Aller au contenu
  • S’inscrire

Manga

Affichage de[s] tout le contenu étiquetés 'manga' et 'mangas' et posté[e][s] durant les 365 derniers jours.

Ce flux se met à jour automatiquement     

  1. Hier
  2. Titre de l'album : Rent-a-girlfriend tomes 1 et 2 Scenariste de l'album : MIYAJIMA Reiji Dessinateur de l'album : MIYAJIMA Reiji Coloriste : Editeur de l'album : Noeve Grafx Note : Résumé de l'album : Kazuya est un étudiant plutôt banal qui vient de se faire larguer par sa petite-amie, qui a décidé d'aller voir ailleurs. Effondré, se sentant plus bas que terre, ayant perdu confiance en soi, il décide d'installer sur son téléphone la nouvelle application en vogue, Diamond, et de louer une nouvelle petite amie pour se sentir mieux. Il tombe ainsi sur une certaine Chizuru ; une jeune fille qui, à première vue, a tout pour lui plaire. Critique : Rent-a-girlfriend est une sympathique comédie sentimentale. Kazuya, étudiant, vient de se faire larguer par sa première petite amie, lui qui s’était déjà fait tout un plan pour l’avenir, subit un gros choc psychologique. Désespéré, il tombe sur un site de location de petites amies (en tout bien tout honneur) et décide d’utiliser ses services pour avoir quelqu’un à se confier. Au cours de ce rendez-vous, la situation se complique : sa grand-mère est hospitalisée, et sa petite amie de location devient pour sa famille sa vraie petite amie. N’ayant pas à cœur de les décevoir, il va s’enfoncer dans les mensonges. Si le manga a un côté comédie où le héros enchaine les quiproquos et se retrouve dans une situation intenable, il y a également une belle approche de ses sentiments, l’un des objectifs étant bien sûr l’évolution de Kazuya : avoir confiance en soi, assumer ce qu’il est et devenir adulte. Par ailleurs, il y a 2 personnages féminins forts : la petite amie louée et l’ex-petite amie, les deux sont complexes, leurs motivations pas encore éclaircies, leur caractère bien trempé. Et ce n’est pas dans ces 2 tomes que l’on va pouvoir les cerner. Le fait que l’histoire se déroule avec de jeunes adultes permet à l’auteur d’élargir sa palette de relations et de situations. Un bon début pour une série agréable à lire, qui évite pour l’instant les clichés. Pour information, la série compte déjà 19 tomes et elle n’est pas finie. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/rent-a-girlfriend-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  3. Nickad

    Rent-a-girlfriend tomes 1 et 2

    Rent-a-girlfriend est une sympathique comédie sentimentale. Kazuya, étudiant, vient de se faire larguer par sa première petite amie, lui qui s’était déjà fait tout un plan pour l’avenir, subit un gros choc psychologique. Désespéré, il tombe sur un site de location de petites amies (en tout bien tout honneur) et décide d’utiliser ses services pour avoir quelqu’un à se confier. Au cours de ce rendez-vous, la situation se complique : sa grand-mère est hospitalisée, et sa petite amie de location devient pour sa famille sa vraie petite amie. N’ayant pas à cœur de les décevoir, il va s’enfoncer dans les mensonges. Si le manga a un côté comédie où le héros enchaine les quiproquos et se retrouve dans une situation intenable, il y a également une belle approche de ses sentiments, l’un des objectifs étant bien sûr l’évolution de Kazuya : avoir confiance en soi, assumer ce qu’il est et devenir adulte. Par ailleurs, il y a 2 personnages féminins forts : la petite amie louée et l’ex-petite amie, les deux sont complexes, leurs motivations pas encore éclaircies, leur caractère bien trempé. Et ce n’est pas dans ces 2 tomes que l’on va pouvoir les cerner. Le fait que l’histoire se déroule avec de jeunes adultes permet à l’auteur d’élargir sa palette de relations et de situations. Un bon début pour une série agréable à lire, qui évite pour l’instant les clichés. Pour information, la série compte déjà 19 tomes et elle n’est pas finie.
  4. Titre de l'album : Unsung cinderella t2 Scenariste de l'album : Mamare Arai Dessinateur de l'album : Mamare Arai Coloriste : Editeur de l'album : Meian Note : Résumé de l'album : Il y a des "quotidiens" dont la pérennité ne peut être garantie que grâce aux pharmaciens. En contrôlant les médicaments pris quotidiennement par un patient externe, Midori découvre plusieurs anomalies. Elle demande des comptes au pharmacien qui a délivré ces médicaments, mais celui-ci la ramène à la dure réalité : "En pharmacie d'officine, il est impossible de poursuivre les même idéaux que les pharmaciens hospitaliers"... Critique : Suite des aventures de notre pharmacienne et un changement dans notre présentation du métier. Une fois cette présentation faite notre auteure bascule intelligemment sur une critique/présentation de la société japonaise. De par le comparaison entre les pharmaciens libéraux dont l'objectif principal est de faire de l'argent et les pharmaciens des hopitaux qui sont la pour répondre aux malades, il y a un gouffre. On enchaîne ensuite avec le dur constat que certaines personnes prefèrent ne pas prendre leur traitement à cause de son cout et est mit en avant le travail d'ordonnance des pharmaciens pour trouver les traitements les plus justes et les moins chers. Ce manga est une vraie bonne présentation de la vie dans les hopitaux japonais et est donc interessant, à defaut d'être passionnant. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/unsung-cinderella-tome-2-midori-pharmacienne-hospitaliere?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  5. poseidon2

    Unsung cinderella t2

    Suite des aventures de notre pharmacienne et un changement dans notre présentation du métier. Une fois cette présentation faite notre auteure bascule intelligemment sur une critique/présentation de la société japonaise. De par le comparaison entre les pharmaciens libéraux dont l'objectif principal est de faire de l'argent et les pharmaciens des hopitaux qui sont la pour répondre aux malades, il y a un gouffre. On enchaîne ensuite avec le dur constat que certaines personnes prefèrent ne pas prendre leur traitement à cause de son cout et est mit en avant le travail d'ordonnance des pharmaciens pour trouver les traitements les plus justes et les moins chers. Ce manga est une vraie bonne présentation de la vie dans les hopitaux japonais et est donc interessant, à defaut d'être passionnant.
  6. La dernière semaine
  7. Nickad

    Analog drop tome 1

    Titre de l'album : Analog drop tome 1 Scenariste de l'album : AIDA Natsumi Dessinateur de l'album : AIDA Natsumi Coloriste : Editeur de l'album : Akata Note : Résumé de l'album : Aku n'est pas une fille bien : très populaire sur Instagram, elle ment comme elle respire. Profitant de son succès, hypocrite, elle sort simultanément avec trois hommes différents pour profiter de chacun d'eux... sans jamais leur donner ce qu'ils espèrent en retour. Mais un jour, sa vie va basculer : après avoir été poignardée dans une rue, elle tombe, inconsciente... et se réveille dans les années 80 ! Son smartphone reste son seul lien avec le monde d'aujourd'hui. Désormais investie d'une mission étrange qu'elle doit accomplir avant que la batterie de son portable ne se vide, elle va devoir (de gré ou de force) apprendre ce qu'est l'altruisme ! Critique : Voici le dernier manga de Natsumi AIDA, l’auteur du très célèbre switch girl, ce diptyque catalogué en shojo n’est pas seulement axé sur la romance même s’il parle aussi d’amour. Aku, jeune fille hyper égocentrique, prête à tous les mensonges pour avoir le plus de followers et susciter l’envie va un jour se retrouver projetée en 1983. Loin de la modernité, d’internet, et surtout des réseaux sociaux, elle va devoir accomplir une mission pour pouvoir retourner dans son époque en 2017. Comme à son habitude, Natsumi AIDA met beaucoup d’humour dans son récit, son héroïne ou plutôt anti-héroïne vu comment elle est au premier abord antipathique, ne mâche pas ses mots, elle juge, ne fais aucun cas des autres sauf si cela peut lui apporter quelque chose et va être contrainte bon gré mal gré de corriger son comportement. Au travers de la confrontation des 2 époques, l’auteur souligne les évolutions, raconte avec tendresse et nostalgie les années qui l’ont vu grandir, analyse les stéréotypes, dénonce à sa façon la dérive des réseaux sociaux fondée en partie sur les apparences. Une comédie sympathique qui permettra aux adolescents de découvrir une facette des années 80. pour lire un extrait : Analog Drop T.1 - AKATA (akazoom.fr) Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/analog-drop-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  8. Nickad

    Analog drop tome 1

    Voici le dernier manga de Natsumi AIDA, l’auteur du très célèbre switch girl, ce diptyque catalogué en shojo n’est pas seulement axé sur la romance même s’il parle aussi d’amour. Aku, jeune fille hyper égocentrique, prête à tous les mensonges pour avoir le plus de followers et susciter l’envie va un jour se retrouver projetée en 1983. Loin de la modernité, d’internet, et surtout des réseaux sociaux, elle va devoir accomplir une mission pour pouvoir retourner dans son époque en 2017. Comme à son habitude, Natsumi AIDA met beaucoup d’humour dans son récit, son héroïne ou plutôt anti-héroïne vu comment elle est au premier abord antipathique, ne mâche pas ses mots, elle juge, ne fais aucun cas des autres sauf si cela peut lui apporter quelque chose et va être contrainte bon gré mal gré de corriger son comportement. Au travers de la confrontation des 2 époques, l’auteur souligne les évolutions, raconte avec tendresse et nostalgie les années qui l’ont vu grandir, analyse les stéréotypes, dénonce à sa façon la dérive des réseaux sociaux fondée en partie sur les apparences. Une comédie sympathique qui permettra aux adolescents de découvrir une facette des années 80. pour lire un extrait : Analog Drop T.1 - AKATA (akazoom.fr)
  9. Titre de l'album : Solo Leveling - Tome 1 Scenariste de l'album : Chugong Dessinateur de l'album : Dubu Coloriste : Dubu Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Lorsque d'étranges portails sont apparus aux quatre coins du monde, l'humanité a dû trouver une parade pour ne pas finir massacrée entre les griffes des monstres qu'ils ont apportés avec eux. Dans le même temps, certaines personnes ont développé des capacités permettant de chasser. Ces combattants intrépides n'hésitent pas à foncer au coeur des donjons pour combattre les créatures qu'ils abritent. Critique : Etrange histoire que celle du webcomics Solo Leveling, initialement parut sous forme de livre, il a ensuite été adapté avec succès en série webcomics. C'est ce webcomics que l'on pourra découvrir grâce au nouveau label Delcourt : Verytoon que nous avons déjà présenté sur 1001bd. Ici il s'agit donc de la parution papier de ce manga coréen à succès. Il faut le dire d'emblée, je ne suis plus du tout lecteur de manga depuis dix ans, mes références datent un peu, et je ne me suis pas senti emballé particulièrement par le topo initial de cette série. Comme une grosse grosse impression de déjà vu. Et contre toute attente j'ai plutôt passé un bon moment de lecture. Les dessins sont de qualités, les mises en scènes claires, les personnages bien amenés et si l'histoire ne brille pas non plus par son originalité, le tout fonctionne plutôt bien et donnera aux amateurs une nouvelle série papier à suivre et à découvrir. Bon par contre clairement c'est du shonen action fantasy pur jus hein, vous êtes prévenus. Pour ceux qui souhaitent s'en faire une idée plus précise, cela se passe ici : https://www.verytoon.com/serie/solo-leveling/episode/2644 Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/solo-leveling-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  10. The_PoP

    Solo Leveling - Tome 1

    Etrange histoire que celle du webcomics Solo Leveling, initialement parut sous forme de livre, il a ensuite été adapté avec succès en série webcomics. C'est ce webcomics que l'on pourra découvrir grâce au nouveau label Delcourt : Verytoon que nous avons déjà présenté sur 1001bd. Ici il s'agit donc de la parution papier de ce manga coréen à succès. Il faut le dire d'emblée, je ne suis plus du tout lecteur de manga depuis dix ans, mes références datent un peu, et je ne me suis pas senti emballé particulièrement par le topo initial de cette série. Comme une grosse grosse impression de déjà vu. Et contre toute attente j'ai plutôt passé un bon moment de lecture. Les dessins sont de qualités, les mises en scènes claires, les personnages bien amenés et si l'histoire ne brille pas non plus par son originalité, le tout fonctionne plutôt bien et donnera aux amateurs une nouvelle série papier à suivre et à découvrir. Bon par contre clairement c'est du shonen action fantasy pur jus hein, vous êtes prévenus. Pour ceux qui souhaitent s'en faire une idée plus précise, cela se passe ici : https://www.verytoon.com/serie/solo-leveling/episode/2644
  11. Titre de l'album : Mission: Yozakura family t1 Scenariste de l'album : Hitsuji Gondaira Dessinateur de l'album : Hitsuji Gondaira Coloriste : Editeur de l'album : Kana Note : Résumé de l'album : Taiyô Asano, lycéen excessivement timide, a perdu sa famille dans un tragique accident. La seule personne avec qui il arrive à parler normalement est son amie d'enfance : Mutsumi Yozakura. Taiyô découvre le secret de la famille Yozakura : elle est issue d'une longue lignée d'espions ? Bien que Mutsumi ne possède aucun talent particulier pour l'espionnage, elle est pourtant la seule en mesure de donner naissance à une descendance dotée de compétences exceptionnelles. Ses frères et soeurs sont donc prêts à tout pour la protéger ! Et notamment Kyôichirô, le grand frère de Mutsumi, surprotecteur et psychopathe, qui est bien décidé à liquider Taiyô qu'il juge trop proche de sa soeur ! LA seule solution pour que Taiyô sauve sa peau et reste auprès de Mutsumi est qu'il passe à son doigt l'Anneau des Cerisiers qui le mariera à Mutsumi. Il intègre ainsi la famille d'espions la plus déjantée et féroce qui soit pour le pire et pour le pire ? Mais parviendra-t-il à survivre à ce quotidien plein de dangers, à devenir, à son tour, un espion de haut vol, capable d'affronter de multiples adversaires et ainsi préserver ceux qui lui sont chers !? Critique : Une des nouvelles séries phare de Shonen Jump débarque en France : Mission: Yozakura family. Dans la lignée de Spy Family, elle nous montre une famille d’espions super balaises. Les meilleurs du monde. Mais cette fois ci cette famille se voit ajouter, de force, un nouveau membre sans aucun pouvoir spécial. Nouveau membre qui fait ça pour les beaux yeux de sa copine d'enfance. Ce premier tome est un vrai bon début de shonen. On y retrouve l'habituel présentation des personnages mais surtout une présentation dynamique avec pour bonne surprise un apprentissage qui se passe très rapidement pour Taiyô. Cela permet, en plus de bien accrocher le lecteur, de nous permettre d'envisager une histoire de bien plus grande envergure que l'intégration de Taiyô dans la famille. Forte de déjà 7 tomes au japon, c'est plutôt une excellente nouvelle qui pèse dans la balance. Je pense qu'on tient là l'un des succès de l'année en termes de lancement de série pour Kana. Surtout qu'ils font les choses bien avec un concours de décorticage d'énigme dispatchés sur les 5 premiers tomes et offrant normalement de très beau cadeau une fois le concours terminé. Alors à vos indices et que les meilleur espion gagne ! Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/mission-yozakura-family-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  12. poseidon2

    Mission: Yozakura family t1

    Une des nouvelles séries phare de Shonen Jump débarque en France : Mission: Yozakura family. Dans la lignée de Spy Family, elle nous montre une famille d’espions super balaises. Les meilleurs du monde. Mais cette fois ci cette famille se voit ajouter, de force, un nouveau membre sans aucun pouvoir spécial. Nouveau membre qui fait ça pour les beaux yeux de sa copine d'enfance. Ce premier tome est un vrai bon début de shonen. On y retrouve l'habituel présentation des personnages mais surtout une présentation dynamique avec pour bonne surprise un apprentissage qui se passe très rapidement pour Taiyô. Cela permet, en plus de bien accrocher le lecteur, de nous permettre d'envisager une histoire de bien plus grande envergure que l'intégration de Taiyô dans la famille. Forte de déjà 7 tomes au japon, c'est plutôt une excellente nouvelle qui pèse dans la balance. Je pense qu'on tient là l'un des succès de l'année en termes de lancement de série pour Kana. Surtout qu'ils font les choses bien avec un concours de décorticage d'énigme dispatchés sur les 5 premiers tomes et offrant normalement de très beau cadeau une fois le concours terminé. Alors à vos indices et que les meilleur espion gagne !
  13. Nickad

    Alma tome 1

    Titre de l'album : Alma tome 1 Scenariste de l'album : MITO Shinji Dessinateur de l'album : MITO Shinji Coloriste : Editeur de l'album : Panini Note : Résumé de l'album : Dans un monde en ruine d'où l'humanité semble avoir été éradiquée, Ray cherche désespérément d'autres survivants sous le regard inquiet de son amie Trice. Lorsqu'un attaquant venu du ciel tente de tuer Ray, Trice s'interpose et révèle au grand jour un secret caché depuis quinze ans... Commence alors pour le jeune homme un long voyage, guidé par les paroles de son amie. Critique : Alma est un bon et beau manga post-apocalyptique. Il commence avec Ray, un garçon perdu au milieu des ruines d’une ville moderne. Les décors sont magnifiques, les bâtiments effondrés, les voitures à l’abandon, les vitres cassées… tout nous permet de nous plonger dans l’ambiance de fin du monde. L’auteur a pris soin des détails et propose des points de vue sous plusieurs angles qui donnent un vrai relief au dessin. Ray recherche chaque jour d’autres humains, tout en cartographiant la zone. Tout comme lui, on apprend au fur et à mesure le contexte, on découvre que ce monde était technologiquement très avancé (son animal de compagnie est en partie mécanisé), on sent qu’il y a eu un conflit avec les robots, un peu comme dans le film A.I. (il y a d’ailleurs certains points communs) Le personnage de Ray, tout en rondeur, symbolise l’espoir, un regard nouveau sur la situation, son innocence permet à l’auteur d’apporter de la douceur, une certaine forme de poésie et surtout d’entamer une réflexion sur l’humanité. Ce 1er tome n’est que le début du voyage, on sent qu’il y a des secrets à découvrir et on a envie d’y aller. Un très bon début pour un récit fini en 4 tomes. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/alma-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  14. Nickad

    Alma tome 1

    Alma est un bon et beau manga post-apocalyptique. Il commence avec Ray, un garçon perdu au milieu des ruines d’une ville moderne. Les décors sont magnifiques, les bâtiments effondrés, les voitures à l’abandon, les vitres cassées… tout nous permet de nous plonger dans l’ambiance de fin du monde. L’auteur a pris soin des détails et propose des points de vue sous plusieurs angles qui donnent un vrai relief au dessin. Ray recherche chaque jour d’autres humains, tout en cartographiant la zone. Tout comme lui, on apprend au fur et à mesure le contexte, on découvre que ce monde était technologiquement très avancé (son animal de compagnie est en partie mécanisé), on sent qu’il y a eu un conflit avec les robots, un peu comme dans le film A.I. (il y a d’ailleurs certains points communs) Le personnage de Ray, tout en rondeur, symbolise l’espoir, un regard nouveau sur la situation, son innocence permet à l’auteur d’apporter de la douceur, une certaine forme de poésie et surtout d’entamer une réflexion sur l’humanité. Ce 1er tome n’est que le début du voyage, on sent qu’il y a des secrets à découvrir et on a envie d’y aller. Un très bon début pour un récit fini en 4 tomes.
  15. poseidon2

    Mushoku tensei T13

    Titre de l'album : Mushoku tensei T13 Scenariste de l'album : Magonote Dessinateur de l'album : Fujikawa Coloriste : Editeur de l'album : Doki-Doki Note : Résumé de l'album : Rudeus s'est inscrit à l'académie de magie pour poursuivre son enquête sur le cataclysme qui a frappé Fittoa. Il demande de l'aide à Fitz pour punir les deux filles qui avaient réduit en morceaux sa figurine de Roxy, et cette expérience les rapproche. Rudeus apprécie de plus en plus les instants passés à enquêter sur le cataclysme en compagnie de son camarade, instants qui sont pour lui les plus apaisants de ses journées. Alors que sa vie scolaire se poursuit sans encombre, il vient un jour en aide à Cliff Grimore, élève honoraire comme lui. Ce dernier lui ouvre son coeur et lui fait une révélation inattendue... Critique : Bon vous allez croire que je deviens excessif (et c'est peut-être le cas) mais encore une fois on a, avec ce tome 13, l'exemple d'un manga qui dérive quitte à prendre l'eau. On avait une super série avec 10 premiers tomes qui resteront dans les 10 tomes des plus cohérents dans le genre "tensei" qu'il m'ait été donné de lire. Mais depuis ca par en n'importe quoi comme dirait mon fils. Et celui-ci atteint un niveau assez fou. Le sujet principal de ce tome 13 est en effet les problèmes d'érection de notre héros. Oui oui. La magie ? Non. Sa famille ? Non plus. Sa défaite cuisante face à un demi-dieu ? Non non. A-t-il encore les visites de celui qui l’a fait se réincarner ? ON ne sait même plus de qui il s’agit Juste sa recherche de sa muse dans l'espoir qu'elle le guérisse de ses problèmes d'érections. Outre le fait que ce soit complètement inintéressant, cela me pose un problème vis à vis du lectorat. En effet cette série était la série favoris de ma fille (12 ans et demi) et de mon fils (10 ans) parce qu'il n'y avait pas trop de trucs sexy (ok des petites culottes mais ça reste un manga) mais de l'aventure, de l'amitié et des combats magiques. Parfaitement pour leurs âges. Alors que la depuis 3 tomes on est tombés dans des problèmes d'impuissances et de provocations sexuelles qui ne le sont plus. Comment faire quand on est parents? Il faut leur dire : non mais en fait votre série favorite a changée de lectorat ? Ce n'est plus pour vous ? Ou alors laisser faire quitte à laisser lire des histoires de mecs aux problèmes d'érections entouré de fille a un garçon de 10 ans ? Donc oui je suis déçu et le petit passage sur Eris (Qui elle reste un poil concentré sur l'histoire) ne suffira pas à me rassurer sur le devenir de la série. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/mushoku-tensei-tome-13?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  16. poseidon2

    Mushoku tensei T13

    Bon vous allez croire que je deviens excessif (et c'est peut-être le cas) mais encore une fois on a, avec ce tome 13, l'exemple d'un manga qui dérive quitte à prendre l'eau. On avait une super série avec 10 premiers tomes qui resteront dans les 10 tomes des plus cohérents dans le genre "tensei" qu'il m'ait été donné de lire. Mais depuis ca par en n'importe quoi comme dirait mon fils. Et celui-ci atteint un niveau assez fou. Le sujet principal de ce tome 13 est en effet les problèmes d'érection de notre héros. Oui oui. La magie ? Non. Sa famille ? Non plus. Sa défaite cuisante face à un demi-dieu ? Non non. A-t-il encore les visites de celui qui l’a fait se réincarner ? ON ne sait même plus de qui il s’agit Juste sa recherche de sa muse dans l'espoir qu'elle le guérisse de ses problèmes d'érections. Outre le fait que ce soit complètement inintéressant, cela me pose un problème vis à vis du lectorat. En effet cette série était la série favoris de ma fille (12 ans et demi) et de mon fils (10 ans) parce qu'il n'y avait pas trop de trucs sexy (ok des petites culottes mais ça reste un manga) mais de l'aventure, de l'amitié et des combats magiques. Parfaitement pour leurs âges. Alors que la depuis 3 tomes on est tombés dans des problèmes d'impuissances et de provocations sexuelles qui ne le sont plus. Comment faire quand on est parents? Il faut leur dire : non mais en fait votre série favorite a changée de lectorat ? Ce n'est plus pour vous ? Ou alors laisser faire quitte à laisser lire des histoires de mecs aux problèmes d'érections entouré de fille a un garçon de 10 ans ? Donc oui je suis déçu et le petit passage sur Eris (Qui elle reste un poil concentré sur l'histoire) ne suffira pas à me rassurer sur le devenir de la série.
  17. Nickad

    Mashle tomes 1 et 2

    Titre de l'album : Mashle tomes 1 et 2 Scenariste de l'album : KOMOTO Hajime Dessinateur de l'album : KOMOTO Hajime Coloriste : Editeur de l'album : Kaze Note : Résumé de l'album : Dans une société où la magie fait partie intégrante et définit jusqu'au rang social, les personnes sans pouvoir n'ont pas leur place. C'est le cas de notre héros ! Élevé en cachette par son père adoptif, Mash aurait dû être tué à la naissance. Docile et un peu naïf, le jeune garçon a vécu tout en cachant son secret... Mais un jour, il finit par être découvert ! Sa survie dépend désormais de sa capacité à décrocher le titre d'«Élu Divin» la distinction la plus convoitée au sein de l'Académie Easton... Critique : J’appréhendais un peu la lecture de ce manga, en pensant qu’on allait tomber dans le genre baston, baston et encore baston. Ce fut donc une bonne surprise ! Certes, on est dans un pur shonen avec la progression du héros jusqu’à son objectif tout en se faisant un cercle d’amis et en obtenant de la reconnaissance, mais pas que. Mashle est bourré d’humour, le héros a des réactions totalement inattendues, d’abord parce qu’il doit compenser son absence de magie par ses muscles mais aussi parce qu’il est totalement insouciant, avec une intelligence limitée et peu de connaissances. Ses réactions souvent inappropriées surprennent le lecteur. Même si la trame générale du manga se dessine assez clairement, ces petits chapitres sont plaisants et amusants. Et je vous rassure, il reste de la baston !! Impossible de ne pas voir l’influence d’Harry Potter dans l’univers de Mashle, l’auteur ne se prive pas de reprendre certaines scènes et de les revisiter. Entre chaque chapitre, il raconte son parcours et répond à des questions sur le manga et ses personnages. Mashle est donc un manga très sympathique, distrayant, qui ne manquera pas de vous faire sourire. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/mashle-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  18. Nickad

    Mashle tomes 1 et 2

    J’appréhendais un peu la lecture de ce manga, en pensant qu’on allait tomber dans le genre baston, baston et encore baston. Ce fut donc une bonne surprise ! Certes, on est dans un pur shonen avec la progression du héros jusqu’à son objectif tout en se faisant un cercle d’amis et en obtenant de la reconnaissance, mais pas que. Mashle est bourré d’humour, le héros a des réactions totalement inattendues, d’abord parce qu’il doit compenser son absence de magie par ses muscles mais aussi parce qu’il est totalement insouciant, avec une intelligence limitée et peu de connaissances. Ses réactions souvent inappropriées surprennent le lecteur. Même si la trame générale du manga se dessine assez clairement, ces petits chapitres sont plaisants et amusants. Et je vous rassure, il reste de la baston !! Impossible de ne pas voir l’influence d’Harry Potter dans l’univers de Mashle, l’auteur ne se prive pas de reprendre certaines scènes et de les revisiter. Entre chaque chapitre, il raconte son parcours et répond à des questions sur le manga et ses personnages. Mashle est donc un manga très sympathique, distrayant, qui ne manquera pas de vous faire sourire.
  19. Titre de l'album : Baltzar - la guerre dans le sang tomes 8 et 9 Scenariste de l'album : Nakajima Michitsune Dessinateur de l'album : Nakajima Michitsune Coloriste : Editeur de l'album : Meian Note : Résumé de l'album : Depuis le ballon d'observation, Baltzar guide les cadets de l'artillerie pour qu'ils effectuent des tirs de précision sur l'artillerie ennemie. Parvenu à la mettre en déroute, il atterrit dans l'école où il est accueilli en sauveur par ses élèves. Au lieu d'évacuer aussitôt le prince August comme il était prévu, Baltzar est décidé à mener d'abord cette bataille pour défendre l'école assiégée. Critique : L’école est assiégée, les cadets font ce qu’ils peuvent pour tenir bon mais ils manquent d’informations sur l’équipement et la position de leurs ennemis. Pendant ce temps, Baltzar se retrouve coincé entre les ambitions de l’armée et celle du roi, en jouant sur les 2 tableaux, il arrive à monter un plan pour rejoindre ses élèves et essayer de les sauver. Deux tomes en plein dans la tourmente, pas de minute à perdre, il faut prendre des décisions, établir une stratégie et improviser de nouvelles techniques avec les moyens du bord. Passionnants du début à la fin, sans temps mort, on a ici un scénario bien ficelé avec des illustrations réalistes et détaillées. On a qu’une hâte : lire la suite et connaître le déroulement de ce conflit. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/baltzar-tome-9-la-guerre-dans-le-sang?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  20. L’école est assiégée, les cadets font ce qu’ils peuvent pour tenir bon mais ils manquent d’informations sur l’équipement et la position de leurs ennemis. Pendant ce temps, Baltzar se retrouve coincé entre les ambitions de l’armée et celle du roi, en jouant sur les 2 tableaux, il arrive à monter un plan pour rejoindre ses élèves et essayer de les sauver. Deux tomes en plein dans la tourmente, pas de minute à perdre, il faut prendre des décisions, établir une stratégie et improviser de nouvelles techniques avec les moyens du bord. Passionnants du début à la fin, sans temps mort, on a ici un scénario bien ficelé avec des illustrations réalistes et détaillées. On a qu’une hâte : lire la suite et connaître le déroulement de ce conflit.
  21. Avant
  22. Titre de l'album : Arrête de me chauffer, Nagatoro tome 1 Scenariste de l'album : NANASHI Dessinateur de l'album : NANASHI Coloriste : Editeur de l'album : Noeve Grafx Note : Résumé de l'album : Nagatoro est en seconde. Pleine d'assurance, joueuse, moqueuse, elle se découvre un jour un passe-temps favori : martyriser son «Senpai», lycéen de première timide et mal dans sa peau. Nagatoro taquine, agace, aguiche, va parfois trop loin... mais qu'a-t-elle vraiment derrière la tête ? Et si derrière ses moqueries elle cachait une véritable affection ? Et si finalement, ses farces permettaient à Senpai de s'affirmer ? Critique : Arrête de me chauffer, Nagatoro est une comédie romantique, d’un côté il y a Nagotoro, jeune fille de seconde, sûre d’elle, enjouée, qui ne se laisse pas faire et qui ne mâche pas ses mots, de l’autre le senpai, garçon en classe de première, qui dessine des mangas, seul membre du club d’art plastique, solitaire, timide et qui n’a aucune expérience avec les filles. Le manga est une succession de scénettes, qui va opposer ces deux personnages, Nagatoro taquinant son senpai, notamment autour des relations filles-garçons, elle utilise sa sensualité et provoque des situations ambiguës sans jamais aller au bout. Si en première lecture, il y a un côté bon enfant, une ambiance rafraichissante, au 2eme niveau, on se rend compte que l’attitude de Nagatoro envers son senpai est très violente : elle lui fait espérer des événements pour qu’au final elle le traite de « repoussant » et va jusqu’à le faire pleurer. Le « qui aime bien châtie bien » est vraiment le maître mot de ce premier volume. Au fur et à mesure des chapitres, on commence à entrevoir que Nagatoro ne serait pas qu’une peste mais qu’il y aurait peut-être dans son comportement des intentions plus louables. Côté graphisme, le dessin est bien réalisé, les expressions des deux protagonistes sont parfaites. Le manga en est à son 8eme volume et va être adapté en anime, de quoi penser que les volumes suivants amèneront une évolution à l’histoire et que le scénario est plus complexe que cette mise en bouche. A suivre donc. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/miss-nagatoro-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  23. Arrête de me chauffer, Nagatoro est une comédie romantique, d’un côté il y a Nagotoro, jeune fille de seconde, sûre d’elle, enjouée, qui ne se laisse pas faire et qui ne mâche pas ses mots, de l’autre le senpai, garçon en classe de première, qui dessine des mangas, seul membre du club d’art plastique, solitaire, timide et qui n’a aucune expérience avec les filles. Le manga est une succession de scénettes, qui va opposer ces deux personnages, Nagatoro taquinant son senpai, notamment autour des relations filles-garçons, elle utilise sa sensualité et provoque des situations ambiguës sans jamais aller au bout. Si en première lecture, il y a un côté bon enfant, une ambiance rafraichissante, au 2eme niveau, on se rend compte que l’attitude de Nagatoro envers son senpai est très violente : elle lui fait espérer des événements pour qu’au final elle le traite de « repoussant » et va jusqu’à le faire pleurer. Le « qui aime bien châtie bien » est vraiment le maître mot de ce premier volume. Au fur et à mesure des chapitres, on commence à entrevoir que Nagatoro ne serait pas qu’une peste mais qu’il y aurait peut-être dans son comportement des intentions plus louables. Côté graphisme, le dessin est bien réalisé, les expressions des deux protagonistes sont parfaites. Le manga en est à son 8eme volume et va être adapté en anime, de quoi penser que les volumes suivants amèneront une évolution à l’histoire et que le scénario est plus complexe que cette mise en bouche. A suivre donc.
  24. poseidon2

    Gannibal T4

    Titre de l'album : Gannibal T4 Scenariste de l'album : Ninomiya Masaki Dessinateur de l'album : Ninomiya Masaki Coloriste : Editeur de l'album : Meian Note : Résumé de l'album : Partons tous les trois de ce village. L'antagonisme entre les villageois et Daigo s'aggrave à mesure que les jours passent. En enquêtant sur le cannibalisme du village, il sera plongé au sein d'un conflit duquel il tirera une conclusion. Il ne s'agit cependant pas de fuir le village, mais bien d'affronter directement le clan Gotô. Critique : Mhhh le retour de mon thirller favoris. un des seul que j'apprécie vraiment. Mais je me demande si je ne vais pas changer d'avis et m'y interesser plus, tellement cette série continue de me passionner. Et ce tome 4 autant que les 3 premiers. Peut être encore plus par les promesses qu'il laisse entrevoir. En effet ce tome est un peu un tome de transition avec la décision tant attendu de Daigo d'envoyer sa famille loin de cette folie. Et de passer à l'étape suivante ! Le niveau de tension monte encore d'un cran entre Daigo et les Gôto et c'est pour notre plus grand plaisir. J'avoue avoir un peu de mal à voir comment cette série durera sur plus de 7 tomes(7 tomes en cours au japon) mais pour l'instant c'est mené de main de maitre avec une juste répartition des roles et un Daîgo qui décide de prendre les devants. Porté par un trait toujours aussi sublime et sombre comme il se doit, ce tome 4 continue un superbe thriller qui ne baisse pas de régime pour l'instant. Vivement le 5 ! Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/gannibal-tome-4?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  25. poseidon2

    Gannibal T4

    Mhhh le retour de mon thirller favoris. un des seul que j'apprécie vraiment. Mais je me demande si je ne vais pas changer d'avis et m'y interesser plus, tellement cette série continue de me passionner. Et ce tome 4 autant que les 3 premiers. Peut être encore plus par les promesses qu'il laisse entrevoir. En effet ce tome est un peu un tome de transition avec la décision tant attendu de Daigo d'envoyer sa famille loin de cette folie. Et de passer à l'étape suivante ! Le niveau de tension monte encore d'un cran entre Daigo et les Gôto et c'est pour notre plus grand plaisir. J'avoue avoir un peu de mal à voir comment cette série durera sur plus de 7 tomes(7 tomes en cours au japon) mais pour l'instant c'est mené de main de maitre avec une juste répartition des roles et un Daîgo qui décide de prendre les devants. Porté par un trait toujours aussi sublime et sombre comme il se doit, ce tome 4 continue un superbe thriller qui ne baisse pas de régime pour l'instant. Vivement le 5 !
  26. Titre de l'album : Les tisserands de la vérité tome 1 Scenariste de l'album : SATÔ Sakura Dessinateur de l'album : INUZUKA Hiro Coloriste : Editeur de l'album : Komikku Note : Résumé de l'album : Au pays de Lavarta, il ne fait pas bon être sorcier. Ces derniers sont au plus bas de l'échelle sociale. C'est dans ce contexte que Leon, un sorcier aux faibles pouvoirs et professeur de magie, se voit confier un jeune garçon par la «forteresse de fer». Zechs, de son prénom, possède en effet d'extraordinaires pouvoirs, mais se refuse à étudier pour une raison inconnue... Leon pourra-t-il raisonner son nouvel élève réticent ? Critique : Ce premier tome de la série est clairement une introduction, l’auteur prend le temps de définir son univers : un pays où certains naissent avec des pouvoirs magiques difficiles à maitriser sans étudier, des habitants hyper méfiants, voire même intolérants et détestables envers les sorciers, un contexte historique sur fond de guerre. Les deux personnages principaux sont deux sorciers, Léon maitrise ses pouvoirs mais ceux-ci sont trop faibles pour être jugés utiles par la société, il ne peut se cantonner qu’au rôle de professeur. Zechs, adolescent orphelin suite à une guerre semble avoir de grandes compétences mais ne sait pas les utiliser ni les contrôler et se retrouve considéré comme personne dangereuse voire à éliminer s’il ne peut pas être éduqué. Le graphisme est bien travaillé, avec détails et surtout les expressions des personnages sont superbes, on ressent bien le dégoût des habitants vis-à-vis des sorciers, la colère et le désespoir de ces derniers. Sur fond de contexte fantastique, il s’agit ni plus ni moins d’une lutte de société : dénoncer l’intolérance vis-à-vis d’une minorité, leur persécution, et montrer le combat qu’ils vont mener pour faire changer les choses tout en apprenant à se faire confiance. Une histoire bien menée, une lecture fluide où on ne voit pas le temps passer, un très bon début. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/les-tisserands-de-la-verite-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  27. Nickad

    Les tisserands de la vérité tome 1

    Ce premier tome de la série est clairement une introduction, l’auteur prend le temps de définir son univers : un pays où certains naissent avec des pouvoirs magiques difficiles à maitriser sans étudier, des habitants hyper méfiants, voire même intolérants et détestables envers les sorciers, un contexte historique sur fond de guerre. Les deux personnages principaux sont deux sorciers, Léon maitrise ses pouvoirs mais ceux-ci sont trop faibles pour être jugés utiles par la société, il ne peut se cantonner qu’au rôle de professeur. Zechs, adolescent orphelin suite à une guerre semble avoir de grandes compétences mais ne sait pas les utiliser ni les contrôler et se retrouve considéré comme personne dangereuse voire à éliminer s’il ne peut pas être éduqué. Le graphisme est bien travaillé, avec détails et surtout les expressions des personnages sont superbes, on ressent bien le dégoût des habitants vis-à-vis des sorciers, la colère et le désespoir de ces derniers. Sur fond de contexte fantastique, il s’agit ni plus ni moins d’une lutte de société : dénoncer l’intolérance vis-à-vis d’une minorité, leur persécution, et montrer le combat qu’ils vont mener pour faire changer les choses tout en apprenant à se faire confiance. Une histoire bien menée, une lecture fluide où on ne voit pas le temps passer, un très bon début.
  28. Titre de l'album : Looking up to magical girls tome 1 Scenariste de l'album : ONONAKA Akihiro Dessinateur de l'album : ONONAKA Akihiro Coloriste : Editeur de l'album : Meian Note : Résumé de l'album : Je fais des choses tellement horribles à mes Magical Girls préférées ! Moi, c'est Utena Hiiragi, et comme toutes les filles de mon âge, j'adore les magical girls ! Un jour, une étrange créature aux allures de mascotte m'a lancé un sort, et je suis devenue capable de me transformer, moi aussi ! Je vais pouvoir me battre aux côtés de mes héroïnes préférées ! Enfin, c'est ce que je croyais... C'est quoi, cette tenue scandaleuse ? Et comment ça, je suis au service du Mal ?! Mais qu'est-ce que c'est que cette histoire ?! La comédie BDSM dans laquelle s'affrontent des Magical Girls !! Critique : Comment aborder la critique de ce manga… Je ne peux pas dire que je l’ai détesté mais je ne peux pas dire que je l’ai aimé non plus, disons que je ne l’ai pas trouvé désagréable. Le problème c’est ce qui vient à la fin, après la lecture. Car voilà, la seule chose qui reste c’est « and so what ? », car ce manga ne défend aucun thème important, il ne donne pas de leçon, il ne touche pas la corde sensible, et le développement de l’histoire semble assez limité. Pour faire court, ici le personnage principal est une jeune fille fan de magical girls qui va devenir contre son gré une méchante et se découvrir des penchants BDSM. Les seuls développement possibles (pour le moment) sont les techniques qu’elle va utiliser, l’acceptation de son côté sado et peut-être le fait qu’une des magical girls va se découvrir un penchant maso. Assez limité donc. Alors oui, on sort du cadre « normal » des magical girls qui pour ceux qui ne sont pas adeptes, sont les super héroïnes des petites filles, très girly, avec pleins d’accessoires choupinous et des baguettes magiques : un univers rose et sucré pourrait-on dire. Il est possible que l’auteur est choisi cette dérive car il ne les aimait pas ou alors, il les aime tellement qu’il fantasme à fond, l’amour vache en quelque sorte ! Finalement, on obtient une revisite un peu perverse mais pas trop car les scènes coquines ne sont pas trop voyeuristes, légèrement comique, et pas hyper travaillé graphiquement (il y a de grandes cases sans arrière plan). Un manga qui se lit vite, qui peut être distrayant mais qui ne mène pas loin pour le moment, j’attends d’être surprise par l’auteur, on se sait jamais ! Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/looking-up-to-magical-girls-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  1. Charger plus d’activité
  • Chatbox

    You don't have permission to chat.
    Load More
  • Un best of BD au hasard

  • Dernières Critiques

    • Le corps est un vêtement que l'on quitte
      Note :
      Avant tout sachez que je ne suis pas une spécialiste de Liberge, n’en déplaise à certains car je sais qu’il est très apprécié sur ce site. J’ai hésité à faire cette critique car j’ai vu que les avis étaient très positifs un peu partout. Je vous rassure, je ne vais pas la descendre, loin de là ! mais j’aimerai y apporter quelques nuances.

      Graphiquement parlant, c’est très beau, des dessins très travaillés et détaillés, des rendus colores recherchés notamment pour souligner le rendu mystique et un changement radical dans la dernière partie pour aborder l’épilogue de l’histoire. Le seul détail qui m’a dérangé c’est la représentation du personnage principal car même s’il a une carrure carrée (c’est un rugbyman), il fait nettement plus que son âge, à 19 ans on croirait qu’il en a 35 !! Bien sûr ce n’est qu’un détail car cela ne change rien au sujet de l’histoire.

      Concernant le sujet, on entre ici dans des considérations mystiques : l’expérience de la mort et de son retour. On sent que Liberge a bien étudié le sujet, il s’est appuyé sur des témoignages, sur des œuvres dont celle de Jérôme Bosch et sa série de tableaux du voyage vers l’au-delà. Que l’on y croit ou pas n’est pas important, ici, on nous dit qu’il existe des événements qui dépassent l’entendement, que la mort n’est pas une fin.

      Je regrette que la partie « secret de famille » ne soit pas plus approfondie, je pensais d’après le résumé que cela allait avoir une part importante mais c’est surtout autour des EMI (expérience de mort imminente) que l’histoire s’articule : quelles sont les conséquences directes et comment cela va influencer la vie du personnage principal.

      Si le sujet vous intéresse, vous aimerez surement cette bd, après, je la conseillerai plus pour un public adulte, du fait de toute la partie ésotérique. Et concernant son potentiel de relecture, je m’interroge, ce n’est pas le genre d’ouvrage que l’on relit régulièrement.
        • Like
      • 0 réponse
    • Rainbow girls t1 : Sauvons Lulu !
      Note :
      Attention les super héroïnes made in France débarquent !! Enfin made in France pour enfant. 

      Rainbow girls c'est une espèce de Pyjamasque pour les plus grands mais pas vraiment plus grands. Ce premier tome nous présente nos héroïnes et nous montre  comment elles deviennent Rainbow Girls. L'originalité de ce tome est de faire en sorte que notre bande de 3 soit en fait une bande de 2+1. En effet l'une des filles n'est pas vraiment l'amies des deux autres, au début tout du moins.

      Que ce soit l'aventure ou l'apparition des pouvoirs, tout est bien calibré et marche plutôt pas mal. Pourquoi une note moyenne me direz-vous donc ? Et bien parce que ce comic à la française s'adresse avant tout a de très jeune lecteur. En effet ma fille de 12 n'a même pas regardé l'album. Mais fille de 6 oui. Son graphisme très enfantin cible particulièrement un public très jeune. Alors pourquoi complexifier l'histoire en mettant nos héroïnes au lycée et non pas en primaire ou au collège ?

      C'est un peu dommage car les petites filles qui commencent à lire qui sont la cible de l'album ne s'identifie pas à ces "grands". Et donc cela ne fait que perdre un peu le lectorat cible.....

      Dommage ca sinon ca aurait été la lecture parfaite pour les petites filles.
      • 0 réponse
    • Impact
      Note :
      Deux destinés vont se croiser pour se briser dans un polar rondement mené par l'écriture de Gilles Rochier. On suit d'un côté un ouvrier modèle avec de nombreuses médailles pour son travail et de l'autre un jeune paumé ne vivant que dans la violence. Les dialogues sont bien pensés d'ailleurs au moment des transitions d'un personnage à l'autre, c'est l'ouvrier qui répond au jeune alors qu'ils parlent à d'autres personnes et inversement. Le récit est bien ancré dans notre société actuelle, l'auteur ajoute une partie psychologique pour mieux comprendre le personnage du jeune. On est bien dans un polar au sens propre du terme mais les personnages ne sont pas des tueurs ou des victimes. Ils sont seulement présents au mauvais moment dans une situation qui dégénère. A la lecture, on devine vite le rapprochement des deux personnages et même du troisième mais l'on souhaite connaitre la finalité. Les dessins de Deloupy sont sobres mais reflète bien notre époque. 
      Impact est un polar bien ficelé qui devrait trouver son public entre amateur de polar et amateur de drame social.
      • 0 réponse

    • Rent-a-girlfriend tomes 1 et 2
      Note :
      Rent-a-girlfriend est une sympathique comédie sentimentale. Kazuya, étudiant, vient de se faire larguer par sa première petite amie, lui qui s’était déjà fait tout un plan pour l’avenir, subit un gros choc psychologique. Désespéré, il tombe sur un site de location de petites amies (en tout bien tout honneur) et décide d’utiliser ses services pour avoir quelqu’un à se confier. Au cours de ce rendez-vous, la situation se complique : sa grand-mère est hospitalisée, et sa petite amie de location devient pour sa famille sa vraie petite amie. N’ayant pas à cœur de les décevoir, il va s’enfoncer dans les mensonges.

      Si le manga a un côté comédie où le héros enchaine les quiproquos et se retrouve dans une situation intenable, il y a également une belle approche de ses sentiments, l’un des objectifs étant bien sûr l’évolution de Kazuya : avoir confiance en soi, assumer ce qu’il est et devenir adulte.

      Par ailleurs, il y a 2 personnages féminins forts : la petite amie louée et l’ex-petite amie, les deux sont complexes, leurs motivations pas encore éclaircies, leur caractère bien trempé. Et ce n’est pas dans ces 2 tomes que l’on va pouvoir les cerner. Le fait que l’histoire se déroule avec de jeunes adultes permet à l’auteur d’élargir sa palette de relations et de situations.

      Un bon début pour une série agréable à lire, qui évite pour l’instant les clichés. Pour information, la série compte déjà 19 tomes et elle n’est pas finie.
      • 0 réponse
    • DCeased hope at world's end
      Note :
      Il y a quelques années de cela, quand nous étions ensevelis sous une montagne de parutions de Zombies diverses et variées, je n'aurais jamais pensé  commencer une critique par une remarque de ce genre : Je pense que DCeased, avec ces zombies et sa fin du monde, est peut etre le comics le plus abouti et le plus agréable pour le grand public  chez DC en ce moment.

      Oui oui. Je vous sens venir avec des remarques du genre : facile le zombie c'est porteur et tout et tout. Mais en fait non. Enfin si ca l'est toujours. Mais non nos auteurs ne tombent pas dans la facilité. Aussi étrange que cela puissse paraitre, le récit est clair depuis le début mais surtout, et c'est ce que l'on voit dans ce tome ci particulièrement, il est traité de facon intelligente. 

      Ce tome ci est un tome qui se passe avant la fin du tome principale et nous raconte, apres nous avoir raconté le point de vue des méchants dans le précédent (excellent d'ailleurs), comment les gentils tentent, eux, de s'organiser. Ce qui est vraiment sympa ici c'est qu'on nous montre des héros qui ont encore de l'espoir. Loin de penser à migrer de la terre.....

      Le traitement des differents héros et méchants , sans prise de parti sur qui doit survivre ou non, est vraiment un des points excellents de cette série. Pour une fois nos héros ne font pas les malins et s'associent avec qui le veut bien pour sauver la terre. 

      Bref en parrallele d'une série Metal qui est complexe au possible, cette réalité ci est rafraichissante et facile à suivre, que l'on connaisse les personnages ou non.

      Le cross over tout publique du moment !
      • 0 réponse
  • Qui est en ligne (Afficher la liste complète)

    Il n’y a aucun utilisateur enregistré actuellement en ligne

×
×
  • Créer...