Aller au contenu
  • S’inscrire

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'yaoi'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Les forums BD
    • Toute la BD
    • Projets participatifs
    • Petites Annonces BD
    • Liens BD vers ailleurs
  • Et si on parlait d'autre chose que la bande dessinée ?
    • Améliorons 1001BD
    • Films et séries TV
    • 1001 Jeux Video
    • Livres - Musique - Spectacles - Théatre - Musées
    • 1001 choses à dire
  • TEAM

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui contiennent…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


8 résultats trouvés

  1. Nickad

    Given tomes 5 et 6

    Mafuyu a hérité de la guitare de son défunt petit ami, il rencontre une jour Uenoyama, guitariste qui a un peu perdu son envie de jouer. Ce dernier va découvrir que Mafuyu a une super voix et va l’inviter à rejoindre son groupe. Given, c’est une histoire qui mêle habilement musique et amour. Et bien que ce soit un yaoi, car on suit les amours de garçons principalement, ne vous attendez pas à des scènes de sexes explicites, ce sont les sentiments qui sont mis en avant : le 1er amour, pur et innocent, l’amour à sens unique, l’amour déçu et l’amour perdu par la disparition d’un être cher. En plus de cela, la musique est tout aussi importante, elle est abordée du côté passionnel où elle supplante les relations humaines, mais elle est là aussi comme moyen d’expression, mettre des mots sur des sentiments que l’on a du mal à exprimer autrement. Given est un manga très équilibré entre relations humaines et ascension du groupe, desservie par un scénario travaillé et un graphisme agréable. Deux très bon tomes qui ne faiblissent pas côté intensité et émotions. Au niveau du ressenti, de l’impression que m’a laissé la lecture, c’est la citation de Musset qui m’ait venue à l’esprit « Les plus désespérés sont les chants les plus beaux et j’en sais d’immortels qui sont de purs sanglots ».
  2. Nickad

    Given tomes 5 et 6

    Titre de l'album : Given tomes 5 et 6 Scenariste de l'album : KIZU Natsuki Dessinateur de l'album : KIZU Natsuki Coloriste : Editeur de l'album : Taifu Note : Résumé de l'album : Uenoyama est un lycéen féru de guitares et de basket. Seulement, la passion qui l'animait semble s'être éteinte pour laisser place à un quotidien morne, rythmé par de simples siestes. Un jour, il tombe sur Mafuyu, qui s'est endormi à l'un de ses endroits favoris, une superbe guitare Gibson serrée contre lui. Ce dernier le supplie alors de la réparer et de lui apprendre à en jouer. Si Uenoyama refuse catégoriquement au début, il finit par l'aider et va même jusqu'à l'intégrer dans son groupe.Il découvre derrière la candeur de Mafuyu un talent incroyable et bouleversant. Malheureusement, ce dernier est également hanté par un lourd traumatisme qui l'empêche de s'exprimer pleinement... (résumé du tome 5) Mafuyu n'arrive toujours pas à coucher sur le papier des paroles qui lui conviennent pour leur nouvelle chanson. Trouvera-t-il l'inspiration avant la troisième étape du concours qui approche à grands pas ? Dernière étape durant laquelle, pendant deux jours, les dix groupes finalistes vont devoir s'affronter pour remporter la victoire. Critique : Mafuyu a hérité de la guitare de son défunt petit ami, il rencontre une jour Uenoyama, guitariste qui a un peu perdu son envie de jouer. Ce dernier va découvrir que Mafuyu a une super voix et va l’inviter à rejoindre son groupe. Given, c’est une histoire qui mêle habilement musique et amour. Et bien que ce soit un yaoi, car on suit les amours de garçons principalement, ne vous attendez pas à des scènes de sexes explicites, ce sont les sentiments qui sont mis en avant : le 1er amour, pur et innocent, l’amour à sens unique, l’amour déçu et l’amour perdu par la disparition d’un être cher. En plus de cela, la musique est tout aussi importante, elle est abordée du côté passionnel où elle supplante les relations humaines, mais elle est là aussi comme moyen d’expression, mettre des mots sur des sentiments que l’on a du mal à exprimer autrement. Given est un manga très équilibré entre relations humaines et ascension du groupe, desservie par un scénario travaillé et un graphisme agréable. Deux très bon tomes qui ne faiblissent pas côté intensité et émotions. Au niveau du ressenti, de l’impression que m’a laissé la lecture, c’est la citation de Musset qui m’ait venue à l’esprit « Les plus désespérés sont les chants les plus beaux et j’en sais d’immortels qui sont de purs sanglots ». Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/given-tome-6?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  3. Nickad

    The monster exposed tome 2 (fin)

    Suite et fin du manga. Shuna est parti travaillé dans une autre ville, il croise la route de Yumi, l’ex-petit ami de Hayashida. Il ne peut s’empêcher de penser à leurs passés, à ce qu’il ne connaît pas de la vie de son bien-aimé. Partagé entre la curiosité et le respect de leur privée, ses doutes se font ressentir. Il va falloir affronter la situation s’ils veulent construire un avenir. Si le 1er tome était plus dans la psychologie, celui-ci est plus dans une thématique « tranche-de-vie ». Les scènes se succèdent, avec les croisements des différents personnages, c’est un peu décousu avec une notion de temps indéfinissable. Le graphisme n’est pas toujours précis et les personnages se confondent parfois. On aurait aimé un peu plus d’implication dans leurs sentiments, un peu plus de profondeur. L’histoire se termine et on a l’impression que l’auteure aurait dû prendre le temps d’aller au bout du sujet. Il reste un petit goût d’inachevé.
  4. Titre de l'album : The monster exposed tome 2 (fin) Scenariste de l'album : OGERETSU Tanaka Dessinateur de l'album : OGERETSU Tanaka Coloriste : Editeur de l'album : Taifu Note : Résumé de l'album : Hayashida est toujours hanté par la violence dont il a fait preuve envers son ex-petit ami. Avec Shûna, son collègue de bureau, il s’est remis à aller de l’avant. Pourtant, les blessures ne disparaissent pas aussi facilement et les traumatismes non plus. Alors que le travail les amène à vivre loin l’un de l’autre, les deux hommes se voient confrontés à leur passé, à ce qu’ils ont tenté d’être et à ce qu’ils n’ont jamais pu devenir. Critique : Suite et fin du manga. Shuna est parti travaillé dans une autre ville, il croise la route de Yumi, l’ex-petit ami de Hayashida. Il ne peut s’empêcher de penser à leurs passés, à ce qu’il ne connaît pas de la vie de son bien-aimé. Partagé entre la curiosité et le respect de leur privée, ses doutes se font ressentir. Il va falloir affronter la situation s’ils veulent construire un avenir. Si le 1er tome était plus dans la psychologie, celui-ci est plus dans une thématique « tranche-de-vie ». Les scènes se succèdent, avec les croisements des différents personnages, c’est un peu décousu avec une notion de temps indéfinissable. Le graphisme n’est pas toujours précis et les personnages se confondent parfois. On aurait aimé un peu plus d’implication dans leurs sentiments, un peu plus de profondeur. L’histoire se termine et on a l’impression que l’auteure aurait dû prendre le temps d’aller au bout du sujet. Il reste un petit goût d’inachevé. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/the-monster-exposed-tome-2?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  5. Nickad

    Deadlock tomes 3 et 4 (fin)

    Yûto, inspecteur à la brigade des stups est accusé injustement du meurtre de son collègue, le FBI profite de cette occasion pour lui proposer un marché : démasquer un terroriste qui se cacherait dans une prison contre sa liberté. Yûto, désespéré, accepte, y voyant là le meilleur moyen de s’innocenter mais d’abord de survivre car un ancien policier dans une prison a une espérance de vie très courte ! Adapté de romans (9 au Japon), l’auteure décrit l’univers carcéral américain avec le clivage des ethnies, le règne des gangs, les magouilles internes, les violences quotidiennes. Non seulement le héros doit rester sur ses gardes en tant qu’ancien policier mais il doit aussi se méfier de tous les autres détenus car les plus jeunes et plus « efféminés » sont très vite utilisés comme femmes. L’ambiance carcérale est particulièrement bien retranscrite, on ressent bien les tensions et les dangers qui rôdent. On comprend bien que la prison a ses propres règles et qu’il ne faut pas attendre de l’aide des gardiens. Alors comment Yûto va mener son enquête tout en se protégeant ? comment va-t-il faire pour garder son intégrité dans un tel milieu ? Le rythme est prenant, le côté yaoi est peu présent et les scènes de sexes sont plutôt soft. L’univers du manga est captivant et les personnages attachants, le tout est soutenu par un graphisme soigné et de belles couvertures. Et bien qu’on aurait aimé la suite, le manga ne relatant que les fait du 1er roman, c’est une belle réussite.
  6. Titre de l'album : Deadlock tomes 3 et 4 (fin) Scenariste de l'album : AIDA Saki Dessinateur de l'album : TAKASHINA Yû Coloriste : Editeur de l'album : Taifu Note : Résumé de l'album : Yûto, un ancien agent de la brigade des stups (BS), affirme ne pas avoir tué son collègue et avoir été emprisonné à tort. Pour être libéré, il devra identifier un terroriste qui opère depuis la prison. Cependant, Dick, son compagnon de cellule, lui déclare le jour de son arrivée dans la prison d'État de Schelger qu'il fait partie des cibles à abattre. Critique : Yûto, inspecteur à la brigade des stups est accusé injustement du meurtre de son collègue, le FBI profite de cette occasion pour lui proposer un marché : démasquer un terroriste qui se cacherait dans une prison contre sa liberté. Yûto, désespéré, accepte, y voyant là le meilleur moyen de s’innocenter mais d’abord de survivre car un ancien policier dans une prison a une espérance de vie très courte ! Adapté de romans (9 au Japon), l’auteure décrit l’univers carcéral américain avec le clivage des ethnies, le règne des gangs, les magouilles internes, les violences quotidiennes. Non seulement le héros doit rester sur ses gardes en tant qu’ancien policier mais il doit aussi se méfier de tous les autres détenus car les plus jeunes et plus « efféminés » sont très vite utilisés comme femmes. L’ambiance carcérale est particulièrement bien retranscrite, on ressent bien les tensions et les dangers qui rôdent. On comprend bien que la prison a ses propres règles et qu’il ne faut pas attendre de l’aide des gardiens. Alors comment Yûto va mener son enquête tout en se protégeant ? comment va-t-il faire pour garder son intégrité dans un tel milieu ? Le rythme est prenant, le côté yaoi est peu présent et les scènes de sexes sont plutôt soft. L’univers du manga est captivant et les personnages attachants, le tout est soutenu par un graphisme soigné et de belles couvertures. Et bien qu’on aurait aimé la suite, le manga ne relatant que les fait du 1er roman, c’est une belle réussite. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/deadlock-tome-4?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  7. Nickad

    The monster exposed tome 1

    Hayashida et Shûna entretiennent une relation, même si elle n’était que charnelle au début, leurs liens et sentiments ont évolués. Seulement voilà, le premier sort d’une période de violence conjugale où il était le « bourreau » et pense qu’il n’a plus le droit d’aimer ni d’être aimé et le second, n’a jamais vraiment été amoureux, ses ex n’étant avec lui que pour son physique ou presque. Les deux hommes se retrouvent confrontés à des sentiments qu’ils n’attendaient pas, ils vont devoir les comprendre pour pouvoir les accepter et il va leur falloir être honnêtes envers leurs envies et ce qu’ils sont vraiment. Le manga entrecoupe des scènes du présent avec des fragments du passé, l’auteure prend le temps de montrer les tourments qui habitent nos deux personnages, il y a une certaine subtilité dans son dessin avec l’emploi d’images floutées, on ressent un certain vague-à-l ’âme. Même si les scènes osées sont présentes et bien explicites, c’est sur les sentiments que l’histoire est axée, en montrant leurs passés, l’auteure dénonce aussi le harcèlement au travail, le jugement sur les apparences et les conséquences que cela entrainent, notamment la dérive vers les violences. Mais l’histoire est plutôt positive car elle se situe après le drame, et les personnages sont dans une phase de reconstruction. Une histoire intéressante et complexe mais réservée à un public averti. (finie en 2 tomes)
  8. Titre de l'album : The monster exposed tome 1 Scenariste de l'album : OGERETSU Tanaka Dessinateur de l'album : OGERETSU Tanaka Coloriste : Editeur de l'album : Taifu Note : Résumé de l'album : "Je voulais juste être ton numéro un". Leur relation déjà bien installée, Shûna sait qu'Hayashida frappait son ex-petit ami et avait décidé de ne pas en tenir compte. Un jour toutefois, une photo accrochée au-dessus du lit de son amant - sur laquelle il arbore un sourire qu'il ne lui a jamais vu - se met à le tourmenter. Malheureusement pour lui, il est muté à Osaka avant d'avoir pu régler la situation. Débute alors une houleuse relation à distance... Critique : Hayashida et Shûna entretiennent une relation, même si elle n’était que charnelle au début, leurs liens et sentiments ont évolués. Seulement voilà, le premier sort d’une période de violence conjugale où il était le « bourreau » et pense qu’il n’a plus le droit d’aimer ni d’être aimé et le second, n’a jamais vraiment été amoureux, ses ex n’étant avec lui que pour son physique ou presque. Les deux hommes se retrouvent confrontés à des sentiments qu’ils n’attendaient pas, ils vont devoir les comprendre pour pouvoir les accepter et il va leur falloir être honnêtes envers leurs envies et ce qu’ils sont vraiment. Le manga entrecoupe des scènes du présent avec des fragments du passé, l’auteure prend le temps de montrer les tourments qui habitent nos deux personnages, il y a une certaine subtilité dans son dessin avec l’emploi d’images floutées, on ressent un certain vague-à-l ’âme. Même si les scènes osées sont présentes et bien explicites, c’est sur les sentiments que l’histoire est axée, en montrant leurs passés, l’auteure dénonce aussi le harcèlement au travail, le jugement sur les apparences et les conséquences que cela entrainent, notamment la dérive vers les violences. Mais l’histoire est plutôt positive car elle se situe après le drame, et les personnages sont dans une phase de reconstruction. Une histoire intéressante et complexe mais réservée à un public averti. (finie en 2 tomes) Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/the-monster-exposed-tome-1/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
×
×
  • Créer...