Aller au contenu
  • S’inscrire
  • Trait pour trait tomes 1 et 2


    Nickad
    • Scenariste: HIGASHIMURA Akiko Dessinateur: HIGASHIMURA Akiko Editeur: Akata Note :
      Résumé:

      Akiko Hayashi est lycéenne, et elle habite dans la préfecture de Miyazaki. Très jeune, elle savait qu'elle voulait devenir dessinatrice de shôjo mangas, et avait déjà fantasmé tout son plan de carrière : l'âge auquel elle enverrait des premiers travaux aux éditeurs, l'âge auquel elle serait publiée, l'âge auquel son manga serait adapté en anime… Persuadée que son génie auto-proclamé suffirait à lui ouvrir toutes les portes, elle va pourtant être rattrapée par la réalité. Car en dernière année de lycée, sa rencontre avec un prof d'une petite classe d'arts à l'écart de tout, va violemment la ramener à la réalité. Ce professeur étrange, plutôt sévère et armé de son sabre en bambou, va profondément changer sa vie.

      Autres informations: série finie en 5 tomes
      Type: Manga L'acheter sur bdfugue Genre: Tranche de vie

    Histoire autobiographique pour ce manga. Akiko Higashimura revient sur son passé avec humour, sa passion pour les shojos qui a motivé tout son parcours scolaire, du club d’art plastique du lycée à l’école des beaux-arts en passant surtout par une école d’art locale.

    Mais au travers de ces souvenirs, c’est surtout sur son professeur de dessin qu’elle s’attarde, sur cette relation étrange, sur tout ce qu’elle n’avait pas compris étant jeune et sur ses regrets. Car on sent une tristesse dans le texte, ce livre semble être un hommage à ce professeur pour lui dire tout ce qu’elle n’a jamais pu lui dire.

    Difficilement abordable pour la jeune génération, pas à cause de sa lecture mais de la maturité nécessaire pour l’apprécier comme il se doit, c’est une œuvre émouvante. L’idéal serait que les parents la lise et qu’ils en parlent ensuite avec leurs adolescents, car il y a quand même un message de l’auteur par rapport à son retour d’expérience.



    Retour utilisateur

    Commentaires recommandés

    J'ai rarement ri autant et pourtant le sujet n'est pas forcément propice à cela de prime abord. Autobiographie d'une véritable "star" du manga (coucou princesse Jellyfish), la vie de la mangaka est racontée avec une bonne part d'auto dérision, mais surtout avec une authenticité rare qui sonne juste tout au long de ce premier tome. Je ne suis pas particulièrement fan de cette auteur, mais cela faisait longtemps que je n'avais pas lu un manga aussi bon, et dans un genre que je n'attendais pas vraiment. 

    Ne dit-on pas que la meilleure manière de raconter une histoire triste est de le faire en riant ? 

    Ah oui, détail qui ne trompe pas : ma femme qui déteste les mangas a adoré ! 

    Modifié par Karlrozen
    • Like 1

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites
    Il y a 9 heures, Karlrozen a dit :

    Ah oui, détail qui ne trompe pas : ma femme qui déteste les mangas a adoré ! 

    A oui tiens la mienne c'est un peu pareil. Mais des fois je trouve un truc, genre la Not Yet Married qu'elle a apprecié.

    Donc celui la pourquoi pas.

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    Pour le coup, ma fille (qui vient d'avoir 18 ans !) n'a pas aimé du tout. Peut-être pas trop jeune pour apprécier le retour d'expérience, ensuite le graphisme est assez particulier, loin du manga "classique"

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites
    il y a 27 minutes, Nickad a dit :

    manga "classique"

    Je crois que j’ai trop lu de mangas (et ma femme pas assez 😉) pour être gêné par cela maintenant, il y a vraiment (comme dans n’importe quel art) de nombreux styles différents. Même si je conviens qu’il y a un style mainstream représenté dans le paysage actuel, ou tout du moins sur ce qui est traduit / mis en avant en France. 

    Quand je conseille des shonen à la bibli, l’attaque des titans ou one pièce génèrent souvent une réaction de rejet graphique de prime abord 😊

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites
    il y a 35 minutes, Nickad a dit :

    ma fille

    Et au delà du dessin, elle accroche en général avec le genre « tranche de vie » comme on dit ? Par ex Kamakura Diaries ou Barakamon ?

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    Je me tâte à trouver un lot attaque des titans sur lbc pour ma fille justement ! Mais ça , ça pourrait lui plaire aussi , elle qui est à fond dans les « animés » comme elle dit 😄. Moi j’appelle ça les mangas, tout court 😬

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites
    il y a 12 minutes, Kevin Nivek a dit :

    Je me tâte à trouver un lot attaque des titans sur lbc pour ma fille justement ! Mais ça , ça pourrait lui plaire aussi , elle qui est à fond dans les « animés » comme elle dit

    Attention, l'attaque des titans en manga c'est, au moins sur les premiers, TRES moche. Moi j'en avais beaucoup entendu parler donc j'avais acheté et j'ai ramené au magasin (TRES rare pour moi). C'est BEAUCOUP mieux dans les animés.

     

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites
    il y a 17 minutes, Karlrozen a dit :

    Et au delà du dessin, elle accroche en général avec le genre « tranche de vie » comme on dit ? Par ex Kamakura Diaries ou Barakamon ?

    elle a adoré barakamon, en général elle lit de tout, faut dire qu'elle a grandi entourée de mangas, je crois que c'est juste l'histoire. Il y a des livres qu'elle n'apprécie que maintenant et c'est normal, il faut du recul sur certains (et de la connaissance aussi parfois) pour vraiment les apprécier

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites
    il y a 2 minutes, poseidon2 a dit :

    Attention, l'attaque des titans en manga c'est, au moins sur les premiers, TRES moche.

     

    il y a quelques tomes en plus où c'est très fouillis...

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    Si vous voulez du moche , lisez Ladyboy vs Yakuzas, et là je veux bien qu’on en reparle 

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites
    à l’instant, Karlrozen a dit :

    Si vous voulez du moche , lisez Ladyboy vs Yakuzas, et là je veux bien qu’on en reparle 

    c'est vrai que c'est moche mais c'est tellement déjanté que ça va bien avec l'histoire !

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    @Nickad, j’ai vu que tu avais lu « En proie au silence », tu le conseilles ? (Pub en flyer avec Trait pour Trait)

    Modifié par Karlrozen

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites
    il y a 2 minutes, Karlrozen a dit :

    Nickad

    Tu peux faire une "invocation" en commencant par "@" 😉 @Nickad

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    J’ai ripé mais édité, sauf qu’on dirait que çà ne marche pas en édit 

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites
    il y a 7 minutes, Karlrozen a dit :

    @Nickad, j’ai vu que tu avais lu « En proie au silence », tu le conseilles ?

    l'histoire est vraiment intéressante, cette auteur a vraiment à cœur de défendre les femmes, le bémol (comme dans son œuvre le siège des exilées) c'est le rythme, c'est très lent et parfois, il y a comme une sorte de monotonie. Quand on a des sujets aussi forts, il faut que le discours soit à la hauteur ! Je trouve (et ce n'est que mon opinion) que cette lenteur dessert son propos, je continue à le lire mais je ne suis pas convaincue.

    • Like 1

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites


    Rejoindre la conversation

    Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

    Invité
    Ajouter un commentaire…

    ×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

      Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

    ×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

    ×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

    ×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


  • Qui est en ligne   0 membre, 2 anonymes, 40 invités (Afficher la liste complète)

    Il n’y a aucun utilisateur enregistré actuellement en ligne

  • Inscription

    Inscrivez vous gratuitement

  • Chatbox

    You don't have permission to chat.
    Load More
  • Dernières Critiques

    • Téléportation Inc T1
      Note :
      Alors ça va paraitre incongru voir incompréhensible aux jeunots mais.... qu'est-ce que ça sent bon  la série B de chez Delcourt ce Téléportation Inc. Au milieu de la lecture je me serais cru avec un des très bons albums de Nash ou de Carme entre les mains. De la BD d'aventure grand spectacle.  Bon on retrouve un mini coté humour qui rapproche plus cette BD de Travis que de Carmen mais l'héroïne est une jolie fille donc bon...

       Pour le reste on est sur ce qui se faisait de mieux en divertissement au début des années 2000: un dessin efficace, une coloration pêchue, une héroïne forte en caractère et surtout une aventure mi SF mi western supère rafraichissante.  Car si la couverture fait très SF, ce qui fait la vrai nouveauté c'est de mettre cette aventure en place dans un monde typé western, aux confluences de Westworld et de Valerian (pour l'aspect space opera).

      Bref de la BD popcorn comme on en fait plus vraiment. Un vrai bon moment de détente et d'aventure, loin des normes de "dureté" et de "réalisme" des parutions actuelles. 

      J'en viens à rêver que cette série nous livre plus de jolie diptyque c'est pour dire  🙂
      • 5 réponses
    • Marqués
      Note :
      Avant de commencer, Marqués des éditions Ankama n'a rien à avoir avec la chronique que j'ai faite sur Marqués le comics. C'est marrant d'avoir le même titre pour deux BD en l'espace d'un mois d'intervalle. Pour revenir à la chronique, Marqués est le nouveau titre des auteurs espagnol de The Killmasters, d'ailleurs la préface est signée par Raule le scénariste de Jazz Maynard. Damian nous plonge dans une histoire très sombre dans le Barcelone actuel. L'ambiance est donnée dès le début avec une introduction assez forte, entre une mère junkie et deux enfants laissés à l'abandon. On suit le parcours des deux enfants qui sont devenu de jeunes adultes et surtout le parcours de Pablo. Il travaille dans une supérette, revend un peu de drogue et défoule sa rage dans l'entrainement de sport de combat. On sent que l'histoire peut dégénérer à tout instant avec le passif et les fréquentations de ce jeune perturbé par son enfance. 
      Les dessins de Javier ont gagné en qualité depuis leur dernier titre. L'encrage est bien présent pour dégager une atmosphère particulière. Le trait de l'auteur est nerveux et dynamique qui convient très bien sur les combats et autres scènes d'action.
      Marqués est un titre fort et intense qui ne laisse pas indifférent, les auteurs m’ont vraiment surpris avec ce titre en comparaison avec leur titre précédent.
       
      • 1 réponse
    • Le corps est un vêtement que l'on quitte
      Note :
      Avant tout sachez que je ne suis pas une spécialiste de Liberge, n’en déplaise à certains car je sais qu’il est très apprécié sur ce site. J’ai hésité à faire cette critique car j’ai vu que les avis étaient très positifs un peu partout. Je vous rassure, je ne vais pas la descendre, loin de là ! mais j’aimerai y apporter quelques nuances.

      Graphiquement parlant, c’est très beau, des dessins très travaillés et détaillés, des rendus colores recherchés notamment pour souligner le rendu mystique et un changement radical dans la dernière partie pour aborder l’épilogue de l’histoire. Le seul détail qui m’a dérangé c’est la représentation du personnage principal car même s’il a une carrure carrée (c’est un rugbyman), il fait nettement plus que son âge, à 19 ans on croirait qu’il en a 35 !! Bien sûr ce n’est qu’un détail car cela ne change rien au sujet de l’histoire.

      Concernant le sujet, on entre ici dans des considérations mystiques : l’expérience de la mort et de son retour. On sent que Liberge a bien étudié le sujet, il s’est appuyé sur des témoignages, sur des œuvres dont celle de Jérôme Bosch et sa série de tableaux du voyage vers l’au-delà. Que l’on y croit ou pas n’est pas important, ici, on nous dit qu’il existe des événements qui dépassent l’entendement, que la mort n’est pas une fin.

      Je regrette que la partie « secret de famille » ne soit pas plus approfondie, je pensais d’après le résumé que cela allait avoir une part importante mais c’est surtout autour des EMI (expérience de mort imminente) que l’histoire s’articule : quelles sont les conséquences directes et comment cela va influencer la vie du personnage principal.

      Si le sujet vous intéresse, vous aimerez surement cette bd, après, je la conseillerai plus pour un public adulte, du fait de toute la partie ésotérique. Et concernant son potentiel de relecture, je m’interroge, ce n’est pas le genre d’ouvrage que l’on relit régulièrement.
        • Like
      • 5 réponses
    • Rainbow girls t1 : Sauvons Lulu !
      Note :
      Attention les super héroïnes made in France débarquent !! Enfin made in France pour enfant. 

      Rainbow girls c'est une espèce de Pyjamasque pour les plus grands mais pas vraiment plus grands. Ce premier tome nous présente nos héroïnes et nous montre  comment elles deviennent Rainbow Girls. L'originalité de ce tome est de faire en sorte que notre bande de 3 soit en fait une bande de 2+1. En effet l'une des filles n'est pas vraiment l'amies des deux autres, au début tout du moins.

      Que ce soit l'aventure ou l'apparition des pouvoirs, tout est bien calibré et marche plutôt pas mal. Pourquoi une note moyenne me direz-vous donc ? Et bien parce que ce comic à la française s'adresse avant tout a de très jeune lecteur. En effet ma fille de 12 n'a même pas regardé l'album. Mais fille de 6 oui. Son graphisme très enfantin cible particulièrement un public très jeune. Alors pourquoi complexifier l'histoire en mettant nos héroïnes au lycée et non pas en primaire ou au collège ?

      C'est un peu dommage car les petites filles qui commencent à lire qui sont la cible de l'album ne s'identifie pas à ces "grands". Et donc cela ne fait que perdre un peu le lectorat cible.....

      Dommage ca sinon ca aurait été la lecture parfaite pour les petites filles.
      • 0 réponse

    • No gun's life t10
      Note :
      Hop le début d'un nouveau cycle pour No Gun's life avec ce tome 10. 

      Et nouveau cycle ou l'on repart vraiment de la base. En effet on retrouve le calme du début avec Juzo en tant qu'enquêteur et des missions confiées par des gens. Et quelque part ce retour au calme après la complexité des 3 tomes précédents est plutôt la bienvenue. On retrouve la base et on explore un peu plus les personnages existants avec un focus sur notre ingénieures spécial Extends favorite. 

      SI ce tome risque de décevoir certains par la mise en place de ce nouveau contexte et ce retour au calme, ce trouve que ce n'est pas un mal. 

      On a plus le temps de prêter attention aux sublimes dessins de Tasuku Karasuma 🙂
      • 0 réponse
×
×
  • Créer...