Aller au contenu
  • S’inscrire

Nickad

Members
  • Compteur de contenus

    472
  • Inscription

  • Jours gagnés

    8

Tout ce qui a été posté par Nickad

  1. Nickad

    Alma tome 1

    Titre de l'album : Alma tome 1 Scenariste de l'album : MITO Shinji Dessinateur de l'album : MITO Shinji Coloriste : Editeur de l'album : Panini Note : Résumé de l'album : Dans un monde en ruine d'où l'humanité semble avoir été éradiquée, Ray cherche désespérément d'autres survivants sous le regard inquiet de son amie Trice. Lorsqu'un attaquant venu du ciel tente de tuer Ray, Trice s'interpose et révèle au grand jour un secret caché depuis quinze ans... Commence alors pour le jeune homme un long voyage, guidé par les paroles de son amie. Critique : Alma est un bon et beau manga post-apocalyptique. Il commence avec Ray, un garçon perdu au milieu des ruines d’une ville moderne. Les décors sont magnifiques, les bâtiments effondrés, les voitures à l’abandon, les vitres cassées… tout nous permet de nous plonger dans l’ambiance de fin du monde. L’auteur a pris soin des détails et propose des points de vue sous plusieurs angles qui donnent un vrai relief au dessin. Ray recherche chaque jour d’autres humains, tout en cartographiant la zone. Tout comme lui, on apprend au fur et à mesure le contexte, on découvre que ce monde était technologiquement très avancé (son animal de compagnie est en partie mécanisé), on sent qu’il y a eu un conflit avec les robots, un peu comme dans le film A.I. (il y a d’ailleurs certains points communs) Le personnage de Ray, tout en rondeur, symbolise l’espoir, un regard nouveau sur la situation, son innocence permet à l’auteur d’apporter de la douceur, une certaine forme de poésie et surtout d’entamer une réflexion sur l’humanité. Ce 1er tome n’est que le début du voyage, on sent qu’il y a des secrets à découvrir et on a envie d’y aller. Un très bon début pour un récit fini en 4 tomes. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/alma-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  2. Nickad

    Trait pour trait tomes 1 et 2

    il y a quelques tomes en plus où c'est très fouillis...
  3. Nickad

    Trait pour trait tomes 1 et 2

    elle a adoré barakamon, en général elle lit de tout, faut dire qu'elle a grandi entourée de mangas, je crois que c'est juste l'histoire. Il y a des livres qu'elle n'apprécie que maintenant et c'est normal, il faut du recul sur certains (et de la connaissance aussi parfois) pour vraiment les apprécier
  4. Nickad

    Trait pour trait tomes 1 et 2

    Pour le coup, ma fille (qui vient d'avoir 18 ans !) n'a pas aimé du tout. Peut-être pas trop jeune pour apprécier le retour d'expérience, ensuite le graphisme est assez particulier, loin du manga "classique"
  5. Nickad

    Mushoku tensei T13

    tout le passage à l'école de magie est moyen, on tombe effectivement dans une ambiance un peu graveleuse qui n'apporte rien. Si ça peux te rassurer, j'ai l'impression au vu des derniers chapitres, qu'on s'oriente vers la recherche de ce qui s'est passé lors de la catastrophe quand tout le monde a été dispersé. Tant qu'il n'a pas réglé son "petit" problème... on va encore en entendre parler. Vivement qu'il parte de l'école pour aller chercher sa mère !
  6. Nickad

    Mashle tomes 1 et 2

    Je suis du même avis, c'est agréable de retrouver les références et c'est de l'humour sans arrière pensée, pas de critique en vue !
  7. Nickad

    Mashle tomes 1 et 2

    J’appréhendais un peu la lecture de ce manga, en pensant qu’on allait tomber dans le genre baston, baston et encore baston. Ce fut donc une bonne surprise ! Certes, on est dans un pur shonen avec la progression du héros jusqu’à son objectif tout en se faisant un cercle d’amis et en obtenant de la reconnaissance, mais pas que. Mashle est bourré d’humour, le héros a des réactions totalement inattendues, d’abord parce qu’il doit compenser son absence de magie par ses muscles mais aussi parce qu’il est totalement insouciant, avec une intelligence limitée et peu de connaissances. Ses réactions souvent inappropriées surprennent le lecteur. Même si la trame générale du manga se dessine assez clairement, ces petits chapitres sont plaisants et amusants. Et je vous rassure, il reste de la baston !! Impossible de ne pas voir l’influence d’Harry Potter dans l’univers de Mashle, l’auteur ne se prive pas de reprendre certaines scènes et de les revisiter. Entre chaque chapitre, il raconte son parcours et répond à des questions sur le manga et ses personnages. Mashle est donc un manga très sympathique, distrayant, qui ne manquera pas de vous faire sourire.
  8. Nickad

    Mashle tomes 1 et 2

    Titre de l'album : Mashle tomes 1 et 2 Scenariste de l'album : KOMOTO Hajime Dessinateur de l'album : KOMOTO Hajime Coloriste : Editeur de l'album : Kaze Note : Résumé de l'album : Dans une société où la magie fait partie intégrante et définit jusqu'au rang social, les personnes sans pouvoir n'ont pas leur place. C'est le cas de notre héros ! Élevé en cachette par son père adoptif, Mash aurait dû être tué à la naissance. Docile et un peu naïf, le jeune garçon a vécu tout en cachant son secret... Mais un jour, il finit par être découvert ! Sa survie dépend désormais de sa capacité à décrocher le titre d'«Élu Divin» la distinction la plus convoitée au sein de l'Académie Easton... Critique : J’appréhendais un peu la lecture de ce manga, en pensant qu’on allait tomber dans le genre baston, baston et encore baston. Ce fut donc une bonne surprise ! Certes, on est dans un pur shonen avec la progression du héros jusqu’à son objectif tout en se faisant un cercle d’amis et en obtenant de la reconnaissance, mais pas que. Mashle est bourré d’humour, le héros a des réactions totalement inattendues, d’abord parce qu’il doit compenser son absence de magie par ses muscles mais aussi parce qu’il est totalement insouciant, avec une intelligence limitée et peu de connaissances. Ses réactions souvent inappropriées surprennent le lecteur. Même si la trame générale du manga se dessine assez clairement, ces petits chapitres sont plaisants et amusants. Et je vous rassure, il reste de la baston !! Impossible de ne pas voir l’influence d’Harry Potter dans l’univers de Mashle, l’auteur ne se prive pas de reprendre certaines scènes et de les revisiter. Entre chaque chapitre, il raconte son parcours et répond à des questions sur le manga et ses personnages. Mashle est donc un manga très sympathique, distrayant, qui ne manquera pas de vous faire sourire. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/mashle-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  9. L’école est assiégée, les cadets font ce qu’ils peuvent pour tenir bon mais ils manquent d’informations sur l’équipement et la position de leurs ennemis. Pendant ce temps, Baltzar se retrouve coincé entre les ambitions de l’armée et celle du roi, en jouant sur les 2 tableaux, il arrive à monter un plan pour rejoindre ses élèves et essayer de les sauver. Deux tomes en plein dans la tourmente, pas de minute à perdre, il faut prendre des décisions, établir une stratégie et improviser de nouvelles techniques avec les moyens du bord. Passionnants du début à la fin, sans temps mort, on a ici un scénario bien ficelé avec des illustrations réalistes et détaillées. On a qu’une hâte : lire la suite et connaître le déroulement de ce conflit.
  10. Titre de l'album : Baltzar - la guerre dans le sang tomes 8 et 9 Scenariste de l'album : Nakajima Michitsune Dessinateur de l'album : Nakajima Michitsune Coloriste : Editeur de l'album : Meian Note : Résumé de l'album : Depuis le ballon d'observation, Baltzar guide les cadets de l'artillerie pour qu'ils effectuent des tirs de précision sur l'artillerie ennemie. Parvenu à la mettre en déroute, il atterrit dans l'école où il est accueilli en sauveur par ses élèves. Au lieu d'évacuer aussitôt le prince August comme il était prévu, Baltzar est décidé à mener d'abord cette bataille pour défendre l'école assiégée. Critique : L’école est assiégée, les cadets font ce qu’ils peuvent pour tenir bon mais ils manquent d’informations sur l’équipement et la position de leurs ennemis. Pendant ce temps, Baltzar se retrouve coincé entre les ambitions de l’armée et celle du roi, en jouant sur les 2 tableaux, il arrive à monter un plan pour rejoindre ses élèves et essayer de les sauver. Deux tomes en plein dans la tourmente, pas de minute à perdre, il faut prendre des décisions, établir une stratégie et improviser de nouvelles techniques avec les moyens du bord. Passionnants du début à la fin, sans temps mort, on a ici un scénario bien ficelé avec des illustrations réalistes et détaillées. On a qu’une hâte : lire la suite et connaître le déroulement de ce conflit. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/baltzar-tome-9-la-guerre-dans-le-sang?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  11. Arrête de me chauffer, Nagatoro est une comédie romantique, d’un côté il y a Nagotoro, jeune fille de seconde, sûre d’elle, enjouée, qui ne se laisse pas faire et qui ne mâche pas ses mots, de l’autre le senpai, garçon en classe de première, qui dessine des mangas, seul membre du club d’art plastique, solitaire, timide et qui n’a aucune expérience avec les filles. Le manga est une succession de scénettes, qui va opposer ces deux personnages, Nagatoro taquinant son senpai, notamment autour des relations filles-garçons, elle utilise sa sensualité et provoque des situations ambiguës sans jamais aller au bout. Si en première lecture, il y a un côté bon enfant, une ambiance rafraichissante, au 2eme niveau, on se rend compte que l’attitude de Nagatoro envers son senpai est très violente : elle lui fait espérer des événements pour qu’au final elle le traite de « repoussant » et va jusqu’à le faire pleurer. Le « qui aime bien châtie bien » est vraiment le maître mot de ce premier volume. Au fur et à mesure des chapitres, on commence à entrevoir que Nagatoro ne serait pas qu’une peste mais qu’il y aurait peut-être dans son comportement des intentions plus louables. Côté graphisme, le dessin est bien réalisé, les expressions des deux protagonistes sont parfaites. Le manga en est à son 8eme volume et va être adapté en anime, de quoi penser que les volumes suivants amèneront une évolution à l’histoire et que le scénario est plus complexe que cette mise en bouche. A suivre donc.
  12. Titre de l'album : Arrête de me chauffer, Nagatoro tome 1 Scenariste de l'album : NANASHI Dessinateur de l'album : NANASHI Coloriste : Editeur de l'album : Noeve Grafx Note : Résumé de l'album : Nagatoro est en seconde. Pleine d'assurance, joueuse, moqueuse, elle se découvre un jour un passe-temps favori : martyriser son «Senpai», lycéen de première timide et mal dans sa peau. Nagatoro taquine, agace, aguiche, va parfois trop loin... mais qu'a-t-elle vraiment derrière la tête ? Et si derrière ses moqueries elle cachait une véritable affection ? Et si finalement, ses farces permettaient à Senpai de s'affirmer ? Critique : Arrête de me chauffer, Nagatoro est une comédie romantique, d’un côté il y a Nagotoro, jeune fille de seconde, sûre d’elle, enjouée, qui ne se laisse pas faire et qui ne mâche pas ses mots, de l’autre le senpai, garçon en classe de première, qui dessine des mangas, seul membre du club d’art plastique, solitaire, timide et qui n’a aucune expérience avec les filles. Le manga est une succession de scénettes, qui va opposer ces deux personnages, Nagatoro taquinant son senpai, notamment autour des relations filles-garçons, elle utilise sa sensualité et provoque des situations ambiguës sans jamais aller au bout. Si en première lecture, il y a un côté bon enfant, une ambiance rafraichissante, au 2eme niveau, on se rend compte que l’attitude de Nagatoro envers son senpai est très violente : elle lui fait espérer des événements pour qu’au final elle le traite de « repoussant » et va jusqu’à le faire pleurer. Le « qui aime bien châtie bien » est vraiment le maître mot de ce premier volume. Au fur et à mesure des chapitres, on commence à entrevoir que Nagatoro ne serait pas qu’une peste mais qu’il y aurait peut-être dans son comportement des intentions plus louables. Côté graphisme, le dessin est bien réalisé, les expressions des deux protagonistes sont parfaites. Le manga en est à son 8eme volume et va être adapté en anime, de quoi penser que les volumes suivants amèneront une évolution à l’histoire et que le scénario est plus complexe que cette mise en bouche. A suivre donc. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/miss-nagatoro-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  13. Nickad

    Derniers Achats

    Et bien bon anniversaire et bonne lecture
  14. Nickad

    Les tisserands de la vérité tome 1

    Ce premier tome de la série est clairement une introduction, l’auteur prend le temps de définir son univers : un pays où certains naissent avec des pouvoirs magiques difficiles à maitriser sans étudier, des habitants hyper méfiants, voire même intolérants et détestables envers les sorciers, un contexte historique sur fond de guerre. Les deux personnages principaux sont deux sorciers, Léon maitrise ses pouvoirs mais ceux-ci sont trop faibles pour être jugés utiles par la société, il ne peut se cantonner qu’au rôle de professeur. Zechs, adolescent orphelin suite à une guerre semble avoir de grandes compétences mais ne sait pas les utiliser ni les contrôler et se retrouve considéré comme personne dangereuse voire à éliminer s’il ne peut pas être éduqué. Le graphisme est bien travaillé, avec détails et surtout les expressions des personnages sont superbes, on ressent bien le dégoût des habitants vis-à-vis des sorciers, la colère et le désespoir de ces derniers. Sur fond de contexte fantastique, il s’agit ni plus ni moins d’une lutte de société : dénoncer l’intolérance vis-à-vis d’une minorité, leur persécution, et montrer le combat qu’ils vont mener pour faire changer les choses tout en apprenant à se faire confiance. Une histoire bien menée, une lecture fluide où on ne voit pas le temps passer, un très bon début.
  15. Titre de l'album : Les tisserands de la vérité tome 1 Scenariste de l'album : SATÔ Sakura Dessinateur de l'album : INUZUKA Hiro Coloriste : Editeur de l'album : Komikku Note : Résumé de l'album : Au pays de Lavarta, il ne fait pas bon être sorcier. Ces derniers sont au plus bas de l'échelle sociale. C'est dans ce contexte que Leon, un sorcier aux faibles pouvoirs et professeur de magie, se voit confier un jeune garçon par la «forteresse de fer». Zechs, de son prénom, possède en effet d'extraordinaires pouvoirs, mais se refuse à étudier pour une raison inconnue... Leon pourra-t-il raisonner son nouvel élève réticent ? Critique : Ce premier tome de la série est clairement une introduction, l’auteur prend le temps de définir son univers : un pays où certains naissent avec des pouvoirs magiques difficiles à maitriser sans étudier, des habitants hyper méfiants, voire même intolérants et détestables envers les sorciers, un contexte historique sur fond de guerre. Les deux personnages principaux sont deux sorciers, Léon maitrise ses pouvoirs mais ceux-ci sont trop faibles pour être jugés utiles par la société, il ne peut se cantonner qu’au rôle de professeur. Zechs, adolescent orphelin suite à une guerre semble avoir de grandes compétences mais ne sait pas les utiliser ni les contrôler et se retrouve considéré comme personne dangereuse voire à éliminer s’il ne peut pas être éduqué. Le graphisme est bien travaillé, avec détails et surtout les expressions des personnages sont superbes, on ressent bien le dégoût des habitants vis-à-vis des sorciers, la colère et le désespoir de ces derniers. Sur fond de contexte fantastique, il s’agit ni plus ni moins d’une lutte de société : dénoncer l’intolérance vis-à-vis d’une minorité, leur persécution, et montrer le combat qu’ils vont mener pour faire changer les choses tout en apprenant à se faire confiance. Une histoire bien menée, une lecture fluide où on ne voit pas le temps passer, un très bon début. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/les-tisserands-de-la-verite-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  16. Nickad

    Looking up to magical girls tome 1

    Comment aborder la critique de ce manga… Je ne peux pas dire que je l’ai détesté mais je ne peux pas dire que je l’ai aimé non plus, disons que je ne l’ai pas trouvé désagréable. Le problème c’est ce qui vient à la fin, après la lecture. Car voilà, la seule chose qui reste c’est « and so what ? », car ce manga ne défend aucun thème important, il ne donne pas de leçon, il ne touche pas la corde sensible, et le développement de l’histoire semble assez limité. Pour faire court, ici le personnage principal est une jeune fille fan de magical girls qui va devenir contre son gré une méchante et se découvrir des penchants BDSM. Les seuls développement possibles (pour le moment) sont les techniques qu’elle va utiliser, l’acceptation de son côté sado et peut-être le fait qu’une des magical girls va se découvrir un penchant maso. Assez limité donc. Alors oui, on sort du cadre « normal » des magical girls qui pour ceux qui ne sont pas adeptes, sont les super héroïnes des petites filles, très girly, avec pleins d’accessoires choupinous et des baguettes magiques : un univers rose et sucré pourrait-on dire. Il est possible que l’auteur est choisi cette dérive car il ne les aimait pas ou alors, il les aime tellement qu’il fantasme à fond, l’amour vache en quelque sorte ! Finalement, on obtient une revisite un peu perverse mais pas trop car les scènes coquines ne sont pas trop voyeuristes, légèrement comique, et pas hyper travaillé graphiquement (il y a de grandes cases sans arrière plan). Un manga qui se lit vite, qui peut être distrayant mais qui ne mène pas loin pour le moment, j’attends d’être surprise par l’auteur, on se sait jamais !
  17. Titre de l'album : Looking up to magical girls tome 1 Scenariste de l'album : ONONAKA Akihiro Dessinateur de l'album : ONONAKA Akihiro Coloriste : Editeur de l'album : Meian Note : Résumé de l'album : Je fais des choses tellement horribles à mes Magical Girls préférées ! Moi, c'est Utena Hiiragi, et comme toutes les filles de mon âge, j'adore les magical girls ! Un jour, une étrange créature aux allures de mascotte m'a lancé un sort, et je suis devenue capable de me transformer, moi aussi ! Je vais pouvoir me battre aux côtés de mes héroïnes préférées ! Enfin, c'est ce que je croyais... C'est quoi, cette tenue scandaleuse ? Et comment ça, je suis au service du Mal ?! Mais qu'est-ce que c'est que cette histoire ?! La comédie BDSM dans laquelle s'affrontent des Magical Girls !! Critique : Comment aborder la critique de ce manga… Je ne peux pas dire que je l’ai détesté mais je ne peux pas dire que je l’ai aimé non plus, disons que je ne l’ai pas trouvé désagréable. Le problème c’est ce qui vient à la fin, après la lecture. Car voilà, la seule chose qui reste c’est « and so what ? », car ce manga ne défend aucun thème important, il ne donne pas de leçon, il ne touche pas la corde sensible, et le développement de l’histoire semble assez limité. Pour faire court, ici le personnage principal est une jeune fille fan de magical girls qui va devenir contre son gré une méchante et se découvrir des penchants BDSM. Les seuls développement possibles (pour le moment) sont les techniques qu’elle va utiliser, l’acceptation de son côté sado et peut-être le fait qu’une des magical girls va se découvrir un penchant maso. Assez limité donc. Alors oui, on sort du cadre « normal » des magical girls qui pour ceux qui ne sont pas adeptes, sont les super héroïnes des petites filles, très girly, avec pleins d’accessoires choupinous et des baguettes magiques : un univers rose et sucré pourrait-on dire. Il est possible que l’auteur est choisi cette dérive car il ne les aimait pas ou alors, il les aime tellement qu’il fantasme à fond, l’amour vache en quelque sorte ! Finalement, on obtient une revisite un peu perverse mais pas trop car les scènes coquines ne sont pas trop voyeuristes, légèrement comique, et pas hyper travaillé graphiquement (il y a de grandes cases sans arrière plan). Un manga qui se lit vite, qui peut être distrayant mais qui ne mène pas loin pour le moment, j’attends d’être surprise par l’auteur, on se sait jamais ! Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/looking-up-to-magical-girls-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  18. Nickad

    Prochaines sorties...

    on peut attendre un peu, en général je reçois les delcourt 1 ou 2 jours avant la sortie officielle, si d'ici fin de semaine prochaine je n'ai rien, je demanderai à delcourt et si toujours rien, tu la feras Ça te va comme ça ?
  19. Nickad

    Prochaines sorties...

    oups pardon c'était pour @The_PoP la question...
  20. quand je pense que sur bdfugue, quelqu'un a mis 4 étoiles à wario... que dire...
  21. Nickad

    Prochaines sorties...

    tu l'as reçu il y a longtemps ? la date de sortie c'est le 7, on a un peu de temps pour la chronique mais si tu es emballé pour la faire, ça ne me gène pas surtout que je ne sais pas si je vais le recevoir du coup...
  22. Suite des aventures de personnages de jeux vidéo voici Kirby, la petite boule rose. J’avoue que je suis un peu perplexe, ce manga semble au prime abord destiné aux jeunes lecteurs : ils retrouvent le personnage du jeu ce qui permet de les inciter à lire, et puis l’histoire a un côté éducatif. En effet, Kirby étant lui-même un enfant enchaîne les gaffes en montrant ce qu’il faut faire ou ne pas faire. Par exemple, quand Kirby joue au super héros et qu’il met en danger les autres, quand il fait du camping et qu’il mange n’importe quel champignon… Sauf que le vocabulaire employé et parfois trop recherché pour être compris par les jeunes et que les références (je pense notamment à la coiffure mulet) ne peuvent amuser que les adultes ! Si on ajoute à cela que les chapitres peuvent se ressembler et sont assez fouillis (la lecture n’est pas très fluide et ça part un peu dans tous les sens), on obtient une histoire peu convaincante ! Si certaines idées étaient prometteuses, le manga ne va pas au bout de ses ambitions. En voulant plaire au plus grand nombre, il devient un peu fourre-tout et manque d’équilibre.
  23. Titre de l'album : Les aventures de Kirby dans les étoiles tome 5 Scenariste de l'album : HIKAWA Hirokazu Dessinateur de l'album : SAKURAI Masahiro Coloriste : Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : Dream Land détient un trésor légendaire, le Bâton Étoile. Mais le roi Dadidou cherche à s'en emparer ! Le peuple de Dream Land va devoir s'en remettre au plus glouton de tous les héros, Kirby ! Cette créature rose et ronde possède un appétit sans limite et peut utiliser les capacités de ses ennemis en les gobant ! Voilà un pouvoir des plus utiles pour faire face au roi Dadidou ! Critique : Suite des aventures de personnages de jeux vidéo voici Kirby, la petite boule rose. J’avoue que je suis un peu perplexe, ce manga semble au prime abord destiné aux jeunes lecteurs : ils retrouvent le personnage du jeu ce qui permet de les inciter à lire, et puis l’histoire a un côté éducatif. En effet, Kirby étant lui-même un enfant enchaîne les gaffes en montrant ce qu’il faut faire ou ne pas faire. Par exemple, quand Kirby joue au super héros et qu’il met en danger les autres, quand il fait du camping et qu’il mange n’importe quel champignon… Sauf que le vocabulaire employé et parfois trop recherché pour être compris par les jeunes et que les références (je pense notamment à la coiffure mulet) ne peuvent amuser que les adultes ! Si on ajoute à cela que les chapitres peuvent se ressembler et sont assez fouillis (la lecture n’est pas très fluide et ça part un peu dans tous les sens), on obtient une histoire peu convaincante ! Si certaines idées étaient prometteuses, le manga ne va pas au bout de ses ambitions. En voulant plaire au plus grand nombre, il devient un peu fourre-tout et manque d’équilibre. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/kirby-tome-5?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  24. Nickad

    Prochaines sorties...

    hélas pour toi, j'ai aussi commencé la lecture et j'aime beaucoup, un tome que j'attends avec impatience !! et oui, normalement, je devrais le recevoir désolée
  25. Nickad

    @Ellie#JeNaiPasDePetitAmi tome 10

    Omi se rend au concours du plus beau lycéen (et oui, le genre d’événement typiquement japonais), après sa participation, les commentaires sur internet vont bon train. Ellie en vient à prendre une décision qui va semer le trouble dans leur couple. Dans ce tome, l’auteur aborde les problèmes liés aux réseaux sociaux et le thème de la dispute. Mais pas une petite dispute, non, une vraie, celle où on ne se comprend plus, où les mots dépassent la pensée, celle où on va trop loin. La lecture est toujours agréable et sans longueur, et bien que les sujets abordés soient plus sérieux, ils ne sont pas traités avec lourdeur. Je regrette le manque d’humour qui venait avec les fantasmes d’Ellie, ce côté-là a presque disparu du manga et c’est ce qui faisait son originalité. Espérons que cela ne soit que passager car on risque sinon de tomber dans un shojo plus classique, mais un bon shojo quand même !
×
×
  • Créer...