Aller au contenu
  • S’inscrire

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'historique'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Les forums BD
    • Toute la BD
    • Projets participatifs
    • Petites Annonces BD
    • Liens BD vers ailleurs
  • Et si on parlait d'autre chose que la bande dessinée ?
    • Améliorons 1001BD
    • Films et séries TV
    • 1001 Jeux Video
    • Livres - Musique - Spectacles - Théatre - Musées
    • 1001 choses à dire
  • TEAM

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui contiennent…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


  1. Après un premier tome qui ne m'avaient guère passionné, le personnage de Chaplin me laissant jusqu'ici assez froid et loin de l'image que j'avais de lui, le tome 2 avait relancé mon intérêt pour cette série, ébauchant alors déjà ce tome 3 venu me réconcilier définitivement avec cette trilogie. En effet, c'est ici que l'on prend enfin la mesure de Chaplin puisque je suis persuadé que l'artiste ne devient grand que lorsqu'il sert un idéal plus grand que son ego. Les failles de l'homme exposées avec lucidité forment alors un beau contrepoint au génie de l'artiste. Ce Chaplin qui sut se réinventer, sortir du chemin tracé, s'opposer, et jeter un regard acerbe et toujours pertinent près d'un siècle plus tard sur sa société pour ainsi rentrer dans l'Histoire est passionnant. Ses deux contrepoints, formé ici dans ce tome 3 avec l'évolution d'Hitler et le personnage de Hoover, permettent de mieux mesurer la difficulté de ce qu'il entreprit et fit. Cette trilogie mérite d'être lue puisqu'il s'agit finalement de l'une des seules biographies sérieuses et couvrant une vaste partie de sa vie consacrée à ce génie que fut Chaplin. Bravo Messieurs, une belle fin en apothéose pour tout passionné d'histoire et de cinéma. Les liens vers les chroniques des précédents tomes :
  2. Titre de l'album : Chaplin - Tome 3 - Contre John Edgar Hoover Scenariste de l'album : Laurent Seksik Dessinateur de l'album : David Francois Coloriste : David Francois Editeur de l'album : Rue de sevres Note : Résumé de l'album : Après avoir connu ascension fulgurante, succès incontesté et premiers échecs, Charlie Chaplin traverse, à l'aube de ses 40 ans, une période de doutes. Désintéressé par les louanges d'Hollywood, et surtout marqué par la misère sociale et l'instabilité politique grandissante, le prodige du cinéma envisage de mettre un terme à sa carrière. C'est sa rencontre avec l'actrice Paulette Goddard qui lui donnera un nouveau souffle créatif et lui permettra de prendre le virage dont son oeuvre avait besoin. Délaissant la comédie au profit d'un ton plus engagé, Chaplin s'attelle à ce qui resteront ses films les plus marquants : Les Temps Modernes et Le Dictateur. Critique : Après un premier tome qui ne m'avaient guère passionné, le personnage de Chaplin me laissant jusqu'ici assez froid et loin de l'image que j'avais de lui, le tome 2 avait relancé mon intérêt pour cette série, ébauchant alors déjà ce tome 3 venu me réconcilier définitivement avec cette trilogie. En effet, c'est ici que l'on prend enfin la mesure de Chaplin puisque je suis persuadé que l'artiste ne devient grand que lorsqu'il sert un idéal plus grand que son ego. Les failles de l'homme exposées avec lucidité forment alors un beau contrepoint au génie de l'artiste. Ce Chaplin qui sut se réinventer, sortir du chemin tracé, s'opposer, et jeter un regard acerbe et toujours pertinent près d'un siècle plus tard sur sa société pour ainsi rentrer dans l'Histoire est passionnant. Ses deux contrepoints, formé ici dans ce tome 3 avec l'évolution d'Hitler et le personnage de Hoover, permettent de mieux mesurer la difficulté de ce qu'il entreprit et fit. Cette trilogie mérite d'être lue puisqu'il s'agit finalement de l'une des seules biographies sérieuses et couvrant une vaste partie de sa vie consacrée à ce génie que fut Chaplin. Bravo Messieurs, une belle fin en apothéose pour tout passionné d'histoire et de cinéma. Les liens vers les chroniques des précédents tomes : Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/chaplin-tome-3-contre-john-edgar-hoover?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  3. Les récits sur les reines de sang se déroulant en dehors des frontières de la France sont prenants car souvent moins connus, comme le prouve ce diptyque sur Catherine Sforza surnommée la lionne de Lombardie. Elle porte à merveille son titre de lionne quand on s'aperçoit de sa prestance en tant que comtesse de Forli. Elle gère très bien les manipulations et enjeux politiques pour se sortir de toutes les situations afin de garder la gérance de Forli, avec l'aide de son peuple pour déjouer les trahisons. Jean-Pierre Pécau assure un récit prenant et épique en suivant les faits d'armes de Sforza. Il faudra tout de même s’accrocher et être attentif pour ne pas être perdu avec tous les conflits d’intérêt qui se déroulaient au XVème siècle en Italie. Gabriele Parma dessine des planches très soignées dans un style réaliste pour dépeindre cette époque médiévale. Les scènes d'action sont plus importantes dans cette seconde partie. L'histoire de cette comtesse peu connue pour les français apporte beaucoup d’intérêt, à la série des reines de sang. Sforza est une femme forte avec beaucoup de caractère et prête à tout pour conserver son statut quitte à sacrifier un de ses enfants.
  4. Titre de l'album : Les reines de sang - Catherine Sforza, la lionne de Lombardie tome 2 Scenariste de l'album : Jean-Pierre Pécau Dessinateur de l'album : Gabriele Parma Coloriste : Dimitri Fogolin Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : En 1488, Catherine Sforza, comtesse de Forli, met au monde son 5e enfant. Ce qui ne l'empêche pas quelques jours à peine après son accouchement de chevaucher d'un bout à l'autre de ses terres pour y faire régner l'ordre et retrouver sa place sur l'échiquier politique de l'Italie de l'époque. L'ancienne « Dame aux jasmins » est aujourd'hui « Lionne de Lombardie » et cette lionne a des crocs. Critique : Les récits sur les reines de sang se déroulant en dehors des frontières de la France sont prenants car souvent moins connus, comme le prouve ce diptyque sur Catherine Sforza surnommée la lionne de Lombardie. Elle porte à merveille son titre de lionne quand on s'aperçoit de sa prestance en tant que comtesse de Forli. Elle gère très bien les manipulations et enjeux politiques pour se sortir de toutes les situations afin de garder la gérance de Forli, avec l'aide de son peuple pour déjouer les trahisons. Jean-Pierre Pécau assure un récit prenant et épique en suivant les faits d'armes de Sforza. Il faudra tout de même s’accrocher et être attentif pour ne pas être perdu avec tous les conflits d’intérêt qui se déroulaient au XVème siècle en Italie. Gabriele Parma dessine des planches très soignées dans un style réaliste pour dépeindre cette époque médiévale. Les scènes d'action sont plus importantes dans cette seconde partie. L'histoire de cette comtesse peu connue pour les français apporte beaucoup d’intérêt, à la série des reines de sang. Sforza est une femme forte avec beaucoup de caractère et prête à tout pour conserver son statut quitte à sacrifier un de ses enfants. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/les-reines-de-sang-catherine-sforza-la-lionne-de-lombardie-tome-2?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  5. Nouvelle série jeunesse historique chez Le Lombard, orientée sur la période suivant la révolution française. Nos jeunes héros vont devoir affronter la grande Histoire à travers leurs histoires personnelles. Ce tome 1 suit un rythme assez effréné et démarre au quart de tour. Si le début de l'intrigue est somme toute d'une grande banalité, le contexte dans lequel elle s'inscrit et les profils des personnages font que l'alchimie prend bien. Les planches de Xavier Fourquemin m'ont plu et elles me changent un peu sur des détails qui ont leur importance des standards actuels de la bd jeunesse. Ce tome met en place des éléments pour des développements plus ambitieux sur les tomes prochains et la fin de celui-ci nous tient en haleine. Nous verrons donc au prochain tome si Régis Hautière arrive à nous livrer une aventure à la hauteur des espoirs suscités. Pour le moment il me manque encore un petit quelque chose.
  6. Titre de l'album : Révolutionnaires - Tome 1 - Les princes Misère Scenariste de l'album : Régis Hautière Dessinateur de l'album : Xavier Fourquemin Coloriste : Amparo Crespo Cardenete Editeur de l'album : Le Lombard Note : Résumé de l'album : Nantes, 1792. Pour fuir les intentions meurtrières de son oncle, le Marquis de Valoire, Célénie n'a trouvé d'autre refuge que les sombres ruelles de la ville. Désormais, pour récupérer son héritage, la jeune aristocrate devenue orpheline ne peut plus compter que sur ses nouveaux camarades d'infortune, Pince-Mitraille, Titor et Mélina. Plongés dans le tourment de la Révolution Française, c'est dans l'Égalité et la Fraternité que les quatre enfants vont devoir lutter pour leur Liberté. Critique : Nouvelle série jeunesse historique chez Le Lombard, orientée sur la période suivant la révolution française. Nos jeunes héros vont devoir affronter la grande Histoire à travers leurs histoires personnelles. Ce tome 1 suit un rythme assez effréné et démarre au quart de tour. Si le début de l'intrigue est somme toute d'une grande banalité, le contexte dans lequel elle s'inscrit et les profils des personnages font que l'alchimie prend bien. Les planches de Xavier Fourquemin m'ont plu et elles me changent un peu sur des détails qui ont leur importance des standards actuels de la bd jeunesse. Ce tome met en place des éléments pour des développements plus ambitieux sur les tomes prochains et la fin de celui-ci nous tient en haleine. Nous verrons donc au prochain tome si Régis Hautière arrive à nous livrer une aventure à la hauteur des espoirs suscités. Pour le moment il me manque encore un petit quelque chose. Autres infos : BD jeunesse Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/revolutionnaires-tome-1-les-princes-misere?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  7. Fred Duval et Jean-Pierre Pécau donnent une conclusion à leur diptyque avec pour personnage principal de la révolution, le peintre Salvator Dali et introduisent le personnage de Trotski. Dans cette suite, Dali est enlevé par un groupuscule, à la suite de sa participation à l'expédition punitive pour venger son ami. Les deux scénaristes ajoutent une intrigue avec Trotski qui séjourne en Espagne. Les rebondissements sont nombreux et il ne faut pas se concentrer pour suivre cette histoire plus complexe que le laisse supposer l'intrigue avec Dali. Il est amusant de retrouver le peintre déchainé avec son langage surréaliste durant sa captivité et en tout circonstances. D'autres personnages historiques feront leur apparition dans ce tome pour renforcer l'intrigue politique et le climat de l'époque même si l'on reste dans un monde différent de la réalité. Les planches de Renato Arlem sont parfaites avec des personnages très bien dessiné. Les décors sont bien travaillés. La grande saga Jour J a déjà prouvé sa qualité avec de nombreux one shot de qualité ou même parfois des diptyques comme cette histoire avec Dali et une ou deux trilogies depuis le début. Les noces de sang est une bonne histoire bien pensée dans le contexte historique. Chronique du premier tome : Jour J tome 46 - Les noces de sang 1/2
  8. Titre de l'album : Jour J tome 47 - Les noces de sang tome 2/2 Scenariste de l'album : Fred Duval & Jean-Pierre Pécau Dessinateur de l'album : Renato Arlem Coloriste : Thiago Rocha Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Le plan de Dali pour venger la mort de Lorca a réussi. La France est intervenue et les armées de Franco sont en déroute. À Barcelone, Trotsky scelle une alliance pour expulser les communistes staliniens du gouvernement. À Madrid, les services spéciaux soviétiques tentent de voler la réserve d'or espagnole. Tous ces événements vont converger vers une conclusion étonnante en forme de... homard ! Critique : Fred Duval et Jean-Pierre Pécau donnent une conclusion à leur diptyque avec pour personnage principal de la révolution, le peintre Salvator Dali et introduisent le personnage de Trotski. Dans cette suite, Dali est enlevé par un groupuscule, à la suite de sa participation à l'expédition punitive pour venger son ami. Les deux scénaristes ajoutent une intrigue avec Trotski qui séjourne en Espagne. Les rebondissements sont nombreux et il ne faut pas se concentrer pour suivre cette histoire plus complexe que le laisse supposer l'intrigue avec Dali. Il est amusant de retrouver le peintre déchainé avec son langage surréaliste durant sa captivité et en tout circonstances. D'autres personnages historiques feront leur apparition dans ce tome pour renforcer l'intrigue politique et le climat de l'époque même si l'on reste dans un monde différent de la réalité. Les planches de Renato Arlem sont parfaites avec des personnages très bien dessiné. Les décors sont bien travaillés. La grande saga Jour J a déjà prouvé sa qualité avec de nombreux one shot de qualité ou même parfois des diptyques comme cette histoire avec Dali et une ou deux trilogies depuis le début. Les noces de sang est une bonne histoire bien pensée dans le contexte historique. Chronique du premier tome : Jour J tome 46 - Les noces de sang 1/2 Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/jour-j-tome-47-les-noces-de-sang-2-2?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  9. Ce deuxième tome clôture les aventures de Lamia et Linn, les deux jeunes aventurières des rivières du passé. Avec cette série, Stephen Desberg mélange les genres entre fantastiques et histoire de l'ancienne Egypte avec Ay, le pharaon maudit. La partie fantastique de l'histoire offre aux personnages la possibilité de voyager entre deux univers parallèles à l'aide de porte. Lamia et Linn sont en quête de vérité, l'une est passionnée par l'histoire de l’Egypte et ses secrets et l'autre est une voleuse réputée. Avec leur compétences, on va affronter les pires dangers. La partie graphique de Yannick Corboz est somptueuse, l'auteur nous fait voyager dans les différentes époques avec un univers post-apocalyptique ouvert aux monstres sanguinaires qui ravagent le monde. L’album se termine sur des illustrations de l’auteur. Une version luxueuse en noir et blanc en grand format est disponible avec un ex-libris comme pour le premier tome afin de profiter des dessins de Corboz. D'ailleurs, les planches originales de la série sont exposées à la galerie Maghen jusqu'au 10 septembre. Les rivières du passé est un diptyque efficace sur l’histoire de l’Egypte avec beaucoup d’action et des dessins magnifiques. Chronique premier tome : Les rivières du passé tome 1 la voleuse
  10. Titre de l'album : Les rivières du passé tome 2 - Lamia Scenariste de l'album : Stephen Desberg Dessinateur de l'album : Yannick Corboz Coloriste : Yannick Corboz Editeur de l'album : Autres Editeurs/Auto editions Note : Résumé de l'album : Dans les ruines d’une Venise ravagée, Lamia est à la recherche du codex qu’elle a subtilisé au seigneur de la peur. Avec l’aide de Linn, son amie et complice, elle part sur les traces de Ay, le pharaon maudit et le plus grand mystère de l’Égypte ancienne. En approchant de Venise, Lamia se remémore sa première rencontre avec le Seigneur de la peur, au Palazzo Grassi. La jeune archéologue a immédiatement été fascinée par cet homme étrange, dangereux, et qui n’ignorait rien des mystères de l’Égypte ancienne. Il lui fit visiter son palais, véritable musée constitué de trésors que l’on pensait disparus, en particulier une représentation de Ay, le pharaon maudit, dont toutes les représentations ont en principe été détruites. Ce pharaon oublié a-t-il été l’inventeur du premier Dieu unique ? Critique : Ce deuxième tome clôture les aventures de Lamia et Linn, les deux jeunes aventurières des rivières du passé. Avec cette série, Stephen Desberg mélange les genres entre fantastiques et histoire de l'ancienne Egypte avec Ay, le pharaon maudit. La partie fantastique de l'histoire offre aux personnages la possibilité de voyager entre deux univers parallèles à l'aide de porte. Lamia et Linn sont en quête de vérité, l'une est passionnée par l'histoire de l’Egypte et ses secrets et l'autre est une voleuse réputée. Avec leur compétences, on va affronter les pires dangers. La partie graphique de Yannick Corboz est somptueuse, l'auteur nous fait voyager dans les différentes époques avec un univers post-apocalyptique ouvert aux monstres sanguinaires qui ravagent le monde. L’album se termine sur des illustrations de l’auteur. Une version luxueuse en noir et blanc en grand format est disponible avec un ex-libris comme pour le premier tome afin de profiter des dessins de Corboz. D'ailleurs, les planches originales de la série sont exposées à la galerie Maghen jusqu'au 10 septembre. Les rivières du passé est un diptyque efficace sur l’histoire de l’Egypte avec beaucoup d’action et des dessins magnifiques. Chronique premier tome : Les rivières du passé tome 1 la voleuse Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/les-rivieres-du-passe-tome-2?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  11. Titre de l'album : Les mémoires du Dragon Dragon - Tome 1 - Valmy c'est fini Scenariste de l'album : Nicolas Juncker Dessinateur de l'album : Simon Spruyt Coloriste : Frederik Van Den Stock Editeur de l'album : Le Lombard Note : Résumé de l'album : Vif d'esprit, habile bretteur et cavalier émérite, le dragon Pierre-Marie Dragon a tout pour devenir un héros des guerres de la Révolution française. Toutefois, si vous ne trouvez aucune mention de son nom dans les manuels scolaires, c'est parce que les seules aventures au-devant desquelles le dragon Dragon court activement sont d'ordre purement sexuelles. Les honneurs d'une grande bataille ne l'intéressent pas et, aux médailles, il préfère les espèces sonnantes et trébuchantes. Malheureusement pour lui, la Grande Histoire est souvent écrite par de petites gens... Critique : Dur de classer cet ovni de la bd. Humour ou Histoire ? C'est indéniablement réussi des deux côtés. On sourit souvent, et le travail de documentation et d'histoire sur cette période pas franchement connue de l'histoire est remarquable. Après Un général, des généraux, Nicolas Juncker nous montre une nouvelle fois son talent dans cet art délicat de faire rire en faisant réfléchir. Aussi irrévérencieux, voir plus scandaleux que la bd que je viens de citer, son Dragon Dragon reste une lecture que l'on savoure avec panache. Seul bémol pour ma part, je ne suis toujours pas un amateur du travail graphique de Simon Spruyt, et si ici son trait fonctionne plutôt bien, je vous avoue que ce n'est clairement pas pour moi le point fort de la bd. Attention d'ailleurs, cette bd est à réserver aux adultes, et à ceux que l'homosexualité ne dérange pas, le Dragon Dragon étant généreux par nature. Pour les amateurs de la petite comme de la grande Histoire, qui veulent rire en réfléchissant, et apprendre en s'amusant, je ne peux que vous recommander ce tome 1 dont j'attends la suite avec impatience. Autres infos : Humour certes mais Histoire aussi. A éviter aux plus jeunes ! Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/les-memoires-du-dragon-dragon-tome-1-valmy-c-est-fini?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  12. Dur de classer cet ovni de la bd. Humour ou Histoire ? C'est indéniablement réussi des deux côtés. On sourit souvent, et le travail de documentation et d'histoire sur cette période pas franchement connue de l'histoire est remarquable. Après Un général, des généraux, Nicolas Juncker nous montre une nouvelle fois son talent dans cet art délicat de faire rire en faisant réfléchir. Aussi irrévérencieux, voir plus scandaleux que la bd que je viens de citer, son Dragon Dragon reste une lecture que l'on savoure avec panache. Seul bémol pour ma part, je ne suis toujours pas un amateur du travail graphique de Simon Spruyt, et si ici son trait fonctionne plutôt bien, je vous avoue que ce n'est clairement pas pour moi le point fort de la bd. Attention d'ailleurs, cette bd est à réserver aux adultes, et à ceux que l'homosexualité ne dérange pas, le Dragon Dragon étant généreux par nature. Pour les amateurs de la petite comme de la grande Histoire, qui veulent rire en réfléchissant, et apprendre en s'amusant, je ne peux que vous recommander ce tome 1 dont j'attends la suite avec impatience.
  13. Rudi Miel et Fabienne Pigière utilisent de nombreuses anecdotes et faits historiques pour écrire leur scénario de Buonarparte. D'ailleurs pour information, les geôliers devaient appeler Napoléon par le titre de général Bonaparte en guise d'humiliation pour lui retirer son titre d'empereur suite aux directives du secrétaire d’État anglais pour la guerre et les colonies. Souvent ce titre se transformait en général Buonaparte pour rappeler lui ses origines Corses et lui enlever sa citoyenneté française. Pour ce deuxième tome, Napoléon poursuit sa captivité avec ses proches autour de lui et Hudson Lowe un officier de l'armée anglaise doit se charger de sa détention en compagnie de sa famille. On retrouve également les moments importants de la campagne égyptienne de Napoléon qui sont mis en parallèle des faits d'armes d'Alexandre le Grand. Sur cette île prison, Napoléon est en danger comme vous pourrez le découvrir dans cet épisode. Les dessins d'Iván Gil sont magnifiques pour dépeindre cette période historique peu connue. Les dessins sont dans un style réaliste très bien détaillé. L’album se termine avec un cahier historique dont les informations sont utilisées dans ce tome. Cette série est originale en se basant sur la période de captivité de Napoléon sur l'île de Sainte-Hélène. Les amateurs d'histoire seront comblés par la réalisation fidèle à l’histoire de l’empereur.
  14. Titre de l'album : Buonaparte tome 2 - Trésor de guerre Scenariste de l'album : Fabienne Pigière & Rudi Miel Dessinateur de l'album : Iván Gil Coloriste : 1ver2anes Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Le plus grand trésor de guerre de tous les temps, qui pourrait embraser l'Europe, a-t-il été découvert par Napoléon lors de sa campagne d'Égypte ? A Sainte-Hélène, Anglais et puissances alliées affrontent l'Empereur déchu dans une partie de poker menteur où tous les coups sont permis. « Il y a du courage à tuer un homme. Mais c'est lâcheté de le faire languir sur une île si affreuse. » - N.B. Napoléon est désormais prisonnier sur Sainte-Hélène, à Longwood, résidence insalubre et théâtre d'un bras de fer entre lui et Hudson Lowe, officier anglais résolu à percer le secret du trésor de guerre de Bonaparte. Critique : Rudi Miel et Fabienne Pigière utilisent de nombreuses anecdotes et faits historiques pour écrire leur scénario de Buonarparte. D'ailleurs pour information, les geôliers devaient appeler Napoléon par le titre de général Bonaparte en guise d'humiliation pour lui retirer son titre d'empereur suite aux directives du secrétaire d’État anglais pour la guerre et les colonies. Souvent ce titre se transformait en général Buonaparte pour rappeler lui ses origines Corses et lui enlever sa citoyenneté française. Pour ce deuxième tome, Napoléon poursuit sa captivité avec ses proches autour de lui et Hudson Lowe un officier de l'armée anglaise doit se charger de sa détention en compagnie de sa famille. On retrouve également les moments importants de la campagne égyptienne de Napoléon qui sont mis en parallèle des faits d'armes d'Alexandre le Grand. Sur cette île prison, Napoléon est en danger comme vous pourrez le découvrir dans cet épisode. Les dessins d'Iván Gil sont magnifiques pour dépeindre cette période historique peu connue. Les dessins sont dans un style réaliste très bien détaillé. L’album se termine avec un cahier historique dont les informations sont utilisées dans ce tome. Cette série est originale en se basant sur la période de captivité de Napoléon sur l'île de Sainte-Hélène. Les amateurs d'histoire seront comblés par la réalisation fidèle à l’histoire de l’empereur. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/buonaparte-tome-2-tresor-de-guerre?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  15. Jusqu'à maintenant toutes les reines proposées étaient plus ou moins connues mais avec Kahina, la reine berbère, c'était une véritable découverte pour moi. L'histoire retranscrit par le scénariste Simon Treins est très bien amenée. Le récit débute avec l'émir omeyyade qui envoie ses armées en terminer avec les forces berbères pour imposer la foi du prophète. Ce sera une défaite pour l'émir mais le roi Tabeta des Djerawa succombe sur le champ de bataille et laisse Dihya sa fille orpheline. Dès lors, elle devra imposer sa force pour devenir une femme pour diriger son peuple. Tout le monde va la craindre et la surnomme Kahina qui veut dire la prophétesse. On ne se s’ennuie pas un moment avec ce récit épique ou les combats s'enchainent avec en parallèle les problématiques que Kahina rencontre en tant que femme. Les dessins de Dragan Paunovic sont dans un style réalistes très travaillés. Le résultat final est très impressionnant et donne vraiment envie de poursuivre la lecture de cet album. Ce premier tome démarre très bien le récit de cette reine qui m'était encore inconnue avant la lecture de cet album. On s’éloigne des reines européennes qui sont beaucoup présentes dans cette série des reines de sang, pour cette fois gagner en exotisme.
  16. Titre de l'album : Les reines de sang - Kahina, la reine berbère tome 1 Scenariste de l'album : Simon Treins Dessinateur de l'album : Dragan Paunovic Coloriste : Scarlett Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : À l'aube du VIIème siècle, les armées omeyyades déferlent sur le Maghreb. Dihya, la Kahina, signifiant « prophétesse » en berbère, se dressera contre elles. Elle rassembla les tribus contre l'envahisseur, et repoussera durant 10 ans les armées arabes. Elle reste à ce jour une icône pour les Berbères qui lui accordent des pouvoirs surnaturels de devineresse qui vont nourrir sa légende. Critique : Jusqu'à maintenant toutes les reines proposées étaient plus ou moins connues mais avec Kahina, la reine berbère, c'était une véritable découverte pour moi. L'histoire retranscrit par le scénariste Simon Treins est très bien amenée. Le récit débute avec l'émir omeyyade qui envoie ses armées en terminer avec les forces berbères pour imposer la foi du prophète. Ce sera une défaite pour l'émir mais le roi Tabeta des Djerawa succombe sur le champ de bataille et laisse Dihya sa fille orpheline. Dès lors, elle devra imposer sa force pour devenir une femme pour diriger son peuple. Tout le monde va la craindre et la surnomme Kahina qui veut dire la prophétesse. On ne se s’ennuie pas un moment avec ce récit épique ou les combats s'enchainent avec en parallèle les problématiques que Kahina rencontre en tant que femme. Les dessins de Dragan Paunovic sont dans un style réalistes très travaillés. Le résultat final est très impressionnant et donne vraiment envie de poursuivre la lecture de cet album. Ce premier tome démarre très bien le récit de cette reine qui m'était encore inconnue avant la lecture de cet album. On s’éloigne des reines européennes qui sont beaucoup présentes dans cette série des reines de sang, pour cette fois gagner en exotisme. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/les-reines-de-sang-kahina-la-reine-berbere-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  17. Je n'avais pas été gentil avec le premier tome du Bossu de Montfaucon. En effet, j'avais trouvé ce premier tome trop dense en information historique et donc difficile à digérer. Et bien, une fois n'est pas coutume, ce tome est plutôt très bon. En effet, les lourdeurs explicatives du tome 1 ont permis de bien définir les protagonistes de la sorte que ce tome deux déroule bien plus fluidement la suite et la conclusion de cette "Guerre folle". Ce tome deux est très agréable à suivre. Les rappels sur l'histoire de France ne sont plus nécessaires et peuvent laisser place à la Grande Histoire qui, en ces périodes troublées de France, valent toutes les fictions. Retournement de situations, volte face et trahisons sont présentes comme on pouvait l'attendre. On aimerait même en savoir un plus sur le devenir d'Anne de Bretagne... ce que Wikipedia m'a aidé à faire !
  18. Titre de l'album : Le bossu de montfaucon t2 : Notre-père Scenariste de l'album : Philippe Pelaez Dessinateur de l'album : Éric Stalner Coloriste : Florence Fantini Editeur de l'album : Grand Angle Note : Résumé de l'album : Quasimodo a été sauvé. Il est dorénavant l'homme de main d'un noble déchu décidé à se venger de la monarchie française. Fin du XVe siècle. Louis d'Orléans, duc et premier Prince de sang, s'est vu refuser la régence du jeune Charles VIII manipulé par sa soeur, la perfide Anne de Beaujeu. Réfugié en Bretagne, Louis prépare la défense de Nantes lorsqu'un homme étrange épris de vengeance lui propose ses services. Pierre le Bâtard, accompagné par un bossu difforme tiré des caves du gibet de Montfaucon prévient le duc : Anne de Beaujeu et son homme de main, l'impitoyable Axel Lochlain, ont en leur possession deux documents que lui, le Bâtard, est le seul à pouvoir récupérer : deux lettres qui remettent en question la légitimité de Louis au trône de France. Critique : Je n'avais pas été gentil avec le premier tome du Bossu de Montfaucon. En effet, j'avais trouvé ce premier tome trop dense en information historique et donc difficile à digérer. Et bien, une fois n'est pas coutume, ce tome est plutôt très bon. En effet, les lourdeurs explicatives du tome 1 ont permis de bien définir les protagonistes de la sorte que ce tome deux déroule bien plus fluidement la suite et la conclusion de cette "Guerre folle". Ce tome deux est très agréable à suivre. Les rappels sur l'histoire de France ne sont plus nécessaires et peuvent laisser place à la Grande Histoire qui, en ces périodes troublées de France, valent toutes les fictions. Retournement de situations, volte face et trahisons sont présentes comme on pouvait l'attendre. On aimerait même en savoir un plus sur le devenir d'Anne de Bretagne... ce que Wikipedia m'a aidé à faire ! Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/le-bossu-de-montfaucon-tome-2?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  19. alx23

    Wild Bill Hickok

    Après l'album consacré à Jesse James, on retrouve le scénariste Dobbs tout seul cette fois pour relater l'histoire de Wild Bill Hickok, une autre légende de l'ouest sauvage. Cet album commence quand Hickok perd son étoile de shérif suite à un malheureux accident. L'homme est déjà connu pour être une fine gâchette dans tout le pays et de nombreuses histoires reprennent ses faits d'armes en participant à sa légende. Le cowboy reprend sa vie de débauche entre alcool, femmes et duel au pistolet. Il participe également au spectacle de Buffalo Bill avec Texas Jack, deux autres légendes de cette époque et croise la route de Calamity Jane. Avec la troupe du spectacle, ils rejouent des moments forts de leur vie avec des batailles contre les indiens. Dobbs assure un récit prenant en se basant sur les cinq dernières années de la vie de Hickok. Les dessins d'Ennio Bufi sont magnifiques pour dépeindre l'ouest sauvage américain et ces duels comme on peut le découvrir sur la couverture. Les scènes d'action sont dynamiques avec une construction des planches nerveuses pour maintenir le rythme. L'album se termine sur une petite biographie de Hickok par Farid Ameur un historien spécialisé dans l'histoire contemporaine des Etats-Unis et de la guerre civile. Ses textes sont accompagnés de photos et de gravures. J'ai préféré la lecture de ce deuxième tome de la véritable histoire du Far west qui annonce une grande série à venir.
  20. alx23

    Wild Bill Hickok

    Titre de l'album : Wild Bill Hickok Scenariste de l'album : Dobbs Dessinateur de l'album : Ennio Bufi Coloriste : Greg Lofé Editeur de l'album : Glenat Note : Résumé de l'album : On l'appelait Wild Bill. De son vrai nom James Butler Hickok, il était considéré comme le meilleur tireur de l'Ouest. Sans plan ni fortune, ce dandy au style flamboyant suscitait une admiration mêlée d'effroi, semblant ne s'intéresser qu'aux femmes, au poker et au whisky. Un caractère bien trempé et une habileté à manier les armes à feu qui lui vaut de représenter la loi dans les territoires sauvages du Kansas. Un soir d'octobre 1871, sa vie bascule. Lors d'une intervention, il tue par erreur son adjoint et ami. Le vague à l'âme, Hickok rend son étoile de marshal et erre dans les Plaines. Sans conviction, il accepte de paraître lors de spectacles populaires à la gloire de l'Ouest. Aux côtés de Buffalo Bill et de Texas Jack, il rejoue ses propres aventures, réelles ou fantasmées, devant un public avide de sensationnalisme. Mais le coeur n'y est pas. Lassé par ces mascarades, en quête d'authenticité, il reprend la route des Grandes Plaines et se rend à Deadwood, dans le territoire du Dakota. Il a rendez-vous avec le destin. Critique : Après l'album consacré à Jesse James, on retrouve le scénariste Dobbs tout seul cette fois pour relater l'histoire de Wild Bill Hickok, une autre légende de l'ouest sauvage. Cet album commence quand Hickok perd son étoile de shérif suite à un malheureux accident. L'homme est déjà connu pour être une fine gâchette dans tout le pays et de nombreuses histoires reprennent ses faits d'armes en participant à sa légende. Le cowboy reprend sa vie de débauche entre alcool, femmes et duel au pistolet. Il participe également au spectacle de Buffalo Bill avec Texas Jack, deux autres légendes de cette époque et croise la route de Calamity Jane. Avec la troupe du spectacle, ils rejouent des moments forts de leur vie avec des batailles contre les indiens. Dobbs assure un récit prenant en se basant sur les cinq dernières années de la vie de Hickok. Les dessins d'Ennio Bufi sont magnifiques pour dépeindre l'ouest sauvage américain et ces duels comme on peut le découvrir sur la couverture. Les scènes d'action sont dynamiques avec une construction des planches nerveuses pour maintenir le rythme. L'album se termine sur une petite biographie de Hickok par Farid Ameur un historien spécialisé dans l'histoire contemporaine des Etats-Unis et de la guerre civile. Ses textes sont accompagnés de photos et de gravures. J'ai préféré la lecture de ce deuxième tome de la véritable histoire du Far west qui annonce une grande série à venir. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/wild-bill-hickok-228671?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  21. Suite et fin de l’adaptation en bande dessinée du best-seller de Gérard Noiriel paru aux éditions Agone en 2018. Ce second volume reprend donc l'histoire de France depuis l’extension de l'empire coloniale au 19ème siècle jusqu'à l'apparition du mouvement contestataire des gilets jaunes. Les deux scénaristes Clément Xavier et Lisa Lugrin se chargent de cette adaptation pour convenir au format bande dessinée avec huit chapitres pour nous apporter des informations de l'histoire de France, vu depuis le peuple, avec les luttes, le front populaire, la décolonisation et d'autres faits historiques bien connus. Cet épisode démarre avec le héros qui poursuit son exposé historique accompagné de Louise Michel avant de s'enfuir alors que les CRS chargent le public. Les dessins sont dans la continuité du premier tome avec un style semi-réaliste pour resituer l'action. Une grande partie historique est passée au crible pour que l'album se termine sur des évènements plus récents de la France. C'est 240 planches de bande dessinée historiques qui vous attendent avec cette suite pour de nombreuses informations avec quelques touches d'humour.
  22. Titre de l'album : Une histoire populaire de la France tome 2 - Des gueules noires aux gilets jaunes Scenariste de l'album : Clément Xavier & Lisa Lugrin Dessinateur de l'album : Alain Gaston Rémy Coloriste : Mary Favantines Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : A la manière du premier tome, cet ouvrage n'est pas une histoire de France à la papa, strictement chronologique et qui fait la part belle au roman national, mais le récit de la France d'en bas, des paysans et des ouvriers, des hommes et des femmes qui, eux aussi, ont façonné notre pays. Critique : Suite et fin de l’adaptation en bande dessinée du best-seller de Gérard Noiriel paru aux éditions Agone en 2018. Ce second volume reprend donc l'histoire de France depuis l’extension de l'empire coloniale au 19ème siècle jusqu'à l'apparition du mouvement contestataire des gilets jaunes. Les deux scénaristes Clément Xavier et Lisa Lugrin se chargent de cette adaptation pour convenir au format bande dessinée avec huit chapitres pour nous apporter des informations de l'histoire de France, vu depuis le peuple, avec les luttes, le front populaire, la décolonisation et d'autres faits historiques bien connus. Cet épisode démarre avec le héros qui poursuit son exposé historique accompagné de Louise Michel avant de s'enfuir alors que les CRS chargent le public. Les dessins sont dans la continuité du premier tome avec un style semi-réaliste pour resituer l'action. Une grande partie historique est passée au crible pour que l'album se termine sur des évènements plus récents de la France. C'est 240 planches de bande dessinée historiques qui vous attendent avec cette suite pour de nombreuses informations avec quelques touches d'humour. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/histoire-populaire-de-la-france-tome-2-des-gueules-noires-aux-gilets-jaunes?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  23. The_PoP

    Jesse James

    Titre de l'album : Jesse James Scenariste de l'album : Chris Regnault & Dobbs Dessinateur de l'album : Chris Regnault Coloriste : Chris Regnault Editeur de l'album : Glenat Note : Résumé de l'album : Le bandit bien-aimé.Missouri, 1863. En pleine guerre de Sécession, la ferme des James est saccagée par une patrouille nordiste. Leur brutalité marque au fer rouge le jeune Jesse, qui n'aspire plus qu'à se venger! Fervent partisan de la cause du Sud, il rejoint les Bushwackers de «Bloody Bill» Anderson dans leur guérilla meurtrière, apprenant à piller, voler et tuer sous couvert d'une morale viciée par le traumatisme de la guerre civile. Au rétablissement de la paix, la rancoeur, le sentiment d'injustice et l'humiliation de la défaite le précipitent dans une carrière criminelle. Dans une surenchère de la violence, les quinze années qui suivent voient s'enchaîner les braquages de banques, les attaques de trains et de diligences, les règlements de comptes et les chevauchées sauvages... Jesse, son frère Frank et leur gang sont devenus les ennemis publics numéro un d'un pays qui peine à panser ses blessures, une partie de l'opinion sudiste voyant en lui un héros populaire, une sorte de justicier au grand coeur s'en prenant aux nantis pour venger l'honneur des vaincus.Christophe Regnault et Dobbs reprennent habilement les codes classiques du genre pour nous offrir un western dense et violent servi par une mise en scène puissante à l'atmosphère crépusculaire. Accompagné par l'historien Farid Ameur, spécialiste de la conquête de l'Ouest américain, ils nous entraînent, dans un fracas de sabots, sur les pas d'une figure légendaire qui n'a pas fini de fasciner les esprits. Critique : Forcément un Western en BD moi ça me fait toujours frétiller, alors l'arrivée du duo d'éditeurs Glénat / Fayard pour nous livrer des autobiographies des célébrités du Far West sérieuses mais sous forme dynamiques en BD ça m'intéresse. D'autant plus que Soleil avec un pitch quasi similaire m'avait laissé sur ma faim avec sa série des Western Legends. Ce premier tome consacré à Jesse James sera suivi très rapidement par celui sur Wild Bill Hickok. La couverture de ce Jesse James est pour le moins très alléchante et en tous cas une franche réussite à l'oeil. Je ne connaissais pas le travail de Chris Regnault jusqu'ici mais j'ai pris beaucoup de plaisir à découvrir son trait, qui s'il convient fort bien à de la bd "sérieuse" semi historique, a à mon avis beaucoup de potentiel sur d'autres genres. Bref on est sur de la belle et bonne bd qui vous rappellera parfois notre cher Mike Steve Blueberry. Du très bon. Le scénario, qui reste très biographique évidemment est une belle réussite du genre également, arrivant à nous garder dynamique et captivé malgré de nécessaires passage descriptifs et narratifs un peu plus figés. Vous l'aurez compris j'ai beaucoup aimé ce Jesse James. Autres infos : Avec la participation du conseiller historique Farid Ameur Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/jesse-james-228640?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  24. The_PoP

    Jesse James

    Forcément un Western en BD moi ça me fait toujours frétiller, alors l'arrivée du duo d'éditeurs Glénat / Fayard pour nous livrer des autobiographies des célébrités du Far West sérieuses mais sous forme dynamiques en BD ça m'intéresse. D'autant plus que Soleil avec un pitch quasi similaire m'avait laissé sur ma faim avec sa série des Western Legends. Ce premier tome consacré à Jesse James sera suivi très rapidement par celui sur Wild Bill Hickok. La couverture de ce Jesse James est pour le moins très alléchante et en tous cas une franche réussite à l'oeil. Je ne connaissais pas le travail de Chris Regnault jusqu'ici mais j'ai pris beaucoup de plaisir à découvrir son trait, qui s'il convient fort bien à de la bd "sérieuse" semi historique, a à mon avis beaucoup de potentiel sur d'autres genres. Bref on est sur de la belle et bonne bd qui vous rappellera parfois notre cher Mike Steve Blueberry. Du très bon. Le scénario, qui reste très biographique évidemment est une belle réussite du genre également, arrivant à nous garder dynamique et captivé malgré de nécessaires passage descriptifs et narratifs un peu plus figés. Vous l'aurez compris j'ai beaucoup aimé ce Jesse James.
  25. Titre de l'album : Les compagnons de la libération : l'ile de sein Scenariste de l'album : Jean-Yves Le Naour Dessinateur de l'album : Brice Goepfert Coloriste : Brice Goepfert Editeur de l'album : Grand Angle Note : Résumé de l'album : En embarquant pour Londres, ils emportent l'honneur de la France. Tout paraît immuable sur ce morceau de roche face à l'océan : La même mer indomptable, les mêmes hommes, solidaires, fidèles et silencieux. Mais en 1940, c'est le continent qui est enseveli sous la marée nazie. Après avoir entendu l'appel du 18 juin, les hommes se concertent. Il faut partir, vivre libre comme tous ceux qui chérissent la mer, et continuer la lutte. Tous les hommes décident alors de s'embarquer pour l'Angleterre pour prendre le seul parti qui leur soit naturel, celui de la fidélité à la patrie et à la liberté. Critique : Encore une "belle histoire" dans ces albums sur les compagnons de la libération. En tant qu'amateur d'histoire, j'apprécie ces albums, mais celui-ci m'a particulièrement marqué. En effet, cela m'a déjà appris d'où venait la célèbre phrase du général de Gaulle : Sein est donc le quart de la France ! Mais cela m'a aussi permis de me rendre compte que la population masculine de l'ile a entièrement répondu à l'appel du Général de Gaulle (le deuxième dont on parle moins). Une preuve de patriotisme forte et rare. Mais cet album est avant tout un album de BD bien écrit et bien pensé. S'il parle de la guerre, il n'en montre rien de plus que l'impact psychologique qu'elle avait sur la dernière terre libre de France métropolitaine. Mais cet aspect de la guerre sur les habitants des mers et campagnes est aussi intéressant que les combats eux-mêmes et beaucoup moins traité. Encore un bel album pour une collection qui continuera, je l'espère, à honorer la mémoire d'homme qui ont eu le courage de toujours croire en leur pays. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/les-compagnons-de-la-liberation-l-ile-de-sein?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
×
×
  • Créer...