Aller au contenu
  • S’inscrire

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'documentaire'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Les forums BD
    • Toute la BD
    • Projets participatifs
    • Petites Annonces BD
    • Liens BD vers ailleurs
  • Et si on parlait d'autre chose que la bande dessinée ?
    • Améliorons 1001BD
    • Films et séries TV
    • 1001 Jeux Video
    • Livres - Musique - Spectacles - Théatre - Musées
    • 1001 choses à dire
  • TEAM

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui contiennent…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


16 résultats trouvés

  1. poseidon2

    L'affaire Markovic

    Avec presque 40 années de décalage et la mort de la plupart des protagonistes, on peut parler de cette affaire comme d'une partie de l'histoire de France. Pas la partie la plus glorieuse, mais une partie que l'on ne peut cacher : l'après-guerre et sa politique faite de barbouze et de coups fourrés. J'avoue qu'en tant que "jeune" je n'avais jamais entendu parler de cette affaire. et après lecture de ce récit, je trouve cela surréaliste que cela se soit vraiment passé !, c'est plus gros que ce que n'importe quel scénariste hollywoodien du moment ne pourrait écrire : Des Stars de ciné, des premiers ministres, une implication du président, un patron de la pègre, un corbeau... Cela serait un film, on dirait que les auteurs ont cherché à en mettre trop ! C'est édifiant sur le monde politique de l'époque qui n'avait pas besoin de réseaux sociaux pour diffamer quelqu'un.
  2. Titre de l'album : L'affaire Markovic Scenariste de l'album : Jean-Yves Le Naour Dessinateur de l'album : Emmanuel Cassier Coloriste : Emmanuel Cassier Editeur de l'album : Grand Angle Note : Résumé de l'album : Une des plus sales affaires de la Ve république. Le 1er octobre 1968, le corps de Stefan Markovic, un Yougoslave travaillant pour Alain Delon, est retrouvé dans une décharge. À partir de cette sordide histoire criminelle s'échafaude un incroyable complot politique destiné à mêler le nom des Pompidou à l'affaire. Une histoire de guerre de succession, de coup bas, d'affaire de moeurs inventée de toute pièce dans le but d'empêcher Georges Pompidou d'accéder à la présidence, par tous les moyens, même les plus sales. Critique : Avec presque 40 années de décalage et la mort de la plupart des protagonistes, on peut parler de cette affaire comme d'une partie de l'histoire de France. Pas la partie la plus glorieuse, mais une partie que l'on ne peut cacher : l'après-guerre et sa politique faite de barbouze et de coups fourrés. J'avoue qu'en tant que "jeune" je n'avais jamais entendu parler de cette affaire. et après lecture de ce récit, je trouve cela surréaliste que cela se soit vraiment passé !, c'est plus gros que ce que n'importe quel scénariste hollywoodien du moment ne pourrait écrire : Des Stars de ciné, des premiers ministres, une implication du président, un patron de la pègre, un corbeau... Cela serait un film, on dirait que les auteurs ont cherché à en mettre trop ! C'est édifiant sur le monde politique de l'époque qui n'avait pas besoin de réseaux sociaux pour diffamer quelqu'un. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/l-affaire-markovic-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  3. Après un premier tome qui ne m'avaient guère passionné, le personnage de Chaplin me laissant jusqu'ici assez froid et loin de l'image que j'avais de lui, le tome 2 avait relancé mon intérêt pour cette série, ébauchant alors déjà ce tome 3 venu me réconcilier définitivement avec cette trilogie. En effet, c'est ici que l'on prend enfin la mesure de Chaplin puisque je suis persuadé que l'artiste ne devient grand que lorsqu'il sert un idéal plus grand que son ego. Les failles de l'homme exposées avec lucidité forment alors un beau contrepoint au génie de l'artiste. Ce Chaplin qui sut se réinventer, sortir du chemin tracé, s'opposer, et jeter un regard acerbe et toujours pertinent près d'un siècle plus tard sur sa société pour ainsi rentrer dans l'Histoire est passionnant. Ses deux contrepoints, formé ici dans ce tome 3 avec l'évolution d'Hitler et le personnage de Hoover, permettent de mieux mesurer la difficulté de ce qu'il entreprit et fit. Cette trilogie mérite d'être lue puisqu'il s'agit finalement de l'une des seules biographies sérieuses et couvrant une vaste partie de sa vie consacrée à ce génie que fut Chaplin. Bravo Messieurs, une belle fin en apothéose pour tout passionné d'histoire et de cinéma. Les liens vers les chroniques des précédents tomes :
  4. Titre de l'album : Chaplin - Tome 3 - Contre John Edgar Hoover Scenariste de l'album : Laurent Seksik Dessinateur de l'album : David Francois Coloriste : David Francois Editeur de l'album : Rue de sevres Note : Résumé de l'album : Après avoir connu ascension fulgurante, succès incontesté et premiers échecs, Charlie Chaplin traverse, à l'aube de ses 40 ans, une période de doutes. Désintéressé par les louanges d'Hollywood, et surtout marqué par la misère sociale et l'instabilité politique grandissante, le prodige du cinéma envisage de mettre un terme à sa carrière. C'est sa rencontre avec l'actrice Paulette Goddard qui lui donnera un nouveau souffle créatif et lui permettra de prendre le virage dont son oeuvre avait besoin. Délaissant la comédie au profit d'un ton plus engagé, Chaplin s'attelle à ce qui resteront ses films les plus marquants : Les Temps Modernes et Le Dictateur. Critique : Après un premier tome qui ne m'avaient guère passionné, le personnage de Chaplin me laissant jusqu'ici assez froid et loin de l'image que j'avais de lui, le tome 2 avait relancé mon intérêt pour cette série, ébauchant alors déjà ce tome 3 venu me réconcilier définitivement avec cette trilogie. En effet, c'est ici que l'on prend enfin la mesure de Chaplin puisque je suis persuadé que l'artiste ne devient grand que lorsqu'il sert un idéal plus grand que son ego. Les failles de l'homme exposées avec lucidité forment alors un beau contrepoint au génie de l'artiste. Ce Chaplin qui sut se réinventer, sortir du chemin tracé, s'opposer, et jeter un regard acerbe et toujours pertinent près d'un siècle plus tard sur sa société pour ainsi rentrer dans l'Histoire est passionnant. Ses deux contrepoints, formé ici dans ce tome 3 avec l'évolution d'Hitler et le personnage de Hoover, permettent de mieux mesurer la difficulté de ce qu'il entreprit et fit. Cette trilogie mérite d'être lue puisqu'il s'agit finalement de l'une des seules biographies sérieuses et couvrant une vaste partie de sa vie consacrée à ce génie que fut Chaplin. Bravo Messieurs, une belle fin en apothéose pour tout passionné d'histoire et de cinéma. Les liens vers les chroniques des précédents tomes : Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/chaplin-tome-3-contre-john-edgar-hoover?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  5. Il faut reconnaitre que la mention "chaine youtube" sur une BD ça a plutôt tendance à me faire fuir. Cependant on a pu voir avec Nota Bene par exemple un certain intérêt à certaines, aussi c'est sans trop d'à priori que je me suis lancé à la lecture de cet album, n'ayant pas lu le premier. Premier point, c'est plutôt joli, le dessin est parfois un peu lesé sur ce genre d'ouvrages mais là, sans être dans le haut de gamme de la bd, on est sur un travail très propre d'Adrien Martin. On va suivre alors le périple d'un jeune journaliste parti à la découverte du fonctionnement des narcotrafics. Bon ça c'est ce qui est dit dans le titre, et pour être honnête quand on me dit géopolitique et narcotrafic, je m'attends plus à un truc très détaillé et fourmillant d'imbrication politiques et géopolitiques majeures qu'à ce que j'ai lu. Et en fait c'est probablement mieux ainsi, le journaliste prenant le parti, avec ses propres moyens d'aller à la rencontre des producteurs à l'origine de ses drogues, les paysans qui subsistent du narcotrafic en produisant opium ou coca. Ce qui rend le récit plus vivant, plus humain, et plus intéressant, cette partie étant généralement délaissée. Ainsi si vous n'y apprendrez probablement guère plus que ce que vous soupçonniez, cette enquête à taille humaine se révèle toutefois intéressante par l'image qu'elle dessine de ses protagonistes.
  6. Titre de l'album : L'aventure géopolitique - Tome 2 - Le narcotrafic Scenariste de l'album : Ludovic Danjou Dessinateur de l'album : Adrien Martin Coloriste : Adrien Martin Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : Après avoir exploré les enjeux de la déforestation sur notre planète, Gildas nous embarque maintenant au coeur du narcotrafic. Du petit producteur colombien au consommateur occidental en passant par les exploitations en Afghanistan, le youtubeur-reporter cherche à comprendre les chemins empruntés par la drogue, ses impacts sociaux, humains et économiques. Critique : Il faut reconnaitre que la mention "chaine youtube" sur une BD ça a plutôt tendance à me faire fuir. Cependant on a pu voir avec Nota Bene par exemple un certain intérêt à certaines, aussi c'est sans trop d'à priori que je me suis lancé à la lecture de cet album, n'ayant pas lu le premier. Premier point, c'est plutôt joli, le dessin est parfois un peu lesé sur ce genre d'ouvrages mais là, sans être dans le haut de gamme de la bd, on est sur un travail très propre d'Adrien Martin. On va suivre alors le périple d'un jeune journaliste parti à la découverte du fonctionnement des narcotrafics. Bon ça c'est ce qui est dit dans le titre, et pour être honnête quand on me dit géopolitique et narcotrafic, je m'attends plus à un truc très détaillé et fourmillant d'imbrication politiques et géopolitiques majeures qu'à ce que j'ai lu. Et en fait c'est probablement mieux ainsi, le journaliste prenant le parti, avec ses propres moyens d'aller à la rencontre des producteurs à l'origine de ses drogues, les paysans qui subsistent du narcotrafic en produisant opium ou coca. Ce qui rend le récit plus vivant, plus humain, et plus intéressant, cette partie étant généralement délaissée. Ainsi si vous n'y apprendrez probablement guère plus que ce que vous soupçonniez, cette enquête à taille humaine se révèle toutefois intéressante par l'image qu'elle dessine de ses protagonistes. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/l-aventure-geopolitique-tome-2-le-narcotrafic?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  7. Titre de l'album : Les frères Michelin, histoire d'un empire Scenariste de l'album : Mayen Dessinateur de l'album : Napey Coloriste : Poupelin Editeur de l'album : Le Lombard Note : Résumé de l'album : Tout le monde connaît aujourd'hui les célèbres pneus, cartes routières et autres guides gastronomiques siglés Michelin. Leur histoire se confond avec celle de la France. Pourtant, cet empire eut bien failli ne jamais voir le jour, n'eut été la détermination de deux frères : André, entrepreneur fantasque doué d'un génie sans pareil pour les « coups de com », et Edouard, artiste reconverti avide d'innovation. Ensemble, ils auront connu succès et crises à la taille de leur destin. Critique : Après le très remarquable documentaire BD sur Renault, les éditions Le Lombard récidivent en nous proposant un documentaire bd biographique sur les frères Michelin et leur grande saga industrielle familiale. Le scénario présenté par Mayen est plus que bien ficelé puisqu'au gré des souvenirs du narrateur on remonte ainsi toute la fresque familiale. Certains passages restent un peu sous exploité et d'autres m'ont parus un peu flous, notamment sur les liens généalogiques familiaux qui nous perdent parfois un peu en route. On aurait aussi aimé en savoir un peu plus sur leur partage de l'entreprise familiale et de sa richesse aussi. Mais les auteurs nous brode cette saga familiale de manière intéressante, plaisante et instructive alors ne boudons pas notre plaisir. Je me demande simplement si ce one shot n'aurait pas gagné à adopter la pagination plus ambitieuse du tome consacré à Renault. Côté graphisme on est sur quelque chose d'assez simple, il faut bien le reconnaître. On y gagne en clareté ce que l'on y perd en intérêt pour le dessin. Ceci étant les scènes sont limpides, les personnages reconnaissables facilement et le tout se lit de manière agréable. Je recommande cet opus aux amateurs de l'histoire des débuts de l'industrie française notamment, et aux origines des empires et inventions qui emplissent nos quotidiens même si au final le résultat se révèle un cran en dessous du coup de maître sur Renault. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/les-freres-michelin-histoire-d-un-empire?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  8. Après le très remarquable documentaire BD sur Renault, les éditions Le Lombard récidivent en nous proposant un documentaire bd biographique sur les frères Michelin et leur grande saga industrielle familiale. Le scénario présenté par Mayen est plus que bien ficelé puisqu'au gré des souvenirs du narrateur on remonte ainsi toute la fresque familiale. Certains passages restent un peu sous exploité et d'autres m'ont parus un peu flous, notamment sur les liens généalogiques familiaux qui nous perdent parfois un peu en route. On aurait aussi aimé en savoir un peu plus sur leur partage de l'entreprise familiale et de sa richesse aussi. Mais les auteurs nous brode cette saga familiale de manière intéressante, plaisante et instructive alors ne boudons pas notre plaisir. Je me demande simplement si ce one shot n'aurait pas gagné à adopter la pagination plus ambitieuse du tome consacré à Renault. Côté graphisme on est sur quelque chose d'assez simple, il faut bien le reconnaître. On y gagne en clareté ce que l'on y perd en intérêt pour le dessin. Ceci étant les scènes sont limpides, les personnages reconnaissables facilement et le tout se lit de manière agréable. Je recommande cet opus aux amateurs de l'histoire des débuts de l'industrie française notamment, et aux origines des empires et inventions qui emplissent nos quotidiens même si au final le résultat se révèle un cran en dessous du coup de maître sur Renault.
  9. poseidon2

    Amy pour la vie

    Titre de l'album : Amy pour la vie Scenariste de l'album : Christophe Cazenove Dessinateur de l'album : Jerome Derache / Cecile Coloriste : Jerome Derache / Cecile Editeur de l'album : Bamboo Note : Résumé de l'album : L'amour est un mot à 4 pattes. Chaque chien entre dans notre vie pour nous enseigner quelque chose. Amy, jeune fille non-voyante de 8 ans, récupère enfin Kita, le chien que ses parents lui avaient offert alors qu'il était bébé. Après plusieurs mois passés en centre de formation de chien guide, Kita va désormais partager chaque minute de chaque journée de la vie de sa jeune maîtresse. Ils vont tout faire ensemble, les découvertes de la vie, des amis... et les bêtises aussi. Critique : Voici quelques années que Bamboo s'est lancé dans les BD instructives à destination du jeune publique. Les sujets se suivent et ne se ressemblent pas. Sur ce coup, Christophe Cazenove traite des chiens d'aveugles et de leurs importances dans la vie des personnes mal voyantes. Comme sur les autres BDs, ce "Amy pour la vie" est une alternance des pages de BDs et de pages instructive sur l'apport et l'apprentissage des chiens d'aveugles ou encore sur la vie des aveugles. Si ces passages sont vraiment intéressants, le reste de la BD est, quant à elle, vraiment orientée très jeune publique. Si notre Amy est très gentille et un peu espiègle, ses aventures ne feront pas forcément rire les parents, là où elles plairont aux enfants. Cela nous donne, pour finir, une BDs qui est intéressante à faire lire aux enfants, mais qui ne se prêtera peut-être pas à une relecture. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/amy-pour-la-vie-tome-1-les-yeux-fermes?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  10. poseidon2

    Amy pour la vie

    Voici quelques années que Bamboo s'est lancé dans les BD instructives à destination du jeune publique. Les sujets se suivent et ne se ressemblent pas. Sur ce coup, Christophe Cazenove traite des chiens d'aveugles et de leurs importances dans la vie des personnes mal voyantes. Comme sur les autres BDs, ce "Amy pour la vie" est une alternance des pages de BDs et de pages instructive sur l'apport et l'apprentissage des chiens d'aveugles ou encore sur la vie des aveugles. Si ces passages sont vraiment intéressants, le reste de la BD est, quant à elle, vraiment orientée très jeune publique. Si notre Amy est très gentille et un peu espiègle, ses aventures ne feront pas forcément rire les parents, là où elles plairont aux enfants. Cela nous donne, pour finir, une BDs qui est intéressante à faire lire aux enfants, mais qui ne se prêtera peut-être pas à une relecture.
  11. Et hop un peu de culture en Bande dessinée avec comme but ici de nous faire redécouvrir le Moyen Âge que l'on pensait pourtant, à tord, connaître. Arnaud de la Croix nous livre ici un véritable exercice de vulgarisation réussie puisqu'à travers 20 dates clés du Moyen Âge, il réussit à nous donner un aperçu, nécessairement plus juste et moins caricatural que les souvenirs que nos cours d'histoires nous ont laissés. Côté illustrations, Phlippe Bercovici, que l'on connait surtout en bd pour ses "Femmes en blanc" nous livre une partition juste et vivante, qui permet à un genre pourtant réputé austère de rester agréable à lire. Je ne peux que recommander cette bd si comme moi vous êtes amateurs d'histoire, encore plus quand elle se met à votre portée.
  12. Titre de l'album : La véritable histoire du moyen âge Scenariste de l'album : Arnaud de la Croix Dessinateur de l'album : Philippe Bercovici Coloriste : Sylvie Sabater Editeur de l'album : Le Lombard Note : Résumé de l'album : Le Moyen Âge a souvent été dépeint comme une période obscurantiste, aux antipodes de notre ère moderne. Que nenni ! Les noms de ses acteurs résonnent encore aujourd'hui et tissent la tapisserie complexe d'une époque souvent dépeinte de manière très caricaturale. Laquelle nous enseigne combien nos fameuses « racines » poussaient jusqu'en Orient, et qu'on est toujours le barbare d'un autre. D'anecdote en portrait, de philosophe en roi, redécouvrons les Lumières des Âges Sombres ! Critique : Et hop un peu de culture en Bande dessinée avec comme but ici de nous faire redécouvrir le Moyen Âge que l'on pensait pourtant, à tord, connaître. Arnaud de la Croix nous livre ici un véritable exercice de vulgarisation réussie puisqu'à travers 20 dates clés du Moyen Âge, il réussit à nous donner un aperçu, nécessairement plus juste et moins caricatural que les souvenirs que nos cours d'histoires nous ont laissés. Côté illustrations, Phlippe Bercovici, que l'on connait surtout en bd pour ses "Femmes en blanc" nous livre une partition juste et vivante, qui permet à un genre pourtant réputé austère de rester agréable à lire. Je ne peux que recommander cette bd si comme moi vous êtes amateurs d'histoire, encore plus quand elle se met à votre portée. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/la-veritable-histoire-du-moyen-age-en-20-dates-cles?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  13. Titre de l'album : Chroniques Diplomatiques - Tome 1 - Iran 1953 Scenariste de l'album : Tristan Roulot Dessinateur de l'album : Christophe Simon Coloriste : Alexandre Carpentier Editeur de l'album : Le Lombard Note : Résumé de l'album : Téhéran, 1953. En nationalisant les puits de pétrole, le Premier Ministre Mossadegh a totalement rebattu les cartes... et excité les convoitises ! La France a misé sur son plus jeune ambassadeur, Jean d'Arven. Fin connaisseur de la région, il mène le bal diplomatique tandis que dans les coulisses, son ami Jacques se salit les mains pour la cause. Mais ils sont loin de se douter que les Américains s'apprêtent à écrire une nouvelle page des relations internationales : le coup d'état intérieur. Critique : Ce Chroniques Diplomatiques est une belle surprise de cette rentrée. On revient avec cette BD légèrement romancée sur le coup d'état de 1953 en Iran et pour nous Français c'est une belle occasion de mieux comprendre la diplomatie mondiale et le rôle joué parfois par la France dans ce ballet parfois sanglant. On suit ici deux héros plutôt réussis pris dans la tourmente de ces évènements. Le graphisme de Christophe Simon est très réussi pour coller au sérieux de ce genre de BD. J'ai été passionné de la première page à la dernière par cette histoire dynamique et menée tambour battant tant je ne connaissais rien de cette crise et tant les enjeux dans cette région du globe me semblent à chaque fois tellement étrangers. häte de voir si nous retrouverons nos personnages sur le second tome ou si celui-ci prendra place sans eux, comme une série de one shot auto-conclusifs. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/chroniques-diplomatiques-tome-1-iran-1953?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  14. Ce Chroniques Diplomatiques est une belle surprise de cette rentrée. On revient avec cette BD légèrement romancée sur le coup d'état de 1953 en Iran et pour nous Français c'est une belle occasion de mieux comprendre la diplomatie mondiale et le rôle joué parfois par la France dans ce ballet parfois sanglant. On suit ici deux héros plutôt réussis pris dans la tourmente de ces évènements. Le graphisme de Christophe Simon est très réussi pour coller au sérieux de ce genre de BD. J'ai été passionné de la première page à la dernière par cette histoire dynamique et menée tambour battant tant je ne connaissais rien de cette crise et tant les enjeux dans cette région du globe me semblent à chaque fois tellement étrangers. häte de voir si nous retrouverons nos personnages sur le second tome ou si celui-ci prendra place sans eux, comme une série de one shot auto-conclusifs.
  15. Titre de l'album : Tu ne tueras point Scenariste de l'album : Jean-Louis Tripp Dessinateur de l'album : Cyril Doisneau Coloriste : Cyril Doisneau Editeur de l'album : Le Lombard Note : Résumé de l'album : Quel est le point commun entre une ouvrière, l'adjoint d'un maire FN, la 38e fortune de France, un SDF épris de Brassens et un petit dealer atteint de la maladie des os de verre ? Comme bien d'autres, ils ont été assassinés. Et les profils de ceux qui ont mis fin à leurs jours étaient tout aussi hétéroclites - autant que leurs motifs. Ce livre raconte leurs histoires, narrées à la radio par Christophe Hondelatte, et inscrit leur singularité dans une dimension universelle. Les « faits divers » n'ont jamais aussi bien porté leur nom. Critique : Qu'on soit bien d'accord, j'ai beaucoup aimé lire cette BD. Même si c'est plus un documentaire qu'autre chose. Même si je n'ai pas trouvé la réalisation graphique à la hauteur de la couv' ni répondant à mes goûts. Il faut reconnaitre à Jean Louis Tripp le don de savoir raconter une histoire, et celles-ci même si elles ont défrayées la chronique en leurs temps, restent pas moins intéressantes. Evidemment pour cela il faut avoir cet intérêt un peu morbide, un peu malsain pour les faits divers. Ces histoire mêlant horreur, drames, malheurs et vies quotidiennes. Je me connais ce penchant, et habituellement j'essaye de rester loin de tout cela. Mais quand une BD reprenant quelques unes des meilleures enquêtes sur des faits divers plus ou moins élucidés me passe sous le nez, dur dur de résister. Et je pense que vous serez quelques uns à vous laisser aller à ce plaisir régressif tant ces histoires nous parlent de l'homme dans toute sa tragédie. Reste que, sans faire offense au talent ou au travail de M. Doisneau, j'ai trouvé la partie graphique peu intéressante. Elle n'apporte pas assez je trouve, que ce soit sur les décors, ou sur les personnages. Dommage car j'avais trouvé la couverture bien réussie. Pour les amateurs de faits divers, foncez. Pour ceux qui cherchent de l'optimisme et du bonheur, passez tranquillement votre chemin. Autres infos : Inspiré de l'émission de Christophe Hondelatte Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/tu-ne-tueras-point-203872?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  16. The_PoP

    Tu ne tueras point

    Qu'on soit bien d'accord, j'ai beaucoup aimé lire cette BD. Même si c'est plus un documentaire qu'autre chose. Même si je n'ai pas trouvé la réalisation graphique à la hauteur de la couv' ni répondant à mes goûts. Il faut reconnaitre à Jean Louis Tripp le don de savoir raconter une histoire, et celles-ci même si elles ont défrayées la chronique en leurs temps, restent pas moins intéressantes. Evidemment pour cela il faut avoir cet intérêt un peu morbide, un peu malsain pour les faits divers. Ces histoire mêlant horreur, drames, malheurs et vies quotidiennes. Je me connais ce penchant, et habituellement j'essaye de rester loin de tout cela. Mais quand une BD reprenant quelques unes des meilleures enquêtes sur des faits divers plus ou moins élucidés me passe sous le nez, dur dur de résister. Et je pense que vous serez quelques uns à vous laisser aller à ce plaisir régressif tant ces histoires nous parlent de l'homme dans toute sa tragédie. Reste que, sans faire offense au talent ou au travail de M. Doisneau, j'ai trouvé la partie graphique peu intéressante. Elle n'apporte pas assez je trouve, que ce soit sur les décors, ou sur les personnages. Dommage car j'avais trouvé la couverture bien réussie. Pour les amateurs de faits divers, foncez. Pour ceux qui cherchent de l'optimisme et du bonheur, passez tranquillement votre chemin.
×
×
  • Créer...