile ! En tout cas @ellie est un bon shojo, romantique et amusant. On ne s’en lasse pas ! Série finie en 12 tomes. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/ellie-tome-9?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  11. Nickad

    @Ellie#JeNaiPasDePetitAmi tome 9

    @ellie est un shojo classique avec une trame plutôt habituelle : une histoire d’amour entre une fille plutôt réservée, assez isolée et le beau gosse du lycée. Si le garçon a un caractère déjà vu : il cache sa personnalité et joue au « prince » du lycée pour se simplifier la vie, la fille a un caractère plutôt inattendu : elle fantasme à mort sur les histoires d’amour, sur tout et tout le temps et publie ses fantasmes en continue sur twitter ! Non seulement cela provoque parfois des réactions surprenantes mais en plus, cela amène une bonne dose d’humour quand on voit la différence entre ses tweets et la réalité ! C’est un manga plein de fraicheur, plein de bons sentiments et aussi avec quelques leçons de vie sur l’amour, l’amitié, la vie en société : s’accepter tel que l’on est, se détacher du regard des autres… le tout avec une certaine légèreté car la romance reste le thème principal. Étrangement, les personnages atypiques, avec un fort caractère sont ceux qui s’en sortent le mieux, sans doute parce qu’ils sont eux-mêmes. Je ne cesserai jamais de le dire mais l’important c’est la communication !! Ellie et Omi ont bien progressé dans leur relation, ils vivent leur amour au grand jour et se posent maintenant des questions sur la suite (le sexe) avec toute la curiosité de leur âge. Si vous avez des ados en questionnement chez vous et que vous êtes un peu gênés… ce manga pourra peut-être vous être utile ! En tout cas @ellie est un bon shojo, romantique et amusant. On ne s’en lasse pas ! Série finie en 12 tomes.
  12. Nickad

    Hana l'inaccessible tome 1

    Ce manga est un shojo avec ses histoires d’amour et de flirts situé dans le monde de l’entreprise. Composé de courts chapitres, on suit les histoires de 4 personnages : il y a la belle Hana qui se comporte à l’opposé de ce qu’elle voudrait, Tsuyoshi, toujours à côté de la plaque, Sarada le tombeur et Ichigo la charmeuse manipulatrice. C’est gentillet, un peu trop cliché peut-être, autant l’innocence peut avoir du charme en milieu scolaire, autant, ici quand les personnages sont adultes, cela donne un petit goût de niaiserie. L’ensemble n’est pas déplaisant mais n’est pas révolutionnaire, c’est mignon mais un peu mièvre. Et puis il y a cette redondance qui lasse avec un contexte répété en début de chapitre, espérons que la série décolle dans les prochains tomes car pour le moment, c’est insipide.
  13. Titre de l'album : Hana l'inaccessible tome 1 Scenariste de l'album : MURATA Koji Dessinateur de l'album : MURATA Koji Coloriste : Editeur de l'album : Meian Note : Résumé de l'album : La carte maîtresse du fabricant de confiseries traditionnelles Mitsubachi, se nomme Hana Takamine et a vingt-sept ans. Cette jeune femme aussi belle qu’inégalable, fait rêver par son côté inaccessible. Mais derrière cette image de perfection, Hana cache en réalité un secret. Elle n’a absolument aucune expérience en matière d’amour et réagit toujours comme une jeune écolière. Pas facile alors d’avouer ses sentiments à Tsuyoshi Yowaki, un autre employé de la société. Ce qu’elle ignore, c’est que cet amour est réciproque ! Ils désirent s'avouer leurs sentiments sans y parvenir. Le début d'une comédie romantique avec un amour partagé, mais non avoué !!! Critique : Ce manga est un shojo avec ses histoires d’amour et de flirts situé dans le monde de l’entreprise. Composé de courts chapitres, on suit les histoires de 4 personnages : il y a la belle Hana qui se comporte à l’opposé de ce qu’elle voudrait, Tsuyoshi, toujours à côté de la plaque, Sarada le tombeur et Ichigo la charmeuse manipulatrice. C’est gentillet, un peu trop cliché peut-être, autant l’innocence peut avoir du charme en milieu scolaire, autant, ici quand les personnages sont adultes, cela donne un petit goût de niaiserie. L’ensemble n’est pas déplaisant mais n’est pas révolutionnaire, c’est mignon mais un peu mièvre. Et puis il y a cette redondance qui lasse avec un contexte répété en début de chapitre, espérons que la série décolle dans les prochains tomes car pour le moment, c’est insipide. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/hana-inacessible-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  14. Les shojos de science-fiction sont assez rares en France pour que l’on s’y penche et n’ont pas toujours le succès qu’ils méritent. Encore une fois Akata veut nous montrer que la palette existante est bien plus variée que l’on pourrait penser. Dans le 1er tome, Gin Toriko pose les bases de son univers et introduit plusieurs thématiques : la génétique, la maladie, l’écologie, l’évolution de l’humanité, le développement spatial… Elle met en place toute une nouvelle société régie par des règles dépendantes de la situation : comment gérer l’expansion d’une population dans les limites physiques de la cité spatiale (cocoon). L’histoire va suivre plus précisément la vie de 4 néotènes (êtres humains améliorés ayant une espérance de vie plus longue) dont le quotidien va être bouleversé par la rencontre avec une jeune femme atteinte d’une maladie rare et incurable. Si l’univers proposé est indéniablement riche (l’auteure a été aidée par Hironori Sahara, ingénieur aérospatial), ce premier tome est très fouillis, il regorge d’informations qui partent un peu dans tous les sens et manque d’explications. Heureusement, toute la terminologie est indiquée en début du tome 2 ! Enfin, tout devient plus clair !! Avec tout le système des « partenaires » expliqués, on comprend mieux les relations entre les personnages. Si le tome 1 était un prologue, l’histoire commence vraiment dans le second tome, en plus des relations humaines, on découvre que toute cette société est sous surveillance constante et rappelée à l’ordre au moindre écart. Comment échapper à ce système et acquérir de la liberté quand on est considéré comme « élu » et que l’on attend beaucoup de vous ? Que préparent donc nos néotènes sous leurs airs « bien sous tout rapport » Voilà, qui devrait entretenir l’intérêt dans les tomes à venir. Un conseil cependant, lisez la terminologie du tome 2 avant de vous lancer dans la série, cela vous permettra de mieux l’apprécier.
  15. Titre de l'album : Nos temps contraires - je ne te laisserai pas mourir tomes 1 et 2 Scenariste de l'album : GIN Toriko Dessinateur de l'album : GIN Toriko Coloriste : Editeur de l'album : Autres Editeurs/Auto editions Note : Résumé de l'album : "Nos temps contraires" est l'une des dernières fresques de science-fiction japonaises de ces dernières années et particulièrement remarquée. Complexe et dense, cette série questionne sur le fonctionnement même des sociétés humaines. Avec des personnages variés et plusieurs niveaux de lecture, ce manga surprendra plus d'un lecteur ! L'humanité, ne pouvant plus vivre sur Terre, s'est réfugiée dans l'espace, cloîtrée dans des "Cocoons". Arata, Tara, Caesar et Louis sont des enfants précieux : des " néotènes ", ces êtres qui, malgré leur apparence prépubère, possèdent la maturité d'adultes. Leurs corps se sont adaptés à la vie dans l'espace et, à ce titre, ils incarnent l'espoir et l'avenir de la race humaine. Quand un jour, ces quatre-là rencontrent une mystérieuse femme aux longs cheveux verts, atteinte de la "maladie de Daphné", leurs destins basculent à jamais... Critique : Les shojos de science-fiction sont assez rares en France pour que l’on s’y penche et n’ont pas toujours le succès qu’ils méritent. Encore une fois Akata veut nous montrer que la palette existante est bien plus variée que l’on pourrait penser. Dans le 1er tome, Gin Toriko pose les bases de son univers et introduit plusieurs thématiques : la génétique, la maladie, l’écologie, l’évolution de l’humanité, le développement spatial… Elle met en place toute une nouvelle société régie par des règles dépendantes de la situation : comment gérer l’expansion d’une population dans les limites physiques de la cité spatiale (cocoon). L’histoire va suivre plus précisément la vie de 4 néotènes (êtres humains améliorés ayant une espérance de vie plus longue) dont le quotidien va être bouleversé par la rencontre avec une jeune femme atteinte d’une maladie rare et incurable. Si l’univers proposé est indéniablement riche (l’auteure a été aidée par Hironori Sahara, ingénieur aérospatial), ce premier tome est très fouillis, il regorge d’informations qui partent un peu dans tous les sens et manque d’explications. Heureusement, toute la terminologie est indiquée en début du tome 2 ! Enfin, tout devient plus clair !! Avec tout le système des « partenaires » expliqués, on comprend mieux les relations entre les personnages. Si le tome 1 était un prologue, l’histoire commence vraiment dans le second tome, en plus des relations humaines, on découvre que toute cette société est sous surveillance constante et rappelée à l’ordre au moindre écart. Comment échapper à ce système et acquérir de la liberté quand on est considéré comme « élu » et que l’on attend beaucoup de vous ? Que préparent donc nos néotènes sous leurs airs « bien sous tout rapport » Voilà, qui devrait entretenir l’intérêt dans les tomes à venir. Un conseil cependant, lisez la terminologie du tome 2 avant de vous lancer dans la série, cela vous permettra de mieux l’apprécier. Autres infos : Editions Akata Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/nos-temps-contraires-je-ne-te-laisserai-pas-mourir-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  16. Nickad

    Honey come honey tome 6

    Honey come Honey est un shojo type : une fille toute mignonne qui a du caractère et un garçon antipathique au premier abord qui cache un grand cœur. Mitsu et Kumagaya se rapproche un peu plus dans ce volume, ils affrontent le passé de Mitsu et font face à des désirs plus adultes, l’évolution normale d’une histoire d’amour dans le monde du shojo. Et même si le déroulement de l’histoire est plutôt classique, le manga déborde de bons sentiments, c’est tout mielleux, il y a des fleurs partout et ça fait du bien. J’espère qu’il y aura par la suite un peu plus d’originalité mais en attendant, cela reste une lecture agréable. Un peu de bonheur dans le monde actuel ne peut pas faire de mal.
  17. Titre de l'album : Honey come honey tome 6 Scenariste de l'album : SHIRAISHI Yuki Dessinateur de l'album : SHIRAISHI Yuki Coloriste : Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Tout le monde pense que la douce Mitsu est une fragile jeune fille. Mais c'est une redoutable combattante. Kumagaya, lui, est grand et son allure sombre effraie les autres. Cela lui a valu le surnom de « Grizzli enragé ». Mitsu va découvrir qu'en réalité, il est sensible et qu'il est le créateur des peluches qu'elle affectionne. Elle va alors tenter de se rapprocher de lui, contre l'avis de ses amis. Critique : Honey come Honey est un shojo type : une fille toute mignonne qui a du caractère et un garçon antipathique au premier abord qui cache un grand cœur. Mitsu et Kumagaya se rapproche un peu plus dans ce volume, ils affrontent le passé de Mitsu et font face à des désirs plus adultes, l’évolution normale d’une histoire d’amour dans le monde du shojo. Et même si le déroulement de l’histoire est plutôt classique, le manga déborde de bons sentiments, c’est tout mielleux, il y a des fleurs partout et ça fait du bien. J’espère qu’il y aura par la suite un peu plus d’originalité mais en attendant, cela reste une lecture agréable. Un peu de bonheur dans le monde actuel ne peut pas faire de mal. Autres infos : Edition Delcourt/Tonkam Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/honey-come-honey-tome-6?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  18. Titre de l'album : Le jeu de la mort tomes 1 et 2 Scenariste de l'album : SORA Dessinateur de l'album : SORA Coloriste : Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : « Avant de mourir, ça ne te dit pas d'avoir une histoire d'amour avec moi ? » Mikoto Ochiai, souhaite se suicider en sautant du toit de son lycée suite à une déception amoureuse. Mais Jin Haiba, un nouveau professeur de physique qui était là pour fumer, l'en dissuade. Pour cela, il va lui proposer de se mettre en danger en devenant son petit ami de substitution. L'adrénaline causée par cette relation inappropriée va alors les rapprocher dangereusement Critique : C’est l’histoire d’amour entre une élève et un professeur… rien de très original me direz-vous. Certes, il y en a déjà eu beaucoup, et pour que cela fonctionne il faut des personnages originaux et attachants. C’est exactement ce que renferme le jeu de la mort : une élève dépressive un peu trop altruiste et un prof nonchalant qui se comporte comme un ado attardé. Mais ça, ce n’est que la surface, les personnages sont un peu plus consistants, ils ne se dévoilent que petit à petit. Il y a certes un jeu de séduction de la part du professeur qui en même temps a un comportement « je m’en-foutiste », il se fait d’ailleurs régulièrement taclé. Il y a des situations qui portent à quiproquos, des petites touches d’humour, mais surtout, des petites interactions entre les personnages et le manga qui apportent de la fraicheur. « les personnages dans ton genre, les lecteurs les détestent » L’auteure a su tirer son épingle du jeu et nous offre un manga très agréable, sans temps mort ni niaiserie. Une belle réussite !! Autres infos : Edition Delcourt/Tonkam Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/le-jeu-de-la-mort-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  19. Nickad

    Le jeu de la mort tomes 1 et 2

    C’est l’histoire d’amour entre une élève et un professeur… rien de très original me direz-vous. Certes, il y en a déjà eu beaucoup, et pour que cela fonctionne il faut des personnages originaux et attachants. C’est exactement ce que renferme le jeu de la mort : une élève dépressive un peu trop altruiste et un prof nonchalant qui se comporte comme un ado attardé. Mais ça, ce n’est que la surface, les personnages sont un peu plus consistants, ils ne se dévoilent que petit à petit. Il y a certes un jeu de séduction de la part du professeur qui en même temps a un comportement « je m’en-foutiste », il se fait d’ailleurs régulièrement taclé. Il y a des situations qui portent à quiproquos, des petites touches d’humour, mais surtout, des petites interactions entre les personnages et le manga qui apportent de la fraicheur. « les personnages dans ton genre, les lecteurs les détestent » L’auteure a su tirer son épingle du jeu et nous offre un manga très agréable, sans temps mort ni niaiserie. Une belle réussite !!
×
×
  • Créer...