Aller au contenu
  • S’inscrire

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'bdeuro'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Catégories

  • Critiques

Forums

  • Les forums BD
    • Toute la BD
    • Projets participatifs
    • Petites Annonces BD
    • Liens BD vers ailleurs
  • Et si on parlait d'autre chose que la bande dessinée ?
    • Améliorons 1001BD
    • Films et séries TV
    • 1001 Jeux Video
    • Livres - Musique - Spectacles - Théatre - Musées
    • 1001 choses à dire
  • TEAM

Calendriers

  • Community Calendar

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui contiennent…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


31 résultats trouvés

  1. Titre de l'album : L'homme qui inventait le monde Scenariste de l'album : Rodolphe Dessinateur de l'album : Bertrand Marchal Coloriste : Editeur de l'album : Dargaud Note : Résumé de l'album : La Terre fait face à une terrible menace extraterrestre, et la guerre qui fait rage dans l'espace semble perdue. Engagé sur le front, le capitaine John Bowman, navigateur d'exception, est victime d'un incident qui le fait entrer en contact avec une mystérieuse matière noire. Rapatrié et placé en quarantaine, il fait l'objet d'une surveillance constante et se retrouve en proie à des cauchemars récurrents. Épuisé, il décide de s'évader et découvre que l'entité avec laquelle il a été en contact l'a doté d'étranges pouvoirs. Il se pourrait même que ses pouvoirs puissent bouleverser le cours de la guerre et... sauver l'humanité ! Critique : Il ne manquerait que Léo au casting de cet album pour qu'on retrouve la même équipe que celle qui était aux commandes des séries Kenya, Namibia et Amazonie. Léo n'est néanmoins pas très loin vu qu'il préface l'album de ses deux complices en regrettant visiblement de ne pas faire partie de l'aventure. Ce oneshot, à la très belle couverture, m'évoquant quelque part la guerre éternelle, reste dans le domaine de la SF comme souvent avec ces auteurs. Il est toutefois éloigné des productions habituelles, tant des auteurs, que des BD de SF plus habituelles de ces dernières années. Car même si on y retrouve des thèmes assez classiques en SF (une menace Alien, un héros doté de pouvoirs étranges qu'il va découvrir en même temps qu'il se découvre) ce n’est pas un album d’action. Ce n’est pas du Space opéra non plus, contrairement à ce qu'on peut croire en lisant le résumé et en regardant la couverture, c'est plutôt un road movie. Un cheminement à petit pas pour les protagonistes qui va les amener vers la conclusion. L'histoire de déroule avec lenteur, ce qui n'est pas un défaut, en trois tiers et j'ai bien accroché au 1er et au dernier. Il me manque sans doute un petit quelque chose dans le développement central pour être plus emballé. L'album aurait gagné en force sous forme de nouvelle ou de livre plus classique je crois, avec un développement plus important. Point fort, le lecteur de SF, que je suis, y a retrouvé de nombreuses influences. Des références, comme celles de La stratégie Ender par exemple, ou 2001 semblent les plus évidentes, et j'en découvrirais certainement bien d'autres à la relecture. C'est un album qui s'adresse en priorité aux amateurs de SF. Il s'analyse et se digère lentement. Mais en parler plus serait prendre le risque de spoiler de manière importante... En tout cas cette aventure du capitaine Bowman est très sympathique mais n’en attendez pas trop. C’est un album qui repose sur des twist …. Qu’on voit nettement arriver, si on est habitué au genre, et il y a globalement peu d’émotions affichés par les personnages malgré les enjeux présentés. Que ce soit dans les faits, les situations ou entre les personnages. Les dessins sont légèrement rétro mais me rappellent la guerre éternelle (autre grosse référence SF et BD). Il manque cependant à l’album quelque chose. Un supplément d’âme je dirais pour marquer les esprits durablement. En résumé c’est une bonne histoire de SF, qui sort des sentiers battus en BD, mais qui se mérite. A réserver aux amateurs de SF. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/l-homme-qui-inventait-le-monde?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  2. Titre de l'album : Donjon Antipodes +10 000 : Rubeus Khan Scenariste de l'album : Joann Sfar et Lewis Trondheim Dessinateur de l'album : Vince Coloriste : Walter Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Pour lutter contre l'invasion des démons géants surgis des entrailles de Terra Amata, l'oncle de Rubéus a créé une usine de robots géants prêts à les affronter. Rubéus, lui, est gardien de nuit dans cette usine. Un travail plutôt tranquille jusqu'au jour où il est accusé de sabotage. Mais le jeune homme est bien décidé à faire la lumière sur son innocence. Critique : Alors quand on est un tome de Donjon, dernier sorti d'une longue lignée, on est un peu comme le dernier petit frère d'une très très grande famille. Mais quand en plus on est le 1er du bout du bout (du bout positif: +10 000!), c'est à dire sur la chronologie, le 1er tome de l'ère moderne de Donjon. La pression sur ses petites épaules doit être très grande. Surtout quand l'écart (qui se compte en niveau dans Donjon, soit 1 album) est dans les +10 000.... Wha wha ou... Beaucoup de questions peuvent se poser. Suis je encore un Donjon ? Qu'est ce que je peux encore amener dans l'histoire alors que je suis si loin de ma base de départ ? Et à la série ? Est ce que je vais être aussi drôle et fin que les 1ers Donjon de la période Zénith et conquérir le monde ? Ou triste comme un crépuscule ? Et ou sont les objets du destin ? Ah bah non, cette question, on ne va pas y répondre pour l'instant. Donjon +10 000 ou Donjon et demi ? Alors est ce qu'on est encore dans Donjon ? Incontestablement oui. On retrouve dans ce tome du Donjon. Le héros s'appelle Rubéus Khan. Rien que ce grand nom devrait faire frémir des tas de fantômes et démon encore vivants. Pourtant dans ce 1er tome, la filiation est lointaine même si on peut retrouver ici un trait de caractère, là un nom ou une apparence physique qui n'est pas forcément sans rappeler quelques ancêtres potentiels ou encore mieux, des références. Et cet album en fait pas mal, sans toutefois être très clair sur les références. Un peu comme dans un Donjon de la grande époque en fait. Ce qui prouve qu'on est encore dans du Donjon. Mais alors l'album il est bien ou pas ? Bah il est pas mal. Faudrait être difficile quand même. C'est de la bonne aventure. Il y a de la bagarre par exemple. Et Rubéus est un peu le roi de la bagarre dans cet album. Ça va castagner au fil des cases en effet. Après on est aussi dans les temps modernes. Avec critique de la société actuelle en arrière plan sur fond de voitures, de petites magouilles, de grands patrons, d'économie de la vie moderne... La vie quoi. Du coup, on est quand même loin des Donjons de l'époque du milieu tout en y étant clairement affilié (maintenant j'appelle comme ça les albums qui sont entre deux antipodes). Et ça, ça peut-être compliqué pour le lecteur que je suis. Pour tous je suppose. Et du coup qu'en penser ? Du coup, à titre personnel, je me pose encore la question. Est ce que j'ai aimé l'album ou est ce que j'ai aimé la nostalgie de la lecture des anciens albums qui sont rappelés ici ? Pour l'instant difficile à dire... J'hésite. J'hésite tellement que je verrais par la suite en fait. Les albums s’imbriquent les uns dans les autres pour former un grand tout, et parmi tous les Donjons parus à ce jour, il y a forcément des albums que vous allez aimer plus que d'autres. En tout cas, les auteurs sont toujours là avec des choses à faire passer. L'album est très réussi sur le plan visuel, les couleurs, les dessins, la galerie de personnages, les situations croquignolesques. Le scénario. Les dialogues percutants. Ça le fait grave en fait!!! Sur tous ces points on est bien dans du Donjon! Et c'est du plaisir. Donc c'est génial ? Donjon est de retour ? Et pourtant.... Je n'y retrouve pas la joie de mes lectures des tomes du milieu (période Zénith ou Potron minet, Crépuscule était tout de même bien sombre). Bref, dans le Donjon tout est-il toujours aussi bon ? A chacun de juger aussi avec sa propre expérience du Donjon. Certains vont beaucoup aimer, d'autres moins. C'est en tout cas un bon divertissement Donjonesque, aucun doute la dessus. Pour info les auteurs semblent à nouveau en période de croisière Donjonesque et des tas de Donjons sont annoncés pour les mois qui viennent! Et Ça c'est quand même très très cool! Autres infos : Je me demande si le gardien à eu des descendants. Je crois que non. Mince j'ai oublié. Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/donjon-antipodes-10000-rubeus-khan?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  3. Titre de l'album : Donjon Parade Tome 6 - Garderie pour petiots Scenariste de l'album : Lewis Trondheim / Joann Sfar Dessinateur de l'album : Alexis Nesme Coloriste : Alexis Nesme Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Herbert a eu la bonne idée de créer une garderie pour occuper la progéniture des guerriers et guerrières venus se confronter aux monstres du Donjon. Marvin, Grogro, Jean-Jean la Terreur, tous sont mis à contribution pour occuper les petiots. Mais comme toujours, avec les plans d'Herbert de Vaucanson, rien ne se passe comme prévu... Critique : Comme d'habitude c'est avec un plaisir non dissimulé que j'ai attaqué la lecture de ce tome 6 de Donjon Parade. Les auteurs nous ramènent entre le T1 et le T2 de l'époque Zénith pour une trentaine de planches tout en humour et en déconne. La chose qui frappe l'esprit en ouvrant l'album ce sont les dessins. Alexis Nesme, qui prend la suite de Manu Larcenet, nous livre ici, dans un style très différent, des tomes précédents, des planches superbes, hautes en couleur et bourrées de détails. C'est vraiment de la folie furieuse. Et quand parfois il n'y a qu"une case sur toute la planche... Ça en jette ! Et je ne parle pas uniquement du sang qui dégouline ou qui gicle. C'est beau... Et ensuite on déroule la 1ère planche et on attaque avec une vanne. Les habitués du Donjon reconnaîtront instantanément la méthode de communication employée (et qui m'a fait bien marrer): Le poulet lancé. Donjon Parade oblige, toute l'histoire est très axée humour potache, et ce tome n'échappe pas à la règle même si l'histoire ne manquera pas de rebondissements dans sa 2è partie. Ca va beaucoup chahuter avec les petits enfants que les parents auront laissé à Herbert en garderie pendant qu'ils sont partis piller le Donjon. Une journée comme un autre au Donjon. Bref un Très bon Donjon Parade. L'humour est bien trouvé, les gags bien présents. La mise en place est superbe. L'action et les retournements de situations nombreux. Les auteurs font même très fort car ils arrivent à caser beaucoup des personnages habituels : Herbert bien sur, Marvin, mais aussi Grogro, Jean Jean, Horus, Alciade.... Et je ne vais pas tous les cités, mais je trouve que les placer dans l'histoire sur 30 pages, c'est fortiche. Et sympa pour le lecteur qui prendra plaisir à les retrouver. Ca fait presque hommage. Espérons que ce ne soit pas le dernier Parade. Autres infos : Quel bonne idée de laisser ses enfants à Herbert Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/donjon-parade-tome-6-garderie-pour-petiots?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  4. Comme d'habitude c'est avec un plaisir non dissimulé que j'ai attaqué la lecture de ce tome 6 de Donjon Parade. Les auteurs nous ramènent entre le T1 et le T2 de l'époque Zénith pour une trentaine de planches tout en humour et en déconne. La chose qui frappe l'esprit en ouvrant l'album ce sont les dessins. Alexis Nesme, qui prend la suite de Manu Larcenet, nous livre ici, dans un style très différent, des tomes précédents, des planches superbes, hautes en couleur et bourrées de détails. C'est vraiment de la folie furieuse. Et quand parfois il n'y a qu"une case sur toute la planche... Ça en jette ! Et je ne parle pas uniquement du sang qui dégouline ou qui gicle. C'est beau... Et ensuite on déroule la 1ère planche et on attaque avec une vanne. Les habitués du Donjon reconnaîtront instantanément la méthode de communication employée (et qui m'a fait bien marrer): Le poulet lancé. Donjon Parade oblige, toute l'histoire est très axée humour potache, et ce tome n'échappe pas à la règle même si l'histoire ne manquera pas de rebondissements dans sa 2è partie. Ca va beaucoup chahuter avec les petits enfants que les parents auront laissé à Herbert en garderie pendant qu'ils sont partis piller le Donjon. Une journée comme un autre au Donjon. Bref un Très bon Donjon Parade. L'humour est bien trouvé, les gags bien présents. La mise en place est superbe. L'action et les retournements de situations nombreux. Les auteurs font même très fort car ils arrivent à caser beaucoup des personnages habituels : Herbert bien sur, Marvin, mais aussi Grogro, Jean Jean, Horus, Alciade.... Et je ne vais pas tous les cités, mais je trouve que les placer dans l'histoire sur 30 pages, c'est fortiche. Et sympa pour le lecteur qui prendra plaisir à les retrouver. Ca fait presque hommage. Espérons que ce ne soit pas le dernier Parade.
  5. alx23

    Carbone & Silicium

    Titre de l'album : Carbone & Silicium Scenariste de l'album : Mathieu Bablet Dessinateur de l'album : Mathieu Bablet Coloriste : Editeur de l'album : Ankama Note : Résumé de l'album : 2046 Derniers nés des laboratoires Tomorrow Foundation, Carbone et Silicium sont les prototypes d’une nouvelle génération de robots destinés à prendre soin de la population humaine vieillissante. Élevés dans un cocon protecteur, avides de découvrir le monde extérieur, c’est lors d’une tentative d’évasion qu’ils finiront par être séparés. Ils mènent alors chacun leurs propres expériences et luttent, pendant plusieurs siècles, afin de trouver leur place sur une planète à bout de souffle où les catastrophes climatiques et les bouleversements politiques et humains se succèdent... Critique : J'attends toujours avec beaucoup d'impatience les derniers albums de Mathieu Bablet surtout après son exceptionnel et très remarqué Shangri-La mais déjà bien avant avec Adrasté ou La belle mort son premier titre. L'auteur s'est consacré dernièrement à une série conceptuelle d'histoires courtes Midnight Tales proche des productions comme DoggyBags. Avec Carbone & Silicum, Mathieu Bablet gagne en profondeur avec une écriture plus affinée et une pagination plus importante. Ce récit de science-fiction reprend des thématiques fortes de notre génération comme la pollution, la politique, la vie, la mort ou bien les problèmes liés aux androïdes trop proche des humains. Cette vision nous est donnée à travers le regard des deux premiers modèles d'androïdes qui survivent sur plusieurs siècles et peuvent ainsi partager leur analyse de l'espèce humaine. Le récit se veut contemplatif à travers leurs yeux et l'auteur prend le temps de développer son intrigue avec très peu de scènes d'action. Carbone et Silicium développent des émotions humaines en opposition avec les hommes qui sont de plus en plus connectés aux machines ou avec des membres robotisés. La partie graphique n'est pas reste, Bablet dessine avec une grande aisance des décors très détaillées, des villes immenses ou même cette fois ci des gros plans en pleine page sur les personnages clés pour introduire chaque chapitre. Les couleurs sont bien choisies pour mettre en place une ambiance particulière durant les quelques trois cents pages de bande dessinée. A noter qu'une version luxueuse est sortie chez Canal BD avec un format plus grand et des bonus supplémentaire. Carbone & Silicium devient une nouvelle référence de science-fiction en bande dessinée. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/carbone-silicium?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  6. Phileas

    Black badge

    Titre de l'album : Black badge Scenariste de l'album : Matt Kindt Dessinateur de l'album : Tyler Jenkins Coloriste : Editeur de l'album : Futuropolis Note : Résumé de l'album : De toutes les organisations scouts, les Black Badges sont l'élite ; les meilleurs parmi les meilleurs. Les Black Badges sont une branche très secrète de scouts, chargée de missions secrètes qu'aucun adulte ne pourrait entreprendre. Mais en définitive, les petits gars en vert toujours prêts (selon la légende) savent peu de choses les uns des autres, et encore moins des autres organisations. Au sein de celles-ci, se cacherait un groupuscule utilisé par le gouvernement pour effectuer des opérations paramilitaires secrètes. En Corée du Nord, comme en Sibérie, qui se méfierait d'une bande d'ados étrangers en short ? Pourtant, au cours de l'une de ses missions, l'escouade des Black Badge devra choisir entre accomplir leur objectif ou secourir l'un de leurs camarades présumé mort des années auparavant. Les Black Badge sont une troupe de scouts d'élite. Ils sont chargés de missions que les adultes ne peuvent entreprendre. Une équipe d'espions digne de Mission impossible en culottes courtes. Mais il faut se méfier des apparences, le bien et le mal ne sont pas toujours là où l'on s'y attend... Après la série à succès GrassKings, Matt Kindt et Tyler Jenkins reviennent avec un roman graphique de 300 pages émouvant, drôle ou... horrible, parfois sur la même page. Critique : Si comme moi vous etes fan de Matt Kindt, et bien jetez vous directement et le plus rapidement possible sur ce Black Badge. Le duo aux commandes de de GrassKings nous revient avec un énorme one shot et thriller d'espionnage sublime. L'idée de base est deja aussi osé que bien pensée : et si les scouts du monde étaient bien plus que de simple "campeurs à tendance Mac Gyver" ? Et si sous la bonhomie d'un groupe d'enfant, Matt Kindt voit lui de potentiels espions et agents de terrain capable, plus que des adultes, de passer inaperçu et de réaliser des actes de "protections de la nations". Et comme dans toute bonne histoire d'espionnage, comment savoir qui est le bon et qui est le mauvais espion, au milieu de menteurs professionnels ? Entre des personnages bien travaillés, un graphisme toujours au top et une histoires surprenante du début à la fin, ce Black Badge se révèle un must have complètement imprévu. Et donc une excellente et magnifique surprise Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/black-badge?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  7. Titre de l'album : Le culte de Mars Scenariste de l'album : Mobidic Dessinateur de l'album : Mobidic Editeur de l'album : Delcourt Note : https://www.1001bd.com/tmp/pic/note/5.0.png Résumé de l'album : Les ressources de la Terre sont épuisées. Les plus riches sont partis pour Mars, les plus démunis attendent désespérément qu'on vienne les chercher. Ses survivants ont sombré dans l'obscurantisme. Au beau milieu de ce gâchis, Hermès, tente de consigner tous les anciens savoirs pour les rassembler dans une encyclopédie afin de les partager et aider l'humanité à aller de l'avant, à renaître de ses cendres. Critique : Avant tout , je dois rendre à César ce qui est à César, Mobidic est une autrice et non pas un auteur comme j'ai pu le dire ailleurs. Une erreur impardonnable, surtout dans ce milieu de la bd plutôt masculin . Elle m'avait donc surpris et assez accroché sur Le roi ours , un joli conte ; et bien elle met la barre encore plus haute avec ce récit post-apocalyptique sans en être un véritablement. On constate les restes de notre ancienne civilisation, parsemés dans des cases somptueuses, mais le plus important est bien l'étude de ce "nouveau" monde. En effet les plus riches sont partis sur Mars et ont laissé le reste des habitants sur Terre. Des siècles ont passé et toute notre culture, notamment religieuse s'est effondrée. Ici, point de dieux d'une quelconque religion, les "idoles" du peuple sont bel et bien ces terriens partis sur Mars, et bien-sûr la planète rouge elle même. Cette nouvelle société a par ailleurs fait l'objet d'un profond recul technologique comme on a pu le voir suite à des effondrements de civilisations dans le passé (amis du collapse bonjour). On sent derrière toute cette création une profonde réflexion de Mobidic, qui rend ce cadre "terrien" particulièrement plausible. Dans ce nouveau monde aux accents mayas parfois, va évoluer Hermès notre héro, un des rares qui sait lire et surtout, porteur d'un secret inimaginable. Nous l'accompagnons jusqu'à ce dénouement plus ou moins tragique, selon les points de vue . Vous l'avez compris , le scénario est à la hauteur. On est pas dans Mad Max ou un autre récit post-apo. Ici , il y a plus de profondeur et moins d'action. Le dessin est là aussi, dans la lignée de son précèdent opus, de toute beauté. Les couleurs des forêts nous immergent totalement. Delcourt tient avec elle, à l'instar de Joor et son Kanopé, une nouvelle génération d'auteurs de grand talent. J'ai déjà hâte de découvrir son prochain album. Espérons que le confinement l'ait inspiré et dégagé du temps pour une future création. Merci Mobidic et chapeau l'artiste !!! Kevin Nivek Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/le-culte-de-mars/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  8. alx23

    Hope one Tome 2

    Titre de l'album : Hope one Tome 2 Scenariste de l'album : 'Fane Dessinateur de l'album : Grelin Editeur de l'album : Glenat Note : Résumé de l'album : 1971. Cando, petite bourgade enneigée du Dakota du nord. En plein naufrage sentimental, la shérif adjointe Jamie Brimley se retrouve seule confrontée à une double disparition. Et pour comble d’infortune, les renforts tant attendus prennent les traits tirés d’un agent fédéral alcoolique et acariâtre... Critique : Alors je dois bien reconnaître que la suite de Hope one déstabilise comme on a l'impression de lire une histoire totalement différente du premier tome. En effet, après un huis-clos dans une ambiance futuriste et de science-fiction, on redémarre l'histoire dans les années soixante avec une enquête policière assez classique. Dans cette suite qui apporte la conclusion avec beaucoup de surprise, on suit l'enquête sur la disparition d'une actrice, menée par la fille du shérif disparu et un agent du FBI alcoolique mais rusé. Le scénariste 'Fane brouille les pistes et donne envie de poursuivre la lecture de son thriller. L'auteur gère le story-board dans cet épisode et laisse la partie graphique à Grelin ainsi que les couleurs. Le style des dessins s'en trouve très changé par rapport au style de 'Fane pour les amateurs de son trait. L'histoire est très surprenante et tient parfaitement la route jusqu'à la fin. Hope one est la première bande dessinée que je lis avec une histoire aussi bien pensée. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/hope-one-tome-2/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  9. Au premier contact, cet album est très joli visuellement. Avec des planches très efficaces et contemplatives. Le dessin de Pierre-Mony Chan est impeccable, d'ailleurs j'ai cru que c'était Philippe Buchet. La mise en couleur donne beaucoup de dynamisme à l'ensemble. C’est un petit plaisir coupable de retrouver Navïs dans ce Tome 2 de Sillage - Premières armes. La série qui explique la période de formation de Navïs en tant qu'agent de la Constituante et ses 1ères missions. Lecteur, tu trouveras ici un scénario limpide à base de pirates qui abordent des vaisseaux de croisière. Tu trouveras aussi beaucoup d'action mais aussi des nez cassés et un peu d'alcool, Morbleu! C'est simple et efficace. C'est une aventure quasi indépendante à la série mère (je dis quasi car il y a quelques références et un fort lien quand même sur le final). L’album se situe entre le T2 (collection privée) et l'excellent T3 (engrenages), on repart loin en amont et c'est tout de même très sympathique de retrouver notre héroïne placée au début de la série, avec sa jeunesse, sa fougue, ses défauts d'alors et sans tous ses supers pouvoirs et son équipe de fidèles qu'elle s'est constituée au fil des albums, et qui l'a rendent invincible. Bref ici, on ne se prend pas la tête. C'est un chouette album. J’ai même cru que l’Atlantis de ma jeunesse allait sortir d’un portail au détour d'une case tellement on est dans l'ambiance avec les pirates spatiaux, mais non, quand même pas. Navïs prend son nouveau rôle d’agent de Sillage à cœur en cassant, quelques os au passage dans les nombreuses scènes d'action présentes dans l'histoire. Le tout est présenté avec beaucoup d'humour. Le ton est ici très léger tout au long de l'album. Et c'est très bien. Le principal défaut s'il fallait en trouver un ? Je ne suis pas sûr que cet album marque beaucoup à terme, la série principale nous a habitué à des scénarios plus profonds la majorité du temps. Mais il ne faut pas bouder son plaisir ! Les bonnes choses sont rares ces temps ci. Compagnons lancez l'abordage sinon je vous envoie nourrir les poissons!
  10. Titre de l'album : Sillage - Premières Armes Tome 2 - Vitesse de croisière Scenariste de l'album : Jean-David Morvan / Philippe Buchet Dessinateur de l'album : Pierre-Mony Chan Coloriste : Alice Picard et Pierre-Mony Chan Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Dans un rôle de barmaid qui lui sert de couverture et où elle s'ennuie à mourir, Nävis a infiltré un vaisseau de croisière spatiale pour assurer sa sécurité car de nombreux cargos disparaissent mystérieusement sans laisser de trace. L'agent spécial et son commandement croient avoir affaire à de simples actes de piraterie mais les choses sont rarement ce qu'elles semblent être. Critique : Au premier contact, cet album est très joli visuellement. Avec des planches très efficaces et contemplatives. Le dessin de Pierre-Mony Chan est impeccable, d'ailleurs j'ai cru que c'était Philippe Buchet. La mise en couleur donne beaucoup de dynamisme à l'ensemble. C’est un petit plaisir coupable de retrouver Navïs dans ce Tome 2 de Sillage - Premières armes. La série qui explique la période de formation de Navïs en tant qu'agent de la Constituante et ses 1ères missions. Lecteur, tu trouveras ici un scénario limpide à base de pirates qui abordent des vaisseaux de croisière. Tu trouveras aussi beaucoup d'action mais aussi des nez cassés et un peu d'alcool, Morbleu! C'est simple et efficace. C'est une aventure quasi indépendante à la série mère (je dis quasi car il y a quelques références et un fort lien quand même sur le final). L’album se situe entre le T2 (collection privée) et l'excellent T3 (engrenages), on repart loin en amont et c'est tout de même très sympathique de retrouver notre héroïne placée au début de la série, avec sa jeunesse, sa fougue, ses défauts d'alors et sans tous ses supers pouvoirs et son équipe de fidèles qu'elle s'est constituée au fil des albums, et qui l'a rendent invincible. Bref ici, on ne se prend pas la tête. C'est un chouette album. J’ai même cru que l’Atlantis de ma jeunesse allait sortir d’un portail au détour d'une case tellement on est dans l'ambiance avec les pirates spatiaux, mais non, quand même pas. Navïs prend son nouveau rôle d’agent de Sillage à cœur en cassant, quelques os au passage dans les nombreuses scènes d'action présentes dans l'histoire. Le tout est présenté avec beaucoup d'humour. Le ton est ici très léger tout au long de l'album. Et c'est très bien. Le principal défaut s'il fallait en trouver un ? Je ne suis pas sûr que cet album marque beaucoup à terme, la série principale nous a habitué à des scénarios plus profonds la majorité du temps. Mais il ne faut pas bouder son plaisir ! Les bonnes choses sont rares ces temps ci. Compagnons lancez l'abordage sinon je vous envoie nourrir les poissons! Autres infos : Ex-libris offert sur le site de BDfugue Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/sillage-premieres-armes-tome-2-vitesse-de-croisiere Voir la totalité de enregistrement
  11. Ce troisième opus de la série RIP se focalise sur le personnage d'Ahmed, le policier infiltré comme on a pu le découvrir dans les épisodes précédents. D'ailleurs, ce tome démarre avec un passage du premier album, avec toute l'équipe qui rend visite à Ahmed suite à la disparition d'une bague de grande valeur. En effet, tous les personnages principaux de RIP travaillent pour une sombre société qui se charge de récupérer toutes les choses de valeur dans les maisons et appartements de décès pas encore déclarés à la police. L'ambiance peut sembler glauque aux premiers abords avec toutes les mouches, les insectes et autres nuisibles qui s'installent, pondent ou dévorent les cadavres mais les auteurs gèrent à merveilles leur histoire avec quelques touches d'humour et des dialogues bien pensés. Chaque épisode est consacré à un personnage clé de l'histoire, le premier tome nous présentait Derrick, le second Maurice et maintenant Ahmed. Nous sommes arrivés à la moitié de l'histoire comme la série est prévue depuis le début en six tomes. Au niveau des dessins, Julien Monier poursuit son travail méticuleux pour nous dépeindre cet univers réaliste et souvent morbide. Le premier tome m’avait agréablement surpris à sa sortie, la suite restait dans le même registre mais ce troisième tome relance avec beaucoup d’intérêt la série. Les flash-backs sont nombreux dans la série ainsi que les scènes vues d’un autre angle suivant le personnage ou l’album, nous donnent une autre vision de l’histoire.
  12. Titre de l'album : Rip tome 3 - Ahmed au bon endroit au mauvais moment Scenariste de l'album : Gaet'S Dessinateur de l'album : Julien Monier Coloriste : Editeur de l'album : Autres Editeurs/Auto editions Note : Résumé de l'album : Après un premier tome consacré à Derrick et un deuxième dédié à Maurice, nous plongeons désormais dans le quotidien sordide d'Ahmed, jeune flic spécialisé dans l'étude des insectes. Plongé dans une affaire criminelle qui le dépasse mais décidé à faire ses preuves, Ahmed risque bien de se retrouver au bon endroit... au mauvais moment. Critique : Ce troisième opus de la série RIP se focalise sur le personnage d'Ahmed, le policier infiltré comme on a pu le découvrir dans les épisodes précédents. D'ailleurs, ce tome démarre avec un passage du premier album, avec toute l'équipe qui rend visite à Ahmed suite à la disparition d'une bague de grande valeur. En effet, tous les personnages principaux de RIP travaillent pour une sombre société qui se charge de récupérer toutes les choses de valeur dans les maisons et appartements de décès pas encore déclarés à la police. L'ambiance peut sembler glauque aux premiers abords avec toutes les mouches, les insectes et autres nuisibles qui s'installent, pondent ou dévorent les cadavres mais les auteurs gèrent à merveilles leur histoire avec quelques touches d'humour et des dialogues bien pensés. Chaque épisode est consacré à un personnage clé de l'histoire, le premier tome nous présentait Derrick, le second Maurice et maintenant Ahmed. Nous sommes arrivés à la moitié de l'histoire comme la série est prévue depuis le début en six tomes. Au niveau des dessins, Julien Monier poursuit son travail méticuleux pour nous dépeindre cet univers réaliste et souvent morbide. Le premier tome m’avait agréablement surpris à sa sortie, la suite restait dans le même registre mais ce troisième tome relance avec beaucoup d’intérêt la série. Les flash-backs sont nombreux dans la série ainsi que les scènes vues d’un autre angle suivant le personnage ou l’album, nous donnent une autre vision de l’histoire. Autres infos : Editions Petits à Petits Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/rip-tome-3-ahmed-au-bon-endroit-au-mauvais-moment/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  13. Alors quand on est un tome de Donjon, dernier sorti d'une longue lignée, on est un peu comme le dernier petit frère d'une très très grande famille. Mais quand en plus on est le 1er du bout du bout (du bout positif: +10 000!), c'est à dire sur la chronologie, le 1er tome de l'ère moderne de Donjon. La pression sur ses petites épaules doit être très grande. Surtout quand l'écart (qui se compte en niveau dans Donjon, soit 1 album) est dans les +10 000.... Wha wha ou... Beaucoup de questions peuvent se poser. Suis je encore un Donjon ? Qu'est ce que je peux encore amener dans l'histoire alors que je suis si loin de ma base de départ ? Et à la série ? Est ce que je vais être aussi drôle et fin que les 1ers Donjon de la période Zénith et conquérir le monde ? Ou triste comme un crépuscule ? Et ou sont les objets du destin ? Ah bah non, cette question, on ne va pas y répondre pour l'instant. Donjon +10 000 ou Donjon et demi ? Alors est ce qu'on est encore dans Donjon ? Incontestablement oui. On retrouve dans ce tome du Donjon. Le héros s'appelle Rubéus Khan. Rien que ce grand nom devrait faire frémir des tas de fantômes et démon encore vivants. Pourtant dans ce 1er tome, la filiation est lointaine même si on peut retrouver ici un trait de caractère, là un nom ou une apparence physique qui n'est pas forcément sans rappeler quelques ancêtres potentiels ou encore mieux, des références. Et cet album en fait pas mal, sans toutefois être très clair sur les références. Un peu comme dans un Donjon de la grande époque en fait. Ce qui prouve qu'on est encore dans du Donjon. Mais alors l'album il est bien ou pas ? Bah il est pas mal. Faudrait être difficile quand même. C'est de la bonne aventure. Il y a de la bagarre par exemple. Et Rubéus est un peu le roi de la bagarre dans cet album. Ça va castagner au fil des cases en effet. Après on est aussi dans les temps modernes. Avec critique de la société actuelle en arrière plan sur fond de voitures, de petites magouilles, de grands patrons, d'économie de la vie moderne... La vie quoi. Du coup, on est quand même loin des Donjons de l'époque du milieu tout en y étant clairement affilié (maintenant j'appelle comme ça les albums qui sont entre deux antipodes). Et ça, ça peut-être compliqué pour le lecteur que je suis. Pour tous je suppose. Et du coup qu'en penser ? Du coup, à titre personnel, je me pose encore la question. Est ce que j'ai aimé l'album ou est ce que j'ai aimé la nostalgie de la lecture des anciens albums qui sont rappelés ici ? Pour l'instant difficile à dire... J'hésite. J'hésite tellement que je verrais par la suite en fait. Les albums s’imbriquent les uns dans les autres pour former un grand tout, et parmi tous les Donjons parus à ce jour, il y a forcément des albums que vous allez aimer plus que d'autres. En tout cas, les auteurs sont toujours là avec des choses à faire passer. L'album est très réussi sur le plan visuel, les couleurs, les dessins, la galerie de personnages, les situations croquignolesques. Le scénario. Les dialogues percutants. Ça le fait grave en fait!!! Sur tous ces points on est bien dans du Donjon! Et c'est du plaisir. Donc c'est génial ? Donjon est de retour ? Et pourtant.... Je n'y retrouve pas la joie de mes lectures des tomes du milieu (période Zénith ou Potron minet, Crépuscule était tout de même bien sombre). Bref, dans le Donjon tout est-il toujours aussi bon ? A chacun de juger aussi avec sa propre expérience du Donjon. Certains vont beaucoup aimer, d'autres moins. C'est en tout cas un bon divertissement Donjonesque, aucun doute la dessus. Pour info les auteurs semblent à nouveau en période de croisière Donjonesque et des tas de Donjons sont annoncés pour les mois qui viennent! Et Ça c'est quand même très très cool!
  14. Série : Le transperceneige Scenario : Matz Dessin : Rochette my 2 cents La fin du prequel Edition : Casterman Acheter sur BDfugue Résumé : Terre, nouvelle ère glaciaire, la course pour la survie a commencé. Le train aux mille et un wagons a débuté sa course pour la survie. Sa première mission consiste à aller chercher tous ceux qui ont « gagné » leur place à bord. Ceux qui sont encore vivants, ceux qui savent où aller, ceux qui peuvent y aller… Pour Jimmy et son père, un contre la montre désespéré s’engage. À bord du Transperceneige, Zeng assiste, impuissant, à la fin de son utopie. Ca y est Matz et Rochette ont fini leur prequel au Transperceneige. Et c'est tellement logique et bon... qu'il manque quasiment un peu de folie. C'est dur à dire. En effet le travail de graphique de Rochette est super. Le scénario de Matz et lui aussi très bon et nous amène exactement là où l'on est au début de l'album mythique de Rochette et Lob. Mais presque "trop parfaitement". Ce que je veux dire c'est que si cette lecture est vraiment très sympa, amenant la fameuse clef sur ce qu'il s'est passé sur terre, mais... je ne sais pas j'aurais aimé un peu plus de folie à défaut d'espoir. C'est un peu le problème dans ce genre de prequel c'est que vu que l'on connait la finalité (si non hop hop on va chez son libraire !!), il est difficile de nous surprendre et de dépasser le statut de "bonne introduction. Et c'est le cas ici. La lecture est super intéressante et captivante. Mais la place dans la postérité est déjà prise par l'original. Ma Note:
  15. Titre de l'album : Mangez-le si vous voulez Scenariste de l'album : Dominique Gelli Dessinateur de l'album : Dominique Gelli Coloriste : Dominique Gelli Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : À l'été 1870, alors que la puissance de l'armée prussienne décide du sort du second Empire, le moral du peuple français est au plus bas. Quand un jeune notable de Dordogne, Alain de Monéys, se rend à la foire d'Hautefaye, il ne sait pas que c'est pour y subir les pires tortures, jusqu'à son meurtre et sa dévoration par une foule rendue hystérique d'avoir cru l'entendre dire : « à bas la France »... Critique : Dominique Gelli adapte le roman de Jean Teulé qui s'inspire d'un fait réel très marquant de la fin du 19ème siècle. Je ne connaissais pas cette histoire surréaliste qui s'est déroulée au moment de la guerre contre les prussiens. Le format du roman graphique convient très bien à ce récit historique découpé en chapitre. A chaque début de chapitre, la page d'ouverture donne la position du personnage principal dans le petit village de Dordogne. On découvre la vie d'Alain de Monéys qui s'engage dans l'armée française malgré son handicap pour aller combattre. Il aurait pu acheter la place d'un non-combattant plus pauvre que lui, c'était une pratique très courante à cette époque. Juste avant de partir sur le front, Monéys se rend à une foire dans le village voisin pour revoir ses amis d'enfance. Le drame va commencer dès son arrivée. La partie graphique de Dominique Gelli est très originale mais très sombre dans la façon de représenter les personnages. L'auteur ajoute des touches de couleurs pour renforcer l'action en cours pour un rendu impactant. Mangez-le si vous voulez est un récit marquant sur les phénomènes de foule, capable des pires atrocités. L'histoire d'Alain de Monéys m'a troublé donc je me suis renseigné après la lecture de ce roman graphique pour vérifier les faits exposés. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/mangez-le-si-vous-voulez?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  16. alx23

    Mangez-le si vous voulez

    Dominique Gelli adapte le roman de Jean Teulé qui s'inspire d'un fait réel très marquant de la fin du 19ème siècle. Je ne connaissais pas cette histoire surréaliste qui s'est déroulée au moment de la guerre contre les prussiens. Le format du roman graphique convient très bien à ce récit historique découpé en chapitre. A chaque début de chapitre, la page d'ouverture donne la position du personnage principal dans le petit village de Dordogne. On découvre la vie d'Alain de Monéys qui s'engage dans l'armée française malgré son handicap pour aller combattre. Il aurait pu acheter la place d'un non-combattant plus pauvre que lui, c'était une pratique très courante à cette époque. Juste avant de partir sur le front, Monéys se rend à une foire dans le village voisin pour revoir ses amis d'enfance. Le drame va commencer dès son arrivée. La partie graphique de Dominique Gelli est très originale mais très sombre dans la façon de représenter les personnages. L'auteur ajoute des touches de couleurs pour renforcer l'action en cours pour un rendu impactant. Mangez-le si vous voulez est un récit marquant sur les phénomènes de foule, capable des pires atrocités. L'histoire d'Alain de Monéys m'a troublé donc je me suis renseigné après la lecture de ce roman graphique pour vérifier les faits exposés.
  17. alx23

    Carbone & Silicium

    J'attends toujours avec beaucoup d'impatience les derniers albums de Mathieu Bablet surtout après son exceptionnel et très remarqué Shangri-La mais déjà bien avant avec Adrasté ou La belle mort son premier titre. L'auteur s'est consacré dernièrement à une série conceptuelle d'histoires courtes Midnight Tales proche des productions comme DoggyBags. Avec Carbone & Silicum, Mathieu Bablet gagne en profondeur avec une écriture plus affinée et une pagination plus importante. Ce récit de science-fiction reprend des thématiques fortes de notre génération comme la pollution, la politique, la vie, la mort ou bien les problèmes liés aux androïdes trop proche des humains. Cette vision nous est donnée à travers le regard des deux premiers modèles d'androïdes qui survivent sur plusieurs siècles et peuvent ainsi partager leur analyse de l'espèce humaine. Le récit se veut contemplatif à travers leurs yeux et l'auteur prend le temps de développer son intrigue avec très peu de scènes d'action. Carbone et Silicium développent des émotions humaines en opposition avec les hommes qui sont de plus en plus connectés aux machines ou avec des membres robotisés. La partie graphique n'est pas reste, Bablet dessine avec une grande aisance des décors très détaillées, des villes immenses ou même cette fois ci des gros plans en pleine page sur les personnages clés pour introduire chaque chapitre. Les couleurs sont bien choisies pour mettre en place une ambiance particulière durant les quelques trois cents pages de bande dessinée. A noter qu'une version luxueuse est sortie chez Canal BD avec un format plus grand et des bonus supplémentaire. Carbone & Silicium devient une nouvelle référence de science-fiction en bande dessinée.
  18. alx23

    Tomahawk

    Patrick Prugne continue ses récits d'aventure sur le nouveau continent au XVIIIème siècle, avec des tribus amérindiennes même si cette fois c'est un soldat français qui est héros de l'histoire. Les scénarios de Prugne sont assez basiques en général et manquent de profondeur mais on se laisse vite prendre au jeu. On suit la chasse à l'ours d'un soldat qui veut se venger alors qu'il est lui-même poursuivit par des soldats anglais accompagnés de Mohawks. Avec Tomahawk, on se retrouve contemplatif des magnifiques planches de Prugne qui nous plonge dans son univers réaliste et historique avec le démarrage de la guerre de sept ans entre les anglais et français. L'album se termine sur plusieurs pages d'esquisses, de recherches graphique et autres illustrations ainsi que quelques explications de l'auteur pour ses influences. Tomahawk est la sixième bande dessinée sur les amérindiens et l’Amérique du nord depuis Canöe Bay. Les dessins et peintures de Prugne gagnent en qualité et c’est toujours avec beaucoup plaisir que je découvre ses nouveaux albums.
  19. Avec le point de vue des zombies on arrive au cinquième épisode la série Dylan Dog aux éditions Mosquito. Comme pour les précédents, on retrouve une nouvelle équipe artistique avec Tiziano Sclavi et Gigi Cavenago qui se chargent d'un tome qui regroupe quelques histoires courtes autour de Dylan Dog. L'ambiance est fantastique avec une touche horrifique comme souvent, avec des zombies, de la magie et de l'ésotérisme. Dylan dog ne participe pas à toutes les histoires courtes de ce recueil de 70 pages. La partie graphique est très originale et apporte énormément au titre. Les dessins sont dans un style réaliste avec une mise en couleur très colorée et des couleurs flashy pour un rendu de qualité. Le démarrage du point de vue des zombies est très impressionnant graphiquement, sans parole avec Dylan qui extermine quelques zombies en costard dans un cimetière. Dommage que l'histoire principale ne dure pas plus de page, même si la fin reste ouverte pour une suite plus tard. Les amateurs de la série s'y retrouveront avec ce tome et les autres pourront découvrir la série comme il n'est pas nécessaire de connaitre les premiers tomes qui sont des histoires indépendantes.
  20. alx23

    Hope one Tome 2

    Alors je dois bien reconnaître que la suite de Hope one déstabilise comme on a l'impression de lire une histoire totalement différente du premier tome. En effet, après un huis-clos dans une ambiance futuriste et de science-fiction, on redémarre l'histoire dans les années soixante avec une enquête policière assez classique. Dans cette suite qui apporte la conclusion avec beaucoup de surprise, on suit l'enquête sur la disparition d'une actrice, menée par la fille du shérif disparu et un agent du FBI alcoolique mais rusé. Le scénariste 'Fane brouille les pistes et donne envie de poursuivre la lecture de son thriller. L'auteur gère le story-board dans cet épisode et laisse la partie graphique à Grelin ainsi que les couleurs. Le style des dessins s'en trouve très changé par rapport au style de 'Fane pour les amateurs de son trait. L'histoire est très surprenante et tient parfaitement la route jusqu'à la fin. Hope one est la première bande dessinée que je lis avec une histoire aussi bien pensée.
  21. A la vue de la couverture et avant la lecture, j'ai tout de suite pensé au 1er tome de cette série fleuve. Nous sommes au tome 28, et bien des histoires différentes, dans le fond ou la forme, ont parsemé ces dernières années La Geste des Chevaliers Dragons. Pourtant ce tome est comme une espèce de retour aux racines. Vous allez en effet y trouver un dragon à occire, pas [trop] de politique, puisque par définition l'ordre des Chevaliers Dragons ne fait pas de politique (!). Une équipe de chevalier typique, avec son maître et sa jeune apprentie dévouée , de très belles planches (j'y reviendrais plus bas), et un scénario efficace qui va droit au but en servant des branches annexes avec succès, et qui vont se révéler plus importantes que l'histoire principale. Pourtant ce tome s'inscrit également dans le fil rouge présent déjà depuis longtemps dans la série (pour information, ce tome 28 prend place chronologiquement entre le tome 24 et le tome 26), et contribue par petites touches à l'enrichissement de l'univers des auteurs vers quelques chose de solide. Il y a portant des différences dans la manière de raconter cette histoire qui s'annonçait assez classique (nous sommes au tome 28, ne l'oubliez pas, et des références dans la couverture sonnent comme un rappel aux origines: L'ordre, le chevalier, l'armure, l'épée). Le ton employé est assez léger, et tout en humour et le dessin y participe dès les 1ères cases et planches. Ensuite le point de vu adopté n'est pas centré sur le Chevalier Dragon qui apprend à son apprentie, comme c'est souvent le cas, mais sur Tarek. Vendeur / Magouilleur, au bon cœur au final, qui va recroiser (pour son bonheur) Sybille: son amour impossible, qu'il va poursuivre sur sa mission de Chevalier. Côté dessin, j'avoue que je suis surpris très favorablement par les très belles planches que nous livre Roberto Viacava, qui nous à déjà offert quelques comics (Batman / Superman) ou le 5e évangile avec Jean-Luc Istin chez Soleil. Ses planches sont très précises, lumineuses (la mise en couleur y participe aussi), réalistes. Avec beaucoup de détails. Elles s'adaptent parfaitement au récit et y ajoutent pas mal de légèreté, car au final le ton malgrè son contexte habituel, grave et son lots de morts par dizaines ou même centaine, reste léger. A cause des situations décalées et de l'humour ironique et sarcastique de part et d'autre des planches. En conclusion, c'est un très bon tome de la Geste, une bonne histoire, solide, bien mise en images et qui sert la série. Et cela suffit à mon bonheur de lecteur de la Geste. Et je vais aller relire le Tome 24, qui chronologiquement se place juste avant pour retrouver les personnages juste avant cet épisode, qui est aussi leur dénouement.
  22. Titre de l'album : La geste des chevaliers dragons: Tome 28 : Contrebandes Scenariste de l'album : Ange Dessinateur de l'album : Viacava Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : Tarek, jeune contrebandier séduisant, et qui n'aspire qu'à la fortune et aux femmes, est une nouvelle fois embarqué dans un conspiration qui le dépasse. Une conspiration où est impliqué l'Ordre des Chevaliers Dragon... et la belle Sybile, qui a eu une grande importance dans le passé de Tarek et qui dont la seule présence va remettre en question l'avenir de contrebandier, sa moralité... et sa vie. Critique : A la vue de la couverture et avant la lecture, j'ai tout de suite pensé au 1er tome de cette série fleuve. Nous sommes au tome 28, et bien des histoires différentes, dans le fond ou la forme, ont parsemé ces dernières années La Geste des Chevaliers Dragons. Pourtant ce tome est comme une espèce de retour aux racines. Vous allez en effet y trouver un dragon à occire, pas [trop] de politique, puisque par définition l'ordre des Chevaliers Dragons ne fait pas de politique (!). Une équipe de chevalier typique, avec son maître et sa jeune apprentie dévouée , de très belles planches (j'y reviendrais plus bas), et un scénario efficace qui va droit au but en servant des branches annexes avec succès, et qui vont se révéler plus importantes que l'histoire principale. Pourtant ce tome s'inscrit également dans le fil rouge présent déjà depuis longtemps dans la série (pour information, ce tome 28 prend place chronologiquement entre le tome 24 et le tome 26), et contribue par petites touches à l'enrichissement de l'univers des auteurs vers quelques chose de solide. Il y a portant des différences dans la manière de raconter cette histoire qui s'annonçait assez classique (nous sommes au tome 28, ne l'oubliez pas, et des références dans la couverture sonnent comme un rappel aux origines: L'ordre, le chevalier, l'armure, l'épée). Le ton employé est assez léger, et tout en humour et le dessin y participe dès les 1ères cases et planches. Ensuite le point de vu adopté n'est pas centré sur le Chevalier Dragon qui apprend à son apprentie, comme c'est souvent le cas, mais sur Tarek. Vendeur / Magouilleur, au bon cœur au final, qui va recroiser (pour son bonheur) Sybille: son amour impossible, qu'il va poursuivre sur sa mission de Chevalier. Côté dessin, j'avoue que je suis surpris très favorablement par les très belles planches que nous livre Roberto Viacava, qui nous à déjà offert quelques comics (Batman / Superman) ou le 5e évangile avec Jean-Luc Istin chez Soleil. Ses planches sont très précises, lumineuses (la mise en couleur y participe aussi), réalistes. Avec beaucoup de détails. Elles s'adaptent parfaitement au récit et y ajoutent pas mal de légèreté, car au final le ton malgrè son contexte habituel, grave et son lots de morts par dizaines ou même centaine, reste léger. A cause des situations décalées et de l'humour ironique et sarcastique de part et d'autre des planches. En conclusion, c'est un très bon tome de la Geste, une bonne histoire, solide, bien mise en images et qui sert la série. Et cela suffit à mon bonheur de lecteur de la Geste. Et je vais aller relire le Tome 24, qui chronologiquement se place juste avant pour retrouver les personnages juste avant cet épisode, qui est aussi leur dénouement. Autres infos : J'aime les séries fleuve Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/la-geste-des-chevaliers-dragons-tome-28?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  23. VladNirky

    Le culte de Mars

    Avant tout , je dois rendre à César ce qui est à César, Mobidic est une autrice et non pas un auteur comme j'ai pu le dire ailleurs. Une erreur impardonnable, surtout dans ce milieu de la bd plutôt masculin . Elle m'avait donc surpris et assez accroché sur Le roi ours , un joli conte ; et bien elle met la barre encore plus haute avec ce récit post-apocalyptique sans en être un véritablement. On constate les restes de notre ancienne civilisation, parsemés dans des cases somptueuses, mais le plus important est bien l'étude de ce "nouveau" monde. En effet les plus riches sont partis sur Mars et ont laissé le reste des habitants sur Terre. Des siècles ont passé et toute notre culture, notamment religieuse s'est effondrée. Ici, point de dieux d'une quelconque religion, les "idoles" du peuple sont bel et bien ces terriens partis sur Mars, et bien-sûr la planète rouge elle même. Cette nouvelle société a par ailleurs fait l'objet d'un profond recul technologique comme on a pu le voir suite à des effondrements de civilisations dans le passé (amis du collapse bonjour). On sent derrière toute cette création une profonde réflexion de Mobidic, qui rend ce cadre "terrien" particulièrement plausible. Dans ce nouveau monde aux accents mayas parfois, va évoluer Hermès notre héro, un des rares qui sait lire et surtout, porteur d'un secret inimaginable. Nous l'accompagnons jusqu'à ce dénouement plus ou moins tragique, selon les points de vue . Vous l'avez compris , le scénario est à la hauteur. On est pas dans Mad Max ou un autre récit post-apo. Ici , il y a plus de profondeur et moins d'action. Le dessin est là aussi, dans la lignée de son précèdent opus, de toute beauté. Les couleurs des forêts nous immergent totalement. Delcourt tient avec elle, à l'instar de Joor et son Kanopé, une nouvelle génération d'auteurs de grand talent. J'ai déjà hâte de découvrir son prochain album. Espérons que le confinement l'ait inspiré et dégagé du temps pour une future création. Merci Mobidic et chapeau l'artiste !!! Kevin Nivek
  24. poseidon2

    Les minots de Marseille

    Si vous aimez l'OM vous connaissez surement déjà Nino et son "Droit au but'. La BD officielle de l'OM qui nous montre le parcours de notre 'Tsubasa'* marseillais. Et bien pour ne pas se concentrer uniquement sur le milieu du foot professionnel et ne pas oublier la base des footballeurs de rue amateurs, l'OM et les éditions Hugo BD lance "Les minots de Marseille". Le concept est assez simple: Cette histoire est un manga. Enfin elle en reprend tous les codes : on prend des jeunes fans de foot qui ne paraissent pas doué. ON leur trouve un but. On les met ensemble. Ils prennent une baffe. Ils s’entraînent et deviennent fort. Et là ou Hugo BD et L'OM ont raison c'est que si ca marche dans le manga.... pas de raison que cela ne marche pas en BD chez les jeunes. Et effectivement ça marche. On s'attache a cette équipe montée de bric et de brocs et on apprécie l'aspect progression/entrainement et les caractères fort et disparates de nos jeunes footeux. Attention il n'y a absolument rien de nouveau dans cette série. Mais elle est bien réalisé et la mayonnaise prend bien au point qu'on aimerait que le tome soit plus long. Apres c'est un fan de manga de sport qui vous fait cette critique * : pour les anciens, Tsubasa est le nom d'olivier de Oliv et Tom dans la version 2020 du dessin animé en France.
  25. Titre de l'album : Les minots de Marseille Scenariste de l'album : Zampano Dessinateur de l'album : Pedro J. Colombo Editeur de l'album : Hugo bd Note de l'album : 3.5 Résumé de l'album : Léo, 12 ans, un jeune garçon du nord de la France, emménage avec sa mère, Adèle, assistante maternelle, dans la ville de Marseille. Son père, un ancien footballeur, a quitté le foyer familial sans plus donner de nouvelles. En attendant la rentrée scolaire, notre héros déambule dans les rues en quête de nouveaux copains qui sachent taper dans un ballon. Mais le terrain de foot de son quartier est un territoire contrôlé par Mareck et sa bande, guère décidés à accueillir le nouveau-venu. Qu'importe : sur la plage, Léo se lie d'amitié avec Zelda, une ado rebelle dont la passion pour le ballon rond fait le désespoir de ses parents, riches promoteurs immobiliers. Ensemble, ils projettent de monter une petite équipe : se joignent à eux Driss, jeune black un peu rondouillard originaire du Bénin, Chang, petit mais d'une rapidité surprenante et Godzilla le gitan, le costaud du clan. Le défi est lancé à Mareck pour disputer le droit de venir jouer sur le terrain de la cité. Critique : Si vous aimez l'OM vous connaissez surement déjà Nino et son "Droit au but'. La BD officielle de l'OM qui nous montre le parcours de notre 'Tsubasa'* marseillais. Et bien pour ne pas se concentrer uniquement sur le milieu du foot professionnel et ne pas oublier la base des footballeurs de rue amateurs, l'OM et les éditions Hugo BD lance "Les minots de Marseille". Le concept est assez simple: Cette histoire est un manga. Enfin elle en reprend tous les codes : on prend des jeunes fans de foot qui ne paraissent pas doué. ON leur trouve un but. On les met ensemble. Ils prennent une baffe. Ils s’entraînent et deviennent fort. Et là ou Hugo BD et L'OM ont raison c'est que si ca marche dans le manga.... pas de raison que cela ne marche pas en BD chez les jeunes. Et effectivement ça marche. On s'attache a cette équipe montée de bric et de brocs et on apprécie l'aspect progression/entrainement et les caractères fort et disparates de nos jeunes footeux. Attention il n'y a absolument rien de nouveau dans cette série. Mais elle est bien réalisé et la mayonnaise prend bien au point qu'on aimerait que le tome soit plus long. Apres c'est un fan de manga de sport qui vous fait cette critique * : pour les anciens, Tsubasa est le nom d'olivier de Oliv et Tom dans la version 2020 du dessin animé en France. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/les-minots-de-marseille?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
×
×
  • Créer...