Aller au contenu
  • S’inscrire
  • Critiques

    Base de données regroupant les critiques.

    poseidon2

    Don Vega

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Pierre Alary Dessinateur: Pierre Alary Coloriste: Pierre Alary Editeur: Dargaud Note: 4.5
    Résumé:

    Madrid, 1848. Don Vega, héritier d'une riche famille californienne, reçoit une lettre lui annonçant le décès de ses parents. L'auteur du courrier, le père Delgado, l'incite à rentrer " dans les plus brefs délais ". A son retour, Don Vega découvre que le domaine familial est désormais géré par un ancien général, Gomez. Celui-ci s'appuie sur Borrow, une brute sadique et sans scrupules, pour mettre la Californie en coupe réglée en rachetant des terrains à bas prix afin de les revendre plus cher. Des peons ont le courage de se révolter. Le visage couvert d'une cagoule, ils se réclament d'" el Zorro ", un mythe populaire local. Le peuple les voit comme des héros. Don Vega décide de suivre leur exemple : il revêt un costume noir et est bien décidé à faire payer les spoliations commises envers sa famille. La légende de Zorro est en marche... Le personnage de Zorro renaît de ses cendres dans cette relecture enthousiasmante d'un classique de la culture populaire, né en 1919 dans un roman de Johnston McCulley avant d'être immortalisé par le cinéma et la série télévisée de Walt Disney.

    Autres informations: un cavalier.........
    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Aventure
    "Un cavalier, qui surgit hors de la nuit... et court vers l'aventure au galop !!! Son nom il le signe à la pointe de l'épée... d'un Z qui veut dire Zorro !!!!!!!!!!!!"
    Mes collègues ici présents vont encore dire que je suis trop gentil. Mais j'assume. Mais même si j'assume je dois nuancer cette note par un facteur majeur dans le cas présent: la nostalgie. Oui oui on a beau avoir fait des milliers de critiques, il est toujours difficile de démêler les sentiments de la critique pure et dure. Surtout quand ça fait appel à des souvenirs joyeux de jeunesses. Des souvenirs de 4 garçons regardant les aventures du vengeur masqué avec leurs parents...
    Donc peut être que je suis un peu trop gentil sur ce Don Vega. Car effectivement si l'aventure est belle et intense, et les dessins bon (même si un cran en dessous de ceux de Silas Corey),  l'histoire n'est pas non plus super originale.
    On reste sur du classique de Zorro comme on l'a déjà vu au cinéma.
    Mais pour moi l'essentiel n'est n'ai pas là. L’essentiel est qu'en sortant du tram, une fois la lecture finie, je chantais tout haut : "Un cavalier, qui surgit hors de la nuit..." avec comme seule envie de montrer ça à mes enfants.
    Et ça, ça vaut bien une demi-étoile de plus !

    Nickad

    Children tome 1

    Par Nickad, dans Critiques

    Scenariste: MIURA Miu Dessinateur: MIURA Miu Editeur: Autres Editeurs/Auto editions Note: 3.0
    Résumé:

    Pour 3 millions de yens, une somme anormalement élevée, le jeune Tôru Igarashi, un étudiant, a accepté un petit boulot de six mois dans un orphelinat situé au fin fond des montagnes, pour s’occuper d’enfants et aider aux tâches d’entretien. Il y fait la connaissance de Sakurako, une jeune adolescente de 14 ans et du groupe d’enfants, un peu méfiants mais néanmoins plein d’énergie. Tout semble bien se passer jusqu’à ce qu’à la nuit tombée, cette ambiance joyeuse ne devienne malsaine et extrêmement sanglante ! Loin du monde, le cauchemar de Tôru ne fait que commencer. Les enfants deviennent d’incroyables machines à tuer, égorger, découper...

    Autres informations: Edition Omaké Books
    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Fantastique
    Omaké Books est un éditeur indépendant assez récent (2010) qui a tendance à sortir des titres qui se démarquent. Après le glacial Perce neige et le déroutant girl’s last tour, voici le premier tome de Children.

    Children est résolument un manga d’horreur, gore à souhait où des enfants tranchent, découpent, dépècent… ils s’en donnent à cœur joie.  

    Mais ce n’est pas que ça, on est intrigué, plein de questions nous assaillent : qui sont-ils ? Comment en sont-ils arrivés là ? Qui les fournit ? Qui tire les ficelles ? Quelles sont les relations entre les personnages ?...  et surtout Pourquoi ?

    Vous dire si j’ai aimé ou pas, je ne saurai le dire, ce qui est sûr, c’est qu’il ne laisse pas indifférent.

    Aucun temps mort dans ce volume et même si l’on perçoit certaines trames, il va falloir attendre le deuxième et dernier tome pour y répondre.

    En espérant qu’il soit à la hauteur !


    VladNirky
    Scenariste: Joann Sfar et Lewis Trondheim Dessinateur: Vince Coloriste: Walter Editeur: Delcourt Note: 3.5
    Résumé:

    Pour lutter contre l'invasion des démons géants surgis des entrailles de Terra Amata, l'oncle de Rubéus a créé une usine de robots géants prêts à les affronter. Rubéus, lui, est gardien de nuit dans cette usine. Un travail plutôt tranquille jusqu'au jour où il est accusé de sabotage. Mais le jeune homme est bien décidé à faire la lumière sur son innocence.

    Autres informations: Je me demande si le gardien à eu des descendants. Je crois que non. Mince j'ai oublié.
    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Fantastique
    Alors quand on est un tome de Donjon, dernier sorti d'une longue lignée, on est un peu comme le dernier petit frère d'une très très grande famille. Mais quand en plus on est le 1er du bout du bout (du bout positif: +10 000!), c'est à dire sur la chronologie, le 1er tome de l'ère moderne de Donjon. La pression sur ses petites épaules doit être très grande. Surtout quand l'écart (qui se compte en niveau dans Donjon, soit 1 album) est dans les +10 000.... Wha wha ou... Beaucoup de questions peuvent se poser. Suis je encore un Donjon ? Qu'est ce que je peux encore amener dans l'histoire alors que je suis si loin de ma base de départ ? Et à la série ? Est ce que je vais être aussi drôle et fin que les 1ers Donjon de la période Zénith et conquérir le monde ? Ou triste comme un crépuscule ? Et ou sont les objets du destin ? Ah bah non, cette question, on ne va pas y répondre pour l'instant.
    Donjon +10 000 ou Donjon et demi ?
    Alors est ce qu'on est encore dans Donjon ? Incontestablement oui. On retrouve dans ce tome du Donjon. Le héros s'appelle Rubéus Khan. Rien que ce grand nom devrait faire frémir des tas de fantômes et démon encore vivants. Pourtant dans ce 1er tome, la filiation est lointaine même si on peut retrouver ici un trait de caractère, là un nom ou une apparence physique qui n'est pas forcément sans rappeler quelques ancêtres potentiels ou encore mieux, des références. Et cet album en fait pas mal, sans toutefois être très clair sur les références. Un peu comme dans un Donjon de la grande époque en fait. Ce qui prouve qu'on est encore dans du Donjon.
    Mais alors l'album il est bien ou pas ?
    Bah il est pas mal. Faudrait être difficile quand même. C'est de la bonne aventure. Il y a de la bagarre par exemple. Et Rubéus est un peu le roi de la bagarre dans cet album. Ça va castagner au fil des cases en effet. Après on est aussi dans les temps modernes. Avec critique de la société actuelle en arrière plan sur fond de voitures, de petites magouilles, de grands patrons, d'économie de la vie moderne... La vie quoi. Du coup, on est quand même loin des Donjons de l'époque du milieu tout en y étant clairement affilié (maintenant j'appelle comme ça les albums qui sont entre deux antipodes). Et ça, ça peut-être compliqué pour le lecteur que je suis. Pour tous je suppose.
    Et du coup qu'en penser ?
    Du coup, à titre personnel, je me pose encore la question. Est ce que j'ai aimé l'album ou est ce que j'ai aimé la nostalgie de la lecture des anciens albums qui sont rappelés ici ? Pour l'instant difficile à dire... J'hésite. J'hésite tellement que je verrais par la suite en fait. Les albums s’imbriquent les uns dans les autres pour former un grand tout, et parmi tous les Donjons parus à ce jour, il y a forcément des albums que vous allez aimer plus que d'autres.
    En tout cas, les auteurs sont toujours là avec des choses à faire passer. L'album est très réussi sur le plan visuel, les couleurs, les dessins, la galerie de personnages, les situations croquignolesques. Le scénario. Les dialogues percutants. Ça le fait grave en fait!!! Sur tous ces points on est bien dans du Donjon! Et c'est du plaisir.
    Donc c'est génial ? Donjon est de retour ?
    Et pourtant.... Je n'y retrouve pas la joie de mes lectures des tomes du milieu (période Zénith ou Potron minet, Crépuscule était tout de même bien sombre). Bref, dans le Donjon tout est-il toujours aussi bon ? A chacun de juger aussi avec sa propre expérience du Donjon. Certains vont beaucoup aimer, d'autres moins. C'est en tout cas un bon divertissement Donjonesque, aucun doute la dessus.
     
    Pour info les auteurs semblent à nouveau en période de croisière Donjonesque et des tas de Donjons sont annoncés pour les mois qui viennent! Et Ça c'est quand même très très cool!

    LaVieDansLesPlis

    Lancelot Dulac

    Par LaVieDansLesPlis, dans Critiques

    Scenariste: Victor Pouchet Dessinateur: Killoffer Editeur: L'école des loisirs Note: 4.0
    Résumé:

    Comme son nom l’indique, Lancelot Dulac est chevalier. Mais il n’en est pas encore sûr. Pour le moment, il fait 1,35 mètre, rentre en 6e et tout change. Dans la Cour de récréation, un certain Arthur a le pouvoir. Quand la plus belle fille du collège dont il est amoureux disparaît, il lui faut se lancer dans une quête semée d’épreuves. Tournoi, traversée de la jungle du métro, fées et Palais des Glaces seront autant d’occasions d’éprouver sa peur et son amour, d’exercer son courage, et de devenir pour de bon, le preux chevalier qu’il espère être.

    Type: Livre pour enfants L'acheter sur BD fugue Genre: Aventure
    Avec Lancelot Dulac, Victor Pouchet nous livre une réécriture du mythe arthurien et de l’initiation chevaleresque. Ainsi, Lancelot Dulac, un jeune adolescent de notre monde bien contemporain se retrouve-t-il entrainé dans l’aventure intime mais non singulière du sentiment amoureux dans ses premiers élans et qui ouvre les voies profondes de la construction de l’individu face aux regards de l’être aimé et à ceux du groupe, face à soi-même. Et parce qu’il se nomme Lancelot et qu’il est un jeune garçon qui éprouve, aime et imagine, son aventure prendra la forme de ce récit de chevalerie que nous connaissons bien parce qu’il en existe de si nombreuses versions. L’album s’ouvre ainsi sur une citation du Quichotte de Cervantès : « Tout ce qu’il pensait, voyait ou s’imaginait, lui semblait être fait et se passer de la même façon que ce qu’il avait lu. » Voila pour le matériau du livre. L’écriture est claire et efficace, le narrateur est extérieur à l’histoire mais la focalisation est bien celle de Lancelot et nous naviguons ainsi avec lui assez facilement d’une épreuve à une autre, d’une émotion à une autre. 
    Quelle plus grande première aventure que celle de la cour du collège ? Quel jeune adolescent ne pourrait-il pas se reconnaitre dans ces premières tentatives difficiles de décrypter les autres, l’autre, et puis soi-même, de se faire sa « juste » place, de saisir ce que peut être la vraie « valeur » ? L’identification est facile et le sens guidé par la métaphore imaginaire de Lancelot. D’un accès facile donc pour de jeunes lecteurs.
    Les planches Arty de Killoffer illustrent à merveille le récit et l’on oscille là encore entre l’imaginaire arthurien et la cour de l’école, le tout récupéré par un bédéiste pop rock qui donne une image très singulière de cette quête intime dans un monde où les autres prennent la forme ou plutôt « l’aforme » des anonymes d’un Keith Haring. C’est une belle réussite visuelle et elle fonctionne parfaitement avec le récit, et inversement.
    Que nos petits lecteurs découvrent ou redécouvrent le mythe arthurien dans ce récit n’a pas d’importance ; la force du texte réside ailleurs et justement en ce que les grands mythes parlent simplement et justement de l’homme et de ses tourments. Et Victor Pouchet a su donner un riche écho au mythe original et c’est une autre histoire -et toujours la même- que nous lisons alors, celle de Lancelot Dulac qui ira jusqu’au bout de cette quête de lui-même. Et l’on peut finir ici par cette chansonnette que pousse Lancelot dans cette première ultime épreuve de son aventure, parce que c’est en partie là ce que nous devons retenir de cette si jolie histoire.
    « Le trampoline va de la terre jusqu’au ciel
    Entre la chance et le puits, tu reviens et c’est fini.
    Moyen, petit ou grand, tu es là pour t’envoler,
    Lance toi en avant, prends garde où tu mets les pieds. »

    The_PoP

    Conquêtes - Tome 6 - Adonaï

    Par The_PoP, dans Critiques

    Scenariste: Jean-Luc Istin & Nicolas Jarry Dessinateur: Betrand Benoit Coloriste: Olivier Héban Editeur: Soleil Note: 3.5
    Résumé:

    Les Américains ont eu leur Vietnam ! Les Russes auront Adonaï ! Là, au milieu d'une jungle dense, poisseuse et humide, l'ennemi invisible les cerne. La flotte russe a atteint Adonaï et découvre qu'une jungle s'étend sur toute la surface de la planète. Après avoir établi une tête de pont, les commissaires lancent une offensive contre les Caméléons, des humanoïdes presque invisibles qui ont mené des raids meurtriers contre les humains. Après des mois de campagne, l'armée s'est enlisée dans une guerre d'usure et les morts se comptent en milliers. Alors, lorsque le sous-lieutenant Orlov et son escouade se retrouvent coupés de leur ligne avec pour seul équipement ce qu'ils portent sur le dos, pour eux, pas d'autre alternative que d'avancer ou de crever...

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Science Fiction
    Cette chronique a été rédigée à partir du pdf de lecture, aussi il peut y avoir des différences d'appréciation par rapport à la version finale papier.
    Après le bon accueil en librairies des 5 premiers tomes en one shot de Conquêtes, Soleil a décidé de relancer une seconde vague. Ca tome bien, on n'avait pas vu les Russes encore, et ne pas les voir dans cette aventure spatiale me semblait assez hallucinant. 
    Nous revoici donc sur une nouvelle planète, évidemment étrange, avec des Russes aux prises avec des E.T pas toujours hyper coopératifs. Comme d'habitude, retournements de situation, embrouilles, complots et action sont au menu. Avec au passage quelques allusions à "l'avant" et aux circonstances ayant poussé l'humanité à émigrer. Alléchant sur le papier, c'est pour le moment beaucoup trop maigre pour donner plus de dimension au fil conducteur reliant ces 6 one shots. 
    Retour donc sur l'aventure d'une escouade façon 12 salopards dans une jungle hostile. Les références aux films du genre sont évidentes mais maîtrisées. Le rythme est bien. Et le dénouement très bien pensé. 
    Graphiquement, Bertrand Benoit avait déjà plutôt bien dessiné le tome 2, alors autant vous dire qu'on reste en terrain connu. L'ensemble est agréable avec de jolis couleurs et des visages bien détaillés et les scènes d'actions sont assez lisibles.
     
    Alors non Conquêtes n'est pas vraiment de la grande science fiction d'envergure, mais plutôt une bonne série de one shots blindés de références cinématographiques pas forcément toutes de science fiction, et au final bien agréable à lire. 

    The_PoP
    Scenariste: Christophe Bec Dessinateur: Stefano Raffaele Coloriste: Natalya Marques Editeur: Soleil Note: 4.0
    Résumé:

    « Farout », mot anglais à connotation argotique signifiant « lointain ». Farout, planète naine 100 fois plus éloignée du Soleil que la Terre. Il s'agit du second corps le plus lointain jamais observé dans notre système solaire. Durant leur retour sur Terre, l'androïde alien Einstein a révélé à la cosmonaute russe Elena Chevtchenko l'existence d'une lointaine planète naine, aux confins du système solaire, une planète de glace. La civilisation qui l'a créée y a installé ce qui pourrait bien être le remède à tous les maux de l'Humanité. Elena va se porter volontaire pour cette nouvelle expédition.

    Autres informations: Et pourquoi pas y replonger ?
    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Science Fiction
    Cette chronique a été rédigée à partir du pdf de lecture, aussi il peut y avoir des différences d'appréciation par rapport à la version finale papier.
    Bon, je vous avoue que c'est rare que je prenne mon pied en SF. C'est rare aussi que les grandes productions Soleil me fassent vibrer, et c'est encore plus rare que je raccroche à une série en cours au bout de 6 tomes. Surtout sur un départ de second cycle après une presque "fin" acceptable dans le tome 6.
    Mais c'est bien là la magie de Bec, que d'arriver encore à nous intéresser, malgré cet air de déjà vu dans ses intrigues, malgré ses personnages pas trop développés, et malgré sa tendance à rallonger un poil ce qui pourrait être plus court. Oui ces défauts sont bien présents dans Olympus Mons sur certains tomes, mais force est de constater que ce tome 7 est comme souvent avec Bec, un vrai bon tome de démarrage. Sauf qu'on a derrière nous les 6 tomes précédents, terminés en nous laissant des questions, et questions auquel M. Bec semble bien décidé à donner des réponses. 
    Alors si vous êtes amateurs de SF et que vous avez lâché cette série il y a quelques temps déjà, lassés, à vous de voir si vous souhaitez lui laisser une seconde chance, car il y a peu de doutes sur le fait que cela va encore durer un peu. Mais en BD d'exploration spatiale, d'aventure humaine teintée de SF technologique, je trouve que c'est très bon.
    A noter que sur ma version pdf, les très belles planches succédaient parfois à des planches plus petites et qui m'ont semblées moins soignées. Le genre SF est pour moi un peu coutumier du fait alors ce n'est pas très dérangeant, d'autant que les planches plus larges et les grands plans spatiaux sont bien réussis, mais cela participe malgré tout à nous empêcher trop d'empathie pour nos personnages. 
     
    Avis aux amateurs donc. La suite nous dire si cette série va rebondir durablement ou replonger dans ses travers.
     
     

    poseidon2

    talentless t6

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Looseboy Dessinateur: Iori Furuya Editeur: Doki-Doki Note: 2.0
    Résumé:

    Qui sont les véritables ennemis de l'humanité ? Un bijou de suspense signé Square Enix ! Un nouveau meurtre a été commis sur l'île des Prodiges... mais cette fois, Nana n'y est pour rien ! Tandis que Kyôya mène l'enquête pour démasquer le coupable, Nana la meurtrière et Michiru l'ennemie de l'humanité se confient l'une à l'autre et se rapprochent petit à petit.

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Thriller
    Ah ben non alors ! Même si CA se sentait venir gros comme le nez au milieu de la figure c'est quand même vachement énervant : Looseboy  repars quasiment de zéro et nous repousse sa série sur a minima 3 ou 4 tomes. En effet avec l'arrivée de nos jeunes sur l'ile on avait peur que ce ne soit qu'une occasion de continuer une série qui marche bien... et c'est le cas.
    Et plus fait de façon trop facile. Plutot que de réfléchir à comment intégré nos "ennemis de l'humanité" dans la vie de tous les jours; ils les re-parc dans un endroit spécial sur le continent. Alors certes les venus des familles sont autorisés et ils sont dans une "ville" spécialement dédiée pour eux mais quand même c'est trop facile. Trop facile comme le fait de nous re-re sortir une fille qui soupçonne Nana qui a un pouvoir étrange. Si je note quand même une légère évolution du personnage de Nana (ce qui sauve l’intérêt de ce tome), j'espère vraiment que le tome 7 sera beaucoup plus orienté vers une fin de série et donc une vraie évolution des rapports entre les élèves et leurs "surveillants".
    Trop dommage de descendre une série pour l'instant super sympa.

    alx23
    Scenariste: Matz Dessinateur: Luc Jacamon Coloriste: Luc Jacamon Editeur: Casterman Note: 4.5
    Résumé:

    La démocratie, la justice, tous les grands principes qui sonnent bien et qui réconfortent les honnêtes gens sont bien fragiles face à la corruption, la cupidité, la violence et le clientélisme. Dans ce nouvel opus, le Tueur se retrouve au centre d'un combat qui l'emmène bien plus loin qu'on ne l'aurait cru au premier abord. Et quand ceux qui sont censés être les garants de l'ordre social dérapent, plus rien n'est sous contrôle.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Thriller
    C'est avec un grand plaisir que l'on peut reprendre l'histoire du tueur avec une deuxième saison qui démarre très bien depuis le précédent tome. En effet, Matz change un peu la donne avec le tueur qui est recruté par les services secrets français. Il peut désormais poursuivre son travail avec la bénédiction du gouvernement mais il n'avait pas trop le choix qu'accepter cette offre pour vivre. Dans cette suite, le tueur est accompagné d'autres mercenaires pour mener à bien sa mission. Ils agissent pour l'instant afin de mettre à mal la sécurité d'une ville pour le compte de politiciens mafieux. Matz positionne les agissements de son tueur dans les sphères politiques françaises, avec beaucoup de réalisme. Comme d'habitude, le tueur nous fait part de ses réflexions sur la vie, le travail dans les entreprises comme sa couverture le fait travailler dans un bureau en informatique. La partie graphique de Luc Jacamon est parfaite avec des décors plus français et moins exotiques que dans la première saison.
    Cette reprise de la série du tueur est une excellente nouvelle pour tous les fans et l'histoire de Matz se veut plus proche de la réalité tout en étant toujours aussi efficace. On peut profiter une fois de plus du travail des deux auteurs sur le tueur en attendant d'avoir un éventuel troisième tome de la série la religion des mêmes auteurs.
     

    Nickad

    Bride stories tome 12

    Par Nickad, dans Critiques

    Scenariste: Kaoru Mori Dessinateur: Kaoru Mori Editeur: Ki-oon Note: 4.0
    Résumé:

    Malgré les mises en garde de son ami Hawkins, Smith persévère dans son projet et se prépare à reprendre la route, cette fois-ci en sens inverse ! Son but est double : revoir les familles qui l'ont accueilli à bras ouverts lors de son périple, mais aussi les prendre en photo afin de garder d'elles une trace durable. Muni de son appareil, l'explorateur arrive à Antalya, escorté par Ali, Talas et Nikolovski, puis continue son chemin jusqu'en Perse. L'occasion pour sa future épouse de rencontrer à son tour les personnes qu'il avait croisées lors de son précédent voyage..

    Autres informations: Aventure, romance et historique
    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Romance
    C’est toujours avec plaisir que j’accueille un nouveau tome de Bride Stories, comme si je retrouvais un vieil ami avec qui je sais que je vais passer un bon moment.
    Pour ceux qui ne connaissent pas, Bride Stories mélange histoires sentimentales, découvertes ethniques et vie de tous les jours au cœur des peuples nomades de la route de la soie au XIXeme siècle.
    Ce tome s’ouvre sur des scènes du quotidien des personnages que nous avons croisés au fur et à mesure des volumes précédents puis enchaine avec le voyage retour de Smith et ses premières retrouvailles.
    Encore une fois, on se laisse emporter par cet univers empreint de détails et toujours sublimé par la plume de Kaoru Mori.

    poseidon2

    Middlewest t1

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Skottie Young Dessinateur: Jorge Corona Coloriste: Jean-François Beaulieu Editeur: Urban Comics Note: 5.0
    Résumé:

    Depuis le départ de sa mère, Abel est élevé d'une main de fer par un père rongé par le chagrin. Un mot, un geste, un affrontement de trop, qui laissera dans le coeur d'Abel des séquelles profondes et, sur son torse, une marque indélébile. Accompagné de son ami le plus fidèle, un "Jiminy Cricket" aux allures de renard, le jeune garçon choisira de fuir pour mieux se reconstruire loin de la violence paternelle. Un périple à travers un pays fantastique marqué par des rencontres toujours plus extraordinaires, au cours duquel Abel devra se poser les bonnes questions s'il veut surmonter ses erreurs passées et se réconcilier avec son histoire de famille.

    Type: Comic L'acheter sur BD fugue Genre: Aventure
    J'ai pris ce tome 1 uniquement pour un nom : Skottie Young. C'est pour moi le scénariste du plus gros What the Fuck de l'histoire du comic : I hate Fairy land ! Franchement quand on a lu cette histoire de Fille coincée dans un monde enchantée qui résous ses problèmes à coup de hache... on a envie de lire la prochaine série du monsieur !!!
    Et bien si ce premier tome est moins barré que la série précédente, on reconnait le côté "imaginatif" du scénariste. Encore une fois on a l'a un scénario super original ou cela ne choque personne qu'un renard parle ou que des gens fassent un peu de magie mais pas trop. C’est ce qui est excellent dans ce premier tome : le fait que les bizarreries paraissent normales à tous les protagonistes. 
    J'aime bien ces histoires qui ne se sentent pas obliger de justifier l'historique et qui part directement dans l'histoire. J'aime bien car quand c'est bien fait, comme la, le passif est dévoilé au fur et à mesure et permet de garder le  dynamisme de l'histoire.
    Pour parler du scénario lui-même, on a une histoire digne de I hate Fairy Land. Très imaginatif, dans un monde très coloré,  et très inventif, on est tout de suite happé par le récit mais aussi pris au ventre par l'histoire d'Abel. Entre le gamin perdu, le père aux étranges pouvoirs, le renard et un parcours initiatique semé d’embûche et de rencontre,  on se croirait dans un mix entre le petit prince et Big Fish. 
    Sublimé par des dessins impressionnant de Jorge Corona et une mise en couleur de Jean-François Beaulieu épatante, on se retrouve avec un premier tome dense et très beau. Un premier tome qui donne furieusement envie de lire la suite !
    Encore !

    VladNirky

    Renaissance T3 - Permafrost

    Par VladNirky, dans Critiques

    Scenariste: Fréd Duval Dessinateur: Emem Coloriste: Emem Editeur: Dargaud Note: 4.0
    Résumé:

    Au Texas, Swänn et Liz sont poursuivis par les braconniers Skualls, responsables de la mort de la famille Hamilton... Le temps pour Swänn de se confronter aux réalités de la Vguerre et des chocs émotionnels qui accompagnent l'annonce des victimes aux familles.

    Pendant ce temps, sur Näkän et dans les assemblées du Complexe, les débats sur le financement de l'expédition Renaissance se poursuivent et, curieusement, la diplomatie Skuall, peuple qui ne participe pas à l'expédition, prend une importance inattendue...

     

    Autres informations: C'est comme un tome de Carmen Pos, mais en pas pareil.
    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Science Fiction
    La Renaissance est à la fois une période de l'histoire et un mouvement artistique. Cette époque marque la fin du Moyen Âge et le début des Temps modernes (tm). Et cette description convient fort bien à la série. Ce 3è tome signe donc la fin du 1er cycle et une suite de 3 tomes est annoncée par Fréd Duval. Et en faisant un peu de prospective avec le titre de la série, je pense que la suite sera plus optimiste. Même si l'histoire démontre que les évolutions techniques ne sont pas suivies d'évolution morales.  ^^
    Vous retrouvez donc dans ce T3 les personnages attachants, que sont Swänn et Sätie les 2 aliens de Näkän, jeunes mariés et visiblement un peu perdus, que l'on suit depuis leur débarquement sur Terre. Non pas que les autres personnages ne soient pas attachants, mais plutôt que l'histoire qu'on nous raconte est vue à travers leur yeux. Les autres personnages passent donc un peu au second plan. Les deux militaires viennent en aide à la Terre malgré elle, façon mission paix et santé car une sorte de confédération alien nommée "Le complexe" semble penser qu'elle ne peut pas s'en sortir seule faute de vision à long terme et à court terme de gestion des ressources. Mais est ce sans arrière pensée pour tous les participants de cette assemblée ? Il faudra lire le T3 pour le savoir > <
    En fait ce 1er cycle ressemble à une mission des casques bleus de l'ONU qui traversait les informations il n'y a encore pas si longtemps. Difficile de se placer au milieu d'un conflit ou d'un problème majeur sans casse. De plus l'actualité a rattrapé la série qui aborde beaucoup de sujets. Rappelons que le T1 commence par la description d'une grippe mortelle très contagieuse, des problèmes graves de montée des eaux (Paris est sous les eaux façon méga crue 1910 dès les 1ères cases du T1) et des IA devenues hostiles au genre humain font des massacres. Mais la série aborde aussi, outre les thématiques écologiques récentes, des problèmes de budget. La guerre coute chère ! Et un peu du fonctionnement politique des démocraties occidentales que l'on connait... Ces aliens sont décidément très humains. Les sujets abordés sont nombreux (même le mur de Trump fait une apparition).
    Au delà du débarquement sur la Terre, qui ressemble aussi à un début de colonisation tant le niveau technologique est avancé par rapport aux locaux et les raisons invoquées résonnent de bons sentiments, c'est en tout cas un plaisir de retrouver les aventures de nos groupes de personnages, à la recherche des raisons de cette situation. Ce 3e tome va ainsi dénouer les nombreuses questions posées par le début du cycle. Et c'est une bonne chose, même si ça peut sembler rapide. Personnellement je me demandais bien comment on allait clôturer en 1 seul tome à la fin du T2. Alors le dénouement est total ? pas tout à fait. Il reste quelques questions en suspens. De quoi remplir largement un second cycle je pense.
    Visuellement c'est très beau. Cette série est véritablement une démonstration technique d'Emem (aidé pour le Design par Fred Blanchard). C'est beau, c'est varié. C'est sur plusieurs environnements à travers les albums. C'est aussi épaulé par des effets spéciaux de temps à autre pour un arrière plan ici ou là par exemple mais c'est beau. Que ce soit aux États-Unis, à Paris, en passant par Créteil ou la campagne du Vexin et une planète lointaine... Les environnements sont très variés et réussis. Tout comme les 3 couvertures. J'ai dit que c'était beau ? C'est un vrai plaisir de se promener du regard dans les cases et les couvertures.
    Par contre, ce n'est pas une lecture très joyeuse ou optimiste, et globalement la rare éclaircie proposée par un des personnages avec son traducteur qui déconne (à la Jar Jar Binks) est fermée par les auteurs au passage. Du coup on reste sur un certain niveau de pessimiste global jusqu'à la toute fin...
    On peut aussi se demander aussi ou sont les représentants humains... Grands absents sauf de manière anecdotique au démarrage.... Où sont présidents, organisations mondiales et dictateurs divers et variés ? Curieux, mais pourquoi pas. Cet aspect renforce encore l'aspect colonisateur du coup. Car on ne voit que le côté gentil colonisateur. Cet aspect me rappelle la série V des années 80.... La suite devrait être pleine de surprises.
    Au final, c'est un très bon patchwork de SF diverses et de sujets politiques actuels dans un superbe écrin. Ne boudons pas notre plaisir, et je pense que ce sera encore mieux aux relectures. 🙂
     

    poseidon2

    Atrail t6 : la fin

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Goro Taniguchi Dessinateur: Akihiko Higuchi Editeur: Doki-Doki Note: 4.0
    Résumé:

    Iori sent le sol se dérober sous ses pieds lorsque Ruri lui apprend la véritable identité de Semwl, alias Hisao Shijima. Mais cette révélation va aussi lui permettre d’entrevoir ce qui s’est réellement passé il y a 103 ans. Face à un adversaire qui semble détenir toutes les clés pour reconfigurer le monde à sa convenance, Iori va devoir jeter ses dernières forces pour préserver l’avenir de l’humanité. Quelle sera l’issue de ce dernier combat titanesque ?

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Fantastique
    Sixieme et dernier tome de la série Atrail.  Et un tome bien épais pour une bonne fin de série. Apres un tome 5 plein de rebondissements, on assiste enfin au grand denouement de notre histoire. Et c'est un denouement super ambitieux que nous propose  Goro Taniguchi . Entre annihilation du monde, personnages cachés dans une faille temporelle et la vraie histoire de l'ATRAIL, on un tome 6 super dense qui fini de belle facon une série très sympa.
    Goro Taniguchi se permet même de mettre un rebondissement au coeur même de ce tome 6 pour relancer une dernière fois l'histoire. L'Atrail à un role très central dans ce tome ci. Limite un peu trop car ses pouvoirs paraissent vraiment trop démentiels..... m'enfin on est dans un manga comme dirait l'autre.  
    Une mini série très sympa juste un poil trop dépendant des super pouvoirs de l'Atrail

    poseidon2

    Sa majeste des ours t1

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Olivier Vatine / Dobbs Dessinateur: Didier Cassegrain Coloriste: Didier Cassegrain Editeur: Glenat Note: 4.5
    Résumé:

    Au royaume des animaux, le pouvoir porte sa griffe...

    Depuis des temps immémoriaux, au royaume de Holmgaard, bêtes et animaux de tous poils vivent éloignés du monde des hommes. Ici, l’actuel souverain, le roi-ours Von Noord, y règne en seigneur éclairé. Mais cet équilibre est sur le point d’être rompu le jour où Ifrit, un jeune humain, est retrouvé échoué sur les côtes, affirmant revenir du royaume des morts. Serait-il l’annonciateur de l’antique prophétie qui prédit la chute du royaume des animaux ? Pour Von Noord, l’heure est grave, d’autant qu’il ignore que, dans son dos, d’autres sombres manigances sont à l’œuvre...

    Entre Blacksad et Game of Thrones, Sa Majesté des ours nous plonge dans un univers de fantasy léché et plus complexe qu’il n’y paraît où, derrière le masque de l'animal, se dessine le portrait d’une humanité sur le déclin. Une nouvelle saga anthropomorphique et audacieuse sublimée par la griffe de Dobbs, l’instinct d’Olivier Vatine et la patte de Didier Cassegrain.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Aventure
    Heyy ils ont commencé le deuxième cycle de 5 terres en parallèle de la fin du premier !!!..... ah on me dit dans l'oreillette que non... ce n'est pas le cycle de 5 terres sur les ours mais bien un concurrent de chez Glenat.... ok....
    Une fois cette mise au point faite j'ai ouvert de comme avec...un peu de mauvaises pensées je dois l'avouer. En effet décrit comme ca, cet album fait super copié collé de la série qui marche bien de l'autre coté. Et bien.... pas tout à fait. Si on retrouve le coté animaux, séparation entre les races avec des tensions palpables entre chaque, cette série ci ajoute le facteur humain, au sens premier du terme.Et ce facteur humain ajoute un coté mythologique en poussant vers une histoire commune entre humains et animaux.  De plus Vatine et Dobbs orientent leur recit vers une quête initiatique plus que vers des magouilles politiques et un conflit ouvert.
    La ressemblance est donc purement graphique et l'album "inversé" (des clans d'humains avec un animal parlant qui débarque) aurait peut etre paru plus original. La ou cette série ressemble aussi à 5 terres c'est sur la qualité graphique. Le travail de Cassegrain est sublime et ne souffre quasiment d'aucun défaut.
    En résumé un très bon premier tome qui aurait trusté le haut du panier s'il ne sortait en plein milieu de la grande série du concurerent Delcourt.
     

    poseidon2

    Bloom into you T6

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Nio Nakatani Dessinateur: Nio Nakatani Editeur: Kana Note: 4.5
    Résumé:

    Yû entre au lycée en espérant découvrir enfin l’amour. Mais rien ne se passe, même quand un garçon lui fait une déclaration…
    Elle rencontre alors Tôko, la fille parfaite du lycée, responsable au Bureau des Elèves et qui semble être comme elle car elle éconduit tous ses prétendants. Jusqu’au jour ou Tôko avoue à Yû « je sens que je pourrais tomber amoureuse de toi »…

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Romance
    On s'approche ! on s'approche à grand pas de cette fin qu'on ne saurait vraiment imaginer. Et encore moins après ce tome 6. 
    Car si ce tome 6 fait grandement avancer l'histoire, elle nous met par contre vraiment plus le doute sur la future fin. Non pas sur le quand car la série est finie en 8 tomes au japon.  Mais sur le comment. En effet on avait une fin qui remontait après les 5 premiers tomes. Et ce sixieme.... ben il rebat des cartes qui semblaient deja suffisament battues. 
    Ca fait de ce tome un excellent tome. Un tome qui relance l'intrigue sans trop la changer mais tout en nous donnant furieusement envie de lire la suite.
    Vivement les deux derniers tomes pour lesquels on ne peut plus avoir aucune certitude.
    Et c'est tant mieux !! 

    poseidon2

    Tracnar et Faribol

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Benoit Du Peloux Dessinateur: Benoit Du Peloux Coloriste: Benoit Du Peloux Editeur: Bamboo Note: 3.5
    Résumé:

     Une aventure animalière pleine d'action et de magie ! Il était une fois un roi dépressif. Il était une fois un roi dépressif qui s'était laissé séduire par une sorcière avide de pouvoir. Il était une fois deux petits malfrats, Tracnar et Faribol, voleurs de bas étage, roublards et peu scrupuleux, qui étaient loin d'imaginer que leurs chemins allaient croiser celui de la princesse Félicity, la fille unique du roi. Il était une fois une princesse dont l'âme était prisonnière de Perfidy, la sorcière. Il était une fois un conte dont Charles Perrault ou les frères Grimm auraient aimé écrire l'histoire et que l'on va vous conter.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Aventure
    En voila un beau conte à l'ancienne. Un vrai conte avec son introduction, sa princesse, ses héros et sa conclusion ou tout rentre dans l'ordre des choses. Un conte qui pourrait paraitre pour un conte pour enfant mais qui ne l'est pas tant que cela. En effet  Benoit Du Peloux soigne particulièrement son texte et nous livre un récit plus complexe, en terme de vocabulaire, qu'il ne pourrait sembler de prime abord. 
    On a la un vrai travail d'écriture et de recherche de phrasé et de vocabulaire correspondant à l'époque de notre histoire. Ajouté à cela un style d'impression "ancien" à la limite de l'écriture manuelle et vous aurez un texte un peu compliqué à lire pour les enfants. 
    Mais porté par un dessin très sympa et un personnage principal haut en couleurs, on tient quand même là une belle surprise  qui sera très en temps que lecture du soir pour les plus petits. 

    poseidon2

    Kingdom t47-48

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Yasuhisa Hara Dessinateur: Yasuhisa Hara Editeur: Autres Editeurs/Auto editions Note: 5.0
    Résumé:

     Les trois armées de Qin progressent. Mais suivant quelle stratégie ? L'armée du général Ousen progresse à vive allure vers Retsubi, qui ouvre vers l'état de Zhao. Selon le tacticien Shouheikun, la conquête de cette ville est essentielle à l'avenir de Qin, tout comme celle de Gyou, pièce maîtresse des opérations à venir et enjeu du duel stratégique qui oppose Riboku à Ousen... Comment la situation va-t-elle évoluer ? Les deux camps retiennent leur souffle. Kingdom en France, le manga tant attendu ! Véritable phénomène au Japon ! - Élu meilleur manga au 17e Grand Prix Culturel Osamu Tezuka (2013). - Meilleur manga seinen vendu au Japon depuis 2015 (source : Oricon). - 3ème meilleur manga vendu au Japon en 2016 et 2017 (source : Oricon).

    Autres informations: Edition Meian
    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Guerre
    C'est fou ce que  Yasuhisa Hara arrive se renouveler ! Avant chaque grosse bataille je me dis que cela sera forcément redondant. Une bataille c'est une bataille. Et bien là encore  Yasuhisa Hara me surprend. Les stratégies de guerres sont tout bonnement XXL. Les failles dans les stratégies, les facultés d'adaptation et de "vision à long terme" des généraux sont juste époustouflantes...
    Sur ces deux tomes en particulier. On a une vraie confrontation de stratégie en Ousen et Riboku. Mais pas juste sur parce que ce sont des généraux. Ils ont des visions à long terme et prennent vraiment la guerre au global comme un jeu d'échec. Essayant toujours d'avoir un coup d'avance sur l'autre.
    Et  Yasuhisa Hara réussit à nous faire  imaginer ce que ressentaient les "grouillots" : une incompréhension des ordres donnés et un émerveillement quand la révélation du pourquoi ces ordres ont été donnés. 
    Deux tomes axés sur la stratégie, sur la réflexion et sur de la guerre de haut niveau, à une époque ou largués le plus de bombe ne faisait pas le vainqueur.
    Magistral ! 

    poseidon2
    Scenariste: Frank Miller Dessinateur: Rafael Grampa Editeur: Urban Comics Note: 4.5
    Résumé:

     En couleurs. Alors qu'une élection approche et provoque un soulèvement sans précédent au sein de la population de Gotham, Batwoman, Superwoman et son jeune frère, le fils de Superman et Wonder Woman, tentent de lever le voile sur la panique qui s'empare des citoyens de la ville. Car, derrière le candidat populiste se cache le seigneur d'Apokolips, le maître de l'Anti-Vie, Darkseid ! Contenu vo : Contenu : Dark Knight: The Golden Child Deluxe Edition.

    Type: Comic L'acheter sur BD fugue Genre: Super héros
    Attention cette critique est un crime de lèse-majesté ! Oui ce DK III Golden Child est bon. C'est vrai. Mais s'il est bon c'est avant tout grâce aux excellents dessins de Rafael Grampa. Et personne ne s'y trompe. La preuve : les éditions Urban nous livre, en plus de ce petit one shot, la version Noir et Blanc sans texte de la totalité du comics !
    Et franchement.... ben j'ai rarement passé autant de temps sur des cases encrées. Elles sont sublimes. Pour tout vous dire quand j'ai vu que ce n'était pas une autre histoire mais bien une autre version de la même histoire qui remplissait cet album je me suis dit "trop naze".... puis j'ai tourné la page... et là la grosse claque !  Mais vraiment.
    C'est sublime ! Et où est mon crime de  lèse-majesté alors ? Et bien tout simplement parce que c'est peu  admissible que le nom de Franc Miller soit écrit plus gros sur la couverture que celui de Rafael Grampa. Surtout que le scénario est.... standard, pas plus. J'aurai aimé qu'ils soient à minima tous les deux présentés au même niveau....
    Edit : suites a certaines remarques, je me dois de clarifier : il y a bien une version couleur avec textes ET une version noir et blanche encrée sans texte. Les deux 🙂

    alx23

    La cage aux cons

    Par alx23, dans Critiques

    Scenariste: Matthieu Angotti Dessinateur: Robin Recht Editeur: Delcourt Note: 4.0
    Résumé:

    C'est l'histoire d'une petite frappe que l'amour de sa vie a foutu à la porte. S'il veut revenir à la maison, ce sera les poches pleines de pognon. Réfugié au bistrot, il repère un type ivre mort. Un vrai con qui se vante d'avoir des millions dans son salon. Il décide de le cambrioler. Mais quand il plonge ses mains dans l'oseille, celles du con se referment sur un flingue. Le voilà séquestré chez un grand bourgeois, beau prince et beau parleur. Fuir ou lui faire la peau ? Telle est sa question.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Polar
    La cage aux cons est une adaptation en bande dessinée de l’œuvre de Franz Bartelt, Le Jardin du Bossu. Matthieu Angotti se charge du scénario pour le format bande dessinée, je ne connais pas le roman d’origine donc je ne pourrais pas comparer son adaptation. Le récit nous emmène dans une histoire très étrange dont il est impossible de deviner la fin avant de la lire. En effet, on suit le projet d’un cambrioleur peu malin qui va se retrouver l’otage de la personne qu’il voulait détrousser. L’idée de base est assez tordue pour nous passionner du sort du cambrioleur qui pensait s’en prendre à un con. Mais qui est vraiment le con de l’autre ? Les dialogues sont très bien pensés entre les deux personnages avec les réflexions du cambrioleur en parallèle. Pour la partie graphique, Robin Recht adopte un style très différent de sa dernière production Conan la fille du géant de gel. L’auteur nous livre une partition tout en noir et blanc avec des décors très réaliste et des personnages caricaturés pour accentuer leur défaut. Le rendu final est de qualité et il faut voir la tenue du cambrioleur avec les poils sur les bras.
    La cage aux cons est un récit policier surprenant pratiquement en huis-clos avec deux personnages principaux intriguant.

    poseidon2

    Cigarette and Cherry T1&2

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Daishiro Kawakami Dessinateur: Daishiro Kawakami Editeur: Kana Note: 4.5
    Résumé:

    À peine arrivé à l'université, un jeune homme encore vierge s'est promis de trouver une petite amie. C'est alors qu'il fait la connaissance d'une sublime étudiante plus âgée que lui. Mais la senpai repousse toutes les tentatives d'approche de ce kôhai déterminé mais complètement inexpérimenté, qui tire son peu de savoirs de livres de drague. La cause est-elle perdue d'avance...?

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Romance
    Ce que certains n'aiment pas dans le manga arrive encore à bien me plaire : le redondance. Une redondance, il est vrai, souvent pénible mais qui amène un regard plus aiguisé sur les petites variations qui font le succès d'une série. Et bien Cigarette and cherry est exactement dans ce cette catégorie. Le garçon, puceau de surcroît, qui veut absolument sortir avec la fille la plus belle qu'il croise et qui l'a fait craquer par son air niait. Deja vu hein ?
    Oui mais pas comme ça. En effet   Daishiro Kawakami change des petites choses qui rendent ce manga beaucoup plus adultes que ceux sur le meme sujet que j'ai pu lire. Que se soit le ton cassant de notre "cible" ou l'honnêteté rapidement trouvé de notre Kohai, les petits changement apportés par l'auteure forme une histoire ou l'on se retrouve bien plus que dans un shojo classique.
    Une belle decouverte aussi émouvante qu'interessante. Une decouverte pour laquelle on oublie rapidement qu'on adeja lu cette histoire 50 fois.
    Pari reussi pour l'auteure.

    alx23
    Scenariste: Mike Mignola & Christopher Golden Dessinateur: Peter Bergting Coloriste: Michelle Madsen Editeur: Delcourt Note: 3.5
    Résumé:

    Le Roi Rouge amasse de plus en plus de pouvoir sur son chemin vers le couronnement du Vatican tandis que ses armées balayent l'Europe dans une guerre impie. Lord Baltimore est porté disparu et ses alliés sont dispersés à travers tout le continent. Y a-t-il une chance pour que la résistance arrête cette vague mortelle avant que le monde ne soit noyé dans le sang ?

    Type: Comic L'acheter sur BD fugue Genre: Fantastique
    Mike Mignola et Christopher Golden clôturent cette série vampire avec ce huitième et dernier tome de la série. Baltimore est accompagné de ses derniers amis survivants pour l'affrontement final alors que les troupes du Roi Rouge ne cessent d'augmenter et étendent son pouvoir maléfique dans le monde dévasté.
    Le dessinateur Peter Bergting a succédé à Ben Stenbeck depuis le sixième tome jusqu’au dernier. Son style est de qualité mais on ne retrouve pas le trait de Stenbeck qui avait donné une touche d'originalité à l'histoire, avec Dave Stewart pour les couleurs. L'album se termine sur des illustrations, recherches graphiques et autres explications du dessinateur comme souvent sur les titres publiés par Delcourt.
    On avait perdu en qualité scénaristique et en originalité après les quatre premiers tomes de la série pour poursuivre sur un récit plus classique dans son dénouement mais restant agréable à lire.

    poseidon2

    Ellis Island t1

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Philippe Charlot Dessinateur: Miras Coloriste: Miras Editeur: Grand Angle Note: 4.0
    Résumé:

    « Tu y débarques un Italien, un Allemand, un Irlandais, un Juif, un Russe et il en sort un Américain...! ». Ellis Island est la porte d'entrée pour le rêve américain. Tonio y débarque en 1907, plein d'illusions. C'est en portant assistance à Guiseppe, un compagnon de voyage, qu'il est refoulé à cause de son handicap. Tonio se retrouve à la merci de Vitto, un avocat mafieux lui faisant miroiter un dossier d'appel qui pourrait autoriser son entrée sur le continent. Pour paiement, il servirait de rabatteur auprès des arrivants, proies faciles et désemparées. Le jeune homme, tenu par les attentes pleines d'espoirs des gens de son village et l'amour qu'il porte à Nadia, se résigne à accepter l'offre, malgré les réticences de Guiseppe...

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Historique
    C'est bien ce genre de travail historique. C'est bien car cela permet de mettre des guillemets autour de certaines  parties de l'histoire oubliées ou "effacées».
    Et c'est un peu le cas d'Ellis Island que tout le monde considère comme la porte d'entrée à l’univers magiques des états unis du début du XXieme siècle. Mais en lisant cet Ellis Island, on se rend compte que cette porte d'entrée n'était ouverte qu'a un certains nombres de gens, en particulier ceux qui étaient en bonne santé mais surtout... riches.
    Pour les autres, seule la débrouille permettait d'éviter de prendre le bateau dans l'autre sens. Porté par de superbes dessins et une sublime mise en couleur de la part de Miras, cet Ellis Island se trouve être aussi informatif sur le véritable Ellis Island que prenant par l'aspect mafia/débrouille mis en avant par Philippe Charlot.
    En effet en plus de l'aspect immigration, l'aspect "régulation de la population" de la part des différentes mafias rajoutent un coté thriller à cet album qui n'est pas déplaisant.
    Ellis Island est donc une BD classique et efficace sur un thème intéressant.

    poseidon2

    Samourai 8 t5 : la fin

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Masashi Kishimoto Dessinateur: Masashi Kishimoto Editeur: Kana Note: 4.0
    Résumé:

    Hachimaru est un jeune garçon qui n'est jamais sorti de chez lui. Malade, il joue aux jeux vidéo à longueur de temps pour tromper son ennui. C'est alors qu'un mystérieux chat-robot-samouraï fait irruption dans sa vie ! Daruma, c'est son nom, lui annonce qu'il a les capacités pour devenir samouraï et qu'il a la mission de sauver l'univers. Une nouvelle force s'empare de Hachimaru... L'aventure commence !

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Science Fiction
    Et bien ça pour une surprise c'est une surprise : un sticker "dernier tome" collé sur la jaquette.... et pour ceux qui comme moi n'y croient pas, j'ai demandé chez Kana et il semblerait que la série se soit mieux vendu en France qu'au japon. Donc fin des aventures de Hachimaru.
    Et c'est dans ces moments difficiles que l'on reconnait un grand conteur. En effet Masashi Kishimoto réussît à clôturer son histoire d'une façon qui parait quasiment normale ! On devine, à la rapidité de certains combats et à certaine explications légèrement nébuleuses,  qu'il ne nous raconte pas ce qu'il aurait aimé mais il a le bon gout d’avoir choisi une fin cohérente.
    Ce qui fait que la déception de cette "fin" s’atténue. Très intelligemment il laisse la place pour une deuxième saison en cas de changement d'avis des éditeurs. Et au pire cela laisse l'imagination des lecteurs faire le reste.
    En bref je dirais que je suis déçu que cela s'arrête mais remercie Masashi Kishimoto pour le temps passé à faire ça bien. 

    poseidon2

    La geste des princes demons t1

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Morvan adaptant Vance Dessinateur: Traisci Editeur: Glenat Note: 5.0
    Résumé:

    Kirth Gersen a soif de vengeance. Orphelin à l’âge de neuf ans, il décide de se lancer à la poursuite des assassins de ses parents. Cinq Princes-Démons en sont les responsables, ils paieront ce crime de leur sang. Pendant des années, Kirth Gersen a formé son corps et son esprit. Aujourd’hui, Attel Malagate, dit « Le Monstre », est sa première cible. Kirth traversera les galaxies, anéantira les obstacles et s’associera à toute âme bienveillante pour accomplir sa tâche. Première partie de l’adaptation du Prince des étoiles, œuvre culte de Jack Vance qui entame la saga de La Geste des Princes-Démons, retrouvez en bande dessinée un récit de Jean-David Morvan sublimement illustré par Paolo Traisci, jeune prodige qui révèle son talent hors du commun dans des planches au graphisme somptueux. Début d’une course-poursuite captivante.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Science Fiction
    Alors, comme d'habitude diront certains, je ne connais pas l'œuvre originale. Mais je pense que je vais remédier à la question un de ces jours tellement cette BD si est excellente !!!!
    Bon elle est tout d'abord bien amenée par des dessins sublimes. Mais vraiment sublimes. Des dessins de voyages inter galactiques comme j'en ai pas vu depuis... fiou  je ne sais même plus. Des personnages à la Sean Murphy plus un bestiaire de malades et une colorisation super dynamique... Graphiquement le top de la SF en ce moment.
    Et alors au niveau du scénario.... quelle ambition ! Comme je l'ai dit je ne connais pas l'œuvre originale. Mais le scénario ici est géant. Un aventurier de l'espace en quête de revanche, des prince-démon aussi étrange qu'intriguant, des humains louches, une planète immaculée, une fille....plein de sujet apportant des promesses d'aventures spatiales XXL. 
    La narration choisit par Morvan est bonne avec une voix off intérieur retranscrivant les pensées de Kirth. On aurait peut être apprécié une différenciation plus importante  entre les bulles de dialogues et celles de la voie intérieur car cela porte parfois à confusion.
    Mais c'est une broutille par rapport à la beauté et l’intérêt de ce premier tome.
    Vous pouvez vous jeter dessus ! 

    alx23

    Aventureuses

    Par alx23, dans Critiques

    Scenariste: Michel Pierre Dessinateur: Hugo Pratt Coloriste: Hugo Pratt Editeur: Casterman Note: 4.0
    Résumé:

    Toute la force et la séduction des plus beaux personnages féminins de la BD Hugo Pratt, maestro du 9e art, est particulièrement célèbre pour ses personnages aux caractères complexes et envoutants. Les femmes qui habitent ses livres ont ainsi fasciné des générations de lecteurs, en échappant toujours au rôle de simple faire-valoir du héros. Dans ce beau livre, tous les personnages féminins imaginés par Hugo Pratt, d’Ann de la jungle à Bouche Dorée, de Pandora à Mohena, s’invitent pour un ultime hommage en forme de clin d’oeil. Les aquarelles d’Hugo Pratt répondent aux cases empruntées aux albums de BD et aux textes imaginés par Michel Pierre, comme dans un dialogue entre les personnages et leur créateur. Si « derrière chaque grand homme se cache une femme », voici celles qui accompagnent les personnages cultes que sont Corto, Koïnsky, Jesuit Joe...

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Documentaire
    Les aventureuses est un recueil hommage à tous les personnages féminins présents dans les œuvres d'Hugo Pratt. Une première moitié ou voir plus de ce volumineux album nous présente toutes les femmes qui côtoient Corto Maltesse comme cette série représente la majorité des titres de Pratt durant sa carrière. Ensuite, nous pourrons découvrir les femmes de Koinsky raconte, Jesuit(e) Joe, Fort Wheeling, Ann de la jungle ou les scorpions du désert.
    Chaque chapitre revient sur une des femmes dessinées par Pratt, avec une citation en guise d'introduction. Michel Pierre imagine une histoire courte pour ces femmes. Par le biais d'une chronologie avec plusieurs dates importantes autour de la femme, ou d'une lettre de l'admiratrice, d'une conversation, ou bien une page de bande dessinée. Tous les textes de Michel Pierre sont accompagnés de magnifiques dessins de Pratt. L'auteur nous livre des esquisses, des croquis, des recherches graphiques en noir et blanc ou en couleur ou en crayonné et bien sûr des magnifiques aquarelles mettant en scène les femmes. 
    Avec les aventureuses il est plaisant de retrouver toutes ces femmes charismatiques de Pratt ainsi que les histoires. On peut alors se remémorer la situation dans laquelle on les a découverte dans les bandes dessinées.

    poseidon2

    Wonder twins t1

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Russell Mark Dessinateur: Stephen Byrne Editeur: Urban Comics Note: 2.0
    Résumé:

    Exilés de leur planète natale, les jumeaux Zan et Jayna se voient accueillis sur notre monde par Superman et la Ligue de Justice qui leur proposent de vivre une vie normale et de recevoir une éducation « terrienne » au lycée Morris ! Mais, entre les conventions sociales de l'Amérique profonde et leurs habitudes extraterrestres, il y a un écart aussi vaste que la voie lactée. Contenu vo : Wonder Twins #1-6.

    Type: Comic L'acheter sur BD fugue Genre: Super héros
    Wonder twins c'est adaptation en comics d'un dessin animé qui présente deux ados extraterrestres cherchant à s’intégrer. Le problème c'est que la série qu'on nous présente ici hésite entre deux genres sans ne jamais trancher :
    Le genre pour ado qui se concentrerait sur la partie intégration au lycée avec ses problématiques de jeunes Le genre jeune super héros (en mode teen titans) qui progresse en tant que super héros. En cherchant à faire les deux Bendis se perd et ne fait bien ni l'un ni l'autre.  On se retrouve donc avec deux héros absolument pas charismatiques et de scènes de batailles pas crédibles pour deux sous. De plus Bendis s'est cru obliger, pour renforce l'aspect ado (cible de ce comics), d'ajouter des méchants forcements neuneu. On se retrouve avec des méchants complètements débiles.  Ce qui ajoute un aspect inintéressant aux batailles les rendant uniquement loufoques.
    Bref un test raté de surfer sur le succès d'un dessin animé. Entre les deux lancements de série, Bendis n'aurait dû garder que Naomi.....
    Next.
     

    The_PoP

    Alpha - Tome 15 - Roadies

    Par The_PoP, dans Critiques

    Scenariste: Emmanuel Herzet Dessinateur: Alain Queireix Coloriste: Didier Ray Editeur: Le Lombard Note: 3.0
    Résumé:

    Alors qu'Alpha est enfermé dans une prison haute sécurité, la CIA fait le vide total sur son passage à l'agence. Tout ce qui concerne l'agent Tyler doit disparaître. C'était sans compter sur les ressources de notre héros et surtout sur quelques noms, dates et numéros de dossiers bien utiles, gravés dans sa mémoire. En échange de la promesse de garder secrètes ces informations, Alpha contraint Irène Keller, nouveau cadre de l'agence, de le réintégrer. Keller accepte, mais à ses conditions. Hors de question de reprendre du service à l'agence. Alpha se retrouve muté à Mayotte, dans une antenne miteuse du service diplomatique. Alors qu'il dépérit d'ennui à jouer les employés modèles, la petite île devient le terrain d'une guerre feutrée entre différents services étrangers. Visiblement la région n'est pas qu'une destination de rêve pour touristes avides de soleil et de sable fin...

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Thriller
    On l'avait quitté en bien fâcheuse posture, et pourtant voici Alpha relancé dans un nouveau cycle. Et ce n'est pas pour me déplaire, les relations entre les différents personnages étant assez sympatiques dans cet opus, le dépaysement étant assuré, et la partie action un poil moins présente. Ceci étant dit, la patte de Alain Queireix au dessin est toujours aussi sûre, et sans trop d'artifices ou de fioritures, il nous livre une bonne cuvée façon BD d'espionnage de son héros au long cours. Ce tome d'Alpha se lit vite, et avec intérêt, même pour les non passionnés de la série. Côté complots, on redémarre tranquillement avec une petite affaire pas si simple, mais qui va permettre à Alpha de solder une partie de ses comptes avec sa direction, et c'est tant mieux vu le second tome qui s'annonce. 

    The_PoP

    Centaures - Tome 2 - Cri de guerre

    Par The_PoP, dans Critiques

    Scenariste: Emmanuel Herzet Dessinateur: Eric Loutte & André Le Bras & Gilles Laplagne Coloriste: Nicolas Caniaux & Rémi Le Capon Editeur: Le Lombard Note: 3.0
    Résumé:

    Les îles Amandine, ancien DOM-TOM situé au sud de la Réunion, connaissent une grave crise politique qui dégénère bientôt en guerre civile. Deux pilotes français sont contraints d'atterrir en territoire hostile. Le porte-avions Charles de Gaulle est immédiatement dépêché sur zone. À son bord se trouve le pilote Gil "Gecko" Morgan, tête brûlée et meilleur ami de TNT. Il est impatient d'en découdre. Il ne sera pas déçu...

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Action
    Et voilà une bonne surprise ! Elevé aux Buck Danny dans ma tendre enfance, puis émerveillé devant Le grand Duc plus tard, je m'étais un peu éloigné des BD traitant de l'aviation militaire. C'est donc avec un peu d'appréhension que j'ai remis le pied à l'étrier avec ce Tome 2 de  Centaures.
    Alors disons le tout de suite clairement, oui les appareils volants militaires sont mis à l'honneur dans cette série, mais ce n'est clairement pas le seul intérêt de ce thriller explosif bourré de complots sur fond de guerre mêlant la France et une république d'Afrique en pleine guerre civile. et quelque part tant mieux. Tant mieux car cela donne l'occasion à Eric Loutte (aidé d'André Le Bras et de Gilles Laplagne) de nous prouver que s'il a un sens du détail essentiel pour les dessins d'avions et autres appareils et situations de combat, il est aussi à l'aise avec ses personnages et décors. Tant mieux car cela donne l'occasion à Emmanuel Herzet connu pour sa série Alpha mais surtout pour son travail sur l'inoubliable Chant du Cygne de nous redémontrer l'étendue de son talent pour les techno thriller façon Tom Clancy en BD. 
    Au final on se retrouve avec une aventure qui passe bien, une lecture facile mais intéressante pour tous ceux qui s'intéressent de près ou de loin à l'armée française actuelle et à la géopolitique mondiale.

    The_PoP

    Sur la route de Whiskyville

    Par The_PoP, dans Critiques

    Scenariste: Macon Blair Dessinateur: Joe Flood Coloriste: Joe Flood Editeur: Rue de sevres Note: 3.0
    Résumé:

    Qui pourrait résister à l'appel d'un tel gueuleton quand on a l'estomac dans les talons ? Certainement pas Jed et Thanny, deux truculents vagabonds qui traînent leurs guêtres dans l'Amérique de la Grande Dépression à la recherche d'un eldorado aussi mythique qu'éthylique : Whiskyville. Mais tant pis pour la bâfre : accusés de la mort de sa femme par un crétin de flic irlandais qui en veut à leurs scalps, nos deux gaillards devront mettre les voiles vers des horizons plus cléments, semant le chaos et la sidération dans leur sillage. Une aventure déjantée à la poursuite du bonheur et de la liberté, menée tambour battant au son des banjos et des guimbardes.

    Type: Comic L'acheter sur BD fugue Genre: Humour
    Sur la route de Whiskyville est un joyeux foutoir, une ode aux différences, un appel de la liberté joyeux et insouciant qui nous fera passer en revue une ribambelle de personnages improbables, hauts en couleurs. Leurs aventures, parfois tragiques, mais plus souvent comiques ne vous tireront probablement pas de grands éclats de rires, mais plutôt une grande tendresse envers ces doux rêveurs marginaux. 
    Ce road movie en BD aurait pu être directement tiré d'un film des frères Coen ou de l'imagination débordante d'un Tim Burton période "Big Fish". Et c'est plutôt un compliment tant le dessin tout en rondeur de Joe Flood servi par sa coloration lumineuse et joyeuse colle bien au propos. Je pense toutefois qu'on a perdu quelques subtilités de la version originale dans la traduction réalisée par Matz. Si celle ci est indéniablement bien faite, je pense que l'on a du perdre en route une bonne part de l'argot américain qui pouvait faire le sel de cette aventure dans l'Amérique des déclassés pendant la grande dépression.
     
    Sur la route de Whiskyville reste une lecture rafraichissante, décalée, pleine de bonne humeur et d'appel à la tolérance que vous lirez d'une traite et qui vous laissera parfois un peu rêveur.   

    poseidon2

    Spirite t1

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Mara Dessinateur: Mara Coloriste: Mara Editeur: Drakoo Note: 4.5
    Résumé:

    La chasse aux fantômes est un sport dangereux, surtout quand on ne sait pas qui est le chasseur et qui est le chassé.Dans le New York des années 1930, Ian Davenport, timide jeune chercheur en spiritologie qui traque mais surtout étudie les fantômes, voit son mentor et ami Boris Voynich se faire assassiner sous ses yeux dans des circonstances étranges. Il se retrouve alors propulsé dans une sombre histoire de meurtres inexpliqués qui semblent ne cibler que ses confrères spiritologues. Seul, désespéré, rejeté par la police qui ne le prend pas au sérieux de par son métier peu crédible, il décide de chercher de l'aide auprès des journalistes d'une rubrique paranormal d'un grand journal New York. Là, il y rencontre Nell Lovelace, une jeune femme sceptique au caractère bien trempé, qui accepte à contrecoeur de l'aider. Ensemble, ils vont tenter de percer le secret de cette affaire de meurtres, qui semble liée à la terrible explosion d'origine mystérieuse de Tunguska en 1908, contrée perdue de la Sibérie profonde

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Aventure
    Avant de commencer cette BD cochait déjà toutes les cases pour moi : Spiritisme/magie + Steampunk + graphisme dynamique. Tout ce qui me botte en ce moment.
    Fallait-il encore que la lecture soit concluante. Et bien elle l'est ! Mara réussi à conjuguer spiritisme, clin d'œil aux chasseurs de fantômes les plus connus du monde et aussi.... Aventure. De l'aventure avec un grand A. Car c'est ça qui m'a quasiment plus plu dans cette histoire, là où je m’attendais à aimer le coté spiritisme.  En effet cette histoire est menée tambour battant comme pourrait l'être un dessin animé. Sans aucun temps mort on enchaîne les avancée de l'histoire et les disconvenus pour nos chasseurs de fantômes. Mais plus que de simples problèmes, chaque écueil nous révèle des informations qui agrandissent le mystère de ce qu'il s'est passé à Tunguska. 
    Que serait un bon scénario sans un dessin adapté ? Pas grand-chose dans un média comme la BD. Et bien là le graphisme de Mara colle parfaitement à l'histoire. Mieux elle donne une dimension XXL à l'aspect Steampunk. Les engins de pistages de fantômes, les armures à esprit, les montgolfières partout... tout ce qu'on aime quand on aime le steampunk !
    Bref un excellent premier tome pour une excellente histoire qui aurait été parfaite avec des personnages principaux un poil moins classiques. 

    poseidon2

    Sky high survival t19

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Miura Dessinateur: Oba Editeur: Kana Note: 2.5
    Résumé:

    Yuri se retrouve mystérieusement sur le toit d’un gratte-ciel. Ne sachant pas ce qui lui arrive ni où elle se trouve, elle voit foncer sur elle un personnage masqué et armé. Elle l’évite grâce à son instinct de survie, mais elle découvre un monde étrange, urbain. La seule façon de se déplacer et d’éviter les assaillants est d’emprunter les ponts qui relient les toits des immeubles d’une ville qui ne ressemble pourtant pas à Tokyo. Qui sont ces hommes masqués qui semblent en vouloir à sa vie ? Où se trouve son frère ? Comment sortir de ce monde affreux…!?

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Thriller
    Bon la peur que j'ai eu dans le tome precedent est en train de se concretiser : On est repartit comme en 40. Un nouveau mec super fort, des nouveaux pouvoirs et une histoire qui avance au ralentis. Alors on change de vision car ce n'est pas Yuri que l'on suit mais son frère. Elle disparait des radars pour permettre de servir de Clffhanger de fin de tome. 
    Le nouveau méchant est assez inutile et lees combats... comme ceux qu'on a deja vu 19 fois.... seul ce qu'il arrive à notre mais Snipper est interessant mais pas suffsament pour rehausser un tome qui ne sert vraiment à rien. 
    Il va etre temps que cela s'arrête !

    The_PoP
    Scenariste: Jim Zub Dessinateur: Troy Little Coloriste: Leonardo Ito Editeur: Hi-Comics Note: 3.0
    Résumé:

    Le combo magique est de retour ! Il était un tome 1... où Rick et Morty et toute la famille Smith s'en allèrent vivre des aventures épiques et délirantes dans des dimensions régies par les lois de Dungeons & Dragons. Mais Rick Sanchez a beau être le scientifique le plus doué du multivers, peut-il impunément manipuler le cultissime jeu de rôles ? Cette fois-ci, c'est tout l'univers D&D qui débarque sur Terre, bien décidé à mener une quête sans pitié pour détruire le génie dépravé, et personne n'y échappera. Pour survivre, la famille la plus dysfonctionnelle de sa dimension va devoir lancer les dés (et les vannes) comme jamais ! La dream team Jim Zub et Troy Little (triplement nommé aux Eisner Awards) est de nouveau dans la place avec ce deuxième tome épique qui capture à la perfection l'essence des deux monstres de la pop culture que sont Rick & Morty et Dungeons & Dragons.

    Type: Comic L'acheter sur BD fugue Genre: Humour
    ET voici le second tome du crossover Rick & Morty X Dungeons & Dragons. SI je ne suis toujours pas devenu fan de l'humour noir et sans limites de Rick & Morty, j'avoue que j'ai pris beaucoup de plaisir, certes régressif, à lire ce crossover en bon amateur de D&D que je suis.
    Pas grand chose à dire sur l'aspect graphique, tant le style est désormais connu et reconnu, toujours soutenu par une coloration vive.
    Côté scénario, pas grand chose d'original mais une histoire qui tient suffisamment la route pour laisser tranquillement la place aux vannes et aux idioties des personnages. Et si je n'ai pas ri aux éclats, j'ai souvent souri ou soupiré ce qui est déjà pas mal vu la difficulté que représente généralement l'humour en BD.

    The_PoP
    Scenariste: Joe Henderson Dessinateur: Lee Garbett Coloriste: Antonio Fabela Editeur: Hi-Comics Note: 4.0
    Résumé:

    Dans ce deuxième tome, Joe Henderson, scénariste et showrunner (Lucifer) et Lee Garbett (Lucifer, Loki: Agent of Asgard) continuent de donner vie à Willa, toujours plus combattive, charismatique et attachante, dans un monde où la gravitation n'est plus mais où les faux-semblants demeurent. Nommée à l'Eisner Award de la meilleure nouvelle série en 2019, Skyward est désormais en route pour le grand écran.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Science Fiction
    Et voilà, peu de temps après la sortie du tome 1 qui avait constitué une super surprise de ce début d'année, Hi Comics nous délivre déjà le second tome. Evidemment après un tome 1 aussi rythmé que plein de surprises, ce tome 2 était attendu au tournant.
    Pas de suspens, ce tome 2 n'est pas une déception. Il prend d'ailleurs pas mal le lecteur à contre pieds en emmenant nos héros et l'intrigue dans une direction surprenante. Et quelque part c'est tant mieux. Si ce tome 2 reste un peu court en terme de révélations, l'action elle va à 2000 à l'heure. 
    Graphiquement l'ensemble est toujours aussi propre et soigné, et les scène d'actions particulièrement lisibles. Bon on est toujours dans le style récent des comics mais cela reste toujours très lisible.
     
    Bref, Skyward confirme être une série de SF à suivre pour ceux qui aiment un peu de fraîcheur.
     
     

    The_PoP
    Scenariste: Lewis Trondheim Dessinateur: Franck Biancarelli Coloriste: Walter Editeur: Le Lombard Note: 4.0
    Résumé:

    Karmela Krimm était la jeune inspectrice la plus prometteuse de la police de Marseille. Mais elle a un jour accepté de porter le chapeau pour une opération qui a mal tourné. Karmela a perdu sa place et s'est reconvertie comme détective privée. Elle a aussi perdu ses idéaux. Mais dans les eaux troubles où elle navigue désormais, les idéaux sont un luxe dangereux.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Polar
    Ah quel plaisir de lire une BD aussi bien écrite, dont les dialogues et situations font mouche et tapent juste et fort. J'ai refermé cet album en me disant que je venais de lire une BD dont la qualité d'écriture sortait largement du commun. Et pourtant la base ne m'avait pas emballé, nouvelle héroïne ancienne flic devenue détective privée qui enquête sur le milieu marseillais, comment dire, on a fait mieux niveau originalité. 
    Mais forcément quand M. Trondheim est au scénario et que la qualité graphique semble bien présente, on est obligé de laisser le bénéfice du doute. Et heureusement. Ce Karmela Krimm est une belle surprise qui m'a replongé avec délice dans mes années de boulot à Marseille. Sans tomber dans les stéréotypes j'ai trouvé, sans trop de jugements, avec un vrai humanisme et un optimisme qui me plait toujours autant. On se retrouve finalement avec un Polar enlevé dont les joutes verbales entre Karmela et Tadj régalent à chaque fois. 
    Fort heureusement le dessin n'est pas en reste et colle à merveille au propos de ce Polar pas si noir mais pas si tendre non plus qui porte pourtant un regard plein d'espoir sur cette cité phocéenne si particulière pour ceux qui la connaissent ou l'ont connue. 
    J'ai hâte de voir ce que ce duo d'auteur va nous réserver pour la suite qui est déjà prévue, mais je ne peux pour ma part que vous recommander d'y jeter un coup d'oeil, sans être révolutionnaire, ce Karmela Krimm est parfaitement réalisé. Bravo.

    The_PoP

    New York Cannibals

    Par The_PoP, dans Critiques

    Scenariste: Jérôme Charyn Dessinateur: François Boucq Coloriste: François Boucq, Alexandre Boucq, Denis Béchu Editeur: Le Lombard Note: 4.5
    Résumé:

    New York, 1990. Pavel tient toujours son salon de tatouage. Sa protégée, Azami, est devenue policière et culturiste. Lors d'une intervention, elle découvre un bébé abandonné dans une poubelle. Incapable d'enfanter à cause des traitements qu'elle a infligés à son corps, elle décide d'adopter l'enfant. Pour le protéger, elle va remonter la piste d'un trafic de bébés, et découvrir qu'il semble lié à un mystérieux gang de femmes qui dévorent leurs ennemis. Étrangement, les fantômes du goulag dans lequel Pavel a grandi semblent être à l'origine de ces atrocités. Comme si l'univers, les codes et la violence du goulag avaient pris pour nouveau territoire les rues de New York.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Polar
    On ne va pas se mentir, vu tout le bien qui en a déjà été dit, vu les signatures des auteurs sur cet album, vu qu'il s'agit de la Collection Signé et vu qu'il s'agit de la suite du déjà très apprécié Little Tulip, il n'y avait que peu de suspens sur la réussite de cet album.
     
    Et je ne vais pas déroger à la règle, même pour le plaisir de contrarier France Inter. Cet album est excellent. Je vous rassure tout de suite, nul besoin d'avoir Lu Little Tulip (du même duo d'auteur et dans la même collection) pour profiter pleinement de ce one shot dense, étouffant et qu'on ne lâche pas avant la dernière des 144 pages que compte ce polar un brin mystique à la galerie de personnages plus ébouriffants les uns que les autres. Ce New York Cannibals a parfois des allures des premiers Jeremiah tant l'on se retrouve avec des personnages hors normes plus vrais que nature. 
    Le trait de François Boucq est toujours aussi facilement identifiable, tant il est difficile de ne pas aimer tant le soucis du détail, des personnages et des ambiances qui transpire de chaques pages. Alors oui, ce n'est pas le dessin de la Bande Dessinée que je préfère, question de goûts et de représentations, mais je lui reconnais évidemment et sans discussion le statut de très grand. Ces crayonnés sont superbes et heureusement bien mis en valeur en fin d'album dans le carnet de croquis. 
     
    L'histoire est âpre, violente, nous plongeant en apnée dans les bas fonds de ce New York des années 90 jusqu'au dénouement brutal sur fond de mysticisme qui vous laissera le souffle court. 
     
    Personnellement je n'ai pas mis de 5ème étoile car le polar noir est loin d'être mon genre de BD favorite et que par goût personnel, le dessin de Boucq n'est pas celui qui me parle le plus. Mais j'avais déjà eu ce constat sur sa série du Bouncer, sans que cela ne m'empêche de les avoir en bonne place à la maison. C'est d'ailleurs sans nul doute la, la marque de fabrique des très grands, même quand ce n'est pas le genre de BD que vous auriez envie de lire, une fois démarré, vous ne la lâcherez pas. Et vous vous en rappellerez. Essayez donc de plonger aux trousses d'Anna la Hyène pour voir...

    poseidon2
    Scenariste: Marion Laurent Dessinateur: Marion Laurent Coloriste: Marion Laurent Editeur: Casterman Note: 4.0
    Résumé:

    Alice, jeune blonde fraîche et séduisante se cherche dans une ville banale de l’Amérique des années 90. Elle cherche l’amour, elle cherche un sens à sa vie. Isadora, la clocharde, alcoolique… qui se cache derrière cette façade, y avait-il une femme avant l’épave ? Billie, est l’amie d’Alice. Elle ne va plus au cours de danse. Billie est noire. Billie est amoureuse d’un blanc. Barack Obama n’est pas encore président. Dwight aurait bien pu s’appeler Kurt. Artiste dans l’âme, il dessine. Il aime dessiner Alice…

    Autres informations: Rattrapage
    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Drame
    Hop la première critique d'un album demandé par un membre : Il a été dur à trouver celui-là, n'étant plus commercialisé par l'éditeur..... Mais bon c'est trouvé ! Et lu. Et bien je dois dire merci à Kevin car ce fut une vraie bonne lecture. Lecture que j'avais ratée lors de sa sortie en 2015. 
    Cet album nous raconte l'histoire de 3 jeunes filles et de leurs relations à leur mère. Relations conflictuelles qui poussent nos trois filles sur trois chemins différents mais des chemins qui se percutent pour n'en former qu'un seul : un chemin initiatique.
    L'intelligence de  Marion Laurent est de nous livrer  3 histoires vraiment différentes, pour trois personnages radicalement opposés, qui pointent toutes dans la même direction. Le chassé-croisé incessant des 3 personnages dans les histoires des uns et des autres est très sympa car induit un aspect "destinées" à l'histoire. Sans trop appesantir sur le pourquoi des parents, Marion Laurent se concentre sur le sentiment de mal-être des jeunes filles et leurs obligations de faire des choix pour grandir.
    On regrettera juste un peu le manque de détail graphique qui fait que l'on a tendance à confondre certains personnages là où les interconnexion entre eux forment les petits détails qui font de cette BD quelque chose de différent.
     

    poseidon2

    Sexy Cosplay t4

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Shinichi Fukuda Dessinateur: Shinichi Fukuda Editeur: Kana Note: 2.5
    Résumé:

    Wakana s’est rendu en boutique afin de choisir un tissu pour le prochain costume qu’il doit réaliser. Seulement, le jeune homme est un peu perdu au milieu de toutes ces étoffes. Il sollicite alors l’aide du vendeur et lui montre le croquis de sa réalisation. Le vendeur est perplexe car il s’imagine que Wakana veut réaliser une robe pour lui-même. Néanmoins, il ne fait aucun commentaire sur le sujet et fait tout pour rester professionnel. Il conseille donc du velours au lycéen et l’aide à choisir le meilleur motif. Il se permet toutefois de donner un conseil sur la longueur de la veste qui accompagne la robe, afin de rendre la silhouette plus gracieuse. De retour chez lui, Wakana est ravi de ses achats. Il est en revanche très troublé par la surprise de Marine...

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Indefini
    Bon ca y est, j’arrête. Autant sur les deux premiers c'était marrant mais depuis le précédent ça m’intéresse un peu moins. 
    Dans les deux premiers tomes on était pas mal tourné sur la relation entre nos deux personnages principaux. Cela ajoutait un coté moins spécialisé à un manga qui traite d'un sujet qui l'est beaucoup. Depuis le tome précédent, on est clairement passé dans le coté du manga pour amateur de Cosplay uniquement. 
    Et celui est pareil avec juste le changement venant du déguisement et de la façon dont il est possible de se travestir d'une femme vers un homme.
    Bref un manga pas inintéressant si on est fan de Cosplay. Ce qui n'est pas mon cas.
    Ce pourquoi j’arrête 🙂

    poseidon2

    Detox T2/2

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Jim Dessinateur: Antonin Gallo Coloriste: Antonin Gallo Editeur: Grand Angle Note: 4.0
    Résumé:

    Il y a-t-il une vie sans la 4G ? Matthias d'Ogremont est un Parisien ultra-connecté, ultra stressé... Sur un coup de tête, il décide de tracer la route et de partir en stage DÉTOX. Ce bourreau de travail se retrouve alors en terrain hostile... en pleine nature... Perte de repères, résistance, colère, abandon... Si on s'arrête, est-ce que le monde s'arrête ? DÉTOX est le récit passionnant d'un homme au bord du burn-out, qui va tenter un décrassage forcé. C'est la nécessité de ralentir la course, de s'accorder une pause, une respiration... Mais si d'un claquement de doigts on se prive de toutes nos urgences artificielles, que reste-t-il à vivre ? Quelles peurs se réveillent ? Et quel sera le chemin vers l'acceptation ? Pendant dix jours : pas d'ordinateur. Pas de téléphone. La nature jusqu'à perte de vue. Courage.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Tranche de vie
    Excellente surprise que ce tome 2 de Detox ! Sincerement. 
    En effet j'avais peur d'une suite trop convenue. Jim avait la possibilité de nous faire une suite en mode : notre héros devient zen, change sa vie et part élever des chèvres dans le Larsac.
    Et pour notre plus grand bonheur, non. Jim s'ancre (comme souvent je dois le reconnaitre) dans la realité pour nous  livrer une suite et fin d'histoire très sympa. Très sympa car le caractère de Matthias reste le même malgré le stage. Mais tout en restant le même il se trouve forcé de faire un point, un bilan sur ce qu'il veut et comment il le veut. Et ce qui est bien c'est que ce bilan ne montre pas forcement un retour à la terre. Il nous montre juste, pour la pluspart des participants, qu'ils peuvent continuer leur vie....avec un autre regard sur celle ci.
    une vraie belle morale qui ne stimgatise par les gens qui aiment leurs travails ou ceux qui aiment vivre à 100 à l'heure.
    Une réussite monsieur Jim !

    poseidon2

    Kingdom T45-46

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Yasuhisa Hara Dessinateur: Yasuhisa Hara Editeur: Autres Editeurs/Auto editions Note: 4.5
    Résumé:

    Une bien cruelle alternative. Alors que les deux armées semblaient être dans une impasse, la situation va brusquement évoluer sur le champ de bataille de Kokuyou !! Le général Kanki impose à Kisui un choix particulièrement cruel. Tandis que tous les officiers de l'armée de Zhao retiennent leur souffle, quelle sera la décision prise par le seigneur de Rigan ? Se pourrait-il que cette bataille, menée à coups de stratagèmes, arrive enfin à son terme ? Mais qui est cet observateur à l'affût dans les bois ? Et puis surtout, qui est cet homme éminent, venu sans prévenir, rendre visite à Ei Sei, le roi de Qin, directement dans la cité de Kanyou...?!

    Autres informations: Editions Meian
    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Historique
    Et ben vola, on retrouve notre manga préféré 🙂
    Bon ok j'ai été méchant la dernière fois avec une note moyenne mais vu la qualité de la série il faut être exigeant pour avoir une suite aux petits oignons. Et la après ces deux tomes "quelconques " on repart vraiment dans le bon sens avec rien de moins que... le début de l'unification de la chine avec comme premier étape : Zhao et son fameux Riboku !
    Et pour se faire il faut se preparer. Cette phase calme de preparation est très sympa car elle montre le début de la nouvele stratégie. et la fiou la on est dans le retour de la stratégie de guerre XXL ! Peu de combats dans ces deux tomes mais une stratégie superbement bien mené et diablement adictive !
    Encore !!!! 

    The_PoP

    Rani - Tome 8 - Marquise

    Par The_PoP, dans Critiques

    Scenariste: Jean Van Hamme & Alcante Dessinateur: Francis Valles Coloriste: Christian Favrelle Editeur: Le Lombard Note: 3.5
    Résumé:

    La guerre entre la France et l'Angleterre est désormais totale. Elle a atteint les rivages de leurs lointaines colonies indiennes. Le Radjah doit choisir son camp. Et l'ignoble Valcourt complote toujours dans l'ombre. Pour Jolanne, l'heure de l'ultime confrontation est enfin venue.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Aventure
    Après 7 tomes de bonne qualité, nous faisant parcourir le monde des grands empires coloniaux et plus précisément l'Inde, voici enfin l'épilogue de cette saga d'aventure portée par une héroïne féministe soumise à de multiples épreuves. Jean Van Hamme et Alcante au scénario nous délivrent donc une conclusion qui si elle ne brille pas par son originalité, a le mérite d'être dans la lignée complète de la série et d'une grande logique. 
    Ce dénouement, s'il est parfois prévisible n'en demeurera pas moins apprécié des fans de la première heure. Rani confirme bien être une saga historique en 8 tomes intéressante pour qui apprécie se plonger dans cette Inde coloniale. 
    Le trait de Francis Valles aussi connu pour son travail sur les maitres de l'orge est certes très classique mais néanmoins très adapté à l'histoire, on sent également qu'au bout de 8 tomes, il maitrise complètement son sujet dans la plus belle tradition de la BD Franco Belge. A noter le joli carnet de croquis final qui aurait cependant gagné à être étoffé vu leur qualité. 

    The_PoP

    Wilderness

    Par The_PoP, dans Critiques

    Scenariste: Ozanam Dessinateur: Bandini Coloriste: Bandini Editeur: Soleil Note: 4.0
    Résumé:

    1899. Abel Truman, vétéran sudiste de la guerre civile américaine, vit entre l'océan, la montagne et les forêts pluviales. Dans un dernier soubresaut avant de mourir, il décide de reprendre la route avec son chien. Un ultime voyage vers le souvenir des rares jours heureux qui s'assombrit quand Abel rencontre deux agresseurs qui le laissent pour mort. Dans les décors du nord de la côte ouest des Etats-Unis, la violence, qu'Abel avait enfouie au plus profond de lui depuis la fin de la guerre de Sécession, remonte et vient frapper de nouveau.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Western
    Adaptation du roman éponyme de Lance Weller, cette chronique a été réalisée à partir du pdf. Il peut donc y avoir de grosses différences de ressentis graphiques entre la lecture du pdf et celle de l'ouvrage.
    Je tiens à souligner l'excellent travail éditorial de la maison Soleil avec cette prise de risque. On est effectivement ici sur un western peu classique, crépusculaire, à la façon des deux réalisés par Tiburce Oger récemment, mais réalisé ici par un duo peu connu des amateurs de BD. Si Ozanam est le scénariste de la série pour ado Klaw, il a surtout déjà une multitude de one shot et d'adaptation de romans en BD à son actif. Bandini au dessin est lui moins connu puisqu'il s'agit de sa 7ème oeuvre.
    Les habitués du forum savent qu'en terme de Western je ne suis pas très raisonnable, mais je ne peux que conseiller ce Wilderness aux amateurs du genre, tant son approche est originale. On y retrace bien la vie d'un vieux soldat, et à travers ses souvenirs on parcourt la violence et la dureté de cette Amérique des années 1800. Un scénario sans concession parfois servi par des planches que j'ai trouvé sublimes, et un rythme de narration peu linéaire mais cohérent vous plonge dans cette ambiance sombre et étrange où l'âme humaine se retrouve parfois mise à nu. 
     

    alx23

    Doggybags tome 16

    Par alx23, dans Critiques

    Scenariste: El Puerto, Mud & Run Dessinateur: Tomeus, Tristan Evin & Ké Clero Coloriste: Tomeus, Tristan Evin & Ké Clero Editeur: Ankama Note: 4.0
    Résumé:

    Rotten Heart :
    El Puerto (scénario) / Tomeus (dessin)
    Seinfeld, Cavalera et McManus, mercenaires chez Black Tower, une société militaire privée, savent mieux que quiconque que chaque conflit recèle autant d'emmerdements que d'opportunités. Alors quand se présente l'occasion de braquer le trésor d'un seigneur de guerre, les trois hommes ne se posent pas de questions. Mais comme ils le savent aussi, en Afrique comme ailleurs, les apparences sont souvent trompeuses.

    Tool :
    Tristan Evin (dessin) / Mud (scénario) / RUN (dialogues) /Florent Maudoux (dialogues)
    Une semaine après le 11 septembre 2001, les jumeaux Joel et Michael Stovall, vingt-quatre ans, se lancent dans une course poursuite avec les autorités à travers le Colorado, qui va durer près de vingt-quatre heures. Leurs meilleures complices dans cette fuite en avant meurtrière : les armes à feu qu'ils chérissent depuis leurs années lycée. Inspiré d'une histoire vraie.

    Real Sociopath! :                 
    RUN (scénario)  / Ké Clero (dessin)
    La vie de Mark Winger bascule le jour où il surprend un intrus dans sa maison en train de tuer sa femme à coups de marteau. Cette histoire, inspirée d'un fait réel, démontre avec horreur la sauvagerie froide dont peut faire preuve un authentique sociopathe, véritable prédateur dans nos sociétés.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Fantastique
    La saison 2 de Doggybags se poursuit avec un nouvel épisode dont le thème sera les américains et les armes à feu. La première histoire sera la seule de cet album avec un côté fantastique horreur qui est un peu délaissé depuis le dernier tome. En effet, les auteurs trouvent leur inspiration dans les faits réels pour les retranscrire en bande dessinée comme les deux dernières histoires du numéro 15 et 16 de Doggybags. Sur Rotten Heart, El Puerto a déjà participé à l'écriture de plusieurs récits de Doggybags et maitrise les thèmes de la série. Tomeus réalise sa première bande dessinée avec un style proche des comics indépendants. Sur Tool, Mud est accompagné de deux scénaristes confirmés pour l'histoire et les dialogues. Les auteurs relatent un fait réel pour ensuite imaginer ce qui aurait pu se passer. Les armes sont personnalisées et dotées de réflexions dans ce récit afin de leur donner encore plus d'importance. La partie graphique de Tristan Evin est intéressante avec des couleurs très sombres mais rouge électrique pour les armes à feu. La dernière histoire Real Sociopath! se base sur un fait réel aux Etats-Unis adapté par Run, la tournure est bien pensé. Les planches de Ké Clero sont excellentes pour dépeindre ce thriller.

    Une fois de plus, Doggybags permet à de nouveaux auteurs de signer des histoires courtes intéressantes avec des styles graphiques originaux très prononcés. Il serait dommage de se priver de cette lecture surtout avec le petit prix par rapport à la pagination. 

    alx23

    Doggybags tome 16

    Par alx23, dans Critiques

    Scenariste: El Puerto, Mud & Run Dessinateur: Tomeus, Tristan Evin & Ké Clero Coloriste: Tomeus, Tristan Evin & Ké Clero Editeur: Ankama Note: 4.0
    Résumé:

    Rotten Heart :
    El Puerto (scénario) / Tomeus (dessin)
    Seinfeld, Cavalera et McManus, mercenaires chez Black Tower, une société militaire privée, savent mieux que quiconque que chaque conflit recèle autant d'emmerdements que d'opportunités. Alors quand se présente l'occasion de braquer le trésor d'un seigneur de guerre, les trois hommes ne se posent pas de questions. Mais comme ils le savent aussi, en Afrique comme ailleurs, les apparences sont souvent trompeuses.

    Tool :
    Tristan Evin (dessin) / Mud (scénario) / RUN (dialogues) /Florent Maudoux (dialogues)
    Une semaine après le 11 septembre 2001, les jumeaux Joel et Michael Stovall, vingt-quatre ans, se lancent dans une course poursuite avec les autorités à travers le Colorado, qui va durer près de vingt-quatre heures. Leurs meilleures complices dans cette fuite en avant meurtrière : les armes à feu qu'ils chérissent depuis leurs années lycée. Inspiré d'une histoire vraie.

    Real Sociopath! :                 
    RUN (scénario)  / Ké Clero (dessin)
    La vie de Mark Winger bascule le jour où il surprend un intrus dans sa maison en train de tuer sa femme à coups de marteau. Cette histoire, inspirée d'un fait réel, démontre avec horreur la sauvagerie froide dont peut faire preuve un authentique sociopathe, véritable prédateur dans nos sociétés.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Fantastique
    La saison 2 de Doggybags se poursuit avec un nouvel épisode dont le thème sera les américains et les armes à feu. La première histoire sera la seule de cet album avec un côté fantastique horreur qui est un peu délaissé depuis le dernier tome. En effet, les auteurs trouvent leur inspiration dans les faits réels pour les retranscrire en bande dessinée comme les deux dernières histoires du numéro 15 et 16 de Doggybags. Sur Rotten Heart, El Puerto a déjà participé à l'écriture de plusieurs récits de Doggybags et maitrise les thèmes de la série. Tomeus réalise sa première bande dessinée avec un style proche des comics indépendants. Sur Tool, Mud est accompagné de deux scénaristes confirmés pour l'histoire et les dialogues. Les auteurs relatent un fait réel pour ensuite imaginer ce qui aurait pu se passer. Les armes sont personnalisées et dotées de réflexions dans ce récit afin de leur donner encore plus d'importance. La partie graphique de Tristan Evin est intéressante avec des couleurs très sombres mais rouge électrique pour les armes à feu. La dernière histoire Real Sociopath! se base sur un fait réel aux Etats-Unis adapté par Run, la tournure est bien pensé. Les planches de Ké Clero sont excellentes pour dépeindre ce thriller.

    Une fois de plus, Doggybags permet à de nouveaux auteurs de signer des histoires courtes intéressantes avec des styles graphiques originaux très prononcés. Il serait dommage de se priver de cette lecture surtout avec le petit prix par rapport à la pagination. 

    poseidon2

    Naomi t1

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Brian Michael Bendis Dessinateur: David F Walker Coloriste: Jamal Campbell Editeur: Urban Comics Note: 4.0
    Résumé:

    Les habitants d'une petite bourgade du nord-ouest des États-Unis sont chamboulés par un combat en centre-ville entre Superman et Mongul qui a entraîné autant de dégâts que d'attention. L'affrontement éveille par ailleurs la curiosité de la jeune Naomi qui s'interroge sur son passé et ses racines, avant son adoption par ses parents. Les réponses ne vont pas tarder à venir et ces secrets de familles vont aller jusqu'à mettre en jeu la survie de la Terre elle-même ! Contenu vo : Naomi: Season One (#1-6).

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Super héros
    Il est très compliqué, en 2020, de sortir un nouveau super héros sans faire du plagiat d'un autre. En effet entre nos références et l'inconscient commun, on retombe toujours sur quelque chose de déjà-vu. Et bien il faut reconnaître à Bendis d'avoir de l'imagination car là il a réussi à éviter cet écueil en nous proposant une histoire vraiment original.
    Le contexte déjà : Naomi est une enfant adopté. Une enfant black adopté par des parents tout ce qu'il y a de plus blanc. Elle mène sa vie tranquille de lycéenne. A l'instar des derniers Green lantern, elle n'est en rien préparée de toute sa jeunesse à être un héros ou quelque chose de ce genre.
    Le comment elle acquiert se pouvoirs est aussi super bien foutu. Se basant "à peine" sur la facilité du multivers DC, Bendis nous emmène dans un univers semi magique tout neuf et plein de promesses. 
    Si on ajoute le caractère bien trempé de Naomi, les particularités de son père et de son meilleur ennemis, on a là de quoi faire une série bien sympa.
    Attention quand même à ne pas tomber dans la série pour jeune de base qui centrerait l'histoire sur la vie d'une lycéenne aux super pouvoirs.

    The_PoP
    Scenariste: Jean François Di Giorgio Dessinateur: Christina Mormile Coloriste: Lorenzo Pieri Editeur: Soleil Note: 3.0
    Résumé:

    Préfecture de Yume. En route pour retrouver sa fiancée Sayuri, Takeo aide un vieil homme agressé par des inconnus. Pour le remercier, le vieil homme l'invite dans son village. Ce qui ne semblait être qu'une simple halte tourne rapidement au cauchemar, quand Takeo découvre que sur le village d'apparence paisible, pèse une étrange menace... Mais il n'est pas un samurai à se laisser intimider sans réagir.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Action
    Attention, cette chronique a été faite à partir d'un pdf et non de l'original papier. Il peut donc y avoir des différences entre nos ressentis au niveau du graphisme notamment. 
    Et voici un nouveau tome de Samuraï, qui se dirige doucement vers une construction d'histoire à la Thorgal. Dans ce nouveau dyptique à venir, Takeo poursuit inlassablement sa bien aimée pour tenter de la retrouver et se retrouve comme d'habitude mêlé malgré lui aux histoires locales. Une occasion en or pour nous de nous plonger dans ce Japon Féodal un peu fantastique qu'aime tant Jean François Di Giorgio.
    L'histoire en elle même est une histoire de vengeance un peu sombre et de conflits entre communauté mais ce tome nous laisse beaucoup de mystères planer. 
     
    Côté dessin, on retrouve Christina Mormile avec son trait beaucoup plus rond et moins atypique que celui du dessinateur historique de la série Frédéric Genêt, parti depuis sur d'autres séries. La colorisation met en avant les ambiances et est très propre. Cette série s'oriente de plus en plus vers les production Soleil un peu plus standardisées.
     
    Ce samuraï ravira une fois de plus les amateurs de la série, même s'ils regretteront peut être la complexité des premiers cycles et du dessin dans l'histoire présentée sur ce tome 14. Cette série n'en reste pas moins un divertissement très agréable qui nous plonge avec délice dans ce Japon un peu fantastique.

    The_PoP

    Shaolin - L'enfant du destin - Tome 1/3

    Par The_PoP, dans Critiques

    Scenariste: Jean François Di Giorgio Dessinateur: Looky Coloriste: Olivier May Editeur: Soleil Note: 3.5
    Résumé:

    Nuage Blanc n'est pas un apprenti Shaolin comme les autres : il a le pouvoir de conjurer les malédictions. A l'aide de son don, il a le devoir de veiller sur bon nombre d'objets enfermés au Monastère. Parmi eux la Chambre d'Ambre, qui porte en elle une grande malédiction qui pourrait conduire le pays au désastre. Lorsque celle-ci est volée par des ninjas, une course contre la montre s'engage pour la retrouver.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Action
    Attention, cette chronique a été faite à partir d'un pdf et non de l'original papier. Il peut donc y avoir des différences entre nos ressentis au niveau du graphisme notamment. 
    Shaolin m'a intrigué, notamment parce que j'apprécie beaucoup le travail du dessinateur Looky, connu pour sa série de SF Hercule mais aussi pour ses collaborations sur des tomes de La Geste des Chevaliers Dragons ou sa reprise de Nocturnes rouges. A cela il faut noter que M. Di Giorgio, scénariste de Samuraï est également aux manettes et que la série s'annonce en 3 tomes seulement. 
    Et tous ces éléments réunis me plaisent. Ce premier tome se révèle très riche, dans un univers très envoutant, et l'on sent bien la myriade de petits secrets qui vont se dévoiler petit à petit. J'espère simplement que notre scénariste saura répondre à la plupart des questions qu'il a soulevé car 3 tomes cela peut paraitre court, surtout quand le premier tome d'introduction amène simplement le héros au début de l'épreuve. 
     
    Graphiquement c'est très vivant, joliment coloré me semble-t-il et les scènes d'actions sont bien découpées. Visages et protagonistes sont bien travaillés, j'ai beaucoup aimé. 
     
    Je vous recommande donc ce Shaolin comme une lecture agréable et un premier tome intéressant d'une série à venir qui s'annonce assez courte mais intense. Ma note aurait pu être plus élevée, mais sur un premier tome je préfère rester prudent.
     

    alx23

    Stern tome 4 - Tout n'est qu'illusion

    Par alx23, dans Critiques

    Scenariste: Frédéric Maffre Dessinateur: Julien Maffre Coloriste: Julien Maffre Editeur: Dargaud Note: 4.0
    Résumé:

    Changement de décor pour Elijah Stern : après le climat âpre de la petite ville de Morrison, le voici qui débarque en plein bayou, à La Nouvelle-Orléans, où il se fait embaucher comme croque-mort : on n'échappe pas à son destin ! Même dans le haut-lieu du vaudou, les morts ont besoin d'être enterrés. Au cours d'un enterrement, il fait la connaissance de Valentine Robitaille, héritière d'une riche famille locale, fascinée par les arts occultes. Le père de cette dernière, inquiet des relations qu'entretient sa fille avec Victor Salem, un étrange prestidigitateur, demande à Stern d'enquêter.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Western
    Les frères Maffre poursuivent leur série sur le croque-mort Elijah Stern qui va se dérouler dans un nouveau décor, à la Nouvelle-Orléans. Il est amusant de noter le comportement très attentionné du héros par rapport à son métier au contraire d'un autre croque-mort héros dans la série Undertaker. Le héros possède également une grande connaissance littéraire comme on peut encore le découvrir dans cet épisode, d'ailleurs le personnage féminin est surpris et lui fera une réflexion. L'histoire va mener notre héros en dehors du cimetière où il se retrouve enquêteur dans le milieu vaudou ou les charlatans sont nombreux. Je me suis intéressé à cette série grâce aux dessins de Julien Maffre comme j'avais beaucoup apprécié son travail sur la cour des miracles. On constate que Julien Maffre gère à merveilles le genre western avec un personnage charismatique. 
    Après quatre tomes sur Stern on peut conclure que la série à trouver son public. La série Stern redonne une nouvelle vision du western en s'éloignant des codes du genre.

    poseidon2

    Mes cop's t12

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Christophe Cazenove Dessinateur: Philippe Fenech Coloriste: Camille BRICOD, Annelise SAUVÊTRE Editeur: Bamboo Note: 3.5
    Résumé:

    Copine marrante, râleuse ou fofolle... Quelle Cop's êtes-vous ?! Les parents de Mélanie ont rejoint une association qui leur permet d'accueillir une famille de migrants en attendant qu'un logement leur soit proposé. Voici comme Mawra, jeune adolescente syrienne, surdouée, nostalgique de son pays natal et curieuse de découvrir son pays d'accueil, intègre la bande des Cop's. Si Mawra a beaucoup à apprendre de ses jeunes copines, l'inverse sera encore plus vrai ! Prêt à assister au coup d'envoi de cette Cop' du monde ? Une BD qui dépote, où l'ennui n'a pas sa place, comme un hommage aussi fin qu'hilarant aux jeunes femmes d'aujourd'hui. Une série indispensable pour les filles et celles qui veulent les connaître.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Humour
    Plus ça va, plus ma fille grandit (12 maintenant) et plus j’apprécie les petits moments de détentes que sont les lectures de les cop's
    Oui oui vous avez bien lu. Moi qui ai tendance à décrier ce genre d'humour de grande surface, j'avoue que là je suis bien obligé de reconnaître... qu'il y a un fond de vérité dans les relations présentées entre jeunes filles. Et c'est ça qui est rigolo. Se rendre compte que ma fille est décrite sur la moitié des pages.
    Apres ce qui est bien foutu sur ce tome 12 c'est qu’ils jouent sur l'actualité avec l'arrivée d'une réfugiée Syrienne dans leur groupe de Cop's.  Sans trop abusé du bon sentiment et sans perdre le coté décalé des jeunes copines, nos auteurs introduisent un questionnement d'adulte entre les lignes.
    Bref un album que je ne suis surpris à lire attentivement et à rigoler assez souvent..... Ce n'était pas le cas avant... comme quoi tout le monde évolue 

    poseidon2

    5 minutes Forward t3

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Hiroshi Fukuda Dessinateur: Hiroshi Fukuda Editeur: Kana Note: 4.0
    Résumé:

    Tokyo, Yamato Shiroaya est un lycéen ordinaire qui souffre d'un complexe d'infériorité par rapport à son jumeau, Yûto. Un jour, un mystérieux voyant confie à Yamato un étrange bracelet qui lui permettra d'aller dans le futur puis de revenir dans le présent. Mais il ne pourra être utilisé qu'une seule fois et sans savoir à quelle date on atterrira ! Incrédule, Yamato se retrouve pourtant projeté dans un avenir incroyable où des statues de bouddhas géantes sont en train de massacrer les humains et menacent la vie de son frère et de ses amis.

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Thriller
    Quel tome ! Fiou ! Il se passe pleins de trucs !
    Notre auteur finit la grosse énorme bataille en déjouant les pronostics et enchaîne sur les récupérations d'autre personnes... et ce faisant en profite intelligemment pour nous montrer que ce qu'il se passe au japon se passe partout dans le monde ! On se rend compte que le problème est plus global et on commence à entrevoir des débuts d'explications.
    C'est ce qui est bon dans ce tome. On avance un peu dans notre recherche d'explication et on est donc partit pour avoir une réponse, et non pas juste avoir un survival de base sans réponse.
    Espérons que ça dure !

    poseidon2

    The Alexis - Empire chronicle - t1

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Awamura Dessinateur: Sato Editeur: Doki-Doki Note: 3.5
    Résumé:

    Alors que le monde est plongé dans une période de troubles, Léonate perd sa patrie suite à une trahison. Couvert d’infamie et imputé du surnom de “prince vampire”, il sombre dans la tristesse et la déchéance. Mais son histoire ne fait que commencer. Illustres généraux, femmes de talent, sages et prodiges se rassemblent autour du jeune homme qui a juré de se relever. Voici venu le temps d’exercer la vengeance et de mener une virulente riposte pour éliminer le mal qui gangrène l’empire.

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Historique
    Je suis mi-figue mi-raisin sur ce tome 1. En fait j'ai eu énormément d'espoir au début de la lecture avec tout une partie qui m'a agréablement rappelé Kingdom : Une époque trouble, des magouille politique, des guerres des trahisons et des super batailles avec un héros qui porte tous les espoirs. 
    Tout ce qu'on aime quand on lit des mangas historiques/aventures. Donc j'étais super chaud en me disant que j'avais trouvé une nouvelle super série historique qui allait me faire vivre des batailles épiques ! Et la bim patatras....arrive le dernier chapitre..... Qui m'embête beaucoup. Elle m’embête car elle casse le rythme pour tomber dans du tout venant de mangas. Du tout-venant qui pourrait bien durer et l'on pourrait bien tomber dans le style : un méchants, puis un autre plus fort puis ... Bref perdre l'aspect Empire et politique  qui a fait l'intérêt du début du manga.
    On verra dans le deuxième tome à venir ce que cela donne mais cette fin m'a un peu refroidit.

    poseidon2

    Mercy t1

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Mirka Andolfo Dessinateur: Mirka Andolfo Coloriste: Mirka Andolfo Editeur: Glenat Note: 3.5
    Résumé:

    Jusqu'à quel point peut-on changer par amour  ?Alaska, fin du XIXe siècle. Hellaine, une femme d'apparence noble et aux origines mystérieuses, débarque dans la petite ville de Woodsburg non loin de l'épicentre de la ruée vers l'or du Klondike, Dawson City. Elle cherche à acheter la concession d'une mine à l'abandon. Car ce que tout le monde ignore, c'est que sous les décombres se cache un lac souterrain donnant accès à une autre dimension peuplée d'êtres cauchemardesques. Hellaine est en réalité l'un de ces êtres. Et manifestement, elle a un plan. Un plan qui va être bouleversé par l'apparition de Rory, une jeune orpheline amérindienne pour qui Hellaine va se prendre d'affection après l'avoir délivré des griffes de son agresseur...Créée par Mirka Andolfo (Contro Natura), Mercy est l'histoire d'une sorte de Dracula au féminin qui trouvera la rédemption grâce à l'amour inconditionnel d'une fille adoptive qu'elle va rencontrer par accident. Une fable romantique résolument classique mais moderne, où le Grand Nord devient le théâtre d'un fantastique horrifique proche de Entretien avec un vampire.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Fantastique
    Avant-propos : j'ai volontairement rayé le résumé de l'éditeur car il parle de chose... que  l'on devrait voir dans le tome 2 ! Donc dont on ne sait rien du tout sur ce tome d'introduction. Méfiez-vous !
    Bon on ne va pas se mentir, j'ai acheté cet album en grande partie pour les dessins et la coloration de l'auteure qui a écrit Contro Natura. Comic italien qui m'avait extrêmement plu ! Et sur ce côté je n'ai pas été déçu les dessins sont sublimes et la mise en couleur vive va très bien avec le style.
    Mais cet album m'a surpris en nous proposant un scénario plein de promesses.  Quelles promesses !!!!!! Fiouuuu. Les premiers tomes aussi ambitieux sont de plus en plus rares. Mais s'ils sont rares c'est en partie parce qu'il faut répondre aux attentes derrière. C'est ce qui nuancera ma note. Ce tome nous propose énormément de choses. Entre les bebete bizarre à la Chutulu rose, les indiens étranges, les beautés mystérieuses et les humains aux passifs troubles.... il y a de quoi raconter !
    Mais il faudra que cela soit bien raconté.  Et le bon pont de la série c'est que l'on aura la réponse... dès le 10 Octobre 🙂

    poseidon2

    Malgre tout

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Jordi Lafebre Dessinateur: Jordi Lafebre Coloriste: Jordi Lafebre Editeur: Dargaud Note: 5.0
    Résumé:

    C'est l'histoire d'un amour à rebours. Une passion platonique mais éternelle entre deux êtres. D'un côté, il y a Ana. Sexagénaire charismatique, ancienne maire tout juste retraitée, mariée et maman. Une battante au grand coeur qui impose le respect. De l'autre, il y a Zeno. Célibataire endurci, libraire proche de la retraite et doctorant en physique qui aura mis quarante ans pour terminer sa thèse. Un esprit libre et voyageur, aussi séduisant que mystérieux. Au fil des années, ils ont tissé ensemble un amour impossible et intarissable. Tout en égrainant les excuses qui ont empêché qu'elle ne prenne forme, on remonte le temps de cette romance et de ses méandres... jusqu'à sa source. Avec Malgré tout, Jordi Lafebre (Les Beaux Étés, La Mondaine, Lydie) nous offre, avec toute la poésie et la tendresse qui le caractérisent, son premier album en tant qu'auteur complet. Un puzzle amoureux complexe, qu'il recompose savamment au travers de scènes distinctes... et pourtant indissociables les unes des autres.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Tranche de vie
    Nous vivons une époque compliquée. Entre COVID, violences quotidiennes, replis sur soi et montée de l'extremisme quel qu'il soit, le XXI ieme siècle est compliqué et je n'ose vraiment pas penser au monde de mes futurs (enfin pas tout suite !) petits enfants. 
    Et cela déteint sur la production de bande dessinée. Entre des BD ouvertement orientées vers l'imaginaire, pour se sauver de la realité, et BD réalistes nous décrivant une fin du monde humain de diverses façon, les produtions actuelles sont globalement violente ou torturée comme leur époque.
    Alors pour les gens un peu fleurs bleus comme moi, cette BD fait un bien fou. Vraiment.
    Car cette BD parle d'amour. Un amour profond. Un amour qui n'a pas de barrières à franchir tellement il est grand. Un amour qui se base sur une confiance absolue. Des personnes qui aiment l'autre comme un tout sans rien vouloir jeter. Un amour réciproque comme beaucoup de cyniques (ou réalistes ?)  diront que cela n'existe pas.
    Et quand bien meme cela n'existerait pas cela ne serait pas grave. Car la BD de Jordi Lafèbre n'est pas la pour nous raconter une histoire vraie. Elle est la pour nous faire nous sentir dans une vraie grosse bulle d'amour. Un petit moment de calme et de bonheur dans ce monde, c'est un moment qu'on échangerait contre rien.
    Ajoutez à cela une mise en page à la "Memento" très sympa et une sublime mise en album par Dargaud et vous aurez mon coeur de coeur au sens premier du terme.

    alx23
    Scenariste: Patrice Louinet Dessinateur: Paolo Martinello Coloriste: Paolo Martinello Editeur: Glenat Note: 4.0
    Résumé:

    Pour les autres, l'enfer, c'est Conan. Une cité-état quelconque, quelque part entre Zamora et Corinthia. En prison, Conan, que la réputation de mercenaire précède, est approché par Murilo, un aristocrate influent qui souhaite louer les services du cimmérien pour se débarrasser de son adversaire politique : le prêtre rouge Nabonidus. Parvenant à s'évader, Conan s'infiltre alors dans la demeure piégée de sa cible. Mais sur place, il découvre que, derrière la lutte de pouvoir entre Nabonidus et Murilo, c'est peut-être quelqu'un d'autre qui tire les ficelles... 

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Fantasy
    Je ne connaissais pas l'équipe artistique en charge de ce nouvel épisode de Conan le cimmérien intitulé la maison aux trois bandits. Patrice Louinet adapte l'histoire au format bande dessinée avec pour une fois Conan en prise avec deux autres personnages machiavéliques et bandits sans scrupules. Ces deux personnages vont utiliser Conan à tour de rôle comme sa situation est déplorable après le vol et le meurtre d'un prêtre il est recherché dans toute la ville. Le final apportera la partie fantastique avec le personnage de Thak.
    Pour la partie graphique, le dessinateur Paolo Martinello assure des planches de qualité dans un genre réaliste avec des cases détaillées et bien fournies. Les planches alternent entre construction classique et plus originale sur les doubles pages. Une version deluxe est disponible en noir et blanc et au format plus grand comme pour les tomes précédents.
    Cette collection reste de qualité après une petite dizaine d'album déjà parus. Le prochain tome le dieu dans le sarcophage sera réalisé par Civiello et Doug Headline, en novembre.

    poseidon2

    Moriarty t8

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Miyoshi Dessinateur: Vandame Editeur: Kana Note: 3.0
    Résumé:

    Dans un entrepôt désaffecté, les hommes à l’origine de Jack L’éventreur se sont réunis pour parler de la suite de leur plan. L’un d’eux annonce qu’il est temps de passer à la phase « égorgement et éviscération » dès qu’ils mettront la main sur une prostituée. Si tous sont d’accord, un des hommes craint qu’il soit compliqué de trouver une jeune femme volontaire. Néanmoins, on lui fait comprendre que, avec de l’argent, on peut toujours trouver une prostituée. La décision est donc validée à l’unanimité quand débarquent deux hommes : William et Louis Moriarty. William explique qu’il est le « Prince du crime » et qu’il est venu les punir pour la série de meurtres qu’ils ont commis...

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Polar
    Suite de l'histoire de Jack l'eventreur et enfin retour sur le devant de la scène de Sherlock Holmes.... enfin sur le derrière de la scène. 
    Et c'est un peu le soucis de cette série. Si elle se lit bien et que l'histoire reste plaisante même si globalement abracabrantesque,  c'est beaucoup trop facile pour la famille Moriarty. 
    Ils ne rencontrent jamais aucun écueil et leurs plans se déroulent trop sans acros. Si au début c'était sympa de voir le mal triompher, c'est devenu trop monotone. De plus le fait qu'ils soient vraiment supérieurs à Sherlock Holmes rend encore plus cette facilité irritante. 
    De plus l'auteur tourne enormement en boucle sur ces justifications de crimes au point d'en devenir saoulant.
    Donc d'un manga intéressant et innovant on est passé à un manga juste plaisant. 
    C'est bien dommage.

    poseidon2

    Kingdom t43-44

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Yasuhisa Hara Dessinateur: Yasuhisa Hara Editeur: Autres Editeurs/Auto editions Note: 3.0
    Résumé:

    Le réveil de l'unité Hi Shin !! La bataille de Kokuyou se déroule sans que l'un des deux camps ne prennent le pas sur l'autre. Les combats s'intensifient toutefois suite à une charge puissante, menée par l'unité de Hi Shin, tandis que Kanki demeure toujours sur le retrait. Du côté des forces de Zhao, le général Kisui, déterminé à défendre ses terres, fait montre d'une grande bravoure, tandis que le commandant en chef Keisha, étonnamment, décide d'agir d'une façon contraire à ses habitudes. C'est toute la région de Kokuyou qui bouillonne sous l'enthousiasme des soldats des deux armées, bien résolues à en finir...!!

    Autres informations: Meian Edition
    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Historique
    Suite et fin de la bataille Kokuyou... et, une fois n'est pas coutume, fin du mini arc... qui ne servait qu'à combler l'histoire. Bon vu le niveau globale de la série, certains diront que je fais le difficile mais reste que cette bataille et ces tomes... ne servent à rien du tout. Mais vraiment. Un peu à voir le personnage de Kanki mais on le connaissait déjà.
    Cette bataille n'avance pas la conquête de la chine. On a l'impression qu'elle est là pour éviter de dire : 2 ans plus tard. 
    On a certes une bonne bataille et un super Shin mais on a une impression  de déjà-vu qui est juste coupé par la démonstration de cruauté de Kanki.
    Peut-être que cet antagoniste servira plus tard mais pour l'instant ce combat est juste un combat pour mettre un peu de batailles entre les magouille politiques.
    Heureusement les prochains sont d'un tout autre niveau 🙂

    poseidon2

    Batman : Creature de la nuit

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Kurt Busiek Dessinateur: John Paul Leon Editeur: Urban Comics Note: 4.5
    Résumé:

    Batman Créature de la nuit 1968, Boston, dans le Massachusetts, le jeune Bruce Wainwright, homonyme du personnage de fiction « Bruce Wayne », voit ses parents brutalement abattus, comme un écho cruellement ironique au héros de bande dessinée Batman dont il est un avide lecteur. Désemparé, Bruce est désireux néanmoins de surmonter son trauma mais se voit poursuivi par une mystérieuse forme noire prenant vie. Un être d'ombre qui n'est pas loin de ressembler à... une chauve-souris humaine ! Contenu vo : Batman: Creature of the Night #1-4.

    Type: Comic L'acheter sur BD fugue Genre: Polar
    Mais qu'est-ce que c'est que ça ??????? C’est vraiment ce que je me suis demandé au début de ma lecture. Aussi bien graphiquement qu'en terme de narration j'ai cru que j'avais choppé un cross over entre Kill or be Killed et Batman. Plus orienté Kill or be Killed en fait. Pour tout dire j'ai été regardé si je ne me trompais pas et si  Kurt Busiek  n'était pas l'auteur de Kill or be Killed.
    Car on retrouve dans ce Batman l'aspect "folie"/possession de Kill or be killed mais aussi l'aspect très mature et violent. Même graphiquement on n’est pas très loin !
    Et donc forcément vu que j'ai aimé Kill or be Killed ben.... j'ai vraiment aimé cet extraterrestre Batmanesque. Car c'est bien un extraterrestre qui pourrait être sur Batman ou sur n'importe quel héros au final tellement l’intérêt n'est pas sur le côté héros. En effet l’intérêt est, comme Kill or be Killed, sur la psychologie de Bruce Wainwright et la dualité entre lui et son double sombre.
    La gestion de l'histoire (toujours très proche de l'autre) est vraiment super bien pensée et on est tenu en haleine sur la folie de notre héros jusqu'au bout.
    Un excellent one shot qui est plus un polar qu'un Batman.

    alx23

    Joker - Killer smile

    Par alx23, dans Critiques

    Scenariste: Jeff Lemire Dessinateur: Andrea Sorrentino Coloriste: Andrea Sorrentino Editeur: Urban Comics Note: 4.0
    Résumé:

    Quand un psychiatre affilié au Joker tente de guérir le plus grand criminel de Gotham, c'est le début d'une descente aux Enfers pour celui qui était jusqu'ici un père de famille aimant et paisible. Mais cette spirale de dépression et d'hallucinations violentes ne cache-t-elle pas aussi un réel gouffre au sein même de sa psyché ?

    Type: Comic L'acheter sur BD fugue Genre: Fantastique
    Avec ce nouveau one shot sur le Joker, Jeff Lemire nous emmène dans un récit psychologique se déroutant dans l'asile d'Arkham. L'histoire commence d'abord avec le docteur Ben Arnell qui va essayer de soigner le Joker en se chargeant de l'analyse de sa personnalité. Sa vie paisible sera détruite à jamais alors qu'il en fera les frais à cause de son travail sur la folie du Joker. Jeff Lemire nous offre un récit sombre qui convient à merveille à ce personnage emblématique, aussi célèbre que Batman. 
    Les dessins d'Andrea Sorrentino sont réalistes et donnent une vision différente ou adulte, très proche des films de Nolan. La mise en scène de plusieurs planches est parfaite pour représenter la folie qui entoure ce récit. On peut comparer la construction des planches de Sorrentino à celles de J. H. Williams III sur Batwoman. Les cases des planches dessinent des formes par-dessus les dessins.
    Une fois de plus le duo Lemire et Sorrentino frappe très fort avec Joker Killer smile. Les amateurs du chevalier noir et de son univers seront très surpris par le choix du scénario qui est vraiment original et différent du peu que je connais de Batman et du Joker, surtout au niveau de l'épilogue.

    poseidon2

    Americana

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Luke Healy Dessinateur: Luke Healy Coloriste: Luke Healy Editeur: Casterman Note: 4.5
    Résumé:

    Un Irlandais bercé pendant toute sa jeunesse du rêve américain, se voit pour la énième fois expulsé des USA pour non renouvellement de sa carte de séjour. Il va s'imposer, en guise d'exorcisme, le Pacific Crest Trail, un trail de 4 240 km qui coure de la frontière mexicaine à la frontière canadienne, du désert à la glace en traversant 25 parc nationaux. La manière la plus radicale de se confronter à soi et à l'Amérique loin de tous les fantasmes et les rêves d'enfance. Une sorte d'Into the Wild "secure" , mais qui n'en égratigne pas moins tous les paradoxes et les zones d'ombre de la société américaine contemporaine avant l'élection de Trump.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Tranche de vie
    J'ai ouvert cet album car je n'avais jamais entendu parler de ce PCT. Pour un coureur à tendance trailer ça la foutait mal. J'ai donc voulu en savoir plus. Et la première douche froide : cela concerne un gars pas entraîné pour deux sous. Le genre de gars qui, quand tu cours, se plaint tout le temps parce qu'il a choisi un truc sans réfléchir et qu'il a pris un truc trop dur pour lui. Sincèrement les premières pages j'ai eu pitié... En plus cette adoration d'un pays comme les états unis m'a toujours étonné. Entre racisme ambiant, élection de Trump et foutage de gueule écologique, plus ça va plus le pays me repousse.
    Alors j'ai eu du mal au début et puis... et puis au final l'obstination de notre "héros" eu raison de la mienne. Son abnégation à continuer mixé avec la sympathie des différents marcheurs qu'ils rencontrent ainsi que la variété des espaces traversés m'ont fait plonger ! Et j'ai ensuite gober ce parcours initiatique. J'ai retrouvé ce qui m'avait plus précédemment dans ce pays : il y a de sublimes paysage et une nature magnifique derrière ses habitants. 
    On se retrouve de plus en plus dans la quête de sens de notre héros et on se met à rêver ce voyage impossible. Et une fois qu'on prit dedans impossible de s’arrêter malgré la routine du quotidien de marcheur.
    Et tout moqueur que j'ai pu être au début, j'ai fini ce gros volume avec un énorme respect pour Monsieur Luke Healy.

    poseidon2

    Why nobody remenber my world t4

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Kei Sazane Dessinateur: Arikan Editeur: Doki-Doki Note: 4.5
    Résumé:

    Pourquoi personne ne se souvient du monde d'avant ? La Grande Guerre pour la suprématie du monde qui opposa les cinq races se solda par la victoire de l'humanité menée par le héros Sid. Mais le monde a tout à coup été "réécrit" et, dans ce nouveau monde, les humains ont perdu la Grande Guerre des cinq races. Après avoir hérité de l'épée de Sid, le héros légendaire qui a conduit l'humanité à la victoire dans le vrai monde, le jeune Kai fait soudainement la rencontre de Rinne, une mystérieuse jeune fille attachée à des chaînes. C'est alors qu'apparaît une autre étrange créature féminine ressemblant à une marionnette atrocement mutilée... Un jeune homme dont l'existence a été effacée va tenter de remettre en place le vrai monde tel qu'il était avant !

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Fantasy
    Decidement ce manga est vraiment surprenant par sa densité. Que d'histoire passée en 3 volumes et que de promesses à venir. Et ce tome 4 est excellent car il solidifie l'ensemble. En effet on avait  eu peur, durant le tome 3, que la série soit courte avec juste un gros combat avec la reine des démons. Les 3 premiers tomes étaient tellement rapides qu'ils laissaient imaginer une série au scénario brouillon et uniquement la pour nous montrer des gros combats.
    Et bien se tome quatre nous montre que pas du tout. Il y a une vrai histoire. On le voit bien par le changement de région de nos héros et l'arrivée chez les "Anges". En effet le decors est completement differents. Les pouvoirs, la base de la rebellion  mais surtout le bestiaires et l'environnement n'ont rien à voir, sont très thématiques et bien expliqués.
    On se rend compte que nos auteurs maitrisent à merveille leur univers. Et ca c'est un excellent signe pour la suite car si la série continue à ce niveau la de densité, cela nous promet de merveilleuses lectures à venir !
    On en redemande !

    alx23

    Mangez-le si vous voulez

    Par alx23, dans Critiques

    Scenariste: Dominique Gelli Dessinateur: Dominique Gelli Coloriste: Dominique Gelli Editeur: Delcourt Note: 4.5
    Résumé:

    À l'été 1870, alors que la puissance de l'armée prussienne décide du sort du second Empire, le moral du peuple français est au plus bas. Quand un jeune notable de Dordogne, Alain de Monéys, se rend à la foire d'Hautefaye, il ne sait pas que c'est pour y subir les pires tortures, jusqu'à son meurtre et sa dévoration par une foule rendue hystérique d'avoir cru l'entendre dire : « à bas la France »...

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Historique
    Dominique Gelli adapte le roman de Jean Teulé qui s'inspire d'un fait réel très marquant de la fin du 19ème siècle. Je ne connaissais pas cette histoire surréaliste qui s'est déroulée au moment de la guerre contre les prussiens. Le format du roman graphique convient très bien à ce récit historique découpé en chapitre. A chaque début de chapitre, la page d'ouverture donne la position du personnage principal dans le petit village de Dordogne. On découvre la vie d'Alain de Monéys qui s'engage dans l'armée française malgré son handicap pour aller combattre. Il aurait pu acheter la place d'un non-combattant plus pauvre que lui, c'était une pratique très courante à cette époque. Juste avant de partir sur le front, Monéys se rend à une foire dans le village voisin pour revoir ses amis d'enfance. Le drame va commencer dès son arrivée.
    La partie graphique de Dominique Gelli est très originale mais très sombre dans la façon de représenter les personnages. L'auteur ajoute des touches de couleurs pour renforcer l'action en cours pour un rendu impactant. 
    Mangez-le si vous voulez est un récit marquant sur les phénomènes de foule, capable des pires atrocités. L'histoire d'Alain de Monéys m'a troublé donc je me suis renseigné après la lecture de ce roman graphique pour vérifier les faits exposés. 

    poseidon2

    Bootblack t2

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Mikael Dessinateur: Mikael Coloriste: Mikael Editeur: Dargaud Note: 4.5
    Résumé:

    Allemagne, 1945. Les troupes américaines traquent les derniers soldats ennemis. Dans leurs rangs, un homme n'a pas fait le deuil de son passé. Ancien cireur de chaussures sur les trottoirs de New York, un Bootblack, il est né sous le nom d'Altenberg, mais il préfère qu'on l'appelle Al Chrysler. Pour oublier l'horreur de la guerre, Al se refugie dans ses souvenirs, à l'époque où il n'était qu'un gamin des rues de Manhattan. Avant de s'engager, il a passé dix années en prison. Aujourd'hui, il a 25 ans. La femme de sa vie, Maggie, n'est plus qu'un reflet dans sa mémoire. Tous ses copains sont morts. Tous, sauf un, " Diddle Joe ", qu'il revoit sur le front. Leurs retrouvailles seront brutales : Al découvre que " Diddle Joe " les a trahis... L'auteur de Giant signe le second volet d'un diptyque émouvant, qui procède par flashbacks et qui offre une plongée fascinante dans un New York mythique et onirique. Comme le dit Maggie, " Nos rêves nous appartiennent, et personne ne pourra jamais nous les enlever... "

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Tranche de vie
    Je n'avais pas caché ma déception sur le premier diptyque qu'étais Giant. En effet le diptyque était graphiquement sublime mais il manquait un petit quelque chose au scénario. Et bien Mikael a corrigé le tir sur de BootBlack. Le scénario est bien présent et même particulièrement réfléchi. Apres la narration du grand racontant son enfance, on saute ici 10 ans dans le futur pour rejoindre notre narrateur.
    Et cette idée est un peu ce qui manquait au précédent. On découvre intelligemment, en suivant le périple de sortie de prison de notre héros, ce qu'il s'est passé durant les 10 années qu'il a passé à l'ombre.  Entrecoupé de période de guerre, les pièces se mettent en place tout doucement mais surtout très intelligemment pour nous livrer une fresque aussi émouvante que sublimement dessiné.
    Autant après Giant j'aurais eu tendance à classer Mikael dans les beaux dessinateurs, autant là on peut le classer dans le haut du panier de l'auteur de BD complet !
    Chapeau !

    poseidon2

    The unwanted undead adventurer t1

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Yu Okano Dessinateur: Haiji Nakasone Editeur: Autres Editeurs/Auto editions Note: 4.0
    Résumé:

    Cela fait maintenant dix ans que Lendt veut devenir aventurier, mais celui-ci stagne au rang inférieur. Un jour, il se rend dans le Donjon de la Lune d'Eau afin de s'y entraîner et d'y trouver des ressources à revendre. Mais il tombe nez à nez avec un Dragon, créature démoniaque qui ne fréquente normalement jamais ce donjon classé " débutant ". Paralysé par sa puissance, il se fait dévorer et meurt. Pourtant, il se réveille sous la forme d'un démon Squelette. Désorienté, il réussit finalement à bénéficier de l'évolution substantielle, une capacité que seuls les monstres possèdent, et décide de tout faire pour redevenir humain. Commence alors une lutte sans merci contre les monstres du donjon ! Adaptée du light novel éponyme, cette série fantastique compte actuellement 5 tomes au Japon. Haiji Nakasone et Yu Okano proposent ici une histoire audacieuse et bien construite appuyée par une narration efficace et un coup de crayon précis et dynamique.

    Autres informations: Edition Meian
    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Fantasy
    En voilà une approche du manga de fantaisie un peu innovante. Déjà le traitement global de la série est sympa : c'est très adulte. C'est de l'exploration de donjon en mode jeu vidéo comme beaucoup mais ici on n'a  pas (encore ?) le droit à notre personnage débile et à nos blagues lourdingues. La fille n'est pas cucul au possible et notre héros réfléchit. Rien que ce traitement adulte change par rapport à la multitude des mangas de fantaisy. 
    Ensuite l'histoire est aussi sympa. Ce héros loser qui meurt mais se retrouve ressuscité en  squelette, ennemis des aventuriers donc, offre une approche sympathique avec le besoin de se cacher pour éviter d’être pris pour cible. 
    Le pragmatisme de notre héros est aussi très bon avec tout de suite la solution d'évoluer en tant que monstre pour pouvoir se remettre à discuter et donc pouvoir réintégrer le monde des humains.
    En bref un premier tome intéressant là ou ses petits collègues du même genre sont au mieux divertissant. Ça change beaucoup !

    poseidon2

    Manon des sources t1

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Serge Scotto Dessinateur: Eric Stoffel Coloriste: Christelle Galland Editeur: Grand Angle Note: 4.5
    Résumé:

     Grand Angle adapte l'oeuvre de Marcel Pagnol en BD. Dix ans après la mort de Jean de Florette, Ugolin a récupéré à moindre frais le domaine des Romarins. Il y a installé une florissante exploitation d'oeillets. D'autant qu'il a débouché la source volontairement camouflée et refait couler l'eau qui avait tant manqué au pauvre bossu. Pressé par Le Papet de se marier, Ugolin pense à la belle jeune fille qu'il a aperçue dans les collines. Mais l'objet de son amour n'est autre que Manon, la fille de Jean de Florette, avide de vengeance.

    Autres informations: Pagnol un jour, Pagnol toujours
    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Tranche de vie
    Ce qui me plait vraiment dans ces adaptations, c'est qu'elle change ma vision de Marcel Pagnol. En effet j'en avais un souvenir d'enfance d'histoire sentant bon la Provence (bon ok ça c'est vrai) mais surtout d'histoire juste gentillettes de la vie de tous les jours, sans réel scénario. Alors qu'en fait sous couvert de cette bonhomie du sud, les plus connus de ses albums se suivent  et nous présente une fresque humaine complexe et très intéressante.
    Le personnage d'Ugolin est ici vraiment bien développé et nous montre la profondeur des personnages de Pagnol, sous couvert de champ des cigales. Ce tome 1 de Manon est donc vraiment excellent car, en plus d’être toujours graphiquement très beau, dans la continuité graphique et scénaristique de Jean de Florette. Le fait d'avoir toujours la même équipe aux manettes permet de toujours retrouver rapidement ses personnages et d'entrer directement dans l'ambiance des histoires de Pagnol.
    Une vraie réussite qui donne envie de rapidement lire la suite des aventure de Manon et de voir ce qu'il va arriver à ce pauvre Ugolin, plus  bête et suiveur qu'autre chose.

    alx23

    Gideon falls tome 4 - Le pentoculus

    Par alx23, dans Critiques

    Scenariste: Jeff Lemire Dessinateur: Andrea Sorrentino Coloriste: Dave Stewart Editeur: Urban Comics Note: 4.5
    Résumé:

    Après un voyage dans le temps et l'espace, Norton et Clara sont piégés dans la « petite ville » de Gideon Falls avec un psychopathe meurtrier. Pendant ce temps, dans une autre dimension, le père Fred et Angie affrontent l'évêque dans la « grande ville » Gideon Falls et les secrets n'ont jamais été aussi près d'être révélés. Le vrai combat contre « le centre et celui qui vit dans son ombre » ne fait que commencer...

    Type: Comic L'acheter sur BD fugue Genre: Fantastique
    On gagne vraiment en puissance avec cet avant dernier tome de la série !! Jeff Lemire nous régale avec une histoire fantastique à la limite de l'horreur, très prenante. Dans cet épisode, Lemire apporte quelques explications sur les différentes dimensions qui nous préparent à un final assez explosifs. On suit le parcours de deux couples de héros dans des Gideon Falls différents mais toujours avec cette présence maléfique ou le personnage au sourire.
    Andrea Sorrentino assure une partie graphique assez magistrale, l'auteur dessine des planches impressionnantes pour représenter ce récit. Il développe une ambiance intense avec le côté réaliste des dessins et le côté fantastique de l'histoire avec les dimensions. La mise en forme de certaine planche est très originale et s'éloigne de comics traditionnels.
    Je suis avec beaucoup d'attention le travail de ce duo d'auteurs, très présents dans les sorties chez Urban Comics comme ils réalisent également l'album sur le Joker Killer smile.

    poseidon2

    Anais Nin, sur la mer des mensonges

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Leonie Bischoff Dessinateur: Leonie Bischoff Coloriste: Leonie Bischoff Editeur: Casterman Note: 5.0
    Résumé:

    Début des années 30. Anaïs Nin vit en banlieue parisienne et lutte contre l'angoisse de sa vie d'épouse de banquier. Plusieurs fois déracinée, elle a grandi entre 2 continents, 3 langues, et peine à trouver sa place dans une société qui relègue les femmes à des seconds rôles. Elle veut être écrivain, et s'est inventé, depuis l'enfance, une échappatoire : son journal. Il est sa drogue, son compagnon, son double, celui qui lui permet d'explorer la complexité de ses sentiments et de percevoir la sensualité qui couve en elle. C'est alors qu'elle rencontre Henry Miller, une révélation qui s'avère la 1re étape vers de grands bouleversements.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Biographie
    Qu'est-ce c'est beau ! C'est la première impression que j'ai eu en ouvrant la BD. Le trait très aérien, le choix des couleurs, la mise en page... tout est sublimement pensé. Pensé pour nous faire rêver et bien réussir à nous plonger dans l'esprit d'Anaïs Nin. Et cette plongée permet de découvrir une histoire très intéressante mais surtout une façon poétique de raconter la vie d'Anaïs Nin.... tout simplement parfaite.
     Leonie Bischoff réussi le périlleux pari de nous plonger dans la dualité de notre personnages et à nous expliquer ce que beaucoup jugerais comme inacceptable : Anaïs Nin était une femme à la recherche des sensations nécessaire à l'épanouissement de son art. Une recherche qui passe par des expérimentations qu'elle réussit à complètement découper du facteur amoureux.
    Et c'est là où la narration de  Leonie Bischoff est excellente. Elle réussit à nous faire comprendre la philosophie d'Anaïs et à nous y faire adhérer.
    Entre un sublime rendu graphique superbe et une narration aussi poétique qu'enivrante, on tient la sans conteste l'une de meilleures BDs de la rentrée

    edo

    My Hero Academya - Team UP mission - T#1

    Par edo, dans Critiques

    Scenariste: Kohei Horikoshi Dessinateur: Yoko Akiyama Editeur: Ki-oon Note: 3.5
    Résumé:

    Avec la retraite forcée d'All Might, il est urgent de préparer la relève. Un nouveau système, baptisé «Team Up Mission», est mis en place pour tous les apprentis héros : ils formeront des groupes chargés de patrouiller aux côtés des professionnels ! En plus de leur faire gagner une précieuse expérience du terrain, cette organisation leur apprendra à s'adapter à n'importe quel partenaire. Les élèves du lycée Yuei vont devoir faire de leur mieux avec les équipes qui leur auront été assignées... Certains cocktails promettent d'être explosifs ! Que se passe-t-il quand on mélange les détonations de Katsuki aux pouvoirs gravitationnels d'Ochaco ? Izuku sortira-t-il vivant de la compétition entre les inventrices de génie Mei et Mélissa ?! Sun Eater gagnera-t-il en confiance auprès de Tenya et de Momo ? Le spin-off officiel My Hero Academia Team Up Mission est l'occasion de découvrir des histoires 100 % inédites et de voir en action des équipes inattendues ! Un must pour tous les fans de My Hero Academia !

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Action
    Voici de quoi ravir tous les fans du manga MY HERO ACADEMIA!

    Team UP mission offre un point de vue hors sujet de l'histoire principale tout en restant dans l'air du manga et du développement de nos jeunes héros. On retrouve nos élèves de UA en collaboration avec des héros pour des missions uniques le temps d'un chapitre. Horikoshi nous dévoile donc des interactions et des scènes d'action pour lesquels il n'a pas eu l'occasion de les inclure dans la série principale.

    Cela nous permet de pouvoir observer l'évolution de nos apprentis héros favoris mais également de les observer travailler en équipe! On retrouve Midoriya devant s'allier à Bakugou ou encore le retour de Melissa ! (clin d'œil au premier film de la série)

    Je trouve ça très chouette, ça permet de mieux cerner l'évolution de certaines relations, ça apporte des informations complémentaires et mets en avant des personnages qui sont en retrait dans le manga. De plus on peut voir en action des héros dont on sait encore peu de choses comme Hawks ou Miruko.

    Les missions prennent place aléatoirement dans l'histoire principale, d'où l'évolution de certaines tenues (hiver/été) d'un chapitre à un autre. Les dessins sont réalisés par Yoko Akiyama, offrant une réalisation très proche de l'auteur.

    Je recommande chaudement à tous les fans de la série, c'est un bonus qui fait très plaisir et qui promet de nous en mettre plein les yeux !
     
     
     
     

    poseidon2

    Nyankees t2-3

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Atsushi Okada Dessinateur: Atsushi Okada Editeur: Doki-Doki Note: 3.5
    Résumé:

    50% chats - 50% furyô - 100 teigneux ! Et si en plein combat, les chats étaient représentés comme des furyô, ces loubards japonais ? Après avoir mis le quartier de Nekonaki sens dessus dessous, Ryûsei, le chat balafré, va découvrir le boss du redoutable gang des Goblin Cat Tails !

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Action
    Franchement plus ça va et plus je me demande pourquoi j'aime cette série. Des combats de chats... sincèrement ? 
    Mais il y a un je ne sais quoi qui me plait. Bon au final c'est plus des combats d'humains que de chat mais l'idée est la même. Je pense que ce qui me plait dans cette série c'est le fait que les humains aient des réactions de chat. Ils se couchent en boulent pour dormir, ils se réchauffent au soleil et ils ronronnent quand ils sont contents.
    Et ça suffit à faire mon bonheur. C'est con mais ça détends après une journée à la con au bureau ! Et c'est déjà vraiment bien de pouvoir se détendre :)
    Cerise sur le gâteau, le tome 3 nous apporte une variété de chat et de défi qui rendent le scénario très sympa a suivre ! 
    Je n'en demandais pas tant 😄

    poseidon2

    Joker - Fini de rire

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Collectif Dessinateur: Collectif Editeur: Urban Comics Note: 4.0
    Résumé:

    Le Joker est enfin parvenu à ses fins : il a tué Batman au cours d'un duel explosif ! Mais à présent que son plus cher ennemi n'est plus que lui reste-t-il à faire de ses journées ? Ainsi, l'ancien Clown Prince du Crime devient Joe Kerr, un simple citoyen de Gotham, et ne tarde pas à tomber amoureux. Mais l'ancien maniaque est-il véritablement devenu sain d'esprit ? Contenu vo : Contient : Legends of the Dark Knight #65-68, Joker: Devil's Advocate .

    Type: Comic L'acheter sur BD fugue Genre: Polar
    Dans le cadre de l'été spécial Joker, Urban réédite deux titres phares des années 90 : Saint d'esprit et l'avocat du diable.
    Et si graphiquement on voit que le trait est un peu vieillot (quoi que sur l'avocat du diable ça passe très bien), au niveau du scénario, on est vraiment dans des histoires super innovantes qu'il se faut d'avoir lu si on aime le personnage du Joker. En effet le premier ne présente rien de moins qu'un Joker complètement perdu après enfin réussi (pense-t-il) à tuer sa Némésis.
    Le deuxième nous montre lui un Joker condamné à la peine de mort... à tort. Ce deuxième est particulièrement sympa car il montre enfin l'après "capture par Batman". Le procès, la plaidoirie de la folie, les jurés, les intimidations... tout ce que l'on ne voit pas d'habitude. 
    En bref Urban réédite là deux très bonnes histoires autour du Joker qui permettra aux nouveaux fans de parfaire leur culture DC.

    poseidon2

    Deux passantes dans la nuit t1

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Patrice Leconte Dessinateur: Jerome Tonnerre Coloriste: Jerome Tonnerre Editeur: Grand Angle Note: 4.0
    Résumé:

    La longue nuit de deux femmes en fuite dans le Paris désert de l'Occupation. Après des années de détention, Arlette recouvre la liberté dans un Paris occupé par les nazis. Et elle entend bien rattraper le temps perdu. Anna, elle, cherche à sauver sa peau. Magicienne et israélite, elle a fui un danger qui l'a rattrapée. La ville occupée est une cage dont elle doit s'échapper au plus vite. Elles sillonneront en une nuit ce Paris obscurci. L'inquiétante étrangeté de l'Occupation, avec ses contrôles d'identité, ses fonctionnaires tatillons, ses sombres ombres et ses connaissances qu'on ne connaît pas si bien que ça et à qui il ne faut pas faire confiance...

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Historique
    On ne voyait pas Patrice Lecomte revenir à ses premières amours. En effet avec plus de 30 films a son actifs dont certains légèrement connus comme les Bronzés, la fille sur le pont ou encore Tandem.
    Je ne m'attendais pas à ce qu'il ne revienne à la bande dessinée, là où il fit ses premières armes dans le journal Pilote de 1970 à 1974. On se dit donc qu'un personnage comme cela ne revient pas pour rien et effectivement il nous livre un scénario très rafraîchissant avec une vision spéciale de l'occupation. Une vision de l’intérieur d'un Paris occupée de nuit. Une vision de 2 filles aux destins complètement différents mais qu'une nuit réunie. 
    Et cette vision nous montre... et bien que malgré ce qu'on en montre et ce qu'on en sait,  les nuits parisiennes étaient vraiment agitées durant l'occupation. Entre les allemands en permission venus dépenser leurs soldes dans les bars parisien et les français qui se sont créés une vie nocturne  dans des caves en contournant le couvre feu, le périple de nos jeunes filles nous fait découvrir  un coté de guerre qu'on ne connaissait pas.
    Il est à remarquer que Patrice Lecomte a choisi un dessinateur intéressant en la personne de Jerome Tonnerre. Les dessins sont très sympas mais c'est surtout la coloration qui se démarque pour nous livrer des effets de nuit très sympa et surtout ne pas tomber dans le piège d'un album trop sombre.

    poseidon2

    Les aventures de Roxy t4

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Rifujin Na Magonote Dessinateur: Shoko Iwami Editeur: Doki-Doki Note: 3.0
    Résumé:

    Toujours accompagnée du ménestrel, Roxy poursuit son voyage à travers le continent central. Sur le chemin, en voulant sauver une mère et son enfant d’une bande de voleurs, elle ôte malencontreusement la vie à l’un des bandits, une tragédie qui ne cesse de la hanter depuis. La jeune femme, désormais devenue une aventurière accomplie, réussira-t-elle à surmonter cet obstacle auquel le destin l’a forcée à se heurter ? En arrivant au royaume d’Asura, elle espère revoir l’une de ses plus vieilles connaissances… Mais que lui réservent les retrouvailles ?

    Autres informations: Et la série mère alors ?
    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Fantasy
    Bon je ne vais pas argumenter sur le fait qu'on aime le personnage de Roxy. Tout le monde aime le personnage de Roxy ! Et ça à suffit à notre bonheur lors des trois premiers tomes. 
    Mais là à la fin de ce tome 4..... Et bien j'aurais envie de dire : Pourquoi ne pas se concentrer sur la série mère plutôt ? Vous savez celle que tout le monde attends et qui sort à vitesse d'escargots (pour les mangas).... Car si ce tome 4 n'est pas mauvais, il dépasse tout juste le sympathique. 
    On continue d'en apprendre plus sur Roxy et sur ce qu'elle fait en parallèle du périple de Rudeus mais quelque part cela impact peu la série mère et l'histoire fournis est de bien moindre envergure. Aucun lien avec les grandes puissances mystères du monde ni même avec Rudeus lui-même. Un spin off fait pour vendre des mangas et plaire aux fans.
    Pas désagréable mais on aurait préféré lire ca une fois la série principale finie...

    alx23

    Ascender tome 2 - La mer morte

    Par alx23, dans Critiques

    Scenariste: Jeff Lemire Dessinateur: Dustin Nguyen Coloriste: Dustin Nguyen Editeur: Urban Comics Note: 4.0
    Résumé:

    Blessé, Andy est capturé par la Mère et ses sbires, pendant que sa fille, la petite Mila, continue sa route vers un possible vaisseau pour quitter la planète en compagnie de Telsa. Mais elle ignore que son père est en vie et que la Mère est à ses trousses pour récupérer Bandit, son chien robot, qui représente la seule menace contre le pouvoir de la Mère. Le temps est compté... 

    Type: Comic L'acheter sur BD fugue Genre: Fantastique
    Je ne m'attendais pas à apprécier le changement de genre en passant de la science-fiction de Descender pour poursuivre avec de la fantasy avec Ascender, pour le second cycle. L'histoire se sépare en plusieurs parties qui suivent chaque protagoniste important comme Andy qui est fait prisonnier, sa fille Mila qui tente de quitter la planète en compagnie de Tesla et Helda ou l'histoire de la Mère vampire. Jeff Lemire nous propose aussi un flash-back durant un chapitre pour nous faire la transition entre Descender et Ascender pour Telsa et le docteur Quon. Lemire reste constant sur cette série en comparaison avec sa série de super-héros Black hammer. Il réussit à conserver beaucoup d'intérêt pour le lecteur même si la trame de fond ressemble à celle de Descender avec des personnages qui essaient de retrouver un enfant ou un enfant-robot dans le premier cycle. Les aquarelles de Dustin Nguyen sont magnifiques même si certaines petites cases font assez brouillon.
    Après deux tomes de qualité, Ascender confirme que cette suite sera prenante.

    The_PoP

    Hasu

    Par The_PoP, dans Critiques

    Scenariste: Leen Dessinateur: Leen Coloriste: Leen Editeur: Autres Editeurs/Auto editions Note: 3.5
    Résumé:

    Mochizuki Chiyome est une femme issue de la région de Kôga, où vit un certain nombre de clans ninja. Femme et veuve d'un général à la solde de Takeda Shingen, un important Seigneur de guerre, elle a pour mission de créer un réseau de femmes ninja. Ainsi elle fait la rencontre d'une jeune femme au caractère bien trempé, qui vit malgré elle au sein d'une maison close et cherche tant bien que mal à s'en échapper. Chiyome lui offre une seconde vie en la prenant à son service et en lui apprenant l'art du combat mais surtout l'art de la manipulation, de la séduction, et du plaisir...

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Drame
    Nouvelle série auto éditée par Leen qui se déroule toujours dans le Japon Féodal. Cette fois-ci cependant, on est clairement dans une BD à l'érotisme un brin voyeur assumé. Mais Leen sait s'y prendre pour dessiner les galipettes, alors ne boudons pas notre plaisir. Graphiquement c'est toujours aussi réussi et le passage en grand format de BD façon franco belge réussit très bien à Leen. Evidemment si vous êtes allergiques au style manga, passez simplement votre chemin. 
    L'histoire est pour le moment assez classiques avec ce réseau d'espionnes / Geisha / Ninja mais c'est un premier tome de mise en place, et je gage que la suite sera un brin plus complexe avec un développement des personnages qui gagneront en profondeur. 
    Ceci dit, déjà en l'état, pour les amateurs du genre, ne boudez pas votre plaisir, c'est frais et très sympathique. 

    The_PoP

    Jeremiah Johnson - Chapitre 1

    Par The_PoP, dans Critiques

    Scenariste: Fred Duval & Jean-Pierre Pécau Dessinateur: Jack Jadson Coloriste: Nurya Sayago Editeur: Soleil Note: 3.0
    Résumé:

    Tout le monde connaît Jeremiah Johnson sous les traits de Robert Redford dans le film de Sydney Pollack. Mais peu de gens savent que le personnage a bel et bien existé. Cette série raconte son histoire... Jeremiah Johnson arriva dans les montagnes Rocheuses au milieu du XIXe siècle pour s'y faire trappeur. Mais l'assassinat de son épouse indienne le conduisit à mener une sanglante vendetta contre la tribu des Crows. Impitoyable, il mangeait cru le foie de ses ennemis... Une ode à la sauvagerie brute et à la nature.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Western
    Ah c'est sûr que quand vous lisez sur la couverture d'une BD Jeremiah Johnson, en bon européen qu'on est, on pense forcément au héros du film. Film magistral d'ailleurs qui a su marquer les esprits lors de sa sortie. Bon et bien oubliez tout lien possible entre ces deux héros dans un premier temps. Ce Jeremiah Johnson là est d'une rare violence, ses valeurs sont assez floues, et il n'y a pas l'once du début d'un politiquement correct dans ce chapitre 1. On est bel et bien dans les mythes de la conquête de l'Ouest avec sa vérité poisseuse sur la vision que les colons pouvaient avoir des populations natives. 
    Si vous cherchez un gentil trappeur, allez chercher vos Buddy Longway ou repassez vous des histoires de Davy Crockett. 
    Ce Jeremiah Johnson est donc âpre et dur. Soit. Ce tome 1 est une bonne introduction au personnage, même si l'on a parfois plus l'impression de lire un documentaire sur la vie un poil romancée de Jeremiah Johnson que de bouquiner un Western. La faute a des personnages secondaires qui défilent sans vraiment peser, et à une narration qui a sauter d'événement important en événement important nous laisse simple spectateur de l'histoire. Cette impression est évidemment renforcée par le dessin soigné mais à mon goût trop impersonnel de Jack Jadson. Un peu dommage donc, tant l'histoire racontée aurait pu avoir encore plus d'envergure. Le mythe du bonhomme et même le film méritaient peut être une réécriture de son histoire plus vivante.
     
     

    poseidon2
    Scenariste: Jochen Gerner Dessinateur: Jochen Gerner Editeur: Casterman Note: 3.0
    Résumé:

    Un 2e volume des planches de la rubrique phare de l'hebdo le 1 ! Depuis le tout premier numéro de l'hebdo le 1, à travers ses planches de Repères, Jochen Gerner multiplie les trouvailles et parvient avec humour et concision à nous raconter l'économie, l'histoire, la France, l'Europe, le monde, les sciences... la vie. Sa plume est sûre, sa ligne claire et son encre indélébile. Ce deuxième recueil rassemble de nouvelles planches qui éclairent avec pédagogie et malice l'actualité récente.

    Autres informations: La nouvelle référence du petit coin
    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Indefini
    Un nouveau livre de référence pour les toilettes !!! Cool ! Sans blague ce n'est absolument pas une insulte pour moi. Loin de Là. 
    Cela décrit juste des lectures qui prennent moins de 5 minutes et qui sont autonomes. Et c'est exactement le cas de ce Repères. Il nous livre des explications rapides et intéressantes sur le monde en générale. Différents sujets sans aucun lien entre eux mais qui sont expliqués rapidement (2 petites pages avec les dessins) et rendent certaines informations accessibles aux plus grands nombres. 
    Par des explications historiques il permet aussi, rapidement donc, de mieux comprendre certains enjeux actuels. Une vraie mine d'information qui se distille au rythme d'un ou deux par jour pour ne pas être en overdose d'informations. 
     Certains diraient que c'est une BD pour préparer le café entre collègues et ils n'auraient pas tort.
    Moi je préfère le terme de BD de toilette. Car vu le temps qu'on y passe sur toute une vie, ça en fait les albums les plus ouvert de toute bibliothèque.


    poseidon2

    Spirou chez les soviets

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Fred Neidhardt Dessinateur: Fabrice Tarrin Coloriste: Fabrice Tarrin Editeur: Dupuis Note: 4.5
    Résumé:

     Le comte de Champignac a disparu ! Il a été enlevé par des agents du KGB... Des savants russes ont besoin de lui pour les aider à répandre le gène du communisme dans le monde entier. Dans le contexte de la guerre froide, Spirou et Fantasio jouent les James Bond, espions infiltrés sous la couverture d'un reportage pour Vaillant (Pif Gadget), le journal communiste de l'époque. Parviendront-ils à délivrer Champignac de l'embrigadement bolchévique et à sauver le monde de la contamination communiste ? Au dessin, Fabrice Tarrin s'inscrit pleinement dans la continuité des créateurs de la série qui ont fait de Spirou un grand héros éternel. Le scénario de Fred Neidhardt, l'un des plus fins connaisseurs de "Spirou", distille avec jubilation des références à la grande époque de la BD franco-belge, dans un univers de guerre froide où plane de-ci de-là l'ombre de 007. De quoi raviver le goût pour la série Spirou et Fantasio dans ce qu'elle a de plus mythique et intemporelle !

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Humour
    Alors soyons bien clairs d'entrée : certains n'aimeront pas. Ceux qui cherchent des Spirou aventureux comme on a pu en avoir dans la série peuvent passer leurs chemin directement. Ceux qui n'ont pas lu beaucoup de BD franco-belge des années 70-80 aussi car ils rateront une bonne partie des références.  Car ce Spirou chez les soviets est un hommage humoristique à Tintin et à la BD franco-belge des années 70 -80, justement.
    Déjà point de décalage temporel. On revient dans cet album à un Spirou vivant en pleine guerre froide. On retrouve surtout des Spirou et Fantasio complètement inclut dans le monde Dupuis avec des visites à la rédac, des croisements de Gaston et consort dans les couloirs etc....
    Ensuite on enchaîne les blagues et les clichés sur les Russes mais aussi les critiques du capitalisme avec un Truman au sommet de sa forme. On rigole bien dans ce Spirou. On rigole à l'ancienne en se moquant des extrémistes de tout bord. 
    Le seul point un peu moins bien réussi, de mon point de vu, est la fin que je trouve un peu trop rapide.... il aurait peut-être été plus dans le thème d'avoir un fin plus osée 🙂
    Reste que cet album est un excellent Spirou qui ravira les lecteurs de BD franco-belge de la fin du XX ieme siècle.

    poseidon2

    Fire Force T15

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Atsushi Okubo Dessinateur: Atsushi Okubo Editeur: Kana Note: 4.5
    Résumé:

    L'humanité est terrifiée par le phénomène de combustion humaine. Des brigades spéciales Fire Force ont donc été mises en place avec pour mission de trouver la cause de ce mystérieux phénomène. Le jeune Shinra, nouvelle recrue surnommée le Démon, rêve de devenir un héros. Mais le chemin sera long et il devra, avec ses camarades, apprendre à affronter quotidiennement des Torches humaines.

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Action
    Au qu'il est bon ce tome 15. Les précédents étaient déjà sympa avec une vraie avancée dans l'histoire du pays et de la secte du feu mais celui la c'est carrement LE tome qu'on attendait depuis ... ben le début 🙂
    Exit (quasiment) la 8ieme brigade sur ce tome ci. On a le droit à une investigation du Joker sur les vérités derrière le religion du feu... et la boum tout explose et on nous dévoile le gros de l'histoire sur un seul tome. Sur la religion, sur Amaterastu, sur le passé, sur la grande guerre, sur la création de la religion, sur l'adora link, le grand prédicateur...

    Ce en fait donc un des tomes les plus prolifique en histoire de toute la série. Et Atsushi Okubo réussi à quand meme nous livrer des scènes de batailles plutot sympa. 
    On attend maintenant la suite avec une envie qui m'avait quitté depuis un moment sur cette série.
    Et devinez quoi ? Elle arrive en Octobre 🙂
     

    poseidon2

    l'oiseau rare t1

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Cédric SIMON Dessinateur: Eric Stalner Coloriste: Florence FANTINI Editeur: Grand Angle Note: 4.0
    Résumé:

    Ils sont prêts à toutes les combines pour atteindre leur rêve. Dans ce bidonville parisien, au milieu du petit peuple chassé par la spéculation immobilière, vit Eugénie et sa bande : le vieil Arthur, Tibor, l'ancien dompteur hongrois et les deux frères, Constantin et Lucien. Le ciment de cette famille, c'est Eugénie qui les entraîne dans son rêve fou de reconstruire L'Oiseau rare, le cabaret de son grand-père. Pour cela, chanter dans les rues ne suffit pas. C'est un prétexte pour attirer les bourgeois aux bourses pleines. Vols et filouteries sont leurs véritables activités. Mais les combines de plus en plus risquées, les problèmes avec les apaches et la police vont précipiter le petit groupe dans une spirale dangereuse.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Aventure
    Voilà une BD qui correspond parfaitement à sa maison d'édition : la bd comme au cinéma.
    Car cet Oiseau Rare est une vraie histoire de cinéma. Un scénario robuste ni trop ambitieux ni trop déluré. Une mise en image superbe avec des belles vue de la capitale à une époque où le béton ne régnait pas en maître partout. Des personnages attachant qui portent une histoire dramatique et un premier tome qui énonce encore un peu plus nos amis avant, on s'en doute, une belle remontée dans le tome suivant.
    On se croirait au cinéma devant un drame d'époque dont l'on sait pertinemment qu'il finira bien mais qui nous fait vibrer quand même pour ses personnages.
    L'oiseau rare c'est tout cela mais porté en plus par le dessin toujours très beau.  d'Eric Stalner
    L'oiseau rare c'est donc une réussite pour tous ceux qui ne sont pas à la recherche d'originalité.

    poseidon2

    Kingdom T41-42

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Yasuhisa Hara Dessinateur: Yasuhisa Hara Editeur: Autres Editeurs/Auto editions Note: 4.0
    Résumé:

     Un grand pas vers la conquête de la chine. Après être parvenu à pacifier la situation intérieure de l'État de Qin, Ei Sei et Shin sont plus que jamais déterminés à concrétiser leurs rêves mutuels. Au même moment surviennent des évènements suffisamment importants pour ébranler le grand État de Chu... Mais quelle est donc l'étonnante armée alliée à laquelle l'unité Hi Shin, qui a reçu l'ordre de progresser vers l'État de Zhao, va-t-elle servir de renforts... ?!

    Autres informations: Meian Edition
    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Historique
    Dur dur de repartir après avoir atteint un sommet tel que celui du tome 40. En effet après autant d'attente, l'arrivée officiel au pouvoir d'El Sei au dépends de Ryo Fui, est la conclusion des 39 tomes précédents. Rebondir était donc chose compliquée et Yasuhisa Hara a choisi la voie de la sagesse : des tomes introductifs nous lançant tranquillement vers la deuxième partie de l'histoire, la conquête de la chine. 
    Je dis tranquillement parce que ce tome 41 pose les objectifs de chacun : faire partir des 6 nouveaux grands Généraux pour Shin et unifier la chine en commençant par obtenir le l'engagement du peuple pour El Sei.
    Il est donc plus question de politique et de période de paix qu'autre chose. Mais cela permet de lancer une série de combat ou Shin va chercher à briller pour atteindre ce statut si convoité.
    Et cela commence dans le tome 42, par la bataille de Kokuyou contre l'état de Zhao. Bataille assez standard mais mise en avant par le conflit de personnalité entre Shin et.... le fameux general Kanki.
    On remonte doucement en puissance pour cette série décidément hors normes.

    poseidon2
    Scenariste: Chenet Alexandre Dessinateur: Garreta Arnaud Coloriste: Garreta Arnaud Editeur: Dargaud Note: 4.0
    Résumé:

    Après avoir signé deux albums sur le Vendée Globe, Alexandre Chenet et Renaud Garreta ont suivi pendant plusieurs années Thomas Coville, l'un des plus grands skippers au monde et tentent de comprendre « ce qui peut se passer dans la tête d'un marin », notamment lors du tour du monde en solitaire record de 2016, engagé à bord d'un trimaran géant dans une quête d'ultime. Une bande dessinée qui se présente comme un documentaire passionnant et qui paraîtra à une période où l'actualité voile battra son plein avec des tentatives de Trophée Jules Verne et une nouvelle édition du Vendée Globe. Cet ouvrage s'adresse à tous les publics amoureux d'aventure et désireux de mieux comprendre cette formidable aventure humaine, technologique et sportive.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Aventure
    Apres deux superbes albums sur le Vendée Globe (Histoire du vendée globe et Seul autour du monde), Arnaud Garreta et Alexandre Chenet nous livre un nouvel album sur les marins et leurs univers. Cette fois il est question de Thomas Coville pour rien de moins que son record du tour du monde à la voile en solitaire.  49 neufs jours passés tout seul sur son bateau. 49 jours de mers differentes, de météos capricieuses et de choix tactiques et techniques pour réussir l'impossible : Un tour du monde en moins de 50 jours !
    On retrouve avec enormement de plaisir les dessins et la coloration de Arnaud Garreta. Il reussit comme peut de monde à retranscrire aussi bien la beauté de la mer que sa complexité et ses dangers.Il nous fait vivre au jour le jours les désillusions, les joies et les frayeurs de Thomas Coville. Le petit changement sur cet album ci est la part belle donnée à l'équipe de suivit et à l'importance de ces personnes, tant au niveau preparation que suivit psycologique et technique.On y découvre une vraie relation de confiance entre le skipper et son équipe.
    Une vraie et belle aventure qui fait rêver son lecteur et l'emmenant la ou il ne pourrait aller. Il est a noter sur cet album ci que nos auteurs consacrent une partie de l'album sur la course aux évolutions technologiques des bateaux et sur l'ambitions des skipper à creer une course autour du monde. Cela ajoute un coté plus complet au métier de skipper avec la partie "conception de bateau" / planification/ entrainement en plus de la course elle meme.
    Une BD pour tous les aventuriers du quotidien !

    poseidon2

    Rattrapage : Lord Jeffrey

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Henberg Dessinateur: Hamo Editeur: Autres Editeurs/Auto editions Note: 4.5
    Résumé:

    Édimbourg, 1958. Pour Scotland Yard, la disparition de David Archer n'a rien d'inquiétant. Après quatre mois d'absence, tout laisse penser qu'il a volontairement quitté le domicile familial pour refaire sa vie à Londres. L'affaire est classée sans suite. Mais pour Jeffrey, son fils de 13 ans, la police fait fausse route. Son père lui avait promis de revenir à temps pour assister à l'entrée en ville de la Reine et il n'a jamais manqué à sa parole. S'il n'est pas revenu, c'est qu'il lui est arrivé quelque chose. D'ailleurs, il se souvient que la veille de son départ, son père avait évoqué une mission mystérieuse. Et si c'était un agent secret ? Et s'il était retenu en otage quelque part ? C'est décidé, puisqu'il ne peut pas compter sur les adultes, il mènera sa propre enquête accompagné de son chien Sherlock !

    Autres informations: Editions kennes
    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Aventure
    Je vous avais parlé des éditions Kennes durant les vacances via leur offre promotionelle deux acheté un offert. Et j'avais eu le tord, après lecture de ce Lord Jeffrey, de dire que ces éditions faisaient exclusivement des BD pour jeunes filles.
    Car ce Lord Jeffery est une vraie Excellente BD pour tous. Deja le maquettage de l'album est magnifique. Les "dorures" extérieures mais aussi l'album entier, sont somptueusement réalisées. Et cerise sur le gâteau, l’intérieur vaux autant le détour que l'extérieur. Lord Jeffrey c'est une aventure jeunesse comme on en trouve peu. En effet on se croirait dans une aventure à mi chemin entre le club des 5 et un roman d'Agatha Christie. Une BD qui ne prend pas le jeune lecteur pour un gamin non a même de comprendre une intrigue un peu complexe.
    Il y a un jeune héros tous sauf bête, un père mystérieux, une organisation secrète, un campus étrange et ,surtout, une construction du mystère superbement efficace ! On se délecte d’être mené par le bout du nez par notre scénariste du début à la fin. Comme dans un Hercule Poirot on essaye de rassembler tous les petits indices pour comprendre, comme le fait Jeffrey, l'ensemble du mystère qui plane autour du père.
    Une vraie petite pépite dont la suite arrive la 21 Octobre !
    Chouette 🙂
     

    poseidon2

    Labyrinthus t1/2

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Bec Dessinateur: Neaud Editeur: Glenat Note: 4.0
    Résumé:

    Et si nous n'étions que des cobayes ? 2057. La Terre est sous la menace d'un phénomène sans précédent. Depuis quelque temps, de mystérieuses cendres tombées du ciel recouvrent les paysages et villes d'une couche uniforme. Et partout dans le monde, de nombreux cas de maladies respiratoires sont recensés. Très vite, les autorités scientifiques et politiques sont unanimes : la « cendre » est en réalité une arme de destruction massive envoyée pour décimer l'humanité ! Pour comprendre les origines de ce fléau et tenter d'y mettre fin, une équipe est alors envoyée vers Phobos, satellite de Mars duquel proviendrait l'épidémie... Christophe Bec, scénariste de Carthago et de Siberia 56, revient à son genre de prédilection dans un captivant thriller de SF aux accents lovecraftien, mené par une équipe de héros aussi bigarrée que charismatique. Mystères, aventure et angoisse sont au menu de ce diptyque duquel émergent de véritables questions sur notre rapport à l'écologie.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Science Fiction
    Efficace. C'est le terme qui correspond surement le mieux à notre amis Christophe Bec. Car sans ne rien vous dévoiler du scénario... j'ai eu comme une grosse impression de déjà-vu.
    On retrouve des vaisseaux extraterrestres, la fin du monde, une team de scientifique et de barbouze, une mission qui tient la fin du monde dans ses mains...  Mais comme souvent (sur les premiers tomes en tout cas) c'est efficace. Un dessin un peu dur pour nous montrer la difficulté de la tâche et représenter la fin du monde. La coloration est sombre parce que l'ambiance est la tension est en à son comble.... du 100% Bec.
    Les seules vraies surprises sont :
    l'éditeur les deux tomes (annoncés .....) Donc je ne saurais trop quoi vous dire : Si vous adorez le genre Bec et que vous n’êtes pas lassé, vous pouvez y aller. Si vous ne connaissez pas Bec, allez y à (100%) car vous aurez une histoire clôturée en 2 tomes. Si vous n'aimez pas Bec... vous êtes déjà partit de toute façon 🙂 .
    Pour ma part je demande à voir une histoire qui finit en 2 tomes.

    poseidon2
    Scenariste: Jean-Charles Kraehn Dessinateur: Stefano Carloni Coloriste: Stefano Carloni Editeur: Dargaud Note: 4.0
    Résumé:

    À présent corsaires du Roy, Barbe-Rouge, Éric, Baba et Triple-Patte partent en chasse du « Spectre », un mystérieux pirate qui rançonne les planteurs de Pamticoe Sound. Une course mortelle s'engage contre un adversaire machiavélique... Entre hommage respectueux aux créateurs, Jean-Michel Charlier et Victor Hubinon, et nécessaire actualisation du mythe, Jean-Charles Kraehn et Stefano Carloni signent un retour fracassant du plus célèbre pirate de la BD franco-belge dans ce premier tome d'un diptyque !

    Autres informations: Le retour de barbe rouge !
    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Aventure
    Le retour de Barbe rouge. Je vais être honnête, c''est pour moi le retour des BDs que je lisais chez mes grands-parents. Les BDs de mon papa. Les couvertures souples, les lectures de vacances, les odeurs de poussière et une nostalgie qui monte rien qu'à y penser.
    C'est donc une critique pas complètement neutre que je vais faire. Car il est difficile de séparer ses souvenirs de cette lecture. Surtout que mon bilan de cette lecture serait que nos auteurs on "trop bien fait" leur travail. En effet on s'y croirait. On se croirait vraiment dans une aventure de barbe rouge. On y retrouve le caractère fort en gueule de notre pirate, son envie d’aventure mais aussi le classicisme des BDs d'autres fois. Ce classicisme  n'enlève aux qualités de l'aventure qui reste une vraie aventure de pirate mais elle tranche un peu  avec ouvrage plus récent sur le sujet. 
    Mais c'est aussi ce côté classique qui a fait ressortir mes souvenirs de jeunesse et m'a offert un bon moment de lecture, en-plein d’une belle nostalgie.
    En bref, porté par un dessin très sympa, ce barbe rouge ravira les fans de récit de pirate et les fans des premiers barbe rouge mais aura peut-être plus de mal à convaincre de plus jeunes (et nouveaux) lecteurs.
    PS: j'ai essayé avec ma fille de 12 ans, ça n'a pas marché 😞

    poseidon2

    The cautious hero t1&2

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Tuchihi Dessinateur: Koyuki Editeur: Doki-Doki Note: 3.5
    Résumé:

    La déesse Ristarte a reçu l'ordre de sauver Geaburande, un monde dont la difficulté de sauvetage est particulièrement élevée. Par chance, elle tombe sur le dossier de Seiya Ryûgûin, un héros hyper qualifié qu'elle décide d'invoquer aussitôt ! Alors qu'elle s'attend à une aventure bien tranquille, elle découvre vite que Seiya fait systématiquement preuve d'une prudence maladive, à un point qu'elle n'imagine pas ! Les nerfs de Ristarte vont être mis à rude épreuve pour convaincre son héros trop prudent d'utiliser ses talents !

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Fantasy
    En voilà un manga étonnamment... sympa. En effet on dirait, à la couverture, que ce n'est qu'un autre manga de fantasiy comme on en a déjà lu 2000 et donc Doki-Doki devient un peu trop un des portes étendards. Et bien en fait pas vraiment. Tout cela grâce au héros et au côté "moquerie"/critique des mangas de ce genre.
    Rien que l'anti-héros qui st fait super balaise parce qu'il réfléchit a tous les cas possible c'est sympa. La tête des méchants quand ils se rendent compte que le héros a tous prévu...En ajoutant à cela une déesse cruche comme ses pieds qui se fait bâcher par le héros à tout bout de champ, on se retrouve avec un manga humoristique plutôt sympa .
    Un bon moment de détente là où je n'espérais rien.....C'est déjà vraiment pas mal.

    poseidon2

    Yasmina t1 Master classe

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Mannaert Dessinateur: Mannaert Editeur: Dargaud Note: 4.0
    Résumé:

    Alarmée par les habitudes alimentaires des élèves et l'inertie de l'école en matière d'écologie, Yasmina a décidé d'agir ! Elle s'est donné pour mission de remplacer une heure d'anglais par un cours de cuisine et une heure de mathématiques par une initiation au jardinage. Pour ce faire, il lui faut réunir cinquante signatures sur sa pétition. Une mission quasiment impossible au vu du manque d'intérêt de ses camarades pour l'environnement... De son côté, Omran, le papa de Yasmina, apprend que la friterie dans laquelle il travaille doit mettre la clé sous la porte. Un véritable coup dur pour ce père célibataire. Aidé par ses amis, Cyril, Marco et Amaryllis, il ne se laisse toutefois pas abattre et décide de lancer son propre commerce ambulant. Au menu : nems végétariens, fromage de chèvre et miel, gaufres aux légumes... Malheureusement, aucune de ces innovations culinaires ne rencontre son public. Le monde ne semble définitivement pas prêt pour le changement d'alimentation... Si bien que Yasmina et son papa vont devoir jongler entre ruse et créativité pour changer les mentalités ! Une nouvelle série aussi trépidante que colorée, menée fourneaux battants par une héroïne aux préoccupations actuelles.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Tranche de vie
    Le retour de Yasmina ! Apres avoir vaincu bravement les mangeurs de patates, elle a le droit à sa propre série ! La voilà en quête d'un nouveau Graal : instaurer des cours de cuisine/bien manger dans son collège !
    Rien de moins que toucher au Roi Burger des collégiens ! Entre critique de la mal bouffe et de l'absence (même si ça dépend des collèges, hein ) de réactions des instances,  Mannaert nous reviens avec une Yasmina plus motivée que jamais. Pour ne pas sombrer dans l'extrémisme à fond, notre auteur ajoute à ce tome les problèmes de travail du père de Yasmina. Et heureusement car si on a vite fait le tour de la croisade de notre jeune chef, la réorientation du père est, elle, extrêmement savoureuse avec des gags très sympa et des personnages secondaires haut en couleurs.
    Un ensemble qui fait de Yasmina une lecture à la fois intéressante, pertinente et marrante.
    A lire et à faire lire !

    alx23

    Horseback-1861

    Par alx23, dans Critiques

    Scenariste: David Hasteda Dessinateur: Nikho Coloriste: Nikho Editeur: Ankama Note: 3.5
    Résumé:

    1861.
    Le spectre d’une guerre civile s’éloigne enfin dans cette Amérique qui vient de réélire le président Richard Clarks peu de temps après l’assassinat d’Abraham Lincoln, son plus farouche opposant...

    Redford J. Randall, chasseur de primes à la retraite, y dirige maintenant une société de convoyage basée à Hill Haven dans le Kansas : la Randall Delivery ! Après avoir accepté une mission pour le compte du gouvernement, Randall, son équipe et la mystérieuse cargaison deviennent la cible de tous les ruffians. De l’est vers l’ouest, en passant par les territoires indiens, le périple s’annonce mouvementé et le destin de la Randall Delivery semble plus que jamais lié à celui des États Unifiés d’Amérique.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Western
    Le scénariste David Hasteda a fait ses preuves sur plusieurs histoires courtes de Doggybags mais aussi des histoires plus longues sur les Doggybags présente et l'excellent Doggybags, Mapple squares. Aujourd'hui, l'auteur revient avec westen pour changer de registre mais toujours avec une touche de fantastique. En effet, Hasteda imagine une uchronie pour s'attaquer à l'histoire américaine. Le récit se focalise sur un ancien chasseur de prime qui décide d'ouvrir une société de convoyage pour ses vieux jours. Il monte une équipe avec des proches dont sa fille. Il faut quelques temps pour se mettre dans l'histoire qui semble complexe au premier abords avec le côté historique. Progressivement on peut profiter de l'ambiance et de l'intrigue qui prend son temps pour installer une bonne atmosphère. 
    La partie graphique est réalisée par Nikho, un nouveau dessinateur dans le monde de la bande dessinée. Son style convient bien au label 619, avec un trait anguleux et nerveux. Quelques cases pourront paraître brouillon mais l'ensemble est de qualité.
    Les amateurs de western trouveront leur compte avec ce titre qui revisite le genre à travers 150 pages. En bonus, un poster sera offert aux premiers acheteurs.

    alx23

    Tomahawk

    Par alx23, dans Critiques

    Scenariste: Patrick Prugne Dessinateur: Patrick Prugne Coloriste: Patrick Prugne Editeur: Autres Editeurs/Auto editions Note: 4.0
    Résumé:

    L’histoire d’une vengeance mettant en scène un homme et un grizzly, avec en toile de fond un tournant de l’Histoire Nord-Américaine. En 1756, la France se trouve au coeur d’un conflit majeur qui embrase toute l’Europe et qui l’oppose à la Prusse et à l’Angleterre, son ennemi héréditaire. C’est la guerre de sept ans. Pour les colonies françaises du Nouveau Monde, cette guerre a commencé dès 1754. Les sujets du roi George portent sans relâche l’escarmouche contre les forts français dressés sur leur frontière de l’Ouest. La bataille de Fort Carillon eut lieu au sud du lac Champlain, entre ce dernier et le lac George. Ces deux lacs séparaient la colonie britannique de New York de la colonie française du Canada (Nouvelle-France). L’histoire de Tomahawk débute un mois avant cette bataille et s’achève au moment de l’attaque. Nous suivons Jean Malavoy, jeune milicien, dans un combat contre un gigantesque grizzly...

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Aventure
    Patrick Prugne continue ses récits d'aventure sur le nouveau continent au XVIIIème siècle, avec des tribus amérindiennes même si cette fois c'est un soldat français qui est héros de l'histoire. Les scénarios de Prugne sont assez basiques en général et manquent de profondeur mais on se laisse vite prendre au jeu. On suit la chasse à l'ours d'un soldat qui veut se venger alors qu'il est lui-même poursuivit par des soldats anglais accompagnés de Mohawks. 
    Avec Tomahawk, on se retrouve contemplatif des magnifiques planches de Prugne qui nous plonge dans son univers réaliste et historique avec le démarrage de la guerre de sept ans entre les anglais et français. L'album se termine sur plusieurs pages d'esquisses, de recherches graphique et autres illustrations ainsi que quelques explications de l'auteur pour ses influences.
    Tomahawk est la sixième bande dessinée sur les amérindiens et l’Amérique du nord depuis Canöe Bay. Les dessins et peintures de Prugne gagnent en qualité et c’est toujours avec beaucoup plaisir que je découvre ses nouveaux albums. 

    poseidon2

    Le jour ou la nuit s'est levée

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Beka Dessinateur: Marko Coloriste: Maëla Cosson Editeur: Bamboo Note: 2.5
    Résumé:

     Une "feel good" BD pleine d'optimisme ! L'hiver, en fin de journée... Une tempête de froid et de neige s'abat sur Paris, bloquant plusieurs personnes dans la librairie de Clémentine. Dont Guillaume et Naori, maintenant installés dans la capitale, ainsi que Chantal l'écrivaine. Cette bulle de temps imprévue sera l'occasion pour chacun de faire remonter ses souvenirs d'enfance, de réfléchir au poids de l'héritage familial, de l'éducation qu'il a reçue, à l'influence de ses parents et de sa famille sur sa vie et ses choix... Jusqu'à ce que la tempête se calme et que la nuit se lève sur un nouveau jour... et peut-être une nouvelle façon de voir et de mener sa vie.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Tranche de vie
    Je vais commencer par dire que je suis plutôt client des "Le jour où..." et de ses thèmes qui tournent autour du questionnement intérieur. J'avais donc vraiment hâte de livre ce tome ci, qui ressemblait à une "conclusion" avec différents personnages vu précédemment qui se retrouvent.
    Et bien.... j'ai été déçu. Déçu car j'ai trouvé, en tant que papa de 3 enfants, ce tome trop à charge sur les parents. Il sort de cet album qu'il n'y a pas de bons parents. Sans jamais prendre en compte le coté de l'adulte, Beka nous livre une série d'enfance difficile mais vu du point de vue de l'ancien enfant qui fait son auto psychanalyse
    La partie qui m'a le plus choqué est l’affirmation comme quoi il n'y a pas de famille où les gens s'aiment et où tout va bien. Dire que cela induit forcement de se voiler la face c'est super dur comme affirmation. En effet cela montre un coté très sombre de la famille qui ne montre pas qu'une famille (un groupe en général) c'est une sommes de personnes qui font des compromis. Enfants comme parents bien entendu. Je suis surpris de l'analyse de Beka sur le sujet. Tout montre dans ce récit qu'on est que mieux tout seul sans personne. Alors même que, sans être parents, être en couple est la plus grande preuve de l'existence du compromis. Sans compromis d’aucun membre, dans une famille, on aurait une somme d’égoïsme qui tournerait au drame.
    Et je pense que Beka s'en est rendu compte en faisant une conclusion qui va à l'encontre de la diatribe anti famille qu'est le début d'album. Mais cette conclusion ne suffit pas, pour moi,  à contrebalancer le reste de l'album. On ne parle jamais du côté des parents débordés, en dépressions ou encore du point de vue des parents qui, par des fait de vie, ne s’entendent plus et dont leur côté égoïste/enfantin (on boucle J ) reprend le dessus ce qui amène à l’explosion de la famille (enfants y compris).
    Bref je trouve cette analyse vraiment trop simpliste et j’avoue que je suis étonné que Beka se soit contenté de cela. Si Beka est de passage sur le net, j'aimerai son éclaircissement sur la question 🙂

    alx23

    Dylan Dog : Le point de vue des Zombies

    Par alx23, dans Critiques

    Scenariste: Tiziano Sclavi Dessinateur: Gigi Cavenago Coloriste: Gigi Cavenago Editeur: Mosquito Note: 3.0
    Résumé:

    Dylan Dog achète chez un antiquaire un bien étrange livre qui prédit l'avenir...

    Quelques contes fantastiques avec des zombies aux couleurs pimpantes : l'horreur en Technicolor ! 

    Notre détective du mystère va vivre une bien étrange aventure. De celles où on ne sait plus ce qui est réel ou fantasmé.

    Il craque complètement pour un étrange grimoire chez un bouquiniste. La lecture de ce dernier est une succession de révélations sur notre monde et sur celui d'outre-tombe. Dylan Dog parviendra-t-il à différencier la réalité des apparences ?

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Fantastique
    Avec le point de vue des zombies on arrive au cinquième épisode la série Dylan Dog aux éditions Mosquito. Comme pour les précédents, on retrouve une nouvelle équipe artistique avec Tiziano Sclavi et Gigi Cavenago qui se chargent d'un tome qui regroupe quelques histoires courtes autour de Dylan Dog. L'ambiance est fantastique avec une touche horrifique comme souvent, avec des zombies, de la magie et de l'ésotérisme. Dylan dog ne participe pas à toutes les histoires courtes de ce recueil de 70 pages. 
    La partie graphique est très originale et apporte énormément au titre. Les dessins sont dans un style réaliste avec une mise en couleur très colorée et des couleurs flashy pour un rendu de qualité. Le démarrage du point de vue des zombies est très impressionnant graphiquement, sans parole avec Dylan qui extermine quelques zombies en costard dans un cimetière. 
    Dommage que l'histoire principale ne dure pas plus de page, même si la fin reste ouverte pour une suite plus tard. Les amateurs de la série s'y retrouveront avec ce tome et les autres pourront découvrir la série comme il n'est pas nécessaire de connaitre les premiers tomes qui sont des histoires indépendantes.
     

    poseidon2

    The rising of the shield hero t15

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Yusagi Aneko Dessinateur: Kyu Aiya Editeur: Doki-Doki Note: 4.0
    Résumé:

    Trahison, monstres et rivalités : comment survivre dans un RPG avec juste un bouclier ? "Le pouvoir de Reiki est entre mes mains !". La compagnie de Naofumi a enfin atteint le noyau de la tortue spirituelle. Là, elle se retrouve face à face avec celui qui a tout manigancé : un dénommé Kyo, héros au grimoire et détenteur d'arme clanique venu d'un autre monde ! Devant ce nouvel adversaire qui détourne les pouvoirs de Reiki à son avantage, Naofumi et ses alliés sont rapidement en mauvaise posture... mais c'est alors qu'interviennent Lark, Tellis et Glass !

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Indéfinit
    Ahhh le retour d'un de mes chouchous..... Enfin l'un de mes chouchous du passé. Non je ne vais pas être trop méchant aujourd'hui : la série est toujours très sympa et ce tome 15 particulièrement.
    Ce tome ci accélère un grand coup l'histoire et nous offre plein d’éclaircissement sur l'univers du héros au bouclier. On en apprend surtout beaucoup sur Lark et ses amis venus d'un autre monde. Et l’ambiguïté ne fait qu'augmenter sur le véritable rôle de ces personnages. Mais on sait maintenant vraiment à quoi s'en tenir au niveau des univers/monde de cette série.
    Tout va bien me direz et l'on se dirige vers une fin de série à plus ou moins court terme. Et bien c'est sans compter... la fin de ce tome ci qui, si elle est TRES sympa niveau histoire,  relance... ben quasiment tout en fait..... oui oui. Enfin on espère bien que ce soit transitoire. Mais potentiellement non.
    Et cette potentialité fait super peur ....

    poseidon2

    Prez

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Russell Mark Dessinateur: Ben Cldwell Editeur: Urban Comics Note: 4.5
    Résumé:

    Beth Ross est la première adolescente élue Présidente des États-Unis. Dans un pays où n'importe quelle corporation peut se présenter à la présidence, où les plus pauvres peuvent désormais louer leur corps pour afficher les pubs de leurs sponsors et où les tacos sont désormais livrés par drones, le seul espoir serait cette gamine de 19 ans découverte sur Twitter. La question n'est cependant pas de savoir si elle aura les épaules assez larges pour assurer ses nouvelles responsabilités mais si le système politique américain est prêt à passer au crible de cette fausse ingénue.

    Type: Comic L'acheter sur BD fugue Genre: Indéfinit
    Rhhhaaaa on parle des français mais il semblerait bien qu'il y ait des choses qu'on ne peut pas faire aux états Unis dont la première est bien de se foutre la gueule du pays lui-même et de ses dérives trop nombreuses pour être listées. 
    En effet c'est la deuxième fois que sort Prez et pour la deuxième fois sa parution est raccourcie. Encore dans les années 70 on pouvait l'imaginer mais en 2019. Avant de lire ce Prez je pensais tout simplement que le comic serait moyen voir mauvais. Mais en fait pas du tout. Les dessins sont très bons (dans le style à la mode aux US genre the Weatherman, Black science etc...) et le scénario pour le moins...  enormissime en forme de critique au vitriol de tous ce qui ne va pas aux US. Des armes, en passant par les lobbies, le règne des puissants, les différentes fractures sociales, du système de santé défaillant....
    Et si d'un point de vue européens c'est délicieux plein de personnages hyper caricaturaux, il semblerait que ce "reboot" de Prez n'ait pas plus outre atlantique car la série qui devait compter 12 numéros n'en compte que 6... Ce qui joue forcement sur la qualité du dernier chapitre avec une fin un peu précipité et surtout une ouverture qui ne verra jamais le jour.
    Il faut donc se dire qu'être plus ambitieux (en termes de critique ouverte des problématiques de société) que Vaughan et son excellent Ex Machina ne semble pas encore être possible. C'est bien triste car j'aurai aimé voir notre Prez reprendre l'initiative comme dit ! 
    Cette intégrale reste donc une excellente lecture mais qui aurait formé un ensemble encore plus sympa si l'histoire avait été au bout des idées des auteurs.

    alx23
    Scenariste: Gaet'S Dessinateur: Julien Monier Editeur: Autres Editeurs/Auto editions Note: 5.0
    Résumé:

    Après un premier tome consacré à Derrick et un deuxième dédié à Maurice, nous plongeons désormais dans le quotidien sordide d'Ahmed, jeune flic spécialisé dans l'étude des insectes. Plongé dans une affaire criminelle qui le dépasse mais décidé à faire ses preuves, Ahmed risque bien de se retrouver au bon endroit... au mauvais moment.

    Autres informations: Editions Petits à Petits
    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Action
    Ce troisième opus de la série RIP se focalise sur le personnage d'Ahmed, le policier infiltré comme on a pu le découvrir dans les épisodes précédents. D'ailleurs, ce tome démarre avec un passage du premier album, avec toute l'équipe qui rend visite à Ahmed suite à la disparition d'une bague de grande valeur. En effet, tous les personnages principaux de RIP travaillent pour une sombre société qui se charge de récupérer toutes les choses de valeur dans les maisons et appartements de décès pas encore déclarés à la police. L'ambiance peut sembler glauque aux premiers abords avec toutes les mouches, les insectes et autres nuisibles qui s'installent, pondent ou dévorent les cadavres mais les auteurs gèrent à merveilles leur histoire avec quelques touches d'humour et des dialogues bien pensés. Chaque épisode est consacré à un personnage clé de l'histoire, le premier tome nous présentait Derrick, le second Maurice et maintenant Ahmed. Nous sommes arrivés à la moitié de l'histoire comme la série est prévue depuis le début en six tomes. Au niveau des dessins, Julien Monier poursuit son travail méticuleux pour nous dépeindre cet univers réaliste et souvent morbide.
    Le premier tome m’avait agréablement surpris à sa sortie, la suite restait dans le même registre mais ce troisième tome relance avec beaucoup d’intérêt la série. Les flash-backs sont nombreux dans la série ainsi que les scènes vues d’un autre angle suivant le personnage ou l’album, nous donnent une autre vision de l’histoire.
     

    poseidon2

    Après le monde

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Timothée Leman Dessinateur: Timothée Leman Editeur: Autres Editeurs/Auto editions Note: 4.5
    Résumé:

    La vie d'Héli est simple et gaie au sein de sa famille aimante et dans sa ville calme. Un jour, une tour de lumière blanche apparaît dans la cité. A partir de ce moment, tous ses habitants disparaissent peu à peu, jusqu'au père et à la sœur d'Heli. Celui-ci est le dernier survivant et n'a d'autre choix que d'aller voir cette tour pour comprendre ce qui se passe.

    Autres informations: Edition Sarbacane
    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Indéfinit
    En voilà un véritable coup de cœur.... graphique. Vraiment. Une énorme claque tant pas les décors que part ces personnages dont les sentiments transpirent comme rarement et qu'on a envie de suivre et de soutenir tout au long de l'album. Et la coloration n'est pas en reste avec une gestion des ombrages qui est somptueuse et qui rend l'atmosphère post apocalyptique palpable.
     
    Mais pourquoi cette BD n'a-t-elle pas de petit cœur devant elle alors ? Et bien (et j'ai hésité) parce que la fin m'a légèrement déçue.  Non pas qu'elle ne soit pas belle.  Non juste parce qu'elle, comme beaucoup trop d'album en ce moment, laisse au lecteur imaginer sa fin. Très peu directive elle évite un certain nombre de réponses et, sous couvert de faire travailler notre imaginaire, se défausse du risque de trouver une vraie réponse aux questions que l'on se pose.
    Si j'aime bien les fin ouverte qui nous font réfléchir, quand cela l'est trop on a quasiment l'impression que l'auteur lui-même ne savait pas vraiment conclure.
    Et cela vaut malheureusement la perte d'un coup de cœur pour une BD qui reste néanmoins superbe visuellement et porteuse d'une belle histoire.

    The_PoP

    Ghost Kid

    Par The_PoP, dans Critiques

    Scenariste: Tiburce Oger Dessinateur: Tiburce Oger Editeur: Grand Angle Note: 5.0
    Résumé:

    Hiver 1895, un vieux cow-boy entreprend un long voyage pour retrouver sa fille inconnue. A ses côtés, un "ghost kid" apache, qu'il croit être le seul à voir, l'accompagne... "Old Spur" Ambrosius Morgan est un vieux cowboy du Montana. Malgré les rhumatismes, il persiste à rouler sa bosse et ses éperons de ranch en ranch et ne s'est jamais fixé. Un jour, une lettre de la femme qu'il aima des années auparavant lui apprend qu'il est le père d'une jeune femme, Liza Jane Curtis, et que celle-ci a disparu depuis son départ pour l'Arizona. Le vieux cowboy décide de partir à la recherche de cette fille inconnue, accompagné du fantôme d'un jeune Apache qu'il croit être le seul à voir. Ne sachant s'il reviendra de cette expédition, il règle ses affaires courantes et quelques vieux comptes.

    Autres informations: Western contemplatif et belle aventure
    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Indéfinit
    Un nouveau Western signé de Tiburce Oger, c'est un plaisir que je ne pouvais pas laisser passer. Il faut dire que son Buffalo Runner reste pour moi une sacrée référence, et que les intégrales de Gorn trônent dans ma bibliothèque un peu plus loin.  Alors si je rajoute que j'ai été éduqué au milieu des Blueberry et autre Comanches, et que cinématographiquement parlant mon papa est un amoureux d'Il était une fois dans l'Ouest ne venez donc pas chercher une once de neutralité, d'impartialité ou de juste mesure dans ma chronique de ce Ghost Kid. 
    J'aime le Western, j'aime les histoire de Tiburce Oger, alors vous pensez bien que je n'allais pas faire la fine bouche. 
     
    Ceci dit mon problème était plutôt que ce Ghost Kid venait très largement chasser sur les plates bandes de Buffalo Runner. Pensez donc, un vieux cowboy dans une mission désespérée qui permet de traverser l'Ouest plus ou moins sauvage... Du déjà vu. Du archi déjà vu même. Et pourtant pas de débat ni de suspens pour moi : c'est réussi. 
     
    C'est réussi car pour une fois, Tiburce Oger ne nous livre pas une histoire ou une fin trop dure. On est assez loin de Buffalo Runner et de son twist final. Et quelque part heureusement. Il y a beaucoup plus de mélancolie, de poésie, et d'un indéniable charme dans ces aventures de notre vieux cow-boy. Oui on retrouve évidemment quelques coups de pétoire dans ce Western, mais à peine plus que le minimum syndical voulu par le genre. 
    Graphiquement, les amateurs de l'oeuvre de Tiburce Oger ne s'y tromperont pas vraiment, c'est du bon. On sent que l'auteur a pu peaufiner son livre et c'est tant mieux. Toujours pas  d'objectivité dans mon propos, j'adore. Le dessin colle à la mélancolie de la traversée de l'Ouest, et à la sauvagerie des hommes. Les visages sont comme toujours hyper expressifs et réussis en terme d'empathie. 
     
    Alors finalement, ce Ghost Kid il est mieux que Buffalo Runner ? J'en sais rien et je m'en fous. C'est peut être moins marquant mais que c'est bien aussi une belle fin.
    Se balader dans les pages de ce Ghost Kid finalement, c'est comme chevaucher sans but dans Read Dead Redeption 2 entre Clint et Eli Wallach sur une bande son d'Ennio Morricone. Un plaisir contemplatif rare, sublimé par certaines planches magistrales du maître, qui ne dépareilleraient nullement en grand format sur un mur. Alors qui serait vraiment surpris d'y apprendre le destin d'Undertaker au détour d'une de ses pages ?
     
     

    poseidon2

    Konosuba t1&2

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Natsume Akatsuki Dessinateur: Masahito Watari Editeur: Autres Editeurs/Auto editions Note: 3.0
    Résumé:

    Le jeune Kazuma Satô, fan de jeux vidéo qui ne sortait plus de sa chambre, perd la vie dans un accident de voiture... Mais c'est loin d'être la fin pour lui ! Il rencontre une jolie jeune femme prétendant être une déesse, qui le réincarne dans un autre monde. Ainsi commence le périple de Kazuma pour vaincre le Maô... Pense-t-il ! Mais c'était sans compter sur la présence de la déesse Aqua, celle qui l'a réincarné, ainsi que sur Mégumine, une lolita qui adore la magie explosive... et sur la difficulté de subvenir à ses besoins primaires dans ce monde où il faut quand même travailler pour vivre !

    Autres informations: Meian Edition
    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Indéfinit
    Vous voulez un manga no-brain pour vous remettre d'une rentrée trop stressante ? Et bien Konosuba est fait pour vous. Car Konosuba c'est un peu l'exemple du manga de genre japonais : absolument rien de nouveau. Que des recettes bien établies qui ont déjà marché 200 fois et dont tout le monde pensera qu'il n'y a donc pas de raison que cela ne marche pas encore.
    Et il s’avère qu'ils ont raison. Mais grande fille (qui commence avoir de la bouteille en manga) m'a dit : "oui c'est vraiment ce n’est pas super nouveau mais c'est quand même cool, en vrai" (oui le en vrai ponctue la phrase de l'ado de ne jour)
    On se retrouve donc avec un manga qui ne plaira qu'au jeune publique parce que les adultes n'aimeront pas le fait d'avoir déjà lu la même histoire ailleurs.
    Mais bon après tout... c'est eux la cible, pas nous....

    poseidon2
    Scenariste: Delphine Le Lay Dessinateur: Alexis Horellou Editeur: Casterman Note: 3.5
    Résumé:

    Lucien passe les vacances d’hiver chez ses grands-parents à Douarnenez. C’est la période du carnaval : une grande fête de cinq jours ! Mais cette année, les festivités sont perturbées par des agressions contre tous ceux qui veulent rejoindre l’île Tristan, petit coin de nature préservée, devenu lieu de culture et de convivialité. Tandis que la terreur s’empare des habitants, une rumeur prétend que les vols et pillages seraient perpétrés par le fantôme du cruel brigand La Fontenelle, aperçu dans les rues étroites du vieux port, et pourtant mort au XVIIe siècle. L'occasion pour Lucien de résoudre un nouveau mystère !

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Indéfinit
    Le retour de Lucien ! La première aventure de Lucien avait été une des bonnes surprises jeunesses de 2019. Ce tome deux confirme l’impression générale sur la série mais est néanmoins un ton en dessous du premier. L'enquête est plus facile à deviner et est trouvée un peu trop facilement par Lucien. Le coté Mysterieux phénomènes est moins bien mis en avant quoi.
    C'est un peu dommage car graphiquement par contre c'est mieux. Le dessin s'affirme et les jeux avec les cases sont aussi plus sympas. Le coté écolo est aussi toujours présent et plutôt amené de façon discrète et intelligente. En plus on retrouve une BD dans une Bretagne qui me plait toujours autant 🙂
    En bref une bonne BD pour enfant juste un poil moins innovante que le précédent.

    The_PoP

    Tanz

    Par The_PoP, dans Critiques

    Scenariste: Maurane Mazars Dessinateur: Maurane Mazars Editeur: Le Lombard Note: 4.0
    Résumé:

    Allemagne, 1957. Uli est un jeune homme de 19 ans, élève d'une prestigieuse école de danse moderne. Sa fougue contraste avec la mélancolie de l'Europe d'après-guerre. Il est passionné de comédies musicales mais cette passion est moquée par ses camarades qui jugent cette discipline trop commerciale. Lors d'un voyage à Berlin, il rencontre Anthony, un jeune danseur afro-américain. Ce dernier suggère à Uli de venir tenter sa chance à Broadway…

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Indéfinit
    Dur dur de chroniquer un roman graphique qui traite presque exclusivement d'un art dont on ignore tout. Le beotien que je suis en la matière est probablement passé à côté de beaucoup beaucoup de choses dans cet ouvrage. 
    Alors pourquoi est-ce que je l'ai quand même aimé ? Pourquoi est-ce que je pourrais vous le conseiller ? 
    Peut être pour commencer parce qu'au delà de la danse c'est aussi un récit initiatique, un questionnement lié à l'art, et au final une belle tranche de vie, pleine de beaucoup de choses dedans. 
    Ensuite parce que graphiquement, le travail de Maurane Mazars mérite d'être vu. Cela ne vous plaira peut être pas, mais cela vous intriguera. A l'intérieur même de ce roman graphique, il y a des planches que j'ai pu trouver sublimes, et d'autres qui m'ont laissé une mauvaise impression. Le parti pri en la matière est sans concession, et comme dans la danse dont elle nous parle ici, son dessin ne laisse pas indifférent et ne souffre pas de concession aux codes du genre. D'ailleurs je tiens à souligner le côté remarquable d'avoir choisi de traiter d'un art du mouvement dans une BD, et mieux encore, d'avoir réussi. 
    Plongez dans Tanz, ce ne sera probablement jamais votre livre préféré si vous n'êtes pas sensible à la danse, mais c'est une expérience formidable.

    The_PoP

    Crusaders - Tome 2 - Les émanants

    Par The_PoP, dans Critiques

    Scenariste: Christophe Bec Dessinateur: Leno Carvalho Editeur: Soleil Note: 3.5
    Résumé:

    L'Humanité, associée à d'autres civilisations du système solaire, doit participer à contrer une menace dévastatrice provenant d'une race extraterrestre inconnue ! La colonie humaine installée sur Titan reçoit, via un étrange signal venu des étoiles, les plans révolutionnaires de constructions de fabuleux vaisseaux spatiaux et les coordonnées très précises d'une galaxie lointaine et primitive. Après plusieurs mois de fabrication, le vaisseau, Crusader 1 prend la tête d'une immense armada prête à rejoindre les mystérieux émetteurs du signal.

    Autres informations: Quand Starship Trooper rencontre Bec.
    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Indéfinit
    Après un premier tome d'introduction alléchant et remarqué, Christophe Bec et Leno Carvalho nous livrent déjà un second tome. Et ça continue sur les chapeaux de roue. Pour tout vous dire, pour de la SF je trouve que cela va, très très très vite. Nouveaux enjeux, nouvelles données scientifiques, nouveaux alliés et ennemis. 
    Bref, ça va tellement vite que les personnages ne sont guère plus évoqués,  à l'exception notable de l'héroïne, et que l'on termine ce tome avec une impression d'immense fresque de guerre stellaire aux enjeux qui nous dépassent. Bref on se sent tout petit, et on se demande si cette impression d'avoir lu un second tome d'introduction va prendre fin au prochain tome. 
     
    Ceci dit pour les amateurs de Sf il y a du contenu, même si une partie vous rappellera peut être la Guerre éternelle ou Starship Trooper. 
     
    Graphiquement, c'est assez inégal pour moi, avec certaines grandes planches réellement magnifiques et puissantes, notamment pour tout ce qui touche à la SF pure. Par contre j'ai toujours un peu de mal avec les scènes plus classiques qui il me semble n'ont pas bénéficié du même soin. 
     

    The_PoP
    Scenariste: Kevin Eastman & Tom Waltz Dessinateur: Matteus Santolouco & Dave Watcher Editeur: Hi-Comics Note: 2.5
    Résumé:

    Ami ou ennemi ? Un nouveau mutant vient semer le trouble chez les Tortues ! Mike, Donnie, Raph et Leo essaient tant bien que mal de s'habituer à leur nouveau statut de leaders du clan Foot. Et si le Technodrome appartient au passé, les quatre frères décident de retourner sur l'île de Burnow pour réanimer les Utroms restés sur place après sa destruction. Un choix lourd de conséquences pour les Tortues, qui donne lieu à une rencontre inattendue avec un nouveau mutant : Leatherhead. Tandis que Splinter est en proie aux machinations de la terrible Kitsune, pourront-elles faire confiance à ce mystérieux nouveau venu ?

    Type: Comic L'acheter sur BD fugue Genre: Indéfinit
    Déjà le tome 11 pour cette série relancée par Hi Comics et qui poursuit donc son second cycle. Et je vous avoue que j'ai du mal à m'y retrouver. Si le premier cycle était très sympa avec beaucoup de personnages connus, certains tomes avaient pourtant eu le don de me perdre un peu en route la faute à une trop grande multitude d'enjeux et de personnages secondaires. Et bien ce second cycle part bien dans cette direction. Et clairement c'est trop fouilli pour moi, je ne suis juste pas suffisamment fan des Tortues Ninja pour m'y retrouver. 
    Je trouve également qu'elles sont ont toujours du mal à incarner une véritable influence sur l'histoire racontée tant elles se font souvent balader ou battre. Ce qui reste quand même pour moi un problème sur un comics de Super Héros mutants. 
    Niveau graphisme par contre on reste sur le bon niveau du cycle précédent, certes sans grosses surprises mais avec une indéniable maîtrise et régularité, notamment sur les arrières plans et les mises en scènes souvent bien travaillés. On verra si le prochain tome nous fait à nouveau partir dans de nouvelles direction ou si l'histoire va se simplifier un peu ou revenir à ses fondamentaux. 

    The_PoP

    Odilon Verjus - Integrale Tome 1

    Par The_PoP, dans Critiques

    Scenariste: Yann Dessinateur: Laurent Verron Editeur: Le Lombard Note: 4.5
    Résumé:

    Odilon Verjus est un missionnaire plus que méritant. Pas facile de prêcher la bonne parole à une tribu de papous ! Il s'est néanmoins parfaitement adapté aux us et coutumes de ses ouailles. Pourtant, il a fort à faire : un mystérieux sorcier n'a de cesse de détourner les âmes péniblement converties et voici qu'un monstrueux crocodile vient se repaître de ses paroissiens. C'est dans ce contexte que débarque Laurent de Boismenu, fougueux novice envoyé en renfort par l'épiscopat. La série culte de Yann et Verron enfin en intégrale ! Entre 1996 et 2006, les deux auteurs ont donné vie à un héros hors-norme. Tempétueux mais érudit, dévot mais rabelaisien, Odilon Verjus nous emmène aux quatre coins du monde pour vivre des aventures trépidantes et pleines d'ironie.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Indéfinit
    Ah quel plaisir les éditions Le Lombard m'ont fait. D'abord parce que je n'avais pas la chance de connaitre Odilon Verjus. Ensuite parce que cette intégrale est superbe, et pour une fois bien dimensionnée. Pour parler franchement, ça se lit très bien, et les 4 premiers tomes accompagnés du petit dossier se lisent parfaitement. 
    Je salue donc le joli travail d'édition car cela permet aussi de mettre en lumière une série qui a su garder toute sa fraîcheur, son ironie et son ton irrévérencieux. 
    Odilon Verjus est donc une série sur un prêtre missionnaire pas tout à fait comme les autres. Bedonnant, débonnaire, débrouillard, animé par l'amour de l'homme et de dieu, mais point vraiment par l'Eglise des hommes, Odilon parcourt le monde au gré de ses aventures, nous emmenant à chaque fois dans des cultures, lieux, et histoires bien différentes. Odilon Verjus c'est un bon moyen de découvrir les petites histoires dans la grande, à travers humour, ironie, et surtout recul. On ne rigole jamais trop franchement dans cette série mais on la parcourt le sourire au lèvres et quelques réflexion en tête. Et c'est déjà beaucoup. 
     
    Rajoutez à ça un graphisme dans la plus grande tradition de la BD franco belge, avec des planches et des personnages superbes et vous obtenez un magnifique petit bonbon façon Mistral Gagnant qui nous replonge avec plaisir dans ce genre de BD qu'on a tant aimé. 

    edo

    Dead company - T#1

    Par edo, dans Critiques

    Scenariste: Yoshiki Tonogai Dessinateur: Yoshiki Tonogai Editeur: Ki-oon Note: 3.5
    Résumé:

    Ryosuke est le seul survivant d’un terrible massacre. Il ne sait pas pourquoi il s’est retrouvé impliqué dans cette tragédie, ni qui se cachait sous le masque de lapin porté par le responsable… Ces événements traumatisants lui permettent trois ans plus tard de décrocher un emploi de rêve dans la célèbre firme Dead Company, spécialisée dans la production de jeux vidéo de survie. Elle recrute sur un critère étrange : avoir vécu une expérience hors norme… Le jeune homme est ravi de travailler dans un environnement décontracté, chaleureux et valorisant. Ses propositions pour rendre la tâche plus ardue aux joueurs qui s’entretuent à l’écran sont saluées par sa hiérarchie. Pour la Dead Company, son expérience vaut de l’or ! Mais les mignons personnages qui évoluent à l’écran dissimulent en réalité des humains de chair et de sang, contraints de participer à un véritable jeu de mort…

    Autres informations: Histoire en 3 tomes
    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Indéfinit
    L'auteur reviens avec un 4e volet de son univers d'horreur. Personnellement quand je l'ai reçu j'ai été contente de revoir cette couverture. Malgré avoir été déçu par la dernière saga, retrouver Yoshiki Tonogai m'a fait un petit quelque chose.. Son coup de crayon n'a pas changé on reconnaît très facilement sa patte. J'avoue que j'avais un peu peur de me retrouver dans les mêmes situations que ses derniers mangas, c'est-à-dire que l'univers commençait un peu à tourner en rond et que les scénarios donnaient un air de déjà-vu après la sortie de JUDGE. 
    Mais finalement c'est assez différent. On retrouve nos habituelles têtes d’animaux mais cette fois vous avez l’envers du décors et le point de vue de ceux orchestrant ces tueries.. ! Bien qu'on suive l'histoire avec les yeux de Ryosuke, l'unique survivant d'un de ces jeux macabres dont le but ne semble pas en accord avec les idéaux de la compagnie, on se retrouve rapidement dans l'ambiance créée par l'univers de l'auteur. J'attends le second volet pour observer l'évolution du manga, qui devient intéressant dans le dernier chapitre. Un premier tome un peu longuet sur l'accroche et le lancement de l'histoire à mon goût surtout qu'il s’agit d'une série en trois tomes.
    Néanmoins, si vous avez apprécié les précédentes œuvres, nuls doutes que vous aimerez Dead Company ! L'ambiance est là, l’intrigue se créer et personne ne semble avoir peur d'en venir au meurtre pour assouvir leurs besoins...!

    poseidon2

    Sky Wars t5

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Ahndongshik Dessinateur: Ahndongshik Editeur: Casterman Note: 5.0
    Résumé:

    En fâcheuse posture, Shark et son équipage doivent trouver un nouveau lindbergh s’ils veulent poursuivre leur aventure. Le capitaine des pirates est persuadé d’avoir la créature tout indiquée. Mais avant de la trouver, et d’essayer de la domestiquer, il leur faudra échapper aux assauts de l’unité d’élite au service de la reine : les Sept Mousquetaires de la Rose Noire !

    Autres informations: Futur membre de la bdtheque !
    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Indéfinit
    Casterman nos sort que peu de manga, mais si ils sont tous comme cette série, je pense que je vais tous les regarder de plus près. Car qu'est-ce que ce tome 5 est bon. Apres un tome 4 excellent, ce tome 5 est quasiment meilleur... oui oui c'est possible. Dans le début de la série, on avait une super série d'aventure. 
    Dans ce tome ci on ajoute à cette aventure une dramaturgie splendide. Superbement bien orchestré elle nous prend aux tripes comme jamais. Un peu comme dans les grands films de cinéma, on se retrouve avec certains passages de l'histoire qui sont inéluctables et qui pourtant nous surprennent et nous émeuvent.
    Le personnage de Shark continue de nous ravir et de nous surprendre. L'auteur tient son publique et ne le lâchera pas, à n'en pas douter. Les 3 tomes qui restent s'annoncent magiques, remplis de larmes d'aventure et de sourire pour la fin. Et même si cette fin ne nous surprendra surement pas.... on l'aimera et cette série fera partie de la BDtheque de 1001bd. 
    J'en fiche mon billet comme disait mon grand-père !

  • Qui est en ligne   0 membre, 1 anonyme, 38 invités (Afficher la liste complète)

    Il n’y a aucun utilisateur enregistré actuellement en ligne

  • Inscription

    Inscrivez vous gratuitement

  • Chatbox

    You don't have permission to chat.
    Load More
  • Dernières Critiques

    • Alicia - Prima Ballerina Assoluta
      Note :
      Il va falloir que j'arrête de dire du bien des parutions Rue de Sèvres où vous allez me taxer de partialité. 

      Mais il faut bien reconnaitre qu'ils font du super boulot. Ce Alicia, j'aurais pu passer quinze fois devant sans jamais le prendre, le thème du Ballet me laisse plutôt indifférent et la couverture et le format graphique me laissait à penser à une oeuvre centrée là dessus.

       

      Sauf que ce Alicia est bien plus que cela. Car à travers une biographie romancée d'une fabuleuse danseuse de ballet cubain, c'est toute un pan de la vie cubaine qui nous est raconté. En choisissant très justement de porter son histoire non pas simplement sur le portrait d'Alicia mais aussi sur le parcours de jeunes et de familles actuelles, les auteurs ont fait un pari gagnant. 

      J'ai eu la chance d'aller à Cuba il y a quelques années, un petit peu en immersion et assez loin de la carte postale de tourisme servie habituellement, et j'ai retrouvé ce Cuba qui n'a cessé de me désorienter et de me questionner. A travers une histoire, celle de la Prima Ballerina Assoluta Alicia, on découvre l'Histoire de Cuba de ses dernières années, puis les histoires de jeunes cubaines. 

      Le dessin tout en finesse et la mise en couleur plein de douceur de cet album ont magnifié l'intelligence du propos, qui entre féminisme engagé, portrait de femme surprenante et loin des clichés, et jeunesse impatiente nous livre une galerie d'histoires et de personnages sublimes.

       

      Si vous êtes déjà allé à Cuba je ne peux que vous conseiller cette oeuvre qui livre une vision sans manichéisme de ce Pays au destin hors du commun. Si vous n'y êtes jamais allé, laissez vous tenter par cette BD, elle ne vous renverra probablement pas le même écho, mais qui sait, elle vous donnera peut être l'envie d'aller approfondir cette découverte.
      • 0 réponse
    • Jeremiah Johnson - Chapitre 2
      Note :
      Le tome 1 de cette biographie de Jeremiah Johnson m'avait laissé sur une déception et ne tournons pas autour du pot trop longtemps ce second tome confirme malheureusement mon impression sur cette série. 

      Entendons nous tout de suite, c'est très loin d'être mauvais et globalement la note reflète celle d'une série correcte de western sous forme de biographie. Et c'est probablement déjà bien. 

       

      Mais il y avait matière à faire tellement mieux que je ne peux m'empêcher de penser que Soleil est passé à côté de son sujet car les auteurs sont tout de même loin d'être des inconnus. Jean Pierre Pecau et Fred Duval au scénario c'est quand même sensé être du très haut niveau, de même Jack Jadson qui nous vient de l'univers comics et notamment de la galaxy Marvel ce n'est pas un nouveau venu. Hors il y a je trouve plusieurs carences problématiques sur cette série. Tout d'abord le dessin n'a pas vraiment fonctionné sur moi, parfois beau, parfois anecdotique, parfois dur à appréhender, le traitement des émotions sur les visages m'a laissé de marbre. Et il faut dire à sa décharge que le scénario concocté sur la base de l'histoire réelle de Jeremiah Johnson n'a pas aidé le dessinateur. C'est simple : le personnage de Jeremiah n'existe pas à travers toute la bd qu'il traverse comme une ombre vengeresse. Seuls les trop rares personnages secondaires apportent un peu d'intérêt mais c'est bien trop peu. Cette histoire ou bd nous laisse indifférent, et c'est bien ça le drame, vu la matière première extraordinaire que nos auteurs avaient sous la main.

       

      Dommage. Jeremiah Johnson est loin d'être une mauvaise BD, mais au cinéma, là où beaucoup se rappellent du Jeremiah Johnson  de Sydney Pollack, en BD ce western là ne nous laissera guère de souvenirs. 
      • 0 réponse

    • Otaku otaku tome 9
      Note :
      A l’instar de la voie du tablier, Otaku Otaku se compose de scénettes mettant en scène le quotidien de 4 adultes tous travaillant dans la même société et tous otaku.

      Il y a ceux qui sont à fond sur les jeux vidéo, celles fans de boys love et celle qui aime le cosplay. La série nous montre des situations du quotidien, des petites anecdotes, comment ils jonglent entre le monde du travail et leurs passions, comment ils assument ou non leur hobby.

      L’auteur ne fait aucun jugement, il n’y a pas non plus de critiques de la société, pas de combat à mener ! Quelques thèmes sur le couple, la vie à deux, la concession sont quand même abordés mais de façon légère, sans plomber le rythme du manga.

      Elle décrit avec humour la vie de ses personnages, de leurs interactions avec l’entourage. On ne se trouve pas dans la caricature de l’otaku, ce sont juste des tranches de vie avec des personnages qui vivent leur passion. C’est rafraichissant, agréable à lire, sans prise de tête, un bon moment de détente.
      • 0 réponse
    • Panorama
      Note :
      Les éditions Delirium débutent la publication des titres de Michel Fiffe, un auteur américain de comics de la culture underground. Avec ce titre je viens de découvrir un nouveau genre, nommé le body-horror. Ce terme est bien explicite et donne une bonne idée de ce qui va nous attendre dans Panorama. L'introduction, nous plonge dans le vif du sujet avec un jeune homme qui après avoir fait une chute vertigineuse croise une bande de trois jeunes. Dès l'affrontement on prend pleinement conscience du genre avec le cops du héros qui ne déforme, se transforme, s'allonge pour combattre les trois adversaires. La première impression est de voir le corps du héros se liquéfier sur le sol, c'est assez dingue. Le trait de Michel Fiffe met bien évidemment très en avant ces métamorphoses spectaculaires avec son style graphique très nerveux. Les dessins sont en noir et blanc pour les 3/4 de l'album dans un style se rapprochant des plus grands dessinateurs de la scène comics. Progressivement on comprend que le héros subit les changements de son corps à cause de son anxiété. Il est évident que ce titre réserve beaucoup de surprises du début à la fin et ne laisse pas indifférent le lecteur. 

      Panorama est visuellement spectaculaire mais possède aussi une histoire assez folle et originale à souhait. Les éditions Délirium annoncent en fin d'album la parution prochainement de Copra l'œuvre culte de cet auteur sur des super-héros. Je ne manquerai pas cette prochaine sortie.
       
      • 0 réponse
    • L'appel des montagnes tome 1
      Note :
      Voici un manga fait pour ceux qui aiment la randonnée, la montagne ou les 2 à la fois. L’histoire se déroule à l’université de Santama, comme il est habituel au Japon, les étudiants rejoignent des clubs dès leur 1ere année, il y a d’ailleurs des journées de recrutement très animées. L’existence d’un club dépendant de son nombre de membres (pour avoir des subventions, des locaux, du matériel) il faut donc convaincre les nouveaux arrivants.

      Les 3 membres actuels, fans d’alpinisme prêts à affronter les sommets les plus dangereux, vont devoir convaincre 3 jeunes filles complétement novices en la matière et absolument pas sportives, sans les effrayer ni les décourager.

      Le livre entrecoupe des moments d’escalade avec la passion qui anime les alpinistes et des astuces et conseils pour les débutants : comment choisir son matériel, comment l’entretenir. Il y a également quelques passages un peu plus historiques sur la conquête des sommets !

      C’est une lecture fluide entre passion et humour où l’on ressent l’appel de la nature. Une bonne distraction avec de beaux dessins de paysages et aussi quelques photos.
      • 0 réponse
×
×
  • Créer...