Aller au contenu
  • S’inscrire
  • Salut,

    Vous trouverez ici les dernières critiques/infos et sujets qui ont été réalisés sur 1001bd.

    SI vous cherchez d'autres informations ou si vous avez des questions venez en discuter avec nous sur le forum !

Dernières Critiques

Meilleur contenu de la communauté, rassemblé manuellement par l’équipe.

Je ne suis pas née dans le bon corps
Scenariste: KONISHI Mafuyu Dessinateur: KONISHI Mafuyu Editeur: Ototo
Je ne suis pas née dans le bon corps est un manga autobiographique ; Mafuyu Konishi raconte comment s’est passé son changement de sexe (homme>>femme). Elle décrit tout le processus de l’opération depuis son arrivée en Thaïlande jusqu’à son départ 25 jours plus tard. Elle parle des préparatifs, des formalités à effectuer avant de se rendre à la clinique, de l’opération en elle-même, des différentes méthodes qui existent pour modifier les organes et de toute la convalescence derrière.

L’histoire est intéressante car elle parle d’un sujet encore délicat, en essayant d’être le plus pragmatique possible. Pour ceux qui souhaiteraient sauter le pas, ce livre est un bon guide pour savoir ce qui vous attend. Même s’il y a quelques retours sur son passé, j’aurais apprécié un peu plus de détails sur son ressenti au quotidien, comment ce changement de sexe a muri et est devenu une évidence. A la fin du livre, Mafuyu Konishi dit qu’il y a encore beaucoup de travail pour faire comprendre et accepter les transgenres, les non-binaires ou tout autre personne qui se sentirait différente, c’est pourquoi je trouve qu’il y a un manque dans ce manga. L’histoire est vraiment centrée sur l’opération, sur le changement physique mais moins sur les sentiments et ce que vivent ces personnes au quotidien. Expliquer leur souffrance, montrer leurs questionnements permettrait de mieux les comprendre et d’y être plus attentifs.
Note :
  • 1 réponse

Spe-Ope ! tomes 1 et 2
Scenariste: ASAMIYA Kia Dessinateur: ASAMIYA Kia Editeur: Noeve Grafx
Spe-Ope est un space opera : une histoire d’aventures dans l’espace : une petite équipe composée d’une humaine, un martien (le personnage ressemble à un chien) et un robot sont des convoyeurs spatiaux, ils sont payés pour apporter des marchandises d’une planète à une autre. Leur mission cette fois-ci semble cacher un mystère, les voilà aux prises avec la guilde criminelle de Mercure, ils vont tout mettre en œuvre pour leur échapper et comprendre le fin mot de l’histoire.

Ces deux premiers tomes contiennent deux histoires complètes, on semble partir vers une aventure plus longue à la fin du 2eme, une aventure ressemblant à une chasse au trésor. Kia Asamiya est un auteur prolifique qui s’est déjà illustré dans plusieurs genres mais surtout ses titres de science-fiction comme Silent Moebius, Nadesico ou son adaptation de Star Wars. Il se fait plaisir ici en réalisant l’un de ses rêves : une grande aventure ou il rend hommage aux œuvres du genre en disséminant de petites références.

Côté scénario, c’est assez classique mais ça laisse le champ libre à introduire de nombreux lieux et personnages. Côté graphisme, c’est assez léger, un peu enfantin, cela manque de détails, d’expressions sur les visages. Cela laisse l’impression que l’auteur a plus pensé à son plaisir qu’aux lecteurs et ça s’en ressent, le manga ne passionne pas, il y a des longueurs, un manque de modernité.
Note :
  • 0 réponse

Blitz tomes 1 et 2
Scenariste: BISCAY Cédric Dessinateur: NISHIHARA Daitaro Editeur: IWA Editions
Je redoute toujours de me lancer dans la lecture d’un livre orienté vers un sujet très précis, il y a toujours le risque qu’il ne s’adresse qu’aux initiés.

Blitz commence assez classiquement : Tom, collégien, veut rejoindre le club d’échecs pour être auprès de la fille qu’il aime. Le président du club le voit tout de suite comme un rival et le met au défi de gagner une partie contre lui. Il n’a que deux mois pour se préparer alors qu’il n’y connaît absolument rien. Tom va alors se lancer avec passion dans cette nouvelle discipline qui va devenir vitale pour lui.

Cédric Biscay a imaginé une histoire qui ne se contente pas de parler du jeu, si d’une certaine façon, on sent qu’il veut donner l’envie de faire connaître les échecs, notamment auprès de la jeune génération, c’est l’ambiance générale qui est la plus motivante : petit à petit la passion se communique, l’irrésistible envie de jouer et d ‘affronter des adversaires, la soif de se surpasser. Dans le 1er tome, il y a quelques explications sur les règles du jeu, la mise en place des différents personnages et l’événement clé qui va permettre de rentrer dans le vif du sujet. Puis dans le second, on arrive au 1er tournoi et l’effervescence des joueurs.

Chacun y trouvera son compte : les amateurs d’échecs apprécieront les parties dont certaines sont supervisées par Garry Kasparov en personne ! Les néophytes découvriront le côté très imagé des parties qui apporte action et aventure, et les fans de manga seront rassurés par le graphisme de Daitaro Nishihara qui permet au livre de s’intégrer parfaitement dans l’univers manga.

A noter que l’action se déroule principalement au Japon dans une école internationale et que les personnages sont de toutes origines, cela renforce le côté universel des échecs. En plus, à la fin de chaque tome on trouve des explications un peu plus détaillées (un lexique des échecs notamment). C’est donc un bon début de série, tout public.

Bande annonce du manga Blitz ! - YouTube
Note :
  • 2 réponses

À bout de bras - La folle saga des frères Acariès
Scenariste: Jean-Christophe Deveney Dessinateur: Sagar Editeur: Delcourt
A bout de bras est l'adaptation en bande dessinée du roman Pied-noir, poings nus de Michel Acariès, avec Pierre Ballester. Ce titre retrace le parcours des deux frères depuis leur jeunesse avec les événements de la guerre d'Algérie puis leur fuite vers la France. Louis Acariès débute alors une carrière de boxeur durant sa jeunesse avant de devenir professionnelle à sa majorité, son frère Michel traine avec les petits trafiquants avant de se reprendre en devenant chauffeur de taxi. Jean-Christophe Deveney scénarise ce roman graphique proche d'une autobiographie rapide des deux frères mais aussi de leur père sur 150 pages. On découvre le milieu de la boxe et les difficultés pour devenir professionnel en évitant les truands qui gravitent dans les matchs de boxe. Des textes et interviews des deux frères complètent ce titre en fin d'album avec des photos de leur parcours atypiques aux nombreux succès dans le monde de la boxe. Les dessins de Sagar sont de qualité avec un trait très dynamique surtout pour mettre en image les combats sur le ring.
A bout de bras rejoint la collection coup de tête aux Delcourt qui est spécialisée dans les bande dessinée sur le sport et pour relater des histoires vraies. 
 
Note :
  • 0 réponse

Lanfeust de Troy - Tome 9 - La forêt noiseuse
Scenariste: Arleston Dessinateur: Didier Tarquin Editeur: Soleil
Un nouveau Lanfeust ? Mais Lanfeust Odyssey me semblait pourtant terminé non ? Et bien oui, et ce tome 9 qui vient poursuivre l'aventure originelle se déroule pourtant, après Odyssey. Lanfeust est donc plus vieux, et la vie a repris un semblant de normalité. 

Deuxième spécificité étonnante :  c'est une one shot. Oui un Lanfeust en One shot. Mais attention, c'est le début d'une série de one shot puisque les auteurs souhaitent désormais se faire plaisir avec Lanfeust. 

 

Oui mais et nous, les lecteurs ?

 

Et bien je vous avoue que j'ai beaucoup aimé lire ce Lanfeust, là où les Odyssey avaient fini par me perdre dans leur asterixisation... De l'humour mais pas trop, un poil d'enjeu, le plaisir de retrouver nos héros un peu changés, bref. C'est bien. 

Graphiquement, Didier Tarquin maîtrise complètement son sujet, c'est donc du Lanfeust, et il n'y a plus grand chose à en dire après 26 épisodes.

Une fois que j'ai dit tout le bien que je pensais de cet album, qu'une nouvelle fois j'ai pris beaucoup de plaisir à lire, j'aimerais cependant apporter un bémol. J'ai refermé ce livre et je me suis dit, "oui mais à quoi bon ?". Pourquoi reprendre Lanfeust si c'est pour en faire du Ekko ? Lanfeust c'était d'abord, avant même l'humour, un souffle épique fort et prenant, et des personnages qu'on prenait plaisir à voir évoluer. Là, on se retrouve avec une soupe rallongée. Et comme j'ai adoré et que j'adore toujours Lanfeust, j'ai simplement envie de demander aux auteurs si plutôt que de continuer dans une petite routine sympa et finir par faire rentrer Lanfeust dans le rang vous lui apportiez plutôt une conclusion digne de cette Saga ? Un truc à faire frémir les tripes, comme la  fin d'un Jazz Maynard, sinon quel intérêt de faire vieillir Lanfeust ?

Allez messieurs, du panache. Il sera toujours tant de nous faire une série dérivée sur la jeunesse de Lanfeust...

 
Note :
  • 3 réponses

Mon bourreau de père est enfin mort
Scenariste: ARAI Piroyo Dessinateur: ARAI Piroyo Editeur: Meian
Piroyo Arai revient sur son passé depuis sa petite enfance jusqu’à l’époque actuelle. Dans sa famille, il y a trois enfants, elle est la plus jeune et a deux grands frères. Il y a sa mère une femme déchirée entre plusieurs sentiments et situations mais il y a surtout le père, bien sous tous rapports et charmant au dehors, il est un monstre en privé : il boit plus que de raison, bat sa femme et ses enfants. Les enfants grandissent dans la peur, la mère est partagée entre leur protection et la nécessité de rester pour pouvoir leur offrir des études plus tard.

Piroyo grandit tant bien que mal, elle espère désespérément que quelqu’un vienne les aider mais ne pourra s’éloigner de cette famille qu’à 20 ans. Sauf que le mal est fait, ses rapports avec les autres sont biaisés. Elle raconte alors le long parcours et travail qu’il a fallu pour changer et mettre des mots sur ce qu’elle ressentait.

Le témoignage de l’auteur est poignant, elle montre le quotidien terrible dans lequel vivent les personnes victimes de violence, et puis il y a l’attente insoutenable de voir venir de l’aide qui ne viendra jamais tant son père est « parfait » avec les gens extérieurs, le désespoir de comprendre que personne ne pourra la croire et qu’elle ne peut compter que sur elle-même. Elle décrit l’influence que ces violences ont eu plus tard dans sa vie, ce besoin maladif d’affection, cette peur permanente de voir le monstre revenir ou de le voir surgir en elle, qui porte les mêmes gènes, une lutte permanente pour ne pas reproduire la même situation.

Mais ce qui est bien c’est qu’elle s’en est sortie, même si tout n’est pas parfait, et qu’elle raconte le cheminement et les aides qui lui ont permis d’avancer. D’une part, elle dénonce pour qu’il y ait une prise de conscience, et de l’autre, elle tend la main à ceux qui auraient vécu des situations similaires en leur disant qu’ils peuvent trouver du soutien, qu’ils ne sont pas seuls.

Il y aurait encore beaucoup de choses à dire sur ce livre tellement il est riche et fort. Je ne peux que vous le conseiller.
Note :
  • 0 réponse

Country girl - Alice in the country of the Three-sides mirror tome 2 (fin)
Scenariste: Ryukishi07 / Tanaka Romeo Dessinateur: TATSUHIKO Editeur: ChattoChatto
Depuis le passage au lycée, Mikihiko vit reclus dans sa chambre, Iyo a changé de look et de fréquentations, Keiko est sortie de l’hôpital et tente de rapprocher tout le monde. C’est le retour de Miya qui va définitivement faire bouger les choses, elle utilise les grands moyens pour faire sortir Mikihiko et cela fonctionne. En quête d’aventures comme lorsqu’ils étaient au collège, les quatre amis décident de faire revivre le festival du dragon blanc.

Si l’on assiste au quotidien de cette petite ville où la plus grosse enquête que peut mener ces jeunes est de retrouver un chat blessé, c’est surtout le côté humain qui est mis en valeur. Si individuellement, ils peuvent se sentir dépasser, ne pas être à leur place, ils trouvent leur force dans leurs sentiments et l’envie d’aider leurs proches. Le portrait de la campagne délaissée est un peu triste, on ressent bien cet abandon mais il suffit d’une petite étincelle pour que la vie reprenne et que les gens se rapprochent.

Ce manga montre des tranches de vie, des quotidiens comme il y en a partout, avec ses hauts et ses bas, mais il y a ce sentiment positif en plus, cet espoir qui fait aller de l’avant et qui nous montre que c’est en communauté que l’être humain s’épanouit le plus. C’est un manga bien écrit et bien dessiné qui nous happe facilement, on s’y promène et on s’y sent bien, on aurait juste aimé en avoir plus.
Note :
  • 0 réponse

Wakusei closet tome 1
Scenariste: TSUBANA Dessinateur: TSUBANA Editeur: Noeve Grafx
Quand Aimi dort, elle se retrouve toujours dans le même paysage et y retrouve toujours la même jeune fille. Elle ne sait pas où elle est, elle pense que grâce à sa volonté, elle peut poursuivre son rêve et influencer son déroulement. Mais un jour, un de ses camarades de classe disparaît et elle le retrouve dans cet autre monde.

Wakusei closet semble mélanger habilement rêve et réalité, mais l’histoire ne s’arrête pas là, car c’est entre les mondes qu’Aimi voyage, entre les univers. Le manga propose une vraie réflexion sur les expériences de corps astral (l’esprit qui quitte le corps), et en même temps il y a la présence de parasites menaçants, hyper hostiles, qui s’en prennent aux humains. Derrière la couverture mignonne, c’est l’horreur qui est présente : ne pas savoir à quoi s’attendre, ne pas comprendre les événements, se retrouver coincé au milieu de nulle part entouré de dangers.

Le graphisme est à la hauteur, les monstres sont autant répugnants que les enfants sont mignons ; et le scénario tellement bien pensé que l’on ne sait absolument pas ce qui va se passer. C’est étrange mais envoûtant, on a envie d’y revenir sans trop savoir pourquoi.
Note :
  • 0 réponse

Thorgal - Tome 39 - Neokora
Scenariste: Yann Dessinateur: Fred Vignaux Editeur: Le Lombard
Hey Pop, tu délires ? Le tome 39 de Thorgal dans la sélection des coups de coeur de l'année ??? En plus tu lui as mis que 4.5 ???

Oui et oui. Ce Thorgal est un très bon cru, dans une série qui semblait pourtant destinée à s'essouffler jusqu'à perdre haleine. Je vais commencer par m'attarder sur le dessin de Fred Vignaux, qui a su je trouve adapter son style à l'immense héritage de Rosinski sans chercher à le copier. Au fil des tomes, ce Thorgal retrouve une âme, différente certes, mais qui a su rester dans la continuité. Les visages sont expressifs et très réussis, tout comme les scènes d'actions, et si les décors sont un peu mornes dans cet épisode, cela colle finalement à l'ambiance de ce tome. 

Côté scénario enfin, il faut noter l'excellente idée de nous proposer enfin une aventure de Thorgal qui se poursuivra sur plusieurs tomes. Cette série n'est pour moi pas destinée aux One Shot, Thorgal est l'Odyssée de la BD franco belge moderne, et le fil conducteur de ses aventures doit nécessairement se dérouler sur plusieurs tomes pour prendre tout son sens et retrouver l'esprit quête initiatique parfois perdu en route. En bref, Yann nous montre un Thorgal décidé à mettre un terme aux questions et menaces sur ses origines et cela ne laissera aucun lecteur de longue haleine indifférent. Le tout est plutôt bien imriqué il me semble dans le reste de l'univers développé à côté pour donner beaucoup de sens à ce tome. Si l'on rajoute que les liens familiaux sont ici de nouveau questionnés, interrogés à travers les relations développées entre les personnages on obtient un excellent tome.

 

Alors pourquoi 4.5 ? Parce qu'à ce stade, ce tome ne vaudra que par les conclusions qui lui seront apportées. Il peut être le début d'une conclusion en apothéose de la série si auteurs et éditeur ne se débinent pas. Mais il peut aussi se révéler un coup dans l'eau si tout ce beau monde décide de rallonger la sauce. Quoiqu'il en soit ce tome est excellent, j'ai pris un grand plaisir à le lire, et si les derniers étaient plutôt bons, celui-ci me semble plus remarquable du fait de l'ampleur de son scénario et de la maitrise croissante de Fred Vignaux pour son univers.
Note :
    • Thanks
  • 4 réponses

Goodnight world tome 1
Scenariste: OKABE Urû Dessinateur: OKABE Urû Editeur: Akata
Taichiro est presque un ikkikomori, il ne sort de sa chambre que lorsqu’il a besoin de se nourrir. Il ne parle plus à son père qu’il considère comme un looser, ni à son frère et sa mère semble avoir quitté le domicile. Il passe son temps connecté à un jeu de réalité virtuelle « planet » dans lequel il a trouvé des compagnons avec lesquels il a des relations proches, comme celles d’une famille. A leurs côtés, il redécouvre des sentiments qu’il pensait disparus, naviguant entre réel et virtuel, il se heurte régulièrement à la dure réalité.

Goodnight world est un constat d’une facette de la société actuelle, le manga montre les fractures sociales, les gens qui préfèrent fuir les problèmes et se réfugier dans un monde virtuel. Il montre à la fois que les liens ne se construisent pas facilement, qu’il faut partager pour créer et il dénonce, d’une certaine façon, ces espaces virtuels qui prennent de plus en plus d’importance dans la vie.

Mais il n’y a pas que ça, car il y a l’histoire du jeu, des événements étranges liant réel et virtuel, qui ne sont pas sans rappeler des sujets déjà abordés dans SAO. Mais surtout, il y a cette « fausse famille » dont le lecteur apprend très vite l’identité et qui change toute la perception des relations entre les personnages. Un manga intrigant et innovant.

Série finie en 5 tomes. Extrait ici : Goodnight World T.1 - AKATA (akazoom.fr)
Note :
  • 0 réponse

Terre tome 2 - Retour au Jupiter
Scenariste: Rodolphe Dessinateur: Christophe Dubois Editeur: Autres Editeurs/Auto editions
La trilogie du second cycle se poursuit avec le retour au Jupiter, les personnages principaux de TER sont de retour sur la planète Terre qui a subi d'énormes changements et de mutations. Rodolphe nous propose de suivre les personnages avec des problématiques temporelles puisque certains auront vieilli plus vite que d'autres lors de l'exploration de la planète. On prend plaisir à suivre tous les personnages qui se retrouveront dans cet épisode avec autant de questionnements que de réponses pour l'instant. On peut toujours profiter des magnifiques décors avec les dessins de Christophe Dubois. L'auteur met en avant aussi toute une faune crédible avec les cousins des chats ou les énormes papillons comme on peut le voir sur la magnifique couverture. On ne peut que rester contemplatif devant les planches de l'auteur sur ce monde étrange. L'album se termine sur un cahier graphique avec des esquisses et quelques explications sur les animaux croisées lors de la lecture.
Les deux auteurs maitrisent leur sujet et revisitent les classiques de la science-fiction à travers ces deux cycles. A noter pour les lecteurs désirant découvrir la série que l'intégrale de la première trilogie sera disponible le 18 novembre avant de plonger dans TERRE.
Note :
  • 4 réponses

Mages - Tome 6 - Yoni
Scenariste: Nicolas Jarry & David Courtois Dessinateur: Giovanni Lorusso Editeur: Soleil
Les sorties des terres d'Arran s'effectuant souvent de manière groupée pour les séries dérivées de l'univers développé dans Elfes, il faut bien reconnaitre qu'on a beau jeu de les comparer. ET à ce jeu, malheureusement Mages m'a toujours donné l'impression du parent pauvre. Bon soyons honnêtes : il est vrai que j'ai assez peu d'empathie d'une manière générale pour les mages en Heroïc Fantasy, mais je suppose que cela n'explique pas tout. 

Et là en comparant ce tome avec le dernier Nains et le dernier Orcs et Gobelins et bien... je dois avouer que ça fait mal. Car ce Mage est plutôt pas mal, mais cette comparaison fait ressortir tout ce qui manque pour moi dans cette série. Je n'y ressens pas vraiment de souffle épique, et les personnages et leurs relations entre eux me semblent souvent assez fades. 

Oui j'ai la dent dure, surtout que ce tome est assez certainement l'un des meilleurs des 6 premiers. On sent que le graphisme a cepêndant été travaillé car c'est plutôt réussi, mais même là encore, je n'y trouve pas autant de qualités qu'aux autres parutions récentes.

 

Bref, ce tome de Mage ravira les fans des Terres d'Arran car il est intrinsèquement plutôt bien. Pour les autres, il n'y a mlaheureusement que peu de chance que ce tome vous fasse changer d'avis sur cette série dérivée là.
Note :
  • 0 réponse

Orcs et Gobelins - Tome 15 - Lardeur
Scenariste: Olivier Peru Dessinateur: Ma Yi Editeur: Soleil
Après m'être régalé de la lecture du dernier Tome de Nains tout juuste sorti j'ai enchaîné avec le dernier Orcs et Gobelins. Forcément quand on passe du temps sur les terres d'Arran, on finit quand même par s'y plaire. Alors enchainer avec l'une des plus récentes séries dérivées de l'univers imaginé par Jean Luc Istin, et probablement d'ailleurs l'une de mes préférées, ça ressemble au bonbon de fin de repas, même après un mois de Novembre  aux allures de gueuleton de fête de fin d'année. Dur d'y résister.

Orcs et Gobelins c'est la série dérivée où les auteurs s'autorisent le plus de choses finalement. Forcément quand les héros sont les méchants habituels, les fans sont moins enclins à la pendaison lorsqu'on profite d'un épisode ou deux pour rendre de beaux hommages à la Pop culture cinématographique. Ainsi on avait eu un épisode aux allures parfois de Ghostbuster, on a évidemment eu l'hommage à Conan et voici désormais le film de Labyrinthe revisité façon Orcs. 

Vous noterez d'ailleurs que c'est le second scénario signé par M. Peru dont je dis du bien ce mois-ci. Bravo, faire du frais sur des univers aussi revisité c'est toujours louable.

Vous l'avez compris, outre un scénario qui m'a beaucoup plu, il faut noter également que la réalisation signée Ma Yi est irréprochable et particulièrement soignée. 

Au final j'ai une nouvelle fois passé un excellent moment avec cet épisode d'Orcs et Gobelins. Et si le précédent avait été un brin plus fade, force est de constater que la série reste globalement excellente.

 

 
Note :
  • 0 réponse

Sleepless
Scenariste: Vaughn Sarah Dessinateur: Del Duca Leila Editeur: Urban Link
Etrange histoire que ce Sleepless. Etrangement construite surtout. En effet le comic est épais, dense mais surtout très mal équilibré.

En effet on passe plus de la première moitié de la BD à nous presenter les deux personnages princpaux et à nous introduire les Indormis pour qu'au final ceux ci ne servent à rien du tout et que l'on retombe dans le conte très standard. 

Je n'ai rien contre les contes, mais ici on a l'impression de Sarah Vaughn est passé à coté de quelque chose. Cette idée des Indormis aurait pu etre bonne si l'accent avait plus été mit sur les facultés qu'ils gagnent, le pourquoi de leur renommée etc..... La il ne servent quasiment à rien. Du décors ni plus ni moins.

On se retrouve donc avec une histoire correcte mais à l'introduction très longue et, au final, pas vraiment utile. 

C'est bien dommage car le dessin est très sympa les idées laissaient la place pour une histoire plus ambitieuse.
Note :
  • 0 réponse

No gun's life t11
Scenariste: Tasuku Karasuma Dessinateur: Tasuku Karasuma Editeur: Kana
Encore un excellent tome de no gun's life. Excellent car nous proposant une vraie avancée avec un retour au centre de l'histoire de Tetsurō et de son Harmonie pas comme les autres.

On en apprend énormément sur Beruhren, sur le passé de Tetsurō  et sur pourquoi il est si important aux yeux de Beruhren. L'explication de la création d'Harmonie est particulièrement bien faite car reposant sur quelque chose de particulièrement humain.

Coté Jûzô on n’est pas en reste non plus car son ancien partenaire reviens d'entre les morts pour nous montrer que l'implication de Jûzô est tout sauf un hasard. Toute cette histoire commence à sentir bon la fin de série (toujours en cours au japon avec juste un tome de plus) et ce n'est pas pour me déplaire.
Note :
  • 3 réponses

Les tuniques bleues T64 : mais ou est donc Arabesque ?
Scenariste: Raoul Cauvin Dessinateur: Willy Lambil Editeur: Dupuis
Difficile de ne pas penser au décès récent de Raoul Cauvin quand on lit ce dernier tome des Tuniques bleues. Et donc difficile de faire une critique très honnête. Mais je vais essayer.

Et ma critique serait que comme beaucoup de série ancienne, il est temps de passer la main. Si Cauvin avait gardé un sens de la repartie savoureux avec des interventions des personnages secondaires toujours très rigolotes, nos personnages principaux se caricaturent un peu eux même et tourne en rond dans leurs relations.  Ou sont passés les vrais actes de bravoures des premiers tomes ? Et les vrais ennemis du Sud comme Quantrill ?

Bref niveau scenario cet album est un peu facile mais on le pardonnera à monsieur Cauvin bien évidemment. Graphiquement le trait que nous présente Lambil ici bien raccord avec son âge. Les détails manquent cruellement et les visages Chesterfield  et Blutch sont parfois à la limite de l'amateurisme. 

Même si c'est toujours dure d'abandonner son bébé, en tant que lecteur on ne peut que se réjouir de l'arrivée de Munuera et Beka aux manettes du prochain « tuniques bleues ». On peut leur faire confiance pour rendre un vibrant hommage à monsieur Cauvin.
Note :
  • 0 réponse

Macadam Shooters Tome 1
Scenariste: Mike Zonnenberg Dessinateur: Roger Vidal Editeur: Steinkis
Macadam Shooters est le premier tome d'une série pour adolescents ou jeunes ados. L'histoire n'est pas sans rappeler la guerre des boutons mais remis au gout du jours avec des bandes de jeunes qui se battent pour conserver leur territoire ou en gagner. Les bandes suivent un règlement strict en trois règles lors des affrontements avec des lances pierres et toutes les autres armes improvisés pour combattre. Dans ce premier tome, les auteurs nous donnent le contexte avec une ville pratiquement abandonnée à la suite de la fermeture de l'usine principale. Ensuite on rencontre les bandes les plus importantes et leur projet de conquête. Les dessins de Roger Vidale sont de qualité et soignés pour mettre en image la ville désertée et industrielles. Les scènes de combats sont dynamiques et bien rythmées.
Les jeunes lecteurs devraient trouver leur compte avec cette introduction.
Note :
  • 1 réponse

No Zombies - tome 1 - Le livre de Joseph
Scenariste: Olivier Peru Dessinateur: Evgeniy Bornyakov Editeur: Soleil
Tout d'abord je tiens à créditer Benoit Dellac qui a réalisé le Storyboard de ce tome de No Zombies. Notre interface ne nous permettait pas de le faire. A noter aussi la collaboration créditée de J-L Istin pour la création des personnages.

 

Bon vous l'avez compris, vu le nombre et la qualité des auteurs, ce no zombies n'est pas une petite production pour les éditions soleil.

Il faut bien reconnaitre que même si l'on pense toujours avoir tout lu quand on parle de zombies, le scénario ici se révèle bon ET original. Je me suis régalé à découvrir cette histoire finalement presque évidente une fois lue. Bref, c'est bon côté histoire et ça se lit très très bien. 

Le traitement graphique est lui très propre, presque trop puisque je regretterais un peu le manque de caractère du trait. On sent que ce dessinateur est capable de bien mieux mais qu'il est peut être un peu trop contraint par le cadre qui semble règner au sein des productions soleil. Reste que l'ensemble est plutôt joli et propre, et que finalement on n'en demandait presque pas tant.

 

Pour les amateurs de Zombies, il sera difficile de passer à côté de ce No Zombies 

 

 

 
Note :
  • 2 réponses

Highland games
Scenariste: Fabien Grolleau Dessinateur: Nicolas Cado Editeur: Delcourt
Highland games mélange fiction et réalité avec une équipe de lancer de marteau breton dont le coach souhaite participer aux highland games en Ecosse. Fabien Grolleau écrit le scénario de cette histoire en se basant sur les faits relatés des vrais élèves de l'équipe bretonne. Ensuite l'auteur met en place tout le voyage mais aussi l'avant voyage pour débloquer des fonds afin de financer et trouver des sponsors. L'histoire ne manque pas d'humour avec cette équipe et le coach un peu loufoque qui dessine cette bande dessinée. Quelques photos des aventures de l'équipe sont en fin d'album en bonus et en hommage aux véritables personnes.
Les dessins sont de qualité avec un coté caricatural mais proche de la réalité surtout quand on peut comparer en fin d'album avec les photos.
Highland games est une aventure sympathique avec un sport peu développé ou peu médiatisé en tout cas. La lecture de cet album est agréable et un bon moment en compagnie de l’équipe.
 
Note :
  • 0 réponse

Lonesome - Tome 3 - Les liens du Sang
Scenariste: Yves Swolfs Dessinateur: Yves Swolfs Editeur: Le Lombard
Après un tome 1 que j'avais trouvé un brin poussif, le tome 2 m'avait un poil réconcilié avec la nouvelle série Western de Swolfs, aussi j'attendais ce tome 3 avec un brin de curiosité. Bien m'en a pris, car, même si l'on reste assez loin de ses meilleurs Durango en terme d'intensité et de virtuosité de mise en scène de l'action, ce tome 3 de Lonesome a le mérite de nous présenter un décor peu souvent vu en BD : le new york des années Western et le décalage entre la vie sur les grandes villes de la côte et le Far West.

Ce décor original en Western est en plus servi par les graphismes assez irréprochables de Swolfs, bien aidé par la mise en couleur réussie de sa fille Julie.

Au niveau de l'histoire, le rythme reste soutenu, et même si j'ai trouvé notre héros un peu passif pendant une bonne partie de l'histoire, le tout forme une intrigue qui donne envie de lire la suite. Gageons que Swolfs va réussir à faire cohabiter son penchant pour le fantastique et son penchant pour le Western dans cette série.

 

Alors finalement si comme moi vous êtes (toujours?) en manque de Western, n'hésitez pas, ce Lonesome est plutôt savoureux.
Note :
  • 2 réponses

Le 9 août, tu me dévoreras tome 2
Scenariste: TOMOMI Dessinateur: TOMOMI Editeur: Meian
Les jours se suivent et se ressemblent pour Ao Sakurai, dès qu’il se retrouve loin de Miyako, d’autres difformes se rapprochent, toutes prêtent à le dévorer. Mais cette fois, ce n’est pas n’importe laquelle qui arrive, c’est une ancienne connaissance de Sakurai, les deux femmes se font face et le garçon est partagé, il ne veut perdre ni l’une ni l’autre.

Les difformes sont toujours aussi bien représentées, elles savent être séduisantes quand il le faut et tout autant terrifiantes quand leur vraie nature ressurgit. D’autres personnages font leur apparition, ils surveillent au loin et semblent avoir des informations. On apprend ainsi ce que sont réellement les difformes et ce qu’elles recherchent chez Ao. Le tome est efficace, sans temps mort, il oscille habilement entre érotisme et horreur et sème suffisamment d’informations pour avoir envie de lire la suite.
Note :
  • 0 réponse

Goldorak
Scenariste: Bajram / Dorison / Cossu / Sentenac Dessinateur: Bajram / Dorison / Cossu / Sentenac Editeur: Ankama
C'est fou la mémoire quand même. Elle filtre tant qu'elle peut mais ne perds pas grand-chose. Pas les souvenirs de Goldorak par exemple. 

En effet je suis la dizaine juste après Goldorak. Moi mon truc c'était les chevaliers du zodiaque. Goldorak, sortie en 78 en France soit 4 ans avant ma naissance, c'était pour les grands. Je pensais donc lire cet album plus pour la myriade d'auteur plus connus les uns que les autres plus qu'autre chose.

Et bim bam boum comme dirait ma fille : dès le début de la lecture de cette suite à Goldorak, il y a pleins d'images qui sont revenus de partout et dans tous les sens. Des images qui doivent venir de quand j'étais tout petit et que mon grand frère regardait Goldorak. Le ranch, les sorties de Goldorak, Arctarus, les Golgoths, les habitants de Vega.... fiou ça m'a rappelé pourquoi on surnommait mon petit frère Golgloth 13... Bref une belle nostalgie soulevée par une sublime BD.

Car si les souvenirs remontés furent beaux ça a été possible grâce à une sublime BD. Graphiquement déjà  C'est le top de ce qu'on peut voir à l'heure actuelle. 

Niveau histoire c'est encore mieux car c'est plus adulte que le dessin animé de l'époque avec un traitement complexe des personnages beaucoup moins manichéens qu'avant. Et cela sans parler de la fin qui est... je vous laisserais découvrir si ce n'est déjà fait. On sent bien que nos auteurs sont des fans et qu'ils ont écrit une histoire pour eux. Une "fin" à Goldorak comme ils auraient aimé la voir. 

Mais ils ne se sont pas contentés de cela. Ils nous ont livré avant tout un vrai bon scenario de BDs qui devrait ravir toute personne ne connaissant pas Goldorak. 

Un sublime album, une belle histoire et un hommage comme on en voit rarement d'une génération d'européen envers un des maitres de l'animation des années 80.

Bref un des musts de l'année !
Note :
    • Like
  • 7 réponses

Monstres
Scenariste: Barry Windsor-Smith Dessinateur: Barry Windsor-Smith Editeur: Delcourt
Barry Windsor-Smith est avant un dessinateur de renommé dans le milieu des comics, avec plusieurs participations sur Conan le barbare, Wolverine ou encore Daredevil. Aujourd'hui, les éditions Delcourt nous permettent de découvrir Monstres un roman graphique imposant avec plus de 350 pages de lectures. Barry Windsor-Smith s'était lancé dans l'écriture d'un récit sur la vie et la psychologie d'Hulk, mais l'histoire a été jugée trop sombre à l'époque. L'auteur a conservé son idée de base en la transformant au fur et à mesure pour devenir indépendante des super-héros, tout en gardant un côté fantastique. Monstres est donc le résultat de plusieurs d'années d'écriture et de dessins. Ce roman graphique se déroule sur plusieurs époques de la vie de Bobby Bailey mais aussi celle de son père à la fin de la seconde guerre mondiale. On plonge dans les dérives des docteur nazis et de leurs expérimentations pour finir aux Etats-Unis au début des années 60.
L'auteur gère la partie graphique avec beaucoup de maitrise pour la mise en scène dans un style très réaliste. L'ensemble des dessins est en noir et blanc proche des productions EC Comics.
L’histoire est rondement menée malgré les thèmes abordés déjà utilisés de nombreuses fois en bande dessinée ou dans les films. Barry Windsor-Smith signe une œuvre forte avec Monstres.
Note :
  • 0 réponse

Ragna Crimson tome 8
Scenariste: KOBAYASHI Daiki Dessinateur: KOBAYASHI Daiki Editeur: Kana
Suite du combat contre les dragons ailés, Ragna et ses compagnons semblent être en mauvaise posture, séparés, épuisés, ils misent tout sur une dernière offensive.

Un tome de combat principalement, avec un retour sur le passé de certains membres des dragons ailés et comment ils en sont arrivés là. Je dois avouer que j’avais oublié ce qui se passait dans le tome précédent, qui était aussi un tome de combats d’ailleurs. Les détails des affrontements ne m’ont pas passionnée, j’ai trouvé la construction de l’histoire un peu brouillonne. Après, il y a quelques bribes par ci par là qui permettent de donner de nouvelles orientations au manga et surtout un final plutôt inattendu. Vivement que l’on retrouve Crimson et que l’on avance un peu.
Note :
  • 0 réponse

Spirou, l'espoir malgré tout T3
Scenariste: Emile Bravo Dessinateur: Emile Bravo Editeur: Dupuis
Avant dernier tome de la grande saga du Spirou d'Emilie Bravo et un tome plein de surprises. Entre le "début de la fin de la guerre", les déconvenues de Spirou et les mystères de Fantasio, c'est sans conteste le tome le plus dynamique des 3 parues à ce jour. Si le dynamisme n'est pas ce que l'on cherche en lisant les Spirou d'Emilie Bravo, cela reste un vrai changement dans la narration et accélère drastiquement le récit.

Les personnages en place se dévoilent et Spirou, qui cherchait à faire le dos rond sans jamais dévier de sa ligne de conduite, se retrouve à subir énormément les évènements. Emilie Bravo nous livre un Fantasio qui se découvre beaucoup plus et sors de son rôle de benêt et de faire valoir de Spirou pour prendre le récit à bras le corps.

Un troisième puissant finissant à toute allure et nous laissant sur un suspens haletant. 

Le quatrième et dernier tome devrait, sans doute aucun, sceller ce Spirou comme l'une des meilleures histoires sur la deuxième guerre mondiale de ces 20 dernières années.
Note :
  • 4 réponses

×
×
  • Créer...