Aller au contenu
  • S’inscrire

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'shojo'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Catégories

  • Critiques

Forums

  • Les forums BD
    • Toute la BD
    • Projets participatifs
    • Petites Annonces BD
    • Liens BD vers ailleurs
  • Et si on parlait d'autre chose que la bande dessinée ?
    • Améliorons 1001BD
    • Films et séries TV
    • 1001 Jeux Video
    • Livres - Musique - Spectacles - Théatre - Musées
    • 1001 choses à dire
  • TEAM

Calendriers

  • Community Calendar

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui contiennent…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


  1. Nickad

    The vampire & the rose tome 1

    Les vampires vivent au grand jour, on dit qu’il y en a au moins un par ville. Chiyu, lycéenne ne comprend pas cette obsession pour les vampires, ils sont peut-être plus beaux et doués en tout, elle ne supporte pas le fait qu’ils batifolent avec toutes les femmes. Mais dans sa ville, le vampire c’est Yomiya, et il est dans sa classe ! Ces deux-là, vont peu à peu se rapprocher. The vampire &the rose est un shojo classique et même si l’histoire est sans surprise, il est plutôt bien fait. Les situations sont romantiques, le vampire est séduisant et le graphisme très bien réalisé. Les personnages ont des visages arrondis typique des shojo, les décors et tenues vestimentaires sont travaillés et détaillés. Pour ceux qui ne sont pas blasés des shojo, il remplit bien sa mission et il est agréable à l’œil.
  2. Titre de l'album : The vampire & the rose tome 1 Scenariste de l'album : ASAKA Noriko Dessinateur de l'album : ASAKA Noriko Coloriste : Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : Chiyu est une lycéenne qui croit au grand amour. Dans sa classe, Yomiya fait tourner toutes les têtes. Il est séduisant, intelligent, sportif et... c'est un vampire ! Malgré tout, elle lui propose son sang lorsqu'un beau jour, elle le trouve en train de faire un malaise. Il découvre alors son goût délicieux et n'a pas l'intention de renoncer à d'autres rations... Critique : Les vampires vivent au grand jour, on dit qu’il y en a au moins un par ville. Chiyu, lycéenne ne comprend pas cette obsession pour les vampires, ils sont peut-être plus beaux et doués en tout, elle ne supporte pas le fait qu’ils batifolent avec toutes les femmes. Mais dans sa ville, le vampire c’est Yomiya, et il est dans sa classe ! Ces deux-là, vont peu à peu se rapprocher. The vampire &the rose est un shojo classique et même si l’histoire est sans surprise, il est plutôt bien fait. Les situations sont romantiques, le vampire est séduisant et le graphisme très bien réalisé. Les personnages ont des visages arrondis typique des shojo, les décors et tenues vestimentaires sont travaillés et détaillés. Pour ceux qui ne sont pas blasés des shojo, il remplit bien sa mission et il est agréable à l’œil. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/the-vampire-and-the-rose-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  3. Nickad

    Maux mêlés tome 2 (fin)

    Matsuoka révèle à Tsukasa les raisons de sa présence dans la pension, ses histoires de famille où il étouffait. Emporté par ses confidences, il en profite pour faire sa déclaration à la jeune fille. Tsukasa se retrouve avec deux prétendants, il est temps qu’elle mette de l’ordre dans ses sentiments et ses envies, temps d’affronter la vie et d’arrêter de fuir car elle sait, qu’à un moment, il faudra faire un choix. C’est toujours avec beaucoup de finesse et de douceur que les auteurs dépeignent les sentiments de nos jeunes gens, leurs questions sur l’amour et sur ce qu’ils ont vraiment envie d’être. Si le manga parle de romance, il parle avant tout de relations humaines et de connaissance de soi ou plutôt même, d’acceptation de soi. D’une certaine façon, il répond aux questionnements des adolescents sur les sentiments amoureux et permet, peut-être, de se poser les bonnes questions. Maux mêlés est un manga agréable à lire, intelligent, avec un graphisme tout en douceur qui sait mettre des mots sur des sentiments confus.
  4. Titre de l'album : Maux mêlés tome 2 (fin) Scenariste de l'album : IZAWA Meguru Dessinateur de l'album : TAGURA Tohru Coloriste : Editeur de l'album : Akata Note : Résumé de l'album : Dans Maux Mêlés, Tohru Tagura met en scène le quotidien d'adolescents qui, à cause de leurs blessures, ont du mal à s'ouvrir aux autres. Avec douceur et poésie, la mangaka croque leur apprentissage avec un style graphique particulièrement charmeur. Série en 2 tomes. Critique : Matsuoka révèle à Tsukasa les raisons de sa présence dans la pension, ses histoires de famille où il étouffait. Emporté par ses confidences, il en profite pour faire sa déclaration à la jeune fille. Tsukasa se retrouve avec deux prétendants, il est temps qu’elle mette de l’ordre dans ses sentiments et ses envies, temps d’affronter la vie et d’arrêter de fuir car elle sait, qu’à un moment, il faudra faire un choix. C’est toujours avec beaucoup de finesse et de douceur que les auteurs dépeignent les sentiments de nos jeunes gens, leurs questions sur l’amour et sur ce qu’ils ont vraiment envie d’être. Si le manga parle de romance, il parle avant tout de relations humaines et de connaissance de soi ou plutôt même, d’acceptation de soi. D’une certaine façon, il répond aux questionnements des adolescents sur les sentiments amoureux et permet, peut-être, de se poser les bonnes questions. Maux mêlés est un manga agréable à lire, intelligent, avec un graphisme tout en douceur qui sait mettre des mots sur des sentiments confus. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/maux-meles-tome-2?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  5. Après l’historique chasse aux sorcières les survivantes se sont mises au service des puissants de ce monde, elles œuvrent dans l’ombre. Leur importance pour les gouvernements est devenu telle qu’une école pour les former et développer leurs pouvoirs a été créée. Mari, une jeune japonaise s’est retrouvée là sans trop savoir pourquoi, au premier abord, n’étant douée en rien, une autre élève Alice va devenir sa tutrice. Cette dernière va vite se rendre compte que le pouvoir de Mari est important et peut provoquer un bouleversement dans l’univers des sorcières. Le début du manga a tout de l’univers shojo, que ce soit par son graphisme assez rond parsemé de temps en temps d’étoiles, par l’ambiance assez douce et posée, par l’éveil des sentiments. Et puis, il y a le côté fantastique venant de leur nature de sorcière qui amène un peu d’aventures. Si la lecture est agréable, elle passe très vite (140 pages seulement), on aurait aimé un peu plus de teneur, ce qui arrivera sans doute avec l’événement de fin de volume. Série finie en 3 tomes. Extrait : Les Sorcières de la fin du monde T.1 - AKATA (akazoom.fr)
  6. Titre de l'album : Les sorcières de la fin du monde tome 1 Scenariste de l'album : KUJIRA Dessinateur de l'album : KUJIRA Coloriste : Editeur de l'album : Akata Note : Résumé de l'album : Mari est une sorcière, mais jusqu’à il y a peu, elle ne le savait pas ! Dans sa nouvelle école pour magiciennes, elle provoque très vite la jalousie de ses nouvelles camarades : comment est-il possible qu’une adolescente issue du monde des humains puisse intégrer cette prestigieuse académie ? Rejetée par les autres élèves, elle va pourtant se rapprocher d’Alice, sa tutrice. Cette dernière, en découvrant le pouvoir unique de la nouvelle élève, ne peut s’empêcher d’éprouver… de la curiosité ? A moins qu’il ne s’agisse d’autre chose… Critique : Après l’historique chasse aux sorcières les survivantes se sont mises au service des puissants de ce monde, elles œuvrent dans l’ombre. Leur importance pour les gouvernements est devenu telle qu’une école pour les former et développer leurs pouvoirs a été créée. Mari, une jeune japonaise s’est retrouvée là sans trop savoir pourquoi, au premier abord, n’étant douée en rien, une autre élève Alice va devenir sa tutrice. Cette dernière va vite se rendre compte que le pouvoir de Mari est important et peut provoquer un bouleversement dans l’univers des sorcières. Le début du manga a tout de l’univers shojo, que ce soit par son graphisme assez rond parsemé de temps en temps d’étoiles, par l’ambiance assez douce et posée, par l’éveil des sentiments. Et puis, il y a le côté fantastique venant de leur nature de sorcière qui amène un peu d’aventures. Si la lecture est agréable, elle passe très vite (140 pages seulement), on aurait aimé un peu plus de teneur, ce qui arrivera sans doute avec l’événement de fin de volume. Série finie en 3 tomes. Extrait : Les Sorcières de la fin du monde T.1 - AKATA (akazoom.fr) Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/les-sorcieres-de-la-fin-du-monde-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  7. Nickad

    Comme les autres tome 3

    Au fur et à mesure des situations et de l’implication de Tsubaki dans la vie d’Ibuki, ce dernier arrive à avancer et communiquer avec ses proches, que ce soit avec son meilleur ami ou avec son frère. On voit que les personnages ont tous un passé où ils ont été maladroits, où les mots (ou attitude) ont été plus loin qu’ils ne le voulaient. La positive Tsubaki chamboule un peu tout ça et permet à ces garçons de dire enfin leurs attentes, leurs regrets… de communiquer tout simplement. Ce que je redoutais au tome 2 est en train d’arriver, l’histoire est gentille mais on arrive dans une trame plus classique, plus banale avec les incompréhensions des ados, leur peine de cœur, la jalousie due à une ex… Il est dommage que l’aspect handicap soit un peu en retrait. Le manga reste sympathique mais il y a des longueurs.
  8. Titre de l'album : Comme les autres tome 3 Scenariste de l'album : NOJIN Yuki Dessinateur de l'album : NOJIN Yuki Coloriste : Editeur de l'album : Kana Note : Résumé de l'album : La devise de Tsubaki, c’est vivre comme son cœur le lui dicte. C’est pourquoi, lorsqu’elle rencontre un garçon discret et mystérieux en ramassant l’abonnement de train qu’il a fait tomber, elle écoute son cœur et fonce. Tsubaki fait tout pour retrouver Ibuki et va d’emblée lui déclarer ses sentiments. Dans une lettre, elle lui écrit son souhait de vivre une histoire d’amour heureuse et ordinaire. Sauf que Tsubaki ne sait pas encore qu’Ibuki est malentendant. Qu’il ne pourra pas lui offrir une histoire d’amour “ordinaire”. Critique : Au fur et à mesure des situations et de l’implication de Tsubaki dans la vie d’Ibuki, ce dernier arrive à avancer et communiquer avec ses proches, que ce soit avec son meilleur ami ou avec son frère. On voit que les personnages ont tous un passé où ils ont été maladroits, où les mots (ou attitude) ont été plus loin qu’ils ne le voulaient. La positive Tsubaki chamboule un peu tout ça et permet à ces garçons de dire enfin leurs attentes, leurs regrets… de communiquer tout simplement. Ce que je redoutais au tome 2 est en train d’arriver, l’histoire est gentille mais on arrive dans une trame plus classique, plus banale avec les incompréhensions des ados, leur peine de cœur, la jalousie due à une ex… Il est dommage que l’aspect handicap soit un peu en retrait. Le manga reste sympathique mais il y a des longueurs. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/comme-les-autres-tome-3?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  9. Titre de l'album : Qu'est-ce qui cloche avec la secrétaire Kim ? tome 2 Scenariste de l'album : GYEONG-YUN Jeong Dessinateur de l'album : MYONG-MI Kim Coloriste : Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Lee Young Joon est l'héritier d'une entreprise prestigieuse qu'il tient d'une main de fer. Il considère qu'il est l'incarnation de la perfection. Alors quand sa secrétaire, Kim Miso, lui annonce qu'elle veut démissionner pour trouver un petit ami, c'est la douche froide ! Qu'est-ce qui lui prend ? Pour la garder auprès de lui il est prêt à tout... Critique : Le directeur Lee fait son possible pour faire plaisir à Kim, il réalise ses envies afin qu’elle tombe amoureuse de lui et ne cherche plus à s’en aller. Après une soirée passée dans un parc d’attractions, Kim se rend bien compte qu’elle le voit à présent comme un homme séduisant mais elle ne cède pas pour autant, obnubilée par la recherche du garçon de son enfance. Si le début du récit était assez léger dans le 1er tome, au point que l’on pouvait croire qu’il ne s’agissait que d’une histoire à l’eau de rose, l’histoire prend à présent de la consistance. Les relations entre Kim et Lee sont toujours entre travail et petites piques mais l’on plonge un peu dans le passé de chacun, avec les traumatismes que cela implique pour se dire qu’au final, leurs passés sont peut-être liés (certainement même). Donc en plus de la comédie romantique qui est assez amusante, on a une intrigue supplémentaire assez bien menée pour avoir envie d’en savoir plus. Vivement le prochain ! Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/qu-est-ce-qui-cloche-avec-la-secretaire-kim-tome-2?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  10. Le directeur Lee fait son possible pour faire plaisir à Kim, il réalise ses envies afin qu’elle tombe amoureuse de lui et ne cherche plus à s’en aller. Après une soirée passée dans un parc d’attractions, Kim se rend bien compte qu’elle le voit à présent comme un homme séduisant mais elle ne cède pas pour autant, obnubilée par la recherche du garçon de son enfance. Si le début du récit était assez léger dans le 1er tome, au point que l’on pouvait croire qu’il ne s’agissait que d’une histoire à l’eau de rose, l’histoire prend à présent de la consistance. Les relations entre Kim et Lee sont toujours entre travail et petites piques mais l’on plonge un peu dans le passé de chacun, avec les traumatismes que cela implique pour se dire qu’au final, leurs passés sont peut-être liés (certainement même). Donc en plus de la comédie romantique qui est assez amusante, on a une intrigue supplémentaire assez bien menée pour avoir envie d’en savoir plus. Vivement le prochain !
  11. Nickad

    Banale à tout prix 14 (fin)

    Tandis que Tsurugi va partir à Tokyo pour poursuivre ses études, Koiko va apprendre la cuisine et être apprentie auprès de sa mère afin d’éventuellement pouvoir lui succéder. Mais au moment du départ, la mère de Koiko dit qu’elle va se remarier avec un cuisinier et qu’elle n’a pas besoin d’elle pour l’aider, Koiko, libre, part vivre à Tokyo avec Tsurugi. Voici la fin de la série, fin fidèle au livre et sans grande surprise. Ce shojo m’ennuie profondément, alors oui c’est une belle histoire d’amour dont la couverture rose du dernier tome est symbolique car l’ambiance générale du manga c’est rose bonbon, tout se passe pour le mieux dans le meilleur des mondes et leur amour est parfait ! Un peu trop d’ailleurs, car la plus grande difficulté que ce couple va rencontrer c’est de réaliser qu’ils ne peuvent pas vivre d’amour et d’eau fraiche et qu’il va bien falloir se trouver un métier ! Pas d’obstacles sur leur chemin, et les quelques questions ou doutes qu’ils pourraient avoir sont réglés tout de suite car nos tourtereaux pensent de la même façon et sont toujours sur la même longueur d’onde ! Pour être honnête, ce manga est à réserver à ceux qui n’auraient pas ou peu lu de shojo car il fait le job : une histoire romantique à souhait hyper mielleuse. Mais pour les autres, et bien ça manque de piquant, de rebondissements, même dans les contes de fées, il y a un peu d’action. Ici c’est linéaire, le peu d’humour qu’on avait avec l’histoire de la sœur de Koiko disparait aussi car même pour elle tout se termine bien (mariage également). Tant mieux pour ceux qui vivent une histoire d’amour similaire, mais je trouve que ça manque de punch.
  12. Titre de l'album : Banale à tout prix 14 (fin) Scenariste de l'album : NANAJI Nagamu Dessinateur de l'album : NANAJI Nagamu Coloriste : Editeur de l'album : Kana Note : Résumé de l'album : Ayant pour exemples une mère trop romantique et une grande soeur trop coincée, Koiko a décidé d'être "normale", dans la moyenne, ni trop, ni trop peu. Son quotidien banal bascule lorsqu'elle découvre que son petit ami, très banal, est en train de la tromper ! C'est l'un des garçons les plus populaires du lycée, Tsurugi, qui lui ouvre les yeux Depuis ce jour, Tsurugi ne cesse de se mêler à la vie de Koiko, lui faisant remarquer qu'elle n'est pas comme les autres et risque d'autant plus de casser son image de "normalité"... Mais Koiko n'a pas l'intention de se laisser troubler ! Critique : Tandis que Tsurugi va partir à Tokyo pour poursuivre ses études, Koiko va apprendre la cuisine et être apprentie auprès de sa mère afin d’éventuellement pouvoir lui succéder. Mais au moment du départ, la mère de Koiko dit qu’elle va se remarier avec un cuisinier et qu’elle n’a pas besoin d’elle pour l’aider, Koiko, libre, part vivre à Tokyo avec Tsurugi. Voici la fin de la série, fin fidèle au livre et sans grande surprise. Ce shojo m’ennuie profondément, alors oui c’est une belle histoire d’amour dont la couverture rose du dernier tome est symbolique car l’ambiance générale du manga c’est rose bonbon, tout se passe pour le mieux dans le meilleur des mondes et leur amour est parfait ! Un peu trop d’ailleurs, car la plus grande difficulté que ce couple va rencontrer c’est de réaliser qu’ils ne peuvent pas vivre d’amour et d’eau fraiche et qu’il va bien falloir se trouver un métier ! Pas d’obstacles sur leur chemin, et les quelques questions ou doutes qu’ils pourraient avoir sont réglés tout de suite car nos tourtereaux pensent de la même façon et sont toujours sur la même longueur d’onde ! Pour être honnête, ce manga est à réserver à ceux qui n’auraient pas ou peu lu de shojo car il fait le job : une histoire romantique à souhait hyper mielleuse. Mais pour les autres, et bien ça manque de piquant, de rebondissements, même dans les contes de fées, il y a un peu d’action. Ici c’est linéaire, le peu d’humour qu’on avait avec l’histoire de la sœur de Koiko disparait aussi car même pour elle tout se termine bien (mariage également). Tant mieux pour ceux qui vivent une histoire d’amour similaire, mais je trouve que ça manque de punch. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/banale-a-tout-prix-tome-14?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  13. Nickad

    Share tome 1

    Haru est une jeune fille de 16 ans assez introvertie qui sourit peu, elle semble subir sa vie et a du mal avec les autres, surtout les garçons. Un jour elle rencontre Rio, un jeune homme gay qui vient de se faire larguer en beauté dans le café où travaille Haru. Attirée par lui sans trop savoir pourquoi, ils vont finir par cohabiter. Haru absolument novice sentimentalement va découvrir petit à petit l’amour et l’amitié. Rio, lui, blessé par le passé, s’attache à Haru mais ne recherche pas en elle ce qu’elle aurait aimé. L’écriture est toute en douceur, comme quand on ouvre les yeux sur un monde que l’on ne connait pas et que l’on prend le temps d’observer. Ici, l’auteur prend son temps, on suit les pensées de Haru, on découvre l’histoire de cette jeune fille qui va vivre une histoire d’amour à sens unique et bien qu’au courant depuis le début que Rio est gay, elle ne va pas pouvoir s’en empêcher, impuissante face à la montée de ses sentiments. Si Yuu Mitsuha nous propose une histoire d’amour, c’est surtout sur les liens qui relient les personnes qu’elle s’attarde, s’interrogeant sur les sentiments et sur ce qui crée l’attachement envers l’autre. Une histoire toute en finesse pour une issue inéluctable. Série finie en 3 tomes. Et pour lire un extrait : share T.1 - AKATA (akazoom.fr)
  14. Nickad

    Share tome 1

    Titre de l'album : Share tome 1 Scenariste de l'album : MITSUHA Yuu Dessinateur de l'album : MITSUHA Yuu Coloriste : Editeur de l'album : Akata Note : Résumé de l'album : Haru n’a que seize ans, mais elle n’a déjà pas d’objectif de vie ni de rêve… En parallèle du lycée, elle économise un peu d’argent, sans même savoir ce qu’elle va en faire. Pourtant, un jour, dans le café où elle travaille, elle croise Rio, un jeune homme gay. Très vite, elle est intriguée par ce dernier. De fil en aiguille et alors qu’elle ne se sent plus à l’aise chez elle, elle décide de fuguer. C’est dans la colocation de Rio qu’elle trouve un nouveau lieu de vie. Mais puisqu'aucune chambre n’est disponible, elle partagera le même lit que lui… à ses côtés, elle ne sent pas en danger. Mais à cet âge si compliqué, Haru se cherche… Pourra-t-elle étouffer les sentiments qu’elle commence à ressentir avant de souffrir ? Critique : Haru est une jeune fille de 16 ans assez introvertie qui sourit peu, elle semble subir sa vie et a du mal avec les autres, surtout les garçons. Un jour elle rencontre Rio, un jeune homme gay qui vient de se faire larguer en beauté dans le café où travaille Haru. Attirée par lui sans trop savoir pourquoi, ils vont finir par cohabiter. Haru absolument novice sentimentalement va découvrir petit à petit l’amour et l’amitié. Rio, lui, blessé par le passé, s’attache à Haru mais ne recherche pas en elle ce qu’elle aurait aimé. L’écriture est toute en douceur, comme quand on ouvre les yeux sur un monde que l’on ne connait pas et que l’on prend le temps d’observer. Ici, l’auteur prend son temps, on suit les pensées de Haru, on découvre l’histoire de cette jeune fille qui va vivre une histoire d’amour à sens unique et bien qu’au courant depuis le début que Rio est gay, elle ne va pas pouvoir s’en empêcher, impuissante face à la montée de ses sentiments. Si Yuu Mitsuha nous propose une histoire d’amour, c’est surtout sur les liens qui relient les personnes qu’elle s’attarde, s’interrogeant sur les sentiments et sur ce qui crée l’attachement envers l’autre. Une histoire toute en finesse pour une issue inéluctable. Série finie en 3 tomes. Et pour lire un extrait : share T.1 - AKATA (akazoom.fr) Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/share-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  15. Nickad

    True beauty tome 1

    Ju-Kyeong est une jeune femme de 20 ans, tellement belle que les gens se retournent sur son passage et qu’elle se fait régulièrement aborder. Sauf qu’en fait, elle est loin d’être aussi belle et c’est en grande partie à son habilité en maquillage qu’elle doit son succès. On enchaine avec un retour en arrière, sur la fin de son collège où on se moquait d’elle en la traitant de laideron, sa décision d’utiliser le maquillage, son expérience et le changement total pour ses années lycées avec les péripéties que cela implique : devoir cacher son « double » et gérer les nouvelles attitudes des garçons intéressés et des filles jalouses. Le sujet de True beauty est parfaitement à la mode, d’abord parce que les jeunes filles sont très vite soumises au regard et critiques des autres (difficile de s’accepter quand on est moqué) et aussi parce que la toile regorge de tutos beauté et les produits de maquillage sont devenus plus répandus. Dès le lycée, celle qui ne se maquille pas, même un peu, ne sera jamais populaire ! Si d’un côté, on comprend le comportement de Ju-Kyeong ; de l’autre, on se dit que c’est quand même une belle arnaque ! Parmi ces vidéos de beauté, j’en ai vu où la personne avant/après était méconnaissable ! Un homme a d’ailleurs demandé le divorce juste après sa nuit de noce parce qu’il n’avait pas reconnu sa femme au réveil !! Concernant le manga, il a un côté tranche de vie (vous aurez aussi des conseils beauté !), une partie romance et un côté assez humoristique à la switch girl sur la différence de comportement des deux Ju-Kyeong. Un manga inspiré de la vie de l’auteure, sympathique avec un graphisme agréable. 6 tomes en cours
  16. Nickad

    True beauty tome 1

    Titre de l'album : True beauty tome 1 Scenariste de l'album : YAONGYI Dessinateur de l'album : YAONGYI Coloriste : Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Ju-Kyeong souffre du regard des autres à cause de son visage disgracieux. Victime de harcèlement au collège, elle va profiter de son passage au lycée pour changer son apparence à l'aide de tutos en ligne. Devenue une experte en maquillage, elle rentre au lycée en étant considérée comme la plus jolie fille de l'école. Mais combien de temps pourra-t-elle garder le secret sur sa véritable apparence ? Critique : Ju-Kyeong est une jeune femme de 20 ans, tellement belle que les gens se retournent sur son passage et qu’elle se fait régulièrement aborder. Sauf qu’en fait, elle est loin d’être aussi belle et c’est en grande partie à son habilité en maquillage qu’elle doit son succès. On enchaine avec un retour en arrière, sur la fin de son collège où on se moquait d’elle en la traitant de laideron, sa décision d’utiliser le maquillage, son expérience et le changement total pour ses années lycées avec les péripéties que cela implique : devoir cacher son « double » et gérer les nouvelles attitudes des garçons intéressés et des filles jalouses. Le sujet de True beauty est parfaitement à la mode, d’abord parce que les jeunes filles sont très vite soumises au regard et critiques des autres (difficile de s’accepter quand on est moqué) et aussi parce que la toile regorge de tutos beauté et les produits de maquillage sont devenus plus répandus. Dès le lycée, celle qui ne se maquille pas, même un peu, ne sera jamais populaire ! Si d’un côté, on comprend le comportement de Ju-Kyeong ; de l’autre, on se dit que c’est quand même une belle arnaque ! Parmi ces vidéos de beauté, j’en ai vu où la personne avant/après était méconnaissable ! Un homme a d’ailleurs demandé le divorce juste après sa nuit de noce parce qu’il n’avait pas reconnu sa femme au réveil !! Concernant le manga, il a un côté tranche de vie (vous aurez aussi des conseils beauté !), une partie romance et un côté assez humoristique à la switch girl sur la différence de comportement des deux Ju-Kyeong. Un manga inspiré de la vie de l’auteure, sympathique avec un graphisme agréable. 6 tomes en cours Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/true-beauty-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  17. Nickad

    Maux mêlés tome 1

    Des fois il suffit d’un rien pour vous bloquer, des mots blessants, une attitude égoïste… C’est ainsi que Tsukasa Ayase a développé un blocage vis-à-vis des garçons, ce n’est pas qu’elle ne les aime pas, c’est juste qu’elle n’arrive pas à leur parler et à agir naturellement. Un jour, sa famille qui tient une auberge, décide de prendre deux garçons en pensionnaires. Elle va devoir apprendre à vivre avec deux lycéens : le premier a un blocage avec les filles et le second, enjoué, semble éprouver depuis quelques années des sentiments pour elle. Mais les deux garçons ont leurs raisons pour vivre loin de leur famille et portent aussi leurs blessures. Loin de verser dans le trop sentimental, ni de s’apitoyer sur ses personnages, les auteures ont décidé de livrer un message plutôt réaliste : personne ne peut changer à votre place et c’est en affrontant ses problèmes que l’on peut évoluer. C’est en côtoyant les autres que chaque personnage va trouver la force d’avancer et va faire un pas vers le monde adulte. La série étant finie en 2 tomes, l’histoire va à l’essentiel, ne prend pas de détours mais n’est pas agressive non plus. Le message est adroitement délivré, avec douceur et sérénité. Le graphisme va aussi à l’essentiel et ne s’encombre pas trop d’arrière-plan. Un premier tome sympathique. extrait : www.akazoom.fr/maux-meles-t1
  18. Titre de l'album : Maux mêlés tome 1 Scenariste de l'album : IZAWA Meguru Dessinateur de l'album : TAGURA Tohru Coloriste : Editeur de l'album : Akata Note : Résumé de l'album : Tsukasa Ayase est en deuxième année de lycée. Plus jeune, elle a été traumatisée par un de ses camarades d'école... Depuis, elle fuit les interactions avec les garçons. Habitant avec son père et ses grands-parents, son quotidien va être chamboulé quand, à cause de la baisse du tourisme dans sa région, la pension familiale qui lui sert de maison va devenir une auberge pour lycéens. Du jour au lendemain, elle devra, bien malgré elle, cohabiter avec deux camarades d'école. Mais l'un d'entre eux semble aussi enfouir dans son cœur une douleur inavouée... Critique : Des fois il suffit d’un rien pour vous bloquer, des mots blessants, une attitude égoïste… C’est ainsi que Tsukasa Ayase a développé un blocage vis-à-vis des garçons, ce n’est pas qu’elle ne les aime pas, c’est juste qu’elle n’arrive pas à leur parler et à agir naturellement. Un jour, sa famille qui tient une auberge, décide de prendre deux garçons en pensionnaires. Elle va devoir apprendre à vivre avec deux lycéens : le premier a un blocage avec les filles et le second, enjoué, semble éprouver depuis quelques années des sentiments pour elle. Mais les deux garçons ont leurs raisons pour vivre loin de leur famille et portent aussi leurs blessures. Loin de verser dans le trop sentimental, ni de s’apitoyer sur ses personnages, les auteures ont décidé de livrer un message plutôt réaliste : personne ne peut changer à votre place et c’est en affrontant ses problèmes que l’on peut évoluer. C’est en côtoyant les autres que chaque personnage va trouver la force d’avancer et va faire un pas vers le monde adulte. La série étant finie en 2 tomes, l’histoire va à l’essentiel, ne prend pas de détours mais n’est pas agressive non plus. Le message est adroitement délivré, avec douceur et sérénité. Le graphisme va aussi à l’essentiel et ne s’encombre pas trop d’arrière-plan. Un premier tome sympathique. extrait : www.akazoom.fr/maux-meles-t1 Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/maux-meles-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  19. Titre de l'album : Irrésistible tome 9 Scenariste de l'album : MASE Azusa Dessinateur de l'album : MASE Azusa Coloriste : Editeur de l'album : Kana Note : Résumé de l'album : Quand Serina découvre que c'est Mizukana qui a griffonné ces paroles de chanson sur une table, elle se dit qu'elle doit foncer. Elle veut sortir avec lui. Et il accepte. Mais maintenant, il s'agit de faire durer cette histoire. Découvrir l'autre, être attentif, faire des compromis, ils vont apprendre toutes ces choses qui permettent de construire une relation sincère et solide, et qui sait, la faire durer 70 ans. Critique : Serina et Mizukawa sont deux lycéens qui se rencontrent après avoir échanger quelques mots sur une table, sans être vraiment amoureux, ils décident de sortir ensemble, de tenter leur chance ! Leur amour va s’épanouir jusqu’à ce qu’ils deviennent indispensables l’un pour l’autre. Si Irrésistible a tout du shojo classique, ce qui fait son charme se trouve dans la normalité des personnages : ici, les deux lycéens sont quelconques, pas de fille qui fantasme ou qui veut passer inaperçu, pas de garçon excessivement jaloux ou star de l’école… non il s’agit juste d’une fille et d’un garçon tout ce qu’il y a de plus normaux. Et c’est bien là, la force du manga, être dans une situation que l’on trouve partout ! Les adolescents peuvent ainsi mieux s’identifier aux personnages et s’y attacher. En plus les événements qu’ils vivent, leurs situations familiales sont aussi tout à fait ordinaires. Irrésistible c’est une histoire d’amour ordinaire, racontée avec beaucoup de sincérité et de justesse, où les adolescents font face à leurs sentiments, à l’évolution de leurs désirs et aux contraintes de leurs vies, où ils prennent le temps de se parler et d’aimer. C’est beau, c’est simple et c’est pour ça que c’est touchant. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/irresistible-tome-9?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  20. Nickad

    Irrésistible tome 9

    Serina et Mizukawa sont deux lycéens qui se rencontrent après avoir échanger quelques mots sur une table, sans être vraiment amoureux, ils décident de sortir ensemble, de tenter leur chance ! Leur amour va s’épanouir jusqu’à ce qu’ils deviennent indispensables l’un pour l’autre. Si Irrésistible a tout du shojo classique, ce qui fait son charme se trouve dans la normalité des personnages : ici, les deux lycéens sont quelconques, pas de fille qui fantasme ou qui veut passer inaperçu, pas de garçon excessivement jaloux ou star de l’école… non il s’agit juste d’une fille et d’un garçon tout ce qu’il y a de plus normaux. Et c’est bien là, la force du manga, être dans une situation que l’on trouve partout ! Les adolescents peuvent ainsi mieux s’identifier aux personnages et s’y attacher. En plus les événements qu’ils vivent, leurs situations familiales sont aussi tout à fait ordinaires. Irrésistible c’est une histoire d’amour ordinaire, racontée avec beaucoup de sincérité et de justesse, où les adolescents font face à leurs sentiments, à l’évolution de leurs désirs et aux contraintes de leurs vies, où ils prennent le temps de se parler et d’aimer. C’est beau, c’est simple et c’est pour ça que c’est touchant.
  21. Rappelez-vous, il y a quelques années passait un dessin animé Creamy, l’une des premières magical girl, où une petite fille de 10 ans, Yu, avait le pouvoir de se transformer en une jeune fille de 16 ans et était devenue une chanteuse populaire. Et bien dans l’ombre de Creamy c’est la même histoire mais du point de vue de Megumi Ayase, la méchante rivale du dessin animé. Si, quand on est petit Creamy faisait rêver car elle avait des pouvoirs magiques et pouvait se transformer, l’envers du décor est bien moins rose. D’abord il y a Megumi, la star de la boite de production Parthenon, qui se voit mise au second plan devant l’arrivée de Creamy, et qui a du mal à l’accepter car cette dernière ne fait aucun effort (et pour cause car elle utilise la magie) et qui va chercher à en savoir plus. Puis il y a le directeur Shingo Tachibana, qui certes a le devoir de dénicher de nouveaux talents, mais qui n’hésite pas à jeter Megumi comme une vieille chaussette. Si on sait tous que le monde du showbiz est un monde impitoyable, Megumi, bien qu’elle cherche à garder sa place, ne mérite pas ça car on voit combien d’efforts elle fait au quotidien, pour elle et pour sa boite de prod. A côté, Creamy, bien qu’elle ait des pouvoirs, ne fait rien pour aider les autres et ne pense pas aux conséquences. Quant au directeur, j’ai rarement vu, un homme aussi détestable. Le manga aurait pu être intéressant s’il n’avait abordé que l’un des deux aspects : ou le côté magique ou le côté showbiz. Le mélange des deux crée un déséquilibre qui ne donne pas envie d’aller plus loin. En plus tous les personnages sont égoïstes et c’est insupportable !
  22. Titre de l'album : Dans l'ombre de Creamy tomes 1 et 2 Scenariste de l'album : MITSUKI Dessinateur de l'album : MITSUKI Coloriste : Editeur de l'album : Kurokawa Note : Résumé de l'album : Creamy, l'idole mystérieuse, est apparue telle une étoile filante. Sa popularité devient très vite un phénomène de société. À l'opposé, Megumi Ayase, la vedette de la même maison de disques, est traitée avec de moins en moins d'égards... Le cœur rempli de jalousie, Megumi passe alors à l'action pour redevenir la star !! Critique : Rappelez-vous, il y a quelques années passait un dessin animé Creamy, l’une des premières magical girl, où une petite fille de 10 ans, Yu, avait le pouvoir de se transformer en une jeune fille de 16 ans et était devenue une chanteuse populaire. Et bien dans l’ombre de Creamy c’est la même histoire mais du point de vue de Megumi Ayase, la méchante rivale du dessin animé. Si, quand on est petit Creamy faisait rêver car elle avait des pouvoirs magiques et pouvait se transformer, l’envers du décor est bien moins rose. D’abord il y a Megumi, la star de la boite de production Parthenon, qui se voit mise au second plan devant l’arrivée de Creamy, et qui a du mal à l’accepter car cette dernière ne fait aucun effort (et pour cause car elle utilise la magie) et qui va chercher à en savoir plus. Puis il y a le directeur Shingo Tachibana, qui certes a le devoir de dénicher de nouveaux talents, mais qui n’hésite pas à jeter Megumi comme une vieille chaussette. Si on sait tous que le monde du showbiz est un monde impitoyable, Megumi, bien qu’elle cherche à garder sa place, ne mérite pas ça car on voit combien d’efforts elle fait au quotidien, pour elle et pour sa boite de prod. A côté, Creamy, bien qu’elle ait des pouvoirs, ne fait rien pour aider les autres et ne pense pas aux conséquences. Quant au directeur, j’ai rarement vu, un homme aussi détestable. Le manga aurait pu être intéressant s’il n’avait abordé que l’un des deux aspects : ou le côté magique ou le côté showbiz. Le mélange des deux crée un déséquilibre qui ne donne pas envie d’aller plus loin. En plus tous les personnages sont égoïstes et c’est insupportable ! Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/dans-l-ombre-de-creamy-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  23. Titre de l'album : Nos temps contraires - je ne te laisserai pas mourir tomes 1 et 2 Scenariste de l'album : GIN Toriko Dessinateur de l'album : GIN Toriko Coloriste : Editeur de l'album : Autres Editeurs/Auto editions Note : Résumé de l'album : "Nos temps contraires" est l'une des dernières fresques de science-fiction japonaises de ces dernières années et particulièrement remarquée. Complexe et dense, cette série questionne sur le fonctionnement même des sociétés humaines. Avec des personnages variés et plusieurs niveaux de lecture, ce manga surprendra plus d'un lecteur ! L'humanité, ne pouvant plus vivre sur Terre, s'est réfugiée dans l'espace, cloîtrée dans des "Cocoons". Arata, Tara, Caesar et Louis sont des enfants précieux : des " néotènes ", ces êtres qui, malgré leur apparence prépubère, possèdent la maturité d'adultes. Leurs corps se sont adaptés à la vie dans l'espace et, à ce titre, ils incarnent l'espoir et l'avenir de la race humaine. Quand un jour, ces quatre-là rencontrent une mystérieuse femme aux longs cheveux verts, atteinte de la "maladie de Daphné", leurs destins basculent à jamais... Critique : Les shojos de science-fiction sont assez rares en France pour que l’on s’y penche et n’ont pas toujours le succès qu’ils méritent. Encore une fois Akata veut nous montrer que la palette existante est bien plus variée que l’on pourrait penser. Dans le 1er tome, Gin Toriko pose les bases de son univers et introduit plusieurs thématiques : la génétique, la maladie, l’écologie, l’évolution de l’humanité, le développement spatial… Elle met en place toute une nouvelle société régie par des règles dépendantes de la situation : comment gérer l’expansion d’une population dans les limites physiques de la cité spatiale (cocoon). L’histoire va suivre plus précisément la vie de 4 néotènes (êtres humains améliorés ayant une espérance de vie plus longue) dont le quotidien va être bouleversé par la rencontre avec une jeune femme atteinte d’une maladie rare et incurable. Si l’univers proposé est indéniablement riche (l’auteure a été aidée par Hironori Sahara, ingénieur aérospatial), ce premier tome est très fouillis, il regorge d’informations qui partent un peu dans tous les sens et manque d’explications. Heureusement, toute la terminologie est indiquée en début du tome 2 ! Enfin, tout devient plus clair !! Avec tout le système des « partenaires » expliqués, on comprend mieux les relations entre les personnages. Si le tome 1 était un prologue, l’histoire commence vraiment dans le second tome, en plus des relations humaines, on découvre que toute cette société est sous surveillance constante et rappelée à l’ordre au moindre écart. Comment échapper à ce système et acquérir de la liberté quand on est considéré comme « élu » et que l’on attend beaucoup de vous ? Que préparent donc nos néotènes sous leurs airs « bien sous tout rapport » Voilà, qui devrait entretenir l’intérêt dans les tomes à venir. Un conseil cependant, lisez la terminologie du tome 2 avant de vous lancer dans la série, cela vous permettra de mieux l’apprécier. Autres infos : Editions Akata Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/nos-temps-contraires-je-ne-te-laisserai-pas-mourir-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  24. Les shojos de science-fiction sont assez rares en France pour que l’on s’y penche et n’ont pas toujours le succès qu’ils méritent. Encore une fois Akata veut nous montrer que la palette existante est bien plus variée que l’on pourrait penser. Dans le 1er tome, Gin Toriko pose les bases de son univers et introduit plusieurs thématiques : la génétique, la maladie, l’écologie, l’évolution de l’humanité, le développement spatial… Elle met en place toute une nouvelle société régie par des règles dépendantes de la situation : comment gérer l’expansion d’une population dans les limites physiques de la cité spatiale (cocoon). L’histoire va suivre plus précisément la vie de 4 néotènes (êtres humains améliorés ayant une espérance de vie plus longue) dont le quotidien va être bouleversé par la rencontre avec une jeune femme atteinte d’une maladie rare et incurable. Si l’univers proposé est indéniablement riche (l’auteure a été aidée par Hironori Sahara, ingénieur aérospatial), ce premier tome est très fouillis, il regorge d’informations qui partent un peu dans tous les sens et manque d’explications. Heureusement, toute la terminologie est indiquée en début du tome 2 ! Enfin, tout devient plus clair !! Avec tout le système des « partenaires » expliqués, on comprend mieux les relations entre les personnages. Si le tome 1 était un prologue, l’histoire commence vraiment dans le second tome, en plus des relations humaines, on découvre que toute cette société est sous surveillance constante et rappelée à l’ordre au moindre écart. Comment échapper à ce système et acquérir de la liberté quand on est considéré comme « élu » et que l’on attend beaucoup de vous ? Que préparent donc nos néotènes sous leurs airs « bien sous tout rapport » Voilà, qui devrait entretenir l’intérêt dans les tomes à venir. Un conseil cependant, lisez la terminologie du tome 2 avant de vous lancer dans la série, cela vous permettra de mieux l’apprécier.
  25. Titre de l'album : Les caprices de la lune tome 1 Scenariste de l'album : KIUCHI Ramune Dessinateur de l'album : KIUCHI Ramune Coloriste : Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : Ayumu retrouve au lycée le garçon qui la taquinait au collège. Mais cette fois-ci, la jeune fille impopulaire compte bien prendre sa revanche sur le bellâtre. Pourtant, elle ne se rend pas compte que tout ce jeu n'est que l'expression puérile des sentiments amoureux de Luna à son égard. Ce dernier aimerait pouvoir ouvrir son cœur, mais il ignore encore comment le faire sans être rejeté... Critique : Luna et Ayumu ont un an d’écart et se connaissent depuis quelques années, le premier a toujours passé son temps à embêter la seconde. Ils se retrouvent dans le même lycée où Ayumu a bien l’intention de montrer qu’elle est l’ainée et ne plus se laisser faire. Pour être tout à fait honnête, je me suis ennuyée, le scénario est vu, revu et encore revu. Aucune originalité dans les personnages, aucune originalité dans le déroulé de l’histoire : dès les premières pages, on sait déjà ce qui va se passer. Après, si on fait abstraction de tous les autres shojos, le livre est agréable, la lecture fluide et le graphisme tout en rondeur, assez typique du genre. Les personnages sont sympathiques et le côté tête en l’air d’Ayumu plutôt mignon et apporte de la fraicheur. A réserver aux débutants… Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/les-caprices-de-la-lune-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
×
×
  • Créer...