Aller au contenu
  • S’inscrire

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'bd'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Les forums BD
    • Toute la BD
    • Projets participatifs
    • Petites Annonces BD
    • Liens BD vers ailleurs
  • Et si on parlait d'autre chose que la bande dessinée ?
    • Améliorons 1001BD
    • Films et séries TV
    • 1001 Jeux Video
    • Livres - Musique - Spectacles - Théatre - Musées
    • 1001 choses à dire
  • TEAM

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui contiennent…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


  1. poseidon2

    Deux soeurs

    Nouvelle tranche de vie chez grand angle avec celles de deux soeurs radicalement différentes qui vont être obligés de se parler pour pouvoir garder leurs maisons. SI l'ensemble est ultra-caricatural avec des sœurs trop clichées des bobos contre les capitalistes, cela reste assez drôle et au final touchant sur les racines de la sphère familiale. À lire une fois pour la détente
  2. poseidon2

    Deux soeurs

    Titre de l'album : Deux soeurs Scenariste de l'album : Bruno Duhamel Dessinateur de l'album : Isabelle Sivan Coloriste : Isabelle Sivan Editeur de l'album : Bamboo Note : Résumé de l'album : La seule chose qu'elles partagent,c'est une maison ! Lise et Camille sont deux soeurs. L'une, énergique et sportive, travaille dans la finance et adore le foot. L'autre, plutôt hippie, est enseignante et collectionne les instruments de musique. Curieusement, bien que tout les sépare, elles habitent la même maison, coupée en deux. Mais pour combien de temps encore ? Lorsque le propriétaire décide de vendre son bien, elles envisagent de le racheter ensemble. Mais sont-elles seulement capables de s'entendre ? Critique : Nouvelle tranche de vie chez grand angle avec celles de deux soeurs radicalement différentes qui vont être obligés de se parler pour pouvoir garder leurs maisons. SI l'ensemble est ultra-caricatural avec des sœurs trop clichées des bobos contre les capitalistes, cela reste assez drôle et au final touchant sur les racines de la sphère familiale. À lire une fois pour la détente Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/deux-soeurs?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  3. poseidon2

    Ladies with guns tome 3

    Petite déception que ce Lady with guns tome 3. Petite déception car j'ai trouvé que graphiquement ce tome était plus irrégulier que les précédents avec des pages étrangements brouillonnes alors que d'autres sont très belles. Et puis coté scenario, c'est une évasion un peu "trop facile". Si le traitement des filles au bagne est plutôt bien fait et "violent", l'ensemble de l'évasion est un peu trop facile et nos "héroïnes" s'en sorte encore une fois un peu trop bien. Un premier cycle intéressant, mais surtout porté par un premier tome inégalé par la suite
  4. Titre de l'album : Ladies with guns tome 3 Scenariste de l'album : Olivier Bocquet Dessinateur de l'album : Anlor Coloriste : Anlor Editeur de l'album : Dargaud Note : Résumé de l'album : Mises au fer comme des criminelles sanguinaires, Kathleen, Daisy, Chumani et Cassie sont envoyées au pénitencier. Mais dans cet enfer de travaux de force et d'humiliations, l'hostilité des gardiens et la convoitise des détenus sont bousculées par l'arrivée de ces détenues d'un autre genre. A priori, pas le lieu idéal pour faire d'heureuses rencontres. Mais ça, c'est sans compter leur petit caractère et aussi qu'une lady manque à l'appel Critique : Petite déception que ce Lady with guns tome 3. Petite déception car j'ai trouvé que graphiquement ce tome était plus irrégulier que les précédents avec des pages étrangements brouillonnes alors que d'autres sont très belles. Et puis coté scenario, c'est une évasion un peu "trop facile". Si le traitement des filles au bagne est plutôt bien fait et "violent", l'ensemble de l'évasion est un peu trop facile et nos "héroïnes" s'en sorte encore une fois un peu trop bien. Un premier cycle intéressant, mais surtout porté par un premier tome inégalé par la suite Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/ladies-with-guns-tome-3?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  5. poseidon2

    Jungle book tome 1 - La meute

    Il m'a bien fallu 3 pages de lecture et l'arrivée de Serkhan pour me dire : mais au fait ca veut dire Livre de la Jungle "Jungle Book" ! Et oui cet album est une transposition des nouvelles de Rudyard Kipling dans un univers ou les bêtes parlent, se tiennent sur leurs pattes, utilisent des fusils et sont habillés. Cela donne une histoire bien plus adulte, bien plus sombre mais plus agréable à lire pour public plus mature. Notre autrice réussie à garder l'histoire, avec des transpositions fameuses comme Baloo, en la dynamisant un peu avec un côté "thriller" prenant. Enfin cela si vous réussissez à vous faire au graphisme fait à l'ordinateur, qui, s'il est bien fait, ne plairait pas forcément à tout le monde.
  6. Titre de l'album : Ophélia et les abysses - tome 1 Scenariste de l'album : Hans Jorgen Sandnes Dessinateur de l'album : Hans Jorgen Sandnes Coloriste : Editeur de l'album : Jungle Note : Résumé de l'album : Ophélia emménage dans la petite ville côtière de Saltvik. Elle va y vivre avec sa nouvelle famille d'accueil, joyeuse et sportive. Mais la jeune fifille se lie d'amitié avec son voisin, Bernard, un pêcheur avec qui elle partage une fascination pour les créatures sous-marines. Ophélia préfère discuter de cryptozoologie plutôt que de se suspendre à un mur d'escalade. Un soir, par la fenêtre, Ophélia aperçoit une forme étrange. Quelle est donc cette créature qui se dissimule dans la mer ? Aurait-elle un rapport avec le garçon ayant récemment disparu après avoir plongé à l'eau ? Critique : L'histoire commence par un enfant plongeant du haut d'un falaise sous l'oeil admiratif de ses camarades . Le problème étant qu'il ne remonte plus à la surface une fois le saut effectué ! Puis l'on passe à Ophélia emménageant avec sa nouvelle famille d'accueil dans cette petite ville côtière typique norvégienne . Passionnée de créatures sous-marines "imaginaires" , elle va faire la rencontre d'un vieux pêcheur local et nouer une amitié qui va les mener vers bien des dangers , mais aussi des découvertes ! Pour une première oeuvre dans ce média , l'auteur prend son temps et installe le contexte peu à peu avec la galerie de personnages entourant Ophélia . Pour l'instant il s'attarde sur les événements nouveaux et inexpliqués touchant la ville , et ne rentre pas dans les détails du passé de notre jeune héroïne . C'est une lecture agréable , avec une histoire assez commune mais qui gagnerait à s'épaissir dans les tomes suivants . La série est finie en 5 tomes dans le royaume scandinave . Ayant par ailleurs touché au cinéma d'animation , l'auteur propose un style "cartoon" frais et enjolivé par de jolies couleurs et dégradés de verts . Une première aventure qui ravira les plus jeunes , en attendant la suite 🙂 Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/ophelia-et-les-abysses-tome-1/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  7. L'histoire commence par un enfant plongeant du haut d'un falaise sous l'oeil admiratif de ses camarades . Le problème étant qu'il ne remonte plus à la surface une fois le saut effectué ! Puis l'on passe à Ophélia emménageant avec sa nouvelle famille d'accueil dans cette petite ville côtière typique norvégienne . Passionnée de créatures sous-marines "imaginaires" , elle va faire la rencontre d'un vieux pêcheur local et nouer une amitié qui va les mener vers bien des dangers , mais aussi des découvertes ! Pour une première oeuvre dans ce média , l'auteur prend son temps et installe le contexte peu à peu avec la galerie de personnages entourant Ophélia . Pour l'instant il s'attarde sur les événements nouveaux et inexpliqués touchant la ville , et ne rentre pas dans les détails du passé de notre jeune héroïne . C'est une lecture agréable , avec une histoire assez commune mais qui gagnerait à s'épaissir dans les tomes suivants . La série est finie en 5 tomes dans le royaume scandinave . Ayant par ailleurs touché au cinéma d'animation , l'auteur propose un style "cartoon" frais et enjolivé par de jolies couleurs et dégradés de verts . Une première aventure qui ravira les plus jeunes , en attendant la suite 🙂
  8. Titre de l'album : Jour J Tome 50 : Saint-Denis des Amériques Partie 1 : 1685, le roi Philippe VII règne sur la Nouvelle France Scenariste de l'album : Jean-Pierre Pecau et Fred Duval Dessinateur de l'album : Vladimir Alesksic Coloriste : Nuria Sayago Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Retranché dans son palais de Saint-Denis-des-Amériques, le roi Philippe VII est décidé à reconquérir le territoire perdu de l'Ancienne France, tandis que l'Angleterre intrigue pour lâcher une machine infernale sur Manhattan. Critique : La saga des Jour J arrive au cinquantième tome avec une nouvelle uchronie encore bien orchestrée par le duo Jean-Pierre Pecau et Fred Duval. La nouvelle France règne sur l’île de Manhattan au milieu des tribus amérindiennes. Pendant ce temps, sur l'ancien continent, les anglais ne s'avouent pas vaincu avec l'organisation d'une prochaine offensive en Amérique. Le jeu des espions n'est pas en reste dans cet univers parallèle où l'histoire ne s'est as déroulée comme nous la connaissons. Les deux scénaristes sont devenus des spécialistes des uchronies depuis le temps et s’amusent à réinterpréter notre histoire tout en se basant sur la réalité. Les dessins de Vladimir Alesksic sont de qualité pour dépeindre des bâtiments proches des constructions de château de l'époque en France mais sur l’île de Manhattan au milieu des cherokees. Cela donne un mélange assez intéressant comme vous pouvez le découvrir sur la couverture d'Ugo Pinson et Fred Blanchard. Les amateurs de la série et des bandes dessinée historiques seront comblés par cet album programmé en diptyque pour prendre le temps d'installer cette histoire. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/jour-j-tome-50-saint-denis-des-ameriques-partie-1-1685-le-roi-philippe-vii-regne-sur-la-nouvelle-france?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  9. La saga des Jour J arrive au cinquantième tome avec une nouvelle uchronie encore bien orchestrée par le duo Jean-Pierre Pecau et Fred Duval. La nouvelle France règne sur l’île de Manhattan au milieu des tribus amérindiennes. Pendant ce temps, sur l'ancien continent, les anglais ne s'avouent pas vaincu avec l'organisation d'une prochaine offensive en Amérique. Le jeu des espions n'est pas en reste dans cet univers parallèle où l'histoire ne s'est as déroulée comme nous la connaissons. Les deux scénaristes sont devenus des spécialistes des uchronies depuis le temps et s’amusent à réinterpréter notre histoire tout en se basant sur la réalité. Les dessins de Vladimir Alesksic sont de qualité pour dépeindre des bâtiments proches des constructions de château de l'époque en France mais sur l’île de Manhattan au milieu des cherokees. Cela donne un mélange assez intéressant comme vous pouvez le découvrir sur la couverture d'Ugo Pinson et Fred Blanchard. Les amateurs de la série et des bandes dessinée historiques seront comblés par cet album programmé en diptyque pour prendre le temps d'installer cette histoire.
  10. Rhaaa jusque là j'étais fan des aventures de Spoon et WHite. Les albums précédents étaient drollissime avec des personnages ridicules mais un tout logique et plein de références. Ce tome-ci m'a un peu déçu. Déjà notre journaliste a un rôle bien moins important et reste dans son rôle d'égérie des Spoon et White la ou elle était plus dans les tomes précédents. Faire de la figuration ne correspond pas a son caractère. De plus les références sont moins rigolotes et l'aventure un peu trop tirée par les cheveux pour être autre chose. On se repose donc uniquement sur les gags habituels sur Spoon et se peluche ou White et sa mal chance. Bref une lecture au mieux sympa dont le seul intérêt est de retrouver nos deux guignols.
  11. Titre de l'album : Spoon & White tome 5 - Funky Junky Scenariste de l'album : Yann Leturgie | Jean Leturgie Dessinateur de l'album : Franck Isard Coloriste : Franck Isard Editeur de l'album : Bamboo Note : Résumé de l'album : Trafic de drogue pour Spoon et White ! That's 70's show ! Jaloux que leur nouveau collègue Harry Khan se soit vu confier la tâche de remettre une valise à leur idole Courtney Balconi, Spoon et White lui jouent un mauvais tour et l'envoient involontairement au cimetière. Entretemps, la valise disparaît. S'engage alors une course-poursuite à travers la ville de New York pour la retrouver. Critique : Rhaaa jusque là j'étais fan des aventures de Spoon et WHite. Les albums précédents étaient drollissime avec des personnages ridicules mais un tout logique et plein de références. Ce tome-ci m'a un peu déçu. Déjà notre journaliste a un rôle bien moins important et reste dans son rôle d'égérie des Spoon et White la ou elle était plus dans les tomes précédents. Faire de la figuration ne correspond pas a son caractère. De plus les références sont moins rigolotes et l'aventure un peu trop tirée par les cheveux pour être autre chose. On se repose donc uniquement sur les gags habituels sur Spoon et se peluche ou White et sa mal chance. Bref une lecture au mieux sympa dont le seul intérêt est de retrouver nos deux guignols. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/spoon-white-tome-5-funky-junky?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  12. poseidon2

    Hooky tome 3

    Troisième tome qui était très attendu ici après une fin de tome 2 pleine de surprise et pleine de promesse. Et troisième tome... un peu en deçà de ce que j'espérais. Si l'histoire avance, elle le fait plus doucement qu'espéré et surtout sans trop avancer sur le côté "méchant" de notre jumelle. Un côté que l'on pensait prendre le dessus plus rapidement. On a une aventure très honnête de notre groupe d'enfant qui cherche à empêcher leur pays de partir en fumée. Mais le "retour"des enfants est assez "lent" avec une aventure qui plaira aux jeunes lecteurs, mais laissera les adultes qui avaient été charmés par les précédents.... un peu sur leur faim. Vivement le t4 pour que l'histoire avance un peu plus
  13. poseidon2

    Hooky tome 3

    Titre de l'album : Hooky tome 3 Scenariste de l'album : Miriam Bonastre Tur Dessinateur de l'album : Miriam Bonastre Tur Coloriste : Miriam Bonastre Tur Editeur de l'album : Dupuis Note : Résumé de l'album : Après l'incendie criminel de la maison de maître Pendragon, Dani, Dorian et toute leur petite bande se réfugient dans une discrète maison, nichée au coeur de la forêt. Un havre de paix, qui leur permettra de se réparer... Nico, qui a retrouvé dans les ruines de la maison de Pendragon incendiée la boule de cristal de son maître, parvient à localiser le prince William. Une nouvelle quête démarre... Mais rien ne sera simple, car le roi Damien entame la même. Sans parler du fait que Dorian et Dani, avec leurs tours et leurs potions bizarres, sont toujours aussi gaffeurs ! Míriam Bonastre Tur a créé l'événement avec son webtoon Hooky, aux 110 millions de vues. Avec le tome 3 de son édition française, elle confirme sa belle rencontre avec le public franco-belge ! Critique : Troisième tome qui était très attendu ici après une fin de tome 2 pleine de surprise et pleine de promesse. Et troisième tome... un peu en deçà de ce que j'espérais. Si l'histoire avance, elle le fait plus doucement qu'espéré et surtout sans trop avancer sur le côté "méchant" de notre jumelle. Un côté que l'on pensait prendre le dessus plus rapidement. On a une aventure très honnête de notre groupe d'enfant qui cherche à empêcher leur pays de partir en fumée. Mais le "retour"des enfants est assez "lent" avec une aventure qui plaira aux jeunes lecteurs, mais laissera les adultes qui avaient été charmés par les précédents.... un peu sur leur faim. Vivement le t4 pour que l'histoire avance un peu plus Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/hooky-tome-3?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  14. Titre de l'album : Vingt-décembre, chroniques de l'abolition Scenariste de l'album : Appollo Dessinateur de l'album : Téhem Coloriste : Téhem Editeur de l'album : Dargaud Note : Résumé de l'album : Edmond Albius est un jeune esclave génial : il a découvert le procédé de fécondation de la vanille, et son propriétaire exploite ce savoir-faire qui le rend riche sur l'île Bourbon. Mais voici que l'Histoire frémit en cette année 1848, on entend qu'en France, il y aurait une révolution, et sur l'île Maurice voisine, ils auraient libéré tous les noirs. Et si l'abolition de l'esclavage était sur le point d'arriver sur l'île de La Réunion ? Très documenté, ce récit romanesque relève à la fois de la chronique de l'époque (relaté du strict point de vue des esclaves et des affranchis) et de l'histoire d'amour, à un moment où l'histoire bascule. Critique : En voilà une bd intéressante. Une BD historique qui nous montre comment s'est mis en place l'abolition de l'esclavage qui a suivi la révolution française. Une abolition qui a changé radicalement le visage des colonies. Encore plus que le nom des iles, comme notre ile de la réunion qui se nommait l'ile Bourbon, cette abolition a changé les rapports de force sur l'ile... sauf pour les plus riches qui le sont restés bien sûr. La vie de notre héros, personnage historique, est aussi intéressante que bien remplie. Le découpage en 5 époques, qui nous montre 5 passages de la vie d'Edmond, nous présente aussi 5 évolutions de l'ile dans sa transformation d'ile esclavagiste en ile... capitaliste. Un long cours d'histoire comme on les aime qui marque la différence de points de vue entre les français d'outre-mer et de Métropole. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/vingt-decembre-chroniques-de-l-abolition?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  15. The_PoP

    Rebis

    Titre de l'album : Rebis Scenariste de l'album : Irène Marchesini Dessinateur de l'album : Carlotta Dicataldo Coloriste : Claudia Migliaccio Editeur de l'album : Le Lombard Note : Résumé de l'album : En plein Moyen-Âge, Martino a eu le malheur de naître atteint d'albinisme au beau milieu d'une communauté prompte à purifier toute différence par le feu. Rejeté par son père, harcelé par les autres enfants du village, il va devoir prendre les chemins de traverse. En plein coeur de la forêt, Martino fait la connaissance de Viviana, une « sorcière ». Entre exclus, on se reconnaît. Au sein d'une sororité de femmes mis au ban de la société, le jeune garçon va grandir et se révéler à lui-même pour tenter d'accepter sa différence face à l'intolérance de la société. Critique : Oh que c'est bien Rebis. Une belle histoire de sorcières, de différence, et de quête de soi dans un moyen âge tenté par l'obscurantisme. Parfois dramatique, souvent positif, c'est une magnifique histoire portée par un dessin sublime et élégant. Les influences du dessins sont riches, on se croit parfois dans un Myasaki, les images semblent en mouvement, les personnages semblent vivre et les paysages sortir du livre. On en prend plein les mirettes, surtout qu'il ne s'agit que d'une influence, bien digérée, et intégrée à un dessin plus européen. Un régal. La colorisation est au diapason du trait, et apporte un gros plus avec ces couleurs lumineuses mais douces. L'histoire aurait pu être plus marquante, ou plus dramatique, mais finalement, on en ressort presque apaisé, et c'est une belle lecture, de celles qui enrichissent un peu l'âme mais aussi les réflexions. Bref, je vous le recommande, ce n'est peut être pas la bd la plus marquante de cette année, mais vous passerez un moment de lecture d'une grande douceur. Autres infos : A noter qu'un petit making of est édité en fin d'album. Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/rebis?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  16. Grand initiateur du "club des 27" (artistes décédés à l'âge de 27 ans : Cobain , Winehouse , Basquiat , Morrison , Hendrix entre autres) , Robert Johnson a brûlé la vie par les deux bouts . Je dois avouer ma méconnaissance du guitariste de blues , mort en 1938 , mais ayant influencé de nombreux musiciens par la suite . Frantz Duchazeau avait déjà démontré ses talents de conteur avec Le rêve de Meteor Slim , sur la vie imaginaire d'un guitariste de blues taillant la route à la rencontre du monde . Il recommence ici avec un véritable artiste en dévoilant sa (courte) vie dans un méli-mélo de planches passées et présentes . Là réside le seul bémol de ce roman graphique volumineux : ces alternances temporelles sans aucun moyen d'identifier l'époque en place , si ce n'est le contexte et les personnages . Car le trait de Duchazeau , aussi remarquable soit-il sur les paysages et descriptions des villes d'époque ; souffre en revanche d'un manque de finesse sur les visages . Rassurez-vous , il délivre ceci dit des planches remarquables dans un noir et blanc "crayonné" puissant et vivace . La trame principale suit donc Robert Johnson qui décide de partir à New-York pour un concours musical , sans savoir que durant son périple , deux personnes le recherchent pour justement le mener à cette compétition . Quelle ironie de voir ce pauvre ère déambuler dans la campagne américaine du sud , sans le sou , dormant à la belle étoile et cherchant de la nourriture et de l'alcool dans les petites villes traversées . Dans les années 30 de ce pays , le racisme est omniprésent avec des pancartes de ségrégation et autres pendaisons sauvages initiées par le Ku Klux Klan . On ressent à travers ces pages , les difficultés éprouvées par la population noire à cette époque . Tout au long du récit , vous découvrirez aussi une autre quête jalonnant la vie de Robert Johnson , une recherche sur son passé et ce qui le rend tel qu'il est : un alcoolique et un guitariste touché par la grâce de Dieu (mais pas que 😉 ) . Un scénario riche et un dessin contemplatif . J'avais découvert le talent de Duchazeau dans son crépusculaire Les vaincus , depuis , le natif d'Angoulême ne cesse de progresser !
  17. Titre de l'album : Les derniers jours de Robert Johnson Scenariste de l'album : Frantz Duchazeau Dessinateur de l'album : Frantz Duchazeau Coloriste : Editeur de l'album : Sarbacane Note : Résumé de l'album : Années 1930, un homme, la vingtaine, mi vagabond, mi dandy, sillonne les routes poussiéreuses du Mississippi avec pour seuls bagages une guitare acoustique et une bouteille de vin. Malgré son jeune âge, il semble porter sur les épaules tout le poids du monde, traînant derrière lui comme un boulet de forçat un passé déjà trop douloureux : l'abandon d'un père, une enfance passée dans les champs de coton, sous la surveillance un beau-père violent, puis la mort en couches de l'amour de sa vie ... Qui peut douter qu'il s'agit de Robert Johnson, l'auteur de « Sweet Home Chicago», et que, de ses souffrances, il tire un blues à nul autre pareil ? Disséminant sa musique encore méconnue de ville en ville, dans un Sud raciste, Johnson a rendez-vous avec sa gloire en une date et en un lieu : la scène du Carnegie Hall, à New York, où des producteurs qui croient en son talent l'attendent impatiemment. Mais son autodestruction est à la hauteur de son talent : immense. Arrivera-t-il à destination ? Critique : Grand initiateur du "club des 27" (artistes décédés à l'âge de 27 ans : Cobain , Winehouse , Basquiat , Morrison , Hendrix entre autres) , Robert Johnson a brûlé la vie par les deux bouts . Je dois avouer ma méconnaissance du guitariste de blues , mort en 1938 , mais ayant influencé de nombreux musiciens par la suite . Frantz Duchazeau avait déjà démontré ses talents de conteur avec Le rêve de Meteor Slim , sur la vie imaginaire d'un guitariste de blues taillant la route à la rencontre du monde . Il recommence ici avec un véritable artiste en dévoilant sa (courte) vie dans un méli-mélo de planches passées et présentes . Là réside le seul bémol de ce roman graphique volumineux : ces alternances temporelles sans aucun moyen d'identifier l'époque en place , si ce n'est le contexte et les personnages . Car le trait de Duchazeau , aussi remarquable soit-il sur les paysages et descriptions des villes d'époque ; souffre en revanche d'un manque de finesse sur les visages . Rassurez-vous , il délivre ceci dit des planches remarquables dans un noir et blanc "crayonné" puissant et vivace . La trame principale suit donc Robert Johnson qui décide de partir à New-York pour un concours musical , sans savoir que durant son périple , deux personnes le recherchent pour justement le mener à cette compétition . Quelle ironie de voir ce pauvre ère déambuler dans la campagne américaine du sud , sans le sou , dormant à la belle étoile et cherchant de la nourriture et de l'alcool dans les petites villes traversées . Dans les années 30 de ce pays , le racisme est omniprésent avec des pancartes de ségrégation et autres pendaisons sauvages initiées par le Ku Klux Klan . On ressent à travers ces pages , les difficultés éprouvées par la population noire à cette époque . Tout au long du récit , vous découvrirez aussi une autre quête jalonnant la vie de Robert Johnson , une recherche sur son passé et ce qui le rend tel qu'il est : un alcoolique et un guitariste touché par la grâce de Dieu (mais pas que 😉 ) . Un scénario riche et un dessin contemplatif . J'avais découvert le talent de Duchazeau dans son crépusculaire Les vaincus , depuis , le natif d'Angoulême ne cesse de progresser ! Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/les-derniers-jours-de-robert-johnson/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  18. Titre de l'album : Spirou et la gorgone bleue Scenariste de l'album : Yann Le Pennetier Dessinateur de l'album : Daniel Henrotin Coloriste : Daniel Henrotin Editeur de l'album : Dupuis Note : Résumé de l'album : Lors d'un reportage sur un groupe « écolo-terroriste », Seccotine découvre que ses activités sont financées par le comte de Champignac, le vieil ami de Spirou et Fantasio ! En prenant le relais de l'enquête, le célèbre duo va se retrouver embarqué à son insu sur un porte-avions dans un combat acharné entre un milliardaire producteur d'engrais chimiques extrêmement polluants et une organisation 100 % féminine qui lutte avec des moyens originaux contre la malbouffe et la pollution des océans. Avec La Gorgone Bleue, Yann et Dany nous livrent une grande aventure humoristique de Spirou qui n'hésite pas à aborder quelques thèmes d'actualité brûlants : écolo-terrorisme, pollution des océans, greenwashing, déontologie médiatique, etc. Critique : Alors la ! Je dois avouer avoir pris une grosse claque. En partie parce que je n'attends jamais trop rien de ces versions "vu par" des différents grandes séries de la BD franco/belges. Mais pas que.... car Dany et Yann nous livrent une superbe histoire qui m'a rappelé les Spirou de mon enfance. Déjà ils sont repris la base des aventures de notre groom : Une aventure rocambolesque ou Spirou et Spip (et Fantasio !) se trouvent mêlés par le plus grand des hasards. Mais on retrouve surtout un second degré de folie. Les réflexions de Spip sont à mourir de rire tout comme le traitement de Fantasio comme une "extension" de Spirou et le fait que cela l'énerve au plus haut point. Et que dire du contexte et des références à l'actualité signée Dany : Le porte-avion uniquement piloté par des Blacks avec le blanc de service qui est forcément un espion, le "méchant" copie de Trump qui retombe toujours sur ces pates, la malbouffe et les gens qui s'en foutent tant qu'il y a un goodies à gagner… Tout un ensemble qui rend la lecture truculente. Et tout ça saupoudré du trait de Dany qui, cela va sans dire, met en avant le personnage de Secotine comme rarement 🙂 bref j'ai adoré et je m'en vais le relire pour trouver des réferences/blagues que j'aurais pu rater ! Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/le-spirou-de-dany-et-yann-spirou-et-la-gorgone-bleue?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  19. La série la drôle de guerre de papi et Lucien se poursuit avec ce troisième tome qui se déroule en Afrique. Fabrice Erre construit le scénario des albums en se basant sur des faits historiques réels de la seconde guerre mondiale. Cette fois, Lucien et son papi vont récupérer les lingots d’or que la banque de France a envoyé en Amérique du sud et en Afrique avant que les nazis ne puissent les voler. Les deux héros partent sans plus attendre dans des aventures pour les plus jeunes lecteurs avec humour tout en insérant des anecdotes du conflit. Le rythme de la série est lancé avec le papi dépassé par tous les évènements, encore heureux que son petit-fils assure. Leur ennemi juré est de retour après s’être échappé d’une prison anglaise. La partie graphique fonctionne bien sur ce genre de série, enfantin et caricatural. Les plus jeunes apprécieront de retrouver ce duo de choc dans une mission périlleuse en pleine guerre.
  20. Titre de l'album : La Drôle De Guerre De Papi Et Lucien - Tome 3 Scenariste de l'album : Frabice Erre Dessinateur de l'album : Thierry Maunier Coloriste : Thierry Maunier Editeur de l'album : Autres Editeurs/Auto editions Note : Résumé de l'album : Papi et Lucien sont toujours à Brazzaville, au Congo, la capitale de la France Libre. À leur grande surprise, le général de Gaulle leur confie une nouvelle mission : aller récupérer l’or de la Banque de France stocké à Tombouctou, avant que les nazis ne mettent la main dessus ! Critique : La série la drôle de guerre de papi et Lucien se poursuit avec ce troisième tome qui se déroule en Afrique. Fabrice Erre construit le scénario des albums en se basant sur des faits historiques réels de la seconde guerre mondiale. Cette fois, Lucien et son papi vont récupérer les lingots d’or que la banque de France a envoyé en Amérique du sud et en Afrique avant que les nazis ne puissent les voler. Les deux héros partent sans plus attendre dans des aventures pour les plus jeunes lecteurs avec humour tout en insérant des anecdotes du conflit. Le rythme de la série est lancé avec le papi dépassé par tous les évènements, encore heureux que son petit-fils assure. Leur ennemi juré est de retour après s’être échappé d’une prison anglaise. La partie graphique fonctionne bien sur ce genre de série, enfantin et caricatural. Les plus jeunes apprécieront de retrouver ce duo de choc dans une mission périlleuse en pleine guerre. Autres infos : Type de l'album : Livre pour enfants Lien BDfugue : http://www.bdfugue.com/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  21. Titre de l'album : L'enfer pour aube - Tome 2 - Paris Rouge Scenariste de l'album : Philippe Pelaez Dessinateur de l'album : Tiburce Oger Coloriste : Estelle Kreweras Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : Mai 1871. Se sachant menacé par les Communards, le gouverneur de la Banque de France décide d'en ensabler les sous-sols, sans pour autant empêcher quelques opportunistes de mettre la main sur un véritable trésor. Trente ans plus tard, Angèle, traquée par les policiers, s'apprête à affronter ses propres démons du ventre de Paris jusqu'au symbole même de la répression : le Sacré-Coeur. Critique : Et hop déjà la suite et la fin de ce diptyque consacré aux évènements de la commune et au début du vingtième siècle à paris. A travers son intrigue de polar sombre et sanguinaire, Phillipe Pelaez nous livre une histoire de la commune. Cette période de l'histoire pourtant si riche mais si peu étudiée a pourtant marqué des générations de parisiens et inspiré poètes et grands écrivains. Philippe Pelaez nous livre des pages, des dialogues et des descriptions qui font honneur à la prose française et à nos écrivains. Bravo. L'histoire elle est toujours menée tambour battante mais que dire ici des illustrations de Tiburce Oger. Une maestria, mise en lumière par le choix d'une colorisation monochrome à quelques exceptions près. On se régale, il nous rend ce paris vivant, avec ces drames, ces histoires et ces humains. Le choix des colorisations vous rappellera forcément une des oeuvres majeures de la bd au passage... Le seul léger bémol pour moi c'est la fin car si elle est logique et classique, je trouve qu'elle manque peut être un peu de panache, mais après tout c'est aussi le sens de ce diptyque, de salut il n'y aura point. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/l-enfer-pour-aube-tome-2-paris-rouge?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  22. The_PoP

    Rebis

    Oh que c'est bien Rebis. Une belle histoire de sorcières, de différence, et de quête de soi dans un moyen âge tenté par l'obscurantisme. Parfois dramatique, souvent positif, c'est une magnifique histoire portée par un dessin sublime et élégant. Les influences du dessins sont riches, on se croit parfois dans un Myasaki, les images semblent en mouvement, les personnages semblent vivre et les paysages sortir du livre. On en prend plein les mirettes, surtout qu'il ne s'agit que d'une influence, bien digérée, et intégrée à un dessin plus européen. Un régal. La colorisation est au diapason du trait, et apporte un gros plus avec ces couleurs lumineuses mais douces. L'histoire aurait pu être plus marquante, ou plus dramatique, mais finalement, on en ressort presque apaisé, et c'est une belle lecture, de celles qui enrichissent un peu l'âme mais aussi les réflexions. Bref, je vous le recommande, ce n'est peut être pas la bd la plus marquante de cette année, mais vous passerez un moment de lecture d'une grande douceur.
  23. The_PoP

    La guerre des amazones

    Voici un one shot sur une période assez méconnue de notre histoire européenne : les guerres de bohème du roi charlemagne. Les auteurs y rajoutent une dose de Fantasy et de mysticisme. Ce one shot est particulier car si la lecture en est agréable, je crois que le rythme de narration est trop rapide pour une histoire assez ambitieuse, du coup on a parfois l'impression de sauter un peu du coq à l'âne, et de perdre des pans de l'histoire en route, cela donne finalement une histoire dont on a du mal à saisir la finalité. Les dessins de Guillermo Gonzalez Escalada sont parfois très beau, mais parfois aussi un peu confus au niveau des visages de ces personnages, parfois difficiles à identifier. Dommage car l'ensemble est intéressant et forme un tout plutôt agréable à lire, sur une histoire que l'on n'a pas déjà entendu mille fois...
  24. Titre de l'album : La guerre des amazones Scenariste de l'album : Stéphane Piatzszek Dessinateur de l'album : Guillermo Gonzalez Escalada Coloriste : Guillermo Gonzalez Escalada & Inaki Holgado & Nicolas Begue Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : Krok, roi de Bohème, se prépare à affronter le fils de Charlemagne. Il cède la charge du royaume à la plus sage de ses filles, Libussa. La jeune reine entre en résistance, guidée par les puissantes visions de sa soeur, Téta, soutenue par la détermination des femmes demeurées au château. Et par le courage de ses guerrières, dont l'une la trouble profondément, Vlasta aux longs cheveux blancs. Critique : Voici un one shot sur une période assez méconnue de notre histoire européenne : les guerres de bohème du roi charlemagne. Les auteurs y rajoutent une dose de Fantasy et de mysticisme. Ce one shot est particulier car si la lecture en est agréable, je crois que le rythme de narration est trop rapide pour une histoire assez ambitieuse, du coup on a parfois l'impression de sauter un peu du coq à l'âne, et de perdre des pans de l'histoire en route, cela donne finalement une histoire dont on a du mal à saisir la finalité. Les dessins de Guillermo Gonzalez Escalada sont parfois très beau, mais parfois aussi un peu confus au niveau des visages de ces personnages, parfois difficiles à identifier. Dommage car l'ensemble est intéressant et forme un tout plutôt agréable à lire, sur une histoire que l'on n'a pas déjà entendu mille fois... Autres infos : Collection Quadrants aux éditions Soleil Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/la-guerre-des-amazones/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  25. Nouvelle collection chez Bamboo nommé "aventuriers d'ailleurs". Une collection qui fait suite aux éditions "Les aventuriers de l'étrange" et reprend une partie du catalogue qui devrait avoir le droit à une nouvelle édition. Cette collection a pour but de dénicher les pépites étrangères inconnues dans nos contrées. Pour commencer voici venir Le "Observations animalières de Ryuyard Kilpin", un ouvrage humoristique se servant des poèmes de Kipling pour nous livrer 5 histoires très drôle et bien illustré. 5 histoires qui feront rire, adultes comme enfants, portés par le trait superbe du dessinateur espagnol Pedro Rodriguez. Une bonne mise en jambe
×
×
  • Créer...