Aller au contenu
  • S’inscrire
  • Salut,

    Vous trouverez ici les dernières critiques/infos et sujets qui ont été réalisés sur 1001bd.

    SI vous cherchez d'autres informations ou si vous avez des questions venez en discuter avec nous sur le forum !

Dernières Critiques

Meilleur contenu de la communauté, rassemblé manuellement par l’équipe.

Les aventures de Roxy t4
Scenariste: Rifujin Na Magonote Dessinateur: Shoko Iwami Editeur: Doki-Doki
Bon je ne vais pas argumenter sur le fait qu'on aime le personnage de Roxy. Tout le monde aime le personnage de Roxy ! Et ça à suffit à notre bonheur lors des trois premiers tomes. 

Mais là à la fin de ce tome 4..... Et bien j'aurais envie de dire : Pourquoi ne pas se concentrer sur la série mère plutôt ? Vous savez celle que tout le monde attends et qui sort à vitesse d'escargots (pour les mangas).... Car si ce tome 4 n'est pas mauvais, il dépasse tout juste le sympathique. 

On continue d'en apprendre plus sur Roxy et sur ce qu'elle fait en parallèle du périple de Rudeus mais quelque part cela impact peu la série mère et l'histoire fournis est de bien moindre envergure. Aucun lien avec les grandes puissances mystères du monde ni même avec Rudeus lui-même. Un spin off fait pour vendre des mangas et plaire aux fans.

Pas désagréable mais on aurait préféré lire ca une fois la série principale finie...
Note :
  • 0 réponse

Ascender tome 2 - La mer morte
Scenariste: Jeff Lemire Dessinateur: Dustin Nguyen Editeur: Urban Comics
Je ne m'attendais pas à apprécier le changement de genre en passant de la science-fiction de Descender pour poursuivre avec de la fantasy avec Ascender, pour le second cycle. L'histoire se sépare en plusieurs parties qui suivent chaque protagoniste important comme Andy qui est fait prisonnier, sa fille Mila qui tente de quitter la planète en compagnie de Tesla et Helda ou l'histoire de la Mère vampire. Jeff Lemire nous propose aussi un flash-back durant un chapitre pour nous faire la transition entre Descender et Ascender pour Telsa et le docteur Quon. Lemire reste constant sur cette série en comparaison avec sa série de super-héros Black hammer. Il réussit à conserver beaucoup d'intérêt pour le lecteur même si la trame de fond ressemble à celle de Descender avec des personnages qui essaient de retrouver un enfant ou un enfant-robot dans le premier cycle. Les aquarelles de Dustin Nguyen sont magnifiques même si certaines petites cases font assez brouillon.
Après deux tomes de qualité, Ascender confirme que cette suite sera prenante.
Note :
  • 21 réponses

Hasu
Scenariste: Leen Dessinateur: Leen Editeur: Autres Editeurs/Auto editions
Nouvelle série auto éditée par Leen qui se déroule toujours dans le Japon Féodal. Cette fois-ci cependant, on est clairement dans une BD à l'érotisme un brin voyeur assumé. Mais Leen sait s'y prendre pour dessiner les galipettes, alors ne boudons pas notre plaisir. Graphiquement c'est toujours aussi réussi et le passage en grand format de BD façon franco belge réussit très bien à Leen. Evidemment si vous êtes allergiques au style manga, passez simplement votre chemin. 

L'histoire est pour le moment assez classiques avec ce réseau d'espionnes / Geisha / Ninja mais c'est un premier tome de mise en place, et je gage que la suite sera un brin plus complexe avec un développement des personnages qui gagneront en profondeur. 

Ceci dit, déjà en l'état, pour les amateurs du genre, ne boudez pas votre plaisir, c'est frais et très sympathique. 
Note :
  • 0 réponse

Jeremiah Johnson - Chapitre 1
Scenariste: Fred Duval & Jean-Pierre Pécau Dessinateur: Jack Jadson Editeur: Soleil
Ah c'est sûr que quand vous lisez sur la couverture d'une BD Jeremiah Johnson, en bon européen qu'on est, on pense forcément au héros du film. Film magistral d'ailleurs qui a su marquer les esprits lors de sa sortie. Bon et bien oubliez tout lien possible entre ces deux héros dans un premier temps. Ce Jeremiah Johnson là est d'une rare violence, ses valeurs sont assez floues, et il n'y a pas l'once du début d'un politiquement correct dans ce chapitre 1. On est bel et bien dans les mythes de la conquête de l'Ouest avec sa vérité poisseuse sur la vision que les colons pouvaient avoir des populations natives. 

Si vous cherchez un gentil trappeur, allez chercher vos Buddy Longway ou repassez vous des histoires de Davy Crockett. 

Ce Jeremiah Johnson est donc âpre et dur. Soit. Ce tome 1 est une bonne introduction au personnage, même si l'on a parfois plus l'impression de lire un documentaire sur la vie un poil romancée de Jeremiah Johnson que de bouquiner un Western. La faute a des personnages secondaires qui défilent sans vraiment peser, et à une narration qui a sauter d'événement important en événement important nous laisse simple spectateur de l'histoire. Cette impression est évidemment renforcée par le dessin soigné mais à mon goût trop impersonnel de Jack Jadson. Un peu dommage donc, tant l'histoire racontée aurait pu avoir encore plus d'envergure. Le mythe du bonhomme et même le film méritaient peut être une réécriture de son histoire plus vivante.

 

 
Note :
  • 11 réponses

Reperes tome 2 - 2000 nouveaux dessins pour comprendre le monde
Scenariste: Jochen Gerner Dessinateur: Jochen Gerner Editeur: Casterman
Un nouveau livre de référence pour les toilettes !!! Cool ! Sans blague ce n'est absolument pas une insulte pour moi. Loin de Là. 

Cela décrit juste des lectures qui prennent moins de 5 minutes et qui sont autonomes. Et c'est exactement le cas de ce Repères. Il nous livre des explications rapides et intéressantes sur le monde en générale. Différents sujets sans aucun lien entre eux mais qui sont expliqués rapidement (2 petites pages avec les dessins) et rendent certaines informations accessibles aux plus grands nombres. 

Par des explications historiques il permet aussi, rapidement donc, de mieux comprendre certains enjeux actuels. Une vraie mine d'information qui se distille au rythme d'un ou deux par jour pour ne pas être en overdose d'informations. 

 Certains diraient que c'est une BD pour préparer le café entre collègues et ils n'auraient pas tort.

Moi je préfère le terme de BD de toilette. Car vu le temps qu'on y passe sur toute une vie, ça en fait les albums les plus ouvert de toute bibliothèque.

Note :
  • 0 réponse

Spirou chez les soviets
Scenariste: Fred Neidhardt Dessinateur: Fabrice Tarrin Editeur: Dupuis
Alors soyons bien clairs d'entrée : certains n'aimeront pas. Ceux qui cherchent des Spirou aventureux comme on a pu en avoir dans la série peuvent passer leurs chemin directement. Ceux qui n'ont pas lu beaucoup de BD franco-belge des années 70-80 aussi car ils rateront une bonne partie des références.  Car ce Spirou chez les soviets est un hommage humoristique à Tintin et à la BD franco-belge des années 70 -80, justement.

Déjà point de décalage temporel. On revient dans cet album à un Spirou vivant en pleine guerre froide. On retrouve surtout des Spirou et Fantasio complètement inclut dans le monde Dupuis avec des visites à la rédac, des croisements de Gaston et consort dans les couloirs etc....

Ensuite on enchaîne les blagues et les clichés sur les Russes mais aussi les critiques du capitalisme avec un Truman au sommet de sa forme. On rigole bien dans ce Spirou. On rigole à l'ancienne en se moquant des extrémistes de tout bord. 

Le seul point un peu moins bien réussi, de mon point de vu, est la fin que je trouve un peu trop rapide.... il aurait peut-être été plus dans le thème d'avoir un fin plus osée 🙂

Reste que cet album est un excellent Spirou qui ravira les lecteurs de BD franco-belge de la fin du XX ieme siècle.
Note :
  • 8 réponses

Fire Force T15
Scenariste: Atsushi Okubo Dessinateur: Atsushi Okubo Editeur: Kana
Au qu'il est bon ce tome 15. Les précédents étaient déjà sympa avec une vraie avancée dans l'histoire du pays et de la secte du feu mais celui la c'est carrement LE tome qu'on attendait depuis ... ben le début 🙂

Exit (quasiment) la 8ieme brigade sur ce tome ci. On a le droit à une investigation du Joker sur les vérités derrière le religion du feu... et la boum tout explose et on nous dévoile le gros de l'histoire sur un seul tome. Sur la religion, sur Amaterastu, sur le passé, sur la grande guerre, sur la création de la religion, sur l'adora link, le grand prédicateur...

Ce en fait donc un des tomes les plus prolifique en histoire de toute la série. Et Atsushi Okubo réussi à quand meme nous livrer des scènes de batailles plutot sympa. 

On attend maintenant la suite avec une envie qui m'avait quitté depuis un moment sur cette série.

Et devinez quoi ? Elle arrive en Octobre 🙂

 
Note :
  • 0 réponse

l'oiseau rare t1
Scenariste: Cédric SIMON Dessinateur: Eric Stalner Editeur: Grand Angle
Voilà une BD qui correspond parfaitement à sa maison d'édition : la bd comme au cinéma.

Car cet Oiseau Rare est une vraie histoire de cinéma. Un scénario robuste ni trop ambitieux ni trop déluré. Une mise en image superbe avec des belles vue de la capitale à une époque où le béton ne régnait pas en maître partout. Des personnages attachant qui portent une histoire dramatique et un premier tome qui énonce encore un peu plus nos amis avant, on s'en doute, une belle remontée dans le tome suivant.

On se croirait au cinéma devant un drame d'époque dont l'on sait pertinemment qu'il finira bien mais qui nous fait vibrer quand même pour ses personnages.

L'oiseau rare c'est tout cela mais porté en plus par le dessin toujours très beau.  d'Eric Stalner

L'oiseau rare c'est donc une réussite pour tous ceux qui ne sont pas à la recherche d'originalité.
Note :
  • 0 réponse

Kingdom T41-42
Scenariste: Yasuhisa Hara Dessinateur: Yasuhisa Hara Editeur: Autres Editeurs/Auto editions
Dur dur de repartir apres avoir atteint un sommet tel que celui du tome 40. En effet après autant d'attente, l'arrivée officiel au pouvoir d'El Sei au depends de Ryo Fui, est la conclusion des 39 tomes précédents. Rebondir était donc chose compliquée et Yasuhisa Hara a choisi la voie de la sagessse : des tomes introductifs nous laçant tranquillement vers la deuxxième partie de l'histoire, la conquete de la chine. 

Je dis tranquillement parce que ce tome 41 pose les objectifs de chacun : faire partir des 6 nouveaux grands Generaux pour Shin et unifier la chine en commencant par obtenir le l'engagement du peuple pour El Sei.
Il est donc plus question de politique et de période de paix qu'autre chose. Mais cela permet de lancer une série de combat ou Shin va chercher à briller pour atteindre ce statut si convoité.

Et cela commence dans le tome 42, par la bataille de Kokuyou contre l'état de Zhao. Bataille assez standard mais mise en avant par le conflit de personnalité entre Shin et.... le fameux general Kanki.

On remonte doucement en puissance pour cette série decidement hors normes.
Note :
  • 0 réponse

A bord avec thomas Coville - la quete ultime
Scenariste: Chenet Alexandre Dessinateur: Garreta Arnaud Editeur: Dargaud
Apres deux superbes albums sur le Vendée Globe (Histoire du vendée globe et Seul autour du monde), Arnaud Garreta et Alexandre Chenet nous livre un nouvel album sur les marins et leurs univers. Cette fois il est question de Thomas Coville pour rien de moins que son record du tour du monde à la voile en solitaire.  49 neufs jours passés tout seul sur son bateau. 49 jours de mers differentes, de météos capricieuses et de choix tactiques et techniques pour réussir l'impossible : Un tour du monde en moins de 50 jours !

On retrouve avec enormement de plaisir les dessins et la coloration de Arnaud Garreta. Il reussit comme peut de monde à retranscrire aussi bien la beauté de la mer que sa complexité et ses dangers.Il nous fait vivre au jour le jours les désillusions, les joies et les frayeurs de Thomas Coville. Le petit changement sur cet album ci est la part belle donnée à l'équipe de suivit et à l'importance de ces personnes, tant au niveau preparation que suivit psycologique et technique.On y découvre une vraie relation de confiance entre le skipper et son équipe.

Une vraie et belle aventure qui fait rêver son lecteur et l'emmenant la ou il ne pourrait aller. Il est a noter sur cet album ci que nos auteurs consacrent une partie de l'album sur la course aux évolutions technologiques des bateaux et sur l'ambitions des skipper à creer une course autour du monde. Cela ajoute un coté plus complet au métier de skipper avec la partie "conception de bateau" / planification/ entrainement en plus de la course elle meme.

Une BD pour tous les aventuriers du quotidien !
Note :
  • 2 réponses

Rattrapage : Lord Jeffrey
Scenariste: Henberg Dessinateur: Hamo Editeur: Autres Editeurs/Auto editions
Je vous avais parlé des éditions Kennes durant les vacances via leur offre promotionelle deux acheté un offert. Et j'avais eu le tord, après lecture de ce Lord Jeffrey, de dire que ces éditions faisaient exclusivement des BD pour jeunes filles.

Car ce Lord Jeffery est une vraie Excellente BD pour tous. Deja le maquettage de l'album est magnifique. Les "dorures" extérieures mais aussi l'album entier, sont somptueusement realisées. Et cerise sur le gateau, l'interieur vaux autant le detour que l'extérieur. Lord Jeffrey c'est une aventure jeunesse comme on en trouve peu. En effet on se croirait dans une aventure à mi chemin entre le club des 5 et un roman d'Agatha Christie. Une BD qui ne prend pas le jeune lectuer pour un gamin non a même de comprendre une intrigue un peu complexe.

Il y a un jeune héros tous sauf bête, un père mysterieux, une organisation secrète, un campus étrange et ,surtout, une construction du mystère superbement efficace ! On se delecte d'etre mené par le bout du nez par notre scénariste du début à la fin. Comme dans un Hercule Poirot on essaye de rassembler tous les petits indices pour comprendre, comme le fait Jeffrey, l'ensemble du msytère qui plane autour du père.

Une vraie petite pépite dont la suite arrive la 21 Octobre !

Chouette 🙂

 
Note :
  • 1 réponse

Labyrinthus t1/2
Scenariste: Bec Dessinateur: Neaud Editeur: Glenat
Efficace. C'est le terme qui correspond surement le mieux à notre amis Christophe Bec. Car sans ne rien vous dévoiler du scénario... j'ai eu comme une grosse impression de déjà-vu.

On retrouve des vaisseaux extraterrestres, la fin du monde, une team de scientifique et de barbouze, une mission qui tient la fin du monde dans ses mains...  Mais comme souvent (sur les premiers tomes en tout cas) c'est efficace. Un dessin un peu dur pour nous montrer la difficulté de la tâche et représenter la fin du monde. La coloration est sombre parce que l'ambiance est la tension est en à son comble.... du 100% Bec.

Les seules vraies surprises sont :

l'éditeur


les deux tomes (annoncés .....)


Donc je ne saurais trop quoi vous dire : Si vous adorez le genre Bec et que vous n’êtes pas lassé, vous pouvez y aller. Si vous ne connaissez pas Bec, allez y à (100%) car vous aurez une histoire clôturée en 2 tomes. Si vous n'aimez pas Bec... vous êtes déjà partit de toute façon 🙂 .

Pour ma part je demande à voir une histoire qui finit en 2 tomes.
Note :
  • 8 réponses

Les nouvelles aventures de Barbe rouge t1 : pendu haut au court
Scenariste: Jean-Charles Kraehn Dessinateur: Stefano Carloni Editeur: Dargaud
Le retour de Barbe rouge. Je vais être honnête, c''est pour moi le retour des BDs que je lisais chez mes grands-parents. Les BDs de mon papa. Les couvertures souples, les lectures de vacances, les odeurs de poussière et une nostalgie qui monte rien qu'à y penser.

C'est donc une critique pas complètement neutre que je vais faire. Car il est difficile de séparer ses souvenirs de cette lecture. Surtout que mon bilan de cette lecture serait que nos auteurs on "trop bien fait" leur travail. En effet on s'y croirait. On se croirait vraiment dans une aventure de barbe rouge. On y retrouve le caractère fort en gueule de notre pirate, son envie d’aventure mais aussi le classicisme des BDs d'autres fois. Ce classicisme  n'enlève aux qualités de l'aventure qui reste une vraie aventure de pirate mais elle tranche un peu  avec ouvrage plus récent sur le sujet. 

Mais c'est aussi ce côté classique qui a fait ressortir mes souvenirs de jeunesse et m'a offert un bon moment de lecture, en-plein d’une belle nostalgie.

En bref, porté par un dessin très sympa, ce barbe rouge ravira les fans de récit de pirate et les fans des premiers barbe rouge mais aura peut-être plus de mal à convaincre de plus jeunes (et nouveaux) lecteurs.

PS: j'ai essayé avec ma fille de 12 ans, ça n'a pas marché 😞
Note :
  • 6 réponses

The cautious hero t1&2
Scenariste: Tuchihi Dessinateur: Koyuki Editeur: Doki-Doki
En voilà un manga étonnamment... sympa. En effet on dirait, à la couverture, que ce n'est qu'un autre manga de fantasiy comme on en a déjà lu 2000 et donc Doki-Doki devient un peu trop un des portes étendards. Et bien en fait pas vraiment. Tout cela grâce au héros et au côté "moquerie"/critique des mangas de ce genre.

Rien que l'anti-héros qui st fait super balaise parce qu'il réfléchit a tous les cas possible c'est sympa. La tête des méchants quand ils se rendent compte que le héros a tous prévu...En ajoutant à cela une déesse cruche comme ses pieds qui se fait bâcher par le héros à tout bout de champ, on se retrouve avec un manga humoristique plutôt sympa .

Un bon moment de détente là où je n'espérais rien.....C'est déjà vraiment pas mal.
Note :
  • 0 réponse

Yasmina t1 Master classe
Scenariste: Mannaert Dessinateur: Mannaert Editeur: Dargaud
Le retour de Yasmina ! Apres avoir vaincu bravement les mangeurs de patates, elle a le droit à sa propre série ! La voilà en quête d'un nouveau Graal : instaurer des cours de cuisine/bien manger dans son collège !

Rien de moins que toucher au Roi Burger des collégiens ! Entre critique de la mal bouffe et de l'absence (même si ça dépend des collèges, hein ) de réactions des instances,  Mannaert nous reviens avec une Yasmina plus motivée que jamais. Pour ne pas sombrer dans l'extrémisme à fond, notre auteur ajoute à ce tome les problèmes de travail du père de Yasmina. Et heureusement car si on a vite fait le tour de la croisade de notre jeune chef, la réorientation du père est, elle, extrêmement savoureuse avec des gags très sympa et des personnages secondaires haut en couleurs.

Un ensemble qui fait de Yasmina une lecture à la fois intéressante, pertinente et marrante.

A lire et à faire lire !
Note :
  • 0 réponse

Horseback-1861
Scenariste: David Hasteda Dessinateur: Nikho Editeur: Ankama
Le scénariste David Hasteda a fait ses preuves sur plusieurs histoires courtes de Doggybags mais aussi des histoires plus longues sur les Doggybags présente et l'excellent Doggybags, Mapple squares. Aujourd'hui, l'auteur revient avec westen pour changer de registre mais toujours avec une touche de fantastique. En effet, Hasteda imagine une uchronie pour s'attaquer à l'histoire américaine. Le récit se focalise sur un ancien chasseur de prime qui décide d'ouvrir une société de convoyage pour ses vieux jours. Il monte une équipe avec des proches dont sa fille. Il faut quelques temps pour se mettre dans l'histoire qui semble complexe au premier abords avec le côté historique. Progressivement on peut profiter de l'ambiance et de l'intrigue qui prend son temps pour installer une bonne atmosphère. 
La partie graphique est réalisée par Nikho, un nouveau dessinateur dans le monde de la bande dessinée. Son style convient bien au label 619, avec un trait anguleux et nerveux. Quelques cases pourront paraître brouillon mais l'ensemble est de qualité.
Les amateurs de western trouveront leur compte avec ce titre qui revisite le genre à travers 150 pages. En bonus, un poster sera offert aux premiers acheteurs.
Note :
  • 3 réponses

Tomahawk
Scenariste: Patrick Prugne Dessinateur: Patrick Prugne Editeur: Autres Editeurs/Auto editions
Patrick Prugne continue ses récits d'aventure sur le nouveau continent au XVIIIème siècle, avec des tribus amérindiennes même si cette fois c'est un soldat français qui est héros de l'histoire. Les scénarios de Prugne sont assez basiques en général et manquent de profondeur mais on se laisse vite prendre au jeu. On suit la chasse à l'ours d'un soldat qui veut se venger alors qu'il est lui-même poursuivit par des soldats anglais accompagnés de Mohawks. 
Avec Tomahawk, on se retrouve contemplatif des magnifiques planches de Prugne qui nous plonge dans son univers réaliste et historique avec le démarrage de la guerre de sept ans entre les anglais et français. L'album se termine sur plusieurs pages d'esquisses, de recherches graphique et autres illustrations ainsi que quelques explications de l'auteur pour ses influences.
Tomahawk est la sixième bande dessinée sur les amérindiens et l’Amérique du nord depuis Canöe Bay. Les dessins et peintures de Prugne gagnent en qualité et c’est toujours avec beaucoup plaisir que je découvre ces nouveaux albums. 
Note :
  • 5 réponses

Le jour ou la nuit s'est levée
Scenariste: Beka Dessinateur: Marko Editeur: Bamboo
Je vais commencer par dire que je suis plutôt client des "Le jour où..." et de ses thèmes qui tournent autour du questionnement intérieur. J'avais donc vraiment hâte de livre ce tome ci, qui ressemblait à une "conclusion" avec différents personnages vu précédemment qui se retrouvent.

Et bien.... j'ai été déçu. Déçu car j'ai trouvé, en tant que papa de 3 enfants, ce tome trop à charge sur les parents. Il sort de cet album qu'il n'y a pas de bons parents. Sans jamais prendre en compte le coté de l'adulte, Beka nous livre une série d'enfance difficile mais vu du point de vue de l'ancien enfant qui fait son auto psychanalyse

La partie qui m'a le plus choqué est l’affirmation comme quoi il n'y a pas de famille où les gens s'aiment et où tout va bien. Dire que cela induit forcement de se voiler la face c'est super dur comme affirmation. En effet cela montre un coté très sombre de la famille qui ne montre pas qu'une famille (un groupe en général) c'est une sommes de personnes qui font des compromis. Enfants comme parents bien entendu. Je suis surpris de l'analyse de Beka sur le sujet. Tout montre dans ce récit qu'on est que mieux tout seul sans personne. Alors même que, sans être parents, être en couple est la plus grande preuve de l'existence du compromis. Sans compromis d’aucun membre, dans une famille, on aurait une somme d’égoïsme qui tournerait au drame.

Et je pense que Beka s'en est rendu compte en faisant une conclusion qui va à l'encontre de la diatribe anti famille qu'est le début d'album. Mais cette conclusion ne suffit pas, pour moi,  à contrebalancer le reste de l'album. On ne parle jamais du côté des parents débordés, en dépressions ou encore du point de vue des parents qui, par des fait de vie, ne s’entendent plus et dont leur côté égoïste/enfantin (on boucle J ) reprend le dessus ce qui amène à l’explosion de la famille (enfants y compris).

Bref je trouve cette analyse vraiment trop simpliste et j’avoue que je suis étonné que Beka se soit contenté de cela. Si Beka est de passage sur le net, j'aimerai son éclaircissement sur la question 🙂
Note :
  • 1 réponse

Dylan Dog : Le point de vue des Zombies
Scenariste: Tiziano Sclavi Dessinateur: Gigi Cavenago Editeur: Mosquito
Avec le point de vue des zombies on arrive au cinquième épisode la série Dylan Dog aux éditions Mosquito. Comme pour les précédents, on retrouve une nouvelle équipe artistique avec Tiziano Sclavi et Gigi Cavenago qui se chargent d'un tome qui regroupe quelques histoires courtes autour de Dylan Dog. L'ambiance est fantastique avec une touche horrifique comme souvent, avec des zombies, de la magie et de l'ésotérisme. Dylan dog ne participe pas à toutes les histoires courtes de ce recueil de 70 pages. 
La partie graphique est très originale et apporte énormément au titre. Les dessins sont dans un style réaliste avec une mise en couleur très colorée et des couleurs flashy pour un rendu de qualité. Le démarrage du point de vue des zombies est très impressionnant graphiquement, sans parole avec Dylan qui extermine quelques zombies en costard dans un cimetière. 
Dommage que l'histoire principale ne dure pas plus de page, même si la fin reste ouverte pour une suite plus tard. Les amateurs de la série s'y retrouveront avec ce tome et les autres pourront découvrir la série comme il n'est pas nécessaire de connaitre les premiers tomes qui sont des histoires indépendantes.
Note :
  • 0 réponse

Les francais et la BD, une étude inédite
ÉTUDE « LES FRANÇAIS ET LA BD »

La lecture de BD, entre plébiscite et fossé générationnel

Mardi 8 septembre 2020, le Centre national du livre (CNL) a rendu publics les résultats de son étude, conduite par Ipsos, sous forme de webinaire ; consultable ici. 

Dans le prolongement des réflexions qu’il a déjà menées sur les liens qui unissent les Français au livre et à la lecture, et dans le cadre de BD 2020, le CNL a souhaité analyser les rapports des Français avec la bande dessinée. Cette étude s’est donné pour objectifs de :

mesurer les pratiques des Français, âgés de 7 à 75 ans, en matière de BD ;


mieux comprendre leurs motivations ou leurs freins à lire des BD ;


identifier les leviers qui les amènent ou les amèneraient à la lecture de BD.


Les principales conclusions à retenir

Portée par un lectorat plutôt masculin et très importante pendant l’enfance, notamment entre 9 et 13 ans, la lecture de BD recule avec l’âge.


Les Français lisent prioritairement des albums et Astérix est leur BD préférée. Toutefois, le manga est aussi plébiscité par les préadolescents et adolescents. 


Si la famille est la première prescriptrice de BD chez les enfants, dès 16 ans, le choix est largement autonome et les conseils ou recommandations ont moins de poids.


Le plaisir et la détente sont les principales motivations de lecture de BD, chez les enfants comme chez les adultes.


Avoir du temps est un important levier d’incitation à la lecture de BD chez tous les Français. S’ils avaient plus de temps, la lecture de BD serait la 4e activité privilégiée. 


  • 9 réponses

The rising of the shield hero t15
Scenariste: Yusagi Aneko Dessinateur: Kyu Aiya Editeur: Doki-Doki
Ahhh le retour d'un de mes chouchous..... Enfin l'un de mes chouchous du passé. Non je ne vais pas être trop méchant aujourd'hui : la série est toujours très sympa et ce tome 15 particulièrement.

Ce tome ci accélère un grand coup l'histoire et nous offre plein d’éclaircissement sur l'univers du héros au bouclier. On en apprend surtout beaucoup sur Lark et ses amis venus d'un autre monde. Et l’ambiguïté ne fait qu'augmenter sur le véritable rôle de ces personnages. Mais on sait maintenant vraiment à quoi s'en tenir au niveau des univers/monde de cette série.

Tout va bien me direz et l'on se dirige vers une fin de série à plus ou moins court terme. Et bien c'est sans compter... la fin de ce tome ci qui, si elle est TRES sympa niveau histoire,  relance... ben quasiment tout en fait..... oui oui. Enfin on espère bien que ce soit transitoire. Mais potentiellement non.

Et cette potentialité fait super peur ....
Note :
  • 0 réponse

Prez
Scenariste: Russell Mark Dessinateur: Ben Cldwell Editeur: Urban Comics
Rhhhaaaa on parle des français mais il semblerait bien qu'il y ait des choses qu'on ne peut pas faire aux états Unis dont la première est bien de se foutre la gueule du pays lui-même et de ses dérives trop nombreuses pour être listées. 

En effet c'est la deuxième fois que sort Prez et pour la deuxième fois sa parution est raccourcie. Encore dans les années 70 on pouvait l'imaginer mais en 2019. Avant de lire ce Prez je pensais tout simplement que le comic serait moyen voir mauvais. Mais en fait pas du tout. Les dessins sont très bons (dans le style à la mode aux US genre the Weatherman, Black science etc...) et le scénario pour le moins...  enormissime en forme de critique au vitriol de tous ce qui ne va pas aux US. Des armes, en passant par les lobbies, le règne des puissants, les différentes fractures sociales, du système de santé défaillant....

Et si d'un point de vue européens c'est délicieux plein de personnages hyper caricaturaux, il semblerait que ce "reboot" de Prez n'ait pas plus outre atlantique car la série qui devait compter 12 numéros n'en compte que 6... Ce qui joue forcement sur la qualité du dernier chapitre avec une fin un peu précipité et surtout une ouverture qui ne verra jamais le jour.

Il faut donc se dire qu'être plus ambitieux (en termes de critique ouverte des problématiques de société) que Vaughan et son excellent Ex Machina ne semble pas encore être possible. C'est bien triste car j'aurai aimé voir notre Prez reprendre l'initiative comme dit ! 

Cette intégrale reste donc une excellente lecture mais qui aurait formé un ensemble encore plus sympa si l'histoire avait été au bout des idées des auteurs.
Note :
  • 0 réponse

Ghost Kid
Scenariste: Tiburce Oger Dessinateur: Tiburce Oger Editeur: Grand Angle
Un nouveau Western signé de Tiburce Oger, c'est un plaisir que je ne pouvais pas laisser passer. Il faut dire que son Buffalo Runner reste pour moi une sacrée référence, et que les intégrales de Gorn trônent dans ma bibliothèque un peu plus loin.  Alors si je rajoute que j'ai été éduqué au milieu des Blueberry et autre Comanches, et que cinématographiquement parlant mon papa est un amoureux d'Il était une fois dans l'Ouest ne venez donc pas chercher une once de neutralité, d'impartialité ou de juste mesure dans ma chronique de ce Ghost Kid. 

J'aime le Western, j'aime les histoire de Tiburce Oger, alors vous pensez bien que je n'allais pas faire la fine bouche. 

 

Ceci dit mon problème était plutôt que ce Ghost Kid venait très largement chasser sur les plates bandes de Buffalo Runner. Pensez donc, un vieux cowboy dans une mission désespérée qui permet de traverser l'Ouest plus ou moins sauvage... Du déjà vu. Du archi déjà vu même. Et pourtant pas de débat ni de suspens pour moi : c'est réussi. 

 

C'est réussi car pour une fois, Tiburce Oger ne nous livre pas une histoire ou une fin trop dure. On est assez loin de Buffalo Runner et de son twist final. Et quelque part heureusement. Il y a beaucoup plus de mélancolie, de poésie, et d'un indéniable charme dans ces aventures de notre vieux cow-boy. Oui on retrouve évidemment quelques coups de pétoire dans ce Western, mais à peine plus que le minimum syndical voulu par le genre. 

Graphiquement, les amateurs de l'oeuvre de Tiburce Oger ne s'y tromperont pas vraiment, c'est du bon. On sent que l'auteur a pu peaufiner son livre et c'est tant mieux. Toujours pas  d'objectivité dans mon propos, j'adore. Le dessin colle à la mélancolie de la traversée de l'Ouest, et à la sauvagerie des hommes. Les visages sont comme toujours hyper expressifs et réussis en terme d'empathie. 

 

Alors finalement, ce Ghost Kid il est mieux que Buffalo Runner ? ............lire la suite en cliquant sur le sujet !

 
Note :
  • 11 réponses

Rip tome 3 - Ahmed au bon endroit au mauvais moment
Scenariste: Gaet'S Dessinateur: Julien Monier Editeur: Autres Editeurs/Auto editions
Ce troisième opus de la série RIP se focalise sur le personnage d'Ahmed, le policier infiltré comme on a pu le découvrir dans les épisodes précédents. D'ailleurs, ce tome démarre avec un passage du premier album, avec toute l'équipe qui rend visite à Ahmed suite à la disparition d'une bague de grande valeur. En effet, tous les personnages principaux de RIP travaillent pour une sombre société qui se charge de récupérer toutes les choses de valeur dans les maisons et appartements de décès pas encore déclarés à la police. L'ambiance peut sembler glauque aux premiers abords avec toutes les mouches, les insectes et autres nuisibles qui s'installent, pondent ou dévorent les cadavres mais les auteurs gèrent à merveilles leur histoire avec quelques touches d'humour et des dialogues bien pensés. Chaque épisode est consacré à un personnage clé de l'histoire, le premier tome nous présentait Derrick, le second Maurice et maintenant Ahmed. Nous sommes arrivés à la moitié de l'histoire comme la série est prévue depuis le début en six tomes. Au niveau des dessins, Julien Monier poursuit son travail méticuleux pour nous dépeindre cet univers réaliste et souvent morbide.

Le premier tome m’avait agréablement surpris à sa sortie, la suite restait dans le même registre mais ce troisième tome relance avec beaucoup d’intérêt la série. Les flash-backs sont nombreux dans la série ainsi que les scènes vues d’un autre angle suivant le personnage ou l’album, nous donnent une autre vision de l’histoire.
Note :
  • 10 réponses

Après le monde
Scenariste: Timothée Leman Dessinateur: Timothée Leman Editeur: Autres Editeurs/Auto editions
En voilà un véritable coup de cœur.... graphique. Vraiment. Une énorme claque tant pas les décors que part ces personnages dont les sentiments transpirent comme rarement et qu'on a envie de suivre et de soutenir tout au long de l'album. Et la coloration n'est pas en reste avec une gestion des ombrages qui est somptueuse et qui rend l'atmosphère post apocalyptique palpable.

 

Mais pourquoi cette BD n'a-t-elle pas de petit cœur devant elle alors ? Et bien (et j'ai hésité) parce que la fin m'a légèrement déçue.  Non pas qu'elle ne soit pas belle.  Non juste parce qu'elle, comme beaucoup trop d'album en ce moment, laisse au lecteur imaginer sa fin. Très peu directive elle évite un certain nombre de réponses et, sous couvert de faire travailler notre imaginaire, se défausse du risque de trouver une vraie réponse aux questions que l'on se pose.

Si j'aime bien les fin ouverte qui nous font réfléchir, quand cela l'est trop on a quasiment l'impression que l'auteur lui-même ne savait pas vraiment conclure.

Et cela vaut malheureusement la perte d'un coup de cœur pour une BD qui reste néanmoins superbe visuellement et porteuse d'une belle histoire.
Note :
  • 4 réponses

×
×
  • Créer...