Aller au contenu
  • S’inscrire
  • Black badge


    Admin1001BD
    • Scenariste: Matt Kindt Dessinateur: Tyler Jenkins Editeur: Futuropolis Note :
      Résumé:

      De toutes les organisations scouts, les Black Badges sont l'élite ; les meilleurs parmi les meilleurs. Les Black Badges sont une branche très secrète de scouts, chargée de missions secrètes qu'aucun adulte ne pourrait entreprendre. Mais en définitive, les petits gars en vert toujours prêts (selon la légende) savent peu de choses les uns des autres, et encore moins des autres organisations. Au sein de celles-ci, se cacherait un groupuscule utilisé par le gouvernement pour effectuer des opérations paramilitaires secrètes. En Corée du Nord, comme en Sibérie, qui se méfierait d'une bande d'ados étrangers en short ? Pourtant, au cours de l'une de ses missions, l'escouade des Black Badge devra choisir entre accomplir leur objectif ou secourir l'un de leurs camarades présumé mort des années auparavant. Les Black Badge sont une troupe de scouts d'élite. Ils sont chargés de missions que les adultes ne peuvent entreprendre. Une équipe d'espions digne de Mission impossible en culottes courtes. Mais il faut se méfier des apparences, le bien et le mal ne sont pas toujours là où l'on s'y attend... Après la série à succès GrassKings, Matt Kindt et Tyler Jenkins reviennent avec un roman graphique de 300 pages émouvant, drôle ou... horrible, parfois sur la même page.

      Type: Comic L'acheter sur bdfugue Genre: Action

    Si comme moi vous etes fan de Matt Kindt, et bien jetez vous directement et le plus rapidement possible sur ce Black Badge. Le duo aux commandes de de GrassKings nous revient avec un énorme one shot et thriller d'espionnage sublime. L'idée de base est deja aussi osé que bien pensée : et si les scouts du monde étaient bien plus que de simple "campeurs à tendance Mac Gyver" ? Et si sous la bonhomie d'un groupe d'enfant, Matt Kindt voit lui de potentiels espions et agents de terrain capable, plus que des adultes, de passer inaperçu et de réaliser des actes de "protections de la nations".

    Et comme dans toute bonne histoire d'espionnage, comment savoir qui est le bon et qui est le mauvais espion, au milieu de menteurs professionnels ?

    Entre des personnages bien travaillés, un graphisme toujours au top et une histoires surprenante du début à la fin, ce Black Badge se révèle un must have complètement imprévu.
    Et donc une excellente et magnifique surprise 

    • Like 1


    Retour utilisateur

    Commentaires recommandés



    Ah ah ah j'aime tes posts Phil' sur le cinéma car ces années là sont celles de mes quinze ans ! Premiers émois. première tentatives de séduction à base de cinéma, avec déjà derrière moi les films montrés par mes parents, et devant moi tout le cinéma à découvrir avec le luxe de choisir mes propres films, d'aller au cinéma avec mes copains.
    Négociations autour du choix du film, certains étaient des évidences, d'autres de dramatiques choix budgétaires.

    Bref. Evidemment j'étais allé voir le Seigneur des anneaux. Evidemment je suis également allé voir les Harry Potter. Lecteur et amateur des deux séries de livres, je les attendais avec impatience. Ayant déjà vu le premier cycle des Star Wars, je suis également allé voir la seconde trilogie au cinéma.

    Je t'en livre mes souvenirs : le premier seigneur des anneaux m'avait paru un peu longuet. Enthousiasmant certes, prometteur surement. Mais longuet. J'en profitais pour jouer au connaisseur en pointant les raccourcis choisis par le réalisateur. Ah ah. Le second balaya mes réticences, plus d'action, plus de souffle héroique, des personnages poussés un peu plus dans leurs retranchements. J'adhérais.
    Pour les Harry Potter, je fus plus partagé. Si globalement j'appréciais beaucoup, le résultat étant assez proche de mes lectures, avoir des héros et personnages principaux enfants me laissait un peu sur le carreau. C'était une évidence mais du coup, plus dur de s'y identifier. En lisant les livres, ma différence d'âge avec Harry ne gênait pas mon imaginaire.
    La menace Fantôme de son côté m'avait laissé plus que mitigé. Je n'y retrouvais pas le sérieux et la tension des épisodes 5 et 6 de Star Wars, le personnage d'Anakin enfant n'avait pour moi pas sa place dans des champs de bataille interstellaire, de même que le personnage de Jar jar. La bataille finale me laissa également un goût amer, seulement atténué par le personnage de Dark Maul et la relation entre Qui Gon et Obi Wan (portée par deux acteurs que j'aime beaucoup). L'attaque des clones me laissa la même impression. Un grand spectacle mais finalement assez vide. Ce n'est qu'avec le troisième opus (qui a moult défauts par ailleurs) que je retrouvais un peu de ce que j'aimais dans star wars.

    Mission Cleopatre reste pour moi le gros choc de notre génération au cinéma. On a rit comme rarement. Tous mes potes se sont achetés le DVD dès sa sortie. Et on en parle encore souvent entre groupe de copains et copines pour se proposer des soirées où on se le remet. Statut de film culte donc pour ma génération. Je ne sais te citer que deux autres comédies de ces années là m'ayant autant plu : Le diner de con qui reste un chef d'oeuvre et Le Boulet, qui a pris un coup de vieux quand même. En écrivant cela je repense au regretté Jacque Villeret que j'adorais et dont le film Les enfants du marais me marqua au fer rouge quelques années plus tôt.

    Je vis également Spiderman au cinéma, et la romance ne m'apparut à l'époque pas du tout une bleuette et je crois d'ailleurs que MJ fit rêver pas mal de jeunes de ma génération. Pour ma part j'étais déjà définitivement tombé amoureux au cinéma deux ans auparavant de Julia Roberts dans Coup de Foudre à Notting Hill. Ceci dit le film ne me marqua à l'époque pas plus que ça malgré sa belle maitrise.


    Je vis par ailleurs :

    Blade 2
    Jason X
    Le papillon
    Le Smoking
    Bloody Sunday
    Dommage collatéral
    Monsieur Schmidt

    Sans commentaires.


    Ceci étant je viens de te livrer les impressions que je me rappelle avoir eu.


    La réflexion intéressante est maintenant le regard que je porte sur ces films :

    - libéré de mon problème d'identification, je revois les Harry Potter avec un grand plaisir. Au moins les 4 premiers qui comme les livres restent des friandises magnifiques.
    - Le seigneur des anneau reste pour moi un film marquant, que j'aime à revoir à l'occasion. Indubitablement associé aux fêtes de noël dans mon esprit en compagnie de Star wars.
    - la dernière trilogie SW a fini par me faire accepter la seconde. Je les revois avec plaisir, mais globalement ce ne sont pas de très bons films. Le second est même finalement le plus plat de cette seconde trilogie car je regarde le premier avec plaisir pour la cabotinage encore léger des acteurs, et le troisième pour la dramaturgie de la naissance de Vador. Le deux ne sert malheureusement à rien. Dommage tant la mue d'Anakin en Vador est trop rapide dans le dernier.
    - mission cleopatre reste un classique dont nous citons encore avec plaisir les répliques.
    - Spiderman est devenu un film meilleur en vieillissant car à l'époque finalement Marvel nous livrait encore de bons films. Depuis, noyés sous ce déluge de films quelconques aux scénarios inexistants, ce Spiderman prend une autre saveur. Oui le cinéma c'était mieux avant.
    - Mystic River, mes parents étaient allés le voir et moi pas à l'époque. j'ai du mettre dix ans avant de le voir. Cela reste un de mes Clint eastwood préféré, et l'un des films dont effectivement on ne sort pas indemne. Responsable dun cineclub d'étudiant quelques années plus tard, je le fis diffuser avec un grand plaisir.



    Merci Phil pour cette madeleine de proust

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    Ah ah ah j'aime tes posts Phil' sur le cinéma car ces années là sont celles de mes quinze ans ! Premiers émois. première tentatives de séduction à base de cinéma


    MdR : au début, j'ai cru que tu faisais allusion à ta vie sentimentale d'ado (pelotage dans les salles obscures) biggrin.gif mais je suppose que tu fais plutôt référence à ta... cinéphilie wink.gif

    Sinon, oui, je comprends ce que tu veux dire par le problème d'identification qui impacte la vision des films quand on est ado.
    J'ai connu la même chose mais une dizaine d'années plus tôt.

    Je ne sais te citer que deux autres comédies de ces années là m'ayant autant plu : Le diner de con qui reste un chef d'oeuvre et Le Boulet, qui a pris un coup de vieux quand même. En écrivant cela je repense au regretté Jacque Villeret que j'adorais et dont le film Les enfants du marais me marqua au fer rouge quelques années plus tôt.


    Oui, chouettes comédies aussi (il y a eu aussi Le Placard) avant que la comédie française devienne ce qu'elle est aujourd'hui : Aladin, Alad 2 et Aladvatefaire... rolleyes.gif
    Les Enfants du Marais, bon souvenir aussi. Comme Le bonheur est dans le pré.

    et je crois d'ailleurs que MJ fit rêver pas mal de jeunes de ma génération.


    hé hé wink.gif... faut avouer que, physiquement, oui je conçois qu'elle aura marqué une génération. J'aime moins la caractérisation du personnage, par contre, qui est vraiment très différente de la MJ des comics (même celle des tous débuts) nettement plus piquante voir provocatrice (et parfois même un peu garce !), la douceur revenant plutôt à Gwen.
    A ce sujet, moi j'ai plutôt "zingué" sur Emma Stone en Gwen Stacy dans The Amazing Spider-Man : quelle merveille wub.gif

    Pour ma part j'étais déjà définitivement tombé amoureux au cinéma deux ans auparavant de Julia Roberts dans Coup de Foudre à Notting Hill


    Ah ? Tiens donc... Le film portait bien son titre donc happy.gif

    la dernière trilogie SW a fini par me faire accepter la seconde


    Comme beaucoup de gens (moi compris). C'est au moins ce qu'aura réussi Disney ^^ Et tonton Georges doit bien ricaner quand même.

    Spiderman est devenu un film meilleur en vieillissant car à l'époque finalement Marvel nous livrait encore de bons films. Depuis, noyés sous ce déluge de films quelconques aux scénarios inexistants, ce Spiderman prend une autre saveur. Oui le cinéma c'était mieux avant.


    Oui, même topo qu'avec Star Wars. Comme je le disais dans mon post, bcp sont nostalgiques de la trilo de Raimi (oui, même du 3 ^^) par rapport à ce qu'à fait le MCU ces dernières années.
    Alors oui : c'était mieux avant.

    Mystic River, mes parents étaient allés le voir et moi pas à l'époque. j'ai du mettre dix ans avant de le voir. Cela reste un de mes Clint eastwood préféré, et l'un des films dont effectivement on ne sort pas indemne. Responsable dun cineclub d'étudiant quelques années plus tard, je le fis diffuser avec un grand plaisir.


    Je ne l'ai pas vu au cinéma non plus. Dernièrement, j'ai revu Gran Torino aussi : je suis toujours muet d'admiration devant ce film si sobre, si juste et si émouvant. Peut-être même davantage que Mystic River car il tire moins sur le pathos.

    Merci Phil pour cette madeleine de proust


    De rien : merci à toi de t'y intéresser. Ca m'incite à continuer mon projet en me disant que ce n'est pas tout à fait vain wink.gif

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites
    Mystic River ne tire pas sur le pathos !!!!


    Hum.


    Sinon t’avais bien compris je faisais évidemment vraiment allusions aux premières pelles, pelotage, rencards organisés au lycée et soirées billard + verre en sortie de cinéma :)

    Mes premiers amours / découvertes cinématographiques je dirais que ça c’est joué vers 12-13 ans...


    Pour Spidey, je n’en connaissais pas les comics. Et je ne les connais que mal aujourd’hui encore. J’ai toujours été plus Batou... du coup la MJ différente des comics m’avait pas marqué. Mais la scène dû bisous inverse sous l’eau... alors que gwen... ben... mon côté fleur bleu et ignorant ne lui pardonnait pas de prendre la place de MJ. Elle m’a pas marqué. Et le film était globalement pas ouf du tout.

    Pour l’intérêt de tes posts, si tu arrives à ne plus supprimer les messages des gens qui te répondent moi je crois que tu vas avoir un vrai petit succès :D

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites
    [quote]Sinon t'avais bien compris je faisais évidemment vraiment allusions aux premières pelles, pelotage, rencards organisés au lycée et soirées billard + verre en sortie de cinéma [/quote]
    Ah d'accord [img]http://www.1001bd.com/forums_BD/public/style_emoticons/default/biggrin.gif[/img]

    [quote]alors que gwen... ben... mon côté fleur bleu et ignorant ne lui pardonnait pas de prendre la place de MJ. Elle m'a pas marqué.[/quote]
    Roooh ! Comment peux-tu ? [img]http://www.1001bd.com/forums_BD/public/style_emoticons/default/mellow.gif[/img]

    En fait, si Gwen/Emma Stone m'a davantage plu que MJ/Kirsten Dunst - outre le physique - c'est parce que je la trouve moins nunuche et plus mature.
    D'ailleurs, la relation Peter/Gwen est plus mature et adulte que celle de Peter/MJ, qui fait vraiment trop amourette de collégiens (même pas lycéens) à mes yeux.
    Mais n'oublie pas que quand j'ai été voir le premier Spider-Man de Raimi, j'avais déjà 19 ans. Ca joue.
    [size="2"]Alors oui, le film de Marc Webb est clairement moins bien que ceux de Raimi pour toute la partie sur Spidey mais, pour la romance, je préfère celle-là.[/size]
    [size="2"][quote]Pour l'intérêt de tes posts, si tu arrives à ne plus supprimer les messages des gens qui te répondent moi je crois que tu vas avoir un vrai petit succès [/size]:D[size="2"][/quote][/size]
    [size="2"]Ah ? Tu crois que c'est pour ça que j'ai si peu de réponses ? [/size][img]http://www.1001bd.com/forums_BD/public/style_emoticons/default/biggrin.gif[/img]
    Si ça se trouve, j'ai eu plein de réponses enthousiastes sur mon sujet "Harold Ramis : du zénith au nadir" mais je les ai toutes effacées.
    Oui, ça doit être ça [img]http://www.1001bd.com/forums_BD/public/style_emoticons/default/happy.gif[/img]

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites
    Faudrait que je revois le premier Spidey. J’ai pas gardé cette image de MJ...

    Soit c’est les comics qui te la rende de base moins sympathique, soit c’est moi qui suit comme souvent beaucoup trop gentil avec les romances au cinoche.

    Ceci dit je n’ai vu le troisième Spidey qu’une seule fois

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites
    [quote name='The_PoP' timestamp='1589095052' post='186607']Faudrait que je revois le premier Spidey. J'ai pas gardé cette image de MJ... Soit c'est les comics qui te la rende de base moins sympathique, soit c'est moi qui suit comme souvent beaucoup trop gentil avec les romances au cinoche. [/quote]
    Une précision quand même : je parle surtout de la MJ [b]du premier film[/b] (puisque c'est de celui-là qu'il est question dans ce topic).
    Même en faisant abstraction de la MJ des comics, celle du premier film de Raimi est vraiment très très... gentille et rien d'autre. Elle est lisse, sans aspérités, sans causticité non plus ni réplique intéressante (contrairement à Gwen [img]http://www.1001bd.com/forums_BD/public/style_emoticons/default/wink.gif[/img][size="2"]). En un mot : potiche.[/size]
    Ce perso fonctionne sur deux modes en fait : soit elle s'illumine comme une ampoule quand elle croise Peter (qui, lui aussi, est tellement benêt qu'il ne remarque jamais rien) soit elle joue le rôle de "fan-girl" de Spider-Man et la fille en détresse.

    Maintenant, dans le 2 et le 3, ils ont nuancé et étoffé un peu le perso.
    Dans le 2, elle affiche quand même plus de caractère, notamment face à l'inconstance de Peter (avec sa pièce de théâtre, etc...) et elle a aussi une bonne réplique à la fin quand elle dit un truc du genre "nous serions idiots de n'être qu'à moitié nous-même".
    Et dans le 3, elle s'assombrit - comme Peter - en devenant amer, jalouse, et même en étant forcée de rompre avec Peter à cause des manigances d'Harry.
    En fait, il ne faut pas oublier que dans cette trilogie, il y a le thème sous-jacent pour les personnages du passage de l'adolescence à l'âge adulte : entre le 1 et le 3, le trio Peter/MJ/Harry n'est plus le même : ils ont appris l'amertume propre à la vie d'adulte, les déceptions, les rancoeurs, etc....
    Donc, forcément, MJ est progressivement moins nunuche, plus affirmée et son personnage est plus développé.

    Mais dans le 1... en fait, c'est simple : la relation Peter/MJ est très proche des mangas shônen sentimentaux (type Love Hina) où le garçon (ultra benêt) met 30 tomes à oser déclarer sa flamme et la fille se contente d'être mignonne et gentille.
    Je me souviens que, dans la salle, lors de leurs scènes, je devais sûrement lever les yeux au ciel à chaque fois tant j'étais assez gêné par le ton très gnangnan [img]http://www.1001bd.com/forums_BD/public/style_emoticons/default/rolleyes.gif[/img]
    Ce qui n'a pas été le cas dans les deux volets suivants.


    @redfoxone : ah oui, merde, j'ai oublié [b]La Mémoire dans la peau[/b]. [img]http://www.1001bd.com/forums_BD/public/style_emoticons/default/dry.gif[/img]
    Ceci dit, pour 2001, j'ai oublié [i]Mulholland Drive [/i][img]http://www.1001bd.com/forums_BD/public/style_emoticons/default/blink.gif[/img][size="2"], peut-être le chef-d'oeuvre de cette année-là pour moi. [/size]
    Faut dire que je ne parle pas de tous les films non plus : il faut encore que j'ai quelque chose à dire dessus et pour la Mémoire (je vais encore me faire des ennemis ^^), je n'ai rien à en dire et je n'ai jamais accroché à la saga. Je vais le mettre dans la liste en bas du post.

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites
    Sur téléphone alors difficile de faire un long discourt mais la mémoire dans la peau est au cinéma ce qu’est Travis en bd d’action (après Heat quand même)

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites
    Ouais le premier la mémoire dans la peau m’avait bien scotché à l’époque au cinéma. Après c’est devenu moins bon. Mais le premier : redoutablement efficace...

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites
    (Ca y est : je vais encore me faire taper dessus [img]http://www.1001bd.com/forums_BD/public/style_emoticons/default/dry.gif[/img])


    Décidément, de ce que vous en dites, Travis me tente de moins en moins.

    Et mentionner Heat ne me semble pas une bonne comparaison : Heat est un polar psychologique avant tout, d'une durée de 3h00, avec seulement deux grosses scènes d'action (la scène du casse et la fin) alors que La Mémoire dans la Peau, c'est du pur film d'action avec, 90% du temps, un type qui court et qui cogne.
    C'est d'ailleurs pour ça que je ne trouve rien à en dire. En fait, La mémoire dans la peau me ferait plutôt penser au Fugitif avec Harrison Ford ou le bien nommé Poursuite avec Keanu Reeves.
    C'est une méthode éprouvée à Hollywood : un pitch développé sur 20-30 minutes de film (un faux coupable recherché, un espion amnésique qu'on cherche à buter, un scientifique qui a inventé une forme d'énergie qui ne fait pas les affaires des entreprises) et puis, c'est 1h30 de course poursuite.
    Comme dirait Deadpool : booooored ! (je ronfle)

    A ne pas confondre cependant avec les action-movie comme les Die Hard (que j'aime bcp) ou même les John Wick car, eux, ils assument dès le départ leur statut de film d'action avec un scénario et des enjeux basique(s) sans tromper le spectateur sur le produit. Mais avec La mémoire dans la peau (sois-disant tiré du roman de Robert Ludlum ), ils vous font miroiter [b]un film d'espionnage[/b] (façon Les Trois Jours du Condor) mais, au final, on a surtout [b]un film d'action[/b].
    [size="2"]J'ai dit que je n'avais rien à dire sur le film mais si finalement [/size][img]http://www.1001bd.com/forums_BD/public/style_emoticons/default/wink.gif[/img]
    Mais pas en bien [img]http://www.1001bd.com/forums_BD/public/style_emoticons/default/dry.gif[/img]


    Et une idée en entraînant une autre...

    Le pire, c'est quand ils utilisent ce même procédé dans la SF : The Island, Total Recall (le remake surtout), Impostor, A l'aube du sixième jour, Freejack... .
    De la paresse scénaristique, du faux film de SF qui, après une demi-heure d'exposition SF, n'est plus que prétexte à de l'action non-stop et du "c'est toi le chat"
    Qu'est-ce que je déteste ce procédé ! [img]http://www.1001bd.com/forums_BD/public/style_emoticons/default/angry.gif[/img]
    Qu'est-ce que j'ai pu râler dans les années 90 avec ces films où les mecs se disent : "bah, la plupart des spectateurs vont s'ennuyer si on développe l'aspect SF, donc on va mettre plein d'action à la place".
    Comme pour l'espionnage en fait : trop prise de tête pour l'américain lambda. Donc, on va plutôt mettre : un mec qui court.
    Rien à voir avec The Arrival ou Interstellar, ce que j'appelle de la [b]vraie[/b] SF.

    Quand j'y pense... on se plaint du cinéma de ces dernières années mais, en SF, on a eu des films bien plus intéressants (notamment grâce à Nolan et Villeneuve) et vraiment SF que dans les années 90 où on avait une SF bien pourrie avec zéro ambition au niveau des neurones.

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites
    Ah ah phil, journal de France 2 : thème sur les baisers du cinéma : trois séquences : la belle et le clochard, Titanic, Spiderman 1 :)

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites
    Curieux, j'ai jamais pris la mémoire dans la peau pour un film d'espionnage tellement c'est de l'action road movie. ^^


    Sinon j'ai beaucoup aimé les HP bien sûr, même si je n'arrive plus à regarder les premiers. Et le seigneur des anneau (surtout le 1, que j'avais vu en cinemax à l'époque qui était le top de l'époque du coin). Et le truc était longuet quand même avec des creux, mais super beau.

    J'ai voué un culte à Mystic River pendant un pack d'année mais à nouveau, le syndrome : je connais le film par coeur, fait que j'ai du mal à le voir à nouveau.


    Le 1er spiderman était franchement bon aussi.

    Je garde une tendresse particulière pour le 1er des nouveaux star wars et une grosse déception de 2 suivants.

    Solaris m'a pas beaucoup frappé. Arrêtes moi si tu peux non plus.

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites
    Pareil que RR sur la mémoire dans la peau. Belle surprise pour ma part car la façon de le filmer et de représenter l'action était très efficace. Mais je m'étais pas dit que j'allais voir un thriller d'espionnage par contre.

    Arrete moi si tu peux j'avais bien aimé au cinéma. Mais il ne m'a jamais trop donné envie de le revoir.

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites
    @Pop : je n'avais même pas envie de relever tant ça sent l'asticotage de ta part [img]http://www.1001bd.com/forums_BD/public/style_emoticons/default/rolleyes.gif[/img]
    Je n'ai rien dit contre la scène du baiser (bien faites j'en conviens) mais contre la [u]caractérisation[/u] du perso de MJ. CQFD.

    Et pour La mémoire dans la peau... à la base, c'est tiré d'un roman d'espionnage de Robert Ludlum (un classique du genre) qui a aussi fortement inspiré Van Hamme pour XIII.
    Et même si vous allez encore me dire que le roman, on s'en fout... voilà encore un procédé qui m'agace, tiens : reprendre le titre et la trame (très très appauvrie) d'un roman connu et donc tromper le public qui connaît le bouquin, ne serait-ce même que de réputation. Il y a eu un téléfilm dans les années 90 qui était plus fidèle au roman que le film avec Damon.
    Autant écrire un scénario original d'action movie en reprenant l'idée de base (Van Hamme ne s'est pas gêné pour le faire ^^) plutôt que de faire une pseudo-adaptation avec le titre "La mémoire dans la peau" et la mention "tiré du best-seller de Robert Ludlum" [img]http://www.1001bd.com/forums_BD/public/style_emoticons/default/dry.gif[/img][size=2]. [/size]
    [size=2]Evidemment, c'est plus vendeur mais c'est surtout très trompeur.[/size]

    Sinon, j'ai bien conscience qu'il existe en fait deux types de films "d'espionnage" : ceux qui privilégient l'action (les James Bond, La mémoire dans la peau, Ennemi d'état, le récent Atomic Blonde) et les vrais films d’espionnage comme :
    - L'espion qui venait du froid
    - La maison russie
    - Les Trois jours du Condor
    - Le Quatrième Protocole
    - Osterman Week-End
    (qui sont tous des adaptations de romans d'espionnage d'auteurs comme John Le Carré ou Robert Ludlum).
    Il y a aussi Spy Game : Jeu d'espions (2001) avec Redford et Pitt qui est un des rares derniers vrais films d'espionnage que j'ai vu.

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites
    La mémoire dans la peau, la trame de fond du 1er est très bonne je trouve.L'héritage est d'ailleurs, à mon avis meilleur, que les suites semi bancales pour le scénario.


    Je ne connais que de nom la plupart de ces films d'espionnage. Le vrai film d'espionnage pour moi c'est Les Patriotes, qui fonctionne toujours malgrè quelques années. Et en série le bureau des Légendes (au moins les 2 premières saisons... après ça se perd...)

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites
    Bizarre tant Spy Games m’avait donné l’impression d’un navet décevant à l’époque.

    Il mérite peut être une révision tant j’avais du mal avec Brad Pitt et Robert Redford plus jeune.

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites
    Tiens je ai revu 8 miles.
    Bah c’est moins chouette que dans mon souvenir quand même.

    Faut dire que je l’ai regardé en Vf ça n’aide pas.

    8 miles ben... ça manque de rap finalement. Et Eminem n’est pas un acteur qui marque.


    Dommage, il y a de bonnes idées et trouvailles.

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites
    Jamais vu.
    Faut dire que le rap et moi, ça fait deux. Et avec Eminem en plus, ça fait trois. [img]http://www.1001bd.com/forums_BD/public/style_emoticons/default/wink.gif[/img]
    Et même si le film va au-delà de ça... ben... on a tous ses a priori disons.

    [color="#1C2837"][font="Verdana, Tahoma, Arial,"][quote]Faut dire que je l'ai regardé en Vf ça n'aide pas.[/quote][/font][/color]
    [color="#1C2837"][font="Verdana, Tahoma, Arial,"]Aïe, effectivement. Surtout quand c'est une personnalité connue dont on connaît la voix qui joue [/font][/color][img]http://www.1001bd.com/forums_BD/public/style_emoticons/default/dry.gif[/img]

    [size="2"]Sinon, ça n'a rien à voir mais j'ai revu [b]Stranger than fiction (L'incroyable Destin d'Harol Crick)[/b] hier. [/size]
    [size="2"]Toujours sympa et original, avec un humour étrangement décalé et un excellent casting : Will Ferrel (que pourtant je n'aime pas) excellent dans le rôle-titre, Dustin Hoffman tordant en prof de littérature bizarre, Maggie Gyllenhall espiègle et craquante et Emma Thomson en écrivain(e) dépressive.[/size]
    [size="2"]J'en reparlerai sans doute dans le topic de l'année 2006 [/size][img]http://www.1001bd.com/forums_BD/public/style_emoticons/default/wink.gif[/img]

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    Aaargh ! Pour 2002, il n'y a plus que quatre films d'enregistrés 😑

    Je sais pas si j'aurai le courage de tout refaire, là... 😕

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    Ahhh c'est ma fauteeeeeeee trop désolé. J'ai voulut modifier car il était trop long.... RR tu peux retrouver le message d'origine ? 

     

     

    Trop desolé phil = On va s'en sortir t'inquiete 🙂

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    Ca va 🙂 Dans le pire des cas, je peux retrouver les textes dans mes fichiers et les photos mais il faudra tout remettre. Si vous pouviez retrouver le message d'origine, ça m'arrangerait. Là, je viens de remettre en forme l'année 2003 (avec les notes étoiles en plus 🤩

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites
    il y a 29 minutes, VladNirky a dit :

    Rien n’est perdu 

    En fait non moi c'était 2001 et 2004 que j'ai retouché. Celui là... c'est pas moi. Ou alors je ne sais pas comment 😂😂😂

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites



    Rejoindre la conversation

    Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

    Invité
    Ajouter un commentaire…

    ×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

      Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

    ×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

    ×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

    ×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


  • Qui est en ligne   0 membre, 1 anonyme, 35 invités (Afficher la liste complète)

    Il n’y a aucun utilisateur enregistré actuellement en ligne

  • Inscription

    Inscrivez vous gratuitement

  • Chatbox

    You don't have permission to chat.
    Load More
  • Dernières Critiques

    • Le corps est un vêtement que l'on quitte
      Note :
      Avant tout sachez que je ne suis pas une spécialiste de Liberge, n’en déplaise à certains car je sais qu’il est très apprécié sur ce site. J’ai hésité à faire cette critique car j’ai vu que les avis étaient très positifs un peu partout. Je vous rassure, je ne vais pas la descendre, loin de là ! mais j’aimerai y apporter quelques nuances.

      Graphiquement parlant, c’est très beau, des dessins très travaillés et détaillés, des rendus colores recherchés notamment pour souligner le rendu mystique et un changement radical dans la dernière partie pour aborder l’épilogue de l’histoire. Le seul détail qui m’a dérangé c’est la représentation du personnage principal car même s’il a une carrure carrée (c’est un rugbyman), il fait nettement plus que son âge, à 19 ans on croirait qu’il en a 35 !! Bien sûr ce n’est qu’un détail car cela ne change rien au sujet de l’histoire.

      Concernant le sujet, on entre ici dans des considérations mystiques : l’expérience de la mort et de son retour. On sent que Liberge a bien étudié le sujet, il s’est appuyé sur des témoignages, sur des œuvres dont celle de Jérôme Bosch et sa série de tableaux du voyage vers l’au-delà. Que l’on y croit ou pas n’est pas important, ici, on nous dit qu’il existe des événements qui dépassent l’entendement, que la mort n’est pas une fin.

      Je regrette que la partie « secret de famille » ne soit pas plus approfondie, je pensais d’après le résumé que cela allait avoir une part importante mais c’est surtout autour des EMI (expérience de mort imminente) que l’histoire s’articule : quelles sont les conséquences directes et comment cela va influencer la vie du personnage principal.

      Si le sujet vous intéresse, vous aimerez surement cette bd, après, je la conseillerai plus pour un public adulte, du fait de toute la partie ésotérique. Et concernant son potentiel de relecture, je m’interroge, ce n’est pas le genre d’ouvrage que l’on relit régulièrement.
        • Like
      • 5 réponses
    • Rainbow girls t1 : Sauvons Lulu !
      Note :
      Attention les super héroïnes made in France débarquent !! Enfin made in France pour enfant. 

      Rainbow girls c'est une espèce de Pyjamasque pour les plus grands mais pas vraiment plus grands. Ce premier tome nous présente nos héroïnes et nous montre  comment elles deviennent Rainbow Girls. L'originalité de ce tome est de faire en sorte que notre bande de 3 soit en fait une bande de 2+1. En effet l'une des filles n'est pas vraiment l'amies des deux autres, au début tout du moins.

      Que ce soit l'aventure ou l'apparition des pouvoirs, tout est bien calibré et marche plutôt pas mal. Pourquoi une note moyenne me direz-vous donc ? Et bien parce que ce comic à la française s'adresse avant tout a de très jeune lecteur. En effet ma fille de 12 n'a même pas regardé l'album. Mais fille de 6 oui. Son graphisme très enfantin cible particulièrement un public très jeune. Alors pourquoi complexifier l'histoire en mettant nos héroïnes au lycée et non pas en primaire ou au collège ?

      C'est un peu dommage car les petites filles qui commencent à lire qui sont la cible de l'album ne s'identifie pas à ces "grands". Et donc cela ne fait que perdre un peu le lectorat cible.....

      Dommage ca sinon ca aurait été la lecture parfaite pour les petites filles.
      • 0 réponse
    • Impact
      Note :
      Deux destinés vont se croiser pour se briser dans un polar rondement mené par l'écriture de Gilles Rochier. On suit d'un côté un ouvrier modèle avec de nombreuses médailles pour son travail et de l'autre un jeune paumé ne vivant que dans la violence. Les dialogues sont bien pensés d'ailleurs au moment des transitions d'un personnage à l'autre, c'est l'ouvrier qui répond au jeune alors qu'ils parlent à d'autres personnes et inversement. Le récit est bien ancré dans notre société actuelle, l'auteur ajoute une partie psychologique pour mieux comprendre le personnage du jeune. On est bien dans un polar au sens propre du terme mais les personnages ne sont pas des tueurs ou des victimes. Ils sont seulement présents au mauvais moment dans une situation qui dégénère. A la lecture, on devine vite le rapprochement des deux personnages et même du troisième mais l'on souhaite connaitre la finalité. Les dessins de Deloupy sont sobres mais reflète bien notre époque. 
      Impact est un polar bien ficelé qui devrait trouver son public entre amateur de polar et amateur de drame social.
      • 0 réponse

    • Rent-a-girlfriend tomes 1 et 2
      Note :
      Rent-a-girlfriend est une sympathique comédie sentimentale. Kazuya, étudiant, vient de se faire larguer par sa première petite amie, lui qui s’était déjà fait tout un plan pour l’avenir, subit un gros choc psychologique. Désespéré, il tombe sur un site de location de petites amies (en tout bien tout honneur) et décide d’utiliser ses services pour avoir quelqu’un à se confier. Au cours de ce rendez-vous, la situation se complique : sa grand-mère est hospitalisée, et sa petite amie de location devient pour sa famille sa vraie petite amie. N’ayant pas à cœur de les décevoir, il va s’enfoncer dans les mensonges.

      Si le manga a un côté comédie où le héros enchaine les quiproquos et se retrouve dans une situation intenable, il y a également une belle approche de ses sentiments, l’un des objectifs étant bien sûr l’évolution de Kazuya : avoir confiance en soi, assumer ce qu’il est et devenir adulte.

      Par ailleurs, il y a 2 personnages féminins forts : la petite amie louée et l’ex-petite amie, les deux sont complexes, leurs motivations pas encore éclaircies, leur caractère bien trempé. Et ce n’est pas dans ces 2 tomes que l’on va pouvoir les cerner. Le fait que l’histoire se déroule avec de jeunes adultes permet à l’auteur d’élargir sa palette de relations et de situations.

      Un bon début pour une série agréable à lire, qui évite pour l’instant les clichés. Pour information, la série compte déjà 19 tomes et elle n’est pas finie.
      • 0 réponse
    • DCeased hope at world's end
      Note :
      Il y a quelques années de cela, quand nous étions ensevelis sous une montagne de parutions de Zombies diverses et variées, je n'aurais jamais pensé  commencer une critique par une remarque de ce genre : Je pense que DCeased, avec ces zombies et sa fin du monde, est peut etre le comics le plus abouti et le plus agréable pour le grand public  chez DC en ce moment.

      Oui oui. Je vous sens venir avec des remarques du genre : facile le zombie c'est porteur et tout et tout. Mais en fait non. Enfin si ca l'est toujours. Mais non nos auteurs ne tombent pas dans la facilité. Aussi étrange que cela puissse paraitre, le récit est clair depuis le début mais surtout, et c'est ce que l'on voit dans ce tome ci particulièrement, il est traité de facon intelligente. 

      Ce tome ci est un tome qui se passe avant la fin du tome principale et nous raconte, apres nous avoir raconté le point de vue des méchants dans le précédent (excellent d'ailleurs), comment les gentils tentent, eux, de s'organiser. Ce qui est vraiment sympa ici c'est qu'on nous montre des héros qui ont encore de l'espoir. Loin de penser à migrer de la terre.....

      Le traitement des differents héros et méchants , sans prise de parti sur qui doit survivre ou non, est vraiment un des points excellents de cette série. Pour une fois nos héros ne font pas les malins et s'associent avec qui le veut bien pour sauver la terre. 

      Bref en parrallele d'une série Metal qui est complexe au possible, cette réalité ci est rafraichissante et facile à suivre, que l'on connaisse les personnages ou non.

      Le cross over tout publique du moment !
      • 0 réponse
×
×
  • Créer...