Aller au contenu
  • S’inscrire
  • Black badge


    Admin1001BD
    • Scenariste: Matt Kindt Dessinateur: Tyler Jenkins Editeur: Futuropolis Note :
      Résumé:

      De toutes les organisations scouts, les Black Badges sont l'élite ; les meilleurs parmi les meilleurs. Les Black Badges sont une branche très secrète de scouts, chargée de missions secrètes qu'aucun adulte ne pourrait entreprendre. Mais en définitive, les petits gars en vert toujours prêts (selon la légende) savent peu de choses les uns des autres, et encore moins des autres organisations. Au sein de celles-ci, se cacherait un groupuscule utilisé par le gouvernement pour effectuer des opérations paramilitaires secrètes. En Corée du Nord, comme en Sibérie, qui se méfierait d'une bande d'ados étrangers en short ? Pourtant, au cours de l'une de ses missions, l'escouade des Black Badge devra choisir entre accomplir leur objectif ou secourir l'un de leurs camarades présumé mort des années auparavant. Les Black Badge sont une troupe de scouts d'élite. Ils sont chargés de missions que les adultes ne peuvent entreprendre. Une équipe d'espions digne de Mission impossible en culottes courtes. Mais il faut se méfier des apparences, le bien et le mal ne sont pas toujours là où l'on s'y attend... Après la série à succès GrassKings, Matt Kindt et Tyler Jenkins reviennent avec un roman graphique de 300 pages émouvant, drôle ou... horrible, parfois sur la même page.

      Type: Comic L'acheter sur bdfugue Genre: Action

    Si comme moi vous etes fan de Matt Kindt, et bien jetez vous directement et le plus rapidement possible sur ce Black Badge. Le duo aux commandes de de GrassKings nous revient avec un énorme one shot et thriller d'espionnage sublime. L'idée de base est deja aussi osé que bien pensée : et si les scouts du monde étaient bien plus que de simple "campeurs à tendance Mac Gyver" ? Et si sous la bonhomie d'un groupe d'enfant, Matt Kindt voit lui de potentiels espions et agents de terrain capable, plus que des adultes, de passer inaperçu et de réaliser des actes de "protections de la nations".

    Et comme dans toute bonne histoire d'espionnage, comment savoir qui est le bon et qui est le mauvais espion, au milieu de menteurs professionnels ?

    Entre des personnages bien travaillés, un graphisme toujours au top et une histoires surprenante du début à la fin, ce Black Badge se révèle un must have complètement imprévu.
    Et donc une excellente et magnifique surprise 

    • Like 1


    Retour utilisateur

    Commentaires recommandés



    Ce qui me gène a minority report c'est les passages avec le médecin fou par exemple, je comprends qu'on est dans le monde des qui est loin de la classe moyenne par ailleurs décrite dans le film, mais là c'est glauque

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites
    il y a 10 minutes, poseidon2 a dit :

    Ou ça un doublon ?? 😊😊😊

    C'est un souvenir de Raven 😉

    il y a 22 minutes, Kevin Nivek a dit :

    Alors qu'il est bon le Hugh , ma femme l'aime beaucoup 🙂

    Moi, c'est ma mère. Ce Jackman, il les tombe toutes, quel que soit l'âge 😄. Faut dire qu'il sait tout faire ce mec : jouer, danser, chanter, animer...

    il y a 6 minutes, Kevin Nivek a dit :

    Montre leur plutôt Moulin rouge de Lhurman , ça c'est du lourd !!

    Oups... J'ai bien peur d'en avoir dit un peu de mal sur un des topics ciné 😏  En un sens, je suis d'accord avec toi : c'est du lourd. Mais... je ne le disais pas dans cette acception-là 😉

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites
    il y a 10 minutes, Kevin Nivek a dit :

    Boaf , alors ça j'ai pas aimé du tout

    Whatttt 

    Moulin rouge on aime bien aussi hein 😉

    Mais moulin rouge c'est plus compliqué a comprendre pour des gosses 🙂

     

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites
    il y a 5 minutes, VladNirky a dit :

    Ce qui me gène a minority report c'est les passages avec le médecin fou par exemple, je comprends qu'on est dans le monde des qui est loin de la classe moyenne par ailleurs décrite dans le film, mais là c'est glauque

    Je ne me souviens pas du médecin fou.
    Peut-être que la difficulté que j'ai avec Minority Report vient de sa froideur, autant esthétique que scénaristique. Je ne sais pas : je me souviens n'avoir rien ressenti.
    Pourtant, il me semble que la fin était censée être émouvante mais...rien.
    Et pour moi - même pour un film de SF, genre jugé cérébral - quand l'émotion n'y est pas, j'ai du mal à adhérer.
     

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    Je me souviens qu'à cette époque (ou le film est sorti) j’étais chômeur et donc j’avais eu un entretien pour un boulot et le gars voulait te faire parler (de n’importe quoi) donc il était parti de mon cv sur lequel il y avait marqué SF pour parler de ce film et je lui avais dit ce film c’est pas de la sf c’est du spectacle 😃
     

    il avait été très surpris. Il avait fini par dire  - ah bon ? Bizarre.

     

    j’ai pas eu de boulot chez eux (sans doute sans rapport) 🤔

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites
    il y a 6 minutes, poseidon2 a dit :

    Moulin rouge on aime bien aussi hein 😉

    Euh...

    J'ai retrouvé le (très petit) paragraphe que j'avais rédigé sur Moulin Rouge dans le topic sur l'année 2000 (taper pas !) :

    Moulin-Rouge de Baz Luhrmann, film que je n'apprécie pas dans son côté "baroque bordélique pête-la-rétine" mais dont je reconnais la maestria en terme de réalisation et la qualité des chansons, est un spectacle haut en couleurs avec des mouvements de caméra qui donne mal au coeur.
    Et Obi-Wan Kenobi y pousse la chansonnette au côté de Nicole Kidman. Pas vraiment Pavarotti (ni Maria Callas) mais on peut quand même saluer l'effort.

    Bon, après, faut croire que je n'aime pas les films de Baz Luhrmann, en fait, vu que son Roméo + Juliet m'avait donné un peu la même impression/sensation. Faut aimer le style, quoi. Mais je reconnais la "maestria", hein (je l'ai dit 😇)

    Avec Kevin, on s'était réconcilié sur Villeneuve et il m'avait même parler d'une histoire de petits papiers. Et maintenant, v'là que le torchon brûle 😕 😉
     

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites
    il y a 1 minute, VladNirky a dit :

    il y avait marqué SF pour parler de ce film et je lui avais dit ce film c’est pas de la sf c’est du spectacle 😃

    Ben... je suis aussi perplexe que lui, en fait, car pour moi c'est le genre de film de SF qui est bien de la SF (et de la SF spéculative/prospective même). D'ailleurs, Spielberg a fait appel à des "futurologues" pour l'aider à concevoir un 2050 aussi crédible que possible. Contrairement à la "SF spectacle" que je critique souvent justement, où on ne garde de la science-fiction qu'une part congrue. Il n'y a que le truc des précogs qui n'est pas scientifique mais bon... c'est tiré de Philip K. Dick qui en mettait bcp dans ses écrits. Donc, pour moi, le problème est ailleurs. 

    il y a 9 minutes, VladNirky a dit :

    j’ai pas eu de boulot chez eux (sans doute sans rapport) 

    Ou alors le rapport était minoritaire (minority report) 😉

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites
    il y a 16 minutes, Phileas a dit :

    Ou alors le rapport était minoritaire (minority report)

    Phil tu sors !  Jamais on explique une blague !! surtout que bon celle la... hein on l'avait !!!

     

    Sinon oui Baz Lhurman c'est du grand spectacle. Nous on aime ca les trucs chanté et tout 🙂

    Bon c'st pas chanté mais mon plus grand souvenir de cinema restera Gladiator et son fameux Maximum decimus meridius, chef des amrées du nord...

     

    Comme dirait l'autre : j'aime quand ca claque 😄 😄 

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    Gladiator ca a bien claqué au ciné ...  et puis plus jamais en dvd ☹️
     

    @Phileas je comprends ce que tu veux dire mais y’a quand même un gros verni blockbuster sur minority. Qu’on ne retrouve pas dans certains films de SF (bienvenue à Gattaca, film culte à hauteur du village dans mon classement)

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites
    Il y a 4 heures, poseidon2 a dit :

    Phil tu sors !  Jamais on explique une blague !! surtout que bon celle la... hein on l'avait !!!

    Je ne remets pas en cause votre sens de l'implicite mais... votre niveau d'anglais 😊

    Il y a 4 heures, poseidon2 a dit :

    Bon c'st pas chanté mais mon plus grand souvenir de cinema restera Gladiator et son fameux Maximum decimus meridius, chef des amrées du nord...

    J'imagine ce que cela aurait donné s'il l'avait chanté 🤨

    Il y a 4 heures, poseidon2 a dit :

    Comme dirait l'autre : j'aime quand ca claque 😄 😄 

    Vous êtes des bourrins, quoi ! 😗

    Il y a 4 heures, VladNirky a dit :

    je comprends ce que tu veux dire mais y’a quand même un gros verni blockbuster sur minority. Qu’on ne retrouve pas dans certains films de SF (bienvenue à Gattaca, film culte à hauteur du village dans mon classement)

    N'empêche que par "SF spectacle", j'entends plutôt des films comme Star Wars, Armageddon, Les Gardiens de la Galaxie, Valérian, John Carte, etc... Là oui, pour le coup, je dirais : "c'est pas de la vraie SF mais de la fantaisie spatiale spectaculaire". 

    Minority Report, c'est autre chose quand même. Pas de la SF intimiste à la Gattaca, d'accord, mais pas du big badaboum avec une composante science-fictive riquiqui et/ou fantaisiste.
     

    Modifié par Phileas

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    Pour en revenir à Black badge , je suis en train de le finir (c'est bon les vacances) et à part le graphisme particulier (je suis pas trop fan) , l'histoire est bien cool . Je ne regrette pas mon achat .

    • Like 1

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    Je l’ai fini après une bonne après midi de raquettes (quelle  tristesse de ne pas pouvoir skier avec toute cette neige ) , et , oui c’est bien , mais j’ai pas le flash non plus . Le dessin m’accroche moyen et l’histoire prend un tournant un peu prévisible je trouve à la fin . Dans le genre teenagers je préfère Green class ou Gung Ho .

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites



    Rejoindre la conversation

    Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

    Invité
    Ajouter un commentaire…

    ×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

      Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

    ×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

    ×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

    ×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


  • Qui est en ligne   0 membre, 2 anonymes, 30 invités (Afficher la liste complète)

    Il n’y a aucun utilisateur enregistré actuellement en ligne

  • Inscription

    Inscrivez vous gratuitement

  • Chatbox

    You don't have permission to chat.
    Load More
  • Dernières Critiques

    • La belle endormie t3 (fin)
      Note :
      La Belle endormie étant une BD exclusivement tournée vers un public jeune (et féminin il faut l'avouer), j'ai encore une fois fais appelle à mon joker de 12 ans et, une fois n'est pas coutume, je n'ai pas eu à la prier pour avoir une critique. Preuve que ce troisième et dernier tome l'a inspiré. Voici donc la critique de mademoiselle ma fille :

      "J'aime bien ce tome trois parce que c'est le dernier de la série. C'est bien car l'histoire n'est pas trop longue. J'aime bien la façon don M. Aster fini ainsi que son histoire.

      Je trouve l'homme en blanc et Léonide de plus en plus cools et gentils. Sinon je trouvais au début les dessins un peu bizarre ais avec le temps je m'y suis habitué et je les trouve de plus en plus jolis.

      Une histoire donc très bien et surtout finie."

      Pour avoir lu aussi l'album je ne peux qu'être d'accord. Une bonne trilogie pour jeune fille qui se verra être facilement offerte à un anniversaire.
      • 0 réponse

    • Love fragrance tome 1
      Note :
      Love fragrance est un josei (shojo adulte) atypique de par ses personnages et par l’originalité de son histoire. Nous avons d’un côté Asako hyper timide et plutôt effacée et de l’autre, Natori, « le nez » de la société de cosmétiques, à la fois star et un peu rebelle. Ces deux-là vont entamer une relation inédite fondée sur les odeurs., lui cherchant l’inspiration auprès des effluves qu’elle dégage et elle va enfin se sentir acceptée telle qu’elle est.

      On obtient une romance drôle et légère, avec de l’énergie et de la tendresse. Il y a aussi une touche de sensualité et des situations réservées aux plus grands !

      Un premier tome réussi, espérons que l’auteur sache garder son originalité pour la suite et ne tombe pas dans un schéma classique. En attendant, à lire sans modération.
      • 0 réponse
    • Ayako, l'enfant de la nuit tome 1
      Note :
      Difficile de se lancer dans une revisite d’Ayako, d’abord parce que c’est une œuvre emblématique de Tezuka, ensuite parce que l’histoire se situe dans le Japon d’après-guerre sous l’occupation américaine avec toutes les tensions politiques que cela implique.

      L’auteur a gardé la composition de la famille Tengé et a transposé le tout dans l’époque actuelle avec des enjeux politiques beaucoup moins importants qu’à l’époque. Pour vraiment l’apprécier, il faut prendre ce manga comme une histoire indépendante.

      Ayako est donc à la fois l’histoire d’une famille puissante de la ville, avec ses secrets honteux et une histoire autour de magouilles politiques à une échelle régionale. Le dessin de Kubu Kurin est généreux, les paysages sont détaillés, les femmes girondes et le côté érotique non négligeable (le genre de graphisme que l’on retrouve dans les mangas hentai).

      En conclusion, je dirai que c’est un manga intéressant et agréable à lire mais qui pourrait décevoir les fans de Tezuka (on est quand même loin de l’original !).


       
      • 0 réponse
    • Slam dunk star edition T 15-16
      Note :
      Kana continue sa réédition de Slam Dunk et arrive dans la dernière ligne droite. Et cela se voit car ces tomes sont supers denses. Pas de match qui ne se rallonge trop sur plusieurs tomes. Ici on va à l'essentiel et à l'important : du basket, du basket et encore du basket.

      De l'intensité dans les matchs, des individualités de plus en plus forte ais surtout dans ces deux tomes, une montée ne compétence de l'ensemble "équipe".  En effet on s'est beaucoup concentré sur les différentes individualités mais on commence à voir ici qu'un sport par équipe se joue mieux en équipe et que l'on doit pouvoir compter sur tous les membres de l’équipe pour atteindre des sommets.

      Le personnage de Sakuragi évolue lui aussi encore pour être définitivement devenu accro au basket et ne plus ne jouer que pour impressionner les autres. Il commence à comprendre la beauté du dépassement de soi et du sport en général. 

      On se régale toujours autant avec cette référence du basket en manga. 

      Encore 4 tomes à savourer avant la fin !
      • 3 réponses
    • Sexy cosplay doll tome 5
      Note :
      Ce tome met à l’honneur l’évolution de la relation entre nos 2 personnages principaux, en plus de leurs rendez-vous autour du cosplay, ils vont aussi s’organiser des sorties shopping, café manga, fêtes de vacances…

      Comme toujours, leur enthousiasme les entraine parfois dans des situations ambiguës, limite coquines et c’est ce qui fait le charme du manga, Car bien que Marine soit assez osée quand il s’agit de cosplay, elle est plutôt débutante en amour ! Quant à Gojo, jusqu’à récemment, il n’y avait que les poupées dans sa vie. Et si chacun prend conscience de ses sentiments, ils n’en sont pas au point de se les avouer.

      Un tome plus intéressant donc car il y a une vraie avancée dans l’histoire, avec son lot de charme et de bonne humeur. Petite déception concernant le côté cosplay car on ne voit pas le costume de Veronica Chou dont on parlait au tome précédent.
      • 0 réponse
×
×
  • Créer...