Aller au contenu
  • S’inscrire
  • Salut,

    Vous trouverez ici les dernières critiques/infos et sujets qui ont été réalisés sur 1001bd.

    SI vous cherchez d'autres informations ou si vous avez des questions venez en discuter avec nous sur le forum !

Dernières Critiques

Meilleur contenu de la communauté, rassemblé manuellement par l’équipe.

Le 9 août, tu me dévoreras tome 1
Scenariste: TOMOMI Dessinateur: TOMOMI Editeur: Meian
Pour résumer le manga je dirais qu’on ne sait pas trop d’où l’on vient et on ne sait pas où l’on va… Pour être plus claire, c’est comme si on prenait un film en cours de route : il y a déjà eu des événements que l’on voit très brièvement au début du livre qui ont provoqué le déménagement et le changement d’école de Ao Sakurai, jeune lycéen. C’est là, que commence l’histoire.

Ao commence donc sa nouvelle vie, fuyant son passé tragique et pensant être à l’abri de sa stalkeuse, seulement, elle le retrouve. Mais elle n’est pas la seule à le chercher, car de nombreuses créatures guettent Ao. Pourquoi ? et bien pour le moment, on n’en sait rien. Ces créatures sont en réalité des Yôkais (monstres ou créatures surnaturelles du folklore japonais) et la stalkeuse principale Miyako aide aussi Ao à se débarrasser des autres. Certainement pas par bonté d’âme… on voit bien qu’elle veut Ao pour elle toute seule et qu’elle se retient jusqu’à la date du 9 août

Beaucoup d’inconnu dans ce 1er tome, la seule chose sûre c’est qua Ao Sakurai est un aimant à problèmes, qu’il y a un côté mystique dans l’histoire, comme si le moment venu, Ao sera le sacrifice permettant d’obtenir quelque chose. En attendant, on a un enchainement de créatures monstrueuses, des conflits, et un avenir bien sombre pour notre lycéen. Le graphisme est bien travaillé et le rendu du paranormal parfait, ce 1er tome intrigue beaucoup et on aimerait bien en savoir plus.
Note :
  • 0 réponse

Crusaders - Tome 3 - Spectre
Scenariste: Christophe Bec Dessinateur: Leno Carvalho Editeur: Soleil
Crusaders continue sur son rythme de parution effréné puisqu'il s'agit déjà du troisième tome de cette série de SF façon Space opéra, mettant en scène une humanité au bord du gouffre, confrontée à des Aliens ayant des millénaires d'avance technologique sur eux, et englués dans un conflits dont les racines et les implications les dépasse. 

A la manière d'un Universal War One, Crusaders nous embarque dans le sillage d'une science omniprésente, ou les concepts se bousculent et nous bousculent au service d'une épopée aux enjeux colossaux pour l'humanité. Pour les allergiques à la science, inutile même d'ouvrir ce tome tant l'intrigue est centrée en grande partie là dessus. Le rythme effréné de l'avancée de l'histoire ne permet souvent que de survoler ces sujets, et si cela arrange parfois le scénariste de SF, cela ne laisse au lecteur que peu de temps pour assimiler et réagir aux informations balancées coups sur coups.

Les dessins de Leno Carvalho pour les grandes scènes de Space Opéra sont très réussis, et le seul bémol que je pourrais amener sur le traitement graphique de Crusaders ce serait une légère difficulté à appréhender les différents personnages. Mais c'est à la marge, tant les personnages ne sont finalement pas au centre de l'histoire. 

 
Note :
  • 4 réponses

Fantastic four - Antithèse
Scenariste: Neal Adams & Mark Waid Dessinateur: Neal Adams Editeur: Panini
Neal Adams est une légende dans le monde des comics de super-héros avec de nombreuses participations à des histoires devenues cultes. Neal Adams s'associe avec Mark Waid le temps de quatre chapitres pour construire une intrigue prenante se déroulant dans un univers parallèle. Pour l'histoire, on retrouve les membres des fantastic four qui combattent un nouvel ennemi venu d'une autre dimension pour prendre le contrôle de la planète Terre.  Ils doivent ensuite venir en aide au surfeur d'argent en mauvaise posture depuis que Galactus ne le protège plus après une défaite écrasante contre le monstre Antithèse. Les retournements de situation sont nombreux pour captiver les lecteurs et l'on retrouve les dialogues amusants entre les quatre amis.
Les dessins sont réalisés également par Neal Adams avec beaucoup de maitrise dans la composition des planches et la construction des scènes d'action avec plein de superpouvoir. Les amateurs du travail de l'auteur seront comblés par cette performance.
L'album se termine sur deux histoires courtes des fantastic 4 plus ou moins ancienne pour finir en beauté cet album.
Note :
  • 5 réponses

Solo Leveling tome 2
Scenariste: CHUGONG Dessinateur: DUBU (REDICE STUDIO) Editeur: Delcourt
Jinwoo a maintenant accédé à un système différent, en plus d’être un chasseur, il devient aussi un joueur bien qu’il ne sache pas dans quoi exactement. Il va apprendre qu’il est tenu de se plier à ces nouvelles règles sans quoi sa vie peut s’arrêter mais qu’il peut aussi en tirer parti : comment augmenter ses capacités et surtout comment s’en servir.

Si la 1ere moitié du tome se concentre sur l’évolution de ses nouvelles capacités et la compréhension du fonctionnement de ce nouveau système. La 2eme est la conquête d’un nouveau donjon, avec une nouvelle équipe. Jinwoo va ainsi entrer dans son premier donjon de niveau C et affronter de nouvelles épreuves.

Côté mise en page, on a toujours quelques petits défauts : la réduction des vignettes pour en mettre un maximum, fait que certaines informations sont difficiles à lire : par exemple les fenêtres d’informations sur les capacités de Jinwoo sont tellement écrites petites qu’il m’a presque fallu prendre une loupe ! Le sens de lecture des images n’est pas toujours intuitif : parfois on doit d’abord lire la page de gauche puis celle de droite, parfois c’est en partie sur les 2 pages, et certaines images à cheval ne sont pas toujours très lisibles.

Solo leveling reste un très bon webtoon, toujours servi par de superbes illustrations. L’action bat son plein; l’histoire est fluide et prend parfois des chemins inattendus (surtout à la fin de ce tome, mais ça, il vous faudra le lire pour le découvrir !).
Note :
  • 0 réponse

Ecoline
Scenariste: Stephen Desberg Dessinateur: Martinez Editeur: Grand Angle
Hey un Desberg qui n'ai pas un polar ? L'auteur d'IRS, de Cassio et autre Sherman, nous revient avec une BD pour laquelle il s'essaye à un nouveau style : la BD pour enfant. Le conte devrait on dire.

Et il faut bien avouer que le maitre du polar d'aventure grand public réussit son affaire avec Ecoline. En effet il nous livre ici une vraie belle histoire pour enfant. Une histoire d'une petite chienne qui cherche à sortir de ce pourquoi la société, et sa nature, est censé lui ordonner comme vie. 

Pleine d'envie et de poésie, notre Ecoline ne s'arrête pas aux premiers désagréments et nous livre un hymne aux differences et offre aux parents un moment de reflexion sur ce qui est vraiment bien pour leurs enfants devenus grands.

Mais un album jeunesse ne serait rien, même avec une bonne histoire, sans un vrai dessin adapté. En effet plus que sur les albums adultes, les albums pour enfants se doivent d'avoir un dessin destiné aux dits enfants. Et la ca ne pourrait mieux coller qu'avec le dessin de Martinez. Plein de belles couleurs avec une héroine au grand sourir et d'une jaune à vous éclairer une journée, ce dessin nous met du baume au coeur juste en le regardant.

Un ensemble qui en fait vraiment une très belle BD jeunesse.
Note :
  • 0 réponse

Levius Est t8
Scenariste: Haruhisa Nakata Dessinateur: Haruhisa Nakata Editeur: Kana
Ca y est, on sort de l'œuvre d'art pure et dure !! En effet les 2 tomes précédents étaient de superbes épreuves de style de combats dantesques sans vraiment d'avancée dans l'histoire. 

La on passe au niveau du dessus avec, il est vrai, la fin du combat de Levius mais surtout beaucoup de pistes données sur le père de Levius, sa mère, leurs passés et ce que Levius cache lui même au plus profond de son être.

Entre une fin de combat somptueuse et une histoire qui avance et surtout qui n'épargne pas nos héros, l'intrigue est relancée et le futur encore pus incertain qu'avant. On se demande vraiment comment nos héros pourraient s'en sortir et cette incertitude fait tout le charme de ce manga, avec son dessin somptueux bien sur. 

Le prochain tome devrait quitter les combats pour nous expliquer plus ce qu'est "Est" et, je l'espère, nous rapprocher de l'a fin de l'histoire.

J'ai vraiment hâte.
Note :
  • 0 réponse

Hedge Fund - Tome 7 - Pour tout l'or du monde
Scenariste: Tristan Roulot et Philippe Sabbah Dessinateur: Patrick Hénaff Editeur: Le Lombard
Voici le dernier tome de la série Hedge Fund qui clôture les 6 tomes précédents. 

La fin risque d'ailleurs de vous surprendre, le parti pris étant assumé jusqu'au bout. 

Cette série a toujours présenté un intérêt du fait des explications données sur l'envers des marchés financiers. Ceci étant ces explications restaient compréhensibles par le profane. Par contre j'avoue que j'ai toujours eu du mal avec le personnage principal que j'ai toujours trouvé trop impersonnel et froid. 

Cette fin de série est donc à cette image, un peu trop froide pour moi, mais technique, terriblement réaliste et ancrée dans notre quotidien. 

Graphiquement, le changement de coloriste en cours d'album ne se ressent pas. Reste que globalement on est sur une BD de thriller financier et que le traitement graphique est propre sans être remarquable, comme le veut le genre finalement.
Note :
  • 0 réponse

Redsun - Tome 1 - Mon frère
Scenariste: Stéphane Louis Dessinateur: Alessandra de Bernardis Editeur: Kamiti
Pffff, moi qui est découvert les éditions Kamiti avec l'excellent 300 grammes je vous avoue que ce RedSun m'a également conquis. 

2 tomes de Science Fiction ambitieuse, et superbement illustrée et mis en couleur par Alessandra de Bernardis. les planches sont superbes, on est projeté dans un Space opéra dantesque avec des personnage forts et bien dessinés. 

Seul bémol pour ma part, l'histoire est presque trop ambitieuse pour être traitée en 2 tomes. Il y a effectivement beaucoup d'évènements entre les deux tomes que j'aurais souhaité voir développés. Néanmoins, le tout se tient bien, et les réponses aux questions soulevées sont suffisantes pour ne pas nous laisser avec un sentiment d'incompréhension. 

 

Si vous aimez la science fiction et que vous souhaitez lire une histoire originale et magnifiquement illustrée, ce RedSun est pour vous. L'histoire se finit en deux tomes, et je publierais ma chronique du second tome prochainement.
Note :
  • 6 réponses

Le songe du corbeau
Scenariste: Atelier Sentô Dessinateur: Alberto M.C. Editeur: Delcourt
Le songe du corbeau est un récit policier très étrange dans sa construction puisque l'on découvre progressivement les enjeux à travers le regard d'un enfant. L'histoire se sépare en deux avec l'époque présente avec le héros est adulte et celle où le héros était jeune en compagnie d'autres enfants. Cette période est la plus difficile à décrire et comprendre comme les lecteurs auront l'impression de lire une histoire fantastique ou onirique. Avec cette méthode, on est perdu sans véritablement savoir qu'elles sont les problèmes ni expliquer la situation. La partie dans le présent, le héros mène l'enquête en tant qu'amateur avec toutes les disparitions d'enfants. Le passé et le présent vont se confondre pour le final.
La partie graphique est dans un style japonais avec des dessins en couleur directes. Les dessins retranscrivent l'ambiance d'un conte pour enfant mais pas d'un polar.
Le songe du corbeau est une histoire étrange dans sa construction et son traitement mais qui reste très intéressant et surprenant. Je ne recommande pas de lire le résumé qui dévoile trop d’informations et gâche la surprise.
 
Note :
  • 0 réponse

Brynhildr in the darkness tomes 17 et 18 (fin)
Scenariste: OKAMOTO Lynn Dessinateur: OKAMOTO Lynn Editeur: Delcourt
Avant d’aborder ces deux derniers tomes, je n’ai pas relu la série et c’est un peu ce qu’il m’en reste : une première partie où Murakami aide les jeunes filles : il cherche à reproduire le médicament (avec de l’aide bien sûr), à comprendre qui et pourquoi des personnes s’en prennent à elles et surtout à leur apporter un semblant de vie normale, une partie entre amitié, amour et action qui n’était pas déplaisante mais avec certaines longueurs parfois. Puis vint, une autre organisation, d’autres personnes avec des pouvoirs, le tout baignant dans la mythologie nordique… et je dois dire qu’avec l’espacement de parution entre les tomes, j’ai eu le temps de m’y perdre et c’est devenu un peu confus.

En tout cas, la fin apporte son lot de réponses, on comprend ce qui s’est passé quand ils étaient petits, d’où viennent leurs pouvoirs, quel est l’objectif de Vingulf. Une fin un peu rapide parfois, qui aurait peut-être mérité d’un peu d’approfondissements. Une fin qui ne fait pas dans la « happy end » classique et ça c’est déjà pas mal vu l’ambiance de la série. Encore une fois on voit que Lynn Okamoto a du potentiel, il a des pleins d’idées, pleins de réflexions souvent très intéressantes mais il a tendance parfois à en mettre trop, ça part un peu dans tous les sens au détriment de la compréhension de l’histoire. On voit aussi que son trait a muri, bien que son graphisme soit reconnaissable il est moins « schématisé » qu’au début, avec une maitrise des scènes violentes, très trash parfois. En conclusion, c’est une série avec du potentiel et des idées, qui mériterait une trame un peu plus structurée mais aussi que l’on prenne un peu de temps pour bien analyser la masse d’informations que l’auteur nous envoie.
Note :
  • 0 réponse

Filles uniques t1
Scenariste: Béka Dessinateur: Camille Broutin Editeur: Dargaud
Nouvelle série pour adolescent (et leurs parents) qui commence plutôt bien. Une série pour ado qui traite des problèmes d'ado avec, pour ce tome ci, un sujet malheureusement trop récurent : celui des personnes harcelées et donc isolées durant leurs adolescences. Un récit authentique porté par 4 filles aux caractères très différents et au dynamisme à toute épreuve.

Et du dynamisme il en fait pour faire affronter à Paloma son obscure passé. Et c'est du talent qu'il fallait aussi pour réussir à ne pas rendre ce sujet trop dure et trop triste pour des adolescents. Et c'est une chose que le duo Béka et Camille Broutin réussi vraiment dans ce premier tome. Par des dessins subtiles et une histoire qui reste très humaine et pleine d'optimisme. 

J'ai hâte de voir quelle personnage prendra le relais de Paloma dans le prochain tome.
Note :
  • 0 réponse

JK HARU  sex worker in another world tome 2
Scenariste: HIRATORI Ko Dessinateur: YAMADA J-ta Editeur: Meian
J’attendais ce 2eme tome avec impatience, pour voir s’il serait aussi tranchant que le 1er. Bien que je trouve qu’il soit un peu moins revendicatif (il prend moins le lecteur à partie notamment), il n’en demeure pas moins dénonciateur.

J’y vois surtout deux points importants. Le 1er c’est une démonstration choquante du pouvoir : ceux qui ont de l’argent et une certaine position au sein de la société peuvent tout se permettre, ils sont intouchables. Le 2eme point, qui est plus positif, c’est la façon dont Haru va avoir une relation avec Sumo (le jeune homme obèse), pour aller contre la grossophobie et essayer de changer les clichés et le regard que les gens portent sur les gros.

Le reste étant des passages sans trop d’intérêt, une sorte de liant pour donner le change sur le côté isekai. Même s’il perd un peu de teneur, ce tome reste néanmoins intéressant et fort dans son engagement.


 
Note :
    • Like
  • 0 réponse

Search and destroy tome 2
Scenariste: KANEKO Atsushi Dessinateur: KANEKO Atsushi Editeur: Delcourt
Ce deuxième tome ne baisse pas de régime par rapport au 1er, Hyaku continue sa chasse aux creech qui lui ont dérobé des morceaux, elle est aidée par Doro, jeune orphelin débrouillard qui montre avoir certaines capacités bien utiles.

Dans ce volume, on en apprend plus sur les origines de Hyaku et le lien avec l’œuvre de Tezuka se fait plus évidente. Mais les vraies questions sont ailleurs : les creech, robot crées par l’homme ont-ils aussi évolués, n’ont-ils vraiment pas de cœur ni d’âme comme les humains semblent le dire ? Pourtant puisqu’ils ont des envies et qu’ils tiennent à leurs vies, est-ce que cela ne signifie pas qu’ils sont des êtres vivants au même titre que les humains ? D’un autre côté, est-ce que récupérer les morceaux de son corps permettra à Hyaku de comprendre qui elle est ? Ne perd-elle pas son identité au fur et à mesure ?

En tout cas, la cohabitation humain/creech est difficile, peut-être impossible, l’affrontement se profile… Le manga est efficace, violent, va droit au but et le dessin de Kaneko est parfait pour cette ambiance cyberpunk.
Note :
  • 2 réponses

Kingdom t59-60
Scenariste: Yasuhisa Hara Dessinateur: Yasuhisa Hara Editeur: Meian
Suite et fin de la premère partie de l'invasion de Zhao par Qin. De l'aveu de l'auteur lui même, c'est la fin de la plus grosse période de l'histoire qu'il nous a conté jusqu'alors. Environ 15 tomes sur cette bataille du triangle de Zhao. Mais que la conclusion est belle. 

Ces deux tomes étaient très attendus par les fans. En effet on avait, en décembre de mémoire, rattrapé les parutions japonaises et donc notre rythme de 4 tomes tout les deux mois c'était arrêté net ! Tout fan de Knigdom a donc ressenti un manque que ces deux tomes ont partiellement comblé. Je dis "partiellement" car il se trouve que ces deux tomes ne parlent quasiment pas de notre amis Shin. Enfin il n'est pas mis en avant. En effet il est beaucoup question de stratégie pour éviter la famine chez Qin mais surtout d'un retour de jeu d'alliance pour continuer l'assaut sur Zhao.

Malgré l'absence de Shin, ces deux tomes restent excellents. On ne s'ennuie pas une eseconde et on espère vraiment que les prochains tomes arriveront rapidement. Kingdom faisant parti des mangas qui se lisent rapidement mais sont très fort en intensité, la lecture ne serait pas la meme si on avait un tome tous les 6 mois....

 
Note :
  • 0 réponse

Lever l'encre - Carnet de voyages et de tatouages
Scenariste: Cookie Kalkair Dessinateur: Cookie Kalkair Editeur: Delcourt
Ce roman graphique nous permet de suivre les voyages à travers le monde de Cookie Kalkair un bloggeur et auteur de bande dessinée. En effet, ce dessinateur et scénariste de bande dessinée est aussi passionné par le tatouage ainsi que sa compagne. Ils décident ensemble de se tatouer dans chaque pays qu'ils visiteront. Cookie nous amène dans diverses destinations en nous présentant la culture des tatouages dans les différents pays. On découvre l'histoire des tatouages au Japon avec la mafia, le tatouage en Polynésie, en France et bien d'autres encore que je vous laisse découvrir dans cet album. L'auteur ajoute quelques photos touristiques des pays visités avant de passer au suivant. Il est plaisant de suivre ainsi les anecdotes de ce couple de voyageurs. L'auteur présentera aussi quelques tatoueurs renommés en France
Les dessins sont dans un style minimaliste en centralisant tout sur les tatouages. L'ensemble de l'album est dessiné sur des pages de couleur rose avec la couleur verte pour mettre en avant les tatouages et le noir pour dessiner les personnes et autres décors. Le rendu visuel est original et fonctionne bien avec cette thématique.
Lever l'encre - Carnet de voyages et de tatouages est intéressant avec l'histoire derrière les tatouages et la bonne humeur de l'auteur dans ses voyages.
 
Note :
  • 0 réponse

Montagnes russes
Scenariste: Gwénola Morizur Dessinateur: Camille Benyamina Editeur: Grand Angle
Pas facile de faire la critique d'un album comme celui-ci. En effet cet album parlera énormément aux gens qui ont eu mal à avoir un bébé ou qui n'ont tout simplement pas pu.

Cela leur parlera car même moi qui n'est heureusement pas eu ce genre de problèmes, j'ai trouvé ce récit prenant et émouvant. Que ce soit le parcours du combattant d’Aimée ou le complet opposé avec la vie de Charlie, les descriptions des vies de ces deux femmes sont réalisées avec beaucoup d'humanité et surtout sans jugement aucun. 

Gwénola Morizur, qui tire l'histoire de ce qui est arrivé à une de ses connaissances, trouve les mots justes pour nous parler de l'injustice de la vie sur ce que beaucoup considèrent comme un de ses fondements : avoir une descendance.

Là ou Gwénola Morizur est courageuse et va au bout de son histoire, c'est sur la "fin". Une fin logique même si pas une fin rêvée. Une fin comme le monde : rempli d'injustice. 
Note :
  • 0 réponse

Flashpoint édition spécial 10 ans
Scenariste: Geoff Johns Dessinateur: Andy Kubert Editeur: Urban Comics
Pour les 10 de l'un des événements les plus dimensionnant de l'univers DC, avec Crisis on infinite earth,  Urban comics fait les choses en grand avec une édition spécial de cet évènement : une édition avec une couverture expérimentale en "caléidoscope" (je ne sais pas comment on appel ca :p) et rien de moins que le récit en double : l'histoire principale et la même avec la version crayonnée de l'album.

Je ne reviendrais pas sur l'histoire qui créa toute la période Rebirth et qu'il est intéressant de relire quand celle-ci arrive à sa fin, mais plus de l'objet lui-même. Comme souvent pour ce genre d'édition spéciale, il s'agit ici d'une offre pour collectionneur. En effet si l'objet est beau et la couverture rigolote, on regrettera que la version "crayonné" ne soit pas encrée comme les autres titres que l'on a pu voir en Noir et Blanc chez Urban. Un lecteur lambda regrettera surement aussi la place que prend cette histoire. En effet entre la couverture épaisse, l'histoire en double et les galeries d'illustrations, cet album prend 3 fois plus de place que l'histoire de base.

Si on ne peut que conseiller la lecture du Flashpoint à tout le monde, on ne conseillera cette version collector qu’aux fans de l'homme en rouge.
Note :
  • 2 réponses

Les gueules noires
Scenariste: Zampano Dessinateur: Jack Domon Editeur: Autres Editeurs/Auto editions
En voilà une bd bien sympathique. Sympathique car cette BD est un condensé d'espoir et de bonnes volontés. 
De l'espoir pour des gens vivant dans une région sinistrée depuis la fermeture des mines. Des gens que le chômage touche au plus profond de leurs familles, détruisant cet espoir petit à petit.

Sans pour autant vivre dans cette région, j'ai trouvé que cette BD nous met quand même du baume au cœur en nous montrant que, si les parents ont, eux, perdu espoir, les enfants seront toujours sources d'initiatives et d'idées pour rendre le quotidien meilleur. Ils seront toujours source d'espoir justement.

Alors oui l'effet un peu Olive et Tom avec le coach, le dépassement de soi fait peut-être un peu trop. Mais on se laisse emporter par l'euphorie qui gagne le village. Une euphorie dont les adultes se doutent bien qu'elle ne sera que temporaire. Mais elle leur permet de remettre un pied sur l'étrier et de retrouver la motivation de se relancer dans la vie.

Et ça c'est quelque chose que l'on ne peut que souhaiter à toute personne en détresse. 

 
Note :
  • 0 réponse

Le jardin des illusions
Scenariste: UMISHIMA Senbon Dessinateur: UMISHIMA Senbon Editeur: Delcourt
Depuis quelques années Delcourt nous propose un one shot pour l’été, le manga de cette année compile 10 histoires courtes « sur les différentes formes de l’acceptation ». Après lecture, le thème est assez juste, et il s’agit en réalité de 9 histoires, la 10eme étant la suite de la 1ère.

Cela étant, je n’ai pas abordé le livre en cherchant spécialement une trame ou des explications, les histoires sont variées, on entre facilement dans chacune d’entre elles, les dessins sont magnifiques et empreints d’une certaine magie.

Ensuite quand j’ai lu que l’auteur avait fait beaucoup d’illustrations sur des contes, j’ai compris que c’était ça le cœur du livre, ces petites histoires sont comme des contes, des petits voyages poétiques, il y a beaucoup de douceur (à part la fin de l’histoire la plus sombre mais qui a aussi une part de beauté), une certaine sérénité parfois, l’envie de prendre le temps de se poser et de savourer les illustrations.

Vu la diversité des histoires, chacun devrait y trouver son compte, à la fin du livre, l’auteur nous raconte la genèse de chacune d'entre elles : c’est d’ailleurs là que j’ai vu que le féminin comme le masculin était utilisé, après recherches, impossible de savoir si l’auteur est un homme ou une femme…

Mais quoi qu’il en soit, c’est un bien beau livre qui vous fera passer un moment agréable.

Ci-dessous : les images en noir et blanc sont issues du jardin des illusions, celles en couleur, des illustrations indépendantes de Senbon Umishima.
Note :
  • 4 réponses

Even
Scenariste: Zidrou Dessinateur: Alexeï Kispredilov Editeur: Delcourt
L'idée de base de Zidour est originale avec dans un futur proche un centre de thérapie sexuelle qui ouvre ses portes à Montpellier. Dans ce centre, tous les fantasmes sont possibles pour vivre dans cette société du plaisir et de la jouissance. La société est séparée en deux en se basant sur des critères de beauté physique. Dans ce contexte, l'histoire nous propose de suivre quelques personnages comme Ann Seymour une journaliste qui enquête sur cette entreprise du plaisir mais surtout sur le suicide de sa créatrice. Le mari de la défunte qui se perd dans la thérapie sexuelle, sous la responsabilité du docteur Sidibe et Méghan une femme de ménage classée par son physique. La partie graphique est très bien pensée par Alexeï Kispredilov avec des planches magnifiques. Les couleurs favorisent cette impression surtout dans le centre de thérapie avec les zones d'ombres en contraste avec les couleurs.

Even est un one shot original et audacieux qui aurait certainement fonctionné d'avantage au format dytique avec cet univers riche qui ne sera pas assez exploité. L'histoire est prenante et les lecteurs ne pourront pas deviner la fin.
Note :
  • 3 réponses

Chiruran tomes 1 et 2
Scenariste: UMEMURA Shinya Dessinateur: HASHIMOTO Eiji Editeur: Mangetsu
Pour ceux qui s’intéressent un peu au Japon et à l’époque des samouraïs, difficile de ne pas avoir entendu le nom de Shinsen Gumi, une milice essentiellement composée de rônins qui faisait régner l’ordre à Kyoto à la fin du shogunat Tokugawa. Chiruran revient donc sur les origines de ce groupement et sur ses personnages marquants : Isami Kondo, Toshizo Hijikata, Soji Okita, Hajime Saito, Shinpachi Nagakura parmi les plus connus. On a pu découvrir certains de ces noms dans le manga Kenshin le vagabond.

Chiruran (comprendre « les pétales dispersées » selon l’auteur) est d’abord un manga historique : nous sommes en 1859, l’arrivée du commodore Matthew C. Perry en 1953 a forcé le Japon à s’ouvrir aux autres pays mais a aussi entrainé de nombreux troubles et luttes politiques au sein du gouvernement, opposant le shogun aux impérialistes (pour faire simple). La révolution Meiji mettra en place un gouvernement tourné vers la modernité qui abolira par la suite l’ancien système des seigneurs féodaux et interdira le port du sabre en 1876 marquant ainsi la fin des samouraïs. Le manga commence en 1912, une jeune journaliste rencontre l’un des survivants du Shinsen Gumi : Shinpachi Nagakura et va lui demander de revenir sur le passé, ce sera donc lui le narrateur. Il oriente le récit autour de Toshizo Hijitaka surnommé « le chien fou du Shieikan ». On verra donc ses rencontres et ses duels, avec les futurs membres de la milice, puis on les suivra au cours de leur évolution et des événements historiques. Et vu que la période était très troublée, il y a de quoi faire, le manga en est d’ailleurs à 29 tomes et est toujours en cours.

Le récit, certainement en partie romancée, est très ancré dans l’action, ce sont tous des personnages forts avec une vraie « gueule », Eiji Hashimoto se permet de bien marqué les visages d’une part pour les identifier rapidement et ensuite pour leur donner du caractère. Le dessin est d’ailleurs très travaillé, avec une bonne représentation des villes et une bonne dynamique dans les combats. Les deux premiers tomes représentent la mise en place du récit : on apprend à connaître les personnages, leurs caractère et motivations, tout en se recadrant dans le contexte historique.

Le rythme est soutenu, le dessin réaliste, on plonge vraiment dans l’action et on ne s’ennuie pas un seul instant. Un bon début pour cette série destinée à devenir un titre phare des éditions Mangetsu comme Ao Ashi.
Note :
  • 2 réponses

Claude Gueux
Scenariste: Séverine Lambour Dessinateur: Benoît Springer Editeur: Delcourt
Ce roman graphique Claude Gueux est une adaptation du roman de Victor Hugo, inspiré par un fait divers de l'époque de l'écrivain. Par ce roman, Hugo souhaitait dénoncer les conditions affreuses de détention au XIX siècle en France. L'histoire commence durant un hiver froid où une famille survit tant bien que mal pour se nourrir et se chauffer dans leur logement. Le père ne pouvant supporter d'avantage les plaintes de sa fille et de sa femme va voler du pain et du bois pour leur donner avant d'être arrêté. Le jugement est sans peine et Claude Gueux est condamné à la prison. Séverine Lambour réalise une adaptation fidèle à l'œuvre d'origine ou du moins dans mon souvenir. Il est intéressant de voir les problématiques soulevés dans ce récit qui sont toujours d'actualités de nos jours. 
Pour la partie graphique, le trait de Benoît Springer est soigné pour représenter l'univers carcérale de l'époque avec des conditions de vie déplorables pour des détenues arrêtés seulement pour vol. La mise en couleur des deux auteurs est assez sombre comme l'histoire.
Claude Gueux est une adaptation très réussie en roman graphique avec une pagination importante et en one shot.
Note :
  • 2 réponses

The kingdoms of ruins t1
Scenariste: Yoruhashi Dessinateur: Yoruhashi Editeur: Kana
Chic chic chic. Ca faisait longtemps que je n'avais pas été charmé par un manga fantastique pour ado/adulte. 

On a bien sur ici tout ce qui fait un manga standard. Mais on surtout tout d'extrêmement bien fait. Une vraie dramaturgie dès le début, des humains plus horribles et égoïstes que jamais, un héros complètement perdu à la limite de la folie et une jeune sorcière qui veut absolument le sauver. On se passionne pour cette aventure qui semble perdue d'avance 

Porté par un dessin dans le haut du panier des sorties actuelles, on a là l'exemple typique d'un très bon premier tome de série. Série déjà à 4 tomes au Japon. 
Note :
  • 1 réponse

Sac à Diable T1 : la Bruja a disparu
Scenariste: Cedric Mayen Dessinateur: Sandra Cardona Editeur: Dargaud
Ce Sac à diable est un peu l'exemple de la BD qui ne sait pas trop dans quelle catégorie se positionner. En effet les dessins et le design choisit ont tout de la BD pour jeune publique: la jeune fille sans vraie pouvoir mais qui a l'air cool et un diable plus espiègle que méchant victime d'un complot. Tout pour plaire à un public adolescent. 

Le problème c'est que la narration choisie est, elle, très verbeuse. Trop pour le publique choisi. En effet les adolescents, comme ma fille, vont avoir du mal à entrer dedans dû aux cases remplies à moitié de texte et à moitié de dessin. L'histoire est un peu pareil : on est dans un univers diabolique et on a l'impression, au vu des "crasses que se font les démons, qu'ils sont plus dans une cour de récréation.

Dommage car il y a la plein de bonnes idées et en format plus "adulte" ça aurait surement fait une très bonne intrigue ésotérique.
Note :
  • 0 réponse

Trois yakuzas pour une otaku tome 1
Scenariste: HASEGAKI Narumi Dessinateur: HASEGAKI Narumi Editeur: Soleil
Sakura est une otaku qui ne sort que très peu de chez elle, elle passe ses journées à jouer sur sa console à un jeu sur les Yakuzas. Un jour, ses parents la pousse à aller à l’école, complétement effacée dans la vraie vie (elle est du genre à longer les murs et se cacher derrière ses cheveux), elle sauve un vieux monsieur qui n’est autre qu’un chef de clan de vrais Yakuzas. Séduit par son courage, le monsieur l’invite dans le clan qui est en proie à un problème de succession et décide que le nouveau chef de clan serait celui qui séduirait Sakura (parmi ses trois petit-fils).

Le contexte est totalement invraisemblable, les 3 garçons beaucoup trop beaux et Sakura a un tempérament caché qui va sans doute, au fur et à mesure des tomes, faire d’elle une cheffe idéale !

Passés ces détails, on a un shojo plutôt bien fait, agréable à lire et à regarder, 3 garçons différents : le gentil, l’intello et le bagarreur, une jeune femme qui va s’affirmer et trouver sa place, de la romance et de l’action. Malgré quelques clichés, l’histoire est efficace et plaisante.

11 tomes en cours
Note :
  • 0 réponse

×
×
  • Créer...