Aller au contenu
  • S’inscrire

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'comics'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Les forums BD
    • Toute la BD
    • Projets participatifs
    • Petites Annonces BD
    • Liens BD vers ailleurs
  • Et si on parlait d'autre chose que la bande dessinée ?
    • Améliorons 1001BD
    • Films et séries TV
    • 1001 Jeux Video
    • Livres - Musique - Spectacles - Théatre - Musées
    • 1001 choses à dire
  • TEAM

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui contiennent…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


  1. Titre de l'album : Talyn - Le cœur des ténèbres Tome 1 Scenariste de l'album : Caspian Darke & Geoffrey Rickett Dessinateur de l'album : Banished Shadow Coloriste : Banished Shadow Editeur de l'album : Black River Note : Résumé de l'album : L'essence même des ténèbres au coeur d'une graine que tous convoitent ! Un comics fantastique d'horreur mettant en scène une jeune femme contre les créatures de la nuit. Dans une métropole sombre et dystopique, les créatures de la nuit règnent en maîtres et les humains souffrent, tout au bas de l'échelle sociale. Hantée par la disparition de sa soeur Tessa, Talyn, sans abri, livre des combats de rue sans merci. Critique : Les deux amis scénaristes de longue date travaillent ensemble sur Talyn pour nous proposer une histoire originale s'inspirant de plusieurs genres différents. La couverture et le titre annoncent le côté fantastique et horrifique de la série. On découvre la mégalopole de Remnant où les derniers humains les plus pauvres vivent aux cotés de créatures maléfiques. La violence est au cœur de cette ville, où nous suivons une jeune humaine qui participe à des combats à mains nus contre des Lycans. Les vampires et autres montres sont de la partie mais l'on suit également "Un œil gris", un personnage avec des capacités supérieures chassant les vampires. Par-dessus l'histoire intéressante, les dessins apportent beaucoup au récit avec une ambiance incroyable et sombre. Banished Shadow réalise ses planches numériquement comme l'on s'en aperçoit avec les couleurs. Les cadrages sont parfaits et les scènes d'action rythmées. On pourra regretter le manque de luminosité sur certaines planches mais cela contribue à l'atmosphère générale. L’album se termine sur de nombreuse pages d’illustrations, de recherches graphiques, d’interview des auteurs, de processus de création d’une planche. Ce premier est un peu court mais propose suffisamment de bonus pour pallier la pagination et nous permet de découvrir tout le potentiel de Talyn. Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/talyn-seed-of-darkness/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  2. Titre de l'album : Bone Hors-Série - Big Johnson Bone & autres contes oubliés Scenariste de l'album : Jeff Smith Dessinateur de l'album : Jeff Smith Coloriste : Jeff Smith Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : À une lointaine époque, seuls quelques rares individus s'aventuraient au coeur des vastes contrées inconnues. Parmi ces grands personnages entrés dans la légende figure Big Johnson Bone, le fondateur de Boneville. Mais on sait peu de choses des autres aventures que vécut ce grand explorateur. Elles sont ici dévoilées pour la première fois... Critique : Cette nouvelle édition de Bone intitulé Big Johnson Bone est en couleur pour l'occasion avec de nombreux récits courts inédits pour certains. Jeff Smith a créé une série héroic-fantasy devenue un classique du genre avec souvent de l'humour dans les situations. Ce tome propose plusieurs histoires présentées par Smiley aux Bone-scouts autour d'un feu de camp lors d'une randonnée. Par cette méthode, Jeff Smith nous raconte quelques anecdotes sur les personnages principaux de la série mais la plus longue est celle avec Big Johnson Bone en compagnie de son âne et de son singe sont attaqués par des rats-garous qui terrorisent les habitants de la forêt. On retrouve également Johanna Bone avant d’accoucher de bébé Johnson Bone avec sa grand-mère. Au niveau dessin, on retrouve de trait de Jeff Smith avec les différents Bone, ces personnages blancs et étranges. La version en couleur apporte un plus. Les lecteurs aimant la série Bone trouveront leur bonheur avec cette album hors-série colorisé. Les autres pourront se faire une idée de la série en général. Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/bone-hors-serie-big-johnson-bone-autres-contes-oublies/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  3. Cette nouvelle édition de Bone intitulé Big Johnson Bone est en couleur pour l'occasion avec de nombreux récits courts inédits pour certains. Jeff Smith a créé une série héroic-fantasy devenue un classique du genre avec souvent de l'humour dans les situations. Ce tome propose plusieurs histoires présentées par Smiley aux Bone-scouts autour d'un feu de camp lors d'une randonnée. Par cette méthode, Jeff Smith nous raconte quelques anecdotes sur les personnages principaux de la série mais la plus longue est celle avec Big Johnson Bone en compagnie de son âne et de son singe sont attaqués par des rats-garous qui terrorisent les habitants de la forêt. On retrouve également Johanna Bone avant d’accoucher de bébé Johnson Bone avec sa grand-mère. Au niveau dessin, on retrouve de trait de Jeff Smith avec les différents Bone, ces personnages blancs et étranges. La version en couleur apporte un plus. Les lecteurs aimant la série Bone trouveront leur bonheur avec cette album hors-série colorisé. Les autres pourront se faire une idée de la série en général.
  4. Les deux amis scénaristes de longue date travaillent ensemble sur Talyn pour nous proposer une histoire originale s'inspirant de plusieurs genres différents. La couverture et le titre annoncent le côté fantastique et horrifique de la série. On découvre la mégalopole de Remnant où les derniers humains les plus pauvres vivent aux cotés de créatures maléfiques. La violence est au cœur de cette ville, où nous suivons une jeune humaine qui participe à des combats à mains nus contre des Lycans. Les vampires et autres montres sont de la partie mais l'on suit également "Un œil gris", un personnage avec des capacités supérieures chassant les vampires. Par-dessus l'histoire intéressante, les dessins apportent beaucoup au récit avec une ambiance incroyable et sombre. Banished Shadow réalise ses planches numériquement comme l'on s'en aperçoit avec les couleurs. Les cadrages sont parfaits et les scènes d'action rythmées. On pourra regretter le manque de luminosité sur certaines planches mais cela contribue à l'atmosphère générale. L’album se termine sur de nombreuse pages d’illustrations, de recherches graphiques, d’interview des auteurs, de processus de création d’une planche. Ce premier est un peu court mais propose suffisamment de bonus pour pallier la pagination et nous permet de découvrir tout le potentiel de Talyn.
  5. Titre de l'album : Joker - Les derniers jours d'un clown Scenariste de l'album : J.H. Williams III | Chuck Dixon | Jerry Ordway Dessinateur de l'album : Walter McDaniel | Scott Beatty | Ron Randall Coloriste : Walter McDaniel | Scott Beatty | Ron Randall Editeur de l'album : Urban Comics Note : Résumé de l'album : Dans le Slab, la prison de sécurité maximale pour les criminels surpuissants, le Joker apprend qu'il est mourant. Il concocte alors un plan pour perpétuer son héritage, en partageant le venin qui l'a transformé en un sociopathe au visage pâle avec d'innombrables autres super-vilains. Pendant ce temps, Oracle, la première ligne de défense, est indisponible. Seule Black Canary répond présente pour essayer d'arrêter une émeute de malfaiteurs sanguinaires. Critique : En voici un album super surprenant. En effet au vu de la couverture, du dessin et de la période chronologique, j'étais sur que cet album était une réédition. Et bien après des recherches sur le net, il ne semblerait pas ! Et pourtant le dessin fait très années 80-90 et l'histoire se passe avec Tim Drake en tant que Robin. On est donc loin de la continuité actuelle. Cela mis à part l'histoire n'est pas trop mal. Le principe de voir ce que le Joker ferait si on lui déclarait qu'il allait mourir est plutôt sympa et le dessin old shool se marie plutôt bien avec les délires loufoques du Joker. Après l'histoire est un peu trop "consensuelle" et la fin cherche trop rapidement à retomber sur ses pattes pour que ce récit soit vraiment marquant. Un récit de vacances pour nostalgique. Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/joker-les-derniers-jours-d-un-clown?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  6. poseidon2

    Fluff fairyland ! t1

    Elle est de retour !!! la plus délirante et plus tarée de toutes les héroïnes de comics est de retour à Fairyland et.... ce n'est pas pour faire des Cup cake ! Je me demandais bien comment Scottie Young allait relancer la série de dingo qui l'a fait connaitre en france. Et bien il ne cherche même pas trouver une histoire vraiment cohérente : Notre chère Gertrude, après avoir passé 30 ans sans vieillir à Fairyland, est une inadaptée sociale et n'enchaine rien de moins que des èches cuisant dans 100% de ce qu'elle fait ! Alors quelqu'un la téléporte dans Fairyland avec une mission débile qu'elle s'empresse d'accepter ! Bref le prétexte est trouvé et nous revoici lance dans l'aventure débile de Scottie Young.... qui n'est plus aux dessins d'ailleurs. Si graphiquement, c'est quasiment identique, l'histoire peine un peu à trouver de la fraicheur après nous avoir sortie l'intégralité des crasses dans la première série. On s'amuse quand même à retrouver notre héroïne mais on espère juste que sa vraie arrivée à Fairyland soit quand même différente de la première série
  7. Titre de l'album : Fluff fairyland ! t1 Scenariste de l'album : Skottie Young Dessinateur de l'album : Brett Bean Coloriste : Brett Bean Editeur de l'album : Urban Comics Note : Résumé de l'album : Gertrude a passé trente ans a Fairyland, et le moins qu'on puisse dire, c'est qu'elle était plus que ravie de quitter ENFIN cet univers de cinglés pour retrouver notre monde triste et ennuyant ! Le souci, c'est que notre maniaque aux cheveux verts n'est pas bonne à grand-chose, si ce n'est massacrer ceux qui la contrarient un peu trop à coup d'attendrisseur à viande et de caisse enregistreuse... Alors, quand on vient lui demander son aide pour retrouver un gamin paumé à Fairyland, elle se dit que ses talents seront au moins employés à leur juste valeur ! Critique : Elle est de retour !!! la plus délirante et plus tarée de toutes les héroïnes de comics est de retour à Fairyland et.... ce n'est pas pour faire des Cup cake ! Je me demandais bien comment Scottie Young allait relancer la série de dingo qui l'a fait connaitre en france. Et bien il ne cherche même pas trouver une histoire vraiment cohérente : Notre chère Gertrude, après avoir passé 30 ans sans vieillir à Fairyland, est une inadaptée sociale et n'enchaine rien de moins que des èches cuisant dans 100% de ce qu'elle fait ! Alors quelqu'un la téléporte dans Fairyland avec une mission débile qu'elle s'empresse d'accepter ! Bref le prétexte est trouvé et nous revoici lance dans l'aventure débile de Scottie Young.... qui n'est plus aux dessins d'ailleurs. Si graphiquement, c'est quasiment identique, l'histoire peine un peu à trouver de la fraicheur après nous avoir sortie l'intégralité des crasses dans la première série. On s'amuse quand même à retrouver notre héroïne mais on espère juste que sa vraie arrivée à Fairyland soit quand même différente de la première série Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/fluff-fairyland-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  8. poseidon2

    Hitomi

    Urban comics continue sa mue avec un nouvel album dans la collection "bd". pas de début de série ce coup-ci mais un très beau one shot sur le samourail noir de Nobunaga. Tiré d'une histoire vraie, cette histoire cherche à combler la fin de l'histoire de l'homme noir qui suivi Nobunaga mais qui disparu de l'histoire du japon en même temps que la mort de son maitre. Elle nous raconte donc, au travers d'une vendetta d'une jeune fille, l'errance d'un rônin de couleur dans le Japon féodale. Un Samourail noir qui est autant une bête de foire de part sa couleur qu'un samourail respecté par ses combats passés. Entre description du Japon féodal, combat de samourail et réflexion sur la perte de racines des personnes issues de l'esclavage et leur quasi impossible l'intégration, ce Hitomi nous parle autant qu'il nous charme les rétines par le talent graphique de Isabella Mazzanti. À conseiller à tous les fans de l'époque féodale japonaise.
  9. poseidon2

    Hitomi

    Titre de l'album : Hitomi Scenariste de l'album : H.S Tak Dessinateur de l'album : Isabella Mazzanti Coloriste : Isabella Mazzanti Editeur de l'album : Urban Comics Note : Résumé de l'album : Dans le Japon de l'ère féodale, Hitomi, une jeune vagabonde qui a vu sa famille décimée par un mystérieux samouraï noir, s'engage sur le chemin de la vengeance. Parcourant le pays sans relâche dans l'espoir de devenir à son tour samouraï, elle se rend vite compte que dans une société enracinée dans la discrimination et la violence, elle ne pourra compter que sur elle-même - et son sabre - pour arriver à ses fins. Critique : Urban comics continue sa mue avec un nouvel album dans la collection "bd". pas de début de série ce coup-ci mais un très beau one shot sur le samourail noir de Nobunaga. Tiré d'une histoire vraie, cette histoire cherche à combler la fin de l'histoire de l'homme noir qui suivi Nobunaga mais qui disparu de l'histoire du japon en même temps que la mort de son maitre. Elle nous raconte donc, au travers d'une vendetta d'une jeune fille, l'errance d'un rônin de couleur dans le Japon féodale. Un Samourail noir qui est autant une bête de foire de part sa couleur qu'un samourail respecté par ses combats passés. Entre description du Japon féodal, combat de samourail et réflexion sur la perte de racines des personnes issues de l'esclavage et leur quasi impossible l'intégration, ce Hitomi nous parle autant qu'il nous charme les rétines par le talent graphique de Isabella Mazzanti. À conseiller à tous les fans de l'époque féodale japonaise. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/hitomi?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  10. En voici un album super surprenant. En effet au vu de la couverture, du dessin et de la période chronologique, j'étais sur que cet album était une réédition. Et bien après des recherches sur le net, il ne semblerait pas ! Et pourtant le dessin fait très années 80-90 et l'histoire se passe avec Tim Drake en tant que Robin. On est donc loin de la continuité actuelle. Cela mis à part l'histoire n'est pas trop mal. Le principe de voir ce que le Joker ferait si on lui déclarait qu'il allait mourir est plutôt sympa et le dessin old shool se marie plutôt bien avec les délires loufoques du Joker. Après l'histoire est un peu trop "consensuelle" et la fin cherche trop rapidement à retomber sur ses pattes pour que ce récit soit vraiment marquant. Un récit de vacances pour nostalgique.
  11. Quand Scottie Young est aux manettes d'une série, on s'attend toujours à énormément de surprises et de couleurs ! La couverture va dans ce sens. L'interrogation venait plus de l'aspect très enfantin de cette dernière. Non pas que les récits enfantins ne soient pas sympas. Juste qu'on a déjà vu Scottie Young nous a livré des albums faussement enfantins et radicalement violent et vulgaire. Tout ce qu'on aime 🙂 Ici pas de tricherie. On est dans une aventure aussi mignonne que bien dessinée ! Une aventure dans un univers encore une fois super imaginatif, très onirique et non sans rappeler (au plus ancien) l'histoire sans fin. On se laisse porter avec plaisir par les aventures de notre jeune héros et par l'aspect très sensible du scenario. Les fans e comics au long cours risquent d'être déçus par ce one shot un peu court, mais les enfants rêveurs et leurs parents seront eux conquis ! A noter que ce comics est vendu en couverture souple !
  12. Titre de l'album : Twig tome 1 - Dans l'ombre du héros Scenariste de l'album : Skottie Young Dessinateur de l'album : Kyle Strahm Coloriste : Kyle Strahm Editeur de l'album : Urban Comics Note : Résumé de l'album : C'est un grand jour pour Twig, qui débute sa première journée de travail. Lui qui rêvait de devenir chef cuisinier doit malheureusement laisser ses rêves derrière lui pour suivre les pas de son père récemment disparu. Le voilà donc parti (avec un peu de retard !), accompagné de son ami Splat, pour un voyage dont il n'imagine pas encore à quel point il bouleversera sa vie ! Âge : 6+. Critique : Quand Scottie Young est aux manettes d'une série, on s'attend toujours à énormément de surprises et de couleurs ! La couverture va dans ce sens. L'interrogation venait plus de l'aspect très enfantin de cette dernière. Non pas que les récits enfantins ne soient pas sympas. Juste qu'on a déjà vu Scottie Young nous a livré des albums faussement enfantins et radicalement violent et vulgaire. Tout ce qu'on aime 🙂 Ici pas de tricherie. On est dans une aventure aussi mignonne que bien dessinée ! Une aventure dans un univers encore une fois super imaginatif, très onirique et non sans rappeler (au plus ancien) l'histoire sans fin. On se laisse porter avec plaisir par les aventures de notre jeune héros et par l'aspect très sensible du scenario. Les fans e comics au long cours risquent d'être déçus par ce one shot un peu court, mais les enfants rêveurs et leurs parents seront eux conquis ! A noter que ce comics est vendu en couverture souple ! Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/twig-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  13. Titre de l'album : Zorro - D'entre les morts Scenariste de l'album : Sean Murphy Dessinateur de l'album : Sean Murphy Coloriste : Sean Murphy Editeur de l'album : Urban Comics Note : Résumé de l'album : Dans la ville mexicaine de La Vega, tout le monde honore la mémoire de Zorro qui, 180 ans auparavant, aurait signé le porche de l'église de son célèbre Z. Tout le monde, sauf les cartels. Ces derniers voient d'un mauvais oeil cette célébration populiste, symbole de révolution, au point d'assassiner l'acteur chargé de cet hommage. Vingt ans plus tard, ses deux enfants, Rosa et Diego, finissent par recroiser le chemin du cartel parricide et doivent se rendre à l'évidence, l'heure de la vengeance a sonné. Contenu vo : ZORRO: MAN OF THE DEAD #1-4. Critique : C'était le coup de tonnerre de l'année dernière. L'annonce de l'envie de Sean Murphy de livrer sa version de, rien de moins, que Zorro ! En tant que fan absolu de Punk Rock Jesus et de The white Knight, c'est avec beaucoup d'attente que j'ai ouvert ce Zorro et j'ai été.... surpris. Oui oui surpris. Je ne m'attendais pas du tout à ca. Sean Murphy récupère le mythe de Zorro, ne le change pas (le mythe) mais transpose uniquement l'époque.... Ça vous parait surement bizarre décrit comme cela, mais c'est globalement ça. Sean Murphy nous livre un Zorro à cheval qui lutte contre des trafiquants de drogue armés de pistolet et de véhicules. C'est un mélange étrange et loin d'être inintéressant qui ne plaira pas forcément à tout le monde même s'il est, encore une fois, magnifié par le trait magique de Sean Murphy. J'avoue cependant que j'aimerais voir Sean Murphy reprendre ses habits de pellerons de la BD et se plonger sur autres choses que des mythes pour revenir à des histoires peut être plus confidentielles. Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/zorro-d-entre-les-morts?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  14. poseidon2

    Zorro - D'entre les morts

    C'était le coup de tonnerre de l'année dernière. L'annonce de l'envie de Sean Murphy de livrer sa version de, rien de moins, que Zorro ! En tant que fan absolu de Punk Rock Jesus et de The white Knight, c'est avec beaucoup d'attente que j'ai ouvert ce Zorro et j'ai été.... surpris. Oui oui surpris. Je ne m'attendais pas du tout à ca. Sean Murphy récupère le mythe de Zorro, ne le change pas (le mythe) mais transpose uniquement l'époque.... Ça vous parait surement bizarre décrit comme cela, mais c'est globalement ça. Sean Murphy nous livre un Zorro à cheval qui lutte contre des trafiquants de drogue armés de pistolet et de véhicules. C'est un mélange étrange et loin d'être inintéressant qui ne plaira pas forcément à tout le monde même s'il est, encore une fois, magnifié par le trait magique de Sean Murphy. J'avoue cependant que j'aimerais voir Sean Murphy reprendre ses habits de pellerons de la BD et se plonger sur autres choses que des mythes pour revenir à des histoires peut être plus confidentielles.
  15. Dans le premier tome de cette trilogie, Stephen Graham Jones nous présentait son histoire avec le voyage dans le temps en traversant une grotte en plein milieu d'un désert en territoire indien. On reprend donc à la suite quand Tawny rentre dans la grotte pour se retrouver 20 000 années avant JC, à l’âge de glace où les tribus affrontent des mammouths. La transaction est assez brutale entre le premier et deuxième album mais en même temps comme les personnages voyagent dans le temps, cela accentue ce changement. On retrouve également les maladresses scénaristiques du premier épisode, avec une histoire manquant de fluidité pour pleinement en profiter. Ce deuxième se consacre à Tawny piégée dans un monde sauvage à la recherche de ses deux enfants. Nous pouvons suivre que les pensées et réflexions de Tawny puisqu'elle ne peut pas à communiquer avec les autres membres de la tribu qui la récupèrent. Patricio Delpeche est secondé par Emily Schnall et Riccardo Burchielli pour la partie graphique avec des couvertures de Rafael Albuquerque. Les récits de voyage dans le temps sont toujours très intéressants mais souvent difficile à réaliser. Le prochain tome apportera certainement toutes les révélations dans sa conclusion.
  16. Titre de l'album : Earthdivers tome 2 - L'âge de glace Scenariste de l'album : Stephen Graham Jones Dessinateur de l'album : Riccardo Burchielli, Patricio Delpeche & Emily Schnall Coloriste : Joana Lafuente & Emily Schnall Editeur de l'album : Black River Note : Résumé de l'album : Et si la seule solution pour stopper l'apocalypse était de retourner dans le passé pour tuer Christophe Colomb ? Lorsque les enfants de Martin et Tawny ont disparu, le couple s'est précipité dans le désert pour les retrouver à tout prix et furent attirés dans une grotte les projetant ainsi à travers le temps et dans l'espace. Désormais seule, Tawny doit s'adapter aux marais sauvages de la Floride préhistorique, environ 20 000 avant JC si elle veut caresser la possibilité d'une réunion de famille. Critique : Dans le premier tome de cette trilogie, Stephen Graham Jones nous présentait son histoire avec le voyage dans le temps en traversant une grotte en plein milieu d'un désert en territoire indien. On reprend donc à la suite quand Tawny rentre dans la grotte pour se retrouver 20 000 années avant JC, à l’âge de glace où les tribus affrontent des mammouths. La transaction est assez brutale entre le premier et deuxième album mais en même temps comme les personnages voyagent dans le temps, cela accentue ce changement. On retrouve également les maladresses scénaristiques du premier épisode, avec une histoire manquant de fluidité pour pleinement en profiter. Ce deuxième se consacre à Tawny piégée dans un monde sauvage à la recherche de ses deux enfants. Nous pouvons suivre que les pensées et réflexions de Tawny puisqu'elle ne peut pas à communiquer avec les autres membres de la tribu qui la récupèrent. Patricio Delpeche est secondé par Emily Schnall et Riccardo Burchielli pour la partie graphique avec des couvertures de Rafael Albuquerque. Les récits de voyage dans le temps sont toujours très intéressants mais souvent difficile à réaliser. Le prochain tome apportera certainement toutes les révélations dans sa conclusion. Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/earthdivers-tome-2-l-age-de-glace/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  17. alx23

    Parker girls

    J'ai connu l'auteur Terry Moore avec sa série fantastique et étrange à la fois Strangers in Paradise. Depuis Moore a connu de nombreux succès avec ses séries Echo ou encore Rachel Rising, toutes disponibles aux éditions Delcourt. Avec Parker girls, Terry Moore nous propose de retrouver l'univers de Strangers in Paradise le temps d'un spin-off très prenant. Les Parker girls sont une organisation privée dans laquelle des femmes enquêtrices très douées travaillent en utilisant tous les moyens pour résoudre des problèmes. Cette organisation possède de nombreux contacts permettant d'évolution sur ces scènes de crimes sans être inquiétée. Dans cet épisode en neuf chapitres, Darcy Parker à la tête de l'organisation apprend que le cadavre de Piper May vient d'être retrouvée sur une plage. L'organisation se mobilise pour définir si il s'agit d'accident ou d'un meurtre et son mari, un homme puissant devient le suspect principal. On retrouve le style réaliste de Moore avec son trait soigné en noir et blanc. Si vous avez lu et appréciez la série principale, cela ne fait aucun doute que vous aimerez retrouver les Parker girls et leur méthode musclée pour délier les langues. Pour les autres lecteurs, Parker girls est un polar très bien construit sans besoin de connaitre l’organisation.
  18. alx23

    Parker girls

    Titre de l'album : Parker girls Scenariste de l'album : Terry Moore Dessinateur de l'album : Terry Moore Coloriste : Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Darcy Parker et son organisation criminelle étaient les principales antagonistes de Strangers in Paradise. Avant même que débute cette série, Katchoo - l'une des protagonistes de SiP - faisait partie de l'organisation, en plus d'être la petite amie de Darcy pendant un certain temps. Mais tout finit par se payer un jour… Critique : J'ai connu l'auteur Terry Moore avec sa série fantastique et étrange à la fois Strangers in Paradise. Depuis Moore a connu de nombreux succès avec ses séries Echo ou encore Rachel Rising, toutes disponibles aux éditions Delcourt. Avec Parker girls, Terry Moore nous propose de retrouver l'univers de Strangers in Paradise le temps d'un spin-off très prenant. Les Parker girls sont une organisation privée dans laquelle des femmes enquêtrices très douées travaillent en utilisant tous les moyens pour résoudre des problèmes. Cette organisation possède de nombreux contacts permettant d'évolution sur ces scènes de crimes sans être inquiétée. Dans cet épisode en neuf chapitres, Darcy Parker à la tête de l'organisation apprend que le cadavre de Piper May vient d'être retrouvée sur une plage. L'organisation se mobilise pour définir si il s'agit d'accident ou d'un meurtre et son mari, un homme puissant devient le suspect principal. On retrouve le style réaliste de Moore avec son trait soigné en noir et blanc. Si vous avez lu et appréciez la série principale, cela ne fait aucun doute que vous aimerez retrouver les Parker girls et leur méthode musclée pour délier les langues. Pour les autres lecteurs, Parker girls est un polar très bien construit sans besoin de connaitre l’organisation. Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/parker-girls/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  19. Titre de l'album : Kaya tome 1 - Les lézardiers Scenariste de l'album : Wes Craig Dessinateur de l'album : Wes Craig Coloriste : Wes Craig Editeur de l'album : Urban Comics Note : Résumé de l'album : Après la destruction de son village, la jeune Kaya se voit confier une mission : elle doit accompagner son petit frère jusqu'à un lointain refuge, où celui-ci est destiné à découvrir le secret de l'empire tout-puissant qui a ravagé leur monde. Armé de son bras magique et d'un mental d'acier, Kaya parviendra-t-elle à traverser ce monde hostile peuplé de monstres et de mutants en tout genre ? Critique : Nouvelle serie de Wes Craig après le final de Deadly Class mais cette fois une série où il est complètement seul aux manettes (C'était Rick Remender au scenario sur Deadly Class). Et quand on lui laisse les manettes, Wes Craig les prend et nous livre un début d'aventures fantastique… qui répond pleinement à ce qualificatif ! C'est du jamais vu ! Du jamais imaginé et un univers qui ravira ceux qui cherchent de la nouveauté dans le fantastique. Que ce soit notre héroïne à bras robotisé, notre jeune homme sûr de parler aux dieux ou les manigances des différentes espaces humanoïdes pour survivre, on a ici un univers et une histoire très innovante et dynamique. Craig ne nous materne pas en ne cherchant pas à nous expliquer son univers. On prend l'aventure en route et on doit faire avec les amours inter espèces, les combats, les monstres etc.... J'adore ce genre de partie pris de nous faire vivre une histoire sans avoir à en connaitre la genèse. Cela nous permet d'être directement dans l'action. Ce "road movie" survivaliste est une des pépites que seul le comics indépendant (et surtout Image comics) savent nous donner en laissant libre cours à la création de leurs artistes. Et dire que certains disent que le comics n'est qu'histoire de superpouvoirs.... PS: a noter un premier tome à 10 euro ! Ca vaux le coup d'essayer 😉 Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/kaya-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  20. poseidon2

    Kaya tome 1 - Les lézardiers

    Nouvelle serie de Wes Craig après le final de Deadly Class mais cette fois une série où il est complètement seul aux manettes (C'était Rick Remender au scenario sur Deadly Class). Et quand on lui laisse les manettes, Wes Craig les prend et nous livre un début d'aventures fantastique… qui répond pleinement à ce qualificatif ! C'est du jamais vu ! Du jamais imaginé et un univers qui ravira ceux qui cherchent de la nouveauté dans le fantastique. Que ce soit notre héroïne à bras robotisé, notre jeune homme sûr de parler aux dieux ou les manigances des différentes espaces humanoïdes pour survivre, on a ici un univers et une histoire très innovante et dynamique. Craig ne nous materne pas en ne cherchant pas à nous expliquer son univers. On prend l'aventure en route et on doit faire avec les amours inter espèces, les combats, les monstres etc.... J'adore ce genre de partie pris de nous faire vivre une histoire sans avoir à en connaitre la genèse. Cela nous permet d'être directement dans l'action. Ce "road movie" survivaliste est une des pépites que seul le comics indépendant (et surtout Image comics) savent nous donner en laissant libre cours à la création de leurs artistes. Et dire que certains disent que le comics n'est qu'histoire de superpouvoirs.... PS: a noter un premier tome à 10 euro ! Ca vaux le coup d'essayer 😉
  21. poseidon2

    Transformers tome 1 - Plein gaz

    Ca y est on est dans le dur du lancement du Energon Universe avec la reboot de transformers. Reboot attendu et globalement bien fait. Nos auteurs ne font pas l'affront de présenter ce qu'est un transformers mais rentre directement dans le vif du sujet avec une bataille entre des Decepticons survivants au crash du vaisseau et les Autobots d'Optimus Prime. Rien à redire sur ce reboot. IL introduit bien toutes les bases : les transformations en voitures, le lien avec les humains et le besoin d'énergie et les technologies apportées par les Autobot. On pourra juste regretter un côté très manichéen de l'histoire. Les decepticons sont des méchants très méchants (et bêtes forcément) et les Transformers sont tous très gentils avec tout le monde. Mais c'est de la bonne lecture de détente et m'a rappelé mes jeunes années où je regardais cela à la télé. C'est même suffisamment réussi pour me donner envie de jeter un oeil aux films c'est pour dire !
  22. Titre de l'album : Transformers tome 1 - Plein gaz Scenariste de l'album : Daniel Warren Johnson Dessinateur de l'album : Daniel Warren Johnson Coloriste : Daniel Warren Johnson Editeur de l'album : Urban Comics Note : Résumé de l'album : Alors que Spike et son amie Carly arpentent le désert américain pour observer le ciel étoilé, un tremblement de terre gronde soudain sous leurs pieds. Après avoir chuté dans le creux béant d'un canyon à peine formé, ils se retrouvent au coeur d'une épave, celle d'un vaisseau spatial. À son bord, des robots jusque-là inanimés sortent peu à peu de leur léthargie... pour se livrer une guerre sans merci. Au milieu de ce feu nourri, Spike et Carly vont devoir faire un choix : rejoindre le camp des Autobots, ou celui de leurs ennemis, les Decepticons. Contenu vo : Transformers #1-6. Critique : Ca y est on est dans le dur du lancement du Energon Universe avec la reboot de transformers. Reboot attendu et globalement bien fait. Nos auteurs ne font pas l'affront de présenter ce qu'est un transformers mais rentre directement dans le vif du sujet avec une bataille entre des Decepticons survivants au crash du vaisseau et les Autobots d'Optimus Prime. Rien à redire sur ce reboot. IL introduit bien toutes les bases : les transformations en voitures, le lien avec les humains et le besoin d'énergie et les technologies apportées par les Autobot. On pourra juste regretter un côté très manichéen de l'histoire. Les decepticons sont des méchants très méchants (et bêtes forcément) et les Transformers sont tous très gentils avec tout le monde. Mais c'est de la bonne lecture de détente et m'a rappelé mes jeunes années où je regardais cela à la télé. C'est même suffisamment réussi pour me donner envie de jeter un oeil aux films c'est pour dire ! Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/transformers-tome-1-9791026824619?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  23. Nouveau tome dans la nouvelle collection Urban. Tome flirtant effectivement bien plus avec la BD européenne qu'avec le comics.On a ici une histoire qui revisite la belle au bois dormant. Une histoire ou le prince choisit d'épouser la princesse endormie... mais ne l'embrasse pas ! Elle reste donc endormis durant des milliers d'années avant qu'un quidam ne la réveille... dans un monde complétement dévasté. Mais un monde ou la légende court que le réveille de la princesse entrainera le monde a sa fin ! S'en suit une aventure intéressante, entre découverte du monde, fuite et incompréhension de notre nouvelle éveillée. Pour tout les amateur de "what if" recherché.
  24. Titre de l'album : Briar, la rebelle au bois dormant tome 1 Scenariste de l'album : Christopher Cantwell Dessinateur de l'album : Germán García Coloriste : Germán García Editeur de l'album : Urban Comics Note : Résumé de l'album : Cent ans après être tombée dans un profond sommeil, Briar Rose s'éveille, et découvre avec effroi qu'en son absence, son ancien époux tyrannique a laissé leur royaume sombrer dans la misère et le chaos. Accablée par les trahisons, les lourdes prophéties, et un corps meurtri, Briar et sa bande de marginaux devront trouver la force de survivre sur ces terres désolées où la magie se meurt. Guidés par un ardent désir de vengeance, Briar et son peuple finiront-t-ils seulement par trouver la paix et à vivre heureux ? Critique : Nouveau tome dans la nouvelle collection Urban. Tome flirtant effectivement bien plus avec la BD européenne qu'avec le comics.On a ici une histoire qui revisite la belle au bois dormant. Une histoire ou le prince choisit d'épouser la princesse endormie... mais ne l'embrasse pas ! Elle reste donc endormis durant des milliers d'années avant qu'un quidam ne la réveille... dans un monde complétement dévasté. Mais un monde ou la légende court que le réveille de la princesse entrainera le monde a sa fin ! S'en suit une aventure intéressante, entre découverte du monde, fuite et incompréhension de notre nouvelle éveillée. Pour tout les amateur de "what if" recherché. Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/briar-la-rebelle-au-bois-dormant-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  25. The_PoP

    Kali

    Titre de l'album : Kali Scenariste de l'album : Daniel Freedman Dessinateur de l'album : Robert Sammelin Coloriste : Robert Sammelin Editeur de l'album : Hi-Comics Note : Résumé de l'album : Le nouveau nom de la furie Poignardée dans le dos, empoisonnée et laissée pour morte par son propre gang, Kali se lance dans une vengeance sans retour à travers un désert ravagé par la guerre. La mort imminente coulant dans ses veines et une armée fasciste à ses trousses, Kali ne reculera devant rien pour se faire justice, même si cela doit être la dernière chose qu'elle fera jamais. Daniel Freedman (Raiders) et Robert Sammelin, artiste pour Mondo et le studio de jeux vidéo DICE, nous offrent un roman graphique original et un spectacle d'action existentielle non-stop, parfait pour les fans de Mad Max : Fury Road. Critique : Bon timing pour HiGraphics, anciennement Hicomics, de sortit ce Kali alors que Furiosa vient de débouler sur nos écrans. Si tout le monde fait ce raccourci en parlant de Kali c'est que le cocktail explosif concocté par les deux auteurs Daniel Freedman au scénario et Roger Sammelin au dessin a les mêmes ingrédients : de l'action quasi non stop, une intrigue simple mais parlante, un monde post apocalyptique ou la loi du plus fort règne, une héroïne badass. Ils ont d'ailleurs le bon goût d'amener un peu de nuances et de doutes sur notre "héroïne" en fin d'album ce qui n'a pas manqué de me plaire. Côté dessin, on est presque au cinéma avec un découpage des planches, des plans et des scène d'action assez jouissif et fluides. Le jeu des couleurs aide à la mise en scène, et on se rapproche parfois sur certaines planches d'un Kill Bill cinématographique de ce point de vue là. Une réussite. Par contre pour les amateurs de grands décors, ce n'est pas la bonne pioche, il y en a peu, au profit des personnages et de l'action. On ne peut pas tout avoir. Attention l'édition est belle, mais en fin d'album il y a le making of, ce qui fait un peu moins de pages pour l'histoire principale que ce que l'on pourrait penser. Et ça passe très vite. Autres infos : Lettrage : Thu Van NGUYEN Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/kali?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
×
×
  • Créer...