Aller au contenu
  • S’inscrire

Comics

Affichage de[s] tout le contenu étiquetés 'Comics', 'Comic' et 'US' et posté[e][s] durant les 365 derniers jours.

Ce flux se met à jour automatiquement     

  1. Hier
  2. Titre de l'album : DCeased hope at world's end Scenariste de l'album : Tom Taylor Dessinateur de l'album : Collectif Coloriste : Collectif Editeur de l'album : Urban Comics Note : Résumé de l'album : L'équation anti-vie a infecté plus d'un milliard de personnes sur Terre. De chaque côté de l'échiquier, héros comme vilains, nombreux sont ceux qui lui ont succombé. Immédiatement après la destruction de Metropolis, Superman et Wonder Woman mènent un effort pour endiguer la vague d'infection, préserver et protéger les survivants et essayer d'entrevoir la lumière au bout du tunnel. À l'heure la plus sombre de la Terre, l'humanité fait face à son plus grand défi, ne pas perdre espoir, quand tout semble déjà perdu. Critique : Il y a quelques années de cela, quand nous étions ensevelis sous une montagne de parutions de Zombies diverses et variées, je n'aurais jamais pensé commencer une critique par une remarque de ce genre : Je pense que DCeased, avec ces zombies et sa fin du monde, est peut etre le comics le plus abouti et le plus agréable pour le grand public chez DC en ce moment. Oui oui. Je vous sens venir avec des remarques du genre : facile le zombie c'est porteur et tout et tout. Mais en fait non. Enfin si ca l'est toujours. Mais non nos auteurs ne tombent pas dans la facilité. Aussi étrange que cela puissse paraitre, le récit est clair depuis le début mais surtout, et c'est ce que l'on voit dans ce tome ci particulièrement, il est traité de facon intelligente. Ce tome ci est un tome qui se passe avant la fin du tome principale et nous raconte, apres nous avoir raconté le point de vue des méchants dans le précédent (excellent d'ailleurs), comment les gentils tentent, eux, de s'organiser. Ce qui est vraiment sympa ici c'est qu'on nous montre des héros qui ont encore de l'espoir. Loin de penser à migrer de la terre..... Le traitement des differents héros et méchants , sans prise de parti sur qui doit survivre ou non, est vraiment un des points excellents de cette série. Pour une fois nos héros ne font pas les malins et s'associent avec qui le veut bien pour sauver la terre. Bref en parrallele d'une série Metal qui est complexe au possible, cette réalité ci est rafraichissante et facile à suivre, que l'on connaisse les personnages ou non. Le cross over tout publique du moment ! Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/dceased-hope-at-world-s-end?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  3. poseidon2

    DCeased hope at world's end

    Il y a quelques années de cela, quand nous étions ensevelis sous une montagne de parutions de Zombies diverses et variées, je n'aurais jamais pensé commencer une critique par une remarque de ce genre : Je pense que DCeased, avec ces zombies et sa fin du monde, est peut etre le comics le plus abouti et le plus agréable pour le grand public chez DC en ce moment. Oui oui. Je vous sens venir avec des remarques du genre : facile le zombie c'est porteur et tout et tout. Mais en fait non. Enfin si ca l'est toujours. Mais non nos auteurs ne tombent pas dans la facilité. Aussi étrange que cela puissse paraitre, le récit est clair depuis le début mais surtout, et c'est ce que l'on voit dans ce tome ci particulièrement, il est traité de facon intelligente. Ce tome ci est un tome qui se passe avant la fin du tome principale et nous raconte, apres nous avoir raconté le point de vue des méchants dans le précédent (excellent d'ailleurs), comment les gentils tentent, eux, de s'organiser. Ce qui est vraiment sympa ici c'est qu'on nous montre des héros qui ont encore de l'espoir. Loin de penser à migrer de la terre..... Le traitement des differents héros et méchants , sans prise de parti sur qui doit survivre ou non, est vraiment un des points excellents de cette série. Pour une fois nos héros ne font pas les malins et s'associent avec qui le veut bien pour sauver la terre. Bref en parrallele d'une série Metal qui est complexe au possible, cette réalité ci est rafraichissante et facile à suivre, que l'on connaisse les personnages ou non. Le cross over tout publique du moment !
  4. La dernière semaine
  5. L'histoire : Lorsque la barrière entre notre monde et le royaume spirituel est mystérieusement déchirée, la terre entière devient HANTÉE. Treize ans plus tard, SARAH McCALLISTER survit alors qu’elle est constamment en fuite contre les fantômes, démons et autres horreurs. Mais quand elle rencontre deux inconnus qui disent savoir comment sauver le monde, elle doit décider de les abandonner ou de les aider à affronter une horde de fantômes dans la ville la plus hantée du monde. Rhhhooo encore un projets participatif qui à l'air d'etre super. Innovant et graphiquement superbe avec pleins de couleurs partout Le genre de detente que j'apprecie. En plus sur cet album le prix estpas deconnant avec un tarif à 17 euro frais de ports inclus pour un album typique des editions Wanga : pagination assez importante (104 pages mini) avec une couverture souple avec rabat.Une qualité gloablement correct vu sur Neozoic. C'est ici que ca se passe : https://fr.ulule.com/haunted-vol-1/ Et un exempel graphique :
  6. Titre de l'album : Le retour du messie - verset 1 Scenariste de l'album : Mark Russell Dessinateur de l'album : Leonard Kirk, Richard Pace Coloriste : Andy Troy, Richard Pace Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Dieu ordonne à Sunstar - le super-héros le plus puissant de la Terre - d'accueillir son fils, autrement dit Jésus, en tant que co-locataire, afin de lui apprendre à utiliser ses pouvoirs de manière plus... puissante et spectaculaire. Jésus, choqué par la façon dont les humains ont déformé son message et celui de son père, jure de tout faire pour remettre les choses en place. Critique : Suite à une pression importante des religieux intégristes aux Etats-Unis, la série n’a pas pu sortir dans le catalogue de la maison d’édition DC, comme prévue initialement. Le problème majeur vient du fait de réunir un super-héros qui devait être Superman et Jésus Christ dans des aventures complétements déjantés et loufoques. On comprend rapidement pourquoi le titre s'est attiré des problèmes des groupes religieux dès l'introduction quand Dieu crée la terre avec Adam et Eve. Il tourne en dérision la religion chrétienne ce qui n’est pas bien vu encore aujourd’hui. L'histoire est vraiment amusante, les répliques de dieu ou ses réflexions sont excellentes et l’ensemble est très bien réfléchi. Face à l'échec de la dernière création de dieu, Jésus propose d'aller sur Terre pour remettre de l'ordre mais il sera crucifié et dieu aura du mal à s'en remettre. Face à la déception d'avoir un fils comme Jésus, Dieu demande à Sunstar un super-héros indestructible et immortel d’éduquer son fils. Deux auteurs dessinateurs se partagent le travail, avec deux styles différents qui s'alternent suivant si c'est le point de vu de Jésus ou celui de Sunstar. Le style sur Sunstar est vraiment classique pour les comics de super-héros mais efficace. Le style sur Jésus se rapproche des productions BD franco-belge avec des traits crayonnés encore apparent par-dessus la couleur. J'ai vraiment adoré ce titre, je ne m'attendais pas à tant d'humour et autres subtilités dans Le Retour du Messie, les dessins fourmillent de détails amusants. J'adore comment les docteurs diagnostiquent Jésus, il a le fantasme du messie, avec illusions de grandeur et complexe de persécution. Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/le-retour-du-messie-verset-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  7. alx23

    Le retour du messie - verset 1

    Suite à une pression importante des religieux intégristes aux Etats-Unis, la série n’a pas pu sortir dans le catalogue de la maison d’édition DC, comme prévue initialement. Le problème majeur vient du fait de réunir un super-héros qui devait être Superman et Jésus Christ dans des aventures complétements déjantés et loufoques. On comprend rapidement pourquoi le titre s'est attiré des problèmes des groupes religieux dès l'introduction quand Dieu crée la terre avec Adam et Eve. Il tourne en dérision la religion chrétienne ce qui n’est pas bien vu encore aujourd’hui. L'histoire est vraiment amusante, les répliques de dieu ou ses réflexions sont excellentes et l’ensemble est très bien réfléchi. Face à l'échec de la dernière création de dieu, Jésus propose d'aller sur Terre pour remettre de l'ordre mais il sera crucifié et dieu aura du mal à s'en remettre. Face à la déception d'avoir un fils comme Jésus, Dieu demande à Sunstar un super-héros indestructible et immortel d’éduquer son fils. Deux auteurs dessinateurs se partagent le travail, avec deux styles différents qui s'alternent suivant si c'est le point de vu de Jésus ou celui de Sunstar. Le style sur Sunstar est vraiment classique pour les comics de super-héros mais efficace. Le style sur Jésus se rapproche des productions BD franco-belge avec des traits crayonnés encore apparent par-dessus la couleur. J'ai vraiment adoré ce titre, je ne m'attendais pas à tant d'humour et autres subtilités dans Le Retour du Messie, les dessins fourmillent de détails amusants. J'adore comment les docteurs diagnostiquent Jésus, il a le fantasme du messie, avec illusions de grandeur et complexe de persécution.
  8. Titre de l'album : Batman Death Metal T3 Scenariste de l'album : Scott Snyder / James Tynion IV Dessinateur de l'album : Greg Capullo Coloriste : Collectif Editeur de l'album : Urban Comics Note : Résumé de l'album : Projetés au milieu des Crises qui ont maintes fois refondé leur Multivers, les héros de la Trinité, Batman, Superman et Wonder Woman ont trouvé un allié inattendu en la personne de Superboy-Prime. Mais cet ajout de poids leur permettra-t-il de renverser le Batman qui rit devenu omnipotent ? De son côté, la Ligue de Justice se reforme, commandée par Nightwing ! Critique : Troisième et avant dernier tome du giga crossover Death Metal et sans surprise un tome de transition. Un tome qui nous prépare donc à la grosse bataille finale qui aura lieux dans le prochain tome. Ce tome nous fait donc nous poser plus de question qu'il n'apporte de réponses. Il nous fait surtout nous poser la question d'un hypothétique retour en arrière..... via le Death Metal justement. Mais ne nous gâchons pas la "surprise". En attendant Snyder nous propose des aventures de seconds couteaux plutôt rafraichissantes. Un lien aussi avec la ligue de justice Sombre intéressant via Chimp et pleins de petits trucs sympathiques. Heureusement pour ce tome trois on est surtout toujours portés par le dessin de Greg Capullo et par le personne du Roi Robin, vrai trublion intéressant de ce cross over. Il ne manque donc plus que la conclusion qui arrive dans un mois ! Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/batman-death-metal-tome-3?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  9. poseidon2

    Batman Death Metal T3

    Troisième et avant dernier tome du giga crossover Death Metal et sans surprise un tome de transition. Un tome qui nous prépare donc à la grosse bataille finale qui aura lieux dans le prochain tome. Ce tome nous fait donc nous poser plus de question qu'il n'apporte de réponses. Il nous fait surtout nous poser la question d'un hypothétique retour en arrière..... via le Death Metal justement. Mais ne nous gâchons pas la "surprise". En attendant Snyder nous propose des aventures de seconds couteaux plutôt rafraichissantes. Un lien aussi avec la ligue de justice Sombre intéressant via Chimp et pleins de petits trucs sympathiques. Heureusement pour ce tome trois on est surtout toujours portés par le dessin de Greg Capullo et par le personne du Roi Robin, vrai trublion intéressant de ce cross over. Il ne manque donc plus que la conclusion qui arrive dans un mois !
  10. Avant
  11. Titre de l'album : Death metal, megadeth edition T1 Scenariste de l'album : Scott Snyder Dessinateur de l'album : Greg Capullo Coloriste : Collectif Editeur de l'album : Urban Comics Note : Résumé de l'album : Après sa défaite douloureuse contre la Légion Fatale de Perpetua et Lex Luthor, la Ligue de Justice a disparu de la surface de la Terre. De son côté, le Batman Qui Rit, toujours en liberté, a infecté plusieurs super-héros ainsi que le Commissaire Gordon qu'il garde comme sbire personnel. La confrontation entre Luthor et le Batman Qui Rit va conduire le monde dans un nouvel abîme de folie où des versions déformées des plus grands héros ne vont pas tarder à se soulever. Critique : Hop hop. Bon pas de note sur celui car c'est un pur objet collector pour les fans. En effet cette histoire est "juste" le volume un de Death Metal que l'on a deja lu. Mais vraiment. La seule difference c'est la couverture exclusive ainsi que l'intro du leader du groupe. Pour le reste, on a exactement la version de base de l'histoire. A quoi cette édition sert elle me direz vous ? Et bien comme on dit souvent : si ca ne sert à rien c'est que c'est indispensable. C'est un objet de collection. Un tirage mensuel des 7 numéros de death metal avec 7 couvertures uniques portant sur 7 groupes de métal dont une couverture à venir de matthieu Lauffrey lui meme. Bref je vous laisserais jugez de l'intérêt de ce genre d'objet collector. Moi ma tendance completiste me ferait pencher pour le : c'est indispensable A vous de voir Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/batman-death-metal-edition-speciale-megadeth-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  12. poseidon2

    Death metal, megadeth edition T1

    Hop hop. Bon pas de note sur celui car c'est un pur objet collector pour les fans. En effet cette histoire est "juste" le volume un de Death Metal que l'on a deja lu. Mais vraiment. La seule difference c'est la couverture exclusive ainsi que l'intro du leader du groupe. Pour le reste, on a exactement la version de base de l'histoire. A quoi cette édition sert elle me direz vous ? Et bien comme on dit souvent : si ca ne sert à rien c'est que c'est indispensable. C'est un objet de collection. Un tirage mensuel des 7 numéros de death metal avec 7 couvertures uniques portant sur 7 groupes de métal dont une couverture à venir de matthieu Lauffrey lui meme. Bref je vous laisserais jugez de l'intérêt de ce genre d'objet collector. Moi ma tendance completiste me ferait pencher pour le : c'est indispensable A vous de voir
  13. alx23

    Big girls

    Titre de l'album : Big girls Scenariste de l'album : Jason Howard Dessinateur de l'album : Jason Howard Coloriste : Jason Howard Editeur de l'album : Autres Editeurs/Auto editions Note : Résumé de l'album : Des hommes monstrueux à éradiquer ? Faites appel aux Big Girls ! Suite à une terrible maladie, les hommes deviennent des monstres géants, des " Jacks " déterminés à détruire le monde, et seules des filles géantes peuvent les arrêter. Ember et les autres grandes filles sont tout ce qui s'oppose à l'anéantissement complet de notre monde ! Au service d'une agence qui élimine les malades dès leur plus jeune âge, Ember commence à douter de son rôle, se pourrait-il que quelque chose ou quelqu'un se cache derrière cette maladie ? Et si elle pouvait changer les choses ? Critique : Big Girls arrive pour le public français après avoir reçu un bon accueil aux États-Unis. Jason Howard le dessinateur de la série Trees entre autre, revient en artiste complet sur Big Girls. Il nous propose un scenario fantastique avec des femmes géantes protectrices des derniers survivants dans une zone contrôlée par ces fameuses Big Girls. La menace est grande avec des monstres géants surnommés les Jacks qui détruisent tout en cherchant de la nourriture. Il faut bien reconnaitre que le trait de l'auteur m'a beaucoup surpris durant les six chapitres très maitrisés de Big Girls. Il faut voir les scènes d'actions avec les géants qui combattent dans les derniers quartiers habités pour se rendre compte de son excellent travail. On retrouve toutes couvertures des fascicules d'origine et quelqu’une d'autres dessinateurs. Big girls est le deuxième titre des éditions 404 comics qui démarrent très fort dans le monde de la bande dessinée. L'édition du comics est soignée comme avec Dunce et semble très solide, le titre est en orange fluo pour contraster avec le décor et les géants de la couverture. Dunce était déjà un ovni des pays scandinave et cette fois, Big Girls nous permet lire un titre récent des États-Unis. La fin de Big Girls reste ouverte pour une éventuelle suite qui devrait ravir beaucoup de lecteurs. Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/big-girls?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  14. alx23

    Big girls

    Big Girls arrive pour le public français après avoir reçu un bon accueil aux États-Unis. Jason Howard le dessinateur de la série Trees entre autre, revient en artiste complet sur Big Girls. Il nous propose un scenario fantastique avec des femmes géantes protectrices des derniers survivants dans une zone contrôlée par ces fameuses Big Girls. La menace est grande avec des monstres géants surnommés les Jacks qui détruisent tout en cherchant de la nourriture. Il faut bien reconnaitre que le trait de l'auteur m'a beaucoup surpris durant les six chapitres très maitrisés de Big Girls. Il faut voir les scènes d'actions avec les géants qui combattent dans les derniers quartiers habités pour se rendre compte de son excellent travail. On retrouve toutes couvertures des fascicules d'origine et quelqu’une d'autres dessinateurs. Big girls est le deuxième titre des éditions 404 comics qui démarrent très fort dans le monde de la bande dessinée. L'édition du comics est soignée comme avec Dunce et semble très solide, le titre est en orange fluo pour contraster avec le décor et les géants de la couverture. Dunce était déjà un ovni des pays scandinave et cette fois, Big Girls nous permet lire un titre récent des États-Unis. La fin de Big Girls reste ouverte pour une éventuelle suite qui devrait ravir beaucoup de lecteurs.
  15. Titre de l'album : Teen Titans - beast boy Scenariste de l'album : Kami Garcia Dessinateur de l'album : Gabriel Picolo Coloriste : Gabriel Picolo Editeur de l'album : Urban Link Note : Résumé de l'album : Garfield Logan est en terminal. C'est sa dernière année de lycée, et il est bien loin d'avoir rempli les objectifs qu'il s'était fixé. Les régimes protéinés l'ont à peine remplumé de quelques kilos, sa croissance est au point mort et sa voix n'a toujours pas mué. En bref, Gar complexe. Tous les autres étudiants semblent avoir trouvé leur place, ont l'air de savoir avec précision ce qu'ils aiment, ce qu'ils veulent et surtout ce qu'ils sont mais, à dix-sept ans, Gar est encore bien loin de tout ça. Il est celui que personne ne remarque, et son crush, Alana, ne fait pas exception. Ses amis, Stella et Tank, ont du mal à comprendre ses obsessions et cette volonté tenace de devenir le prochain M. Populaire. Á trop se soucier du regard des autres, ne risque-t-il pas de se perdre en chemin ? Critique : Le retour de l'équipe de Teen Titan Raven paru l'année dernière chez Urban Link avec cette fois Beast Boy en tant que personnage principale, avant un tome commun de "rencontre" entre les deux personnages. ET pas de surprise sur ce tome 2. On est dans la droite ligne du tome précèdent avec une histoire vraiment tourné vers un publique ado. Mais j'ai quand même trouvé ce beast boy un peu plus intéressant que le Raven. Mais ça tient surement juste au personnage de Beast Boy qui est vachement plus dynamique. On reste dans un univers scolaire avec des ados avec des problèmes d'ados américains de lycées américains. Ce qui explique le succès aux US. Pour un Français je pense que cette série Teen Titans prendra plus de corps avec le prochain tome qui verra se rejoindre les deux héros pour partir dans des aventures en dehors de leur lycée. Cela reste une bonne lecture pour ado ou apparait quand même Wade Wilson ! Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/teen-titans-beast-boy?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  16. poseidon2

    Teen Titans - beast boy

    Le retour de l'équipe de Teen Titan Raven paru l'année dernière chez Urban Link avec cette fois Beast Boy en tant que personnage principale, avant un tome commun de "rencontre" entre les deux personnages. ET pas de surprise sur ce tome 2. On est dans la droite ligne du tome précèdent avec une histoire vraiment tourné vers un publique ado. Mais j'ai quand même trouvé ce beast boy un peu plus intéressant que le Raven. Mais ça tient surement juste au personnage de Beast Boy qui est vachement plus dynamique. On reste dans un univers scolaire avec des ados avec des problèmes d'ados américains de lycées américains. Ce qui explique le succès aux US. Pour un Français je pense que cette série Teen Titans prendra plus de corps avec le prochain tome qui verra se rejoindre les deux héros pour partir dans des aventures en dehors de leur lycée. Cela reste une bonne lecture pour ado ou apparait quand même Wade Wilson !
  17. Titre de l'album : Bitter Root - Tome 2 - Rage et rédemption Scenariste de l'album : Chuck Brown &David F. Walker Dessinateur de l'album : Sanford Greene Coloriste : Sofie Dodgson & Sanford Greene Editeur de l'album : Hi-Comics Note : Résumé de l'album : Vainqueur de l'Eisner Award 2020 de la meilleure série régulière. Nommé au Eisner Award 2019 de la meilleure nouvelle série. Chasser les monstres est une affaire familiale pour les Sangerye. De génération en génération, ils ont combattu les Jinoos, d'horribles créatures nées de la haine. Mais ils doivent désormais faire face à une menace bien différente : les redoutables Inzondos, un nouveau type de monstre engendré par le deuil et les traumatismes. Tandis qu'une légion d'âmes torturées s'abat sur Harlem, les Sangerye vont encore devoir se battre pour sauver le monde... avant que leur propre souffrance ne les transforme eux aussi ! Récompensés par le prestigieux Eisner Award de la meilleure série régulière, David F. Walker, Chuck Brown et Sanford Greene poursuivent le combat de la famille Sangerye dans le Harlem des années 1920 à coups de scènes d'action grandioses et de métaphores limpides dont la puissance résonne aujourd'hui tout autant qu'en 1924. Critique : Pffff que c'est dur de parler de Bitter Root, tellement j'ai adoré ce premier opus, alors même qu'il a été plutôt encensé par la critique tandis que les ventes du premier opus se sont révélées très décevantes. Dur, dur d'y voir clair la dedans. Et ce tome 2 ne va clairement mettre personne d'accord. Disons le clairement le parti pris de la narration est de volontairement foutre le bordel dans le fil de l'histoire qui jusqu'ici était plutôt classique. Mélange d'époques sans dates repères, chronologies et lieux fouillis, personnages multiples et liés les uns aux autres, pouah, la première lecture de ce Bitter Root va vous retourner la tête. Même l'arbre généalogique réussi à être inutilement tordu. Et pour ma part je ne peux que trouver ça dommage. Dommage car c'est de mon point de vue clairement inutile, tant le propos de fond est génial, la mise en scène réussie, et les graphismes, comme souvent inégaux dans les comics, globalement super originaux et cohérents avec l'oeuvre. Cet artifice donc n'apporte rien, et retire inutilement un plaisir de lecture qui aurait pu être tellement parfait. Bon voilà, j'ai bien râlé, bien ronchonné. Mais en vrai c'est presque toujours aussi bon. Et j'attends beaucoup de ma relecture. Et oui il s'avère qu'une fois passé la difficulté de rentrer de nouveau dans l'histoire et d'appréhender la cohérence narrative, cette lecture nous prend une nouvelle fois aux tripes pour ne plus nous lâcher avant la dernière page. Voilà, on ne sera pas tous d'accord sur Bitter Root, mais il faudra vous y frotter au moins une fois pour voir si comme moi vous trouverez ça génial, ou si comme certains de mes amis BDphiles, vous trouverez ça quelconque. Autres infos : Quand Ghost Buster rencontre Malcolm X dans le Harlme des années 20. Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/bitter-root-tome-2-la-rage-et-la-redemption?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  18. Pffff que c'est dur de parler de Bitter Root, tellement j'ai adoré ce premier opus, alors même qu'il a été plutôt encensé par la critique tandis que les ventes du premier opus se sont révélées très décevantes. Dur, dur d'y voir clair la dedans. Et ce tome 2 ne va clairement mettre personne d'accord. Disons le clairement le parti pris de la narration est de volontairement foutre le bordel dans le fil de l'histoire qui jusqu'ici était plutôt classique. Mélange d'époques sans dates repères, chronologies et lieux fouillis, personnages multiples et liés les uns aux autres, pouah, la première lecture de ce Bitter Root va vous retourner la tête. Même l'arbre généalogique réussi à être inutilement tordu. Et pour ma part je ne peux que trouver ça dommage. Dommage car c'est de mon point de vue clairement inutile, tant le propos de fond est génial, la mise en scène réussie, et les graphismes, comme souvent inégaux dans les comics, globalement super originaux et cohérents avec l'oeuvre. Cet artifice donc n'apporte rien, et retire inutilement un plaisir de lecture qui aurait pu être tellement parfait. Bon voilà, j'ai bien râlé, bien ronchonné. Mais en vrai c'est presque toujours aussi bon. Et j'attends beaucoup de ma relecture. Et oui il s'avère qu'une fois passé la difficulté de rentrer de nouveau dans l'histoire et d'appréhender la cohérence narrative, cette lecture nous prend une nouvelle fois aux tripes pour ne plus nous lâcher avant la dernière page. Voilà, on ne sera pas tous d'accord sur Bitter Root, mais il faudra vous y frotter au moins une fois pour voir si comme moi vous trouverez ça génial, ou si comme certains de mes amis BDphiles, vous trouverez ça quelconque.
  19. poseidon2

    Joker war T2

    Titre de l'album : Joker war T2 Scenariste de l'album : James Tynion IV Dessinateur de l'album : Jorge Jiménez / Guillem March Coloriste : Jorge Jiménez / Guillem March Editeur de l'album : Urban Comics Note : Résumé de l'album : Après avoir affronté le Designer, Batman réalise que son ennemi de toujours, le Joker, tirait en réalité les ficelles des événements récents. Le Clown prince du crime a, de son côté, trouvé une nouvelle compagne, Punchline, qui ne tarde pas à s'opposer à son ancienne conquête, Harley Quinn ! La ville de Gotham sombre dans le chaos tandis la vie de Bruce Wayne, privé de sa fortune, se trouve à jamais bouleversée ! Critique : A la fin de la lecture de ce tome 2 de Joker War j'ai une question : pourquoi attend-t-on un tome 3 ? Sincèrement ce tome deux clôture de bien belle façon une aventure standard de notre batou favoris. Une bien belle aventure portée par un vrai joker. UN joker dont la folie emporte tout et tout le monde. Une aventure ou Batman doit encore une fois affronter ses démons, nouveaux comme anciens, pour parvenir à se retrouver. Une bonne fin pour une vraie histoire de Batman. Une histoire pour un enquêteur tout comme une histoire contre un de ces méchants historiques. Une histoire qui se finie et une histoire qui, si elle ne résout pas tout, nous ramène à un récit centré sur Batman quasi uniquement. Un récit centré sur l'homme et sa ville. Du pur Batman avec des dessins vraiment sympa et des personnages secondaire intéressant à l'image d'une Harley Quinn qui sert à autre chose que faire la pimbêche de service. Bref tout ce que j'aime et qui tranche des super gros cross over dans lequel Batman était mêlé. A voir si j'essayerais le T3 par contre de peur que la prolongation ne vaille pas le coup. PS: A noter l'introduction d'un personnage intéressant, en mode Punisher. Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/batman-joker-war-tome-2?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  20. poseidon2

    Joker war T2

    A la fin de la lecture de ce tome 2 de Joker War j'ai une question : pourquoi attend-t-on un tome 3 ? Sincèrement ce tome deux clôture de bien belle façon une aventure standard de notre batou favoris. Une bien belle aventure portée par un vrai joker. UN joker dont la folie emporte tout et tout le monde. Une aventure ou Batman doit encore une fois affronter ses démons, nouveaux comme anciens, pour parvenir à se retrouver. Une bonne fin pour une vraie histoire de Batman. Une histoire pour un enquêteur tout comme une histoire contre un de ces méchants historiques. Une histoire qui se finie et une histoire qui, si elle ne résout pas tout, nous ramène à un récit centré sur Batman quasi uniquement. Un récit centré sur l'homme et sa ville. Du pur Batman avec des dessins vraiment sympa et des personnages secondaire intéressant à l'image d'une Harley Quinn qui sert à autre chose que faire la pimbêche de service. Bref tout ce que j'aime et qui tranche des super gros cross over dans lequel Batman était mêlé. A voir si j'essayerais le T3 par contre de peur que la prolongation ne vaille pas le coup. PS: A noter l'introduction d'un personnage intéressant, en mode Punisher.
  21. poseidon2

    Once en future T2

    Titre de l'album : Once en future T2 Scenariste de l'album : Kieron Gillen Dessinateur de l'album : Dan Mora Coloriste : Dan Mora Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Bien que Bridgette et Duncan ont empêché Arthur de récupérer le Graal, leurs actions ont accidentellement provoqué la ruine de L'Autre Monde, permettant à de nouvelles légendes et personnages de faire leur apparition - et leurs problèmes aussi. Lorsqu'un casque est volé au British Museum, Bridgette et Duncan sont confrontés à un nouveau challenge de taille : un monstre et sa mère. Critique : Miam le retour de mon comics arthurien. Surtout le retour de Dan Mora. Car on peu dire sans aucune honte que le trait de Dan Mora fait pour 60% de l'interet de ce comic. C'est somptueux avec des couleurs super vives et un bestiaire de folie. Franchement ca dépote ! Mais ne vous inquietez pas les 40% de scénario sont toujours aussi sympas. Notre Duncan est toujours autant perdu. A l'inverse le mysère globale derrière cette invasion de monstre se disperse petite à petit. Pour ne pas finir trop rapidement son histoire, Kieron Gillen renforce le coté litteraire en allant chercher une légende hors de l'épopée Arthurienne pour nous presenter le personnage de Beowulf. Personnage pas forcement très connu en france donc un peu plus difficile d'acces mais personnage servant surtout de support à la partie principale du récit : les manigances de Merlin. Manigances qui me font dire, encore une fois, qu'il faudrait relire à minima un résumé de l'ensemble de l'épopée d'Arthur pour encore plus apprécier ce comics. Ce que je ferais sans nul doute avant le troisième et dernier tome. Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/once-and-future-tome-2?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  22. poseidon2

    Once en future T2

    Miam le retour de mon comics arthurien. Surtout le retour de Dan Mora. Car on peu dire sans aucune honte que le trait de Dan Mora fait pour 60% de l'interet de ce comic. C'est somptueux avec des couleurs super vives et un bestiaire de folie. Franchement ca dépote ! Mais ne vous inquietez pas les 40% de scénario sont toujours aussi sympas. Notre Duncan est toujours autant perdu. A l'inverse le mysère globale derrière cette invasion de monstre se disperse petite à petit. Pour ne pas finir trop rapidement son histoire, Kieron Gillen renforce le coté litteraire en allant chercher une légende hors de l'épopée Arthurienne pour nous presenter le personnage de Beowulf. Personnage pas forcement très connu en france donc un peu plus difficile d'acces mais personnage servant surtout de support à la partie principale du récit : les manigances de Merlin. Manigances qui me font dire, encore une fois, qu'il faudrait relire à minima un résumé de l'ensemble de l'épopée d'Arthur pour encore plus apprécier ce comics. Ce que je ferais sans nul doute avant le troisième et dernier tome.
  23. Titre de l'album : Participatif : Le savoir faire de Mignola en Blue ray Scenariste de l'album : Mignola Dessinateur de l'album : Mignola Coloriste : Editeur de l'album : Autres Editeurs/Auto editions Note : Résumé de l'album : Mike Mignola est tous sauf le dernier de dessinateur. Son savoir faire est reconnu de part le monde. Et va maintenant être possible de vraiment savoir commet il fait ! Disponible malheureusement uniquement en Version Anglaise sous titrée Critique : Fan de Mignola (@Alx23 tu est la ?) je viens de tomber sur un pièce pour vous : une campagne kickstarter de financement participatif pour vous procurez le blue ray reportage sur le travail de réalisation du maitre. Sur plus de 3h (minimum) de films, reportage, et démonstration, vous assisterez à la création de main du maitre des comics indépendant. Alors certes ce n'est pas donné avec 60$ plus frais de ports pour le double blue ray. Mais comme dans chaque kickstarter, la campagne marche bien et des goodies et heures supplémentaires viennent amoindrir la douloureuse. Et avoir son non sur un DV d'Hellboy ca n'a pas de prix non ? Ca se passe la : et dure encore 9 jours ! Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.kickstarter.com/projects/jimdemonakos/hellboys-creator-mike-mignola-a-documentary-film/description Voir la totalité de enregistrement
  24. Fan de Mignola (@Alx23 tu est la ?) je viens de tomber sur un pièce pour vous : une campagne kickstarter de financement participatif pour vous procurez le blue ray reportage sur le travail de réalisation du maitre. Sur plus de 3h (minimum) de films, reportage, et démonstration, vous assisterez à la création de main du maitre des comics indépendant. Alors certes ce n'est pas donné avec 60$ plus frais de ports pour le double blue ray. Mais comme dans chaque kickstarter, la campagne marche bien et des goodies et heures supplémentaires viennent amoindrir la douloureuse. Et avoir son non sur un DV d'Hellboy ca n'a pas de prix non ? Ca se passe la : et dure encore 9 jours !
  25. poseidon2

    East of West T9

    Titre de l'album : East of West T9 Scenariste de l'album : Jonathan Hickman Dessinateur de l'album : Nick Dragotta Coloriste : Nick Dragotta Editeur de l'album : Urban Comics Note : Résumé de l'album : Loup est devenu la Parole incarnée et dirige désormais la Nation Infinie. L'Union est tombée sous les coups de la révolution de son peuple, le Royaume et la Confédération affutent leurs lames et la République Populaire marche vers la guerre. Alors que Mort continue son périple avec Babylone, son fils enfin retrouvé, les trois autres Cavaliers les traquent. L'heure de l'Apocalypse approche. Critique : Rhhaa ça faisait un moment qu'on l'attendait celui-là. Et en plus c'est l'avant dernier ! On l'a attendu quasiment aussi longtemps que l'équivalent chez Deadly Class. Mais si Deadly Class était un poil en dessous du reste de la série, celui-là est XXL !! Enfin comme le précèdent quoi. Comme toute la série en fait. Mais celui-là est particulièrement bon car il fait monter la mayonnaise comme rarement un autre n'a réussi à le faire. On prépare le dixième et dernier tome qui va être une apothéose. Entre résumé bien agencé, révélation sur les quelques interrogations qu'il restait et entretient de quelques mystères, ce tome 9 est délicieux. Les 3 cavaliers de l’apocalypse sont omniprésents, la tension est à son comble et la fin du monde n’a jamais été aussi proche. Graphiquement toujours aussi superbe ce tome 9 dirige East of West vers le panthéon des comics fantastiques ! Et ce n'est pas peu dire... Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/east-of-west-tome-9?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  26. poseidon2

    East of West T9

    Rhhaa ça faisait un moment qu'on l'attendait celui-là. Et en plus c'est l'avant dernier ! On l'a attendu quasiment aussi longtemps que l'équivalent chez Deadly Class. Mais si Deadly Class était un poil en dessous du reste de la série, celui-là est XXL !! Enfin comme le précèdent quoi. Comme toute la série en fait. Mais celui-là est particulièrement bon car il fait monter la mayonnaise comme rarement un autre n'a réussi à le faire. On prépare le dixième et dernier tome qui va être une apothéose. Entre résumé bien agencé, révélation sur les quelques interrogations qu'il restait et entretient de quelques mystères, ce tome 9 est délicieux. Les 3 cavaliers de l’apocalypse sont omniprésents, la tension est à son comble et la fin du monde n’a jamais été aussi proche. Graphiquement toujours aussi superbe ce tome 9 dirige East of West vers le panthéon des comics fantastiques ! Et ce n'est pas peu dire...
  27. Titre de l'album : Le dernier des dieux T1 Scenariste de l'album : Phillip Kennedy Johnson Dessinateur de l'album : Riccardo Federici Coloriste : Riccardo Federici Editeur de l'album : Urban Comics Note : Résumé de l'album : La légende disait la chute du Dieu du vide. La légende chantait la victoire des Traquedieux. La légende proclamait la libération de Cain Anuun. Mais bien rares sont les légendes à dévoiler toute la vérité. Critique : C'est assez rigolo les modes .Celle du moment outre atlantique est d'enrichir les univers des comics non super héroïque par du contenu supplémentaire. Faire plus qu'une bande dessinée. Créer un univers complet avec des mythes, des légendes, des chansons et des histoires qui ne font pas partie de la trame principale du récit. Quelque chose que l'on voit de plus en plus dans le loisir. Beaucoup dans les jeux de société par exemple. Et c'est le grand attrait de ce "Dernier des dieux". En effet entre chaque chapitre notre auteur nous livre des récits du passé qui permettre de bien remettre en perspective les liens entre les différents protagonistes. Et heureusement qu'il y a ces récits car la trame principale est-elle une grande aventure qui va à 200 à l'heure et ne peux que laisser imaginer toute cette histoire. Enfin pas une grande aventure. Deux entremêlées .... À 30 ans d'écarts. Le scenario de cette trame est bien pensé avec un parallèle de 30 ans entre deux équipes qui font le "même chemin" mais pas forcément avec les mêmes ambitions. Pour les fans de fantaisy l'histoire ne sera pas forcement du jamais vu mais le traitement des deux époques est intéressant. Graphiquement parlant c'est très sympa même si, au vu de la couverture, je m'attendais à mieux. Le niveau de détails (surtout des visages) est assez moyen et n'atteint pas le trait qu'on a pu voir dans "Une histoire de voleur et de trolls" par exemple. Ça reste très correct mais pas non plus du niveau d'un Alex Ross comme la couverture pouvait le laisser penser. Un album pour lequel il faut doc bien prendre le temps de lire les textes annexes de peur de trouver l'ensemble un peu trop rapide. Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/le-dernier-des-dieux-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  28. poseidon2

    Le dernier des dieux T1

    C'est assez rigolo les modes .Celle du moment outre atlantique est d'enrichir les univers des comics non super héroïque par du contenu supplémentaire. Faire plus qu'une bande dessinée. Créer un univers complet avec des mythes, des légendes, des chansons et des histoires qui ne font pas partie de la trame principale du récit. Quelque chose que l'on voit de plus en plus dans le loisir. Beaucoup dans les jeux de société par exemple. Et c'est le grand attrait de ce "Dernier des dieux". En effet entre chaque chapitre notre auteur nous livre des récits du passé qui permettre de bien remettre en perspective les liens entre les différents protagonistes. Et heureusement qu'il y a ces récits car la trame principale est-elle une grande aventure qui va à 200 à l'heure et ne peux que laisser imaginer toute cette histoire. Enfin pas une grande aventure. Deux entremêlées .... À 30 ans d'écarts. Le scenario de cette trame est bien pensé avec un parallèle de 30 ans entre deux équipes qui font le "même chemin" mais pas forcément avec les mêmes ambitions. Pour les fans de fantaisy l'histoire ne sera pas forcement du jamais vu mais le traitement des deux époques est intéressant. Graphiquement parlant c'est très sympa même si, au vu de la couverture, je m'attendais à mieux. Le niveau de détails (surtout des visages) est assez moyen et n'atteint pas le trait qu'on a pu voir dans "Une histoire de voleur et de trolls" par exemple. Ça reste très correct mais pas non plus du niveau d'un Alex Ross comme la couverture pouvait le laisser penser. Un album pour lequel il faut doc bien prendre le temps de lire les textes annexes de peur de trouver l'ensemble un peu trop rapide.
  1. Charger plus d’activité
  • Chatbox

    You don't have permission to chat.
    Load More
  • Un best of BD au hasard

  • Dernières Critiques

    • Le corps est un vêtement que l'on quitte
      Note :
      Avant tout sachez que je ne suis pas une spécialiste de Liberge, n’en déplaise à certains car je sais qu’il est très apprécié sur ce site. J’ai hésité à faire cette critique car j’ai vu que les avis étaient très positifs un peu partout. Je vous rassure, je ne vais pas la descendre, loin de là ! mais j’aimerai y apporter quelques nuances.

      Graphiquement parlant, c’est très beau, des dessins très travaillés et détaillés, des rendus colores recherchés notamment pour souligner le rendu mystique et un changement radical dans la dernière partie pour aborder l’épilogue de l’histoire. Le seul détail qui m’a dérangé c’est la représentation du personnage principal car même s’il a une carrure carrée (c’est un rugbyman), il fait nettement plus que son âge, à 19 ans on croirait qu’il en a 35 !! Bien sûr ce n’est qu’un détail car cela ne change rien au sujet de l’histoire.

      Concernant le sujet, on entre ici dans des considérations mystiques : l’expérience de la mort et de son retour. On sent que Liberge a bien étudié le sujet, il s’est appuyé sur des témoignages, sur des œuvres dont celle de Jérôme Bosch et sa série de tableaux du voyage vers l’au-delà. Que l’on y croit ou pas n’est pas important, ici, on nous dit qu’il existe des événements qui dépassent l’entendement, que la mort n’est pas une fin.

      Je regrette que la partie « secret de famille » ne soit pas plus approfondie, je pensais d’après le résumé que cela allait avoir une part importante mais c’est surtout autour des EMI (expérience de mort imminente) que l’histoire s’articule : quelles sont les conséquences directes et comment cela va influencer la vie du personnage principal.

      Si le sujet vous intéresse, vous aimerez surement cette bd, après, je la conseillerai plus pour un public adulte, du fait de toute la partie ésotérique. Et concernant son potentiel de relecture, je m’interroge, ce n’est pas le genre d’ouvrage que l’on relit régulièrement.
        • Like
      • 5 réponses
    • Rainbow girls t1 : Sauvons Lulu !
      Note :
      Attention les super héroïnes made in France débarquent !! Enfin made in France pour enfant. 

      Rainbow girls c'est une espèce de Pyjamasque pour les plus grands mais pas vraiment plus grands. Ce premier tome nous présente nos héroïnes et nous montre  comment elles deviennent Rainbow Girls. L'originalité de ce tome est de faire en sorte que notre bande de 3 soit en fait une bande de 2+1. En effet l'une des filles n'est pas vraiment l'amies des deux autres, au début tout du moins.

      Que ce soit l'aventure ou l'apparition des pouvoirs, tout est bien calibré et marche plutôt pas mal. Pourquoi une note moyenne me direz-vous donc ? Et bien parce que ce comic à la française s'adresse avant tout a de très jeune lecteur. En effet ma fille de 12 n'a même pas regardé l'album. Mais fille de 6 oui. Son graphisme très enfantin cible particulièrement un public très jeune. Alors pourquoi complexifier l'histoire en mettant nos héroïnes au lycée et non pas en primaire ou au collège ?

      C'est un peu dommage car les petites filles qui commencent à lire qui sont la cible de l'album ne s'identifie pas à ces "grands". Et donc cela ne fait que perdre un peu le lectorat cible.....

      Dommage ca sinon ca aurait été la lecture parfaite pour les petites filles.
      • 0 réponse
    • Impact
      Note :
      Deux destinés vont se croiser pour se briser dans un polar rondement mené par l'écriture de Gilles Rochier. On suit d'un côté un ouvrier modèle avec de nombreuses médailles pour son travail et de l'autre un jeune paumé ne vivant que dans la violence. Les dialogues sont bien pensés d'ailleurs au moment des transitions d'un personnage à l'autre, c'est l'ouvrier qui répond au jeune alors qu'ils parlent à d'autres personnes et inversement. Le récit est bien ancré dans notre société actuelle, l'auteur ajoute une partie psychologique pour mieux comprendre le personnage du jeune. On est bien dans un polar au sens propre du terme mais les personnages ne sont pas des tueurs ou des victimes. Ils sont seulement présents au mauvais moment dans une situation qui dégénère. A la lecture, on devine vite le rapprochement des deux personnages et même du troisième mais l'on souhaite connaitre la finalité. Les dessins de Deloupy sont sobres mais reflète bien notre époque. 
      Impact est un polar bien ficelé qui devrait trouver son public entre amateur de polar et amateur de drame social.
      • 0 réponse

    • Rent-a-girlfriend tomes 1 et 2
      Note :
      Rent-a-girlfriend est une sympathique comédie sentimentale. Kazuya, étudiant, vient de se faire larguer par sa première petite amie, lui qui s’était déjà fait tout un plan pour l’avenir, subit un gros choc psychologique. Désespéré, il tombe sur un site de location de petites amies (en tout bien tout honneur) et décide d’utiliser ses services pour avoir quelqu’un à se confier. Au cours de ce rendez-vous, la situation se complique : sa grand-mère est hospitalisée, et sa petite amie de location devient pour sa famille sa vraie petite amie. N’ayant pas à cœur de les décevoir, il va s’enfoncer dans les mensonges.

      Si le manga a un côté comédie où le héros enchaine les quiproquos et se retrouve dans une situation intenable, il y a également une belle approche de ses sentiments, l’un des objectifs étant bien sûr l’évolution de Kazuya : avoir confiance en soi, assumer ce qu’il est et devenir adulte.

      Par ailleurs, il y a 2 personnages féminins forts : la petite amie louée et l’ex-petite amie, les deux sont complexes, leurs motivations pas encore éclaircies, leur caractère bien trempé. Et ce n’est pas dans ces 2 tomes que l’on va pouvoir les cerner. Le fait que l’histoire se déroule avec de jeunes adultes permet à l’auteur d’élargir sa palette de relations et de situations.

      Un bon début pour une série agréable à lire, qui évite pour l’instant les clichés. Pour information, la série compte déjà 19 tomes et elle n’est pas finie.
      • 0 réponse
    • DCeased hope at world's end
      Note :
      Il y a quelques années de cela, quand nous étions ensevelis sous une montagne de parutions de Zombies diverses et variées, je n'aurais jamais pensé  commencer une critique par une remarque de ce genre : Je pense que DCeased, avec ces zombies et sa fin du monde, est peut etre le comics le plus abouti et le plus agréable pour le grand public  chez DC en ce moment.

      Oui oui. Je vous sens venir avec des remarques du genre : facile le zombie c'est porteur et tout et tout. Mais en fait non. Enfin si ca l'est toujours. Mais non nos auteurs ne tombent pas dans la facilité. Aussi étrange que cela puissse paraitre, le récit est clair depuis le début mais surtout, et c'est ce que l'on voit dans ce tome ci particulièrement, il est traité de facon intelligente. 

      Ce tome ci est un tome qui se passe avant la fin du tome principale et nous raconte, apres nous avoir raconté le point de vue des méchants dans le précédent (excellent d'ailleurs), comment les gentils tentent, eux, de s'organiser. Ce qui est vraiment sympa ici c'est qu'on nous montre des héros qui ont encore de l'espoir. Loin de penser à migrer de la terre.....

      Le traitement des differents héros et méchants , sans prise de parti sur qui doit survivre ou non, est vraiment un des points excellents de cette série. Pour une fois nos héros ne font pas les malins et s'associent avec qui le veut bien pour sauver la terre. 

      Bref en parrallele d'une série Metal qui est complexe au possible, cette réalité ci est rafraichissante et facile à suivre, que l'on connaisse les personnages ou non.

      Le cross over tout publique du moment !
      • 0 réponse
  • Qui est en ligne (Afficher la liste complète)

    Il n’y a aucun utilisateur enregistré actuellement en ligne

×
×
  • Créer...