Aller au contenu
  • S’inscrire

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'manga'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Les forums BD
    • Toute la BD
    • Projets participatifs
    • Petites Annonces BD
    • Liens BD vers ailleurs
  • Et si on parlait d'autre chose que la bande dessinée ?
    • Améliorons 1001BD
    • Films et séries TV
    • 1001 Jeux Video
    • Livres - Musique - Spectacles - Théatre - Musées
    • 1001 choses à dire
  • TEAM

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui contiennent…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


  1. Titre de l'album : The vampire & the rose tome 1 Scenariste de l'album : ASAKA Noriko Dessinateur de l'album : ASAKA Noriko Coloriste : Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : Chiyu est une lycéenne qui croit au grand amour. Dans sa classe, Yomiya fait tourner toutes les têtes. Il est séduisant, intelligent, sportif et... c'est un vampire ! Malgré tout, elle lui propose son sang lorsqu'un beau jour, elle le trouve en train de faire un malaise. Il découvre alors son goût délicieux et n'a pas l'intention de renoncer à d'autres rations... Critique : Les vampires vivent au grand jour, on dit qu’il y en a au moins un par ville. Chiyu, lycéenne ne comprend pas cette obsession pour les vampires, ils sont peut-être plus beaux et doués en tout, elle ne supporte pas le fait qu’ils batifolent avec toutes les femmes. Mais dans sa ville, le vampire c’est Yomiya, et il est dans sa classe ! Ces deux-là, vont peu à peu se rapprocher. The vampire &the rose est un shojo classique et même si l’histoire est sans surprise, il est plutôt bien fait. Les situations sont romantiques, le vampire est séduisant et le graphisme très bien réalisé. Les personnages ont des visages arrondis typique des shojo, les décors et tenues vestimentaires sont travaillés et détaillés. Pour ceux qui ne sont pas blasés des shojo, il remplit bien sa mission et il est agréable à l’œil. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/the-vampire-and-the-rose-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  2. Nickad

    The vampire & the rose tome 1

    Les vampires vivent au grand jour, on dit qu’il y en a au moins un par ville. Chiyu, lycéenne ne comprend pas cette obsession pour les vampires, ils sont peut-être plus beaux et doués en tout, elle ne supporte pas le fait qu’ils batifolent avec toutes les femmes. Mais dans sa ville, le vampire c’est Yomiya, et il est dans sa classe ! Ces deux-là, vont peu à peu se rapprocher. The vampire &the rose est un shojo classique et même si l’histoire est sans surprise, il est plutôt bien fait. Les situations sont romantiques, le vampire est séduisant et le graphisme très bien réalisé. Les personnages ont des visages arrondis typique des shojo, les décors et tenues vestimentaires sont travaillés et détaillés. Pour ceux qui ne sont pas blasés des shojo, il remplit bien sa mission et il est agréable à l’œil.
  3. poseidon2

    Kuma kuma bear t3

    A l'heure ou les Isekai rivalise entre terme d'aventure, de monstres à battre plus velu les uns que les autres et de pouvoirs surréalistes, Kuma Kuma bear nous offre un vrai moment de repos. En effet Yuna fait des missions comme les autres mais le fait de façon calme et pour aider autrui. Pas de recherche de pouvoir superflu, ici on parle uniquement d'aider les gens. De façon intelligente et calme, elle fait avancer le monde autour d'elle mais sans trop en faire. La lecture s'en trouve vraiment agréable et reposante a contrario des lecture à 200 à l'heure des autres Isekai du moment.
  4. Titre de l'album : Kuma kuma bear t3 Scenariste de l'album : Kumanano Dessinateur de l'album : Sergei / 029 Coloriste : Editeur de l'album : Meian Note : Résumé de l'album : Yuna se fait peu à peu à sa vie dans l'autre monde. Elle s'est construit une maison ours de deux étages et étend son cercle de connaissances. Elle rencontre un garçon nommé Kaï, venu chercher secours auprès de la guilde, et décide d'aller à la rescousse du village de Kaï attaqué par un serpent. Mais la vipère noire est gigantesque et peut se régénérer ! À la découverte du nouveau monde ! Critique : A l'heure ou les Isekai rivalise entre terme d'aventure, de monstres à battre plus velu les uns que les autres et de pouvoirs surréalistes, Kuma Kuma bear nous offre un vrai moment de repos. En effet Yuna fait des missions comme les autres mais le fait de façon calme et pour aider autrui. Pas de recherche de pouvoir superflu, ici on parle uniquement d'aider les gens. De façon intelligente et calme, elle fait avancer le monde autour d'elle mais sans trop en faire. La lecture s'en trouve vraiment agréable et reposante a contrario des lecture à 200 à l'heure des autres Isekai du moment. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/kuma-kuma-kuma-bear-tome-3?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  5. poseidon2

    Harem in a fantasy world t1&2

    On aurait tort de prendre de Harem in a fantasy world pour un simple nouvel Isekai. Tout d'abord parce que c'est un Isekai pour adulte avec des scènes de sexes complètement explicites. Mais c'est surtout un Isekai qui se trouve être un peu plus malin que ce qu'il n'y parait. En effet ce manga traite du fantasme du jeune garçon qui s'imagine arriver dans un monde ou tout lui est permis et où ce qui est interdit dans son monde d'origine est ici la norme. Et ce que ce manga fait de bien c'est que notre garçon n'a rien d'un pervers ou d'un gros geek obsédé de hentai. C'est juste un jeune garçon qui se retrouve avec des possibilités étonnantes, que ce soit dans ses explorations de labyrinthe et ses combats contre les monstres, ou dans sa possibilité d'acheter une esclave ayant ouvertement accepté de servir aussi d'esclave sexuelle. Une position de domination qui met en conflit sa conception de la vie provenant de son éducation et ses hormones qui le tiraillent. Jamais vulgaire malgré un sujet qui pourrait déraper, ce manga se révèle une bonne surprise et présente, dans un monde de jeux vidéo, les pulsions qu'ont les jeunes garçons dans notre monde actuel ou un garçon de 18 n'aura pas pu éviter de se confronter à la pornographie sur internet, quoi qu'en disent les parents. On peut juste espérer que l'histoire aille plus loin dans l'aspect Isekai, ayant fini d'explorer l'aspect relation intime dans ces deux premiers tomes. Prions pour que le manga ne tombe pas dans le travers facile de la collection d'esclave et le voyeurisme qui en découlerait.
  6. Titre de l'album : Harem in a fantasy world t1&2 Scenariste de l'album : Shachi Sogano Dessinateur de l'album : Issei Hyouju Coloriste : Editeur de l'album : Meian Note : Résumé de l'album : Quitte à débarquer dans un nouveau monde, autant bien s'entourer ! En se réveillant sur une paillasse, Michio Kaga est persuadé d'être en train de tester un nouveau jeu vidéo. Niveaux, statistiques, classes... Tout ce qui constitue un jeu de rôle classique est là. Mais avant qu'il n'ait vraiment eu le temps de jauger la situation, le village où il se trouve est attaqué par des brigands, qu'il terrasse sans grande difficulté... Une fois l'adrénaline retombée, Il réalise enfin que ce nouveau monde n'a rien d'un jeu, et que ceux qu'il a tués n'étaient pas de simples monstres, mais bien des êtres vivants... Passé le choc initial, Michio ne semble pas si pressé que ça de retrouver son monde d'origine... Et tant qu'à faire, autant en profiter pour s'amuser un peu, non ? Avec toutes ces filles tout droit sorties des canons de la fantasy, qui ne serait pas tenté ?! Critique : On aurait tort de prendre de Harem in a fantasy world pour un simple nouvel Isekai. Tout d'abord parce que c'est un Isekai pour adulte avec des scènes de sexes complètement explicites. Mais c'est surtout un Isekai qui se trouve être un peu plus malin que ce qu'il n'y parait. En effet ce manga traite du fantasme du jeune garçon qui s'imagine arriver dans un monde ou tout lui est permis et où ce qui est interdit dans son monde d'origine est ici la norme. Et ce que ce manga fait de bien c'est que notre garçon n'a rien d'un pervers ou d'un gros geek obsédé de hentai. C'est juste un jeune garçon qui se retrouve avec des possibilités étonnantes, que ce soit dans ses explorations de labyrinthe et ses combats contre les monstres, ou dans sa possibilité d'acheter une esclave ayant ouvertement accepté de servir aussi d'esclave sexuelle. Une position de domination qui met en conflit sa conception de la vie provenant de son éducation et ses hormones qui le tiraillent. Jamais vulgaire malgré un sujet qui pourrait déraper, ce manga se révèle une bonne surprise et présente, dans un monde de jeux vidéo, les pulsions qu'ont les jeunes garçons dans notre monde actuel ou un garçon de 18 n'aura pas pu éviter de se confronter à la pornographie sur internet, quoi qu'en disent les parents. On peut juste espérer que l'histoire aille plus loin dans l'aspect Isekai, ayant fini d'explorer l'aspect relation intime dans ces deux premiers tomes. Prions pour que le manga ne tombe pas dans le travers facile de la collection d'esclave et le voyeurisme qui en découlerait. Autres infos : Pour adultes avertis. Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/harem-in-the-fantasy-world-dungeon-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  7. Titre de l'album : Danmachi épisode Ryû tome 3 Scenariste de l'album : OMORI Fujino Dessinateur de l'album : MOMOYAMA Hinase Coloriste : Editeur de l'album : Ototo Note : Résumé de l'album : Au cœur de la ville d'Orario se trouve un gigantesque labyrinthe souterrain, profond dune centaine d'étages, peuplé dune réserve de monstres sans cesse renouvelée, et dont personne na jamais vu le fond. En cette ville cohabitent humains et dieux, les premiers en quête de gloire et de richesse, les derniers descendant de leurs trônes Critique : Démasquée, Ruy n’a pas d’autres solutions que de se battre contre les gardes du corps du directeur du casino. Syl encourage les filles à se rebeller pour lui prêtre main forte. Ce tome voit la fin de la première partie du manga (ce spin-off est fini en 6 tomes), les combats sont fluides et Ryu, habillée en homme, fait preuve de compétences hors pair tout en étant très classe. Au cours du tome, on glane quelques informations sur son passé (sa réputation, ses combats légendaires) et sur d’autres membres de l’auberge la fertile maitresse. Ce passé sera donc raconté dans les 3 tomes restant, bien qu’on s’en doutait un peu, les filles de l’auberge sont loin d’être banales. Ce manga est donc un bon divertissement, on a plaisir à retrouver l’univers de Danmachi et à croiser de temps en temps, les autres personnages. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/dan-machi-familia-chronicle-episode-ryu-tome-3?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  8. Nickad

    Danmachi épisode Ryû tome 3

    Démasquée, Ruy n’a pas d’autres solutions que de se battre contre les gardes du corps du directeur du casino. Syl encourage les filles à se rebeller pour lui prêtre main forte. Ce tome voit la fin de la première partie du manga (ce spin-off est fini en 6 tomes), les combats sont fluides et Ryu, habillée en homme, fait preuve de compétences hors pair tout en étant très classe. Au cours du tome, on glane quelques informations sur son passé (sa réputation, ses combats légendaires) et sur d’autres membres de l’auberge la fertile maitresse. Ce passé sera donc raconté dans les 3 tomes restant, bien qu’on s’en doutait un peu, les filles de l’auberge sont loin d’être banales. Ce manga est donc un bon divertissement, on a plaisir à retrouver l’univers de Danmachi et à croiser de temps en temps, les autres personnages.
  9. Titre de l'album : Kengan Ashura T1&2 Scenariste de l'album : Sandrovich Yabako Dessinateur de l'album : Daromeon Coloriste : Editeur de l'album : Meian Note : Résumé de l'album : Ici, tout se règle à la force des poings ! Depuis des siècles maintenant, les désaccords entre grandes entreprises se résolvent dans l'ombre grâce à une méthode très simple... Les combats de Kengan ! Les représentants de chacune des parties s'y affrontent dans un duel à mains nues aux règles minimalistes, et le vainqueur remporte le litige en question... Bien loin de toutes ces considérations, Kazuo Yamashita, un employé de bureau vieillissant, va par hasard faire la rencontre d'Ohma Tokita, le combattant du conglomérat pour lequel il travaille... Et à qui il va devoir servir d'assistant ! Kazuo va alors découvrir un monde sombre, brutal et sanglant où les conflits économiques n'obéissent qu'à une loi : celle du plus fort ! Je veux juste leur prouver que je suis le plus fort.. Critique : Nouveau gros coup pour les éditions Meian. Elle vient de mettre la main sur Kengan ashura, un manga de 27 tomes (terminé) paru entre 2012 et 2019 au Japon. Un manga devenu populaire en france garce à l'adaptation en animé proposée par Netflix. Kengan ashura c'est... un manga de combat. Un manga de combat pure et assez simple. Sous couvert de résolution de conflit via des combats, nos auteurs nous montre une grosses série de combats, en tout cas sur ces deux premiers tomes. Les deux points qui démarquent Kengan ashura des autres manga de combats, sont la violence assumée des combats en mode fight club mais aussi et surtout les differents styles de combats des combattants et comment notre héros y répond. Sur rien que deux tomes il rencontre des comnbattants allant du gros bourrin de base au vicieux tricheur de service. Sur ces deux tomes c'est super vivant et très divertissant. Le fait de faire du grouillot, mal dans sa peau, le narrateur apporte aussi un regard très "Wahouuu" sur le manga qui renforce notre propre impression de combat "de malade". Deux mangas très rafraîchissant dont j'espère que la suite sera tout aussi sympa. PS: je trouve les couvertures vraiment ratées mais au moins ca fait fuire les ados ! Autres infos : A reserver à un public mature. Finie en 27 tomes Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/kengan-ashura-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  10. Nickad

    Blitz tomes 3 et 4

    Le tournoi bat son plein, l’équipe doit gagner 3 matchs sur 5 pour être sélectionnée ! Si cela semble compliqué du côté de Marius et Anne, Harmony et Laurent sont bien partis. Tout va se jouer sur le match de Tom, mais celui-ci se retrouve confronté à un adversaire qui n’est pas fair-play. Arrivera-t-il à passer outre ces provocations ? Quoi qu’il en soit le niveau est élevé et l’équipe a besoin de s’améliorer. Ce qui est bien avec ce manga, c’est que plus en progresse dans la lecture, plus on est pris dans l’intrigue, on suit les matchs avec attention, espérant que les joueurs gagnent. Et quand on leur propose des méthodes pour améliorer leur concentration, on se dit qu’on pourrait essayer aussi ! Qui n’a pas entendu parler du palais mental ? Eh bien, ici, vous aurez une explication pour le mettre en pratique ! Je le redis, mais l’un des aspects positifs du livre, c’est qu’il ne parle pas que d’échecs, même si on suit les parties avec attention, voir même une certaine passion, il y a aussi tout le côté vie sociale et apprentissage qui est rondement bien mené. Ajouté à cela, le petit côté fantastique qui a permis à Tom de se démarquer rapidement, et vous obtenez un manga prenant, bien construit où l’on ne s’ennuie pas une seule minute. En plus, il n’est pas nécessaire de connaître les règles ou d’avoir pratiqué les échecs pour s’y plonger.
  11. Nickad

    Blitz tomes 3 et 4

    Titre de l'album : Blitz tomes 3 et 4 Scenariste de l'album : BISCAY Cédric Dessinateur de l'album : NISHIHARA Daitaro Coloriste : Editeur de l'album : IWA Editions Note : Résumé de l'album : Le championnat inter-collèges de la région du Kantô se poursuit sous les yeux de Karl venu surveiller l'éclosion potentielle de nouveaux talents et adversaires. Bien que capable de véritables coups d'éclats, Tom est quant à lui très perturbé par sa nouvelle rencontre avec les garçons contre qui il s'était battu dans les rues de Tokyo, après sa défaite face à Laurent. Il veut absolument affronter le leader du groupe aux échecs pour se venger de la perte du cavalier d'Harmony. Parviendra-t-il à garder toute sa concentration ? Critique : Le tournoi bat son plein, l’équipe doit gagner 3 matchs sur 5 pour être sélectionnée ! Si cela semble compliqué du côté de Marius et Anne, Harmony et Laurent sont bien partis. Tout va se jouer sur le match de Tom, mais celui-ci se retrouve confronté à un adversaire qui n’est pas fair-play. Arrivera-t-il à passer outre ces provocations ? Quoi qu’il en soit le niveau est élevé et l’équipe a besoin de s’améliorer. Ce qui est bien avec ce manga, c’est que plus en progresse dans la lecture, plus on est pris dans l’intrigue, on suit les matchs avec attention, espérant que les joueurs gagnent. Et quand on leur propose des méthodes pour améliorer leur concentration, on se dit qu’on pourrait essayer aussi ! Qui n’a pas entendu parler du palais mental ? Eh bien, ici, vous aurez une explication pour le mettre en pratique ! Je le redis, mais l’un des aspects positifs du livre, c’est qu’il ne parle pas que d’échecs, même si on suit les parties avec attention, voir même une certaine passion, il y a aussi tout le côté vie sociale et apprentissage qui est rondement bien mené. Ajouté à cela, le petit côté fantastique qui a permis à Tom de se démarquer rapidement, et vous obtenez un manga prenant, bien construit où l’on ne s’ennuie pas une seule minute. En plus, il n’est pas nécessaire de connaître les règles ou d’avoir pratiqué les échecs pour s’y plonger. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/blitz-tome-3?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  12. Titre de l'album : Je ne suis pas née dans le bon corps Scenariste de l'album : KONISHI Mafuyu Dessinateur de l'album : KONISHI Mafuyu Coloriste : Editeur de l'album : Ototo Note : Résumé de l'album : Née dans un corps d'homme et souffrant de dysphorie de genre, l'auteure est entrée dans un processus de réappropriation de son corps grâce à la chirurgie de réattribution sexuelle. Elle raconte son voyage en Thaïlande afin de se faire opérer, l'aide et les problèmes qu'elle a rencontrés et ce qui lui a permis de vivre aujourd'hui dans le corps qui lui correspond. Critique : Je ne suis pas née dans le bon corps est un manga autobiographique ; Mafuyu Konishi raconte comment s’est passé son changement de sexe (homme>>femme). Elle décrit tout le processus de l’opération depuis son arrivée en Thaïlande jusqu’à son départ 25 jours plus tard. Elle parle des préparatifs, des formalités à effectuer avant de se rendre à la clinique, de l’opération en elle-même, des différentes méthodes qui existent pour modifier les organes et de toute la convalescence derrière. L’histoire est intéressante car elle parle d’un sujet encore délicat, en essayant d’être le plus pragmatique possible. Pour ceux qui souhaiteraient sauter le pas, ce livre est un bon guide pour savoir ce qui vous attend. Même s’il y a quelques retours sur son passé, j’aurais apprécié un peu plus de détails sur son ressenti au quotidien, comment ce changement de sexe a muri et est devenu une évidence. A la fin du livre, Mafuyu Konishi dit qu’il y a encore beaucoup de travail pour faire comprendre et accepter les transgenres, les non-binaires ou tout autre personne qui se sentirait différente, c’est pourquoi je trouve qu’il y a un manque dans ce manga. L’histoire est vraiment centrée sur l’opération, sur le changement physique mais moins sur les sentiments et ce que vivent ces personnes au quotidien. Expliquer leur souffrance, montrer leurs questionnements permettrait de mieux les comprendre et d’y être plus attentifs. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/je-ne-suis-pas-nee-dans-le-bon-corps?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  13. Nickad

    My capricorn friend

    Matsuda est comme la majorité des élèves de son lycée, il n’ose pas s’interposer quand il voit du harcèlement, il fait comme si de rien n’était de peur de devenir la prochaine cible. Un soir, il croise Wakatsuki, un élève brimé, celui-ci tient une batte de baseball ensanglantée, il semble qu’il ait commis l’irréparable. Matsuda décide alors de l’aider. Ce qui est intéressant, c’est la narration du point de vue du personnage secondaire : celui qui voit le harcèlement et qui ne fait rien. Il explique sa position, comment il voit les choses, ce qui lui fait peur. L’histoire prend ensuite une autre tournure, on délaisse le côté harcèlement pour s’orienter vers une enquête. Matsuda va alors essayer de démêler le vrai du faux, et se rapprocher de Wakatsuki pour comprendre ce qui s’est vraiment passé. Il aurait été intéressant de développer toute l’histoire du point de vue des témoins, voir les réactions après le drame, voir s’il y a des sentiments de culpabilité qui s’installent, des regrets ou si tout simplement, la vie reprend son cours. Le récit est cependant intéressant, l’énoncé d’une liste de faits divers évoquant des suicides d’élèves victimes de harcèlement a de quoi alerter. Mais ce qui est peut-être le plus choquant, c’est l’indifférence, il y a ceux qui ont peur et qui n’agissent pas mais il y a surtout ces harceleurs, qui passent au travers des mailles de la justice, et qui recommencent leurs agissements. Il n’y a jamais trop de livres pour une prise de conscience et quand, en plus, il est bien construit et bien dessiné, on aurait tort de s’en passer.
  14. Titre de l'album : My capricorn friend Scenariste de l'album : OTSUICHI Dessinateur de l'album : MIYOKAWA Masaru Coloriste : Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Tout commence par la découverte du cadavre de Kaneshiro, un odieux lycéen qui harcèle perpétuellement ses camarades. Les soupçons se tournent rapidement vers Wakatsuki, un étudiant qui est introuvable depuis ce meurtre. Matsuda, un camarade de Wakatsuki, va alors le prendre sous son aile pour le cacher, d'autant plus qu'il est persuadé que Wakatsuki n'est pas réellement coupable du meurtre... Critique : Matsuda est comme la majorité des élèves de son lycée, il n’ose pas s’interposer quand il voit du harcèlement, il fait comme si de rien n’était de peur de devenir la prochaine cible. Un soir, il croise Wakatsuki, un élève brimé, celui-ci tient une batte de baseball ensanglantée, il semble qu’il ait commis l’irréparable. Matsuda décide alors de l’aider. Ce qui est intéressant, c’est la narration du point de vue du personnage secondaire : celui qui voit le harcèlement et qui ne fait rien. Il explique sa position, comment il voit les choses, ce qui lui fait peur. L’histoire prend ensuite une autre tournure, on délaisse le côté harcèlement pour s’orienter vers une enquête. Matsuda va alors essayer de démêler le vrai du faux, et se rapprocher de Wakatsuki pour comprendre ce qui s’est vraiment passé. Il aurait été intéressant de développer toute l’histoire du point de vue des témoins, voir les réactions après le drame, voir s’il y a des sentiments de culpabilité qui s’installent, des regrets ou si tout simplement, la vie reprend son cours. Le récit est cependant intéressant, l’énoncé d’une liste de faits divers évoquant des suicides d’élèves victimes de harcèlement a de quoi alerter. Mais ce qui est peut-être le plus choquant, c’est l’indifférence, il y a ceux qui ont peur et qui n’agissent pas mais il y a surtout ces harceleurs, qui passent au travers des mailles de la justice, et qui recommencent leurs agissements. Il n’y a jamais trop de livres pour une prise de conscience et quand, en plus, il est bien construit et bien dessiné, on aurait tort de s’en passer. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/my-capricorn-friend?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  15. Nickad

    Blitz tomes 1 et 2

    Titre de l'album : Blitz tomes 1 et 2 Scenariste de l'album : BISCAY Cédric Dessinateur de l'album : NISHIHARA Daitaro Coloriste : Editeur de l'album : IWA Editions Note : Résumé de l'album : Tom, jeune collégien, a un coup de cœur pour la belle Harmony. Apprenant que celle- ci se passionne pour les échecs, il décide de s'inscrire au club du collège. Mais il n'en connaît pas les règles ! Il n'a donc pas le choix : il doit tout apprendre et s'entraîner sérieusement. Très vite, il découvre l'existence de Garry Kasparov, le plus grand joueur de l'Histoire des échecs. Lors de ses recherches Tom tombe sur une machine de réalité virtuelle qui va lui permettre d'analyser les parties les plus mythiques du maître ! Un événement inattendu va alors ouvrir à Tom les portes du très haut niveau des échecs, et ce malgré lui... Critique : Je redoute toujours de me lancer dans la lecture d’un livre orienté vers un sujet très précis, il y a toujours le risque qu’il ne s’adresse qu’aux initiés. Blitz commence assez classiquement : Tom, collégien, veut rejoindre le club d’échecs pour être auprès de la fille qu’il aime. Le président du club le voit tout de suite comme un rival et le met au défi de gagner une partie contre lui. Il n’a que deux mois pour se préparer alors qu’il n’y connaît absolument rien. Tom va alors se lancer avec passion dans cette nouvelle discipline qui va devenir vitale pour lui. Cédric Biscay a imaginé une histoire qui ne se contente pas de parler du jeu, si d’une certaine façon, on sent qu’il veut donner l’envie de faire connaître les échecs, notamment auprès de la jeune génération, c’est l’ambiance générale qui est la plus motivante : petit à petit la passion se communique, l’irrésistible envie de jouer et d ‘affronter des adversaires, la soif de se surpasser. Dans le 1er tome, il y a quelques explications sur les règles du jeu, la mise en place des différents personnages et l’événement clé qui va permettre de rentrer dans le vif du sujet. Puis dans le second, on arrive au 1er tournoi et l’effervescence des joueurs. Chacun y trouvera son compte : les amateurs d’échecs apprécieront les parties dont certaines sont supervisées par Garry Kasparov en personne ! Les néophytes découvriront le côté très imagé des parties qui apporte action et aventure, et les fans de manga seront rassurés par le graphisme de Daitaro Nishihara qui permet au livre de s’intégrer parfaitement dans l’univers manga. A noter que l’action se déroule principalement au Japon dans une école internationale et que les personnages sont de toutes origines, cela renforce le côté universel des échecs. En plus, à la fin de chaque tome on trouve des explications un peu plus détaillées (un lexique des échecs notamment). C’est donc un bon début de série, tout public. Bande annonce du manga Blitz ! - YouTube Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/blitz-tome-1-177731?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  16. Nickad

    Blitz tomes 1 et 2

    Je redoute toujours de me lancer dans la lecture d’un livre orienté vers un sujet très précis, il y a toujours le risque qu’il ne s’adresse qu’aux initiés. Blitz commence assez classiquement : Tom, collégien, veut rejoindre le club d’échecs pour être auprès de la fille qu’il aime. Le président du club le voit tout de suite comme un rival et le met au défi de gagner une partie contre lui. Il n’a que deux mois pour se préparer alors qu’il n’y connaît absolument rien. Tom va alors se lancer avec passion dans cette nouvelle discipline qui va devenir vitale pour lui. Cédric Biscay a imaginé une histoire qui ne se contente pas de parler du jeu, si d’une certaine façon, on sent qu’il veut donner l’envie de faire connaître les échecs, notamment auprès de la jeune génération, c’est l’ambiance générale qui est la plus motivante : petit à petit la passion se communique, l’irrésistible envie de jouer et d ‘affronter des adversaires, la soif de se surpasser. Dans le 1er tome, il y a quelques explications sur les règles du jeu, la mise en place des différents personnages et l’événement clé qui va permettre de rentrer dans le vif du sujet. Puis dans le second, on arrive au 1er tournoi et l’effervescence des joueurs. Chacun y trouvera son compte : les amateurs d’échecs apprécieront les parties dont certaines sont supervisées par Garry Kasparov en personne ! Les néophytes découvriront le côté très imagé des parties qui apporte action et aventure, et les fans de manga seront rassurés par le graphisme de Daitaro Nishihara qui permet au livre de s’intégrer parfaitement dans l’univers manga. A noter que l’action se déroule principalement au Japon dans une école internationale et que les personnages sont de toutes origines, cela renforce le côté universel des échecs. En plus, à la fin de chaque tome on trouve des explications un peu plus détaillées (un lexique des échecs notamment). C’est donc un bon début de série, tout public. Bande annonce du manga Blitz ! - YouTube
  17. Nickad

    Yakuza reincarnation tome 1

    Ryûmatsu est un vieux yakuza, pas forcément pour l’âge puisqu’il y a la cinquantaine, mais plutôt pour sa façon de faire, il suit un code qui semble dépassé. Sa présence gêne et il finit par mourir. Le voilà réincarné dans le corps d’une jeune princesse dans un monde d’heroic fantasy, fidèle à lui-même et à ses valeurs, il ne pourra pas rester sans rien faire devant les injustices et va agir avec ses méthodes de yakuza bien évidemment. Et oui, encore un isekai de plus, cette fois c’est un yakuza qui se réincarne et en plus en tant que princesse ! Ayant retrouvé jeunesse et vitalité, il va se servir de ses poings pour combattre le mal ! Maintenant que ça s’est dit, il n’y a pas grand-chose de plus à dire, enfin de très original à dire : il y a des monstres, des épées, de la magie, des complots… L’intérêt principal c’est l’opposition des caractères entre le yakuza expérimenté et la jeune princesse, naïve, ne connaissant rien au monde. Son attitude et ses actions vont donc être à l’opposé de ce que son entourage attend. Le manga ne manque pas d’actions et a un bon rythme. Le graphisme est adéquat au genre, sauf peut-être la coupe de cheveux de la princesse qui est assez improbable mais c’est un détail. Le manga est efficace et rempli son rôle, on y trouve ce que l’on attend d’un isekai, maintenant, il faudra attendre la suite pour voir s’il se démarquera du lot.
  18. Titre de l'album : Yakuza reincarnation tome 1 Scenariste de l'album : NATSUHARA Takeshi Dessinateur de l'album : MIYASHITA Hiroki Coloriste : Editeur de l'album : Kaze Note : Résumé de l'album : Assassiné par un gang ennemi, un yakuza se réincarne en une jeune et jolie princesse d'un monde de fantasy. Malgré sa nouvelle apparence, notre héros garde son caractère bien trempé. Yakuza un jour, yakuza toujours Critique : Ryûmatsu est un vieux yakuza, pas forcément pour l’âge puisqu’il y a la cinquantaine, mais plutôt pour sa façon de faire, il suit un code qui semble dépassé. Sa présence gêne et il finit par mourir. Le voilà réincarné dans le corps d’une jeune princesse dans un monde d’heroic fantasy, fidèle à lui-même et à ses valeurs, il ne pourra pas rester sans rien faire devant les injustices et va agir avec ses méthodes de yakuza bien évidemment. Et oui, encore un isekai de plus, cette fois c’est un yakuza qui se réincarne et en plus en tant que princesse ! Ayant retrouvé jeunesse et vitalité, il va se servir de ses poings pour combattre le mal ! Maintenant que ça s’est dit, il n’y a pas grand-chose de plus à dire, enfin de très original à dire : il y a des monstres, des épées, de la magie, des complots… L’intérêt principal c’est l’opposition des caractères entre le yakuza expérimenté et la jeune princesse, naïve, ne connaissant rien au monde. Son attitude et ses actions vont donc être à l’opposé de ce que son entourage attend. Le manga ne manque pas d’actions et a un bon rythme. Le graphisme est adéquat au genre, sauf peut-être la coupe de cheveux de la princesse qui est assez improbable mais c’est un détail. Le manga est efficace et rempli son rôle, on y trouve ce que l’on attend d’un isekai, maintenant, il faudra attendre la suite pour voir s’il se démarquera du lot. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/yakuza-reincarnation-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  19. Titre de l'album : Interspecies reviewers tome 2 Scenariste de l'album : AMAHARA Dessinateur de l'album : MASHA Coloriste : Editeur de l'album : Ototo Note : Résumé de l'album : Toujours guidé par nos fins connaisseurs, continuez votre découverte du quartier des plaisirs et goûtez à de tout nouveaux fantasmes promis par les semi-humaines qui font le charme des mondes de fantasy. Critique : Notre fine équipe de reporters très intéressés continuent leurs explorations des différentes maisons closes. Et quand une mission doit les tenir éloignés pendant une semaine, pas de problème, il suffit d’aller bien se vider avant de l’entreprendre ! J’avais un peu peur que l’on tourne en rond dans ce genre d’histoire, que ce ne soit qu’une accumulation de scènes qui se ressemblent. En fait, même si le principe reste globalement le même, la diversité des espèces et situations est telle que l’on n’a pas une impression de répétition. En plus, chacun a son caractère et ses préférences et il y a une évolution dans le déroulement et les relations. Le manga reste sympathique (pour qui aime le genre), les commentaires (et notations) des testeurs après chaque visite donne un côté « guide de voyage » comme si on allait y aller un jour ! Avec son langage fleuri et ses notes d’humour, on ne s’ennuie pas. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/interspecies-reviewers-tome-2?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  20. Nickad

    Interspecies reviewers tome 2

    Notre fine équipe de reporters très intéressés continuent leurs explorations des différentes maisons closes. Et quand une mission doit les tenir éloignés pendant une semaine, pas de problème, il suffit d’aller bien se vider avant de l’entreprendre ! J’avais un peu peur que l’on tourne en rond dans ce genre d’histoire, que ce ne soit qu’une accumulation de scènes qui se ressemblent. En fait, même si le principe reste globalement le même, la diversité des espèces et situations est telle que l’on n’a pas une impression de répétition. En plus, chacun a son caractère et ses préférences et il y a une évolution dans le déroulement et les relations. Le manga reste sympathique (pour qui aime le genre), les commentaires (et notations) des testeurs après chaque visite donne un côté « guide de voyage » comme si on allait y aller un jour ! Avec son langage fleuri et ses notes d’humour, on ne s’ennuie pas.
  21. Nickad

    Notre paradis

    Deux jeunes hommes se retrouvent à devoir cohabiter dans le même appartement, n’ayant a priori pas grand-chose en commun, ils sont tous les deux entretenus par une jeune femme Nahoko. Cette dernière, un jour, finit par ne plus rentrer, les deux garçons doivent alors prendre une décision pour leur avenir. Le manga commence de façon très originale, on découvre les deux garçons dans cet appartement qu’ils appelleront leur « paradis », leurs vies tournent autour du personnage de Nahoko qu’on ne verra jamais. Très vite, ils se retrouvent forcés à subvenir eux-mêmes à leurs besoins et l’ambiance particulière de l’appartement disparaît. L’histoire devient plus classique, chacun a un passé plus ou moins sombre et attend l’être auprès duquel il pourra trouver sa place. L’histoire est un peu confuse, on saute parfois des jours, des semaines, on passe d’un état à un autre sans trop savoir comment, des bribes d’explications viennent après. La lecture n’est pas toujours fluide et en se perdant, on perd aussi l’attachement envers les personnages. Le graphisme est fin, les personnages aussi et correspondent bien aux critères de la majorité des lectrices, c’est visuellement agréable. Ce n’est pas déplaisant mais ça n’est pas le meilleur, dommage que l’idée du début n’est pas été plus exploitée !
  22. Nickad

    Notre paradis

    Titre de l'album : Notre paradis Scenariste de l'album : UEHARA Ari Dessinateur de l'album : UEHARA Ari Coloriste : Editeur de l'album : Taifu Note : Résumé de l'album : Un jeune homme avec un étrange tatouage de papillon squatte les cybercafés et entend un jour un couple qui fricote dans la cabine d'à côté. Excité par le bruit, il se fait surprendre par son voisin en train de se masturber. Ce dernier possède quant à lui un magnifique tatouage d'oiseau et s'avère être un gigolo. La femme qui l'entretient propose au garçon au papillon de le recueillir également en échange de coucher avec elle quand elle le souhaite. L'oiseau et le papillon vivent à présent dans le même salon, mais étant très différents l'un de l'autre, ils doivent apprendre à cohabiter. Critique : Deux jeunes hommes se retrouvent à devoir cohabiter dans le même appartement, n’ayant a priori pas grand-chose en commun, ils sont tous les deux entretenus par une jeune femme Nahoko. Cette dernière, un jour, finit par ne plus rentrer, les deux garçons doivent alors prendre une décision pour leur avenir. Le manga commence de façon très originale, on découvre les deux garçons dans cet appartement qu’ils appelleront leur « paradis », leurs vies tournent autour du personnage de Nahoko qu’on ne verra jamais. Très vite, ils se retrouvent forcés à subvenir eux-mêmes à leurs besoins et l’ambiance particulière de l’appartement disparaît. L’histoire devient plus classique, chacun a un passé plus ou moins sombre et attend l’être auprès duquel il pourra trouver sa place. L’histoire est un peu confuse, on saute parfois des jours, des semaines, on passe d’un état à un autre sans trop savoir comment, des bribes d’explications viennent après. La lecture n’est pas toujours fluide et en se perdant, on perd aussi l’attachement envers les personnages. Le graphisme est fin, les personnages aussi et correspondent bien aux critères de la majorité des lectrices, c’est visuellement agréable. Ce n’est pas déplaisant mais ça n’est pas le meilleur, dommage que l’idée du début n’est pas été plus exploitée ! Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/notre-paradis?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  23. Nickad

    Monster girls collection tome 1

    Ichika est dans une école de monstres réservées aux filles, elle suit des cours pour devenir un monstre digne de ce nom « effrayer, faire souffrir, torturer, plonger les humains dans le désespoir » voilà le programme de cette école. Mais Ichika n’est pas une élève modèle et passe plus de temps à se chamailler avec ses camarades qu’à écouter le professeur. Monster girls collection n’est pas un manga désagréable, il y a toute une partie fantastique avec la présentation des différents monstres, leurs capacités et caractéristiques, il y a l’ambiance scolaire avec les rivalités entre les élèves ... Le tout dans un environnement un peu trash, des têtes ou bras coupés ou des punitions par pendaison ne sont pas rares mais ce n’est pas vraiment effrayant car ce ne sont pas des morts définitives et c’est parsemé de touches d’humour. L’histoire est pour le moment sympathique sans être exceptionnelle, on aurait aimé voir plus le contenu des cours car pour le moment les chapitres se suivent et se ressemblent. Le graphisme est particulièrement intéressant, les décors, costumes et ambiance générale du manga sont travaillés et très plaisants à regarder.
  24. Titre de l'album : Monster girls collection tome 1 Scenariste de l'album : AKEKO Suzu Dessinateur de l'album : AKEKO Suzu Coloriste : Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : Tout bon monstre qui se respecte doit savoir effrayer ! Pour cela, Ichika et ses camarades doivent absolument obtenir leur diplôme de monstre ! Mais dans leur classe, la plus mauvaise de toutes, étudier n'est pas une mince affaire ! Entre tricheries et règlements de comptes sanglants, Monsieur D, leur professeur principal, va avoir bien du mal à les emmener jusqu'au diplôme... Critique : Ichika est dans une école de monstres réservées aux filles, elle suit des cours pour devenir un monstre digne de ce nom « effrayer, faire souffrir, torturer, plonger les humains dans le désespoir » voilà le programme de cette école. Mais Ichika n’est pas une élève modèle et passe plus de temps à se chamailler avec ses camarades qu’à écouter le professeur. Monster girls collection n’est pas un manga désagréable, il y a toute une partie fantastique avec la présentation des différents monstres, leurs capacités et caractéristiques, il y a l’ambiance scolaire avec les rivalités entre les élèves ... Le tout dans un environnement un peu trash, des têtes ou bras coupés ou des punitions par pendaison ne sont pas rares mais ce n’est pas vraiment effrayant car ce ne sont pas des morts définitives et c’est parsemé de touches d’humour. L’histoire est pour le moment sympathique sans être exceptionnelle, on aurait aimé voir plus le contenu des cours car pour le moment les chapitres se suivent et se ressemblent. Le graphisme est particulièrement intéressant, les décors, costumes et ambiance générale du manga sont travaillés et très plaisants à regarder. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/monster-girls-collection-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  25. Je ne suis pas née dans le bon corps est un manga autobiographique ; Mafuyu Konishi raconte comment s’est passé son changement de sexe (homme>>femme). Elle décrit tout le processus de l’opération depuis son arrivée en Thaïlande jusqu’à son départ 25 jours plus tard. Elle parle des préparatifs, des formalités à effectuer avant de se rendre à la clinique, de l’opération en elle-même, des différentes méthodes qui existent pour modifier les organes et de toute la convalescence derrière. L’histoire est intéressante car elle parle d’un sujet encore délicat, en essayant d’être le plus pragmatique possible. Pour ceux qui souhaiteraient sauter le pas, ce livre est un bon guide pour savoir ce qui vous attend. Même s’il y a quelques retours sur son passé, j’aurais apprécié un peu plus de détails sur son ressenti au quotidien, comment ce changement de sexe a muri et est devenu une évidence. A la fin du livre, Mafuyu Konishi dit qu’il y a encore beaucoup de travail pour faire comprendre et accepter les transgenres, les non-binaires ou tout autre personne qui se sentirait différente, c’est pourquoi je trouve qu’il y a un manque dans ce manga. L’histoire est vraiment centrée sur l’opération, sur le changement physique mais moins sur les sentiments et ce que vivent ces personnes au quotidien. Expliquer leur souffrance, montrer leurs questionnements permettrait de mieux les comprendre et d’y être plus attentifs.
×
×
  • Créer...