Aller au contenu
  • S’inscrire

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'magie'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Les forums BD
    • Toute la BD
    • Projets participatifs
    • Petites Annonces BD
    • Liens BD vers ailleurs
  • Et si on parlait d'autre chose que la bande dessinée ?
    • Améliorons 1001BD
    • Films et séries TV
    • 1001 Jeux Video
    • Livres - Musique - Spectacles - Théatre - Musées
    • 1001 choses à dire
  • TEAM

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui contiennent…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


  1. La collection "Métamorphose" dirigée par Barbara Canepa et Clotilde Vu s'agrandit avec cette nouvelle série jeunesse prévue en 6 tomes . Chacun sera dessiné par un artiste différent et le talent sera au rendez-vous , Kerascoët , Nesme , Rigano , entre autres , composent cette équipe de choc pour un graphisme des plus séduisant ! Pour cette ouverture féérique , Florent Sacré ayant travaillé sur des parutions BD "Ubisoft" telles que Lapins crétins et Rayman , réalise des planches sublimes ! Jamais une forêt telle que celle-ci n'aura été si enchanteresse , vous croirez entendre le son des ruisseaux et le vent dans les feuilles des arbres séculaires . Les couleurs amplifient ce sentiment de réel , avec un magnifique jeu de nuances de verts , la couleur prédominant cet univers végétal . Le petit peuple de la forêt n'est pas en reste question qualité graphique , les lapins , renards et araignées (entre autres) sont des plus réussis et d'un réalisme saisissant . Les décors victoriens des cabanes et huttes s'intègrent à merveille au cadre champêtre . Une réussite totale de l'aspect graphique ! L'histoire se veut simple mais réservant son lot de surprises . L'histoire contée par la sorcière en début de récit sous-entend un possible antagoniste à ce monde paisible et harmonieux , mais le fil narratif des aventuriers en herbe résulte d'un mystérieux concours auquel ils participent . Vous en saurez plus en parcourant ces pages bucoliques jalonnées de passages pédagogiques sur les insectes et animaux peuplant la forêt , mais aussi les plantes et arbres l'occupant . Apprendre tout en s'amusant , c'est le pari réussi de cette collection partie sur d'excellents rails . Le second tome paraîtra à l'automne prochain 😉
  2. Titre de l'album : Au chant des grenouilles tome 1 - Urania, la sorcière Scenariste de l'album : Barbara Canepa , Anaïs Halard Dessinateur de l'album : Florent Sacré Coloriste : Florent Sacré Editeur de l'album : Oxymore Note : Résumé de l'album : Au chant des grenouilles invite petits et grands, en quête de repères, au coeur d'un univers anthropomorphique, afin de leur faire découvrir la lecture enchanteresse des signes et des secrets qu'offre la nature. Sous la forme d'histoires en BD mettant en scène les aventures de plusieurs familles d'animaux, celles-ci entrecoupées par des pages pédagogiques illustrées par Giovanni Rigano, Au chant des grenouilles s'annonce comme une série résolument ludique, écologique et didactique. Critique : La collection "Métamorphose" dirigée par Barbara Canepa et Clotilde Vu s'agrandit avec cette nouvelle série jeunesse prévue en 6 tomes . Chacun sera dessiné par un artiste différent et le talent sera au rendez-vous , Kerascoët , Nesme , Rigano , entre autres , composent cette équipe de choc pour un graphisme des plus séduisant ! Pour cette ouverture féérique , Florent Sacré ayant travaillé sur des parutions BD "Ubisoft" telles que Lapins crétins et Rayman , réalise des planches sublimes ! Jamais une forêt telle que celle-ci n'aura été si enchanteresse , vous croirez entendre le son des ruisseaux et le vent dans les feuilles des arbres séculaires . Les couleurs amplifient ce sentiment de réel , avec un magnifique jeu de nuances de verts , la couleur prédominant cet univers végétal . Le petit peuple de la forêt n'est pas en reste question qualité graphique , les lapins , renards et araignées (entre autres) sont des plus réussis et d'un réalisme saisissant . Les décors victoriens des cabanes et huttes s'intègrent à merveille au cadre champêtre . Une réussite totale de l'aspect graphique ! L'histoire se veut simple mais réservant son lot de surprises . L'histoire contée par la sorcière en début de récit sous-entend un possible antagoniste à ce monde paisible et harmonieux , mais le fil narratif des aventuriers en herbe résulte d'un mystérieux concours auquel ils participent . Vous en saurez plus en parcourant ces pages bucoliques jalonnées de passages pédagogiques sur les insectes et animaux peuplant la forêt , mais aussi les plantes et arbres l'occupant . Apprendre tout en s'amusant , c'est le pari réussi de cette collection partie sur d'excellents rails . Le second tome paraîtra à l'automne prochain 😉 Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/au-chant-des-grenouilles-tome-1-urania-la-sorciere/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  3. Titre de l'album : La forêt de Louison - Tome 1 Scenariste de l'album : Elsa Bordier Dessinateur de l'album : Stéphanie Rubini Coloriste : Stéphanie Rubini Editeur de l'album : Bayard Note : Résumé de l'album : Louison passe tous ses mercredis chez sa mamie, en compagnie de son jeune ami Noham. Mais ce qu'elle adore surtout, c'est passer du temps dans la forêt juste derrière la maison : là-bas, toutes ses idées les plus folles prennent vie ! Le temps d'un après-midi, la nature se transforme alors en une incroyable jungle pleine d'animaux colorés, un sublime repère de fées ou encore un monde magique peuplé de sorcières. Jusqu'à l'heure du goûter, où les deux enfants rejoignent sagement la cuisine de mamie, la tête pleine de magie et de secrets, attendant impatiemment la semaine prochaine pour pouvoir y retourner. Quelles surprises leur réservera la forêt cette fois-ci ? Critique : Cette "BD kids" résonne comme des souvenirs d'enfance pour les plus "adultes" d'entre nous . Voir évoluer Louison et Noham dans cette forêt malicieuse et s'inventer des histoires est rafraîchissant au possible ! Quel travail sur l'imaginaire des enfants , chaque insecte ou végétal peut se transformer et donner lieu à d'innombrables aventures pour nos deux héros en culottes courtes . Réparties en courtes histoires , leurs péripéties ont toujours une chute en lien avec le réel , si bien que sans être "fantastique" au sens propre du mot , on vit néanmoins des moments magiques avec eux dans cet univers coloré . Chaque mercredi , on suit le lapin blanc et "en avant les histoires" ! Le trait détaillé de Stéphanie Rubini est accrocheur , il mélange ligne claire et réalisme dans un kaléidoscope de couleurs éclatantes . Elle propose des cases avec de multiples plans , on croirait qu'elles sont en relief ! Le jeune lectorat ciblé s'identifiera facilement à ce duo détonnant et rêvera de toboggans dans les arbres , ou de tunnels sous terre à la rencontre des taupes ... Nulles barrières à l'imagination des enfants , et surtout , pas de téléphone portables ici , aucun support extérieur pouvant les influencer ! Il est vivement conseillé aux parents d'entrer dans ce monde de fées , sorcières , dragons , et autres animaux colorés , en compagnie de leurs enfants 🙂 Un petit format souple à emporter partout ! Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/la-foret-de-louison-tome-1-le-mercredi-c-est-magique/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  4. J'avais un assez mauvais pressentiment pour cette bd. Ce qui est étrange car, j'adore l'héroique fantasy, le lombard fait de belles choses, et à priori les elfes ne vont pas être les gentils, et je n'aime pas trop trop les elfes en héroique fantasy. Alors pourquoi ce sentiment ? Difficile à dire, puisque la couverture est plutôt chouette et que les dessins semblent donner envie. Mais je ne la sentais pas vraiment. Peur d'être déçu ? Finalement il n'en fut rien, on se fait happer assez vite par l'histoire, même si celle-ci met peut être un poil trop de temps à se mettre en place. Les personnages sont biens vus, et l'intrigue n'a clairement pas été déjà lue cent fois. On échappe à certaines stéréotype quand d'autres sont inversés, et quelques traits d'humour font mouche. On est bien dans de l'héroic fantasy même si celle ci bouscule quelques codes. Les amateurs du côté jeux de rôles de l'héroic Fantasy risquent cependant fort d'apprécier cette nouvelle aventure. Les dessins de Pietrantonio Bruno sont réussis même s'il manque sur quelques cases quelques détails sur les visages qui auraient pu permettre à Pax Elfica de passer un cran au dessus. C'est au final un bon premier tome de Fantasy, pour le lecteur qui acceptera de voir certains de ses codes un peu bousculés.
  5. Titre de l'album : Pax Elfica - Tome 1 - L'auberge de l'épée Scenariste de l'album : Cédric Mayen Dessinateur de l'album : Pietrantonio Bruno Coloriste : Axel Gonzalbo Editeur de l'album : Le Lombard Note : Résumé de l'album : Depuis qu'ils ont délivré le monde de la menace d'un Nécromancien, les Elfes ont instauré la Pax Elfica, un régime autoritaire qui interdit toute utilisation de la magie aux autres races. Mais le jeune Tano a grandi dans le petit monde multiculturel de l'auberge de son père Klaus, où se côtoient nains, halfelins, barbares et réfugiés. Alors pour lui, pas question d'obéir docilement aux maitres auto-proclamés de la ville : chaque nuit, sous la capuche de « La Flèche », il sabote leurs patrouilles et défie leur autorité. Jusqu'au soir où il se retrouve contaminé par une mystérieuse graine elfique. Critique : J'avais un assez mauvais pressentiment pour cette bd. Ce qui est étrange car, j'adore l'héroique fantasy, le lombard fait de belles choses, et à priori les elfes ne vont pas être les gentils, et je n'aime pas trop trop les elfes en héroique fantasy. Alors pourquoi ce sentiment ? Difficile à dire, puisque la couverture est plutôt chouette et que les dessins semblent donner envie. Mais je ne la sentais pas vraiment. Peur d'être déçu ? Finalement il n'en fut rien, on se fait happer assez vite par l'histoire, même si celle-ci met peut être un poil trop de temps à se mettre en place. Les personnages sont biens vus, et l'intrigue n'a clairement pas été déjà lue cent fois. On échappe à certaines stéréotype quand d'autres sont inversés, et quelques traits d'humour font mouche. On est bien dans de l'héroic fantasy même si celle ci bouscule quelques codes. Les amateurs du côté jeux de rôles de l'héroic Fantasy risquent cependant fort d'apprécier cette nouvelle aventure. Les dessins de Pietrantonio Bruno sont réussis même s'il manque sur quelques cases quelques détails sur les visages qui auraient pu permettre à Pax Elfica de passer un cran au dessus. C'est au final un bon premier tome de Fantasy, pour le lecteur qui acceptera de voir certains de ses codes un peu bousculés. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/pax-elfica-tome-1-l-auberge-de-l-epee?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  6. Kevin Nivek

    La forêt de Louison - Tome 1

    Cette "BD kids" résonne comme des souvenirs d'enfance pour les plus "adultes" d'entre nous . Voir évoluer Louison et Noham dans cette forêt malicieuse et s'inventer des histoires est rafraîchissant au possible ! Quel travail sur l'imaginaire des enfants , chaque insecte ou végétal peut se transformer et donner lieu à d'innombrables aventures pour nos deux héros en culottes courtes . Réparties en courtes histoires , leurs péripéties ont toujours une chute en lien avec le réel , si bien que sans être "fantastique" au sens propre du mot , on vit néanmoins des moments magiques avec eux dans cet univers coloré . Chaque mercredi , on suit le lapin blanc et "en avant les histoires" ! Le trait détaillé de Stéphanie Rubini est accrocheur , il mélange ligne claire et réalisme dans un kaléidoscope de couleurs éclatantes . Elle propose des cases avec de multiples plans , on croirait qu'elles sont en relief ! Le jeune lectorat ciblé s'identifiera facilement à ce duo détonnant et rêvera de toboggans dans les arbres , ou de tunnels sous terre à la rencontre des taupes ... Nulles barrières à l'imagination des enfants , et surtout , pas de téléphone portables ici , aucun support extérieur pouvant les influencer ! Il est vivement conseillé aux parents d'entrer dans ce monde de fées , sorcières , dragons , et autres animaux colorés , en compagnie de leurs enfants 🙂 Un petit format souple à emporter partout !
  7. poseidon2

    Archdemon's dilemma tome 7 & 8

    Fin de la partie du "combat" entre notre archidemon et Bifrons. Et une fin qui marque un tournant dans la série avec, ne lui ne déplaise, une vraie montée en hiérarchie de notre héros dans son microcosme des archidemons. notre "anti-héros" voit de plus en plus sa nature "gentille et humaine" se dévoiler au grand jour Oscillant toujours habillement les scènes d'actions et les scènes de découvertes des pouvoirs de Nefy, ce manga se lit toujours avec une étonnante envie et une sympathie toujours au beau fixe pour nos personnages. Vivement la suite
  8. Titre de l'album : Archdemon's dilemma tome 7 & 8 Scenariste de l'album : Fuminori Teshima Dessinateur de l'album : Hako Itagaki Coloriste : Editeur de l'album : Meian Note : Résumé de l'album : L'énigmatique Bifrons a pris ses invités en otage à l'aide d'un étrange sort boueux. De son côté, Nephtéros a tenté d'utiliser la magie divine, mais le contrecoup est terrible ! Elle est sur le point de se faire engloutir ! Néfy parviendra-t-elle à la sauver ? Zagan va-t-il vraiment sauver Nephtéros ?! Critique : Fin de la partie du "combat" entre notre archidemon et Bifrons. Et une fin qui marque un tournant dans la série avec, ne lui ne déplaise, une vraie montée en hiérarchie de notre héros dans son microcosme des archidemons. notre "anti-héros" voit de plus en plus sa nature "gentille et humaine" se dévoiler au grand jour Oscillant toujours habillement les scènes d'actions et les scènes de découvertes des pouvoirs de Nefy, ce manga se lit toujours avec une étonnante envie et une sympathie toujours au beau fixe pour nos personnages. Vivement la suite Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/archdemon-s-dilemma-tome-7?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  9. Après le sympathique Lizy Vaudou publié l'année dernière chez Jungle , Maxime Fontaine réitère les sorties "jeunesse" avec L'étrange bureau des injustices . Un concept assez novateur et qui parlera sûrement aux enfants se sentant floués . Imaginez que vous soyez puni pour un acte que vous n'avez pas commis , le bureau intervient à ce moment là en vous menant dans une dimension parallèle et tente de résoudre ce problème . Les choses se compliquent lorsque le véritable responsable des actes , étant par ailleurs aussi un véritable petit harceleur , n'est pas ce qu'il prétend être ! La lecture est extrêmement dynamique , très adaptée au public jeune , des textes courts , on enchaîne vite d'une case à l'autre , guidé par un scénario sans répit . On passe d'une surprise à une autre , tout en gardant le fil conducteur . 48 pages qui défilent à toute vitesse ! Yllya qui a déjà publié Stardust (éditions Jungle) continue son chemin avec un trait japonisant aux couleurs "flashy" . Les visages sont vite reconnaissables et intégrés par le lecteur . Elle donne beaucoup de mouvement aux personnages avec des effets lumineux et une grande expressivité des visages . Un premier tome original , on souhaite bon vent à cette nouvelle saga 🙂 A partir de 7 ans .
  10. Titre de l'album : L'étrange bureau des injustices Scenariste de l'album : Maxime Fontaine Dessinateur de l'album : Yllya Coloriste : Editeur de l'album : Jungle Note : Résumé de l'album : Mina et Khoren sont les souffre-douleur des brutes et de la peste de leur collège. Un jour, une femme masquée les aiguille vers l'étrange bureau des injustices, une mystérieuse organisation peuplée de monstres amusants, qui prétend réparer les torts que l'on subit. Un agent prénommé Gary se charge de leur dossier, et transforme leurs tortionnaires en poètes sensibles ou en ballons de baudruche. D'abord ravis, Mina et Khoren découvrent que certains cas sont plus épineux que d'autres, et que bien souvent la vengeance fait naître d'autres vengeances... Critique : Après le sympathique Lizy Vaudou publié l'année dernière chez Jungle , Maxime Fontaine réitère les sorties "jeunesse" avec L'étrange bureau des injustices . Un concept assez novateur et qui parlera sûrement aux enfants se sentant floués . Imaginez que vous soyez puni pour un acte que vous n'avez pas commis , le bureau intervient à ce moment là en vous menant dans une dimension parallèle et tente de résoudre ce problème . Les choses se compliquent lorsque le véritable responsable des actes , étant par ailleurs aussi un véritable petit harceleur , n'est pas ce qu'il prétend être ! La lecture est extrêmement dynamique , très adaptée au public jeune , des textes courts , on enchaîne vite d'une case à l'autre , guidé par un scénario sans répit . On passe d'une surprise à une autre , tout en gardant le fil conducteur . 48 pages qui défilent à toute vitesse ! Yllya qui a déjà publié Stardust (éditions Jungle) continue son chemin avec un trait japonisant aux couleurs "flashy" . Les visages sont vite reconnaissables et intégrés par le lecteur . Elle donne beaucoup de mouvement aux personnages avec des effets lumineux et une grande expressivité des visages . Un premier tome original , on souhaite bon vent à cette nouvelle saga 🙂 A partir de 7 ans . Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/l-etrange-bureau-des-injustices/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  11. Kevin Nivek

    La magie d'Oz , tome 3

    Voilà qui conclut le premier cycle des aventures en pays d'Oz pour Dorothée Gale ! Narrés par le nain Rho'Khat dans une taverne en tout début d'album , les événements s'enchainent rapidement pour la jeune femme du Kansas découvrant ses nouveaux pouvoirs . On suit sa progression et celles de ses compagnons , les menant droit vers l'affrontement obligatoire de Zamora , la puissante sorcière . De nombreuses surprises attendent les lecteurs , ainsi que des rebondissements assez surprenants . Cette revisite du célèbre Magicien d'Oz , oeuvre importante dans le paysage littéraire américain est rafraîchissante et moderne . Les femmes occupent le premier plan (et souvent en tenues légères) et le dessin très "informatique" aux couleurs pétantes , opèrent un lifting en profondeur du conte . Il en devient plus "rock'n roll" si vous me permettez l'expression . Je ne suis pas un grand fan de ce type de trait , mais il ravira à coups sûrs les fans de la saga , d'autant qu'il n'est pas impossible d'avoir un nouveau cycle 😉 . Le monde de la cité d'Emeraude a probablement encore des tas de secrets à révéler pour notre troupe émérite . De superbes couvertures se trouvent en annexe de fin d'album .
  12. Titre de l'album : La magie d'Oz , tome 3 Scenariste de l'album : Jeff et Kristin Massey Dessinateur de l'album : Antonio Bifulco Coloriste : Hedwin Zaldivar Editeur de l'album : Graph Zeppelin Note : Résumé de l'album : Troisième volume de la série, La Magie d'Oz, le règne de la Reine Sorcière clôt ce premier cycle. Le Seigneur de guerre a été mis en déroute et la paix semble de nouveau être revenue au royaume d'OZ, mais pour combien de temps ? Alors que Thorne et ses amis se rallient aux Bons peuples d'Oz, une guerre civile éclate et menace la tranquillité du royaume. Dorothée et ses compagnons devront une nouvelle fois sauver OZ... mais qui sauvera OZ de Dorothée Gale ? Réinterprétation envoûtante et épique du célèbre roman Le Magicien d'Oz, cette série en 3 tomes est une véritable épopée pleine d'aventures et de magie. Critique : Voilà qui conclut le premier cycle des aventures en pays d'Oz pour Dorothée Gale ! Narrés par le nain Rho'Khat dans une taverne en tout début d'album , les événements s'enchainent rapidement pour la jeune femme du Kansas découvrant ses nouveaux pouvoirs . On suit sa progression et celles de ses compagnons , les menant droit vers l'affrontement obligatoire de Zamora , la puissante sorcière . De nombreuses surprises attendent les lecteurs , ainsi que des rebondissements assez surprenants . Cette revisite du célèbre Magicien d'Oz , oeuvre importante dans le paysage littéraire américain est rafraîchissante et moderne . Les femmes occupent le premier plan (et souvent en tenues légères) et le dessin très "informatique" aux couleurs pétantes , opèrent un lifting en profondeur du conte . Il en devient plus "rock'n roll" si vous me permettez l'expression . Je ne suis pas un grand fan de ce type de trait , mais il ravira à coups sûrs les fans de la saga , d'autant qu'il n'est pas impossible d'avoir un nouveau cycle 😉 . Le monde de la cité d'Emeraude a probablement encore des tas de secrets à révéler pour notre troupe émérite . De superbes couvertures se trouvent en annexe de fin d'album . Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/la-magie-d-oz-tome-3-le-regne-de-la-reine-sorciere/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  13. Titre de l'album : Nevermoor tome 1 - Les défis de Morrigane Crow Scenariste de l'album : Maxe L'Hermenier Dessinateur de l'album : Thomas Labourot Coloriste : Thomas Labourot Editeur de l'album : Jungle Note : Résumé de l'album : Le premier tome de l'adaptation en bande dessinée des romans de Jessica Townsend ! Morrigane Crow est une enfant maudite. Au soir du Merveillon, elle mourra. En attendant, tous les maux du monde sont attribués à la pauvre jeune fille. Et comble de l'horreur, avec près d'un an d'avance, les cloches du Merveillon se mettent à sonner ! Morrigane doit se préparer à sa mort imminente ! À moins que Jupiter, son mystérieux et excentrique mécène, ne vienne l'arracher à une mort certaine pour l'entrainer dans le monde magique de Nevermoor... Critique : Telle Morrigane et son parapluie , il est nécessaire de sauter à pieds joints dans cette aventure fantastique . La romancière Jessica Townsend a bâti un monde magique avec son vocabulaire et sa culture propre en empruntant ça et là des idées . On sent l'influence de Peter Pan ,Harry Potter et autres Chroniques de Narnia dans cet univers . Ce n'est pas pour nous déplaire car ce monde est cohérent , il demande juste au lecteur un peu d'attention pour assimiler ces nouveaux mots et coutumes locales . Par exemple, la jeune héroïne Morrigane Crow doit mourir le soir du Merveillon à l'aube de ses 12 ans . Elle le sait , sa famille le sait aussi car elle est une enfant maudite . Le pourquoi , je vous laisse le découvrir 😉 Tout se déroule normalement jusqu'à ce fameux soir , mais un événement inattendu va bouleverser l'ordre établi . En effet , un étranger venu d'une lointaine contrée vient la sauver de façon rocambolesque et son destin funeste va prendre une toute autre tournure . L'adaptation de cette saga de romans est fidèle et réussie , l'immersion se fait naturellement , les explications arrivent de façon propice au fil de la lecture . Thomas Labourot livre des planches remarquables dans son style bien à lui , avec un dessin détaillé , dynamique et pourvu d'une coloration sans failles . On est clairement adapté au public ado friand de cette patte graphique transpirant la lumière . Partez à la découverte de ce nouveau monde aux côtés de Morrigane dans ce premier tome prometteur . La saga littéraire est composée de 4 livres , les nombreux secrets de cet univers auront le temps d'être révélés 😉 Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/nevermoor-tome-1-les-defis-de-morrigane-crow/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  14. Telle Morrigane et son parapluie , il est nécessaire de sauter à pieds joints dans cette aventure fantastique . La romancière Jessica Townsend a bâti un monde magique avec son vocabulaire et sa culture propre en empruntant ça et là des idées . On sent l'influence de Peter Pan ,Harry Potter et autres Chroniques de Narnia dans cet univers . Ce n'est pas pour nous déplaire car ce monde est cohérent , il demande juste au lecteur un peu d'attention pour assimiler ces nouveaux mots et coutumes locales . Par exemple, la jeune héroïne Morrigane Crow doit mourir le soir du Merveillon à l'aube de ses 12 ans . Elle le sait , sa famille le sait aussi car elle est une enfant maudite . Le pourquoi , je vous laisse le découvrir 😉 Tout se déroule normalement jusqu'à ce fameux soir , mais un événement inattendu va bouleverser l'ordre établi . En effet , un étranger venu d'une lointaine contrée vient la sauver de façon rocambolesque et son destin funeste va prendre une toute autre tournure . L'adaptation de cette saga de romans est fidèle et réussie , l'immersion se fait naturellement , les explications arrivent de façon propice au fil de la lecture . Thomas Labourot livre des planches remarquables dans son style bien à lui , avec un dessin détaillé , dynamique et pourvu d'une coloration sans failles . On est clairement adapté au public ado friand de cette patte graphique transpirant la lumière . Partez à la découverte de ce nouveau monde aux côtés de Morrigane dans ce premier tome prometteur . La saga littéraire est composée de 4 livres , les nombreux secrets de cet univers auront le temps d'être révélés 😉
  15. Une nouvelle BD jeunesse chez Jungle , ancrée dans son temps ! La dessinatrice , Hortense Pien a rencontré la scénariste Carbone , sur les réseaux sociaux , et en avant l'aventure ! Dès les premières pages , on sent l'influence de l'animation d'où est issue Hortense , les couleurs sont vives , lumineuses et le mouvement est omniprésent dans les scènes d'action . Le trait numérique sied bien à ce genre de récit qui est destiné aux ados principalement . Travaillant dans l'éducation nationale , Carbone (son pseudo) décide de se lancer dans le grand bain du scénario de BD en s'aidant de Véronique Barrau , leur premier projet sera La sentinelle du petit peuple , une histoire féérique . Elles réitèrent ici avec un monde où les elfes peuvent passer dans le monde des humains , mais nous découvrons rapidement qu'il s'agit d'un exil forcé car le monde des elfes est en proie à de grandes difficultés . Un elfe noir nommé Torik sème le trouble depuis des années . La mère d 'Emmy a fui en y laissant un enfant là-bas . Aussi le retour de ce fils perdu n'est pas sans surprise , d'autant qu'il semble cacher un lourd secret ! L'histoire va donc suivre Emmy et son demi-frère retrouvé dans une quête pour sauver les elfes restés prisonniers dans cet autre monde . Une Emmy se découvrant aussi des pouvoirs , comme un parallèle avec l'adolescence et un corps ( et des hormones ) en pleine évolution ! C'est au final une histoire bien sympathique , au dessin soigné qui devrait faire mouche auprès des jeunes lecteurs-trices 😉 . Un tome 2 est dores et déjà prévu .
  16. Titre de l'album : Emmy et les derniers elfes tome 1 Scenariste de l'album : Carbone, Véronique Barrau Dessinateur de l'album : Hortense Pien Coloriste : Hortense Pien Editeur de l'album : Jungle Note : Résumé de l'album : Elfes des Lumières ou Elfes des Ténèbres, quel sera votre clan ? Née d'un humain et d'une elfe des Lumières, Emmy apprend par inadvertance l'existence d'Evan, son demi-frère disparu dans le monde elfique. Quel choc ! Mais ce n'est que le début des surprises : Emmy se découvre des pouvoirs magiques, avant de se retrouver par miracle face-à-face avec Evan. Après la joie des retrouvailles, vient le temps de l'action. Si Evan a pu échapper à Torik et ses elfes des Ténèbres, ce n'est pas le cas des elfes des Lumières, retenus prisonniers. Dès lors, les elfes exilés sur Terre doivent se réunir au plus vite afin de sauver les leurs. Critique : Une nouvelle BD jeunesse chez Jungle , ancrée dans son temps ! La dessinatrice , Hortense Pien a rencontré la scénariste Carbone , sur les réseaux sociaux , et en avant l'aventure ! Dès les premières pages , on sent l'influence de l'animation d'où est issue Hortense , les couleurs sont vives , lumineuses et le mouvement est omniprésent dans les scènes d'action . Le trait numérique sied bien à ce genre de récit qui est destiné aux ados principalement . Travaillant dans l'éducation nationale , Carbone (son pseudo) décide de se lancer dans le grand bain du scénario de BD en s'aidant de Véronique Barrau , leur premier projet sera La sentinelle du petit peuple , une histoire féérique . Elles réitèrent ici avec un monde où les elfes peuvent passer dans le monde des humains , mais nous découvrons rapidement qu'il s'agit d'un exil forcé car le monde des elfes est en proie à de grandes difficultés . Un elfe noir nommé Torik sème le trouble depuis des années . La mère d 'Emmy a fui en y laissant un enfant là-bas . Aussi le retour de ce fils perdu n'est pas sans surprise , d'autant qu'il semble cacher un lourd secret ! L'histoire va donc suivre Emmy et son demi-frère retrouvé dans une quête pour sauver les elfes restés prisonniers dans cet autre monde . Une Emmy se découvrant aussi des pouvoirs , comme un parallèle avec l'adolescence et un corps ( et des hormones ) en pleine évolution ! C'est au final une histoire bien sympathique , au dessin soigné qui devrait faire mouche auprès des jeunes lecteurs-trices 😉 . Un tome 2 est dores et déjà prévu . Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/emmy-et-les-derniers-elfes-tome-1/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  17. Kevin Nivek

    L'île du crâne , tome 1

    Adaptation du roman à succès de Anthony Horowitz sorti en 1988 , cette BD va se rappeler au bon souvenir d'un certain sorcier en Angleterre ! Il est dit d'ailleurs que JK Rowling se serait inspirée de cette histoire pour créer Harry Potter . On retrouve donc la même ambiance , dans une édition reliée de qualité , illustrée par un auteur rompu aux joutes des BD "enfant-ado" : Clément Lefèvre . Son trait rond et pastel donne énormément de douceur au récit . Les couleurs amènent profondeur et luminosité , elles plairont au lectorat ciblé , à n'en pas douter 🙂 . Nombre d'ados se reconnaîtront en David et ses amis , ils iront se perdre dans le dédale de couloirs et escaliers de cette école pas comme les autres . Le suspens quand au sort qui leur est réservé est bien mené et les intrigues nombreuses , trouveront leur issue (mais pas toutes rassurez-vous) dans ce premier tome . Je crains en revanche qu'il arrive un peu tard , la vague Harry Potter ayant tout emporté sur son passage ! Les lecteurs seraient tentés de comparer , voire deviner les tenants et aboutissants de cette aventure , qui ne fait que commencer pour nos 3 héros . A découvrir donc avant le sorcier à lunettes à partir de 8 ans 😉 . Je suis persuadé que le dessin "éclairé" attirera des yeux curieux , tout comme la sublime couverture en relief (il y a même un marque page en ruban 😉 ) .
  18. Titre de l'album : L'île du crâne , tome 1 Scenariste de l'album : Maxe L'Hermenier , adapté de Anthony Horowitz Dessinateur de l'album : Clément Lefèvre Coloriste : Clément Lefèvre Editeur de l'album : Jungle Note : Résumé de l'album : L'adaptation en BD du célèbre roman d'Anthony Horowitz ! David Eliot s'est fait renvoyer du prestigieux collège où ses ancêtres ont tous étudié. Pour le punir, ses parents décident de l'envoyer à Groosham Grange, un établissement réputé pour sa discipline de fer. Mais ni eux ni David ne réalisent véritablement où il va mettre les pieds... Ses nouveaux camarades, Jill et Jeffrey, en font la découverte en même temps que lui : dans cet incroyable château perdu sur l'île du Crâne, les professeurs sont tous plus étranges les uns que les autres, tandis que les élèves se comportent tous de façon inhabituelle. Groosham Grange cache un terrible secret que David et ses amis sont déterminés à découvrir ! Mais ils ne sont pas au bout de leurs surprises... Critique : Adaptation du roman à succès de Anthony Horowitz sorti en 1988 , cette BD va se rappeler au bon souvenir d'un certain sorcier en Angleterre ! Il est dit d'ailleurs que JK Rowling se serait inspirée de cette histoire pour créer Harry Potter . On retrouve donc la même ambiance , dans une édition reliée de qualité , illustrée par un auteur rompu aux joutes des BD "enfant-ado" : Clément Lefèvre . Son trait rond et pastel donne énormément de douceur au récit . Les couleurs amènent profondeur et luminosité , elles plairont au lectorat ciblé , à n'en pas douter 🙂 . Nombre d'ados se reconnaîtront en David et ses amis , ils iront se perdre dans le dédale de couloirs et escaliers de cette école pas comme les autres . Le suspens quand au sort qui leur est réservé est bien mené et les intrigues nombreuses , trouveront leur issue (mais pas toutes rassurez-vous) dans ce premier tome . Je crains en revanche qu'il arrive un peu tard , la vague Harry Potter ayant tout emporté sur son passage ! Les lecteurs seraient tentés de comparer , voire deviner les tenants et aboutissants de cette aventure , qui ne fait que commencer pour nos 3 héros . A découvrir donc avant le sorcier à lunettes à partir de 8 ans 😉 . Je suis persuadé que le dessin "éclairé" attirera des yeux curieux , tout comme la sublime couverture en relief (il y a même un marque page en ruban 😉 ) . Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/l-ile-du-crane-tome-1/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  19. Dans un monde où règne la magie , la jeune Naïs doit passer l'ultime étape de sa formation pour devenir la Petaä , élue du peuple pourvue de pouvoirs magiques . Mais tout ne se déroule pas comme prévu , c'est même un drame se jouant à son réveil , car les membres du village se sont transformés en statues de pierre . Après une fuite marquée par l'incompréhension d'une telle injustice et la culpabilité , notre jeune héroïne va rencontrer de nouveaux compagnons sur sa route et entreprendre une quête de rédemption afin d'anéantir (si possible) cette malédiction . Le scénariste donne pas mal de complexité au récit avec une galerie de personnages assez importante , ainsi qu'un vocabulaire propre à cet univers et de nouvelles coutumes à digérer au fil des pages . Adressé à un lectorat plutôt jeune , cette aventure risque de perdre les "trop jeunes" pour la difficulté de compréhension du récit ; et rebuter les ados avec un dessin plutôt infantile . Des visages ronds , insérés dans des cases vides ou peu chargées . Les décors sont dépourvus de détails et se veulent marqués du sceau de la simplicité . Les couleurs et les effets lumineux relèvent le niveau d'un trait vraiment orienté enfance . C'est peut-être la raison de mes difficultés à entrer réellement dans l'histoire . Le genre d'ouvrage où l'histoire peut sembler tronquée par un dessin manquant d'audace .
  20. Titre de l'album : Naïs - La prophétie des 2 lunes Scenariste de l'album : Nicolas Antona Dessinateur de l'album : Clémentine Pochon Coloriste : Clémentine Pochon Editeur de l'album : Jungle Note : Résumé de l'album : Un récit initiatique fantastique qui ravira le public jeunesse/ado Naïs, jeune fille impétueuse, va passer son initiation pour devenir la Petaä, l'élue du peuple Kosh. Mais rien ne se passe comme prévu et lors du rite, elle libère un pouvoir inconnu qui la fait s'évanouir. À son réveil, sous le regard d'une alouette rouge, tout son peuple est pétrifié... Naïs, terrifiée et croyant être la cause de ce malheur, va fuir et se réfugier dans la forêt de l'Entre deux-îles. Une longue quête personnelle débute alors pour elle et ses nouveaux compagnons à travers les îles suspendues du monde de Corä. Critique : Dans un monde où règne la magie , la jeune Naïs doit passer l'ultime étape de sa formation pour devenir la Petaä , élue du peuple pourvue de pouvoirs magiques . Mais tout ne se déroule pas comme prévu , c'est même un drame se jouant à son réveil , car les membres du village se sont transformés en statues de pierre . Après une fuite marquée par l'incompréhension d'une telle injustice et la culpabilité , notre jeune héroïne va rencontrer de nouveaux compagnons sur sa route et entreprendre une quête de rédemption afin d'anéantir (si possible) cette malédiction . Le scénariste donne pas mal de complexité au récit avec une galerie de personnages assez importante , ainsi qu'un vocabulaire propre à cet univers et de nouvelles coutumes à digérer au fil des pages . Adressé à un lectorat plutôt jeune , cette aventure risque de perdre les "trop jeunes" pour la difficulté de compréhension du récit ; et rebuter les ados avec un dessin plutôt infantile . Des visages ronds , insérés dans des cases vides ou peu chargées . Les décors sont dépourvus de détails et se veulent marqués du sceau de la simplicité . Les couleurs et les effets lumineux relèvent le niveau d'un trait vraiment orienté enfance . C'est peut-être la raison de mes difficultés à entrer réellement dans l'histoire . Le genre d'ouvrage où l'histoire peut sembler tronquée par un dessin manquant d'audace . Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/nais-et-la-prophetie-des-deux-lunes/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  21. Il y a un léger parfum de Sweeth tooth le comics adapté en série tv de Jeff Lemire , dans cette aventure fantastique bretonne . 5 jeunes gens se voient du jour au lendemain transformés littéralement . Chacun devient un animal mais garde l'aspect bipède et surtout , se découvre des sens exacerbés qui tiennent à la nature même de la bête . Ils possèdent aussi des talents de magie , mais je n'en dis pas plus pour mieux vous laisser découvrir 😉 . En utilisant le thème de l'adolescence , les auteurs ancrent le récit dans une période de la vie pleine de bouleversements . Ils dépeignent le quotidien de lycéens avec leurs relations amicales et familiales et ajoutent un brin d'écologie en fond scénaristique . Le trait surprenant de Laurent Richard alterne les cases "photographiques" avec des ombrages puissants , puis d'autres avec une touche plus cartoon , en atteste la couverture et nos héros au premier plan . On peut y déceler une volonté d'insérer une part de magie assez "infantile" au sein d'un cadre plus mature et réel . C'est très réussi , et le format en couverture souple associé à un découpage classique semble parfait pour le lectorat visé . J'ajoute qu'il s'agit d'un one-shot , mais qu'avec un succès en librairie , les auteurs peuvent tout à fait réaliser une suite . La fin étant assez ouverte à d'autres aventures de nos héros "animaliers" . Même si je ne suis pas la cible d'une telle lecture , je pense qu'elle peut viser juste chez les ados . Une petite pointe d'écologie ne fait de mal à personne en ces temps troublés 🙂 .
  22. Titre de l'album : Les ambassadeurs - la révélation Scenariste de l'album : Benoit Broyart Dessinateur de l'album : Laurent Richard Coloriste : Laurent Richard Editeur de l'album : Jungle Note : Résumé de l'album : Et si vous aviez le pouvoir de faire le lien entre la nature et les hommes, pourriez-vous sauver le monde ? Quelque part en Bretagne, le quotidien de Malika, Valentine, Hugo, Tom et Alex est bouleversé un matin, peu après le passage d'une tempête. Ils vont subir une transformation physique étrange et pour eux, la vie ne sera plus jamais comme avant... Une mission de taille leur a été confiée, ils seront désormais les ambassadeurs de la nature. Quelles seront les réactions de leur entourage ? Réussiront-ils à faire évoluer les mentalités ? Critique : Il y a un léger parfum de Sweeth tooth le comics adapté en série tv de Jeff Lemire , dans cette aventure fantastique bretonne . 5 jeunes gens se voient du jour au lendemain transformés littéralement . Chacun devient un animal mais garde l'aspect bipède et surtout , se découvre des sens exacerbés qui tiennent à la nature même de la bête . Ils possèdent aussi des talents de magie , mais je n'en dis pas plus pour mieux vous laisser découvrir 😉 . En utilisant le thème de l'adolescence , les auteurs ancrent le récit dans une période de la vie pleine de bouleversements . Ils dépeignent le quotidien de lycéens avec leurs relations amicales et familiales et ajoutent un brin d'écologie en fond scénaristique . Le trait surprenant de Laurent Richard alterne les cases "photographiques" avec des ombrages puissants , puis d'autres avec une touche plus cartoon , en atteste la couverture et nos héros au premier plan . On peut y déceler une volonté d'insérer une part de magie assez "infantile" au sein d'un cadre plus mature et réel . C'est très réussi , et le format en couverture souple associé à un découpage classique semble parfait pour le lectorat visé . J'ajoute qu'il s'agit d'un one-shot , mais qu'avec un succès en librairie , les auteurs peuvent tout à fait réaliser une suite . La fin étant assez ouverte à d'autres aventures de nos héros "animaliers" . Même si je ne suis pas la cible d'une telle lecture , je pense qu'elle peut viser juste chez les ados . Une petite pointe d'écologie ne fait de mal à personne en ces temps troublés 🙂 . Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/les-ambassadeurs/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  23. Titre de l'album : La malédiction de mamo Scenariste de l'album : Sas Milledge Dessinateur de l'album : Sas Milledge Coloriste : Sas Milledge Editeur de l'album : Jungle Note : Résumé de l'album : Une quête d'identité fantastique et sombre dans un monde de sorcières... Orla, petite dernière d'une lignée de sorcières, se voit de retour dans la ville où elle a grandi. La disparition de sa grand-mère, Mamo, a mis Haresden en émoi : les mers se déchaînent, les récoltes se gâtent, et le grenier de Jo, qui est venue chercher son aide, est pris d'assaut par un esprit frappeur ! Tous ces problèmes semblent partager une seule et même source : Mamo. Mais Orla a fui cette vie et se confronter à la malédiction de Mamo réveillera en elle un tourbillon de magie. Critique : Illustratrice et dessinatrice de talent , Sas Milledge avait déjà réalisé un roman graphique sur la jeunesse de Dick Grayson intitulé The lost carnival . Elle réitère le principe avec La malédiction de Mamo , une histoire d'adolescentes mêlées à une sombre affaire de magie . Dans un petit village , véritable coin paumé , une malédiction est à l'oeuvre , touchant les humains , les récoltes , le bétail et même la végétation . Lorsque sa mère est prise d'un mal étrange , Jo Manalo enquête et va commencer sans le savoir un véritable voyage initiatique sur les us de son village , mais aussi sur elle même ! Dans ce monde , la magie est présente , et acceptée par les habitants , aussi ,chaque village est censé être protégé par une sorcière , ici il s'agissait de Mamo , récemment décédée . C'est donc à sa petite-fille , Orla , dernière héritière de la lignée , qu'échoue la responsabilité des lieux . Son envie de découvrir le monde va être freinée par Jo , l'appelant à l'aide . Les deux jeunes filles vont se rapprocher et démarrer une aventure qui va les mener loin dans leurs retranchements , chacune ! C'est un roman graphique prenant son temps , il se dégage de ces paysages bucoliques une certaine quiétude . De son trait rond et élégant , l'auteure donne de la sensibilité aux personnages . On sent rapidement , au hasard de cases avec un gros plan sur deux mains qui s'effleurent , qu'une attraction mutuelle est naissante entre Jo et Orla . Les grands yeux d'influence nippone distillent de l'émotion , il en va de même pour les couleurs chaudes environnantes . A travers cette aventure aux relents magiques , Sas Milledge incorpore un amour naissant fait de non-dits , si propres à cet âge bien particulier . C'est une très belle réussite , le format comics en couverture souple avec une pagination importante (224 pages) convient parfaitement au public ciblé . Ce livre tient peu de place dans un sac à dos , ou un "sac d'ado" 😉 Autres infos : Type de l'album : Roman graphique Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/la-malediction-de-mamo/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  24. Kevin Nivek

    La malédiction de mamo

    Illustratrice et dessinatrice de talent , Sas Milledge avait déjà réalisé un roman graphique sur la jeunesse de Dick Grayson intitulé The lost carnival . Elle réitère le principe avec La malédiction de Mamo , une histoire d'adolescentes mêlées à une sombre affaire de magie . Dans un petit village , véritable coin paumé , une malédiction est à l'oeuvre , touchant les humains , les récoltes , le bétail et même la végétation . Lorsque sa mère est prise d'un mal étrange , Jo Manalo enquête et va commencer sans le savoir un véritable voyage initiatique sur les us de son village , mais aussi sur elle même ! Dans ce monde , la magie est présente , et acceptée par les habitants , aussi ,chaque village est censé être protégé par une sorcière , ici il s'agissait de Mamo , récemment décédée . C'est donc à sa petite-fille , Orla , dernière héritière de la lignée , qu'échoue la responsabilité des lieux . Son envie de découvrir le monde va être freinée par Jo , l'appelant à l'aide . Les deux jeunes filles vont se rapprocher et démarrer une aventure qui va les mener loin dans leurs retranchements , chacune ! C'est un roman graphique prenant son temps , il se dégage de ces paysages bucoliques une certaine quiétude . De son trait rond et élégant , l'auteure donne de la sensibilité aux personnages . On sent rapidement , au hasard de cases avec un gros plan sur deux mains qui s'effleurent , qu'une attraction mutuelle est naissante entre Jo et Orla . Les grands yeux d'influence nippone distillent de l'émotion , il en va de même pour les couleurs chaudes environnantes . A travers cette aventure aux relents magiques , Sas Milledge incorpore un amour naissant fait de non-dits , si propres à cet âge bien particulier . C'est une très belle réussite , le format comics en couverture souple avec une pagination importante (224 pages) convient parfaitement au public ciblé . Ce livre tient peu de place dans un sac à dos , ou un "sac d'ado" 😉
  25. Kevin Nivek

    Lizy Vaudou

    Titre de l'album : Lizy Vaudou Scenariste de l'album : Maxime Fontaine Dessinateur de l'album : Robin Guillet Coloriste : Robin Guillet Editeur de l'album : Jungle Note : Résumé de l'album : Une aventure d'esprits et de fantôme palpitante au coeur de la Louisiane ! Critique : Auteur de nombreux romans "jeunesse" , Maxime Fontaine continue sur sa lancée avec cette très sympathique histoire dans les tréfonds du bayou . Nous suivons les aventures de Lizy Templet , une jeune sorcière assez talentueuse , qui va tenter de sauver son oncle victime d'un sort maléfique . Durant son enquête , nous voyons défiler toute la mythologie vaudou , et le mysticisme ambiant de la Louisiane . Il sera même question d'une société secrète empruntant les codes du Ku Klux Klan . On sent déjà à travers ce fil conducteur qu'une histoire plus grande se cache derrière , surtout avec cette fin plutôt ouverte . Pour illustrer ces ambiances lugubres , Robin Guillet use d'un graphisme moderne , voire numérique . A travers les grands yeux des protagonistes , on sent l'influence asiatique de l'artiste . Pour illustrer les revenants et autres formes spectrales , il propose des couleurs lumineuses ainsi que des effets en transparence du plus bel effet . C'est un dessin qui colle parfaitement au public ciblé : les jeunes ados . Un album dans la lignée des sorties Jungle du moment qui devrait faire mouche . Mais attention , si vous n'êtes pas sage , Baron Samedi viendra !! En lien, la page internet de l'éditeur afin de mieux apprécier les dessins : https://editions-jungle.com/livres/lizy-vaudou-le-fragment-dame/ Autres infos : https://editions-jungle.com/livres/lizy-vaudou-le-fragment-dame/ Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/lizy-vaudou/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
×
×
  • Créer...