Aller au contenu
  • S’inscrire

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'bd'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Les forums BD
    • Toute la BD
    • Projets participatifs
    • Petites Annonces BD
    • Liens BD vers ailleurs
  • Et si on parlait d'autre chose que la bande dessinée ?
    • Améliorons 1001BD
    • Films et séries TV
    • 1001 Jeux Video
    • Livres - Musique - Spectacles - Théatre - Musées
    • 1001 choses à dire
  • TEAM

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui contiennent…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


828 résultats trouvés

  1. Voici le dernier tome de la série Hedge Fund qui clôture les 6 tomes précédents. La fin risque d'ailleurs de vous surprendre, le parti pris étant assumé jusqu'au bout. Cette série a toujours présenté un intérêt du fait des explications données sur l'envers des marchés financiers. Ceci étant ces explications restaient compréhensibles par le profane. Par contre j'avoue que j'ai toujours eu du mal avec le personnage principal que j'ai toujours trouvé trop impersonnel et froid. Cette fin de série est donc à cette image, un peu trop froide pour moi, mais technique, terriblement réaliste et ancrée dans notre quotidien. Graphiquement, le changement de coloriste en cours d'album ne se ressent pas. Reste que globalement on est sur une BD de thriller financier et que le traitement graphique est propre sans être remarquable, comme le veut le genre finalement.
  2. The_PoP

    Redsun - Tome 1 - Mon frère

    Pffff, moi qui est découvert les éditions Kamiti avec l'excellent 300 grammes je vous avoue que ce RedSun m'a également conquis. 2 tomes de Science Fiction ambitieuse, et superbement illustrée et mis en couleur par Alessandra de Bernardis. les planches sont superbes, on est projeté dans un Space opéra dantesque avec des personnage forts et bien dessinés. Seul bémol pour ma part, l'histoire est presque trop ambitieuse pour être traitée en 2 tomes. Il y a effectivement beaucoup d'évènements entre les deux tomes que j'aurais souhaité voir développés. Néanmoins, le tout se tient bien, et les réponses aux questions soulevées sont suffisantes pour ne pas nous laisser avec un sentiment d'incompréhension. Si vous aimez la science fiction et que vous souhaitez lire une histoire originale et magnifiquement illustrée, ce RedSun est pour vous. L'histoire se finit en deux tomes, et je publierais ma chronique du second tome prochainement.
  3. alx23

    Le songe du corbeau

    Le songe du corbeau est un récit policier très étrange dans sa construction puisque l'on découvre progressivement les enjeux à travers le regard d'un enfant. L'histoire se sépare en deux avec l'époque présente avec le héros est adulte et celle où le héros était jeune en compagnie d'autres enfants. Cette période est la plus difficile à décrire et comprendre comme les lecteurs auront l'impression de lire une histoire fantastique ou onirique. Avec cette méthode, on est perdu sans véritablement savoir qu'elles sont les problèmes ni expliquer la situation. La partie dans le présent, le héros mène l'enquête en tant qu'amateur avec toutes les disparitions d'enfants. Le passé et le présent vont se confondre pour le final. La partie graphique est dans un style japonais avec des dessins en couleur directes. Les dessins retranscrivent l'ambiance d'un conte pour enfant mais pas d'un polar. Le songe du corbeau est une histoire étrange dans sa construction et son traitement mais qui reste très intéressant et surprenant. Je ne recommande pas de lire le résumé qui dévoile trop d’informations et gâche la surprise.
  4. alx23

    Le songe du corbeau

    Titre de l'album : Le songe du corbeau Scenariste de l'album : Atelier Sentô Dessinateur de l'album : Alberto M.C. Coloriste : Alberto M.C. Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Kidnappé à 10 ans, Koji vivait avec d'autres enfants dans une maison, isolée dans les bois et gardée par un monstre inquiétant et protecteur. Vingt ans plus tard, une nouvelle série de disparitions a lieu autour de lui. Koji doit alors faire face à son passé et ses démons car ses souvenirs sont la clé pour stopper le kidnappeur. Mais peu à peu, la frontière entre présent et passé s'estompe... Critique : Le songe du corbeau est un récit policier très étrange dans sa construction puisque l'on découvre progressivement les enjeux à travers le regard d'un enfant. L'histoire se sépare en deux avec l'époque présente avec le héros est adulte et celle où le héros était jeune en compagnie d'autres enfants. Cette période est la plus difficile à décrire et comprendre comme les lecteurs auront l'impression de lire une histoire fantastique ou onirique. Avec cette méthode, on est perdu sans véritablement savoir qu'elles sont les problèmes ni expliquer la situation. La partie dans le présent, le héros mène l'enquête en tant qu'amateur avec toutes les disparitions d'enfants. Le passé et le présent vont se confondre pour le final. La partie graphique est dans un style japonais avec des dessins en couleur directes. Les dessins retranscrivent l'ambiance d'un conte pour enfant mais pas d'un polar. Le songe du corbeau est une histoire étrange dans sa construction et son traitement mais qui reste très intéressant et surprenant. Je ne recommande pas de lire le résumé qui dévoile trop d’informations et gâche la surprise. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/le-songe-du-corbeau?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  5. poseidon2

    Filles uniques t1

    Nouvelle série pour adolescent (et leurs parents) qui commence plutôt bien. Une série pour ado qui traite des problèmes d'ado avec, pour ce tome ci, un sujet malheureusement trop récurent : celui des personnes harcelées et donc isolées durant leurs adolescences. Un récit authentique porté par 4 filles aux caractères très différents et au dynamisme à toute épreuve. Et du dynamisme il en fait pour faire affronter à Paloma son obscure passé. Et c'est du talent qu'il fallait aussi pour réussir à ne pas rendre ce sujet trop dure et trop triste pour des adolescents. Et c'est une chose que le duo Béka et Camille Broutin réussi vraiment dans ce premier tome. Par des dessins subtiles et une histoire qui reste très humaine et pleine d'optimisme. J'ai hâte de voir quelle personnage prendra le relais de Paloma dans le prochain tome.
  6. poseidon2

    Filles uniques t1

    Titre de l'album : Filles uniques t1 Scenariste de l'album : Béka Dessinateur de l'album : Camille Broutin Coloriste : Camille Broutin Editeur de l'album : Dargaud Note : Résumé de l'album : Apolline, Céleste, Chélonia et Sierra sont scolarisées dans le même établissement. Ces jeunes filles ont un point commun : elles sont isolées, mises à l'écart par les autres, parfois harcelées. Un jour, Chélonia décide de les réunir pour leur faire une proposition. Elle aimerait fonder avec elles le " club des mal-barrées ". Sa raison d'être : leur permettre de briser leur solitude et de devenir plus fortes, en somme, pour enfin " exister pleinement ". Leur premier objectif consiste à convaincre Paloma de les rejoindre. Adolescente rebelle et solitaire, celle-ci a épuisé plusieurs familles d'accueil. Elle vit désormais chez Liselotte, une femme habituée à héberger des jeunes en difficulté. Les quatre nouvelles amies pourront-elles l'aider à surmonter son passé ? Dans ce premier tome d'une série en cinq volets, servi par le trait subtil et les couleurs sensibles de Camille Méhu, les BeKa abordent avec justesse les thèmes de l'adolescence difficile et des dysfonctionnements familiaux. Critique : Nouvelle série pour adolescent (et leurs parents) qui commence plutôt bien. Une série pour ado qui traite des problèmes d'ado avec, pour ce tome ci, un sujet malheureusement trop récurent : celui des personnes harcelées et donc isolées durant leurs adolescences. Un récit authentique porté par 4 filles aux caractères très différents et au dynamisme à toute épreuve. Et du dynamisme il en fait pour faire affronter à Paloma son obscure passé. Et c'est du talent qu'il fallait aussi pour réussir à ne pas rendre ce sujet trop dure et trop triste pour des adolescents. Et c'est une chose que le duo Béka et Camille Broutin réussi vraiment dans ce premier tome. Par des dessins subtiles et une histoire qui reste très humaine et pleine d'optimisme. J'ai hâte de voir quelle personnage prendra le relais de Paloma dans le prochain tome. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/filles-uniques-tome-1-paloma?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  7. Titre de l'album : Androïdes - Tome 10 - Darwin Scenariste de l'album : Alain Brion Dessinateur de l'album : Alain Brion Coloriste : Alain Brion Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : An 2073. La situation du monde est devenue dramatique. Tandis que sur la Lune des scientifiques attendent leur rapatriement, un astéroïde dévaste la Terre. L'androïde Darwin envoyé sur place devra trouver un moyen de les sauver. Il découvrira que la planète a basculée dans l'anarchie. Sur la Lune des morts suspectes surviennent et la poignée de survivants sombre dans la paranoïa. Critique : Une fois fini cette lecture, je vous avoue que je savais que j'avais déjà lu quelque chose de cet auteur. Après recherches, Alain Brion est aussi l'un des auteurs des Chroniques d'Excalibur, une série que j'avais démarrée dans ma jeunesse. Pourquoi je vous raconte mon inculture de départ ? Pour vous montrer que le traitement graphique remarquable de cet album m'a poussé à en chercher l'auteur, et à en reconnaitre le trait. Oui c'est évidemment particulier et stylisé, mais je trouve que cela fonctionne à merveille sur un univers de science fiction. Ceux qui me lisent régulièrement savent que je suis souvent un peu dur avec les dessinateurs/scénaristes qui réalisent leur bd seuls. Je trouve souvent que l'un des deux aspects devient un point faible. Ici ce n'est pas le cas. Du tout. Le scénario est brillant, enthousiasmant, haletant. Le déroulement est logique mais pourtant on brûle de lire la page d'après. Les personnages sont plutôt réussis, les retournements de situation sont bien pensés. On a de la grande histoire, avec de petites histoires qui s'entremêlent. C'est parfait. Le tout en one shot. Alors pourquoi simplement 4,5/5 ? Simplement car l'histoire est parfaitement réalisée mais qu'elle n'est pas si originale que cela. C'est le temps qui me dira si ce Darwin restera dans ma mémoire à une place de choix ou non. Mais quoiqu'il en soit c'est déjà une réussite. Surtout pour cette série de one shots Androïdes qui présentait jusqu'à présent des tomes certes de qualité mais pas toujours mémorables. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/androides-tome-10-darwin?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  8. Ce roman graphique nous permet de suivre les voyages à travers le monde de Cookie Kalkair un bloggeur et auteur de bande dessinée. En effet, ce dessinateur et scénariste de bande dessinée est aussi passionné par le tatouage ainsi que sa compagne. Ils décident ensemble de se tatouer dans chaque pays qu'ils visiteront. Cookie nous amène dans diverses destinations en nous présentant la culture des tatouages dans les différents pays. On découvre l'histoire des tatouages au Japon avec la mafia, le tatouage en Polynésie, en France et bien d'autres encore que je vous laisse découvrir dans cet album. L'auteur ajoute quelques photos touristiques des pays visités avant de passer au suivant. Il est plaisant de suivre ainsi les anecdotes de ce couple de voyageurs. L'auteur présentera aussi quelques tatoueurs renommés en France Les dessins sont dans un style minimaliste en centralisant tout sur les tatouages. L'ensemble de l'album est dessiné sur des pages de couleur rose avec la couleur verte pour mettre en avant les tatouages et le noir pour dessiner les personnes et autres décors. Le rendu visuel est original et fonctionne bien avec cette thématique. Lever l'encre - Carnet de voyages et de tatouages est intéressant avec l'histoire derrière les tatouages et la bonne humeur de l'auteur dans ses voyages.
  9. Titre de l'album : Lever l'encre - Carnet de voyages et de tatouages Scenariste de l'album : Cookie Kalkair Dessinateur de l'album : Cookie Kalkair Coloriste : Cookie Kalkair Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Structuré comme un carnet de bord, Lever l'encre suit l'auteur se faire tatouer dans différents pays. On part à la rencontre d'artistes incroyables tout en explorant pourquoi et comment on tatoue son corps, ainsi que les diverses cultures du tatouage. S'y ajoutent les imprévus et les petits miracles de la vie ! Cette BD reportage au style coloré incarne le cheminement et les voyages de son auteur. Critique : Ce roman graphique nous permet de suivre les voyages à travers le monde de Cookie Kalkair un bloggeur et auteur de bande dessinée. En effet, ce dessinateur et scénariste de bande dessinée est aussi passionné par le tatouage ainsi que sa compagne. Ils décident ensemble de se tatouer dans chaque pays qu'ils visiteront. Cookie nous amène dans diverses destinations en nous présentant la culture des tatouages dans les différents pays. On découvre l'histoire des tatouages au Japon avec la mafia, le tatouage en Polynésie, en France et bien d'autres encore que je vous laisse découvrir dans cet album. L'auteur ajoute quelques photos touristiques des pays visités avant de passer au suivant. Il est plaisant de suivre ainsi les anecdotes de ce couple de voyageurs. L'auteur présentera aussi quelques tatoueurs renommés en France Les dessins sont dans un style minimaliste en centralisant tout sur les tatouages. L'ensemble de l'album est dessiné sur des pages de couleur rose avec la couleur verte pour mettre en avant les tatouages et le noir pour dessiner les personnes et autres décors. Le rendu visuel est original et fonctionne bien avec cette thématique. Lever l'encre - Carnet de voyages et de tatouages est intéressant avec l'histoire derrière les tatouages et la bonne humeur de l'auteur dans ses voyages. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/lever-l-encre-one-shot-lever-l-encre-carnet-de-voyages-et-de-tatouages?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  10. alx23

    Even

    Titre de l'album : Even Scenariste de l'album : Zidrou Dessinateur de l'album : Alexeï Kispredilov Coloriste : Alexeï Kispredilov Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Dans un monde où la ségrégation n'est plus raciale ni religieuse mais esthétique - les beaux d'un côté, les moches de l'autre - l'Erospital du Dr. Sidibe devient le théâtre d'une enquête menée par la journaliste Seymour. EvEN traite de thérapie sexuelle, du contrôle de l'intime par l'autorité. Mais il constitue avant tout une histoire d'amour, amours brisés ou impossibles... mais amour toujours. Critique : L'idée de base de Zidour est originale avec dans un futur proche un centre de thérapie sexuelle qui ouvre ses portes à Montpellier. Dans ce centre, tous les fantasmes sont possibles pour vivre dans cette société du plaisir et de la jouissance. La société est séparée en deux en se basant sur des critères de beauté physique. Dans ce contexte, l'histoire nous propose de suivre quelques personnages comme Ann Seymour une journaliste qui enquête sur cette entreprise du plaisir mais surtout sur le suicide de sa créatrice. Le mari de la défunte qui se perd dans la thérapie sexuelle, sous la responsabilité du docteur Sidibe et Méghan une femme de ménage classée par son physique. La partie graphique est très bien pensée par Alexeï Kispredilov avec des planches magnifiques. Les couleurs favorisent cette impression surtout dans le centre de thérapie avec les zones d'ombres en contraste avec les couleurs. Even est un one shot original et audacieux qui aurait certainement fonctionné d'avantage au format dytique avec cet univers riche qui ne sera pas assez exploité. L'histoire est prenante et les lecteurs ne pourront pas deviner la fin. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/even?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  11. poseidon2

    Montagnes russes

    Titre de l'album : Montagnes russes Scenariste de l'album : Gwénola Morizur Dessinateur de l'album : Camille Benyamina Coloriste : Camille Benyamina Editeur de l'album : Grand Angle Note : Résumé de l'album : Avoir un enfant est devenu une idée fixe pour Aimée et les échecs successifs de FIV sont de plus en plus durs à accepter. Dans la crèche où elle travaille, la jeune femme fait alors la connaissance de Charlie qui élève seule ses enfants. Elle s'attache rapidement à l'un d'eux, Julio, et se met peu à peu à outrepasser ses fonctions. Malgré cela, une amitié de plus en plus forte se tisse entre Aimée et Charlie. Mais quand la maman de Julio se rend compte du comportement d'Aimée vis-à-vis de son fils, elle se sent trahie par son amie. Les disputes et les règlements de compte entraînent alors les deux femmes sur les montagnes russes, dans ces hauts et ces bas qui ressemblent à la vie et dans ces sensations fortes à l'image de leur amitié. Critique : Pas facile de faire la critique d'un album comme celui-ci. En effet cet album parlera énormément aux gens qui ont eu mal à avoir un bébé ou qui n'ont tout simplement pas pu. Cela leur parlera car même moi qui n'est heureusement pas eu ce genre de problèmes, j'ai trouvé ce récit prenant et émouvant. Que ce soit le parcours du combattant d’Aimée ou le complet opposé avec la vie de Charlie, les descriptions des vies de ces deux femmes sont réalisées avec beaucoup d'humanité et surtout sans jugement aucun. Gwénola Morizur, qui tire l'histoire de ce qui est arrivé à une de ses connaissances, trouve les mots justes pour nous parler de l'injustice de la vie sur ce que beaucoup considèrent comme un de ses fondements : avoir une descendance. Là ou Gwénola Morizur est courageuse et va au bout de son histoire, c'est sur la "fin". Une fin logique même si pas une fin rêvée. Une fin comme le monde : rempli d'injustice. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/montagnes-russes?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  12. poseidon2

    Montagnes russes

    Pas facile de faire la critique d'un album comme celui-ci. En effet cet album parlera énormément aux gens qui ont eu mal à avoir un bébé ou qui n'ont tout simplement pas pu. Cela leur parlera car même moi qui n'est heureusement pas eu ce genre de problèmes, j'ai trouvé ce récit prenant et émouvant. Que ce soit le parcours du combattant d’Aimée ou le complet opposé avec la vie de Charlie, les descriptions des vies de ces deux femmes sont réalisées avec beaucoup d'humanité et surtout sans jugement aucun. Gwénola Morizur, qui tire l'histoire de ce qui est arrivé à une de ses connaissances, trouve les mots justes pour nous parler de l'injustice de la vie sur ce que beaucoup considèrent comme un de ses fondements : avoir une descendance. Là ou Gwénola Morizur est courageuse et va au bout de son histoire, c'est sur la "fin". Une fin logique même si pas une fin rêvée. Une fin comme le monde : rempli d'injustice.
  13. poseidon2

    Les gueules noires

    En voilà une bd bien sympathique. Sympathique car cette BD est un condensé d'espoir et de bonnes volontés. De l'espoir pour des gens vivant dans une région sinistrée depuis la fermeture des mines. Des gens que le chômage touche au plus profond de leurs familles, détruisant cet espoir petit à petit. Sans pour autant vivre dans cette région, j'ai trouvé que cette BD nous met quand même du baume au cœur en nous montrant que, si les parents ont, eux, perdu espoir, les enfants seront toujours sources d'initiatives et d'idées pour rendre le quotidien meilleur. Ils seront toujours source d'espoir justement. Alors oui l'effet un peu Olive et Tom avec le coach, le dépassement de soi fait peut-être un peu trop. Mais on se laisse emporter par l'euphorie qui gagne le village. Une euphorie dont les adultes se doutent bien qu'elle ne sera que temporaire. Mais elle leur permet de remettre un pied sur l'étrier et de retrouver la motivation de se relancer dans la vie. Et ça c'est quelque chose que l'on ne peut que souhaiter à toute personne en détresse.
  14. poseidon2

    Les gueules noires

    Titre de l'album : Les gueules noires Scenariste de l'album : Zampano Dessinateur de l'album : Jack Domon Coloriste : Jack Domon Editeur de l'album : Autres Editeurs/Auto editions Note : Résumé de l'album : La mythique région des houillères, il y a quelques années. Au beau milieu des anciennes mines dont il ne reste que les installations abandonnées, des terrains vagues couverts de ronces et des montagnes de charbon devenues inutiles, un quartier se meurt. Les familles qui vivent encore là ont connu, après la fermeture définitive des puits, le chômage et la précarité… On parle maintenant de raser les anciennes maisons des mineurs pour cause d’insalubrité. C’est dans ce contexte plus que difficile qu’une bande de gamins va redonner de l’espoir à toute une rue, lui rappeler les valeurs qui ont fait la légende de ces terres minières, sa force collective, son courage indomptable. Critique : En voilà une bd bien sympathique. Sympathique car cette BD est un condensé d'espoir et de bonnes volontés. De l'espoir pour des gens vivant dans une région sinistrée depuis la fermeture des mines. Des gens que le chômage touche au plus profond de leurs familles, détruisant cet espoir petit à petit. Sans pour autant vivre dans cette région, j'ai trouvé que cette BD nous met quand même du baume au cœur en nous montrant que, si les parents ont, eux, perdu espoir, les enfants seront toujours sources d'initiatives et d'idées pour rendre le quotidien meilleur. Ils seront toujours source d'espoir justement. Alors oui l'effet un peu Olive et Tom avec le coach, le dépassement de soi fait peut-être un peu trop. Mais on se laisse emporter par l'euphorie qui gagne le village. Une euphorie dont les adultes se doutent bien qu'elle ne sera que temporaire. Mais elle leur permet de remettre un pied sur l'étrier et de retrouver la motivation de se relancer dans la vie. Et ça c'est quelque chose que l'on ne peut que souhaiter à toute personne en détresse. Autres infos : Editions Casa Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : http://www.bdfugue.com/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  15. alx23

    Even

    L'idée de base de Zidour est originale avec dans un futur proche un centre de thérapie sexuelle qui ouvre ses portes à Montpellier. Dans ce centre, tous les fantasmes sont possibles pour vivre dans cette société du plaisir et de la jouissance. La société est séparée en deux en se basant sur des critères de beauté physique. Dans ce contexte, l'histoire nous propose de suivre quelques personnages comme Ann Seymour une journaliste qui enquête sur cette entreprise du plaisir mais surtout sur le suicide de sa créatrice. Le mari de la défunte qui se perd dans la thérapie sexuelle, sous la responsabilité du docteur Sidibe et Méghan une femme de ménage classée par son physique. La partie graphique est très bien pensée par Alexeï Kispredilov avec des planches magnifiques. Les couleurs favorisent cette impression surtout dans le centre de thérapie avec les zones d'ombres en contraste avec les couleurs. Even est un one shot original et audacieux qui aurait certainement fonctionné d'avantage au format dytique avec cet univers riche qui ne sera pas assez exploité. L'histoire est prenante et les lecteurs ne pourront pas deviner la fin.
  16. alx23

    Claude Gueux

    Ce roman graphique Claude Gueux est une adaptation du roman de Victor Hugo, inspiré par un fait divers de l'époque de l'écrivain. Par ce roman, Hugo souhaitait dénoncer les conditions affreuses de détention au XIX siècle en France. L'histoire commence durant un hiver froid où une famille survit tant bien que mal pour se nourrir et se chauffer dans leur logement. Le père ne pouvant supporter d'avantage les plaintes de sa fille et de sa femme va voler du pain et du bois pour leur donner avant d'être arrêté. Le jugement est sans peine et Claude Gueux est condamné à la prison. Séverine Lambour réalise une adaptation fidèle à l'œuvre d'origine ou du moins dans mon souvenir. Il est intéressant de voir les problématiques soulevés dans ce récit qui sont toujours d'actualités de nos jours. Pour la partie graphique, le trait de Benoît Springer est soigné pour représenter l'univers carcérale de l'époque avec des conditions de vie déplorables pour des détenues arrêtés seulement pour vol. La mise en couleur des deux auteurs est assez sombre comme l'histoire. Claude Gueux est une adaptation très réussie en roman graphique avec une pagination importante et en one shot.
  17. alx23

    Claude Gueux

    Titre de l'album : Claude Gueux Scenariste de l'album : Séverine Lambour Dessinateur de l'album : Benoît Springer Coloriste : Séverine Lambour & Benoît Springer Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Claude Gueux, honnête ouvrier, est arrêté pour de petits larcins destinés à faire vivre les siens. Enfermé à la prison de Clairvaux, celui-ci gagne le respect des autres prisonniers et se lie particulièrement d'amitié avec l'un d'entre eux, Albin. Mais décidé à les briser, le directeur du pénitencier va les séparer... et mener au drame. Un grand texte adapté avec respect et superbe par les auteurs. Critique : Ce roman graphique Claude Gueux est une adaptation du roman de Victor Hugo, inspiré par un fait divers de l'époque de l'écrivain. Par ce roman, Hugo souhaitait dénoncer les conditions affreuses de détention au XIX siècle en France. L'histoire commence durant un hiver froid où une famille survit tant bien que mal pour se nourrir et se chauffer dans leur logement. Le père ne pouvant supporter d'avantage les plaintes de sa fille et de sa femme va voler du pain et du bois pour leur donner avant d'être arrêté. Le jugement est sans peine et Claude Gueux est condamné à la prison. Séverine Lambour réalise une adaptation fidèle à l'œuvre d'origine ou du moins dans mon souvenir. Il est intéressant de voir les problématiques soulevés dans ce récit qui sont toujours d'actualités de nos jours. Pour la partie graphique, le trait de Benoît Springer est soigné pour représenter l'univers carcérale de l'époque avec des conditions de vie déplorables pour des détenues arrêtés seulement pour vol. La mise en couleur des deux auteurs est assez sombre comme l'histoire. Claude Gueux est une adaptation très réussie en roman graphique avec une pagination importante et en one shot. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/claude-gueux?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  18. Ce Sac à diable est un peu l'exemple de la BD qui ne sait pas trop dans quelle catégorie se positionner. En effet les dessins et le design choisit ont tout de la BD pour jeune publique: la jeune fille sans vraie pouvoir mais qui a l'air cool et un diable plus espiègle que méchant victime d'un complot. Tout pour plaire à un public adolescent. Le problème c'est que la narration choisie est, elle, très verbeuse. Trop pour le publique choisi. En effet les adolescents, comme ma fille, vont avoir du mal à entrer dedans dû aux cases remplies à moitié de texte et à moitié de dessin. L'histoire est un peu pareil : on est dans un univers diabolique et on a l'impression, au vu des "crasses que se font les démons, qu'ils sont plus dans une cour de récréation. Dommage car il y a la plein de bonnes idées et en format plus "adulte" ça aurait surement fait une très bonne intrigue ésotérique.
  19. Titre de l'album : Sac à Diable T1 : la Bruja a disparu Scenariste de l'album : Cedric Mayen Dessinateur de l'album : Sandra Cardona Coloriste : Sandra Cardona Editeur de l'album : Dargaud Note : Résumé de l'album : Enfer et damnation ! La Bruja, la sorcière la plus puissante de sa sororité, a disparu ! Elle venait juste de créer un élixir capable de changer la face du monde... Norah, sa nièce, inquiète de ne pas avoir de ses nouvelles, décide de se rendre à son domicile. Alors qu'elle entre dans la maison de sa tante, elle interrompt sans le vouloir un rituel d'invocation du Prince des Ténèbres, enclenché par erreur par Barbouillard, l'un des démons familiers de La Bruja. Catastrophe : voilà le Diable coupé en deux, bloqué dans un pentacle et condamné à rester sur Terre ! S'il veut récupérer ses jambes et son trône, il doit passer par les cinq démons qui gardent la porte des Enfers. Norah veut bien l'aider, à une condition : qu'il lui donne un coup de main - ou plutôt de griffe - pour retrouver sa tante. Et voilà comment le Diable se retrouve dans le sac à dos d'une jeune fille d'aujourd'hui, situation fâcheuse pour un personnage aussi illustre que lui... Prenez un zeste de sorcières, ajoutez une pincée de démons, assaisonnez le tout avec une bonne dose d'humour et vous obtiendrez Sac à Diable, un excellent élixir à consommer sans modération ! Critique : Ce Sac à diable est un peu l'exemple de la BD qui ne sait pas trop dans quelle catégorie se positionner. En effet les dessins et le design choisit ont tout de la BD pour jeune publique: la jeune fille sans vraie pouvoir mais qui a l'air cool et un diable plus espiègle que méchant victime d'un complot. Tout pour plaire à un public adolescent. Le problème c'est que la narration choisie est, elle, très verbeuse. Trop pour le publique choisi. En effet les adolescents, comme ma fille, vont avoir du mal à entrer dedans dû aux cases remplies à moitié de texte et à moitié de dessin. L'histoire est un peu pareil : on est dans un univers diabolique et on a l'impression, au vu des "crasses que se font les démons, qu'ils sont plus dans une cour de récréation. Dommage car il y a la plein de bonnes idées et en format plus "adulte" ça aurait surement fait une très bonne intrigue ésotérique. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/sac-a-diable-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  20. VladNirky

    Jours de sable

    Titre de l'album : Jours de sable Scenariste de l'album : Aimée De Jongh Dessinateur de l'album : Aimée De Jongh Coloriste : Editeur de l'album : Dargaud Note : Résumé de l'album : Washington, 1937. John Clarke, journaliste photo reporter de 22 ans, est engagé par la Farm Security Administration, l'organisme gouvernemental chargé d'aider les fermiers victimes de la Grande Dépression. Sa mission : témoigner de la situation dramatique des agriculteurs du Dust Bowl. Située à cheval sur l'Oklahoma, le Kansas et le Texas, cette région est frappée par la sécheresse et les tempêtes de sable plongent les habitants dans la misère. En Oklahoma, John tente de se faire accepter par la population. Au cours de son séjour, qui prend la forme d'un voyage initiatique, il devient ami avec une jeune femme, Betty. Grâce à elle, il prend conscience du drame humain provoqué par la crise économique. Mais il remet en question son rôle social et son travail de photographe... Critique : C'est une très beau roman graphique que réalise ici l'auteur, Aimée De Jongh. Jeune auteure de 32 ans, qui à déjà à son actif plusieurs réalisations, reconnues au niveau international comme le retour de bondrée, paru en 2016, pour rester dans la bande dessinée. Nous allons suivre ici, le parcours d'un jeune homme photographe, John Clarke, qui va être envoyé de Washington vers l'Oklahoma dans les années 30, pendant la période du Dust Bowl. Ce phénomène des tempêtes de poussières, également décrit dans le film Interstellar, résulte d'une période de sécheresse de plusieurs années consécutives et de méthodes d'agriculture intensives de l'époque provoque l’appauvrissement des sols et des fermiers. L'objectif de John Clarke ? Un reportage photos d'un mois pour la Farm Security Administration sur la région, et surtout ses habitants, la pauvreté à laquelle ils sont confrontés. Le tout afin de faire passer ces informations au reste de la population des états unis pour les aider. A travers cette histoire toute en finesse, tout en rondeur, John, va petit à petit apprivoiser les habitants de la région autant qu'il va se faire apprivoiser par ces derniers. D'hostile, les habitants vont finir par le connaître et l'accepter, l'aider, l'intégrer jusqu'au dénouement. Plus l'album avancera et plus ses convictions seront remises en cause, autant sur le plan personnel, que professionnel. Difficile d'en parler plus sans spoiler la fin de l'histoire. Côté réalisation, l'album est très proche de la photo pour certaines planches avec un dessin semi réaliste à encrage à gros trait du plus bel effet. Il est d'ailleurs parsemé de photographies d'époque. Saisissantes pour la plupart, qui donnent carrément envie d'en savoir plus sur cette période à travers les nombreux sites sur le sujet et les photographies disponibles, pour certaines très connues. Vous l'aurez compris, un album que les amateurs de roman graphique ou de reportage documentaire pourront difficilement laisser passer et qui ne laisse pas indifférent même une fois refermé. C'est donc un grand Oui. Pour en savoir un peu plus: http://photonumerique.codedrops.net/L-epopee-de-la-Farm-Security-Administration Quelques photos de la page wikipedia sur les Dust Bowl Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/jours-de-sable?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  21. Titre de l'album : Les 5 terres tome 6 - Pas la force Scenariste de l'album : Lewelyn Dessinateur de l'album : Jérôme Lereculey Coloriste : Dimitris Martinos Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : La répression de la révolte étudiante a fait de nombreuses victimes, et nul n'en est ressorti indemne. Pourtant, à l'heure où Angleon s'apprête à recevoir une ambassade venue d'Erinal, Mederion reste persuadé que c'est le moment pour réformer le pays. Le retour sur l'île d'un certain Kirill va en décider autrement et faire basculer le destin de toutes celles et ceux qui gravitent autour du trône. Critique : Et bien on peut considérer les 5 terres comme la série de référence avec des animaux dans une époque médiévale. En effet, tous les albums s'enchainent en gardant une excellente qualité d'écrire mais aussi des dessins magnifiques. Ce sixième tome clôture le premier cycle. Mederion le nouveau roi de d'Angleon commence à mettre en place une politique différente, basée sur la paix pour unifier tous les peuples et oublier les guerres sans fin. On suit la destinée de plusieurs personnages importants, comme le chien Kirill, les étudiants ou même une délégation qui arrive à Angleton. Les dessins Jérôme Lereculey sont de qualité et l'on peut s'en apercevoir sur une scène d'action assez musclés et dynamique. On peut reprocher justement le manque d'action et les longs passages de discussions politiques. Les 5 terres est comparable à la série Tv Game of thrones en tout point avec la politique, les complots, les trahisons et changement de roi. Un sixième tome très intense comme les tomes précédents, il est toujours préférable de tout relire pour se remettre dans l’histoire avec les nombreux personnages et leurs rôles. Pour les retardataires, un coffret réunissant les six premiers tomes sortira en fin d'année. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/les-5-terres-tome-6-pas-la-force?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  22. poseidon2

    Fausses pistes

    Titre de l'album : Fausses pistes Scenariste de l'album : Bruno Duhamel Dessinateur de l'album : Bruno Duhamel Coloriste : Bruno Duhamel Editeur de l'album : Grand Angle Note : Résumé de l'album : Depuis 15 ans, Frank incarne le célèbre Marshal dans le spectacle quotidien de la ville de Woodstone. Il est obstiné, colérique, et totalement possédé par son personnage. Un peu trop, de l'avis du psychiatre, depuis que Frank a dégainé sur un touriste. Officiellement jugé " trop vieux " pour le rôle, Frank perd tout. Son seul horizon : un voyage organisé dans l'Ouest, offert par ses collègues. Pour tout bagage, sa prime de départ, et un authentique Colt simple action, modèle 1880. Et au fond de son âme, une légende à réécrire. Critique : Decidement je vais finir par prendre un abonnement à monsieur Bruno Duhamel. Apres nouveau contact et Jamais, deux coup des coeurs des années précédentes, j'ai encore une fois été charmé par ce Fausses Pistes. Cette fois Bruno Duhamel nous met dans la tête d'un homme qui a tellement vécu par son boulot qu'il en est devenu une parti de ce travail. A tel point que, pour sa propre santé, ses collègues décident qu'il doit retourner à une vie plus "normale". Mais qu'est ce que la normalité ? C'est ce thème que, l'on retrouvait dans Jamais, qui est devolppé ici : si une personne ne rentre pas dans le cadre de la sciété actuelle elle est forcement radicalisé. Bruno Duhamel se sert aussi de notre personnage pour denoncer les dérives des médias qui, à l'heure actuelle, nous donnent tous, et facilement, l'impression de tout savoir sur tout, sans que personne ne prenne jamais l'initiative de vérifier ce qu'il lit. Bref encore un album plein d'humanisme porté par un personne super attachante pour en faire, sans conteste, l'une des BD de ce début d'été. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/fausses-pistes-histoire-complete?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  23. alx23

    Les 5 terres tome 6 - Pas la force

    Et bien on peut considérer les 5 terres comme la série de référence avec des animaux dans une époque médiévale. En effet, tous les albums s'enchainent en gardant une excellente qualité d'écrire mais aussi des dessins magnifiques. Ce sixième tome clôture le premier cycle. Mederion le nouveau roi de d'Angleon commence à mettre en place une politique différente, basée sur la paix pour unifier tous les peuples et oublier les guerres sans fin. On suit la destinée de plusieurs personnages importants, comme le chien Kirill, les étudiants ou même une délégation qui arrive à Angleton. Les dessins Jérôme Lereculey sont de qualité et l'on peut s'en apercevoir sur une scène d'action assez musclés et dynamique. On peut reprocher justement le manque d'action et les longs passages de discussions politiques. Les 5 terres est comparable à la série Tv Game of thrones en tout point avec la politique, les complots, les trahisons et changement de roi. Un sixième tome très intense comme les tomes précédents, il est toujours préférable de tout relire pour se remettre dans l’histoire avec les nombreux personnages et leurs rôles. Pour les retardataires, un coffret réunissant les six premiers tomes sortira en fin d'année.
  24. alx23

    Cheese

    Cheese propose de suivre le quotidien de trois jeunes un peu glandeurs et paumés par la même occasion. Les trois personnages sont Riccà, Dario et Zuzu qui est aussi l'autrice de cette bande dessinée indépendante. L'histoire est séparée en de nombreux chapitres qui capturent des tranches de vies souvent anecdotiques ou sans rapport entre elle. Le fil conducteur de toutes les histoires serait la fameuse course de fromage qui se déroule dans quelques villes d'Italie mais aussi en Angleterre. Le jeu est assez simple, une meule de fromage dévale une pente et les participants doivent le rattraper, les accidents sont nombreux dans cette compétition très étrange. Les dessins de Zuzu sont très déstabilisants car les proportions des personnages souvent déformés. Les dessins sont en noir et blanc et accentuent cette impression étrange. De plus, les chapitres sont souvent introduits par une illustration de Zuzu dont le corps se transforme de façon assez horrible. La représentation des personnages ne facilite pas le lecteur à s'attacher aux héros pour les suivre. Ce roman graphique se penche sur les relations humaines de trois amis dans leur quotidien, c'est très intimiste et conviendra aux lecteurs appréciant ce genre. Les dessins sont très ou trop orignaux.
  25. alx23

    Cheese

    Titre de l'album : Cheese Scenariste de l'album : Zuzu Dessinateur de l'album : Zuzu Coloriste : Editeur de l'album : Casterman Note : Résumé de l'album : Trois amis et une mystérieuse course de fromage... C’est une histoire d’amis qui fument, sortent et détournent de temps en temps une pizza de sa destination... Mais derrière leur apparente oisiveté, Riccà, Dario et Zuzu (personnage principal du trio et alter-ego de l’autrice) vont se trouver un étrange défi : participer à la Course de fromage annuelle d’un petit village du Trentin-Haut-Adige. L’occasion pour Zuzu de se confronter à un problème existentiel qui la ronge : sa boulimie... Critique : Cheese propose de suivre le quotidien de trois jeunes un peu glandeurs et paumés par la même occasion. Les trois personnages sont Riccà, Dario et Zuzu qui est aussi l'autrice de cette bande dessinée indépendante. L'histoire est séparée en de nombreux chapitres qui capturent des tranches de vies souvent anecdotiques ou sans rapport entre elle. Le fil conducteur de toutes les histoires serait la fameuse course de fromage qui se déroule dans quelques villes d'Italie mais aussi en Angleterre. Le jeu est assez simple, une meule de fromage dévale une pente et les participants doivent le rattraper, les accidents sont nombreux dans cette compétition très étrange. Les dessins de Zuzu sont très déstabilisants car les proportions des personnages souvent déformés. Les dessins sont en noir et blanc et accentuent cette impression étrange. De plus, les chapitres sont souvent introduits par une illustration de Zuzu dont le corps se transforme de façon assez horrible. La représentation des personnages ne facilite pas le lecteur à s'attacher aux héros pour les suivre. Ce roman graphique se penche sur les relations humaines de trois amis dans leur quotidien, c'est très intimiste et conviendra aux lecteurs appréciant ce genre. Les dessins sont très ou trop orignaux. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/cheese?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
×
×
  • Créer...