Aller au contenu
  • S’inscrire
  • Statistiques des membres

    4 109
    Total des membres
    125
    Maximum en ligne
    cassidy7568
    Membre le plus récent
    cassidy7568
    Inscription
  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.

Classement

  1. poseidon2

    poseidon2

    Administrators


    • Points

      39

    • Compteur de contenus

      23 172


  2. VladNirky

    VladNirky

    Administrators


    • Points

      31

    • Compteur de contenus

      14 384


  3. alx23

    alx23

    Les gardiens du post


    • Points

      27

    • Compteur de contenus

      11 752


  4. Kevin Nivek

    Kevin Nivek

    Members


    • Points

      23

    • Compteur de contenus

      2 371


Contenu populaire

Affichage du contenu avec la meilleure réputation depuis le 15/09/2021 dans toutes les zones

  1. Je l'attends avec impatience cette BD :
    4 points
  2. Je viens de lire que le prochain film de David Fincher sera l'adaptation de la série le tueur avec Tilda Swinton et Michael Fassbender !! Bon réalisateur et bons acteurs pour le moment, donc je pense que ça devrait être une bonne adaptation.
    3 points
  3. Ce week-end, Akata tient un magasin éphémère sur Paris 'un pop-up store" comme ils l'appellent afin d'aller à la rencontre de leurs lecteurs vu que les derniers salons ont été annulés. Comme j'étais justement sur Paris hier, je suis allée les voir. J'ai fait la connaissance de Delphine, leur attachée de presse et de Bruno, leur directeur de collection. De quoi échanger un peu autour de leurs choix, Bruno est en veille permanente et lit les magazines en japonais, il fonctionne principalement au coup de cœur, il cherche à apporter de la nouveauté, quitte à bousculer un peu le lectorat français (d'où la collection WTF). Quant aux shojos, l'objectif est de montrer que la palette existante est très variée et de changer un peu les mentalités ; le shojo n'est pas destinée qu'aux jeune filles ! Avec l'arrivée d'Akata, il y a eu une véritable révolution du shojo à tel point que depuis peu, les autres éditeurs se sont mis à créer de nouvelles collections : Life chez Kana, Moonlight chez Delcourt, shojo+ chez Glénat... Comme disait Bruno, avant ils n'avaient pas de concurrence sur ce créneau, maintenant, cela devient plus difficile. Il s'amuse de retrouver les titres qu'il refuse chez ses concurrents... Peut-être tant mieux pour le lecteur qui a un choix plus vaste mais il ne faudrait pas que la quantité soit au détriment de la qualité.
    3 points
  4. On a surtout les gif, plus grosse amélioration visible de la mise à jour
    3 points
  5. Je suis assez d'accord avec ta critique sauf que pour ma part, je n'aime pas trop le graphisme. Concernant le potentiel relecture, ce ne serait pas pour la trame principale mais pour tous les à-côtés qu'il y a : il y a plein de petits détails (graphiques notamment) qui méritent d'être vus de plus près, comme les inventions futuristes pour gérer la foule de touristes. Le côté écolo aurait pu être un peu plus développé et certains passages m'ont demandé un effort de compréhension (je pense à tout le discours de rage de vert) mais je suis moins habituée à ce genre de BD , ça vient peut-être de là...
    2 points
  6. Bonjour à tous ! Je me présente, Leen, je suis auteure de manga et de BD en auto-édition depuis quelques années. Je suis passé par 2 maisons d’édition mais ce n’est pas un système qui me correspond… Mon manga Shinobi Iri en est à son 4e tome sur 6, et il est en financement sur Ulule depuis environ une semaine. Il a été très bien accueilli puisque nous en sommes déjà à 134% collectés ! ˆˆ Vous pouvez trouver le projet en détail et le résumé de l’histoire ici : https://fr.ulule.com/shinobi-iri-t4 Si vous aimez le Japon féodal sur une petite trame historique, que vous aimez bien les histoires de ninja ou que vous appréciez les personnages anthropomorphes, n’hésitez pas à jeter un œil ! Vous pouvez vous procurer les 3 premiers tomes dans un coffret collector disponible uniquement sur ulule, ou même ma BD franco-belge érotique, Hasu. Vous pouvez aussi y découvrir Une forêt en Automne la BD auto-éditée de ma jeune assistante qui m’aide à faire les décors et figurants par manque de temps. Nous sommes en route vers les 150%. Nous avons déjà débloqué en bonus des pages couleurs dans le manga, et nous comptons sur vous pour débloquer un joli pin’s en métal avec l’un des personnages de l’histoire ! C’est d’ailleurs aux contributeurs de voter pour le visuel Si vous avez des questions, n’hésitez pas, À bientôt !
    2 points
  7. On appelle ça du marketing malheureusement... Il faut plaire au public cible et vivre avec notre époque, même si elle est triste...
    2 points
  8. Je l’ai lu et j’ai trouvé ça très très bon. Un peu fouilli sur certaines scènes d’action. Mais le scénario m’a beaucoup plu ! hâte de lire la suite. la couv’ est vraiment à tomber.
    2 points
  9. Alors que la série était terminée depuis plusieurs années, Jeff Lemire décide d'apporter une suite à son chef d'œuvre quand il est sur le tournage de l'adaptation en série Tv de Sweet Tooth, comme il l'annonce dans une interview en préface de l'album. Le pari est énorme comme la série avait eu la fin qu'il avait souhaité depuis le début. Ce retour sur la série va se dérouler 300 ans après les événements du tome 3. Tout le génie scénaristique de Lemire se met en place pour construire une histoire prenante en six chapitres. Elle reste indépendante de la série mère mais reprend beaucoup d'informations et d'anecdote qui feront plaisir aux lecteurs. Après 300 années, les hybrides vivent en majorité sur la planète alors que des groupes d'humains survivent sous terre. Jeff Lemire réalise les dessins dans la continuité de la série avec son style particulier mais efficace pour dépeindre un monde post-apocalyptique. Il travaille de nouveau avec José Villarubia qui réalisait déjà les couleurs sur les tomes précédents. On sent bien que les deux auteurs étaient heureux de retravailler sur Sweet Tooth mais comme les lecteurs qui seront heureux de retrouver cet univers souvent sombre.
    2 points
  10. Pas vraiment un bon plan, mais plutôt une bonne surprise quand je suis allé chez mon crémier ce matin Je ne sais pas si ça intéresse certains d'entre vous? Au cas ou, je peux peut-être repasser et lui en prendre si jamais Il avait aussi des pins uss Dolores, des stickers de mangas aussi, mais vu que je suis une tanche en manga^^...
    2 points
  11. J’ai acheté ce livre un peu par hasard, attirée par la couverture de cet enfant seul, qui tient sa tête détachée de son corps, et qui, associée au titre évoquait un drame. Je l’ai lu sans avoir vu le résumé, comme souvent, pour ne pas être influencée. C’était une lecture étrange qui m’a vite prise aux tripes, un malaise grandissant et en même temps de l’admiration pour les auteures pour avoir su amener ce sujet sans être trop provocatrices ou trop crues. Car ici, ce ne sont pas les paroles qui comptent mais les images, fortes, métaphoriques par moment qui laisse entrevoir les tourments qui dévorent les personnages. Car il n’est pas facile d’aborder un tel sujet : les violences sexuelles sur les enfants, et cette façon de faire est très habile. Sans s’appesantir sur l’acte en lui-même, ce sont les conséquences qui sont mises en avant, l’impact que cela provoque : il y a celui qui rapetisse comme s’il voulait disparaitre, celui qui devient violent... Mais dans cette ville où les cris des enfants sont volés, où tout le monde se tait, les bourreaux ont parfois aussi été victimes. C’est un livre qui alerte, qui dénonce, qui dit qu’il faut que ça s’arrête mais qu’il faut aussi aider les victimes et les accompagner, à la fois pour qu’elles vivent mais aussi pour qu’elles ne reproduisent pas le même schéma. Et quand, à la fin, on se prend en pleine face les chiffres de la réalité, on reste choqué, incrédule sur ces données et on n’a qu’une envie, faire circuler cette information pour que cela cesse.
    2 points
  12. bon j'ai craqué ce soir : commandé : blacksad raven elecboy astra saga spirou tananarives
    2 points
  13. Cool la suite arrive le 15 Octobre. @alx23: pour ton mois d'octobre
    2 points
  14. @Kevin Nivek : merci , moi je me dis plutôt que je ne vois pas plus approprié qu'une annonce sur une BD tendancieuse. J'aurais pu aussi sur un sujet de BD traitant des cigognes mais c'est plus difficile à trouver Et Songes c'est pas pareil, c'est de l'art Dur d'échapper à la couv' en effet mister Kevin Que ce soit sur Songes ou sur Masterpiece... Moi j'attends toujours le sujet 1001bd : les 10 meilleurs bd erotiques/++
    2 points
  15. Je suis à la bourre ! Je suis à la bourre ! Je suis à la bourre ! Je ne sais pas si vous êtes comme moi c'est la phrase qui ressort le plus en ce mois de septembre "post covid". La pandémie nous avait obligés à prendre du recul et à faire beaucoup moins de choses que d'habitude. Alors cette rentrée de septembre avec un "retour à la normale" nous met un coup de bâton derrière les oreilles. Éditos, école, boulot, inscriptions, sports, critiques, mise à jour du site..... Tout s'enchaine pour faire repartir la fusée à plein régime. Heureusement qu'il reste des refuges à ce rythme de fou. Et la lecture en est un très bon. Il suffit de demander aux habitants du Sinaï ce qu'ils en pensent. Ou alors de lire le récit de la vie de Joana Balavoine pour se rendre compte qu'il y a plus grave qu'être à la bourre. On peut aussi complétement partir dans un autre monde avec des mangas toujours plus imaginatifs. Bref la lecture est une porte de sortie de notre société à 200 à l'heure Mais en cette période de septembre la porte s'avère, comme souvent, bouchée par une montagne de sorties diverses et variées. Et c'est là que les chroniqueurs de 1001bd vous serviront de portier durant cette rentrée littéraire. Vous pourrez compter sur nous vous aider à vous évader, en vous conseillant les albums qui nous ont plu et en vous prévenant quand certains nous ont déçu. Sur ce je vous laisse.... je suis à la bourre ! @VladNirky
    2 points
  16. 2 points
  17. Non. je suis pas vraiment collectionneur dans l’âme. Et mes bd collectors je ne les relis pas bien plus que les autres. par contre j’ai pris vesper et fang
    1 point
  18. Une édition collector ?
    1 point
  19. Mais, mais, mais?! Qu'est ce que c'est que ça?
    1 point
  20. Oui j'en reviens pas aussi.
    1 point
  21. un spin off de la vie d'obiwan kenobi?^^
    1 point
  22. Bon je l'ai lu hier. Critiques à venir mais li y a un peu de vrai. Un peu....
    1 point
  23. Titre de l'album : Le château des étoiles - tome 6 - L'exposition interplanétaire de 1875 Scenariste de l'album : Alex Alice Dessinateur de l'album : Alex Alice Coloriste : Alex Alice Editeur de l'album : Rue de sevres Note : Résumé de l'album : Après avoir visité la Lune et Mars, Les Chevaliers de l’Ether semblent tristement cloués au sol depuis l’échec de leur tentative visant à convaincre l’Empereur Napoléon III de secourir les Martiaux. Le jeune Séraphin a été jeté en prison, et la Princesse de Mars est détenue pour être exhibée lors de l’Exposition Interplanétaire qui doit s’ouvrir à Paris, le 25 avril 1875 en présence de leurs Majestés les Empereurs de France et d’Allemagne. Afin de pousser les dirigeants du monde à dénoncer les crimes commis par la Prusse sur Mars, nos héros vont donc devoir libérer la princesse, ou tout au moins ses fabuleux pouvoirs mentaux. Et ainsi, au nom de la concorde entre les peuples, Hans, Sophie et Séraphin, aidés de Loïc, du capitaine Schneidig et de la journaliste Jocaste Daumier n’ont plus le choix : ils doivent braquer l’Exposition ! Mais à quel prix ? Critique : Ne me demandez pas d'âtre impartial avec ce chateau des étoiles. C'est impossible pour moi tant c'est en BD ce que j'ai tant aimé lire adolescent en livre. De l'Aventure, du rêve, de l'exploration, et de la poséie à chaque page, véritable tendresse d'Alex Alice pour ses personnages, secondaires comme principaux, jamais caricaturaux, toujours fins et porteurs d'émotions humaines magnifiquement retranscrites. Si à cela vous ajoutez des graphismes éthérées, des visages d'une rare expressivité, et des paysages à couper le souffle, ça commence à être dur de faire la fine bouche quand même... Niveau scénario on se retrouve avec une véritable fin de cycle, ouvrant autant de nouvelles portes qu'elle n'en ferme, et nous donnant des perspectives d'infini tant dans le recoupement à venir avec les chimères de Vénus que dans les possibilités d'évolution de l'histoire. Du grand Art qui j'espère ne se perdra pas dans cet océan de possible. Mais avec M. Ayrolles au scénario et M. Alice qui continue de contribuer à son oeuvre qui serait véritablement inquiet ? Pour ceux qui veulent replonger dans l'imaginaire de l'enfance à portée des adultes, venez rire, sourire, espérer, pleurer parfois mais surtout voyager et prendre des risques avec ces chevaliers de l'Ether, de moins en moins enfants au fil de la route les menant vers l'infini et l'âge adulte. Cet article dithyrambique au possible ne masquera pas une chose qui m'apparait désormais comme évidente : je crois que malgré les Blacksad, les Elecboy, les Spioru, cette BD était bien celle que j'attendais le plus de cette fin d'année. Oui, oui. Bravo et chapeau bas l'artiste ! Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/le-chateau-des-etoiles-tome-6?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
    1 point
  24. Tu mets pas 5 étoiles non plus ! Le potentiel relecture le problème ?
    1 point
  25. Série : Lanfeust de Troy Scénario : Arleston Dessin : Didier Tarquin Couleur : Lencot (T1 à 6) puis Guth (T7 à Genre : Fantasy Edition : Soleil Date de parution : Dispo L'acheter sur BDFugue Résumé : [iDans le monde de Troy où chacun possède un pouvoir, Lanfeust, un apprenti forgeron peut fondre le métal. Il connaît une vie paisible jusqu'au jour où il découvre qu'au contact d'une épée, il peut posséder le pouvoir absolu ! Accompagné du vieux sage Nicolède et de ses deux filles, Cyan et Cixi, il est emporté dans un tourbillon d'aventures au cours desquelles il va se lier d'amitié avec la plus dangereuse des créatures, le troll Hébus ! De son petit village de Glinin à la ville éternelle d'Eckmül, en passant par les lointaines baronnies, suivez Lanfeust dans sa fabuleuse quête qui décidera du sort de Troy ![/i] Mon avis : Cela fait quelques temps qu'on se montre régulièrement critique avec certaines production Soleil, moi le premier. Mais si Soleil est ajourd'hui l'un des acteurs majeurs de l'édition en BD franco belge c'est vers les origines de ce succès que je souhaite aujourd'hui vous ramener. Oui Lanfeust fut pour moi, lecteur jeune adolescent, une claque. Me replonger dedans une nouvelle fois, à l'aune de cette chronique et de notre BDthèque fut un vrai bon moment. Je vous avoue, que quand l'idée à émergée, mon snobisme habituel m'a poussé à un certain manque d'enthousiasme. J'avais beau défendre Lanfeust de Troy et l'avoir beaucoup aimé, et relu, avec le temps mes souvenirs se sont émoussés et j'en ai gardé l'image finalement d'une bonne partie de la production soleil actuelle. De l'humour facile, du sexy parfois mal dosé, une aventure granguignollesque et finalement peu de sérieux. Méprise il y a donc eu. Car oui, je me suis enfilé les 8 tomes avec beaucoup d'appétit et de plaisir, une fois digéré l'adaptation un peu laborieuse au trait de Tarquin en début de série (Ceci n'est en aucun cas un reproche, prenez Thorgal, les premiers albums demandent un temps d'adaptation graphiquement parlant si vous lisez de la BD régulièrement). Lanfeust c'est effectivement une série qui a dépoussiéré la BD, oui cette série a apporté beaucoup de fraicheur à la BD, et continue de le faire. Relisez la première série. La narration y est exemplaire, le rythme est fluide, les temps morts sont faibles, les rebondissements sont bien amenés et bien gérés et il est difficile de trouver un album moins bon parmi ces 8. Le trait de Tarquin monte en finesse et en précision au fur et à mesure que sa maitrise de ses personnages et de son monde augmente. Et que de trouvailles, scénaristiques d'abord, imaginaires ensuite, mises en valeur par un humour moderne, parfois corrosif ou gamin, souvent graveleux sans jamais être lourd. Je me suis probablement plus marré sur ces 8 tomes de Lanfeust que sur l'année écoulée dans mes lectures BD. Gags de situation, Gags d'arrière plan, personnages ciselés, mimiques prenantes, c'est varié et ça fonctionne. Et on sait tous que l'humour en BD est un art délicat. Ici il est consommé à la perfection et surtout il reste toujours en retrait de l'histoire. Certes l'émotion, le dram et les enjeux finissent par en prendre un coup, mais sans jamais s'effacer. Et puis j'aime cette romance si particulière finalement entre Lanfeust, Cixi et C'ian, cette critique permanente que l'on retrouve souvent chez Arleston du romantisme vieux jeu. Oui ses personnages féminins sont trop souvent sexy, mais ils sont avant tout forts, puissants, libres et ils tiennent largement la dragée haute aux hommes. Lanfeust finalement pour moi, c'est à la BD d'aventure ce que Belmondo fut aux films d'aventure. Et le pire. Mon père a adoré lire et découvrir Lanfeust. Comme moi, il a finit par se lasser après le cycle des étoiles, plus inégal, plus ambitieux aussi, pour finalement abandonner ce héros que l'on a tant aimé lors du cycle Lanfeust Odyssey. Note : The_PoP, qui s'est retrouvé ado l'espace de quelques heures, toujours amoureux de la farouche Cixi...
    1 point
  26. Oui je viens de découvrir ça dans ma revue DBD , et il semble que les dessins soient extraordinaires !! Sinon ,ils ont fait une itw des 4 sur Goldorak , et franchement , j'ai hâte de le recevoir, un projet de 3 ans !!! Ils ont tout mis dedans
    1 point
  27. Oue l’occaz de tout passer en numérique pour plus cher ! Il n’y a qu’a plus rien imprimer !
    1 point
  28. Et bien cela reste plus que très correct hein, mais c'est vrai que les premiers tomes étaient vraiment très bons et un poil plus originaux en scénarios, bien que parfois aussi plus opaque je trouve. Et ne pas faire aussi remarquable que Genêt est très très loin d'être une honte... Pour tout te dire cela reste une série que je garde, alors que j'en garde très peu, donc...
    1 point
  29. Content que tu aimes. IL faut vraiment que je lise le T4
    1 point
  30. Titre de l'album : Amelia Woods t1: Le manoire de Lady Heme Scenariste de l'album : Breteau Dessinateur de l'album : Lafille Coloriste : Lafille Editeur de l'album : Glenat Note : Résumé de l'album : Une jeune femme en quête de sa magique vérité.Angleterre, veille du XXesiècle, un manoir isolé au coeur d'une baie de carte postale. Amélia, jeune femme férue de rationalisme est venue pour étudier les oiseaux, s'éloignant de Londres et de son père, universitaire trop protecteur. Depuis le décès de sa mère, elle ne peut toucher autrui sans être assaillie par des flashs, des bribes de futurs étrangers, des émotions qui ne lui appartiennent pas et dont les irruptions la déstabilisent de plus en plus. Le manoir de Lady Hème aurait dû être le lieu tranquille où poser ses valises, apaiser son deuil, pour renouer avec certitudes scientifiques et cartésianisme... À l'inverse, la bâtisse semble concentrer les étrangetés autant qu'exacerber le malaise d'Amélia... Chat voleur et fantasque, petit bouc opiniâtre, logeuse inquiétante, architecture capricieuse, et mystérieux inconnu surgissant à la nuit tombée vont bouleverser la réalité de la jeune femme... Bientôt, toutes ses certitudes seront balayées.Magie et suspense sont au coeur de ce diptyque pétillant. Un récit initiatique dans lequel une «jeune femmemoderne» remet en cause tout ce qu'elle croit savoir et éveille sa part spirituelle afin de trouver sa vérité, à l'âge où sentiments et secrets familiaux sont susceptibles d'encore tout bouleverser. Critique : Une fois n'est pas coutume je vais noter catte BD comme un adulte. Un adulte qui trouve qu'il y aurait eu mieux à faire. Je dis noter comme un adulte car les jeunes lecteurs y trouveront leurs comptes, comme mes enfants. En, effet le dessin très mangaisant, le peu de textes et les couleurs vivent leurs plairont sans aucun doute. Par contre les adultes qui pourront, comme moi, etre charmé par la très belle couverture seront déçus. Par le dessin surtout. Ce dessin trop simpliste (bien plus que sur la couverture) au niveau des personnages et des leurs expressions faciales. Une simplicité qui ne colle pas avec l'histoire et qui à tendance à trop alléger le scénario la ou il y avait moyen d'avoir une histoire un peu plus dure et donc plus adapaté à une double lecture. M'enfin comme dirait Gaston, il en faut pour tout le monde et il faut aussi des BDs uniquement pour les jeunes. Je pense que je laisserais à ma fille la primeur de donner son avis sur le tome 2. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/amelia-woods-tome-1-le-manoir-de-lady-heme?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
    1 point
  31. il n'y a pas de doute, Gannibal est une excellente série et ce tome 6 est à la hauteur ! tome 7 prévu le 20 octobre !
    1 point
  32. Ce Metal hurlant me tente , vous avez vu la liste des invités ??? Du délire , 288 pages de bonheur j’ai l’impression. Vais-je m’abonner ??
    1 point
  33. 1 point
  34. La fin de la trilogie de la cour des miracles s'annonçait dantesque après un tome 2 dur et sanglant. Il ne pouvait donc en être autrement et le lecteur ne sera ni surpris ni déçu puisque toutes les personnages secondaires se retrouvent à affronter leurs destinées dans ce tome dense, intense, et une nouvelle fois romanesque. On est pas dans de l'Alexandre Dumas ici puisqu'on y parle toujours et avant tout des gueux, mais l'on sent son ombre planer sur l'ensemble de cette série plutôt très réussie. Si le dessin inspiré et original de Julien Maffre qui a également réalisé le remarqué Stern vous plait comme à moi, vous ne pourrez qu'aimer cette cour des Miracles. Si ce n'est malheureusement pas le cas pour vous, rabattez vous sur le Roy des Ribauds
    1 point
  35. Pfff je viens de regarder et je ne les trouve pas en streaming... c'est qui qui diffuse ca ? je m'y prends avec tout ces services payants de merd**** C'est devenu la croix et la bannière de regarder juste une série... sans prendre un abonnements a 15 balles...
    1 point
  36. 1 point
  37. Vous pouvez y aller, ça parle de sexe mais il n'y a pas de scènes coquines, ce n'est pas le but. Ce 1er tome est plus sur le corps féminin (anatomie, plaisir solitaire et relation entre filles). Le prochain approfondira peut-être les relations avec les garçons...
    1 point
  38. Bien-sûr , je l'ai compris comme ça aussi , mais j'ai pas pu m'empêcher
    1 point
  39. moi aussi j'adore le personnage, j'allais au lycée avec des pulls Corto acheté au rayon garçon... Mais effectivement, c'est pas facile à aborder
    1 point
  40. J'ai commencé à apprécier que dernièrement les dessins particuliers de Bastien Vivès, sous les conseils d'un ami grâce à la série Lastman. J'ai bien été surpris d'apprendre que ce dessinateur assez tendance actuellement dans le monde de la bande dessinée allait reprendre la série cultissime d'Hugo Pratt. J'ai pris la version normale qui pour une fois est en noir et blanc, la version édition de luxe doit être limitée et en couleur pour les amateurs. Pour l'histoire, on retrouve bien l'ambiance des albums de Corto Maltese remit au goût du jour puisque l'histoire se déroule au moment des attentats du 11 septembre. On retrouve donc avec plaisir ce personnage charismatique entouré de jolies femmes comme d'habitude. Corto se veut pirate mais avec une éthique et un sens de l'honneur qui lui est propre. Son ami de longue date fera une apparition durant l'aventure qui nous fait voyager du Japon au Pérou à bord de différents bateaux. L'histoire de Martin Quenehen tient la route dans la continuité de la série d'origine, la lecture est prenante du début à la fin. Pour la partie graphique, je dois bien reconnaitre que Vivès assure des planches magnifiques avec des dégradés de gris et d'ombrage. Il est certain que l'auteur à un style à l'opposé de Pratt mais c'est ce qu'il fallait pour redonner vie à Corto, à mon avis. Et bien ce premier tome des nouvelles aventures de Corto Maltese commence très bien et j'espère qu'elles continueront encore de nombreux tomes. @poseidon2 : Tu devrais être ravi, comme t'adores Corto Maltese et les dessin de Bastien Vivès.
    1 point
  41. ça a l'air bien barré ton truc ^^
    1 point
  42. Dac. Je pense que du coup ça passe ou ça casse selon le lecteur^^ le speech me laisse un peu de marbre, mais Vives et Corto, j'aime bien donc...
    1 point
  43. Je vais les lire prochainement et je te dirais si c'est bien, ou tu veux toute la collection et dans ce cas t'es foutu
    1 point
  44. Les deux Ça, sont très bons aussi
    1 point
  45. Quand j'ai découvert Théodore Poussin , je venais de relire (une fois de plus ) Tintin et Milou . Le héros à la même tête que le personnage d'Hergé , c'est sûrement cela qui m'a motivé à acheter cette série . Voilà comment je me suis jeté corps et âme dans cette aventure d'une grande qualité . Le résultat est que le scénario est très plaisant . Un merveilleux voyage aux quatres coins de l'Asie dans un début de siècle tourmenté . La beauté des paysages vous ennivres , la densité des personnages vous séduits. Ces ingrédients font de cette saga une réussite incontestable. Le réçit est classique mais il vous tient en haleine du début à la fin . Le passé de Théodore Poussin est dévoilé album après album . C'est transcendant , émouvant et parfois surprenant . J'ai un petit faible pour Novembre , un personnage mysterieux à souhaits . Les qualités graphiques de Le Gall sont indéniables . Son dessin proche de la ligne claire est très convaincant mais il nous prouve , ici , également qu'il est un grand scénariste. De l'aventure avec un grand A . Génial!!!
    1 point
×
×
  • Créer...