Aller au contenu
  • S’inscrire

Comics

Affichage de[s] tout le contenu étiquetés 'Comics', 'Comic' et 'US' et posté[e][s] durant les 365 derniers jours.

Ce flux se met à jour automatiquement     

  1. La dernière semaine
  2. Titre de l'album : Batman death Metal T6 Dreamtheater Scenariste de l'album : Scott Snyder / James Tynion IV Dessinateur de l'album : Greg Capullo / Collectif Coloriste : Collectif Editeur de l'album : Urban Comics Note : Résumé de l'album : Après sa défaite douloureuse contre la Légion Fatale de Perpetua et Lex Luthor, la Ligue de Justice a disparu de la surface de la Terre. De son côté, le Batman Qui Rit, toujours en liberté, a infecté plusieurs super-héros ainsi que le Commissaire Gordon qu'il garde comme sbire personnel. La confrontation entre Luthor et le Batman Qui Rit va conduire le monde dans un nouvel abîme de folie où des versions déformées des plus grands héros ne vont pas tarder à se soulever. Critique : Sixième et avant dernier tome de l'édition spécial de Batman Death Metal. Avant dernier numéro qui marque l'histoire de Death Metal avec le dernier espoir de l'humanité et une Wonder Woman au sommet de son rôle de sauveuse de l'humanité. Un tome particulièrement sympa graphiquement avec des planches magnifiques de Greg Capullo. On est toujours dans l'objet de collection bien sur mais, sur celui-ci, j'y tiens particulièrement parce que le groupe mis en avant est Dreamtheater. Dreamtheater c'était LE groupe de dream metal de ma période lycée. De superbes souvenirs d'une époque que les moins de vingt ans ne connaissent pas. Mais même sans cet attachement particulier, l'équation est simple : Si vous avez déjà le reste des éditions spéciales, et bien vous prendrez celle ci. SI non... et bien il faut commencer par le premier tome car acheter juste ce numéro 6 ca parait un peu étrange. ET il en reste de dispo chez notre partenaire Bdfugue Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/batman-death-metal-6-dream-theater-edition-tome-6?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  3. Sixième et avant dernier tome de l'édition spécial de Batman Death Metal. Avant dernier numéro qui marque l'histoire de Death Metal avec le dernier espoir de l'humanité et une Wonder Woman au sommet de son rôle de sauveuse de l'humanité. Un tome particulièrement sympa graphiquement avec des planches magnifiques de Greg Capullo. On est toujours dans l'objet de collection bien sur mais, sur celui-ci, j'y tiens particulièrement parce que le groupe mis en avant est Dreamtheater. Dreamtheater c'était LE groupe de dream metal de ma période lycée. De superbes souvenirs d'une époque que les moins de vingt ans ne connaissent pas. Mais même sans cet attachement particulier, l'équation est simple : Si vous avez déjà le reste des éditions spéciales, et bien vous prendrez celle ci. SI non... et bien il faut commencer par le premier tome car acheter juste ce numéro 6 ca parait un peu étrange. ET il en reste de dispo chez notre partenaire Bdfugue
  4. Avant
  5. Titre de l'album : American Vampire t9 Scenariste de l'album : Scott Snyder Dessinateur de l'album : Rafael Albuquerque Coloriste : Editeur de l'album : Urban Comics Note : Résumé de l'album : 1976, l'Amérique est ruinée. Au bord de la rupture, les citoyens n'ont plus confiance en leur gouvernement. Et tandis que les États-Unis s'apprêtent à célébrer leur bicentenaire dans un climat pesant, le Marchand Gris met en place les derniers éléments qui lui permettront, ainsi qu'à son espèce, d'étendre leur domination sur la Terre. Le souverain vampire trouvera néanmoins sur sa route Pearl Jones et Skinner Sweet, en lutte contre sa toute nouvelle condition. Critique : Mais ouiiiiiiiiiii. Alors la je dis oui ! Franchement j'avais perdu espoir d'une fin cohérente à American Vampire. 5 ans entre deux volumes dans le monde du comics c'est une éternité. Et alors que je m'étais fais une raison, à ne plus chercher de sortie, voila que Snyder nous sort non pas un seul tome mais bien bien deux tomes coup sur coup (oui le 10 arrive ... en novembre) avec une vraie conclusion qui s'annonce sanglante. Et cette excellente surprise joue surement sur ma note sur ce tome 9 mais pas uniquement. Car ce tome qui a mis très longtemps à arriver est superbement bien construit et est un très bon tome de preparation au dixieme et dernier qui arrive. Snyder fait appelle à tout ce qui a été preparé dans la série, Legacy y compris, pour mettre tous les intervenants des différents American Vampire dans le sens qu'il faut pour nous promettre une apocalypse dans le prochain tome. Raphael Albuquerque, quant à lui, joue le jeu et nous offre des dessins toujours aussi brutaux et tranchés qui nous rappellent rapidement que NON, les vampires ne sont pas de gentils poupons qui mette de la crème solaire. Une superbe surprise et une super lecture. Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/american-vampire-tome-9?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  6. poseidon2

    American Vampire t9

    Mais ouiiiiiiiiiii. Alors la je dis oui ! Franchement j'avais perdu espoir d'une fin cohérente à American Vampire. 5 ans entre deux volumes dans le monde du comics c'est une éternité. Et alors que je m'étais fais une raison, à ne plus chercher de sortie, voila que Snyder nous sort non pas un seul tome mais bien bien deux tomes coup sur coup (oui le 10 arrive ... en novembre) avec une vraie conclusion qui s'annonce sanglante. Et cette excellente surprise joue surement sur ma note sur ce tome 9 mais pas uniquement. Car ce tome qui a mis très longtemps à arriver est superbement bien construit et est un très bon tome de preparation au dixieme et dernier qui arrive. Snyder fait appelle à tout ce qui a été preparé dans la série, Legacy y compris, pour mettre tous les intervenants des différents American Vampire dans le sens qu'il faut pour nous promettre une apocalypse dans le prochain tome. Raphael Albuquerque, quant à lui, joue le jeu et nous offre des dessins toujours aussi brutaux et tranchés qui nous rappellent rapidement que NON, les vampires ne sont pas de gentils poupons qui mette de la crème solaire. Une superbe surprise et une super lecture.
  7. alx23

    Tomorrow

    Titre de l'album : Tomorrow Scenariste de l'album : Peter Milligan Dessinateur de l'album : Jesus Hervas Coloriste : James Devlin Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Alors que la société d'effondre à cause d'un virus informatique qui a franchi la barrière des espèces, le prodige musical Oscar Fuentes est séparé de sa soeur jumelle, Cira. Parviendront-ils à se retrouver ou seront-ils tous deux perdus à jamais, dans une civilisation en pleine décadence qui remplace sans pitié le passé? Critique : Peter Milligan est un scénariste réputé notamment avec ses titres à succès comme Human target ou Tank girl et bien d'autres encore. Tomorrow est sa dernière création qu'il assure en postface avoir écrit avant le début de la pandémie de Covid qui a frappé le monde en 2020. Bien évidement si l'auteur s’explique c'est que l'histoire de Tomorrow est sur une pandémie où tous les adultes morts subitement d'un virus. La seule nouveauté dans ce thème provient du virus en lui-même puisqu'il est informatique avant de toucher aux humains. Au niveau de l'intrigue, on suit plusieurs enfants et adolescents dans le monde privé d'adultes. Une sœur et un frère jumeau sont au cœur de l'histoire puisqu'ils ont été séparés avant le début de l'épidémie, ils veulent se rejoindre en affrontant les problématiques classiques aux thèmes. L'auteur ne réinvente pas le genre et l'on suit son histoire assez concentrée puisqu'elle tient en un album. Il faut signaler qu'il y a de nombreux raccourcis tout au long de l'histoire qui donne un effet de vitesse, pour traiter tous les aventures des personnages secondaires. La fin reste ouverte donc il y aura peut-être une suite mais rien de prévu pour l'instant. Les dessins de Jesus Hervas sont bien travaillés comme les dessins actuels des productions Image comics. Tomorrow ne surprend pas mais reste agréable à lire et peut-être à conseiller à un public ne connaissant pas ce genre. Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/tomorrow?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  8. alx23

    Tomorrow

    Peter Milligan est un scénariste réputé notamment avec ses titres à succès comme Human target ou Tank girl et bien d'autres encore. Tomorrow est sa dernière création qu'il assure en postface avoir écrit avant le début de la pandémie de Covid qui a frappé le monde en 2020. Bien évidement si l'auteur s’explique c'est que l'histoire de Tomorrow est sur une pandémie où tous les adultes morts subitement d'un virus. La seule nouveauté dans ce thème provient du virus en lui-même puisqu'il est informatique avant de toucher aux humains. Au niveau de l'intrigue, on suit plusieurs enfants et adolescents dans le monde privé d'adultes. Une sœur et un frère jumeau sont au cœur de l'histoire puisqu'ils ont été séparés avant le début de l'épidémie, ils veulent se rejoindre en affrontant les problématiques classiques aux thèmes. L'auteur ne réinvente pas le genre et l'on suit son histoire assez concentrée puisqu'elle tient en un album. Il faut signaler qu'il y a de nombreux raccourcis tout au long de l'histoire qui donne un effet de vitesse, pour traiter tous les aventures des personnages secondaires. La fin reste ouverte donc il y aura peut-être une suite mais rien de prévu pour l'instant. Les dessins de Jesus Hervas sont bien travaillés comme les dessins actuels des productions Image comics. Tomorrow ne surprend pas mais reste agréable à lire et peut-être à conseiller à un public ne connaissant pas ce genre.
  9. Titre de l'album : East of West t10(fin) Scenariste de l'album : Jonathan Hickman Dessinateur de l'album : Nick Dragotta Coloriste : Nick Dragotta Editeur de l'album : Urban Comics Note : Résumé de l'album : Conquête, Guerre et Famine ont enfin retrouvé la trace de Mort et de son fils, le prophétique Babylone. Après s'être débarrassé d'une multitude de Psaumes, des robots tueurs d'un autre temps, Mort apprend que Guerre a passé un marché avec son fils. S'il suit les Cavaliers pour prendre son rôle de Grande Bête de l'Apocalypse alors Mort aura la vie sauve. Mais il y certains pactes que l'on ne peut faire avec la Mort... Critique : En voilà une fin qui va faire parler. EN effet il sera, après un récit aussi intense et aussi complexe, de satisfaire tout le monde. Cette critique comportera donc un minimum de spoiler, sans quoi... ben je ne pourrais rien dire du tout. Pour ceux qui ne l'ont pas lu, sachez que j'ai adoré mais que ça ne se sera donc pas le cas de tout le monde. J'ai adoré cette dichotomie entre la complexité de l'histoire et la simplicité de cette fin. En effet plutôt que de chercher à forcement en rajouter encore quitte à ne plus rien maitriser, Hickman revient à la base de tout ce qui fait l'homme c'est à dire sa capacité à aimer. Cela paraitra surement peu pour beaucoup mais je trouve que cela tranche vraiment avec ce à quoi je m'attendais. Je m'attendais à.... et je ne savais pas à quoi m'attendre. C'est ce qui est toujours bien avec Hickman c'est qu'on ne sait jamais vraiment à quoi s'attendre. Et moi cette fin m'a plu et me suffit. Plus rien en suspens, une histoire qui se termine pour en laisser la place à une autre. Une belle fin de temps en temps ca du bien je trouve. A relire d'une seule traite. PS: pour ceux qui découvrirait la série, Urban a sortie l'histoire en 3 superbes intégrales ! Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/east-of-west-tome-10?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  10. poseidon2

    East of West t10(fin)

    En voilà une fin qui va faire parler. EN effet il sera, après un récit aussi intense et aussi complexe, de satisfaire tout le monde. Cette critique comportera donc un minimum de spoiler, sans quoi... ben je ne pourrais rien dire du tout. Pour ceux qui ne l'ont pas lu, sachez que j'ai adoré mais que ça ne se sera donc pas le cas de tout le monde. J'ai adoré cette dichotomie entre la complexité de l'histoire et la simplicité de cette fin. En effet plutôt que de chercher à forcement en rajouter encore quitte à ne plus rien maitriser, Hickman revient à la base de tout ce qui fait l'homme c'est à dire sa capacité à aimer. Cela paraitra surement peu pour beaucoup mais je trouve que cela tranche vraiment avec ce à quoi je m'attendais. Je m'attendais à.... et je ne savais pas à quoi m'attendre. C'est ce qui est toujours bien avec Hickman c'est qu'on ne sait jamais vraiment à quoi s'attendre. Et moi cette fin m'a plu et me suffit. Plus rien en suspens, une histoire qui se termine pour en laisser la place à une autre. Une belle fin de temps en temps ca du bien je trouve. A relire d'une seule traite. PS: pour ceux qui découvrirait la série, Urban a sortie l'histoire en 3 superbes intégrales !
  11. Titre de l'album : Harley-Joker Criminal sanity Scenariste de l'album : Kami Garcia Dessinateur de l'album : Mico Suayan / Jason Badower Coloriste : Mico Suayan / Jason Badower Editeur de l'album : Urban Comics Note : Résumé de l'album : Profiler de renom, Harleen Quinzel est embauchée par le GCPD pour enquêter sur une vague de crimes particulièrement sordides. Mais elle est elle-même hantée par une affaire passée lorsque sa colocataire a été sauvagement assassinée par le tueur en série surnommé le Joker. Critique : Dure cette critique. Dure car, après lecture cette BD n'est pas pour moi. Lais pas du tout. Et pourtant je ne peux nier le fait que c'est une réussite. C'est une réussite car ce thriller est super prenant, graphiquement tellement réaliste qu'on frissonne et imagine croiser le Joker à chaque carrefour. Pire qu'un des pires épisodes de séries télé américaine. Ça donne froid dans le dos, c'est bien réalisé, super documenté et creuser dans les moindre détails. De quoi en faire un vrai coup de cœur. Oui sauf qu'il se trouve que graphiquement cela m’a bloqué. En effet l'album est réalisé pour moitié à partir de photo réaliste. Mais TROP réaliste à mon gout ! Les scènes de crimes et de corps démembrées ou reconstitués sont trop réalistes pour moi. On dirait vraiment des photos et cela m'a fait trop froid dans le dos. Apres je ne suis pas fan des BD photos résistes. Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/harley-joker-criminal-sanity?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  12. poseidon2

    Harley-Joker Criminal sanity

    Dure cette critique. Dure car, après lecture cette BD n'est pas pour moi. Lais pas du tout. Et pourtant je ne peux nier le fait que c'est une réussite. C'est une réussite car ce thriller est super prenant, graphiquement tellement réaliste qu'on frissonne et imagine croiser le Joker à chaque carrefour. Pire qu'un des pires épisodes de séries télé américaine. Ça donne froid dans le dos, c'est bien réalisé, super documenté et creuser dans les moindre détails. De quoi en faire un vrai coup de cœur. Oui sauf qu'il se trouve que graphiquement cela m’a bloqué. En effet l'album est réalisé pour moitié à partir de photo réaliste. Mais TROP réaliste à mon gout ! Les scènes de crimes et de corps démembrées ou reconstitués sont trop réalistes pour moi. On dirait vraiment des photos et cela m'a fait trop froid dans le dos. Apres je ne suis pas fan des BD photos résistes.
  13. poseidon2

    Cemetery beach

    Titre de l'album : Cemetery beach Scenariste de l'album : Warren Ellis Dessinateur de l'album : Jason Howard Coloriste : Editeur de l'album : Urban Comics Note : Résumé de l'album : En mission d'observation pour le compte de la Terre, Michael Blackburn a été envoyé au coeur d'une colonie établie sur une exoplanète, où il a été fait prisonnier. En complète autonomie depuis près d'un siècle, le gouvernement en place n'a d'autre choix que d'éliminer cet individu, sous peine de voir les armées terriennes rappliquer et réclamer ce monde de force. Encore eût-il fallu que le prisonnier ne se soit pas échappé... Critique : Chaque Warren Ellis provoque une attente particulière. En effet il alterne les tomes géniaux et les tomes un peu plus passe partout. Je dois bien dire que celui-ci.... fait plus parti de la deuxième fournée. L'histoire est sympa. L'idée de la colonie cachée qui a vécu en autarcie durant des années sur une autre planète et très sympa et bien pensée. Le dessin "au couteau" est bien adapté à l'ambiance du scenario. Donc il y avait tout pour faire une bonne série/histoire. Ce que je reproche donc à ce tome c'est le choix d’Ellis de ne traiter que la "fuite". En effet Warren Ellis "réduit" son récit à un road movie d'action. Ça tire dans tous les sens, ça explose, ça court, ça fuit et.... c'est fini. Je trouve qu'il y avait mieux à faire au vu des idées posées sur la table. Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/cemetery-beach?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  14. poseidon2

    Cemetery beach

    Chaque Warren Ellis provoque une attente particulière. En effet il alterne les tomes géniaux et les tomes un peu plus passe partout. Je dois bien dire que celui-ci.... fait plus parti de la deuxième fournée. L'histoire est sympa. L'idée de la colonie cachée qui a vécu en autarcie durant des années sur une autre planète et très sympa et bien pensée. Le dessin "au couteau" est bien adapté à l'ambiance du scenario. Donc il y avait tout pour faire une bonne série/histoire. Ce que je reproche donc à ce tome c'est le choix d’Ellis de ne traiter que la "fuite". En effet Warren Ellis "réduit" son récit à un road movie d'action. Ça tire dans tous les sens, ça explose, ça court, ça fuit et.... c'est fini. Je trouve qu'il y avait mieux à faire au vu des idées posées sur la table.
  15. poseidon2

    Money shot t1

    Titre de l'album : Money shot t1 Scenariste de l'album : Seeley Dessinateur de l'album : Beattie Coloriste : Beattie Editeur de l'album : Autres Editeurs/Auto editions Note : Résumé de l'album : Loin dans notre futur, les humains n'ont pas profité de la chance que leur a donné une race extraterretres et s'est enfoncé dans un marasme économique tel qu'elle ne fait ... plus rien. Plus rien du tout. Un groupe de chercheur complètement désœuvré se rend compte que la seule facon de faire de l'argent à cette époque, c'est par le biais de videos pornographiques payantes en ligne, la seul chose qui intéresse les humains à l'heure actuelle.... et cette équipe y voit la possibilité de financer leur expédition.... Critique : Alors oui on est d'accord, le pitch de cette BD est vraiment suprenant et on a tout la pour faire un hentai. Mais... mais. Deja cette campagne, comme toutes les éditions Komics Initiative, est passée par un financement participatif qui nous a permis d'en savoir un peu plus avant de se lancer. De savoir, déjà, que graphiquement ca tenait la route. Dynamique, coloré et porté par un trait très propre. Restait à savoir si le scénario allait tenir la route.....et je dois dire que j'ai été agréablement surpris. Tout d'abord ce Money Shot n'est PAS une bd érotique. Une BD pour adulte c'est sur. Mais une BD plus coquine par moment qu'érotique. Mais le plus intéressant dans tout cela c'est que nos personnages sont et restent, tout au long de leur aventure, des scietifiques. Cette analyse permanente et leurs connaissances amènent quelques échanges et discours très sympas et font planner sur ce comics un sentiment de sérieux derrière le coté sexy de l'histoire. Au final entre le coté sexy et l'histoire d'exploration spatial, de découverte d'espèces extra terrestre et de critique du tout Youtube/Vidéos, ce Money shot se trouve être une vraie belle lecture détente. Une belle surprise dont on attend la suite, si elle existe, avec une certaine impatience, petits coquins fan de SF que nous sommes. Autres infos : Komics Initiative Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/money-shot?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  16. poseidon2

    Money shot t1

    Alors oui on est d'accord, le pitch de cette BD est vraiment suprenant et on a tout la pour faire un hentai. Mais... mais. Deja cette campagne, comme toutes les éditions Komics Initiative, est passée par un financement participatif qui nous a permis d'en savoir un peu plus avant de se lancer. De savoir, déjà, que graphiquement ca tenait la route. Dynamique, coloré et porté par un trait très propre. Restait à savoir si le scénario allait tenir la route.....et je dois dire que j'ai été agréablement surpris. Tout d'abord ce Money Shot n'est PAS une bd érotique. Une BD pour adulte c'est sur. Mais une BD plus coquine par moment qu'érotique. Mais le plus intéressant dans tout cela c'est que nos personnages sont et restent, tout au long de leur aventure, des scietifiques. Cette analyse permanente et leurs connaissances amènent quelques échanges et discours très sympas et font planner sur ce comics un sentiment de sérieux derrière le coté sexy de l'histoire. Au final entre le coté sexy et l'histoire d'exploration spatial, de découverte d'espèces extra terrestre et de critique du tout Youtube/Vidéos, ce Money shot se trouve être une vraie belle lecture détente. Une belle surprise dont on attend la suite, si elle existe, avec une certaine impatience, petits coquins fan de SF que nous sommes.
  17. Titre de l'album : Middlewest t3 (fin) : resilience Scenariste de l'album : Scottir Young Dessinateur de l'album : Jorge Corona Coloriste : Jorge Corona Editeur de l'album : Urban Link Note : Résumé de l'album : Kidnappés et exploités par Nicolas Raider dans ses champs d'ethol, Abel, Bobby et les dizaines d'autres enfants retenus avec eux tentent de survivre dans cet environnement toxique où le moindre geste malheureux peut leur être fatal. Abel aimerait tellement pouvoir revenir en arrière et retrouver le doux foyer du clan Hurst. Si seulement il n'avait pas tout gâché en laissant sa colère prendre le dessus... Mais l'heure n'est plus aux regrets. Il lui faut désormais aller de l'avant. Et s'il veut enfin faire la paix avec lui-même et envisager son avenir sous un jour plus serein, il va lui falloir affronter une fois pour toute les démons de son passé. Critique : Pffff j'attendais cette fin d'histoire avec impatience et je dois dire que je n'ai pas été déçu. Graphiquement déjà on a l'impression que Jorge Corona a encore progressé. Les passages finaux sont justes époustouflant de maitrise. On comprend tout ce que l'on voit dans un contexte difficile. Chapeau. Niveau histoire.... pas forcément beaucoup de surprise mais c'est plutôt une bonne chose. Cette absence de nouvelles pistes ou de nouveaux mystères permet à Scottie Young de prendre le temps de clôturer comme il faut l'histoire en cours. Ni trop vite, ni trop lentement. Pile poil ce que l'on voulait lire. C'est beau, c'est émouvant, c'est dynamique et cela forme sans conteste la meilleure histoire de Scottie Young à l'heure actuelle. Je ne vous gâcherais pas plus la lecture de cette excellente conclusion. J'envie juste un peu ce qui n'ont jamais lu la série et vont lire les 3 tomes d'un coup. A la prochaine Abel ! Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/middlewest-tome-3?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  18. poseidon2

    Middlewest t3 (fin) : resilience

    Pffff j'attendais cette fin d'histoire avec impatience et je dois dire que je n'ai pas été déçu. Graphiquement déjà on a l'impression que Jorge Corona a encore progressé. Les passages finaux sont justes époustouflant de maitrise. On comprend tout ce que l'on voit dans un contexte difficile. Chapeau. Niveau histoire.... pas forcément beaucoup de surprise mais c'est plutôt une bonne chose. Cette absence de nouvelles pistes ou de nouveaux mystères permet à Scottie Young de prendre le temps de clôturer comme il faut l'histoire en cours. Ni trop vite, ni trop lentement. Pile poil ce que l'on voulait lire. C'est beau, c'est émouvant, c'est dynamique et cela forme sans conteste la meilleure histoire de Scottie Young à l'heure actuelle. Je ne vous gâcherais pas plus la lecture de cette excellente conclusion. J'envie juste un peu ce qui n'ont jamais lu la série et vont lire les 3 tomes d'un coup. A la prochaine Abel !
  19. Titre de l'album : Le monde flashpoint t1 : batman Scenariste de l'album : Collectif Dessinateur de l'album : Collectif Coloriste : Collectif Editeur de l'album : Urban Comics Note : Résumé de l'album : Bienvenue dans un monde où la guerre fait rage entre les Atlantes du Roi Arthur et les Amazones de la Princesse Diana. Un monde dans lequel Thomas Wayne protège Gotham, une ville rongée par le vice et le jeu, d'une poigne de fer sous le masque de Batman. Un monde dans lequel un pirate nommé Deathstroke conduit son navire, le Ravager, sur des surfaces submergées. Un monde dans lequel les Grayson et Deadman sont les attractions principales du Cirque Haly. Et un monde dans lequel, les Secret Seven sont appelés à se rassembler. Bienvenue dans le monde de Flashpoint. Contenu : Flashpoint Batman: Knight of Vengeance #1-3 ; Flashpoint Deadman & The Flying Graysons #1-3 ; Flashpoint Deathstroke & The Curse of the Ravager #1-3 ; Flashpoint Secret Seven #1-3 Critique : Je ne connaissais que l'histoire principale de Flashpoint et je dois dire que les rééditions d'Urban sur l'univers de Flashpoint me font découvrir plein de récits que j'avais ratés dont certains supers intéressants. Vous savez que j'ai normalement du mal avec les recueils autour des super héros. Là ce qui est bien c'est que les histoires présentées ici font plusieurs numéros. On ne parle pas de recueils d'histoires qui ne sont que des présentations rapides de personnages. On a ici des vraies histoires et surtout on a des vrais changements par rapport à l'univers DC tel qu'on le connait. C'est ça qui rend la lecture super sympa quand on connait l'univers DC : On se rend compte que les changements induit par le flashpoint changent radicalement la face du monde et donc chacun de nos personnages favoris voit sa vie complètement chamboulé : On savait déjà qui était le Batman de cette variation temporelle mais on ne connaissait pas son lien avec le Pingouin et, cerise sur le gâteau (et conclusion d'un magnifique récit, qui est le Joker de cette époque. L'histoire des Graysons est, elle, complètement changée avec un Dick qui vit avec ses parents dans un cirque qui cherche à survivre avec des attractions comme Killer Shark ou encore Deadman qui n'est pas "Dead". Bref une vision nouvelle de voir nos personnages qui est vraiment rafraichissantes. Les auteurs réussissent bien à montrer que les personnages restent fidèles à leurs originaux mais que le fait de vivre différemment peut changer leurs psychologies. J’ai juste un seul regret c’est que je n’avais jamais entendu parler de la plupart des membres du groupe des 7 secret (mise à part Zatanna). Vivement le prochain tome pour découvrir d’autres destinées à d’autre héros. Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/le-monde-de-flashpoint-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  20. poseidon2

    Le monde flashpoint t1 : batman

    Je ne connaissais que l'histoire principale de Flashpoint et je dois dire que les rééditions d'Urban sur l'univers de Flashpoint me font découvrir plein de récits que j'avais ratés dont certains supers intéressants. Vous savez que j'ai normalement du mal avec les recueils autour des super héros. Là ce qui est bien c'est que les histoires présentées ici font plusieurs numéros. On ne parle pas de recueils d'histoires qui ne sont que des présentations rapides de personnages. On a ici des vraies histoires et surtout on a des vrais changements par rapport à l'univers DC tel qu'on le connait. C'est ça qui rend la lecture super sympa quand on connait l'univers DC : On se rend compte que les changements induit par le flashpoint changent radicalement la face du monde et donc chacun de nos personnages favoris voit sa vie complètement chamboulé : On savait déjà qui était le Batman de cette variation temporelle mais on ne connaissait pas son lien avec le Pingouin et, cerise sur le gâteau (et conclusion d'un magnifique récit, qui est le Joker de cette époque. L'histoire des Graysons est, elle, complètement changée avec un Dick qui vit avec ses parents dans un cirque qui cherche à survivre avec des attractions comme Killer Shark ou encore Deadman qui n'est pas "Dead". Bref une vision nouvelle de voir nos personnages qui est vraiment rafraichissantes. Les auteurs réussissent bien à montrer que les personnages restent fidèles à leurs originaux mais que le fait de vivre différemment peut changer leurs psychologies. J’ai juste un seul regret c’est que je n’avais jamais entendu parler de la plupart des membres du groupe des 7 secret (mise à part Zatanna). Vivement le prochain tome pour découvrir d’autres destinées à d’autre héros.
  21. Titre de l'album : Suicide squad présente : Peacemaker Scenariste de l'album : Kupperberg Paul Dessinateur de l'album : Tod Smith Coloriste : Tod Smith Editeur de l'album : Urban Comics Note : Résumé de l'album : Diplomate de profession, Christopher Smith sait mieux que personne que certains conflits ne peuvent se régler qu'avec la manière forte. Aussi, lorsque la situation l'exige, il endosse le costume du Peacemaker et se charge de donner un coup de pouce à la Liberté lorsque les négociations semblent bloquées. Et ses coups de pouce, il les met toujours en pleine tête... Son petit monde bascule lorsque ce défenseur des valeurs américaines découvre qu'il est en réalité le fils d'un ancien commandant de camp de concentration... Critique : Je ne suis pas fan des comics des années 80. J'ai toujours eu du mal avec le graphisme et il faut un scénario en béton pour que j'accroche. Et bien il se trouve que c'est ce qui s'est passé pour ce Peacemaker. Je ne me donnais pas 50% de chance d'accrocher et en fait j'ai vraiment apprécié. J’ai apprécié le coté sans pite ni morale du héros. En effet dans notre 21ieme siècle policé ou les méchants deviennent gentils, un gentil ouvertement violent est un vrai rafraichissement. Il ne fait pas bon être méchant avec les Peacemaker en face de soi ! On se retrouve avec une vraie BD de barbouze digne des Expendables. Une vraie BD sans pitié avec des méchants très méchants mais qui en prennent plein les rotules. Et, à ma grande surprise, c'est super prenant ! On pourra juste regretter le premier chapitre avec le Vigilante ou le Peacemaker parait plus méchant et ou le héros est bien le Vigilante. Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/suicide-squad-presente-peacemaker?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  22. Je ne suis pas fan des comics des années 80. J'ai toujours eu du mal avec le graphisme et il faut un scénario en béton pour que j'accroche. Et bien il se trouve que c'est ce qui s'est passé pour ce Peacemaker. Je ne me donnais pas 50% de chance d'accrocher et en fait j'ai vraiment apprécié. J’ai apprécié le coté sans pite ni morale du héros. En effet dans notre 21ieme siècle policé ou les méchants deviennent gentils, un gentil ouvertement violent est un vrai rafraichissement. Il ne fait pas bon être méchant avec les Peacemaker en face de soi ! On se retrouve avec une vraie BD de barbouze digne des Expendables. Une vraie BD sans pitié avec des méchants très méchants mais qui en prennent plein les rotules. Et, à ma grande surprise, c'est super prenant ! On pourra juste regretter le premier chapitre avec le Vigilante ou le Peacemaker parait plus méchant et ou le héros est bien le Vigilante.
  23. poseidon2

    Strange Academy T1

    Titre de l'album : Strange Academy T1 Scenariste de l'album : Skottie Young Dessinateur de l'album : Humberto Ramos Coloriste : Humberto Ramos Editeur de l'album : Panini Note : Résumé de l'album : Stephen Strange s'est finalement résolu à faire ce qu'il a toujours évité pendant des décennies : ouvrir une école pour les jeunes sorciers. De jeunes talents venus du monde entier convergent donc vers la Nouvelle-Orléans, ils vont y étudier les Arts Mystiques avec Strange, Frère Vaudou, la Sorcière Rouge, Magie ou encore Hellstrom. Mais de nombreuses menaces mystiques mettent en péril l'école qui a peu de chances d'accueillir plusieurs générations d'élèves... C'est toujours un plaisir de voir arriver dans l'univers Marvel de nouveaux personnages. En voici toute une floppée, sous la houlette des dynamiques Skottie Young (Deadpool, Le Magicien d'Oz) et Humberto Ramos (Spider-Man) ! C'est Harry Potter chez les héros Marvel ! Critique : Nouvelle série Panini qui cherche à relancer l'aspect "école" qui n'existe plus chez les X-Men et qui souhaite aussi pousser le côté magique de ses franchises, arrivé de Docteur Strange 2 oblige. Etant assez fan de tout ce qui est magie, avec un prix de lancement attractif de 10 euros, je me suis lancé. Etant plus habitué aux magiciens de DC, il m'a fallu un moment pour arrêter de confondre les seconds couteaux magiques de Marvel avec d'autre personnages. Mais c'est le gros intérêt de ce début de série : mise à part Docteur Strange, on e fout de savoir qui sont les autres professeurs, la série étant architecturé autours des enfants qui viennent, de n'importe où, apprendre à contrôler leurs pouvoirs magiques. Bon il va sans dire que si vous ne connaissez pas les parents de enfants (Dormamu, les asgards, les géants des glaces etc...) certaine animosité entre enfants ne vous paraitrons pas évidentes. Mais cela reste à la marge. EN effet les enfants sont tous bien pensé et ont chacun leur spécificité qui les différencie de leurs parents. Au final on a une vrai bonne aventure magique, remplie de personnages nouveaux qui évoluent rapidement et de professeurs qui n'osent pas "tout" dire à leurs nouveaux élèves. Un vrai bon premier tome qui ravira toute la famille ! Et ce pour "seulement" 10 euro ! Chez Panini c'est quasiment gratuit un tarif comme ça. Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/strange-academy-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  24. poseidon2

    Strange Academy T1

    Nouvelle série Panini qui cherche à relancer l'aspect "école" qui n'existe plus chez les X-Men et qui souhaite aussi pousser le côté magique de ses franchises, arrivé de Docteur Strange 2 oblige. Etant assez fan de tout ce qui est magie, avec un prix de lancement attractif de 10 euros, je me suis lancé. Etant plus habitué aux magiciens de DC, il m'a fallu un moment pour arrêter de confondre les seconds couteaux magiques de Marvel avec d'autre personnages. Mais c'est le gros intérêt de ce début de série : mise à part Docteur Strange, on e fout de savoir qui sont les autres professeurs, la série étant architecturé autours des enfants qui viennent, de n'importe où, apprendre à contrôler leurs pouvoirs magiques. Bon il va sans dire que si vous ne connaissez pas les parents de enfants (Dormamu, les asgards, les géants des glaces etc...) certaine animosité entre enfants ne vous paraitrons pas évidentes. Mais cela reste à la marge. EN effet les enfants sont tous bien pensé et ont chacun leur spécificité qui les différencie de leurs parents. Au final on a une vrai bonne aventure magique, remplie de personnages nouveaux qui évoluent rapidement et de professeurs qui n'osent pas "tout" dire à leurs nouveaux élèves. Un vrai bon premier tome qui ravira toute la famille ! Et ce pour "seulement" 10 euro ! Chez Panini c'est quasiment gratuit un tarif comme ça.
  25. Titre de l'album : Harley Quinn and the birds of prey Scenariste de l'album : Amanda Conner Dessinateur de l'album : Jimmy Palmiotti Coloriste : Jimmy Palmiotti Editeur de l'album : Urban Comics Note : Résumé de l'album : Depuis sa rupture avec le Joker, Harley Quinn s'est fait de nouveaux amis et a trouvé un foyer à Coney Island, bien loin de Gotham. Mais quand une occasion en or se présente, elle n'a d'autre choix que de retourner dans la ville de son ex, en espérant qu'il ne le découvre pas. C'est évidemment sous-estimer le Clown Prince du Crime qui a tôt fait d'envoyer tous ses sbires à ses trousses. Heureusement pour elle, Harley Quinn reçoit l'aide assez inattendue des... Birds of Prey ! Critique : Avec la sortie du nouveau Suicide Squad, Urban remet à l'honneur Harley Quinn dans les parutions avec ce coup-ci un album qui rattrape le film. En effet le film nous avait livré des birds of prey sensiblement différentes de celles des comics de base (Black Canary, batgirl et Huntress), voulant mettre en avant la "méchante à succès" qu'est Harley Quinn. Cette albums sert donc à nous présenter toutes les "girls" de l'univers de Batman pour permettre de faire passer toutes ces filles dans le groupe des bords of Prey en fonction des volontés des scénaristes de ciné. Cela partait donc très mal de mon point de vue car je n'aime pas que les comics se plient au cinéma. Mais là je dois avouer que sur ce coup-ci c'est plutôt bien fait. Mise à part la couverture affreuse, le reste est pas mal fait. Que ce soit la partie sur le Joker ou sur la team de Birds of Prey, c'est bien rythmé, bien pensé et fera sans nul doute le bonheur de tous les ados. Je ne misais pas une cacahuète dessus mais au final ça fera une bonne lecture pour mes enfants. Et c'est déjà pas mal Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/harley-and-the-birds-of-prey?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  26. Avec la sortie du nouveau Suicide Squad, Urban remet à l'honneur Harley Quinn dans les parutions avec ce coup-ci un album qui rattrape le film. En effet le film nous avait livré des birds of prey sensiblement différentes de celles des comics de base (Black Canary, batgirl et Huntress), voulant mettre en avant la "méchante à succès" qu'est Harley Quinn. Cette albums sert donc à nous présenter toutes les "girls" de l'univers de Batman pour permettre de faire passer toutes ces filles dans le groupe des bords of Prey en fonction des volontés des scénaristes de ciné. Cela partait donc très mal de mon point de vue car je n'aime pas que les comics se plient au cinéma. Mais là je dois avouer que sur ce coup-ci c'est plutôt bien fait. Mise à part la couverture affreuse, le reste est pas mal fait. Que ce soit la partie sur le Joker ou sur la team de Birds of Prey, c'est bien rythmé, bien pensé et fera sans nul doute le bonheur de tous les ados. Je ne misais pas une cacahuète dessus mais au final ça fera une bonne lecture pour mes enfants. Et c'est déjà pas mal
  27. Titre de l'album : The worst of suicide squad Scenariste de l'album : Collectif Dessinateur de l'album : Collectif Coloriste : Collectif Editeur de l'album : Urban Comics Note : Résumé de l'album : Bloodsport, Javelot, le Penseur, Ratcatcher, Peacemaker, Savant, la Fouine, Mongal, King Shark, et le terrifiant Polka-Dot-Man ! Voici les nouvelles recrues enrôlées par le gouvernement américain et placées sous les ordres d'Amanda Waller et de Rick Flag, au sein de la Force Spéciale X, la Suicide Squad ! Aux côtés des vétérans, Harley Quinn et Captain Boomerang, revivez les moments les plus mémorables de leurs carrières et découvrez les pires secrets de la plus déglinguée des équipes de l'Univers DC, révélés par les plus grands noms des comics, parmi lesquels : Jim LEE, John BYRNE, Dan JURGENS, Humberto RAMOS, Jeph LOEB, Geoff JOHNS ou bien encore Dave GIBBONS ! Critique : Un nouveau film arrive (le 28 juillet)! si vous avez réussi à ne pas le savoir, les sorties du mois de juillet sont la pour vous le rappeler ! Et surtout ce "the worst of the suicide quad". En effet il reprend, comme on peut le voir sur la couverture, tous les membres de la suicide squad "old school" qui apparait dans le film (et plus encore) et revient sur leurs génèses. En effet on retrouve ici un numéro sur chaque personnage : Du Peacemaker au Javelin en passant par d'autres méchants de seconde zone totalement inconnus, ce recueil nous éclair sur cette "nouvelle" team. J'ai toujours dit que je n'appreciais que moyennement ce genre de recueil de vieille histoire mais la il faut bien avouer que les personnages sont tellement incconus que c'est plutot bienvenue pour comprendre un minimum le film et d'ou ils viennent. Comme souvent le niveau des histoires est très variable mais comme dit plus haut l'intérêt pour ces personnages inconnus rends la lecture interessante. Bref un ouvrage à lire si vous compter aller voir le film. Un ouvrage inutile sinon Moi je fais plus partie de la première partie, oui oui Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/suicide-squad-the-worst-of?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  1. Charger plus d’activité
  • Chatbox

    You don't have permission to chat.
    Load More
  • Un best of BD au hasard

  • Dernières Critiques

    • Nanny Mandy intégrale
      Note :
      Voic l'intégrale d'une autre des séries jeunesses de Joris Chamblain, scénariste des Carnets de Cerise. Ici il s'agit de nous presenter une jeune adolescente qui s'essaye à la garde d'enfant avec des enfants differents à chaque tome. Si l'idée est bonne avec à chaque enfant un album et à chaque enfant une situation différente, ces  histoires de Nanny Mandy ne réussissent pas à atteindre le sommet que sont les cahiers de Cerise.

      Les histoires sont sympathiques et bien representatives de notre société actuelle (famille recomposée, arrivée d'un nouvelle enfant, enfant turbulant ou fille trop timide). Elle plairont à n"en pas douter aux jeunes lecteurs de 8 à 12 ans. Par contre ces histoires seront un tout petit peu trop faciles pour un public plus agé. 

      Car tous se passe bien pour Mandy, à un tel point que les problèmes qu'elle "se trouve" donnerons au plus grand l'impression qu'elle se noie dans un verre d'eau. Pour avoir une ados à la maison, j'ai du mal à retrouver la vraie ado dans la description de Mandy. Plutot la description de ce que les jeunes imaginent être une ado.

      Bref une intégrale quand meme généreuse qui plaira aux pré ado mais aura du mal à passionner les plus grands.

      Mais apres tout ce n'est deja pas si mal....
      • 0 réponse
    • Amore
      Note :
      Amore est un recueil composé de neuf histoires courtes autour du thème de l'amour en Italie comme son titre l'annonce. Zidour nous livre plusieurs histoires qui se déroulent bien ou pas, dramatique, amusante, terrible, ou heureuse. En quelques pages, on découvre un nouveau décor dans une ville italienne plus ou moins connue avec des personnes qui s'aiment ou s'aimaient. L'auteur réussi à faire passer des émotions fortes dans ses récits au format court. Les planches de Merveille sont parfaites pour le genre dans un style réaliste. Le dessinateur utilise peu de couleur par histoire mais en change pour chaque nouvelle.
      Les auteurs ne réinventent pas le genre mais les scénarios de Zidrou sont très bien amenés pour que les lecteurs veulent poursuivre l’aventure avec des histoires très réalistes. Même si les histoires sont courtes ont obtient plus de 120 pages de bande dessinée au final. On prend plaisir à lire les histoires qui ne laissent pas indifférentes.
       
      • 0 réponse

    • Si tu insistes...
      Note :
      Shinobu est un employé plutôt discret, assez gaffeur et ringard (grosse lunettes, mal coiffé…), il ne paye pas de mine et passe inaperçu. Mais cette attitude est volontaire car en réalité, dans sa vie privé, Shinobu est plutôt beau gosse, dragueur et un peu la star dans le bar qu’il fréquente le soir ! S’il agit comme ça, c’est pour tenir à distance ses collègues de bureau, d’autant plus que Shinobu est homosexuel et préfère que sa vie privée reste privée. A côté, dans la même entreprise, il y a Hikaru, élégant, séducteur, toujours entouré de femmes qui l’ont surnommé le « prince » ; imbu de lui-même, il a un besoin démesuré de se sentir apprécié et désiré. Un soir, Hikaru, décide de se rendre dans un bar gay pour faire le beau et séduire, bien qu’il ne soit pas homosexuel, il prend ça comme un défi. Les deux hommes vont se croiser par hasard et leurs relations au quotidien va être bouleversée.

      Si tu insistes est un manga bien mené, chacun par jeu veut dominer l’autre et le prendre au piège. Les personnages sont travaillés, avec de forts caractères. Toute l’histoire repose sur ce duo, et si leurs agissements sont dus à leur fierté au départ, que chacun cherche à faire céder l’autre, ils se retrouvent vite pris au piège de leurs sentiments. C’est un livre sympathique, fluide, amusant et érotique !


       
      • 0 réponse
    • Testu et doberman t3 (fin)
      Note :
      Qu'est ce que c'est dommage de conclure la série. On aurait tellement aimé voir les aventures de Testu et Doberman continuer. Surtout que ce tome 3, en plus d'etre très bon, nous aurait permis d'explorer plein de pistes différentes. 

      Car oui ce tome 3 est très bon. En plus de continuer l'exploration du vaisseau abandonné, il nous montre l'évolution de Testu mais aussi ceux des personnages qui gravitent autour d'eux. On comprend qu'a l'instar d'un Naruto, Testu est bon aussi parce qu'il fait changer les gens qui l'entourent. Une équipe très sympa s'est créé, de nouveaux personnages sont arrivés et, au final, tous les ingrédients pour faire une bonne série de shonen sont la.

      Et encore je ne parle pas de la fin.

      L'auteur nous laisse quand meme un espoir, en dernière page, de revenir sur sa série dans quelques années, en faisant veillir ses personnages. De la a ce que cela ne soit qu'un voeux pieu....

      Testu & Doberman restera quand meme une bonne trilogie qui fera donc un bon cadeau pour un amateur de manga ou un jeune lecteur.
      • 0 réponse
    • The Breaker - Ultimate t3
      Note :
      Ce tome 3 est excellent ! Mais vraiment. Excellent n'est pas un mot à sortir à la légère et la ce n'est pas le cas. Ce gros tome 3 nous en fait voir de toutes les couleurs. Apprentissage, montée en puissance exponentielle de Shinwoo, rapprochement avec Sehi, conspiration du Murim ou encore le vrai but de Gunumryong, il y en a pour tout le monde. On passe de combat en revelation en en combat en passant par des scènes d'entrainement et tout ca d'une fluidité impressionnante. 

      Cette fluidité nous hape dans le récit et nous empèche de refermer ce tome trois(pourtant étant un recueil de deux tomes conventionnels) avant la fin.

      The Breaker est en train de devenir, pour moi, la référence de manga combat !

      Je veux la suiteeee !!!
      • 0 réponse
  • Qui est en ligne (Afficher la liste complète)

    Il n’y a aucun utilisateur enregistré actuellement en ligne

×
×
  • Créer...