Aller au contenu
  • S’inscrire

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'histoire'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Les forums BD
    • Toute la BD
    • Projets participatifs
    • Petites Annonces BD
    • Liens BD vers ailleurs
  • Et si on parlait d'autre chose que la bande dessinée ?
    • Améliorons 1001BD
    • Films et séries TV
    • 1001 Jeux Video
    • Livres - Musique - Spectacles - Théatre - Musées
    • 1001 choses à dire
  • TEAM

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui contiennent…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


24 résultats trouvés

  1. Titre de l'album : Les enfants de la résistance - Tome 8 - Combattre ou mourir Scenariste de l'album : Vincent Dugomier Dessinateur de l'album : Benoît Ers Coloriste : Benoît Ers Editeur de l'album : Le Lombard Note : Résumé de l'album : Les enfants de la Résistance ont maintes fois manqué mourir pour leurs idées. Cette fois, ils devront risquer leur vie pour la libre circulation de l'information. Ou plutôt la circulation de l'information libre ! En cet été 1943, la nouvelle mission du Lynx est de livrer un stock de papier qui servira à imprimer les journaux de la Résistance... à 250 km de chez eux. Pour cela, ils vont devoir monter tout un réseau. Ce qui implique de prendre le plus grand des risques : faire confiance... Critique : Qu'est ce que j'aime les bd jeunesses du Lombard. Cette année j'y ai trouvé vraiment de belles choses, aussi agréables à lire pour l'adulte que je suis qu'intéressantes pour les enfants. Ce tome 8 de la série les enfants de la résistance nous confirme que c'est bien une très belle série jeunesse. L'histoire avance bien, le réalisme est toujours de mise, situations et personnages sont complexes et quelques fausses pistes sont agréablement posés, les dilemmes ont le temps de s'installer et on suit nos jeunes héros sur ce chemin Ô combien délicat. Le dessin de Benoît Ers est toujours plein de justesse et de rondeurs sans pour autant trop céder aux facilités, c'est vraiment chouette et propre. J'ai beaucoup aimé. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/les-enfants-de-la-resistance-tome-8-combattre-ou-mourir?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  2. Qu'est ce que j'aime les bd jeunesses du Lombard. Cette année j'y ai trouvé vraiment de belles choses, aussi agréables à lire pour l'adulte que je suis qu'intéressantes pour les enfants. Ce tome 8 de la série les enfants de la résistance nous confirme que c'est bien une très belle série jeunesse. L'histoire avance bien, le réalisme est toujours de mise, situations et personnages sont complexes et quelques fausses pistes sont agréablement posés, les dilemmes ont le temps de s'installer et on suit nos jeunes héros sur ce chemin Ô combien délicat. Le dessin de Benoît Ers est toujours plein de justesse et de rondeurs sans pour autant trop céder aux facilités, c'est vraiment chouette et propre. J'ai beaucoup aimé.
  3. Titre de l'album : Klaus Barbie - la route du rat Scenariste de l'album : Brrémaud Dessinateur de l'album : Bauer. Coloriste : Bauer. Editeur de l'album : Urban Comics Note : Résumé de l'album : Responsable de la mort de centaines de Juifs et de résistants, dont Jean Moulin, le SS Klaus Barbie échappe à la justice et à une double condamnation à mort à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Quittant finalement son Allemagne natale pour l'Amérique du Sud, il y applique les mêmes méthodes et va jusqu'à organiser le coup d'État du dictateur Hugo Banzer. Véritable mercenaire, celui que l'on surnommait le Boucher de Lyon est finalement reconnu, puis traqué, jusqu'en 1987, date fatidique de son jugement et de sa condamnation, sans précédent en France : prison à perpétuité pour crime contre l'humanité. Fruit du travail conjugué de Frédéric BRÉMAUD et de Jean-Claude BAUER – qui a couvert le procès de 1987 pour Antenne 2 –, KLAUS BARBIE, LA ROUTE DU RAT retrace la vie de l'un des plus grands criminels de guerre du XXe siècle. S'appuyant sur des sources historiques et la participation de Jean-Olivier VIOUT, substitut général durant ce procès historique, ou encore de Serge KLARSFELD, grand défenseur de la cause des déportés juifs – qui signe la préface de cet ouvrage –, ils aboutissent à un récit nécessaire, témoignant de l'un des procès les plus retentissants de l'Histoire. Critique : Étonnante que cette BD reportage. Elle ne nous présente pas uniquement le personnage de Klaus Barbie, mais aussi et surtout sa traque et le combat que ca été pour le retrouver et le faire expatrier. Ce qui est marquant dans ce reportage, c'est que l'on se rend compte que Klaus Barbie n'a pas disparu bien longtemps, mais surtout qu'il avait suffisamment d'appui pour que l'on ne veuille pas l'extrader. Finalement, les massacres de Barbie n'ont été qu'une petite partie de la vie d'un homme qui a réussi, jusqu'à très tard, à toujours anguillé pour ne pas se faire attraper. Entre ses contacts à la CIA, ses amis en Amériques du sud et son charisme, il aurait vécu un grand nombre de vies différentes tout en narguant les gens à sa recherche. Cet album est aussi un album sur ces personnes qui n'ont jamais rien lâché jusqu'à obtenir ce que nombre de français attendaient : le procès et la condamnation de Klaus Barbie, le boucher de Lyon. Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/klaus-barbie-la-route-du-rat?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  4. poseidon2

    Klaus Barbie - la route du rat

    Étonnante que cette BD reportage. Elle ne nous présente pas uniquement le personnage de Klaus Barbie, mais aussi et surtout sa traque et le combat que ca été pour le retrouver et le faire expatrier. Ce qui est marquant dans ce reportage, c'est que l'on se rend compte que Klaus Barbie n'a pas disparu bien longtemps, mais surtout qu'il avait suffisamment d'appui pour que l'on ne veuille pas l'extrader. Finalement, les massacres de Barbie n'ont été qu'une petite partie de la vie d'un homme qui a réussi, jusqu'à très tard, à toujours anguillé pour ne pas se faire attraper. Entre ses contacts à la CIA, ses amis en Amériques du sud et son charisme, il aurait vécu un grand nombre de vies différentes tout en narguant les gens à sa recherche. Cet album est aussi un album sur ces personnes qui n'ont jamais rien lâché jusqu'à obtenir ce que nombre de français attendaient : le procès et la condamnation de Klaus Barbie, le boucher de Lyon.
  5. The_PoP

    Le serpent à deux têtes

    Deuxième parution de grande qualité pour Noctambule ce mois-ci avec ce "Serpent à deux têtes" qui ne paye pas de mine mais nous narre une histoire vraie passionnante et documentée mise en image de manière très délicate par Gani Jakupi. C'est à travers les yeux et les témoignages de plusieurs des protagonistes de cette histoire que celle-ci a été recoupée, la plus important étant celle hallucinante du principal intéressé. Si vous aimez l'australie, les pionniers, les histoires vraies incroyables, les peuplades étrangères, et l'Histoire en général, foncez sur ce Serpent à deux têtes, c'est passionnant.
  6. Titre de l'album : Le serpent à deux têtes Scenariste de l'album : Gani Jakupi Dessinateur de l'album : Gani Jakupi Coloriste : Gani Jakupi Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : À l'aube de la fondation de ce qu'on appellera l'Australie, tandis que Sidney n'est encore qu'un village, les destins de M'rrangoureuk, guerrier aborigène revenu d'entre les morts, et de William Buckley, fugitif britannique, se croisent et se confondent. Cette double trajectoire fait écho aux interrogations contemporaines sur l'identité et les mélanges culturels dans notre monde globalisé. Critique : Deuxième parution de grande qualité pour Noctambule ce mois-ci avec ce "Serpent à deux têtes" qui ne paye pas de mine mais nous narre une histoire vraie passionnante et documentée mise en image de manière très délicate par Gani Jakupi. C'est à travers les yeux et les témoignages de plusieurs des protagonistes de cette histoire que celle-ci a été recoupée, la plus important étant celle hallucinante du principal intéressé. Si vous aimez l'australie, les pionniers, les histoires vraies incroyables, les peuplades étrangères, et l'Histoire en général, foncez sur ce Serpent à deux têtes, c'est passionnant. Autres infos : D'après l'histoire vraie de William Buckley Type de l'album : Roman graphique Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/le-serpent-a-deux-tetes?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  7. Titre de l'album : Les frères Michelin, histoire d'un empire Scenariste de l'album : Mayen Dessinateur de l'album : Napey Coloriste : Poupelin Editeur de l'album : Le Lombard Note : Résumé de l'album : Tout le monde connaît aujourd'hui les célèbres pneus, cartes routières et autres guides gastronomiques siglés Michelin. Leur histoire se confond avec celle de la France. Pourtant, cet empire eut bien failli ne jamais voir le jour, n'eut été la détermination de deux frères : André, entrepreneur fantasque doué d'un génie sans pareil pour les « coups de com », et Edouard, artiste reconverti avide d'innovation. Ensemble, ils auront connu succès et crises à la taille de leur destin. Critique : Après le très remarquable documentaire BD sur Renault, les éditions Le Lombard récidivent en nous proposant un documentaire bd biographique sur les frères Michelin et leur grande saga industrielle familiale. Le scénario présenté par Mayen est plus que bien ficelé puisqu'au gré des souvenirs du narrateur on remonte ainsi toute la fresque familiale. Certains passages restent un peu sous exploité et d'autres m'ont parus un peu flous, notamment sur les liens généalogiques familiaux qui nous perdent parfois un peu en route. On aurait aussi aimé en savoir un peu plus sur leur partage de l'entreprise familiale et de sa richesse aussi. Mais les auteurs nous brode cette saga familiale de manière intéressante, plaisante et instructive alors ne boudons pas notre plaisir. Je me demande simplement si ce one shot n'aurait pas gagné à adopter la pagination plus ambitieuse du tome consacré à Renault. Côté graphisme on est sur quelque chose d'assez simple, il faut bien le reconnaître. On y gagne en clareté ce que l'on y perd en intérêt pour le dessin. Ceci étant les scènes sont limpides, les personnages reconnaissables facilement et le tout se lit de manière agréable. Je recommande cet opus aux amateurs de l'histoire des débuts de l'industrie française notamment, et aux origines des empires et inventions qui emplissent nos quotidiens même si au final le résultat se révèle un cran en dessous du coup de maître sur Renault. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/les-freres-michelin-histoire-d-un-empire?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  8. Après le très remarquable documentaire BD sur Renault, les éditions Le Lombard récidivent en nous proposant un documentaire bd biographique sur les frères Michelin et leur grande saga industrielle familiale. Le scénario présenté par Mayen est plus que bien ficelé puisqu'au gré des souvenirs du narrateur on remonte ainsi toute la fresque familiale. Certains passages restent un peu sous exploité et d'autres m'ont parus un peu flous, notamment sur les liens généalogiques familiaux qui nous perdent parfois un peu en route. On aurait aussi aimé en savoir un peu plus sur leur partage de l'entreprise familiale et de sa richesse aussi. Mais les auteurs nous brode cette saga familiale de manière intéressante, plaisante et instructive alors ne boudons pas notre plaisir. Je me demande simplement si ce one shot n'aurait pas gagné à adopter la pagination plus ambitieuse du tome consacré à Renault. Côté graphisme on est sur quelque chose d'assez simple, il faut bien le reconnaître. On y gagne en clareté ce que l'on y perd en intérêt pour le dessin. Ceci étant les scènes sont limpides, les personnages reconnaissables facilement et le tout se lit de manière agréable. Je recommande cet opus aux amateurs de l'histoire des débuts de l'industrie française notamment, et aux origines des empires et inventions qui emplissent nos quotidiens même si au final le résultat se révèle un cran en dessous du coup de maître sur Renault.
  9. Et hop un peu de culture en Bande dessinée avec comme but ici de nous faire redécouvrir le Moyen Âge que l'on pensait pourtant, à tord, connaître. Arnaud de la Croix nous livre ici un véritable exercice de vulgarisation réussie puisqu'à travers 20 dates clés du Moyen Âge, il réussit à nous donner un aperçu, nécessairement plus juste et moins caricatural que les souvenirs que nos cours d'histoires nous ont laissés. Côté illustrations, Phlippe Bercovici, que l'on connait surtout en bd pour ses "Femmes en blanc" nous livre une partition juste et vivante, qui permet à un genre pourtant réputé austère de rester agréable à lire. Je ne peux que recommander cette bd si comme moi vous êtes amateurs d'histoire, encore plus quand elle se met à votre portée.
  10. Titre de l'album : La véritable histoire du moyen âge Scenariste de l'album : Arnaud de la Croix Dessinateur de l'album : Philippe Bercovici Coloriste : Sylvie Sabater Editeur de l'album : Le Lombard Note : Résumé de l'album : Le Moyen Âge a souvent été dépeint comme une période obscurantiste, aux antipodes de notre ère moderne. Que nenni ! Les noms de ses acteurs résonnent encore aujourd'hui et tissent la tapisserie complexe d'une époque souvent dépeinte de manière très caricaturale. Laquelle nous enseigne combien nos fameuses « racines » poussaient jusqu'en Orient, et qu'on est toujours le barbare d'un autre. D'anecdote en portrait, de philosophe en roi, redécouvrons les Lumières des Âges Sombres ! Critique : Et hop un peu de culture en Bande dessinée avec comme but ici de nous faire redécouvrir le Moyen Âge que l'on pensait pourtant, à tord, connaître. Arnaud de la Croix nous livre ici un véritable exercice de vulgarisation réussie puisqu'à travers 20 dates clés du Moyen Âge, il réussit à nous donner un aperçu, nécessairement plus juste et moins caricatural que les souvenirs que nos cours d'histoires nous ont laissés. Côté illustrations, Phlippe Bercovici, que l'on connait surtout en bd pour ses "Femmes en blanc" nous livre une partition juste et vivante, qui permet à un genre pourtant réputé austère de rester agréable à lire. Je ne peux que recommander cette bd si comme moi vous êtes amateurs d'histoire, encore plus quand elle se met à votre portée. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/la-veritable-histoire-du-moyen-age-en-20-dates-cles?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  11. Titre de l'album : Un général, des Généraux Scenariste de l'album : Nicolas Juncker Dessinateur de l'album : François Boucq Coloriste : François & Alexandre Boucq Editeur de l'album : Le Lombard Note : Résumé de l'album : Mai 1958. Alger s'embrase contre un nouveau gouvernement qui, à Paris, semble prêt à dialoguer avec les indépendantistes. Des milliers de colons se soulèvent, obligeant l'armée et ses généraux à choisir leur camp : rester loyaux à l'état ou à l'Algérie française, dernier vestige du grand empire colonial Français. Dépassés et galvanisés par la situation, les généraux s'embarquent dans un coup d'état qui devient rapidement incontrôlable... Et si seul un vieil homme à la retraite, le « dernier héros français », était capable d'arrêter cette machine folle et éviter une guerre civile ? Ce vaudeville politico-militaire donnera les clés du pouvoir à de Gaulle et sa Ve République... car juré-craché, « le Général » l'a promis à toutes et à tous : cette fois, il les a compris. Critique : Etant d'une génération qui n'a pas vécu ses évènements mais pourtant pas ignare sur cette partie de l'Histoire je me suis régalé à lire ce tome, l'ironie permanente et le ridicule des situations combiné au côté pourtant très historique et documenté du propos rend cet ouvrage assez chouette à lire. Attendez-vous à vous exclamer des "nooooon", "c'est pas possible" à plusieurs pages. Ceci étant ma note paraitra probablement dure compte tenu du plaisir réel ressenti à la lecture et que je décris plus haut, mais à la fin de ma lecture, je me suis rendu compte que le côté trop ironique, avait finalement desservi pas mal le propos. En présentant tous les personnages comme des idiots finis, on fini par avoir du mal à décerner le vrai du faux dans cet immense foutoir. Les propos liminaire de l'historien en fin d'album n'éclairant qu'à peine les limites entre faits, interprétations et gags. Le dessin de François Boucq met particulièrement en avant l'ironie en caricaturant les personnages sans trop en faire, leur donnant tout de même régulièrement des airs d'abrutis complets. On est effectivement sur un mélange des genres un brin particulier, mais la critique acide des institutions de la république et de nos représentants, y compris l'idole Général De Gaulle est bien sentie et intéressante, tout comme l'est la découverte historique de ce moment de foutoir si particulier. Pour autant la gravité du propos de fond m'intéressait également et de ce côté là, in fine je me suis senti peut être un peu floué. Un général, des généraux est une bd à lire, ne serait-ce que pour prendre du recul sur les moments parfois étranges que peuvent vivre nos démocraties actuelles. Autres infos : Histoire vue avec ironie Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/un-general-des-generaux?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  12. The_PoP

    Un général, des Généraux

    Etant d'une génération qui n'a pas vécu ses évènements mais pourtant pas ignare sur cette partie de l'Histoire je me suis régalé à lire ce tome, l'ironie permanente et le ridicule des situations combiné au côté pourtant très historique et documenté du propos rend cet ouvrage assez chouette à lire. Attendez-vous à vous exclamer des "nooooon", "c'est pas possible" à plusieurs pages. Ceci étant ma note paraitra probablement dure compte tenu du plaisir réel ressenti à la lecture et que je décris plus haut, mais à la fin de ma lecture, je me suis rendu compte que le côté trop ironique, avait finalement desservi pas mal le propos. En présentant tous les personnages comme des idiots finis, on fini par avoir du mal à décerner le vrai du faux dans cet immense foutoir. Les propos liminaire de l'historien en fin d'album n'éclairant qu'à peine les limites entre faits, interprétations et gags. Le dessin de François Boucq met particulièrement en avant l'ironie en caricaturant les personnages sans trop en faire, leur donnant tout de même régulièrement des airs d'abrutis complets. On est effectivement sur un mélange des genres un brin particulier, mais la critique acide des institutions de la république et de nos représentants, y compris l'idole Général De Gaulle est bien sentie et intéressante, tout comme l'est la découverte historique de ce moment de foutoir si particulier. Pour autant la gravité du propos de fond m'intéressait également et de ce côté là, in fine je me suis senti peut être un peu floué. Un général, des généraux est une bd à lire, ne serait-ce que pour prendre du recul sur les moments parfois étranges que peuvent vivre nos démocraties actuelles.
  13. Le tome 4 de Sasha et Tomcrouz nous emmène toujours plus loin dans les voyages dans le temps pour Sasha à la recherche de son papa. Evidemment c'est aussi un prétexte pour de belles aventures et la découvertes de périodes historiques intéressantes. Toujours éducative sans trop forcer le trait, intéressante même pour un adulte, avec une bonne gestion des boucles temporelles et une vraie densité dans l'histoire, ce Sasha & Tomcrouz est toujours une belle réussite pour initier les plus jeunes à l'aventure en BD. Cette intelligence du scénario, souvent subtil, est mise au service d'un trait certes à destination des enfants, mais qui ne manque pas de finesse et de raffinement. Pour les plus jeunes, c'est du tout bon.
  14. Titre de l'album : Sacha et Tomcrouz - Tome 4 - Cambriolage sur le nil Scenariste de l'album : Anaïs Halard Dessinateur de l'album : Bastien Quignon Coloriste : Bastien Quignon Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : Jade, Tomcrouz et Sacha sont coincés en Chine. Seule solution : créer une boucle temporelle afin de repartir vers le passé et retrouver le parchemin égaré. Pour cela, direction l'Égypte au XIXe siècle. Leur objectif ? Cambrioler un dangereux collectionneur et lui voler un éventail datant de la période dans laquelle ils sont bloqués. Parviendront-ils à leurs fins ?... Critique : Le tome 4 de Sasha et Tomcrouz nous emmène toujours plus loin dans les voyages dans le temps pour Sasha à la recherche de son papa. Evidemment c'est aussi un prétexte pour de belles aventures et la découvertes de périodes historiques intéressantes. Toujours éducative sans trop forcer le trait, intéressante même pour un adulte, avec une bonne gestion des boucles temporelles et une vraie densité dans l'histoire, ce Sasha & Tomcrouz est toujours une belle réussite pour initier les plus jeunes à l'aventure en BD. Cette intelligence du scénario, souvent subtil, est mise au service d'un trait certes à destination des enfants, mais qui ne manque pas de finesse et de raffinement. Pour les plus jeunes, c'est du tout bon. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/sacha-et-tomcrouz-tome-4-cambriolage-sur-le-nil?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  15. Titre de l'album : Nota Bene - Tome 4 - La mythologie Egyptienne Scenariste de l'album : Mathieu Mariolle & Benjamin Brillaud Dessinateur de l'album : Phil Castaza Coloriste : Joël Odone Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : Le youtuber ès-Histoire Benjamin Brillaud nous entraîne des rives du Nil aux pieds des pyramides découvrir les divinités et croyances de l'Egypte antique. Anubis, Aton, Osiris, Isis et les pratiques religieuses du peuple égyptien n'auront plus de secret pour vous après la lecture de ce récit complet, savoureux mélange de vulgarisation historique parfaitement documentée et d'humour ! Critique : Ce tome 4 de la série de BD réalisée par le youtubeur de la chaine Nota Bene, bien épaulé par des auteurs de BD, va nous emmener à la découverte de la mythologie Egyptienne. Pour les amateurs d'histoire et de mythologie, il faut reconnaitre que cette série a un vrai intérêt. Suffisamment profonde pour faire apprendre des choses au néophyte, suffisamment touffue pour donner un vrai temps de lecture, et avec quelques vannes bien senties pour faire glisser le tout. Seul bémol, cela reste peut être un peu trop technique pour les jeunes ados, dommage car le dessin et la mise en page semblait s'adresser aussi à eux. Autres infos : Chaine youtube Nota Bene Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/nota-bene-tome-4-la-mythologie-egyptienne?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  16. Ce tome 4 de la série de BD réalisée par le youtubeur de la chaine Nota Bene, bien épaulé par des auteurs de BD, va nous emmener à la découverte de la mythologie Egyptienne. Pour les amateurs d'histoire et de mythologie, il faut reconnaitre que cette série a un vrai intérêt. Suffisamment profonde pour faire apprendre des choses au néophyte, suffisamment touffue pour donner un vrai temps de lecture, et avec quelques vannes bien senties pour faire glisser le tout. Seul bémol, cela reste peut être un peu trop technique pour les jeunes ados, dommage car le dessin et la mise en page semblait s'adresser aussi à eux.
  17. The_PoP

    Renault - Les mains noires

    Je tiens d'emblée à préciser que je ne suis amateur ni d'automobile, ni de documentaires en BD. Et pourtant ce n'est pas une erreur et j'ai bien mis 5 à cette BD. Que je ne peux que vous conseiller. Je l'ai ouverte sans grandes conviction hier soir, un peu claqué. Et je l'ai refermée après un très beau et long temps de lecture. Car oui, les 80 pages sont intenses, pleines de dialogues, et demande une attention certaine pour être appréciées, d'autant que certains découpages de cases peu orthodoxe mais diablement efficaces ne manqueront pas de perturber vos habitudes de lecture. J'ai lu ce Renault comme j'ai lu Il était une fois en France. Et pour moi on est sur la même intensité. Le personnage présenté l'est sans concession, même si l'on ressent beaucoup de tendresse pour leur sujet de la part des auteurs. Louis Renault fut un géant de ce début du siècle, un homme dont le destin a pesé durablement sur la France et sur le monde. Et pourtant jusqu'à hier j'ignorais tout de lui. Le boulot d'historien des deux auteurs est assez fabuleux, et si parfois la fiction ou le romanesque s'invitent dans le traitement de leur sujet, cela sonne globalement juste. Alors quand une BD vous propose de vous instruire sur la grande Histoire de France en vous passionnant autant, chapeau bas.
  18. Titre de l'album : Renault - Les mains noires Scenariste de l'album : Antoine Lapasset Dessinateur de l'album : Benjamin Benéteau Coloriste : Editeur de l'album : Le Lombard Note : Résumé de l'album : Depuis le petit atelier au fond du jardin où il bricolait ses premiers moteurs, jusqu'à la création d'un empire si puissant qu'on disait de lui que toute la France s'enrhumait quand son usine toussait, Louis Renault a traversé son époque comme un bolide. Revenir sur la vie de Renault, c'est s'intéresser à la première moitié du XIXe siècle. Cinquante années d'une transformation fulgurante du monde, propulsée par un progrès qui ne veut croire en aucune limite. Mais aussi cinquante années tourmentées de conflits idéologiques majeurs, jalonnées de deux guerres mondiales. Si la première va mener Renault au sommet, la seconde précipitera sa chute. Inventeur, visionnaire, pilote, businessman... On connait sa signature, reste à découvrir l'homme. Critique : Je tiens d'emblée à préciser que je ne suis amateur ni d'automobile, ni de documentaires en BD. Et pourtant ce n'est pas une erreur et j'ai bien mis 5 à cette BD. Que je ne peux que vous conseiller. Je l'ai ouverte sans grandes conviction hier soir, un peu claqué. Et je l'ai refermée après un très beau et long temps de lecture. Car oui, les 80 pages sont intenses, pleines de dialogues, et demande une attention certaine pour être appréciées, d'autant que certains découpages de cases peu orthodoxe mais diablement efficaces ne manqueront pas de perturber vos habitudes de lecture. J'ai lu ce Renault comme j'ai lu Il était une fois en France. Et pour moi on est sur la même intensité. Le personnage présenté l'est sans concession, même si l'on ressent beaucoup de tendresse pour leur sujet de la part des auteurs. Louis Renault fut un géant de ce début du siècle, un homme dont le destin a pesé durablement sur la France et sur le monde. Et pourtant jusqu'à hier j'ignorais tout de lui. Le boulot d'historien des deux auteurs est assez fabuleux, et si parfois la fiction ou le romanesque s'invitent dans le traitement de leur sujet, cela sonne globalement juste. Alors quand une BD vous propose de vous instruire sur la grande Histoire de France en vous passionnant autant, chapeau bas. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/renault-les-mains-noires?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  19. Titre de l'album : Le rois des vagabonds Scenariste de l'album : Bea Davies Dessinateur de l'album : Patrick Spat Coloriste : Editeur de l'album : Dargaud Note : Résumé de l'album : Stuttgart, Pentecôte 1929 : La police érige des barrages routiers, on ne trouve plus un seul cadenas dans la ville. C'est que Gregor Gog (1891-1945), célèbre dans tout le pays comme le «roi des vagabonds », organise le « Congrès international du vagabond » et appelle à une «grève générale à vie». Deux ans plus tôt, l'ancien marin Gog avait fondé la « Confrérie des vagabonds » pour venir en aide aux sans-abris et les organiser politiquement. La même année, Gog publie 'Der Kunde', le premier journal de rue en Europe. Tout au long de sa vie, Gog a lutté contre l'exploitation, le fascisme et le racisme. Critique : Petit cours d'histoire allemande pour les petits francais. Une histoire qui semble bien connue outre rhin mais n'était pas du tout arrivée à mes oreilles. Et une histoire pourtant assez édifiante car très bien remise dans son contexte. En effet l'après guerre chez nos amis allemands est bien connu par le désir de "vengeance" qui a engendré la prise de pouvoir par Hitler. Par contre je n'avais pas connaissance de cette exode de beaucoup d'ouvriers et marginaux. Jeter sur les routes par la pauvreté ou meme par envie, l'allemagne d'entre deux guerre a eu une partie de sa population qui oscilllait entre boheme, vagabondage et anarchisme. Et c'est la figure de proue de ce mouvement que nous présente cet album. Super bien documenté, il nous retrace une partie étonnante de l'histoire d'Allemagne et complément opposée à la bourgeoisie allemande et son support aux nazis. Nazis qui ont vite compris l'importance de faire taire ces anarchistes tant éloignées de leurs idéaux. Une oeuvre intéressante et instructive. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/le-roi-des-vagabonds?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  20. poseidon2

    Le rois des vagabonds

    Petit cours d'histoire allemande pour les petits francais. Une histoire qui semble bien connue outre rhin mais n'était pas du tout arrivée à mes oreilles. Et une histoire pourtant assez édifiante car très bien remise dans son contexte. En effet l'après guerre chez nos amis allemands est bien connu par le désir de "vengeance" qui a engendré la prise de pouvoir par Hitler. Par contre je n'avais pas connaissance de cette exode de beaucoup d'ouvriers et marginaux. Jeter sur les routes par la pauvreté ou meme par envie, l'allemagne d'entre deux guerre a eu une partie de sa population qui oscilllait entre boheme, vagabondage et anarchisme. Et c'est la figure de proue de ce mouvement que nous présente cet album. Super bien documenté, il nous retrace une partie étonnante de l'histoire d'Allemagne et complément opposée à la bourgeoisie allemande et son support aux nazis. Nazis qui ont vite compris l'importance de faire taire ces anarchistes tant éloignées de leurs idéaux. Une oeuvre intéressante et instructive.
  21. On dénigre souvent (moi le premier) les BDS estampillée humour de chez Bamboo. Alors quand il y a une pépite il est de mon devoir de le faire savoir. Et cette trilogie "Histoire de France" de Thierry Laudrain est une vraie pépite. En 3 tomes Thierry Laudrain réussit à nous faire un résumé réfléchit, amusant et sans tabou de l'histoire de notre nation. Et ce tome 3, sur l'histoire récente, est une vraie petite merveille de remise en perspective de la vie que nous avons tous. Les historiens chevronnés me railleront de mon manque de culture (et encore il y aurait débat) mais j'en n'ai cure. En effet cette BD est là pour présenter au plus grands nombres et non pour plaire à une élite qui connait déjà les sujets. Et pour le plus grand nombre ce tome 3 est top. On réapprend toutes les modifications faites sous le second empire, que les empereur n'était donc pas juste des tyrans stupides et assoiffés de sang, mais aussi que la commune est un reliquat de la guerre de Prusse (et qui a engendré l'absence de maire à paris jusqu'à Chirac en 1977 soit 106 ans sans maire) ou on refait nos bases (plus solides) sur les deux guerre mondiales. Thierry Laudrain ne cache rien de la guerre d’Algérie et de la décolonisation et pousse sont décryptage de l'histoire jusque aux années 80. Une bd que j'ai dévoré, qui m'a fait sourire et qui m'a surtout rappelé pourquoi j'aimais tant l'histoire quand j'étais petit. A offrir à tous les enfants de 8 à 17 ans !
  22. Titre de l'album : Histoire de france t3 - de Napoléon III à nos jours Scenariste de l'album : Thierry Laudrain Dessinateur de l'album : Thierry Laudrain Coloriste : Thierry Laudrain Editeur de l'album : Bamboo Note : Résumé de l'album : Dans ce troisième tome, cap sur la IIe république. Après un passage par le Second Empire, des escales vous sont proposées pour découvrir la Commune et la Belle Époque. Un arrêt prolongé est prévu aux Première et Seconde Guerres mondiales, avec entre les deux une excursion dans les Années folles. La fin du voyage est programmée aux alentours de la Ve république. Accrochez-vous à votre album, le voyage dans le temps débute maintenant. Ah oui, si ça secoue, ne paniquez pas, c'est sûrement dû aux éclats de rire ! Critique : On dénigre souvent (moi le premier) les BDS estampillée humour de chez Bamboo. Alors quand il y a une pépite il est de mon devoir de le faire savoir. Et cette trilogie "Histoire de France" de Thierry Laudrain est une vraie pépite. En 3 tomes Thierry Laudrain réussit à nous faire un résumé réfléchit, amusant et sans tabou de l'histoire de notre nation. Et ce tome 3, sur l'histoire récente, est une vraie petite merveille de remise en perspective de la vie que nous avons tous. Les historiens chevronnés me railleront de mon manque de culture (et encore il y aurait débat) mais j'en n'ai cure. En effet cette BD est là pour présenter au plus grands nombres et non pour plaire à une élite qui connait déjà les sujets. Et pour le plus grand nombre ce tome 3 est top. On réapprend toutes les modifications faites sous le second empire, que les empereur n'était donc pas juste des tyrans stupides et assoiffés de sang, mais aussi que la commune est un reliquat de la guerre de Prusse (et qui a engendré l'absence de maire à paris jusqu'à Chirac en 1977 soit 106 ans sans maire) ou on refait nos bases (plus solides) sur les deux guerre mondiales. Thierry Laudrain ne cache rien de la guerre d’Algérie et de la décolonisation et pousse sont décryptage de l'histoire jusque aux années 80. Une bd que j'ai dévoré, qui m'a fait sourire et qui m'a surtout rappelé pourquoi j'aimais tant l'histoire quand j'étais petit. A offrir à tous les enfants de 8 à 17 ans ! Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/l-histoire-de-l-histoire-de-france-tome-3?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  23. poseidon2

    Le combat du siècle

    Voilà un des albums marquant de ce mois de mars. Marquant pour moi peut-être parce que je ne connais pas bien les dessous de l'histoire et ne connais que les grandes lignes de la carrière du Grand Mohamed Ali. Marquant donc par une vision de l'histoire qui m'était inconnu. Une vision de l'histoire vu par le coté le moins médiatique, celui de Joe Frazier. En effet Mohamed Ali est souvent présenter en exemple. Hors dans ce récit, Loulou Dédola nous montre une autre image du héros. Une image beaucoup plus politique, beaucoup plus sous influence d'un mouvement qui cherchait à diviser la communauté américaine. Je ne savais pas, par exemple, de Mohamed Ali avait fait des apparitions dans des meetings du KKK pour promouvoir la séparation entre les noirs et les blancs. Un aspect historique et politique qui vient s'ajouter au côté documentaire sur la montée en puissance d'un boxer sortit de nulle part. Un ajout qui augmente vraiment l'intérêt de l'album et nous fait nous poser des questions sur la remise en cause de fait "connus". Bref une superbe BD très bien illustré sur un combat mythique pour bien plus d'aspect que l'aspect sportif uniquement.
  24. Titre de l'album : Le combat du siècle Scenariste de l'album : Loulou Dédola Dessinateur de l'album : Luca Ferrara Coloriste : Luca Ferrara Editeur de l'album : Futuropolis Note : Résumé de l'album : New York, 8 mars 1971. Joe Frazier, à l'apogée de sa carrière, affronte Mohamed Ali au Madison square Garden, pour le titre du champion du monde WBA&WBC des poids lourds. Adepte de Martin Luther King, tout l'oppose à Cassius Clay, rebaptisé Mohamed Ali par Elijah Muhammad, le gourou de l'organisation nationaliste noire Nation Of Islam. La rencontre entre les deux hommes cristallise toutes les tensions et les luttes pour les droits civiques qui secouent le pays. Leur match devient le combat du siècle. Cette biographie réhabilite le parcours de Frazier, immense champion aux valeurs humanistes. Né en 1944 en Caroline du Sud, benjamin d'une fratrie de douze enfants, Joe Frazier quitte l'école tôt pour aller travailler dans les champs de coton. Mais son rêve est de devenir boxeur. Travailleur acharné, il sait qu'il lui faut réussir pour s'intégrer et s'affranchir de la ségrégation. Et sa réussite passe par les gants. Il croise sur sa route Cassius Clay, dont il admire le panache. Disciple d'Elijah Mohamed qui prône la séparation des Noirs avec cette société blanche qui les asservit, Clay se convertit et devient Mohamed Ali et le symbole charismatique du mouvement. L'enfant des champs de coton de Caroline du Sud contre l'élève de l'école de Louisville Kentucky, le petit puncheur râblé contre le grand et élégant technicien, le monde entier a le regard braqué sur un ring de boxe. Critique : Voilà un des albums marquant de ce mois de mars. Marquant pour moi peut-être parce que je ne connais pas bien les dessous de l'histoire et ne connais que les grandes lignes de la carrière du Grand Mohamed Ali. Marquant donc par une vision de l'histoire qui m'était inconnu. Une vision de l'histoire vu par le coté le moins médiatique, celui de Joe Frazier. En effet Mohamed Ali est souvent présenter en exemple. Hors dans ce récit, Loulou Dédola nous montre une autre image du héros. Une image beaucoup plus politique, beaucoup plus sous influence d'un mouvement qui cherchait à diviser la communauté américaine. Je ne savais pas, par exemple, de Mohamed Ali avait fait des apparitions dans des meetings du KKK pour promouvoir la séparation entre les noirs et les blancs. Un aspect historique et politique qui vient s'ajouter au côté documentaire sur la montée en puissance d'un boxer sortit de nulle part. Un ajout qui augmente vraiment l'intérêt de l'album et nous fait nous poser des questions sur la remise en cause de fait "connus". Bref une superbe BD très bien illustré sur un combat mythique pour bien plus d'aspect que l'aspect sportif uniquement. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/le-combat-du-siecle?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
×
×
  • Créer...