Aller au contenu
  • S’inscrire
  • Critiques

    Base de données regroupant les critiques.

    alx23

    Undiscovered country Tome 1

    Par alx23, dans Critiques

    Scenariste: Charles Soule et Scott Snyder Dessinateur: Giuseppe Camuncoli Coloriste: Matt Wilson Editeur: Delcourt Note: 4.0
    Résumé:

    Les USA sont devenues une terre mystérieuse et surtout dangereuse après s'être armée puis fermée au reste du monde, sans aucune explication, il y a plus de trente ans. Lorsqu'une équipe à la recherche d'un remède contre une pandémie mondiale franchit les frontières américaines, elle se retrouve rapidement acculée afin de lutter pour sa survie sur ce continent dorénavant perdu, étrange et mortel ! Les droits cinéma de cette nouvelle série signée Scott Snyder (Batman), Charles Soule (Daredevil, Dark Vador) et Giuseppe Camuncoli (Star Wars; Spider-Man, Green Valley) ont été acquis par New Republic Pictures.

    Type: Comic L'acheter sur BD fugue Genre: Science Fiction
    Undiscovered country est un titre attendu par les lecteurs de comics comme les deux scénaristes et le dessinateur sont très réputés dans l'univers des comics aux Etats-Unis. Scott Synder s'est construit une carrière solide de scénariste sur Batman ou American vampire. Charles Soules a scénarisé plusieurs Wolevrine et Star wars. Quant à Giuseppe Camuncoli, on ne compte plus ses nombreux projets sur des super-héros de chez Marvel ou DC. Snyder et Soules nous livrent une histoire de science-fiction avec une partie importante pour le fantastique. En effet, les Etats-Unis vivent depuis une trentaine d'année en autarcie derrière un mur, sans donner de nouvelles. Pendant ce temps dans le reste du monde, un virus décime toute la population. Une invitation inattendue va mettre en place une expédition pour visiter les Etats-Unis. Le scénario est intriguant et laisse beaucoup de possibilités pour la suite. Les six premiers chapitres nous délivrent un bon aperçu de l'histoire avec une ambiance à la Mad Max avec des animaux en pleine mutation et des groupuscules guerriers. On pourra reprocher un peu les nombreux dialogues avant et durant toutes les scènes d'action même si cela s'explique pour la compréhension de cette étrange histoire. La partie graphique est magnifique, il faut reconnaitre de Giuseppe Camuncoli dessine très bien ce monde fantastique. L'album se termine sur toutes les couvertures alternatives réalisées par d'autres dessinateurs.
    On peut reconnaitre que cette série est originale et efficace avec un premier tome porté sur l'action.
     

    poseidon2
    Scenariste: Le tendre Dessinateur: Boutin-gagne Coloriste: Boutin-gagne Editeur: Drakoo Note: 4.0
    Résumé:

    Après avoir empêché la Panaklay, une multinationale aux dents longues, d’enlever par la force deux enfants aux étranges pouvoirs, Terence Trolley se retrouve confronté à de nouveaux périls.
    Pour récupérer les enfants, la Panaklay a enlevé la famille de Greg, son associé, et menace de la liquider.
    Un mystérieux loup gris et son jeune maître décident de rentrer dans la danse.
    Amanda, la compagne droïde de Terence, est prête à tout par amour pour son amant, y compris le pire.
    Et surtout, à l’abri dans une base lointaine, l’un des derniers cobayes de la Panaklay est sur le point de révéler à notre héros un secret qui risque bien de changer la face du monde !

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Aventure
    Lors de la sortie du tome 1, j'avais comparé ce Terence Trolley avec Travis. Sur le look, sur l'aspect SF, sur l'aventurier au grand cœur..... Si la ressemblance du look continue tout comme l'orientation très anticipation de l'histoire, il faut avouer que les deux scénaristes aux commandes des deux séries sont radicalement différents. On pourrait quasiment dire qu'on aimerait que leurs séries aient des trajectoires opposé. 
    Là ou Duval ne réussit pas ou n'a pas envie de clôturer sa série, Le Tendre nous offre une fin toute en finesse et en beauté. Une vraie belle fin pour son histoire et une fin dont le suspense est retenu jusqu'à l'ultime moment. Et c'est là qu'on se dit qu'on a retrouvé un bon Le Tendre sur ce diptyque. Il gère avec merveille le suspense et surtout le dénouement. Les pièces s’emboîtent bien les unes dans les autres pour nous livrer une belle sculpture finale. 
    Mais, car il y a un mais, là où le diptyque de Le Tendre est l'opposé de celle de Duval c'est que cette série aurait mérité trois tomes. Bon faire une analogie facile on a l'impression d'avoir entre les mains une très belle sculpture en Duplo. Alors qu'avec la même sculpture en Lego on aurait été aux anges avec tous ces petits détails en plus qui, sans dénaturer la forme, aurait rendu l'ensemble encore plus joli.
    Ce sont vraiment de petits détails.... des personnages qui mériteraient plus de profondeurs, des fin trop rapides, des liaisons entre quelques scènes trop rapide ou on est obligé d'aiguiller le lecteur via des "info bulles" pour qu'il ne soit pas perdu car on a pas le temps de bien introduire le lieu... plein de petits détails qui donne à ce diptyque un gout de trop peu.
    Des petits détails qui nous font que cette bonne histoire d'aventure et d’anticipation aurait pu être géniale et plus immersive avec un tome de plus.
    Mais ne boudons pas notre plaisir. Cette histoire EST une bonne histoire en deux tomes. 
    N'est-ce pas déjà suffisant ?

    Nickad

    Hana l'inaccessible tome 1

    Par Nickad, dans Critiques

    Scenariste: MURATA Koji Dessinateur: MURATA Koji Editeur: Meian Note: 2.0
    Résumé:

    La carte maîtresse du fabricant de confiseries traditionnelles Mitsubachi, se nomme Hana Takamine et a vingt-sept ans. Cette jeune femme aussi belle qu’inégalable, fait rêver par son côté inaccessible. Mais derrière cette image de perfection, Hana cache en réalité un secret. Elle n’a absolument aucune expérience en matière d’amour et réagit toujours comme une jeune écolière. Pas facile alors d’avouer ses sentiments à Tsuyoshi Yowaki, un autre employé de la société. Ce qu’elle ignore, c’est que cet amour est réciproque ! Ils désirent s'avouer leurs sentiments sans y parvenir. Le début d'une comédie romantique avec un amour partagé, mais non avoué !!!

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Romance
    Ce manga est un shojo avec ses histoires d’amour et de flirts situé dans le monde de l’entreprise.

    Composé de courts chapitres, on suit les histoires de 4 personnages : il y a la belle Hana qui se comporte à l’opposé de ce qu’elle voudrait, Tsuyoshi, toujours à côté de la plaque, Sarada le tombeur et Ichigo la charmeuse manipulatrice.

    C’est gentillet, un peu trop cliché peut-être, autant l’innocence peut avoir du charme en milieu scolaire, autant, ici quand les personnages sont adultes, cela donne un petit goût de niaiserie. L’ensemble n’est pas déplaisant mais n’est pas révolutionnaire, c’est mignon mais un peu mièvre. Et puis il y a cette redondance qui lasse avec un contexte répété en début de chapitre, espérons que la série décolle dans les prochains tomes car pour le moment, c’est insipide.


    alx23

    Doggybags - Trenchfoot

    Par alx23, dans Critiques

    Scenariste: Mud Dessinateur: Nicolas Ghisalberti Coloriste: Nicolas Ghisalberti Editeur: Ankama Note: 2.0
    Résumé:

    « Qu'est-ce qu'on ferait de tout ce fric si, du jour au lendemain, on devenait millionnaire ? »

    Tout le monde s'est déjà posé cette question. Se payer une maison ? La caisse de nos rêves ? Un voyage autour du monde... ?

    « Rien de tout ça », répondrait Sid Widow. Car ce type est un connard, et ça, tout l'or du monde ne pourrait rien y changer.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Action
    Le scénariste Mud a déjà participé à plusieurs récits courts de la série principale Doggybags avant de travailler sur ce one shot Trenchfoot. Au niveau de l'histoire, on retrouve bien l'ambiance de certaines histoires de Doggybags avec des Rednecks très abrutis comme ils sont souvent décrit dans les BD ou dans les films. Cette population habite souvent en marge des grandes villes, dans les campagnes profondes ou le bayou. Le personne principal est un stéréotype même du redneck, privé d'intelligence, sans rêve, sans ambition. Il fait partie d'une brochette de losers au centre d'un récit improbable ou qui a du mal à prendre. Pour les dessins, Nicolas Ghisalberti réalise sa première bande dessinée avec Trenchfoot. Le trait du dessinateur convient très bien au style de Doggybags.
    L'histoire ne m'a pas emporté lors de la lecture comme je n'arrivais pas à me faire au personnage principal. Quelques dialogues sont amusants mais sans plus. Trenchfoot m'a beaucoup rappelé Bayou Bastardise de mémoire chez le même éditeur. Un univers original mais difficilement exploitable pour en faire une histoire intéressante. 
     

    alx23

    Moby Dick

    Par alx23, dans Critiques

    Scenariste: Herman Melville et Bill Sienkiewicz Dessinateur: Bill Sienkiewicz Coloriste: Bill Sienkiewicz Editeur: Delcourt Note: 4.0
    Résumé:

    Attiré par la mer, Ismaël, le narrateur, décide de partir à la chasse à la baleine. Il embarque sur Le Pequod, commandé par le Capitaine Achab, obsédé par un cachalot blanc particulièrement féroce surnommé Moby Dick qui lui a arraché la jambe. À travers le voyage « sans retour » de son personnage principal, Melville aborde des thèmes universels, le concept de classe et de statut social.

    Type: Comic L'acheter sur BD fugue Genre: Aventure
    Les adaptations de Moby Dick en bande dessinée sont assez nombreuses mais seulement celle de Chabouté me reste en mémoire. Les éditions Delcourt nous proposent une réédition de l'adaptation du roman d'Herman Melville par le génial Bill Sienkiewicz. En effet, ce dessinateur possède une grande réputation dans le monde des comics avec des titres cultes comme Stray Toasters, sa participation sur Daredevil, ou Elektra pour ne citer que quelques titres. Il faut reconnaître que les planches dessinées par Sienkiewicz sont très originales avec une mise en couleurs particulière. Il suffit juste d'ouvrir un de ces comics pour comprendre à quoi s'attendre. Avec Moby Dick, on retrouve l'intensité du roman avec le capitaine Achab, Queequeg et Ismaël qui est à la narration. L'auteur ne réinvente rien et l'histoire reste identique. 
    La partie graphique apporte un cachet indéniable à cette adaptation. On peut oublier les planches traditionnelles avec les cases, car les illustrations de Sienkiewicz débordent et prennent la totalité de la page. Les cases en noir et banc s'alternent avec les cases très colorées. La mise en couleur joue un rôle important dans le style de Sienkiewicz.
    Cette version de Moby Dick est proche des romans graphiques indépendants que des productions de comics américains.

    Nickad
    Scenariste: HIRATORI Ko Dessinateur: YAMADA J-ta Editeur: Meian Note: 4.0
    Résumé:

    Haru Koyama, lycéenne tout à fait lambda, va voir sa vie basculer suite à un violent accident. Ce n’est qu’en rouvrant les yeux qu’elle va se rendre compte qu’elle n’est plus du tout chez elle. La voilà projetée dans un autre monde régi par un système patriarcat. Ne possédant aucune stats particulières, la jeune fille se retrouve à devoir travailler au Chat Bleu Nocturne, un bar, aussi connu pour être une maison de passe où chacun peut assouvir ses fantasmes…

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Drame
    Voici un manga où il ne faut pas se fier au résumé. Certes, notre héroïne renaît dans un autre monde sans aucun pouvoir et elle est obligée de se prostituer pour survivre : mais ce n’est ni un manga hentai ni un vrai Isekai.

    Ici, la réincarnation n’est qu’un prétexte, il était sans doute plus facile de localiser l’histoire dans un autre monde afin d’y faire passer le message, comme ça, personne n’est visé directement. Car voilà, ce manga a une vraie dimension engagée, limite politique : on montre du doigt les violences envers les femmes, on critique la société patriarcale. Dès le début, la direction est donnée et le lecteur est pris à parti, quand Haru décrit certains comportements lors des passes elle dit « ça ne vous choque pas vous ? »

    Tout au long du récit, l’auteur dénonce : femme traitée comme un objet, discrimination, grossophobie… Aspects accentuées par le fait que ce monde semble presque parfait (même les pauvres mangent à leur faim !). Les scènes de sexe sont surtout là pour souligner les comportements violents. Ceux qui y voient un manga érotique ou traitant de la prostitution se trompent, il y a beaucoup plus de profondeurs et d’enjeux que ça !

    Il y a quand même des passages un peu plus légers pour permettre au lecteur de souffler, peu d’espoir là où on ne s’y attend pas

    Pour adultes


    alx23
    Scenariste: Pat Perna et Fabien Bedouel Dessinateur: Fabien Bedouel Coloriste: Fabien Bedouel Editeur: Glenat Note: 4.0
    Résumé:

    Le seul endroit où l'on vous promet un repos... éternel. Tandis qu'ils se rendent à la finale régionale du championnat de tennis de table d'Albuquerque, Lemmy et son inénarrable mentor, le coach Malone, tombent en panne avec leur Fiat 500 sur la 380. À quelques miles de là : Flatstone, petite bourgade improbable en plein coeur du Nouveau-Mexique, et son shérif homophobe et buté, leur tendent les bras.Quelques « tracasseries administratives » plus tard, ils trouvent finalement refuge dans le seul motel du coin, le Valhalla Hotel, tenu par une femme pour le moins intrigante, Frau Vinkler. Au petit matin, Lemmy a disparu. Malone part évidemment à sa recherche... 

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Action
    Après Darnand ou Kersten médecin d'Hitler, on retrouve les deux mêmes auteurs sur une nouvelle trilogie, dans un registre différent avec une série B qui mélange humour, action et fantastique. Valhalla hotel est une idée originale de Fabien Bedouel, d'ailleurs le dessinateur travaille également sur le scénario en compagnie de Pat Perna. L'introduction nous plonge dans l'ambiance des année 70 dans un bled perdu des Etats-Unis avec un shérif très étrange. Les dialogues amusants nous mettent sur la voie de ce qui va nous attendre durant tout l'album. La galerie des personnages est assez improbable entre le pongiste muet, d'anciens nazis éleveurs de porcs, un shérif déjanté, son adjointe sexy, d'anciens soldats et l'entraineur à l'humour décampant. La couverture de l'album qui rappelle un peu celle de il faut flinguer Ramirez résume très bien ce premier volume avec des flingues, des bolides de courses. Les dessins de Fabien Bedouel sont parfaits, très dynamiques dans les courses poursuites ou fusillades. Depuis l'or et le sang, le trait de Bedouel m'a toujours convaincu et d'avantage sur ce titre comme c'est une fiction plus légère que les récits de guerre sur lesquels il a l'habitude de travailler.
    Ce premier tome démarre très bien ce thriller avec une fin intrigante qui donne envie de poursuivre la lecture.

    Nickad
    Scenariste: HARAWATA Saizou Dessinateur: KASHIWA Miyako Editeur: Doki-Doki Note: 3.5
    Résumé:

    Pariant sur de faibles chances de s'en sortir, Akira fonce dans le Désastre où il retrouve Yûri. Mais qu'est-ce qui l'a vraiment motivé à s'élancer dans ce jeu au mépris du danger ?
    Pendant ce temps, à Tokyo, l'ennemi menace Ringo, qui a survécu après avoir frôlé la mort. Kitajima et elle vont-ils se sortir de cette situation très épineuse ?

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Action
    Pas de révélations incroyables dans ce volume, les alliances se nouent afin d’avancer dans ce 5eme niveau. L’objectif premier étant de survivre.

    Rin Kashii nous montre une nouvelle fois l’étendue de ses capacités et Akira son aptitude a anticipé les événements et réactions de son entourage. Mais ce qui est le plus surprenant c’est Mion, car si certains semblent déjouer les pronostics, elle semble avoir plusieurs longueurs d’avance. Nul ne sait quel est son véritable objectif !

    Un tome pleins d’actions, que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur du désastre. Aucune longueur, on ne s’en lasse pas.


    poseidon2
    Scenariste: Christian Durieux Dessinateur: Christian Durieux Coloriste: Christian Durieux Editeur: Dupuis Note: 4.5
    Résumé:

    Pacific Palace, un hôtel paisible au bord d'un lac qui l'est tout autant. Spirou regrette déjà d'y avoir fait engager à ses côtés Fantasio, viré comme un malpropre du Moustique. Car l'ex-journaliste reconverti en groom n'a vraiment pas la vocation et ne rate pas une occasion de fâcher M. Paul, leur supérieur hiérarchique. Mais trop tard pour faire machine arrière : un véritable huis clos est décrété et l'hôtel se retrouve sans clientèle et avec un personnel réduit pour accueillir discrètement Iliex Korda, dictateur déchu du Karajan, petit pays des Balkans. Dans ses bagages, d'imposants gardes du corps mais aussi Elena, fille du "Grand Guide" au regard envoûtant, dont Spirou tombe instantanément amoureux. Alors que Fantasio ne rate pas une occasion de provoquer l'entourage du tyran, Spirou essaie de comprendre l'étrange ballet politicien qui se joue presque sous ses yeux.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Romance
    J'aime bien les "Spirou de". Globalement les auteurs ont toutes libertés pour vraiment montrer une aventure spéciale du héros Belge. Au tour cette fois de Christian Durieux et c'est encore une fois une réussite. Une réussite car Christian Durioeux nous montre quelque chose que l'on avait jamais vu : un huit clos dans un hôtel, entre thirller politique et romance impossible.
    Le Spirou que nous montre Durieux est tous sauf un aventurier. C'est un Groom. Rien qu'un Groom. Un Groom qui se trouve être au mauvais endroit au mauvais moment. Ou au bon endroit au bon moment je vous laisserais juge. Et le parti pris de faire de Spirou un observateur et non pas un acteur du récit pour se concentrer sur l'ambiance de cet hotel désert marche à fond. Tout comme Spirou on à l'impression de déambuler dans cet hotel à la recherche des fantomes du passé et cherchant une perche (ou une jeune fille) qui nous raccorche à la vraie vie.
    Mais Durieux ne perd pas de vue l'objectif de nous montrer un album de Spirou. Il choisit donc de trancher dans cet ambiance rêveuse en donnant , encore une fois, le role du troublion à un Fantasio au sommet de sa forme. Entre dynamisme et gros sabots, il est la bouée qui nous ramène aux faits et permet à Spirou de garder les pieds sur terre.
    Une histoire romantico-historique qui ne ressemble à aucune autre des adaptations de Spirou et qui n'est pas sans rappeler "un enchantement" du même Durieux.
    Et c'est bien pour cela ue l'on lit les "Spirou de"...
    PS: Je n'ai pas compris pourquoi Durieux avait deplacé toute cette affaire en France par contre... loin de chez lui notre Groom...

    poseidon2

    Unsung cinderella t1

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Mamare Arai Dessinateur: Mamare Arai Editeur: Meian Note: 3.5
    Résumé:

    Parce qu'il n'y a pas que les médecins qui peuvent aider les malades !

    Midori Aoi est pharmacienne hospitalière depuis maintenant deux ans. Énergique et motivée, elle prend son travail très à cœur, mais est également frustrée de ne pas pouvoir aider plus directement les patients. Du fait de sa profession, elle se retrouve systématiquement en second plan, derrière les médecins, alors qu'elle est habitée par la même volonté que ces derniers : aider les patients. Elle passe par conséquent beaucoup de temps avec chacun d'entre eux, ce qui lui vaut régulièrement des remontrances de sa hiérarchie, sans pour autant entamer sa détermination !

    Bien qu'ils jouent un rôle secondaire, ils constituent le « dernier rempart »qui protège notre quotidien.

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Indefini
    Nouvelle série de l'éditeur Meian sur un thème peu traité en manga : l’hôpital. Ou alors peut importé en France. Il faut dire que ce genre est sur représenté et sur traité sur nos petits écrans. Ceci expliquera la différence de point de vue que nous avons avec ma fille. 
    Elle qui ne regarde pas la télé a vraiment apprécié le coté urgence  et le coté sauvetage de vie alors que moi j'ai eu trouvé que l’aspect médicamenteux (qui est censé marquer la différence avec les histoires déjà vu) était un peu forcé. Vu qu'il est plus difficile en manga qu'à la télé de faire passer les émotions de sauvetage,  Mamare Arai met l'accent sur la "sur-empathie" de notre pharmacienne et sur le fait que si des vies sont sauvées c'est grâce à la bonne connaissance des médicaments.
    Si c'est surement un peu vrai, cela minimise  pas mal, sur ce qui est montré, le rôle des autres corps de métiers. Cet aspect ci m'a un peu gêné mais, vu que ça n'a pas gêné ma fille du tout, je pense que c'est essentiellement parce que je suis amateurs de série télé de médecine.... 
    Je vous laisserais donc juger par vous-même, désolé 🙂

    poseidon2
    Scenariste: Stephane Betbeder Dessinateur: Djief Editeur: Dupuis Note: 3.5
    Résumé:

     New York, dans un futur proche mais apocalyptique... Le chaos règne et la brume fait apparaître des créatures terrifiantes. Les adultes sont sous l'influence d'une entité monstrueuse et les enfants doivent s'organiser pour survivre. Comment le monde en est-il arrivé là ? Que sont ces créatures ? Que veulent-elles ? Peut-on vaincre ces monstruosités ?

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Aventure
    Nouvelle série Dupuis pour un publique adolescent. Mais pour grands ados. Que se soit pas le style graphique ou par l'histoire assez facile à comprendre portée par des héros qui sont eux même des ados/enfants, tout porte à croire que c'est une BD standard de chez Dupuis. Attention car après lecture cette BD est plus proche d'un Seuls que d'un Magic 7. Je dis "attention" car pour moi le scénario dépasse même celui de Seuls avec une dureté étonnante. Un croisement entre  S.A.M et Seuls en somme. 
    Et encore la fin laisse imaginer un prochain tome encore plus complexe/sombre.
    Cela étant dit, j'ai passé un vrai bon moment de lecture quand même. Le coté dur de ce tome m'a bien plu, en tant qu'adulte, et le mystère qui plane autour de l'étonnante survie de notre héroïne et les étranges pouvoirs de son frère permet de maintenir une tension et un intérêt constant à ce premier tome.
    Le rythme est bien soutenu, l'histoire originale et les révélations intéressantes.
    Il ne reste plus qu'à valider tout ça dans le tome 2 !

    Nickad
    Scenariste: TAGAME Gengoroh Dessinateur: TAGAME Gengoroh Editeur: Akata Note: 4.0
    Résumé:

    Sora est lycéen, et il aime en secret Kenta, son camarade de classe. Même à Nao, son amie d’enfance, il n’a jamais avoué qu’il est gay. Pourtant, quand un jour en classe, à force d’entendre les blagues homophobes des autres garçons, il ne supporte plus le poids du secret, il décide de sécher les cours… Et tandis qu’il s’endort près du rivage, un mystérieux homme apparaît et lui dit qu’il l’aime… Qui est-il ?

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Tranche de vie
    Gengoroh TAGAME est un auteur spécialisé dans les histoires gays, après le très remarqué « le mari de mon frère » il signe ici, son 2eme manga tout public.
    Grandement inspiré de sa propre expérience, l’histoire raconte le coming out de Sora. On se penche sur les sentiments du garçon, sa façon de s’accepter, ses questionnements par rapport à son entourage, la peur des réactions, du regard, de l’incompréhension. Puis ensuite, vient l’aveu, d’abord à cet inconnu qui est comme lui, puis à son amie d’enfance et enfin à sa famille.
    L’auteur décrit tout cela avec beaucoup de calme, de réflexions, il aborde bien sûr l’homosexualité, son évolution dans la société au cours des dernières décennies, mais il s’attarde aussi sur les relations sentimentales. Il met en lumière que quel que soit le sexe ou les aspirations sexuelles, chacun éprouve les mêmes doutes, les mêmes angoisses et que nous sommes tous pareils.
    La situation de Sora évolue dès son premier aveu car enfin, il n’est plus seul. Le message de l’auteur est positif, l’important c’est la communication, avoir quelqu’un à qui parler, avoir un endroit où l’on peut être soi-même pour pouvoir enfin s’accepter et aller de l’avant.
    On sent que l’auteur a eu le temps de revenir sur son expérience, le thème est abordé de façon simple avec sérénité. Et c’est le petit bémol que je mettrai car si cela permet d’éviter de tomber dans les clichés et le larmoyant, cela empêche aussi de ressentir une empathie envers les personnages, il y a un manque de passions.

    alx23

    Sara

    Par alx23, dans Critiques

    Scenariste: Garth Ennis Dessinateur: Steve Epting Coloriste: Steve Epting Editeur: Panini Note: 3.0
    Résumé:

    Nous sommes en Russie pendant l'interminable hiver 1942, et nous suivons le sniper soviétique Sara, tandis qu'elle résiste aux envahisseurs nazis avec ses camarades. Les femmes du campement sont isolées dans un baraquement à part et l'unité repousse vaillamment l'ennemi, mais pour combien de temps ? Une histoire complète inspirée d'une histoire vraie. Garth Ennis (The Boys, Preacher, Punisher) n'est jamais autant à l'aise que sur les histoires de guerre. Il est donc ici dans son élément aux côtés de l'efficace Steve Epting, qui illustrait entre autres le Captain America d'Ed Brubaker. Des dessins qui valaient bien un format un peu plus grand que le format comics habituel.

    Type: Comic L'acheter sur BD fugue Genre: Guerre
    Bon je prends le temps d'écrire une critique sur Sara, le récit de guerre de Garth Ennis. L'auteur est connu pour ses histoires souvent violentes ou irrévérencieuses comme par exemple The boys ou Preacher. Ces deux dernières références m'ont convaincu de l'achat de Sara. Pour l'histoire, l'auteur s'est inspiré de faits réels, en rapportant de façon romancée les faits d'arme d'une femme sniper russe durant la seconde guerre mondiale. Mais le récit de Garth Ennis ne réussit pas à être prenant avec le destin de ses femmes. Les dessins de Steve Epting sont réalistes et de qualité mais avec une colorisation trop lisse à mon gout. Par contre, la couverture de l’album est excellente et vendeuse. 
    Dès le début de l’album, je pense que les traductions sont trop littéraires et on perd un peu le sens du dialogue ou alors c’est fait exprès mais c’est étrange. J’ai eu le même ressenti vers la fin de l’album ce qui n’aide pas à apprécier la lecture. Sara est un comics de guerre assez moyen et pas un achat indispensable. Je recommande plus le deuxième titre de chez TKO, Sentient. 
     

    The_PoP

    1984

    Par The_PoP, dans Critiques

    Scenariste: Jean Christophe Derrien Dessinateur: Rémi Torregrossa Coloriste: Rémi Torregrossa Editeur: Soleil Note: 3.5
    Résumé:

    Londres, 1984. Winston Smith est un employé du Parti, chargé de réviser l'Histoire. Dans un monde où toute sentimentalité est interdite, il est attiré par Julia, une jeune femme peut-être dangereuse pour lui. Ensemble, ils vont tenter d'échapper à l'emprise du gouvernement et de Big Brother, le chef omnipotent du gouvernement. Mais est-ce possible dans un monde où tout fait et geste est surveillé et enregistré ?

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Science Fiction
    Adaptation du livre culte de Georges Orwell en BD, ce 1984 là est assez fidèle au souvenir que j'ai du livre originel. Sans concession, dans une ambiance poisseuse qui colle parfaitement au récit d'Orwell, le malaise grandit page après page face à ce Big Brother et à cette sensation de nasse. 
    Alors évidemment le propos n'est plus particulièrement original, 1984 fait l'objet de 3 adaptations en BD, toutes prévues pour sortir également le 6 janvier 2021. Cela manque quand même un peu de caractère même si forcément ce livre ne peut qu'entrer en résonance avec nos actualités. A ce stade je ne saurais vous dire quelle adaptation a ma préférence, n'en ayant lu qu'une.
    Cependant, les sorties étant rapprochées, au niveau comparaison, cette adaptation d'Orwell est de mon point de vue beaucoup plus classique et sage que celle effectuée dans le Château des animaux, dont le tome 2 est sorti il y a peu.
    Que dire de plus sur cette adaptation là, réalisée par Jean-Christophe Derrien et Rémi Torregrossa ? Elle est sérieuse, propre, et elle permettra facilement de faire connaitre le livre à ceux qui sont passé à travers ou qui ont été rebutés par le style parfois quelque peu lourd ou le propos dense de Georges Orwell dans le livre. Les principaux éléments y sont bien restitués, et graphiquement le travail sur l'ambiance est très réussi. Le fond du propos lui n'a pas bougé et reste une belle source de réflexion et de critique pertinente de nos sociétés. Ce qui est quand même remarquable vu la date à laquelle il a été écrit.

    poseidon2

    Cube arts t3/3

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Tomomi Usui Dessinateur: Tomomi Usui Editeur: Doki-Doki Note: 3.5
    Résumé:

    Survivre dans un monde où les cubes vous entourent ! Encore marqué par l'enlèvement de Noa par l'esclavagiste Gaku, Takuto décide de se fabriquer une "grande épée" avec le diamant qu'il a trouvé. Il découvre par ailleurs que les joueurs qui meurent laissent derrière eux une mystérieuse "soul stone". Construction de voie ferrée, monte à cheval, bataille contre des monstres... L'univers des jeux sandbox est vraiment passionnant et sans limites !

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Action
    Comme toujours dans ce genre de minisérie, on ne sait pas trop si c'est un coup d'essai de l'auteur ou bien un flop au japon comme a pu l’être Samouraï 8.
    Ici j'aurai tendance à penser que c'est plutôt la première partie. En effet cette aventure d'héroic fantaisy dans un manga à la Minecraft était suffisamment bizarre dès le début pour ne pas offrir beaucoup de perspective. Durant le premier tome on a joué avec les cubes et c'était rigolo je dois l'avouer. Mais une fois la découverte de ce fonctionnement en cube passé, on était tombé dans un manga trop classique pour offrir des possibilités à long terme.
    Cela se voit aussi par la qualité de ce tome 3.   Tomomi Usui clôture tranquillement les histoires commencées. Sans se presser il nous mène à la fin de "l'introduction"  qu'est cube arts. On a fini notre intro à ce qu'était ce jeu et les joueurs vont donc continuer sans nous. Un parti pris qu'on ne peut que saluer tellement beaucoup de série s'englue dans des suites sans fin et peines à se renouveler.
     Tomomi Usui a fait le choix de la petite série. Une série accessible à un jeune publique et parfaite pour faire un cadeau : 3 tomes avec une histoire terminée.
    Simple, efficace et court. Un bon triptyque non ?

    Nickad

    Switch me on tomes 1 et 2

    Par Nickad, dans Critiques

    Scenariste: KUJIRA Dessinateur: KUJIRA Editeur: Akata Note: 4.0
    Résumé:

    Koyori est de nouveau célibataire ! Larguée par son copain qui la trompait avec une autre, elle cherche à noyer son désarroi dans l'alcool. Le lendemain, au réveille, elle réalise qu'elle a couché avec Hijiri, son ami d'enfance. C'est avec ce timing improbable que ce dernier, profitant de l'occasion, lui avoue qu'il l'aime depuis longtemps. Et s'il était temps, pour eux, de se mettre en couple ?

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Romance
    On ne va pas se mentir, l’idée de départ est classique : des amis d’enfance se rendent compte au bout de quelques années qu’ils sont en fait amoureux l’un de l’autre. Ce genre d’histoires il y en a eu plein en milieu scolaire.

    Mais avec des personnages adultes c’est plus rare. Et c’est là, que l’histoire prend une autre portée, les personnages ont 26 ans, ils sont dans la vie active, ont déjà vécu en couple ; ils n’en sont pas à leur première relation. Donc admettre après tout ce temps que les sentiments qu’ils ressentent ne sont pas ce qu’ils croyaient, c’est dur à faire.

    L’auteur prend le temps de bien analyser leur ressenti, le processus pour passer du stade d’amis à celui d’amants, il montre leurs doutes, leurs peurs.

    Si le début de l’histoire est bien mené, sans temps mort, sans cliché, je crains que la trame qui se profile dans le second tome manque d’originalité (des ex qui veulent reprendre leur relation), tout va dépendre de la façon dont cela va être traité.

    Pour le moment, c’est un manga plaisant et agréable avec des dessins tout en douceur, dans un monde résolument shojo.


    alx23
    Scenariste: Pat Mills Dessinateur: Olivier Ledroit Coloriste: Olivier Ledroit Editeur: Glenat Note: 3.5
    Résumé:

    « La guerre a ramené la lie au sommet. Et vous, monsieur, vous êtes cette lie ! »

    Profitant de la panique créée par l’attaque du couvent de sang, Requiem se rend dans le donjon d’Otto pour libérer sa douce Rebecca. Mais le puissant chevalier vampire ne l’entend pas de cette oreille et un combat s’engage entre les deux anciens amis. Alors que l’affrontement tourne rapidement en la défaveur de Requiem, Rebecca profite de leur inattention pour dérober une arme de l’arsenal d’Otto et prêter main forte à son amant. Arrivera-t-elle à le sauver à temps ?

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Fantastique
    La réédition des albums de Requiem chevalier vampire reprend avec ce huitième tome. Les premiers lecteurs attendent toujours avec impatience de pouvoir lire les épisodes inédits du vampire, arrivé à Résurrection. Dans cet épisode, le spectre de Requiem est sorti de son corps pour venir en aide à Rebecca retenue prisonnière par Otto, un vampire sadique. Alors qu'il est au plus mal dans le combat, Requiem rejoint son corps pour affronter d'autres problèmes urgents. L'histoire de Pat Mills conserve tous les éléments démoniaques pour servir au mieux le scénario dark de cette série. La partie graphique d'Olivier Ledroit est absolument fabuleuse dans un registre très sombre. L'auteur réussi à donner une ambiance originale grâce à ses planches très fournies et détaillées. Les rééditions de Requiem sont accompagnées de cahier graphique qui terminent les albums avec des esquisses de Ledroit, des textes explicatifs sur des personnages secondaires ou qui apparaitront dans les prochains tomes.

    Le tome neuf est déjà programmé pour le 10 février en espérant que le retard soit rattrapé pour lire la fin des aventures de Requiem.

    poseidon2
    Scenariste: Umeki Taisuke Dessinateur: Umeki Taisuke Editeur: Doki-Doki Note: 4.5
    Résumé:

    Embarquez pour une aventure palpitante, fraîche comme la brise, virevoltante comme un grand shônen ! Plus forts et plus unis encore qu'avant, nos aventuriers prennent un nouveau départ en direction de Brant... mais au cours de leur traversée, ils affrontent un violent ouragan ! Au coeur de la tourmente, l'équipage découvre une île inconnue des cartes... il y accoste en urgence pour échapper au danger, mais rapidement, un certain malaise s'installe : le paysage ressemble à s'y méprendre à la ville d'où viennent Yû et Asebi ! Et soudain, devant les yeux incrédules de Licorice, apparaissent ses parents... qu'elle n'a pas revus depuis 600 ans !

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Action
    Enfinnnnnnnnnnnnnnn !!!!!!!!! Sur ce coup la Doki doki et surtout le covid auront mis notre patiente à rude épreuve. En effet quand on sait que cette superbe minisérie est terminée depuis longtemps et traduite même en anglais depuis un certain temps, attendre quasiment un an entre deux tomes ce fut dur. Très dur. 
    Mais le résultat est à la hauteur de nos attentes (bon ok ça aurait été pareil si il était sorti en juin comme initialement prévu). Qu'est-ce que ce tome est encore bon. L'histoire est toujours magnifique. Ce manga démontre qu'il n'est pas nécessaire d'avoir du sexe, des tueries ou des monstres pour faire une série à succès. Rien que dans celui-ci on se retrouve avec des batailles, des mystères en plus, des trahisons, des nouveaux accords et tout cela avec un trait permettant à tout le monde de se pencher sur cette série.
    Apres un tome 8 un poil moins remuant, on sent dans ce tome 9 que l’auteur au tant que l'équipage de Yu sont dirigé vers un seul objectifs: nous livrer une excellente fin dans l'ultime tome à venir en février ! 
    Alors on ne peut dire que Vivement février et, si vous avez des enfants de plus de 8 ans, je ne peux que vous encourager à vous pencher sur cette série qui ravira la famille entière  ainsi que les bourses des parents, ne faisant que 10 tomes.

    poseidon2
    Scenariste: Jonathan Hickman Dessinateur: Collectif Coloriste: Collectif Editeur: Panini Note: 5.0
    Résumé:

    Le monde a changé, l'île de Krakoa est désormais le coeur de la nation mutante. Plongez dans la série qui bouleverse l'univers mutant de manière radicale et magistrale.

    Type: Comic L'acheter sur BD fugue Genre: Super héros
    Enfin. Enfin Marvel se decide à mettre un scénariste de renom (et compétent) aux commandes de la maison X-Men. On attendait ca depuis.... allez on va dire House of M et l'arc du messie (certain s'arrêteraient même à House of M). Et ils ont du craquer la tirelire car ce n'est rien de moins de Jonathan Hickman (Black monday murders, Secret Wars, East of West, Mahattan project..) qui reprend les rênes de la maison des mutants. Et comme il a pu le montrer dans East of West, il sait manier avec brio les histories à tiroirs. 
    Le coup de genie sur cette introduction (car oui c'est bien ca), c'est d'utiliser le pouvoir de Moïra MacTaggert (ou d'inventer je n'ai  pas bien suivi) pour recréer l'univers Marvel et nous expliquer, de facon cohérente, pourquoi Charles Xavier sort de son éternelle volonté de permettre aux hommes et aux mutants de vivre en harmonie. 
    Le coup du brillant scénariste, c'est de méler les différentes vies de Moira avec l'histoire courante. Histoire courante qui est une des conlusions des ces autres vies. Conclusion qui prend de plus en plus de sens au fur et à mesure  que l'on comprend les différentes vies de Moira. 
    Une vrai regale tellement ce scenario fait frétiller nos neurones et surtout nous amène une remise à zero de l'histoire des mutants tel qu'on la connait pour leur permettre de recommencer à Zéro. Qui est de surcroit sublimé par une brochette de dessinateurs de haut vol !
    Une lourde et profonde introduction d'un tout nouvel univers X-Men comme on ne l'a pas vu depuis.... l'a-t-on jamais vu ? 
    Tout ce qu'un fan comme moi attendait depuis TROP longtemps. Et maintenant.... plus qu'à lire Dawn of X.

    poseidon2

    L'age d'or t2

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Roxanne Moreil / Cyril Pedrosa Dessinateur: Cyril Pedrosa Coloriste: Cyril Pedrosa Editeur: Dupuis Note: 4.0
    Résumé:

    Avec l'hiver, la guerre a commencé. Tandis que les insurgés rassemblent leurs troupes et remontent depuis la Péninsule, la princesse Tilda assiège le château de son frère pour reconquérir son trône. En haut des remparts, en première ligne, les "gueux" se préparent à l'assaut. Ce deuxième tome conclut en majesté l'épopée flamboyante de « L'Âge d'or », ce livre assez puissant pour déchaîner la tempête et la révolution, la force d'une utopie qui donne envie de croire en l'avenir.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Guerre
    Après un premier opus plutôt réussi , et,  je dois bien avouer une découverte du trait si particulier de Pedrosa pour moi ; nous attendions avec impatience la suite de cette formidable histoire moyenâgeuse . Les couleurs chatoyantes reviennent et nous régalent . Ici , moins de forêts luxuriantes , et plus de pierres et châteaux . Le siège de la forteresse est d'ailleurs très bien représenté , et l'on ressent avec notre héroïne toute les difficultés que cela engendre . Nous quittons donc la verdure de l'espoir du 1 pour le bleu et le rouge feu de la guerre de cette suite et fin ! Car oui , là où il me semble qu'une trilogie eut été la bienvenue afin de bien étayer les personnages et leurs connections ; le récit se termine dans une explosion de couleurs ( comme la fin du 1 d'ailleurs) et , de raccourcis ! On retrouve aussi des raccourcis dès les premières pages où l'on s'interroge sur les évènements suite à  cette déflagration liée à   l'ouverture du livre L'âge d'or par la mère de Tilda . On espérait même en savoir plus ! Et on se retrouve avec nos 3 acolytes du premier tome , ces "cerfs " séparés pour une cause les dépassant totalement . Tilda a récupéré le livre ; comment ?  
    Passé ces légers désagréments , cela reste une superbe aventure magnifiquement dessinée , et colorée ! On retrouve le propos et ce mouvement des personnages dans les cases que j'ai tellement apprécié dans le premier . L'âge d'or est un must have dans une collection , mais je ne lui mets pas les 5 étoiles à cause des raccourcis . Comme l'a dit justement @The_PoP , un 1.5 aurait été souhaitable .
    Critique rédigée par @Kevin Nivek

    poseidon2

    Kingdom T55-56

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Yasuhisa Hara Dessinateur: Yasuhisa Hara Editeur: Meian Note: 4.5
    Résumé:

    Au 14e jour de bataille, Shin, qui commande provisoirement toute l'aile droite de Qin, décide de lancer une charge générale sur l'ennemi avec l'objectif de venir à bout du général Chôgaryû, stratège important de l'armée de Zhao. Alors qu'Ouhon a été gravement blessé la veille et que les réserves de vivres sont pour ainsi dire épuisées, la victoire ne peut plus attendre. Mais cette stratégie téméraire met en péril Kanto et les autres nouvelles recrues de l'unité Hi Shin...

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Action
    J'entamais cette série de 4 tomes de kindgom avec une apprehension nouvelle : je trouvais que la bataille tirait trop en longueure et j'avais peur que Yasuhisa Hara ne rallonge la sauce une fois de trop. Et bien encore une fois Yasuhisa Hara montre qu'il est un super gestionnaire. Car si la bataille dure encore sur ces deux tomes ci, on sent qu'elle finira dans les deux d'apres mais surtout, il pioche dans une partie qu'il avait alors superbement évité : la corde sensible avec la mort d'un personnage historique de notre série. 
    Choisit avec soin et savamment preparé, cette partie de l'histoire nous tire une larme tout en permettant une vraie avancée de l'intrigue. On se retrouve donc avec un tome 55 qui est vraiment émouvant, qui nous fait oublier la routine des batailles et permet d'avancer sur les grandes manoeuvres du début de la bataille finale du tome 56. Tome qui rentre un peu plus dans le lot mais reste intéressant car il lance la fleche qui annonce une fin irrémédiable de la bataille.
    Encore deux super tomes pour une série qui reussi décidément à éviter tous les écueils des séries à rallonge...

    Nickad

    Mauvaise herbe tomes 1 et 2

    Par Nickad, dans Critiques

    Scenariste: SHINZO Keigo Dessinateur: SHINZO Keigo Editeur: Autres Editeurs/Auto editions Note: 4.5
    Résumé:

    Au cours d'une descente de police dans une maison close miteuse maquillée en salon de massage, le lieutenant Yamada rencontre Shiori, une lycéenne fugueuse qui lui rappelle sa propre fille aujourd'hui décédée. À peine raccompagnée chez elle par la police, Shiori disparaît de nouveau, fuyant les coups de sa mère abusive. Yamada part à sa recherche, mais la jeune fille désemparée trouve refuge chez un inconnu à la bienveillance plus qu'équivoque. À travers ce drame abordant de nombreuses questions contemporaines, Keigo Shinzô explore la sombre sordide de la société japonaise contemporaine.

    Autres informations: Editions LE LEZARD NOIR
    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Drame
    Un petit rattrapage pour ce manga dont les tomes sont respectivement sortis en janvier et août 2020, le 3eme étant prévu pour la fin du mois.

    Mauvaise herbe, c’est une histoire sombre d’une jeune fugueuse et une critique de la société japonaise. Une société où les services sociaux ne peuvent pas s’occuper d’une adolescente par manque de place et de personnel, où elle est obligée de choisir entre rester dans sa famille qui la maltraite et fuguer en se débrouillant seule avec le peu de moyen dont elle dispose

    C’est aussi la vie de ce policier, démuni pour lui venir en aide, bloqué par les limites des règles établies.

    C’est donc une histoire dure, prenante, où les personnages se débattent, cherchant une seconde chance et le droit de vivre heureux. Un manga fort et saisissant.


    Nickad

    Veil coffret tomes 1 et 2

    Par Nickad, dans Critiques

    Scenariste: Kotteri! Dessinateur: Kotteri! Editeur: Noeve Grafx Note: 5.0
    Résumé:

    Coffret contenant les 2 tomes de la série Veil est plus un rêve que vous avez fait qu'une histoire que vous lisez, et elle persiste de la même manière, des détails flous mais des émotions qui flottent définitivement dans votre coeur. Ces deux mangas sont construits comme une représentation de petits moments de vie entre les deux protagonistes, interrompus par de sublimes illustrations offrant comme un sentiment de rêverie. L'homme est un officier de police, la femme est aveugle ou du moins n'ouvre jamais les yeux. Les noms, les lieux, l'époque n'ont pas d'importance, car notre plaisir consiste à simplement les regarder se rapprocher l'un de l'autre à travers les chapitres.

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Tranche de vie
    Bien que classé dans les mangas, Veil est atypique, il est à la croisée de plusieurs chemins : du livre, du manga et de l’artbook.
    C’est une alternance entre de courtes scénettes, des pages d’illustrations et parfois des monologues tels des journaux intimes.
    Veil c’est de l’art et de la poésie, beaucoup de finesse dans les mots, dans les dessins, dans les situations. On s’y attarde, on admire.
    C’est comme si on touchait la perfection du bout des doigts, autant sur les personnages qui ont une élégance folle, que sur l’œuvre en elle-même. L’édition, toute en couleur, est particulièrement soignée et est accompagnée de petites cartes à collectionner.
    Les éditions Noeve, spécialisées dans le livre d’art et la photographie, sort avec Veil l’un de ses premiers mangas. Le lancement est réussi avec ce titre esthétique et envoutant.
    Vendu aussi à l’unité, ce manga a toute sa place dans votre bibliothèque.

    Nickad

    First job new life ! tome 4 (fin)

    Par Nickad, dans Critiques

    Scenariste: NEMU Yoko Dessinateur: NEMU Yoko Editeur: Kana Note: 3.5
    Résumé:

    Lors d’une livraison pour l’agence, Tama fait part à Momo de ses sentiments pour son chef. Mais Dômoto est justement caché à l’arrière de la voiture et a tout entendu ! Il préfère ignorer Tama et faire comme s’il ne s’était rien passé… Heureusement que Miyashita est là pour épauler la jeune femme…

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Tranche de vie
    En voilà, une petite série sympathique.

    Donc, notre héroïne (Tama) poursuit son travail dans l’entreprise de design, même si au niveau du travail elle est dans son élément à présent, ce n’est pas le cas dans ses relations, elle a du mal à mettre des mots sur ses sentiments. Cette déclaration d’amour involontaire à Dômoto va accélérer le processus. Ce volume est plus axé sur les relations sentimentales des différents personnages.

    Au niveau du dessin, c’est assez simple, avec des décors assez minimalistes et un style plutôt moderne qui se concentrent sur l’essentiel. L’univers du travail dans la société japonaise est bien décrit, avec humour et légèreté ; les relations humaines aussi (collègues, amis, famille…) et les personnages sont attachants.

    Il n’y a pas de vraiment de grosse surprise sur la fin et c’est dommage que le monde du travail soit un peu mis de côté dans ce volume. Cela reste une bonne série.


    poseidon2

    The rising of the shield hero t16

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Yusagi Aneko Dessinateur: Kyu Aiya Editeur: Doki-Doki Note: 2.0
    Résumé:

    Trahison, monstres et rivalités : comment survivre dans un RPG avec juste un bouclier ? "Je suis l'un des démons familiers de la tortue spirituelle.

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Fantasy
    Bon alors soyons honnête, depuis deux tomes c'est plutot the descent of the shield hero que the rising.... Comme malheureusement trop de séries japonaises, celle ci a rencontrée une succès trop fort, avec ses produits derivés et sa série animée et se retrouve donc à delayer la sauce. Mais avec beaucoup d'eau ce qui est en train de couper la saveur du plat.
    Ce tome est malheureusement completement insipide. Comme souvent on retrouve un interet pour les personnages que l'on connait et l'on souhaite savoir ce qui va leur arrriver. Mais le reboot des pouvoirs qui vient avec ce tome tout comme l'aspect bienveillant avec un "tout le monde est gentil même les mécants qui ne sont pas si méchants en fait"... et bien ça devient soporifique. Dur d'aller au bout de ce tome tellement il ne se passe pas grand chose. 
    J'espère que cet "arc" finira vite au risque de déprécier complètement une série pourtant très sympathique au démarrage.

    Nickad

    Golden sheep tomes 1 et 2

    Par Nickad, dans Critiques

    Scenariste: OZAKI Kaori Dessinateur: OZAKI Kaori Editeur: Delcourt Note: 4.0
    Résumé:

    Selon la légende « si vous écrivez un souhait, que vous l'enterrez sous la Tour des Moutons et que vous le déterrez au bout de 7 ans et 7 mois, votre souhait se réalisera... » Tsugu Miikura, revient dans sa ville natale et retrouve ses amis d'enfance avec lesquels elle avait enterré une capsule témoin à l'école primaire. Elle découvre alors que les liens d'amitié qu'elle pensait indestructibles se sont fissurés petit à petit.

    Autres informations: série finie en 3 tomes
    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Tranche de vie
    Golden sheep fait partie de ces livres où il ne faut pas s’arrêter à la couverture.

    Tsugu revient dans la ville où elle a grandi après 6 ans d’absence, elle recontacte ses amis de primaire en espérant que leurs relations seront les mêmes. Si au premier abord tout semble parfait, on découvre vite que la vie a fait son chemin, laissant ses marques et ses blessures.

    On pense que son retour va créer un bouleversement dans l’ordre des choses et qu’elle va foncer dans le tas pour régler tous les problèmes. Et bien non, elle-même est dans une situation familiale compliquée et elle se trouve prise au dépourvu face à la situation de ses amis. Elle décide donc de fuguer avec l’un deux, pour aller ailleurs, juste parce que le monde est grand et qu’ils ne sont pas obligés de rester là.

    C’est un récit d’adolescents qui vont devenir adultes, une histoire d’amitié et d’amour. C’est une histoire où l’on apprend à vivre avec ses joies et ses déceptions. Et même si certains sujets sont difficiles, comme le harcèlement, le tout est traité avec une certaine légèreté et une dose d’humour. C’est un manga fort mais pas oppressant où l’on a hâte de lire la suite.


    The_PoP

    Coda Omnibus

    Par The_PoP, dans Critiques

    Scenariste: Simon Spurrier Dessinateur: Matias Bergara Editeur: Glenat Comics Note: 4.0
    Résumé:

    Un barde rusé, une turbulente licorne et un destin exceptionnel. Oyez, oyez, le seigneur Noir a gagné ! La magie a été quasiment éradiquée de ce monde fantastique autrefois magnifique et majestueux. Dans cette contrée désolée, un mystérieux barde du nom de Hum, un homme de peu de parole qui marmonne plus facilement son prénom qu'il ne répond aux questions d'autrui, est en quête d'un remède pour sauver l'âme de sa bien-aimée, accompagné dans son périple par une licorne mutante au tempérament aussi fougueux qu'imprévisible. Si le barde doit sa survie à son bon esprit, il est bien en peine de prévoir les réactions de sa monture et encore moins de l'issue du combat qui l'attend. Emporté malgré lui dans la tourmente, Hum devra choisir au mieux ses alliés pour faire triompher le bien et remettre de l'ordre dans cet étrange monde en déliquescence.

    Type: Comic L'acheter sur BD fugue Genre: Fantasy
    Allez un petit rattrapage de l'une des grosses sorties Comics de l'année, plutôt saluée par la critique.
    Un ami avec lequel je partage pas mal de goûts en comics et bd me l'a prêté en me la conseillant fortement, me vantant les vertus hyper rafraîchissantes de ce one shot de Fantasy. 
    Et moi j'ai mis beaucoup de temps à la finir. Et oui au premier essai, le graphisme a finit de me rebuter au bout de 4 chapitres. Dur. J'essayais et le monde et l'histoire m'attirait, mais le graphisme m'embrouillait beaucoup trop. Trop de confusion, trop de nouveautés, trop de mal à discerner ce qui se passe. 
    Du coup je l'ai reposé. 
    Et puis j'ai persévéré car quand même quand tout le monde dresse les louanges d'une BD il faut parfois insister. Donc j'ai pris le temps de finir pendant ces vacances. Et c'est passé beaucoup mieux. J'avais plus de temps à y consacrer, et puis je me suis habitué. Alors non, clairement même à la fin, je ne suis pas un grand fan du graphisme. Mais c'est original, c'est bien fait, et il y a une vraie cohérence et des choix plutôt sympa. Cela vous plaira ou non, mais cela mérite le coup d'oeil. Dans le même genre de graphismes qui peuvent cliver, Invisible Kingdom m'a fait le même effet.
    L'histoire par contre se révèle vraiment sympa, sans aucune sensation de déjà vu. C'est original quand même du Steam Punk Post apo en Fantasy. , Même pour un gros lecteur de Fantasy on est proche du jamais lu. Ajoutons à cela que les personnages sont vraiment bien même si l'on met du temps à s'attacher et à comprendre leurs motivations et que le rythme suit une progression logique et super intéressante. . Et puis le propos de fond est puissant et pertinent. 
     
    Alors pour toutes ces raisons je vous invite à essayer ce Coda Omnibus. Ce n'est clairement pas l'un de mes tops de l'année, mais ça pourrait bien être l'un des vôtres au vu de ses nombreuses qualités et pour peu que vous soyez plus sensible que moi aux graphismes.

    Nickad

    Rendez-vous au crepuscule tomes 1 et 2

    Par Nickad, dans Critiques

    Scenariste: SANO Tetsuya Dessinateur: MATSUSE Daichi / LOUNDRAW Editeur: Akata Note: 5.0
    Résumé:

    Connaissez-vous la maladie de la « luminite » ? Cette maladie rare affecte peu d'individus sur Terre. Le corps de ceux qui en sont atteints brille quand il est éclairé par la lumière de la lune... Takuya ne s'y était jamais intéressé plus que ça... Mais quand un jour, il se retrouve à devoir rendre visite à Mamizu Watarase, une de ses camarades de classe hospitalisée, son quotidien en sera changé à jamais. Lui-même endeuillé par la perte d'un proche, Takuya va se prendre d'affection pour la jeune fille, et décider de l'aider à réaliser ses rêves... Pourtant, les jours lui sont comptés, car d'après les médecins, son espérance de vie est déjà dépassée. Combien de temps encore pourra vivre la lycéenne ?

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Romance
    Adapté du roman de Tetsuya SANO. Série en 2 tomes.
    Rendez-vous au crépuscule c’est d’abord une rencontre entre Takuya, un lycéen qui porte le deuil de sa sœur et Namizu, sa camarade de classe hospitalisée, atteinte d’une maladie incurable. C’est leur relation qui va évoluer et leur histoire d’amour.
    C’est aussi l’apprentissage de la vie, comment faire face à la maladie, à la mort inéluctable ? comment continuer de vivre après un deuil, comment aller de l’avant ? Vivre tout simplement.
    Ecrite avec beaucoup de justesse et de sensibilité, l’histoire ne tombe jamais dans l’apitoiement, Takuya se pose des questions sur ce qu’il pourrait faire et aussi sur comment il réagira après le décès de Namizu.
    L’Histoire est touchante parce que ses personnages sont authentiques, l’amitié entre les deux garçons est aussi très juste, d’autant plus qu’elle est imprégnée de la relation entre l’auteur et le dessinateur.
    Une très belle réussite qui ne pourra que vous émouvoir.

    poseidon2

    Kingdom of knowledge t2

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Serina Oda Dessinateur: Serina Oda Editeur: Kana Note: 4.0
    Résumé:

    Fei et Hui sont des créatures de petite taille, aux oreilles pointues, possédant une grande intelligence. Leur peuple a la particularité d'être le seul capable de déchiffrer les écrits anciens retrouvés dans les ruines d'une civilisation perdue. Fei et Hui ont grandi reclus dans la bibliothèque, traduisant sans relâche ces précieux textes pour le compte de l'Empire, qui espère en faire une arme contre les attaques de monstres auxquelles il fait face. Car le savoir, c'est le pouvoir ! L'empire avait promis la liberté aux gnomes, une fois tous les textes traduits. Mais ce jour arrivé, la bibliothèque est incendiée et les petits traducteurs sont massacrés ! Car le pouvoir ne se partage pas ! Fei, l'unique survivant, s'engage alors sur le chemin de la vengeance ! Son objectif : détruire l'Empire en utilisant le savoir qu'il a acquis notamment en ingénieuses stratégies militaires !

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Fantastique
    Apres un premier tome très sympa car assez innovant avec cette histoire de savoir oublié, ce deuxième rentre un petit peu dans le rang. 
    Le côté "savant" de notre ami Fei ne sert pas vraiment et l'on se retrouve surtout avec une histoire chevaleresque assez standard.  Le récit est bien mené, les personnages et peuplades rencontrés assez variés ce qui rend la lecture agréable. Mais il manque un je ne sais quoi. Une petite étincelle qui déchaînerait les passions.
    C'est intéressant, bien foutu... mais pas passionnant. La faute peut être à notre héros pas vraiment charismatique ou à un prince un peu trop empoté. 
    A voir dans les prochain tomes car cela risque de se corser pour notre groupe et donc nos personnages vont devoir grandir pour s'en sortir.
    A Noter certaines scènes (comme un viol à la fin) inutilement violentes. Ne pas mettre entre toutes les mains comme d'autres histoires du genre.

    The_PoP

    300 Grammes

    Par The_PoP, dans Critiques

    Scenariste: Damien Marie Dessinateur: Karl Tollet Coloriste: Karl Tollet Editeur: Kamiti Note: 4.0
    Résumé:

    1643, Agnès, une gamine des rues d'Amsterdam tente de survivre en vendant de l'épicine, mais quand elle ne peut plus rembourser les 300 grammes qu'elle doit au Prêteur, tout dérape ! Et beaucoup trop de monde s'intéresse à la petite droguée car il y a bien plus de 300 grammes en jeu. Il y a le plus grand secret de Dieu. Entre Thriller fantastique et road-movie acide, la cavale hallucinée d'Agnès vous propulse dans une collision entre l'Historique et le Divin pour assister à la naissance d'un mythe Le Hollandais volant.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Fantastique
    Une couverture en couleurs pour une BD en noir et blanc, ce n'est pas la moindre des originalités de ce 300 grammes, parut aux toutes jeunes éditions Kamiti mais déjà pas mal remarqué puisqu'il est en rupture dans pas mal de bonnes librairies. 
    Sorti le 25 septembre 2020 nous n'avions pas eu l'occasion de le chroniquer ni d'en parler jusqu'à ce jour. 
    Je ne connaissais aucun des deux auteurs de nom, mais nul doute que ce ne sera pas leur dernière incursion en BD au vu de ce premier essai. 
     
    300 grammes est donc une histoire autour du Hollandais volant, teintée d'ésotérisme, de fantastique, et de mythes marins, le tout sur fond de misère, d'esclavagisme et d'un monde sans lumière. Le graphisme est somptueux, le noir et blanc renforcant toujours plus l'impression de noirceur et de malheur suintant de chaque page. Très vite on est happé par ce récit, qui présente toutefois quelques failles de jeunesse en étant parfois trop mystérieux ou original pour un simple one shot, diluant un peu trop le fond du propos pour atteindre la virtuosité d'un Troisième Testament. Reste que cela on ne se le dit qu'à la toute fin, une fois la dernière page refermée et la dernière vague échouée sur la grève. Preuve s'il en était besoin de la qualité réelle de l'ouvrage. 
    300 grammes, c'est prenant, c'est fort, c'est une ambiance folle pour une histoire pleine de fantastique, sur un thème et une époque que l'on n'a pas vu en BD si souvent. C'est chez un petit éditeur, et pourtant malgré le prix assez conséquent, vous en aurez plus que pour votre argent. 
     
    J'ai hâte de revoir ces auteurs avec un peu plus de confiance, peut être de temps aussi et de moyens pour développer leur univers dans une nouvelle série, sur un format peut être un peu plus long.
     
    Dernier mot : l'édition est sublime, un grand format de plus de 100 belles pages, terminées par de somptueuses illustration. 
     
    Je vous le recommande.

    Nickad

    Spy x Family tomes 1 et 2

    Par Nickad, dans Critiques

    Scenariste: ENDO Tatsuya Dessinateur: ENDO Tatsuya Editeur: Kurokawa Note: 4.5
    Résumé:

    Sauvez le monde avec l'élite des agents (très) spéciaux : la famille Forger ! Une comédie d'espionnage pétillante ! Twilight, le plus grand espion du monde, doit pour sa nouvelle mission créer une famille de toutes pièces afin de pouvoir s'introduire dans la plus prestigieuse école de l'aristocratie. Totalement dépourvu d'expérience familiale, il va adopter une petite fille en ignorant qu'elle est télépathe, et s'associer à une jeune femme timide, sans se douter qu'elle est une redoutable tueuse à gages. Ce trio atypique va devoir composer pour passer inaperçu, tout en découvrant les vraies valeurs d'une famille unie et aimante.

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Action
    Spy x family est la comédie à succès du moment, arrivée 3eme dans le palmarès du magazine Da Vinci de l'éditeur Kadokawa Shoten récompensant les meilleurs titres parus cette année au Japon (sélection basée sur les votes de plus de 4000 participants, incluant des professionnels du manga, des journalistes, des éditeurs et des libraires).

    Twilight, espion émérite doit mener à bien sa nouvelle mission, pour pouvoir approcher M Desmond chef de parti, il a besoin de se fabriquer une famille plus vraie que nature. Chaque membre de cette nouvelle famille a ses petits secrets et a ses raisons pour que cela fonctionne.

    Si le premier tome est surtout une introduction à l’univers et une présentation des personnages au cours de petites histoires, le 2eme se concentre sur la mission principale.

    Bien sûr quand le 1er est espion et habitué à penser à toutes sortes de situation, la 2eme est une tueuse à gage mais un peu à la ramasse en dehors de son métier et la 3eme télépathe mais trop jeune pour bien analyser ce qu’elle entend, les situations inattendues ou ne se déroulant pas comme prévues s’enchainent.
    Traité avec légèreté et humour, ce manga d’aventure est dynamique et passe trop vite. Vivement la suite !!!


    alx23

    Sentient

    Par alx23, dans Critiques

    Scenariste: Jeff Lemire Dessinateur: Gabriel Hernández Walta Coloriste: Gabriel Hernández Walta Editeur: Panini Note: 4.0
    Résumé:

    Dans un lointain futur, l'équipage de l'USS Montgomery, en route pour une colonie très éloignée, est victime d'un carnage orchestré par une terroriste qui tue tous les adultes présents sur le vaisseau. Quelques enfants survivent, abandonnés à eux-mêmes dans l'espace infini. Se noue une relation particulière avec Val, l'Intelligence Artificielle du vaisseau, qui va les aider à rester vivants. Une saga fascinante entre 2001 : L'Odyssée de l'Espace et les Fils de l'Homme. 

    Type: Comic L'acheter sur BD fugue Genre: Science Fiction
    TKO presents est une nouvelle maison d'édition américaine avec déjà un choix important de titres intéressants. La maison d'édition s'est démarquée en proposant les séries complètes en numérique ou tous les comics version kiosque ou comics regroupant toute la série comme ceux proposés en France. Les éditions Panini sortent simultanément deux titres de leur catalogue, Sentient et Sara avec des équipes artistiques de renommées. Pour Sentient, on retrouve Jeff Lemire au scénario avec une histoire de science-fiction et action en one shot. On découvre l'équipage d'un vaisseau qui fait route vers une colonie sur une autre planète où l'on apprend qu'un conflit fait rage avec des séparatistes. Le voyage va être plus compliqué que prévu. On a déjà pu apprécier les récits de science-fiction de Lemire avec Descender ou Trillium qui sont de qualité comme Sentient. Le dessinateur Gabriel Hernández Walta assure la partie graphique avec un style plus classique par rapport à ses premières productions comme le voile des ténèbres. L'auteur donne une ambiance bien particulière avec une palette de couleur bien spécifique. Les planches dans le vaisseau sont bien détaillées.
    Rien de bien surprenant à ce que Sentient soit un titre de qualité avec les deux auteurs qui œuvrent pour le lancement d'une nouvelle maison d'édition. C'est prenant comme souvent avec les histoires de Lemire.

    Nickad

    Chasseurs d'aurore

    Par Nickad, dans Critiques

    Scenariste: BAILLY Samantha Dessinateur: Munashichi Editeur: Autres Editeurs/Auto editions Note: 4.5
    Résumé:

    Au cœur de vallons verdoyants, rayonne la lumineuse cité de Coupelune. Mais perché dans un palais au dôme étincelant, le jeune empereur Fen, qui a pourtant tout pour être heureux, dépérit. On le dit atteint de la maladie qui se propage depuis des décennies : la mélancolie. Afin de le guérir, la jeune et courageuse Mune, accompagnée de son acolyte Janus et de son fidèle chat Hélios, va tout faire pour tenter de réussir l’impossible : braver le froid et les dangers du Norvif afin de ramener une aurore boréale, phénomène mystérieux aux pouvoirs merveilleux...

    chasseurs_d_aurore_1.jpg

    Autres informations: Editions Nobi Nobi!
    Type: Livre pour enfants L'acheter sur BD fugue Genre: Aventure
    Parmi les albums Nobi Nobi !, une grande partie est destinée à l’apprentissage des enfants ou comment leur expliquer les petites choses du quotidien. D’autres, sont plus orientés contes avec leur part de philosophie. Ils méritent qu’on s’y attarde car il y a vraiment de très beaux albums. Chasseurs d’aurore est le dernier en date.

    Dans la ville de Coupelune, la maladie de la mélancolie gagne du terrain, les gens en meurent. L’empereur atteint doit à tout prix être guéri, une rumeur dit que voir une aurore boréale pourrait être un remède ! Mune, petite fille atteinte de cette maladie part avec son chat pour en capturer une, en chemin, elle va faire équipe avec June, fils du plus grand explorateur du pays, qui veut montrer à son père qu’il est à la hauteur.

    Au travers de ce voyage initiatique, Mune va apprendre à affronter la vie, faire le deuil de sa mère, découvrir le monde et l’amitié…

    Samantha Bailly raconte cette histoire avec beaucoup de douceur et de bienveillance. Les illustrations de Munashichi apportent de la poésie et sont pleines de détails, on s’y émerveille.

    Une histoire qui plaira à toute la famille. A partir de 8 ans


    poseidon2

    Je suis un assassin t2

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Akai Dessinateur: Aigamo Editeur: Doki-Doki Note: 4.0
    Résumé:

    Un manga isekai sombre où le vrai héros n'est pas celui qu'on croit... Appelé avec ses camarades de classe dans un autre monde, Akira Oda se voit attribuer les caractéristiques d'un banal assassin du fait de sa discrétion. Mais ses compétences vont se révéler bien plus grandes que celles d'un héros. Très vite, Akira commence à avoir des doutes sur le roi qui les a fait venir dans cet autre monde et il va devoir mettre en pratique ses compétences d'assassin pour élucider le mystère... Et découvrir la conspiration qui est en train de se tramer !

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Fantasy
    Apres un premier tome parti sur les chapeaux de roue avec une histoire on ne peut plus sympa, j'attendais ce tome deux avec une vraie impatience pour être sûr que nos auteur continue dans le même sens. Et ce tome deux ne m'a pas déçu. On reste dans un deuxième tome introductif avec l'arrivée de nouveaux personnages. Mais on s'en doutait un peu. 
    En effet un manga basé uniquement sur deux personnages, deux garçons, c'est déjà rare mais un manga d'héroic fantaisy sans fille et sans vraie équipe, ça n'existe pas. Mais encore une fois nos auteurs gardent le rythme avec une équipe qui semble complètement finie à la fin de ce tome et donc un manga tournée vers l'aventure dans les prochains tomes. Ils élargissent aussi l'univers pour lui donner une vraie densité au-delà du château et du donjon.
    Mais les combats et l’exploration ne sont pas oubliés. Notre Assassin évolue à vitesse grand V et nos auteurs de s’embêtent pas de petits combats inutiles. De toute façon dans un jeu seul les bosses comptent non ?
    On se retrouve donc avec un deuxième qui clôture l'aspect présentation avec des personnages bien définis et qui nous lance dans une aventure que l'on espère aussi intense et dense sur les prochains tomes.

    Nickad

    Le mot qui arrêta la guerre

    Par Nickad, dans Critiques

    Scenariste: ALWETT Audrey Dessinateur: Ein LEE Coloriste: Ein LEE Editeur: Autres Editeurs/Auto editions Note: 5.0
    Résumé:

    Au petit matin, quand le soleil étend ses rayons, que les grues s'envolent vers le ciel et que les carpes se réveillent, le lac Yamagata est le plus bel endroit de la Terre. C'est là que Seï y trace ses plus jolies calligraphies, c'est là que son frère Shigeru y fait ses plus vivants origamis. Mais voilà que le daimyô déclare la guerre à son voisin. Tout homme âgé d'au moins seize ans sera contraint de se battre sous sa bannière. Shigeru devra partir et peut-être mourir. Le jeune Seï va alors tout tenter pour convaincre le daimyô de renoncer à cette guerre. En trois jours, il peindra trois calligraphies. Trois mots pour arrêter la guerre, trois mots pour sauver son frère.

    Autres informations: Editions Nobi Nobi! à partir de 6 ans
    Type: Livre pour enfants L'acheter sur BD fugue Genre: Drame
    Seï et Shigeru sont deux frères qui vivent en paix dans le Japon médiéval, le premier est un artiste calligraphe et le 2eme crée des origamis tellement beaux qu’ils ont l’air vivants. Mais un jour, Shigeru doit partir à la guerre, tandis qu’il se rattache à l’espoir fou de voir son vœu réalisé en faisant 1000 grues en 3 jours, son petit frère va essayer d’arrêter cette guerre, mais que dire pour y arriver et comment le dire ?

    L’album sorti en 2015 a été écrit par Audrey Alwett qui est notamment co-scénariste avec Arleston sur Sinbad et scénariste de la BD Princesse Sara et il est magnifiquement illustré par Ein LEE.

    Qu’est-ce qui est assez important dans notre monde pour arrêter une guerre ? La question n’est pas si simple. L’histoire permet de porter un regard différent sur le monde qui nous entoure : qu’est-ce qui mérite d’être sauvé ? Quel argument choisir ? et en même temps, elle souligne l’importance des mots et de la liberté d’expression.

    C’est un album porteur de paix, qui est (hélas) toujours d’actualité quel que soit le lieu ou l’époque.

    Et vous ? Qu’auriez-vous dit ?

    Si je ne devais garder qu’un seul album jeunesse chez Nobi Nobi, ce serait celui-là sans hésiter



    poseidon2

    Suicide squad Renégats t1

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Tom Taylor Dessinateur: Bruno Redondo Editeur: Urban Comics Note: 4.0
    Résumé:

    Changement drastique à la tête de la Suicide Squad : depuis des années, cette dernière était dirigée par l'implacable Amanda Waller, qui commandait d'une poigne de fer ces super-vilains en quête de remise de peine. Mais elle cède aujourd'hui sa place au non moins terrible Lok. Sa première décision ? Intégrer à la Suicide Squad les membres survivants d'une équipe de super-héros contestataires.

    Type: Comic L'acheter sur BD fugue Genre: Super héros
    Il y a du nouveau à la suicide squad. Et pas forcement dans le bon sens pour nos anti-héros !
    La suicide squad avait besoin d'un coup de nouveaux. En effet elle était portée à bout de bras par Harley Quinn et Deadshot. Mais première devenant une héroïne dans les séries parallèles et Deadshot se recentrant de plus en plus hésitant entre bien et mal, depuis que Will Smith l'a interprété dans le film Suicide Squad, cette suicide squad perdait de sa saveur avec plein de "faux méchants".
    Dans ce tome 1, un grand coup de pieds est mis dans l'équipe  pour nous permettre de mettre à la "retraite" la plupart des personnages historiques de la suicide squad et nous offrir une nouvelle équipe, toute fraîche et pleine d'entrain. 
    Mais une nouvelle équipe qui entend ne pas se faire manipuler comme l'ancienne et possède des moyens que l'ancienne n'avait pas.
    Bref un retournement de franchise bienvenue et étonnant bien fait. On regrettera juste que la plus bankable de l'équipe ne fasse plus que de la figuration.... mais a-t-elle vraiment fait autre chose ?

    Nickad

    Walking cat tome 3 (fin)

    Par Nickad, dans Critiques

    Scenariste: KITAOKA Tomo Dessinateur: KITAOKA Tomo Editeur: Kana Note: 3.5
    Résumé:

    La contamination a atteint l’île et se propage ! Dans la débacle générale qui s’ensuit, le chat Yuki et Kaoru se retrouvent séparés.
    Fûta, un jeune garçon, sauve Yuki d’une situation désespérée, et tente de quitter l’île avec lui !

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Tranche de vie
    On continue de suivre les aventures de Yuki, le chat blanc. Aventures est un bien grand mot car il s’agit tout simplement de tranches de vie du chat dans ce monde apocalyptique rempli de zombies. Et même si par moment l’histoire se penche un peu plus sur tel ou tel humain, ne vous y trompez pas, le héros est bel et bien le chat !

    Ce qui n’empêche pas d’avoir des petites histoires plus précises sur certains personnages et de montrer les différents aspects du comportement humain et la palette survolée est assez large (don de soi, courage, trahison, violence conjugale, entre-aide…)

    Cette courte série a le mérite d’explorer pleins de facettes du monde en peu de temps, le rythme est soutenu et ne manque pas d’actions. Le tout se déroule sous l’œil, parfois ironique du chat, et se termine comme au début (pour Yuki). Je ne pense pas qu’il y ait une morale à en tirer, il n’y a pas vraiment de critiques ni de leçons clairement exprimées dans ce manga.  En tout cas, c’est agréable à lire et on ne s’y ennuie pas.

    Si c’est un manga de zombies que vous recherchez, allez plutôt voir le berceau des esprits, I am a hero ou fortress of apocalypse entre autres.


    Nickad

    Bathtub brothers tomes 1 et 2

    Par Nickad, dans Critiques

    Scenariste: SAKURAI Toshifumi Dessinateur: SAKURAI Toshifumi Editeur: Akata Note: 4.0
    Résumé:

    A l’orée de ses dix-sept ans, Haruo espérait enfin perdre sa virginité. Mais le matin de son anniversaire, une surprise de taille l'attend : il se réveille avec sa chambre submergée par les eaux ! Pas le temps de réfléchir, et pour ne pas mourir noyé, il est obligé de se réfugier… dans une baignoire ?! Pire que tout, le voilà coincé dans celle-ci, aux côtés de son grand frère qu'il déteste viscéralement. A deux, pourront-ils survivre à la montée du niveau de la mer, tandis que la terre entière semble en danger ?! Et jusqu'où leur embarcation de fortune les emmènera-t-elle ?

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Fantastique
    Après Ladyboy vs yakuzas, Toshifumi Sakurai revient avec un nouveau manga tout aussi déjanté. On retrouve son trait caractéristique et son affection particulière pour les personnages paumés, hors norme et souvent puceaux.

    Haruo et Natsuo sont deux frères qui s’ignorent et qui se détestent. Du jour au lendemain, suite à une grosse montée des eaux infestées de requins, ils se retrouvent coincés dans une baignoire à tenter de survivre en attendant les secours. L’histoire suit leur périple, avec leurs rencontres plus ou moins insolites, leurs obsessions et surtout leur cohabitation forcée.

    Comme les personnages, on ne sait pas vraiment ce qui se passe, on ne sait pas où on va et on s’en contrefiche royalement. La situation est comme elle est et il faut faire avec. Les décisions se prennent au fur et à mesure qu’elle se présentent et il n’y a pas lieu de se poser trop de questions.

    Etrangement, on est surpris d’aimer ça, et même si c’est absurde, l’histoire est imprévisible et dynamique. Et finalement, on profite de ces instants auprès de cette fratrie atypique.


    poseidon2

    Smokin parade t8

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Jinsei Kataoka Dessinateur: Kazuma Kondou Editeur: Kana Note: 4.5
    Résumé:

     Le jour de ses 15 ans, Yôkô Kakujô assiste impuissant au meurtre de sa seule famille : sa petite soeur, Mirai. Cette dernière, transformée en une créature monstrueuse sur le point de l'exécuter, est alors tuée par une brigade se faisant appeler les « Jackalope ». Dans le but de découvrir ce qui est arrivé à sa soeur, Yôkô décide malgré tout de les rejoindre. Commence ainsi la longue traque de ces bêtes étranges nommées « spider » ...

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Fantastique
    Ca y est l'introduction est fini ! oui oui c'est un peu l'impression qu'on a en lisant ce tome 8. Et oui encore une fois, malgré les excellents tomes passés, il semblerait qu'on arrive au cœur de l'histoire avec la machination d'Amenotori. Et quelle machination ! Franchement on en prend plein les mirettes graphiquement mais surtout on se demande comment nos héros vont réussir à faire face.
    La folie du chef d'Amenotori atteint un stade jamais vu jusqu'alors. 
    Ça bouge, ça combat à mort, des alliances se créés et l'histoire avance avec une révélation de derrière minute qui nous laisse sur le c**. Un super tome pour une série pour adulte qui continue d’être très sympa malgré l'aspect un peu bordélique qui s'en dégage 🙂

    Nickad

    Noble new world adventures tome 4

    Par Nickad, dans Critiques

    Scenariste: YASHU Dessinateur: NINI Editeur: Komikku Note: 4.0
    Résumé:

    C’est sous les traits de Caïn von Silford, un être aux caractéristiques hors-norme, que Kazuya Shiina s’est réincarné dans un monde fantastique. Usant parfois de ses capacités de manière excessive, Caïn fait son maximum pour vivre une vie tranquille et cacher sa véritable identité. Seulement, son secret est sur le point d’être découvert et les dieux semblent également vouloir lui assigner un maître, malgré ses incroyables attributs.

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Aventure
    Bon d’accord, j’ai encore choisi un Isekai, je l’avoue c’est un style que j’affectionne ; et ce qui est bien avec les Isekai c’est que c’est tout public, ça plait aux filles comme aux garçons : aventure, héros, romance, magie, créatures fantastiques… de quoi passer un bon moment !

    Bien sûr, il ne faudrait pas non plus les mettre tous dans le même panier, chacun a sa petite particularité qui fait son charme.

    Notre personnage principal a maintenant 12 ans, tout semble assez facile pour lui (après tout il a eu la bénédiction de 7 dieux !!) mais malgré tous ses pouvoirs et il est néanmoins contraint d’attendre l’âge légal pour accomplir certaines tâches et a 12 ans : c’est l’inscription à la guide d’aventurier et l’arrivée à l’école qui l’attendent.

    C’est un manga d’aventure certes, mais qui a un côté kawaii (mignon pour les non-initiés), certainement parce que le personnage principal est un enfant mais aussi parce qu’il est un peu gaffeur et que cela entraine des situations imprévisibles.

    Le côté aventure et combats va sans doute s’étoffer avec le vieillissement du héros, après tout, il y a quand même un affrontement avec un dieu rebelle en perspective ! Peut-être un peu plus girly que d’autres Isekai, ce manga est toujours aussi agréable à lire et met de bonne humeur.


    poseidon2

    Promethea integrale 1

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Alan Moore Dessinateur: J.H. Williams III Editeur: Urban Comics Note: 5.0
    Résumé:

    Lorsque Sophie Bangs a choisi son sujet de thèse - les différentes itérations de l'héroïne mystique Promethea -, elle ne se doutait pas que ce personnage de fiction allait devenir réel et que c'est elle, Sophie, qui deviendrait son nouvel avatar ! Parcourant les plaines d'Immateria, patrie des idées, des mythes et de l'imaginaire, cette nouvelle Promethea va rencontrer ses prédécesseurs mais également d'anciens adversaires comme Jack Faust, mage cynique et libidineux...

    Type: Comic L'acheter sur BD fugue Genre: Fantastique
    Vous avez un membre de votre famille fan de comics ? Fan de Watchmen ou de Sandman ? Voir de Batman Metal ? En gros un amateur de scénario touffu et bien écrit ? Et il vous manque un cadeau de noël ? Et bien ne cherchez plus. Urban nous sort une sublime version de Promethea. Une couverture sublime qui en fait un cadeau parfait.
    Surtout que Promethea est une œuvre de Moore pas assez coté de notre côté de l'atlantique. En effet Promethea est une vraie œuvre de composition littéraire qui est à la mi-chemin entre Sandman et the Unwritten. Les textes sont bien écris, le scénario réfléchi et l'onirisme présent comme rarement (à part Sandman bien sûr). on est porté par le combat de cette divinité méconnue.  Graphiquement c'est du très bon travail de la part de J.H. Williams III qui réussit à bien nous immerger dans l'imaginaire de Moore ce qui n'était pas gagné au vu que la complexité de l'Immateria.
    Une vraie œuvre que chaque fan de comics "compliqués/littéraire" devrait avoir chez lui... ou devrait se faire offrir !

    Nickad

    Shaman king flowers tome 4

    Par Nickad, dans Critiques

    Scenariste: TAKEI Hiroyuki Dessinateur: TAKEI Hiroyuki Editeur: Kana Note: 3.5
    Résumé:

    A peine remis de son dernier affrontement, Hana doit déjà faire face à un nouvel ennemi. Acculé, il n'a pas d'autre choix que de se servir de son pouvoir, malgré les risques qui l'accompagnent...

    Pendant ce temps, des rassemblements se forment ; il faut se tenir prêt, le Flower of Maize approche...!

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Aventure
    Ce tome 4 est plus intéressant que les premiers, on commence à arriver dans le vif du sujet, on en apprend plus sur le flower of maize : ce qu’il est et comment il s’organise. Les membres de l’équipe de Hana arrivent les uns après les autres et n’étant pas toujours d’accord avec l’organisation du groupe (ou au courant) l’affrontement est toujours de mise.

    Hana toujours privé de l’esprit d’Amidamaru est contraint d’utiliser ses démons, ce qui n’est pas la meilleure solution. Bref, le tournoi se précise et de nouveaux personnages rejoignent l’histoire, qu’ils soient amis ou ennemis.

    L’histoire devient plus concrète mais à part des combats (et surtout des histoires de vengeances ou de revanches issues du shaman fight), il ne semble pas y avoir beaucoup d’autres choses dans ce manga cela limite l’intérêt qu’il suscite.


    Nickad
    Scenariste: GIN Toriko Dessinateur: GIN Toriko Editeur: Autres Editeurs/Auto editions Note: 4.0
    Résumé:

    "Nos temps contraires" est l'une des dernières fresques de science-fiction japonaises de ces dernières années et particulièrement remarquée. Complexe et dense, cette série questionne sur le fonctionnement même des sociétés humaines. Avec des personnages variés et plusieurs niveaux de lecture, ce manga surprendra plus d'un lecteur ! L'humanité, ne pouvant plus vivre sur Terre, s'est réfugiée dans l'espace, cloîtrée dans des "Cocoons". Arata, Tara, Caesar et Louis sont des enfants précieux : des " néotènes ", ces êtres qui, malgré leur apparence prépubère, possèdent la maturité d'adultes. Leurs corps se sont adaptés à la vie dans l'espace et, à ce titre, ils incarnent l'espoir et l'avenir de la race humaine. Quand un jour, ces quatre-là rencontrent une mystérieuse femme aux longs cheveux verts, atteinte de la "maladie de Daphné", leurs destins basculent à jamais...

     

     

    Autres informations: Editions Akata
    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Science Fiction
    Les shojos de science-fiction sont assez rares en France pour que l’on s’y penche et n’ont pas toujours le succès qu’ils méritent. Encore une fois Akata veut nous montrer que la palette existante est bien plus variée que l’on pourrait penser.
    Dans le 1er tome, Gin Toriko pose les bases de son univers et introduit plusieurs thématiques : la génétique, la maladie, l’écologie, l’évolution de l’humanité, le développement spatial… Elle met en place toute une nouvelle société régie par des règles dépendantes de la situation : comment gérer l’expansion d’une population dans les limites physiques de la cité spatiale (cocoon).
    L’histoire va suivre plus précisément la vie de 4 néotènes (êtres humains améliorés ayant une espérance de vie plus longue) dont le quotidien va être bouleversé par la rencontre avec une jeune femme atteinte d’une maladie rare et incurable.
    Si l’univers proposé est indéniablement riche (l’auteure a été aidée par Hironori Sahara, ingénieur aérospatial), ce premier tome est très fouillis, il regorge d’informations qui partent un peu dans tous les sens et manque d’explications. Heureusement, toute la terminologie est indiquée en début du tome 2 ! Enfin, tout devient plus clair !! Avec tout le système des « partenaires » expliqués, on comprend mieux les relations entre les personnages.
    Si le tome 1 était un prologue, l’histoire commence vraiment dans le second tome, en plus des relations humaines, on découvre que toute cette société est sous surveillance constante et rappelée à l’ordre au moindre écart. Comment échapper à ce système et acquérir de la liberté quand on est considéré comme « élu » et que l’on attend beaucoup de vous ?  Que préparent donc nos néotènes sous leurs airs « bien sous tout rapport » Voilà, qui devrait entretenir l’intérêt dans les tomes à venir.
    Un conseil cependant, lisez la terminologie du tome 2 avant de vous lancer dans la série, cela vous permettra de mieux l’apprécier.

    poseidon2

    Yawara t2

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Naoki Urasawa Dessinateur: Naoki Urasawa Editeur: Kana Note: 4.5
    Résumé:

    Depuis toute petite, Yawara Inokuma a été entraînée par son grand-père Jigorô Inokuma, un champion de judo, qui voit en elle une future star de la discipline. Il a été annoncé que les JO de Barcelone accueilleraient enfin la discipline féminine dans la compétition. Jigorô rêve donc de faire de sa petite-fille la première championne olympique féminine de judo. Mais contrairement aux attentes de son aïeul, la jeune fille ne rêve que de mode, d'amour, d'idol... Bref, elle n'aspire qu'à une vie d'adolescente ordinaire, loin des entraînements et des compétitions. Mais c'est sans compter son talent inné pour le judo, que son entourage ne lui permettra pas d'oublier...!

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Humour
    Quand on est bon, on est bon. Peu importe le support. Voilà la conclusion qu'on pourrait avoir en reposant ce tome 2. 
    En effet après un tome 1 sympathique, on se demandait si Urasawa allait réussir à garder cette ambiance lycéenne et sympathique sur le long terme. Et bien sur ce deuxième tome c'est toujours le cas. Urasawa réussit parfaitement à quitter le thriller pour se fondre naturellement dans un genre vraiment éloigné. On a l'impression qu'il a fait ça toute sa vie 🙂
    Yawara est une vraie jeune fille comme on les aime. Une jeune fille qui se soucie plus de son apparence que du sport et de son avenir sportif. Urasawa réussi avec brio à nous faire nous mettre dans la tête d'une jeune fille qui n'a pas envie de sortir du lot. A contrario de beaucoup de manga de sport, on a pas ici un jeune pas très bon mais hyper motivé, mais exactement l'inverse. Et c'est super rafraîchissant.
    C'est plein de bonne humeur et de rigolade tout en gardant un côté sportif. Et le fait de concilier les deux est vraiment une preuve de réussite pour Urasawa.
    Bref une série qui ne paye pas de mine mais qui est mérite vraiment d'être lue

    The_PoP
    Scenariste: Kevin Eastman & Tom Waltz & Bobby Curnow Dessinateur: Dave Watcher & Matteus Santolouco Coloriste: Ronda Pattison Editeur: Hi-Comics Note: 3.5
    Résumé:

    Plus que jamais remise en cause, la famille parviendra-t-elle à rester unie face aux menaces qui l'assaillent ? Tandis que les Foot se remettent de l'attaque surprise de Kitsune, les Fantômes des Rues profitent de la vulnérabilité du clan pour passer à l'offensive. Mais pourquoi Splinter semble-t-il si calme ? L'orage gronde et des tensions se font sentir entre les Tortues et leur seinsei, alors que leur ami Harold est en danger et que les Dragons Pourpres rejoignent la bataille avec un nouveau leader qui en surprendra plus d'un

    Autres informations: Tortues Ninja
    Type: Comic L'acheter sur BD fugue Genre: Super héros
    Après un tome 12 qui m'avait bien perdu avec tous ces héros, tous ces personnages secondaires, ennemis, menaces différentes, j'avoue que ce bon tome 12 fait du bien. On revient aux fondamentaux des tortues Ninja avec des Tortues qu'on sent clairement monter en puissance, et surtout un maitre Splinter enfin intéressant et loin de ce qu'on connaissait de lui. 
    Et je ne vous cache pas que cela fait du bien. Si le début du tome est assez bavard, la fin vire clairement à l'action et à l'avancée du scénario, enfin plus simple. 
     

    The_PoP
    Scenariste: Bertrand Galic Dessinateur: Paul Echegoyen Coloriste: Paul Echegoyen Editeur: Soleil Note: 3.5
    Résumé:

    Après une attaque de pirates, Lemuel Gulliver cumule les découvertes : l'île volante de Laputa, Balnibarbi, l'Académie de Lagado, Maldonada, l'île de Glubbdubdrib, le royaume de Luggnagg puis le Japon, avant de rejoindre l'Angleterre. Conte philosophique, pamphlet sociétal et politique ou récit fantastique... cette adaptation, de toute beauté, mêle brillamment humour et satire.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Indefini
    Si tout le monde connait Gulliver et ses aventures chez les lilliputiens ou chez les géants, la suite de ses aventures avec ses voyages à Laputa est moins connue. Et justement ici, c'est bien ce voyage là qui est adapté. 
    Le roman original écrit par Jonathan Swift était une satyre sociale puissante de son époque. On retrouve bien cette partie là qui est mise en avant dans cette adaptation avec un questionnement permanent sur les structures sociétales de l'époque et leurs limites. 
    Graphiquement le travail de Paul Echegoyen est très intéressant avec un style qui lui est propre et qui colle parfaitement à l'imaginaire de l'oeuvre originelle. La mise en couleur et le travail du dessinateur m'ont rappelé l'ambiance si particulière de Là où vont nos pères. 
     
    Ces voyages de Gulliver sont un bon moyen de faire découvrir l'un des voyages les moins connus de Gulliver et de redécouvrir et expliquer son oeuvre.

    Nickad

    Doppelgänger tome 4 (fin)

    Par Nickad, dans Critiques

    Scenariste: TAMAKI Vanessa Chihiro Dessinateur: TAMAKI Vanessa Chihiro Editeur: Kaze Note: 4.5
    Résumé:

    Accusé à tort dans l'affaire des meurtres en série de sculpteurs perpétrés le long de la ligne Yokohama, Makoto Kenzaki est exécuté. Par un coup du sort, céleste ou diabolique, il se retrouve projeté dans le temps juste avant que les crimes ne soient commis ! Pour empêcher les meurtres à venir et se venger du véritable assassin, le Makoto Kenzaki du futur choisit comme partenaire... son double du passé ! «Kenzaki du futur» et «Kenzaki du passé» vont alors se liguer pour enrayer l'affaire et poursuivre le coupable de cette énigme criminelle à suspense. L'enquête des deux alter ego contre le destin débute maintenant !

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Thriller
    Le manga a sans doute été bien desservi par les événements, les 4 tomes (série finie) sont sortis en 2020, entre les phases de la crise sanitaire. Et c’est dommage, car ce titre est vraiment intéressant.

    Si le postulat de départ a déjà été abordé dans d’autres œuvres (retour dans le passé pour changer les événements), il est traité différemment. Makoto Kenzaki arrive dans le passé après avoir été exécuté, il va devoir d’abord convaincre son autre lui de son identité et après de la véracité de son histoire.

    Mais tout ne va pas forcément se passer comme il le pense et c’est là, la force du manga, on ne va pas dans la facilité, le héros en essayant d’arranger la situation va peut-être la compliquer.

    Difficile d’en dire plus sans dévoiler l’intrigue, sachez que c’est un très bon thriller dont le dernier tome est le meilleur. Quelle fin !!!


    The_PoP
    Scenariste: Jean-Luc Istin Dessinateur: Lorusso Coloriste: J. Nanjan Editeur: Soleil Note: 4.0
    Résumé:

    Par-delà les Terres d'Arran, s'étend un vaste continent, peuplé d'animaux sauvages et de peuples inconnus, des terres aussi dangereuses que fascinantes, ce sont les Terres d'Ogon. Des elfes Rouges il ne reste plus que Lea'saa, Feda'saa et leurs deux jumeaux. Mais le mage Belthoran leur raconte une légende kulu des Terres d'Ogon. Celle-ci évoque leurs dieux les Zul Kassaï. Or, Zul Kassaï signifie : Immortel à la peau rouge. Lea'saa part pour les terres d'Ogon dans l'espoir que cette légende permettra aux elfes rouges de connaître une nouvelle dynastie.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Fantasy
    Et voici un très bon tome d'Elfes. J'avais un peu crépi le précédent, trouvant qu'il faisait pâle figure pour selon qu'il s'agit de la série mère des terres d'Arran face à ses petits frères Orcs et Nains. Oui l'arc narratif du tome 28 m'avait laissé un peu de marbre. 
    Rien à voir donc avec ce tome 29 qui va rebattre toutes les cartes et poser les jalons de la suite de la série. Et pour cela quoi de mieux qu'un nouveau terrain de jeux inconnu jusqu'ici ??? Voici donc les terres d'Ogon, où ça risque de s'embrouiller et de se friter aussi sévère et toujours façon Héroic Fantasy que sur les Terres d'Arran. Avec probablement un brin d'originalité en plus. 
    Les amateurs de SF saisiront sans mal la référence à Dune dans ce tome et l'apprécieront probablement à sa juste valeur. 
    Pour ma part j'ai simplement apprécié de voir une intrigue et des personnages qu'on prend le temps de développer. Et oui, je ne vous l'ai pas dit d'entrée de jeu pour vous en laisser la surprise mais ce tome 29 s'annonce en fait comme le premier tome d'un dyptique. Chouette et plutôt frais dans l'univers des terres d'arran ou d'Ogon donc désormais. 
    Seul bémol, je trouve parfois que le côté héroique des personnages est un peu trop chargé quand ils les font massacrer une légion entière ou des hordes sauvages et surentrainées à 3... M'enfin c'est le genre qui veut ça ? 
    Graphiquement cela reste dans la lignée de ce qui est fait depuis le début, c'est plutôt joli, voir très joli, et ce tome, sans être l'un des plus détaillé ou réussi, fait quand même très bien le travail. C'est très propre, il y a de belles scènes d'action et quelques plans large sympas. 
     
    Bref, si vous aviez déjà les 28 premiers, n'attendez plus, le second souffle que vous cherchiez viens d'arriver. Sinon, bah je crains que ce ne soit toujours pas pour vous, mais essayez quand même, après tout, on a tous le droit de changer parfois d'avis ou d'être agréablement surpris.

    The_PoP

    Rick & Morty - Tome 9

    Par The_PoP, dans Critiques

    Scenariste: Tini Howard & Kyle Starks Dessinateur: Marc Ellerby & Sabrina Mati & Juan Meza-Leon & Jarett Williams Coloriste: Sarah Stern Editeur: Hi-Comics Note: 2.5
    Résumé:

    Dick et Farty pour toujours ! Pardon, quoi ? On reprend : Rick et Morty, toujours prêts à semer la désolation et le chaos ! Mais au fil de leurs aventures intergalactiques, Rick Sanchez et son petit-fils se sont faits un paquet d'ennemis, et les voilà qui s'unissent pour réclamer vengeance. La famille du scientifique sociopathe est en danger, tout ça à cause de Jerry... Ca va tabasser sévère dans le multivers ! Avec, en prime, des retrouvailles aussi glauques qu'émouvantes dans la dimension Cronenberg, et la toute première mission des Revancheurs ! La série phare enfin en BD ! Venez pour les blagues, restez pour la dévastation de votre âme. Porté par Kyle Starks, nommé aux Eisner Awards, et Tini Howard, ce neuvième tome signe le retour jouissif de personnages bien connus de la série, tout en continuant de repousser les limites de l'univers Rick & Morty. Il paraît même que Monsieur Boîte à Caca est de la partie, oooo-oui ! " Pour faire une déclaration controversée (en fait, c'est vraiment pas le cas) : le comics Rick & Morty est bien mieux que la série.

    Autres informations: Attention corrosif
    Type: Comic L'acheter sur BD fugue Genre: Humour
    Rick & Morty nous revienne dans un tome 9 encore complètement déjanté, ou l'humour noir, cynique et corrosif, et la haine de l'humanite de Rick prévalent encore une fois. Certaines vannes font heureusement mouche, et vous risquez de vous marrer un paquet de fois. Et puis il y a le reste qui oscille entre le juste vaseux jusqu'au bide total. Je trouve par ailleurs que le personnage de Rick s'en sort un peu trop bien à chaque fois d'ailleurs. 
    Normal pour une BD d'humour tant il est difficile et délicat de faire marrer avec ce support. Reste que dans le genre, je préfère toujours certaines de mes vieilles séries de chez Fluide Glacial...
    Les amateurs, et ils sont nombreux seront cependant ravis une fois de plus. Les allergiques à l'humour noir et corrosif devront faire un grand détour. Je ne sais pas si c'est le digne héritier de South Park, mais cette série m'y fait directement penser depuis longtemps. Ce qui doit plutôt être bon signe. 
     
    Vous l'avez compris, j'ai réessayé et même si j'ai pris un peu de plaisir à la lecture il faut bien le reconnaitre, cette série se rapproche vraiment trop pour moi du côté obscur régressif de la BD pour m'intéresser sur plus long terme. Pour ceux qui ne savent pas encore, les épisodes en crossover Donjon & Dragon sont un peu plus accessibles je trouve. 
     

    poseidon2

    5 minutes forward T4

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Hiroshi Fukuda Dessinateur: Hiroshi Fukuda Editeur: Kana Note: 4.0
    Résumé:

    Tokyo, Yamato Shiroaya est un lycéen ordinaire qui souffre d'un complexe d'infériorité par rapport à son jumeau, Yûto. Un jour, un mystérieux voyant confie à Yamato un étrange bracelet qui lui permettra d'aller dans le futur puis de revenir dans le présent. Mais il ne pourra être utilisé qu'une seule fois et sans savoir à quelle date on atterrira ! Incrédule, Yamato se retrouve pourtant projeté dans un avenir incroyable où des statues de bouddhas géantes sont en train de massacrer les humains et menacent la vie de son frère et de ses amis. Le monde a complètement changé ! Yamato s'apprête alors à retourner dans le présent, décidé à tout faire pour empêcher ce massacre. Sauf qu'il se rend compte, au dernier moment, que ce « futur » doit se produire seulement cinq minutes après le moment où il est parti !

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Aventure
    J'aime les séries qui ne perdent pas de temps et le moins qu'on puisse dire c'est que 5 minutes Forward fait partie de celles la !
    Sur ce tome 4 on marie encore les combats dantesques avec la finalité des recherches de notre savant fou. Finalité qui nous ouvre tout un univers de possibilités, toutes plus folles les unes que les autres. Mais finalité qui a un cout. Cout dure pour notre équipe de survivant qui voit ses membres fondres comme neige au soleil. 
    Entre dramaturgie et action, ce manga nous fait faire partie de l'équipe de survivant comme si on était un personnage de manga.
    C'est toujours excellent ! 
    Vivement le T5 !

    Nickad

    Cigarette and cherry tome 3

    Par Nickad, dans Critiques

    Scenariste: KAWAKAMI Daishirô Dessinateur: KAWAKAMI Daishirô Editeur: Kana Note: 3.5
    Résumé:

    À peine arrivé à l'université, un jeune homme encore vierge s'est promis de trouver une petite amie. C'est alors qu'il fait la connaissance d'une sublime étudiante plus âgée que lui. Mais la senpai repousse toutes les tentatives d'approche de ce kôhai déterminé mais complètement inexpérimenté, qui tire son peu de savoirs de livres de drague. La cause est-elle perdue d'avance...?

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Tranche de vie
    Ce qui est intéressant avec cette série c’est la façon dont l’auteur aborde ses personnages, personne n’a de nom, chacun est décrit par une caractéristique, qu’elle soit physique (blondinette, cigarette) ou fonctionnelle (patron, ex…). L’histoire avance par petites touches au fur et à mesure des journées.

    Si cette originalité permet une sorte d’universalité de l’histoire (un quotidien qui peut avoir lieu n’importe où avec des personnes tout à fait ordinaires) elle présente, à mon avis, un défaut : le lecteur reste un peu spectateur et ne s’implique pas trop. Ce sentiment est renforcé par le côté impassible de Cigarette.

    Heureusement, ce 3eme tome semble prendre son envol, on en apprend plus sur le passé de Cigarette et notre jeune homme décide d’agir un peu plus. Les personnages deviennent donc plus profonds et leurs relations évoluent, lentement ceci dit, il y a encore du chemin à faire. Mais c’est peut-être là, l’un des objectifs de l’œuvre, une sorte de guide de la drague pour débutant (il ne faudrait pas aller trop vite). Le tout reste plaisant sans prise de tête.


    alx23
    Scenariste: Matt Kindt Dessinateur: Matt Kindt Coloriste: Matt Kindt Editeur: Autres Editeurs/Auto editions Note: 5.0
    Résumé:

    Et s'il existait des individus capables de manipuler la mémoire des autres ? Et si certains, en ayant accès aux pensées des êtres vivants à proximité, pouvaient prédire le futur ? Et si quelqu'un, visualisant le moindre défaut dans chaque chose, bâtiment, arme ou homme, s'en servait pour la détruire ? Et si toutes ces personnes aux pouvoirs terrifiants étaient réunies au sein d'une même agence gouvernementale qui agit dans l'ombre ? Entrez dans l'univers fascinant et paranoïaque du MIND MANAGEMENT, préparez-vous à douter de tout, à suivre des pistes que vous avez déjà suivies, à vous battre contre des ennemis immortels, à parler avec des dauphins, à remonter les méandres du MIND MANAGEMENT aux quatre coins du globe pour répondre à cette simple question : qui êtes-vous en vérité ?

    Type: Comic L'acheter sur BD fugue Genre: Fantastique
    Matt Kindt est un auteur assez prolifique entre ses productions de super-héros chez DC, Marvel ou même chez Valiant mais aussi ses titres plus indépendants comme Mind MGMT, Grass Kings, Dept. H ou encore Black Badge. Ces titres indépendants ont attiré mon attention après avoir en lu quelques-uns. Le Mind MGMT est présenté comme sa création culte à lire. Après avoir adoré le premier tome j'ai enchaîné le second pour en profiter pleinement comme j'avais encore l'histoire en tête. Il est vrai que ce titre demande beaucoup de concentration pour bien comprendre l'histoire. La galerie de personnages avec des pouvoirs psychiques est importante comme les pouvoirs qu'ils maîtrisent. De plus l'histoire fait des bons dans le temps et certains agents ressentent des troubles de mémoire suite à leur rencontre avec L'effaceur. Le récit est très intense, étrange et très prenant.

    Matt Kindt réalise la partie graphique dans son style particulier, si vous connaissez Dept. H ou Du sang sur les mains, vous avez une bonne idée de ce qui vous attend. Je suis assez amateur de dessins atypiques ou moins classiques, de cette manière l'auteur peut se permettre d'expérimenter. Il gère complètement son récit et sa vision graphique. Il ajoute des notes à lire verticalement sur la partie gauche des planches qui pourront perturber au départ mais elles donnent des informations intéressantes.

    Chaque volume édité par Monsieur Toussaint Louverture regroupe 350 pages de récit épiques et d'affrontement d'agent spéciaux. L'introduction du premier tome retranscrit très bien ce qui attend le lecteur. Le troisième et dernier tome est programmé pour le 7 janvier prochain. Si j’avais fait la critique du premier tome, j’aurais mis 5 étoiles mais j’étais passé à côté de cette sortie. 

    poseidon2

    Harley et Ivy

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Jody Houser Dessinateur: Adriana Melo Coloriste: Hi-FI Editeur: Urban Comics Note: 3.5
    Résumé:

     Il y a peu, Harley Quinn a bien cru qu'elle avait perdu Poison Ivy pour toujours... À nouveau réunies, elles ont maintenant la ferme intention de profiter de la vie. Imaginez donc la réaction de la reine de Coney Island quand sa meilleure amie devient la cible d'une nouvelle menace ! Ou plutôt... sa réaction quand elle réalise qu'Ivy a bien changé, et qu'elle fait plus que flirter avec le côté obscur ! Harley se laissera-t-elle séduire par cette nouvelle facette, ou saura-t-elle tenir tête à son alliée de toujours ?

    Type: Comic L'acheter sur BD fugue Genre: Science Fiction
    Alors j'ai lu ce Harley et Ivy à reculons. En effet je l'ai pris pour ma fille (qui, dès que c'est une histoire de filles, est bon public) mais moi j'en ai un peu marre de Harley la fofolle de service. Et bien j'ai été agréablement surpris. Déjà ce tome est un vrai tome du monde DC. Il explique comment est revenue Ivy suite à sa disparition dans l'excellent Hereos in crisis. Déjà c'est un bon point.
    Ensuite Harley n’est pas trop insupportable. Elle cherche vraiment à tout faire pour aider sa copine et songe sérieusement à devenir gentille.
    L'histoire est bien menée, la surprise sur la fin est bien foutu et les petits clins d'œil au reste de l'univers DC sympa. Ce one shot est donc une vraie lecture sympathique.
    Une bonne  lecture de vacances que vous pourrez partager avec votre ado de service.

    poseidon2

    Wonder Woman Dead Earth

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Daniel Warren Johnson Dessinateur: Daniel Warren Johnson Coloriste: Daniel Warren Johnson Editeur: Urban Comics Note: 3.0
    Résumé:

    Lorsque Wonder Woman se réveille du sommeil séculaire dans lequel elle a été plongée, elle découvre que la Terre n'est plus qu'un vaste désert radioactif... Piégée au coeur de cette plaine stérile tapissée des cendres d'un passé ravagé par l'arme nucléaire, la Princesse Amazone se doit alors de protéger la dernière cité humaine de monstres titanesques et tâche tant bien que mal de découvrir les secrets cachée sous la poussière de cette terre morte et désolée.

    Type: Comic L'acheter sur BD fugue Genre: Super héros
    En voilà un étrange album. Si c'était un film je dirais que c'est un film calibré pour les récompenses. Dessin style roman graphique. Scénario dur mais plein de promesses sur l'humanité. Des combats fait pour être mythique et des questionnements philosophiques sur la vie tout ça tout ça..... Le problème c'est que je n'ai jamais trop aimé les films trop récompensés (sauf gladiator). Et j'ai pourtant bien aimé ce tome ci même s'il... en fait trop à mon gout. Trop dans l’exagération en terme d'histoire, trop dans l’émotion et dans le bon sentiment.
    Il n'y avait pas besoin d'en faire trop. L'histoire de base est top. Wonder woman perdue comme jamais, un monde post apo bien gérer avec les humains aux bout de leurs vies.
    Mais il a fallu que   Daniel Warren Johnson en rajoute une couche. Couche qui n'est pas aussi crédible que l'auteur ne le voudrait. Couche qui cherche à ajouter une dimension encore plus triste et émouvante à une histoire qui l'était déjà. La folie des hommes était largement suffisante à mon avis.
    Bref ce Wonder Woman partait d'une très bonne idée. Une bonne idée malheureusement poussée trop loin.

    VladNirky
    Scenariste: Fred Duval Dessinateur: Christophe Quet Coloriste: Schelle Editeur: Delcourt Note: 4.5
    Résumé:

    Vlad Nyrki est chargé de protéger la célébrité Lady M. célèbre chanteuse recherchée pour le compte de Dario Fulci par l'impitoyable Miss Thundercat. Lady M. a en effet en elle des données informatiques cruciales qu'elle a absorbées par contamination sanguine. Les données se révèlent petit à petit et, chaque jour, elle se réveille avec de nouvelles révélations.

    Autres informations: A lire, à partager, à offrir. Ca tombe bien, c'est Noël.
    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Science Fiction
    Nous retrouvons ici, nos compères habituels (Vlad, Pacman, Héléna, Baxter et Martin, Dario Fulci, Thundercat...) dans la suite qui se situe en ligne droite du tome 14. Et même si Travis (une fois encore) ne va pas être présent beaucoup, car pas tout à fait sur le même arc scénaristique, on ne l'apercevra qu'au début de l'album, l'action va être efficace de bout en bout et l'histoire bien avancer.
    Quelques tomes pourraient d'ailleurs très bien constituer un spin off consacré à des opérations spéciales de Vlad et son équipe... Je serais preneur à titre personnel. 🙂
    Tome 15, série longue donc, et pourtant je suis toujours aussi fan et enthousiaste, je dois l'avouer. Un nouveau tome, dans le monde très cohérent, développé par les auteurs (Carmen ou Travis) est toujours très attendu. Nous avons ici un tome orienté action qui ne laisse pas le scénario sur place pour autant, et une somme d'enjeux assez conséquents trouve ici leur suite dans le déroulement de l'album. Avec des chapitres très bien trouvés là encore. C'est véritablement du bonheur de lire cet album pour tout dire. La lecture est fluide, les enchaînements sont bons, les visuels sont extraordinaires.
    Les planches sont en effet très belles, les phases d’action sont très bien rendues. Action qui restera lisible d'un bout à l'autre de l'album. Et tout cela se passe sur un arrière plan de technologies futuristes, qu'on reconnaîtra d'autant plus qu'elles existent déjà dans la vie de tous les jours. Le futur des assistants vocaux par exemple. Ces passages m'ont rappelé un vieux film (non pas si vieux que ça quand même, mais 1993 tout de même: Demolition man, avec Sylvester Stallone et Sandra Bullock). Ce film utilisait comme ressort humoristique le décalage du héros avec les technologiques quotidiennes du futur. C'est un peu le cas ici, même si, hélas (ou pas d'ailleurs), il n'y a pas les 3 coquillages... 🙃
    C'est très drôle, c'est ironique, et c'est une fois de plus, très bien trouvé. 😄
    La grosse grosse part d'action de l'album, pour poursuivre ma comparaison cinéphile, pourrait faire écho ici à La sage Jason Bourne, qui comporte des scènes d'action extraordinaires également. Même sur des planches entières à certains moments. Tout cela passe très bien et reste très lisible. On trouve aussi des scènes de hack de notre ami Pacman, pour nos amis informaticiens, et là aussi, c'est très lisible.
    Bref, un excellent tome 15 ! Scénario solide et intelligent, monde futuriste très cohérent avec background réaliste. Superbe réalisation et mise en page, grosse lisibilité malgrè les choix osés pour les scènes d'action. Travis reste, à mon sens, la meilleure BD d'action, et ce depuis très longtemps déjà, avec ses séries sœurs.

    Nickad

    My home hero tome 9

    Par Nickad, dans Critiques

    Scenariste: YAMAKAWA Naoki Dessinateur: ASAKI Masashi Editeur: Kurokawa Note: 4.5
    Résumé:

    Que seriez-vous prêt à faire pour protéger votre famille ? C'est pour la protéger d'une famille pareille que je me suis mariée avec elle.

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Thriller
    Quand le 1er tome est sorti, la couverture et le résumé ne me tentaient pas plus que ça et puis à la lecture ça a vraiment était une grosse claque. L’histoire était inédite, bien menée et allait là où je ne m’y attendais pas. Plus l’histoire avance, plus le père s’enlise dans une situation complexe et dangereuse.

    Seul au début, puis ensuite avec l’aide de son épouse, ils vont tout faire pour protéger leur fille du danger qui la menace sans lui dévoiler la vérité. Mais quand on est poursuivis par des yakuzas et qu’on essaye en même temps de ne pas attirer l’attention de la police, tout cela devient très vite compliqué.

    Certains pourraient penser que l’histoire n’est pas crédible, que des gens ordinaires ne peuvent pas gérer une telle situation, sauf que cette petite famille apparemment normale a plus de ressources que prévus. Mais quand on est coupable, l’étau se resserre inévitablement, la question est de savoir comment et quand cela va se produire.

    Les auteurs mènent leur barque avec dextérité, explorant chaque aspect des événements, suivant chaque personnage avec une attention particulière. Rien n’est laissé au hasard et si pour le lecteur, nous allons de rebondissements en rebondissements, les auteurs maitrisent parfaitement leur sujet.

    Ce thriller est une réussite et nous tient en haleine.


    poseidon2

    Kingdom T43-54

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Yasuhisa Hara Dessinateur: Yasuhisa Hara Editeur: Meian Note: 5.0
    Résumé:

    9e jour des hostilités. Dans les plaines de Shukai, Shin a tué le général Gakuei, mais le général Akou, bras droit d'Ousen, a été grièvement blessé par le Gyôun. Du côté de Ryôyô, si les hommes des montagnes ont réussi à éliminer deux des trois commandants quanrong malgré la faim qui les tenaille, Yôtanwa et Bajio ont été isolés et sont traqués comme des bêtes dans les montagnes... Comment l'armée de Qin se tirera-t-elle de ces situations de plus en plus intenables ?!

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Action
    La fin approche ! Et l'état de Qin, même si presque au bout de ses réserves de nourriture, remporte un à un des succes qui risque d'être determinant pour la suite du plan de El Sei.
    On en finit avec les hommes des montagnes, et on se concentre donc sur Shin et son unité pour LA grosse bataille de cette guerre ci. Et quelle bataille. Entre stratégie militaire et combat impressionnants, Shin et ses collègues nous livrent deux tomes que l'on dévore, encore une fois, à une vitesse fantastique. 
    La progression de Shin et Outen est prodigieuse. Ce que Yasuhisa Hara réussit à merveille c'est de nous faire resentir cette progression comme normale. On se sent vraiment au milieu des hommes de l'unité Hi Shin lors de la dernière bataille. On comprend l'amour et la popularité de Shin au sein de son unité comme rarement auparavant. Encore une fois une gestion des batailles genialissime. 
    On notera en plus sur ces tomes ci la mise en avant de la fourberie de Kanki qui est bien en train  de réussir ce que tous pensaient impossible. Et ce sans rien faire ! 
    C'est tellement surepenant qu'on se demande si ca s'est vraiment passé comme ca dans la réalité....
    La suite arrive bientôt. Et c'est tant mieux !

    poseidon2

    Sonata T1

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Brian Haberlin Dessinateur: David Hine Coloriste: David Hine Editeur: Delcourt Note: 4.0
    Résumé:

    Deux peuples et deux cultures s'affrontent sur une planète que chacun croit être sa terre promise. Les Rans sont un peuple épris de paix en phase avec la nature, mais les Tayans sont une race de guerriers qui cherchent à coloniser, à contrôler et à détruire. Les mystérieux géants endormis habitent aussi cet endroit, mais personne ne sait s'ils sont des monstres ou des Dieux de la légende. Au milieu de tout cela, une jeune femme nommée Sonata est prête à enfreindre toutes les règles pour trouver sa place au sein de ce monde.

    Type: Comic L'acheter sur BD fugue Genre: Science Fiction
    Delcourt, via Image comics, enchaine les bonnes sorties comics en ce moment. Et ce tome 1 de Sonata fait partie du lot. Il aurait pu faire partie de mes comics préférés de l'année. Il aurait pu car le scenario science fiction est vraiment excellent. Tout ce qui me plait : de la SF lointaine, des races extra-terrestres soit disant reculées, des monde hostiles, des humains beliqueux et une héroine forte en caractère. 
    Le tout accompagné d'une bonne gestion des révélations et du suspens et on a la une super histoire de SF. Ca aurait donc pu... mais ca ne l'est pas... à cause de la coloration et  du choix de la réalité augmentée. Cette réalité augmentée consiste à ajouter au dessin une surcouche "realiste". Mix entre photos et dessin réaliste.....   Et je trouve que cela gâche le dessin. Surtout qu'en fin de tome on peut voir la qualité des planches encrées... et bien en voyant cela on preferait une version noire et blanche !
    La realité augmentée rend le tout un peu trop sombre et, si c'est très éfficace sur les décors il faut le reconnaitre, fige les visages et rend le dessin très statique. Et je trouve ca dommage. Un style Ponzio qui ne m'a jamais plu.
    Pour le coup, et je ne le dis pas souvent, une édition Noire et Blanche aurait surement obtenu un beau 5/5

    VladNirky
    Scenariste: Christophe Cazenove d'après Jean Roba Dessinateur: Jean Bastide Editeur: Dargaud Note: b.b
    Résumé:

    Pas facile d'être une tortue ! Caroline est véritablement un membre de la famille à part entière, mais elle ne peut pas toujours participer aux promenades et aux jeux de son Bill adoré au même rythme que les autres. Boule et Bill vont redoubler d'inventivité pour lui faire plaisir et l'impliquer davantage... Attention, Bill n'a qu'à se tenir à Caro et tout ira bien !

    Autres informations: pas de note car la série est hors compétition ^^
    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Humour
    Bon, j'avoue que je ne suis plus vraiment dans la cible, mais vu qu'il me tombe sous la patte, pourquoi ne pas lire ce dernier tome de Boule et Bill (le 41, c'est dire), que je lisais pendant mon enfance ?
    Ben parce que je ne suis plus dans la cible justement... Du coup autant pour les enfants, ça fonctionne encore pas mal (quoi que pas sur tous visiblement ^^), autant pour les adultes c'est plus compliqué, mais ce n'est pas déplaisant pour autant. C'est juste que le format, identique depuis la reprise, empêche sans doute des innovations vraiment marquantes. Le format 1 gag par planche avec les membres de la famille typique est donc de retour pour de nouvelles aventures, avec un petit air de déjà vu quand même.
    Et comme je le disais plutôt, c'est loin d'être déplaisant, ça rappelle clairement les albums d'antan avec les runnings gags habituels. Mêmes couleurs, même dessins, mêmes gags en fait. Donc la formule est bien identique à celle de Roba, de mes jeunes années. Mais c'est dommage de ne pas actualiser un peu le format avec des gags plus de notre époque peut-être, au moins dans la vie de tous les jours, même si Boule et Bill fait partie depuis bien longtemps désormais, des BD intemporelles.
    Au final un album très conforme à ce qu'on attend d'un Boule et Bill, qui fera sourire les adultes de temps à autres. Un album qui ne démérite pas.
     

    Nickad

    Chacun ses gouts tome 1

    Par Nickad, dans Critiques

    Scenariste: MACHITA Dessinateur: MACHITA Editeur: Kana Note: 3.5
    Résumé:

    Haru est une jeune fille otaku qui n'a aucun intérêt pour les relations humaines. Elle travaille et consacre son temps libre et son argent à sa passion. Un soir, dans un café et après une soirée arrosée, elle rencontre une très belle femme, Ao. Elle se révèle être un homme travesti. Ao va lui qui fait prendre conscience à la fois qu'elle n'a pas à avoir honte de son côté otaku et qu'elle peut vivre comme elle en a envie mais aussi que cela ne doit pas l'empêcher de faire attention à elle ! Ao aide Haru à changer son point de vue sur elle-même et sur les autres. Ils s'entendent si bien qu'ils décident de vivre en collocation. L'une des règles de leur coloc' : chaque semaine, ils doivent préparer un bento l'un pour l'autre.

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Tranche de vie
    Haru est une otaku qui s’affirme comme telle et le revendique, elle ne comprend pas que les autres essayent de la changer, elle est heureuse comme ça. Sauf que de temps en temps, elle arrive à saturation et va noyer son trop plein dans un restaurant. C’est là qu’elle va rencontrer AO, un homme effeminé, les verres aidant, ils finissent par décider de se lancer dans une cohabitation.
    A première vue, ils n’ont rien en commun et vont devoir apprendre à vivre ensemble, leur complicité va se développer au fur et à mesure du manga et surtout au travers une règle qu’ils ont établie : une fois par semaine, préparer un bento pour l’autre.
    Difficile de savoir si le plus important est le côté cuisine (il y a une recette à chaque chapitre) ou la relation entre les personnages. Mais après tout peu importe, car au travers de l’histoire, l’auteur aborde plusieurs sujets de société sans trop épiloguer toutefois : la compréhension des otaku (leur mode de vie, leur perception du quotidien…), l’intégration de personnes hors norme, la vie en société, l’acceptation de l’autre…
    Le côté « cuisine » permet de parler de tout ça avec une certaine légèreté, Haru est particulièrement positive et nous permet de voir les choses du bon côté.
    Un manga plaisant qui donne envie de cuisiner.

    The_PoP

    Legende - Tome 8 - De mains de femmes

    Par The_PoP, dans Critiques

    Scenariste: Ange Dessinateur: Stéphane Collignon Coloriste: Natalia Marques Editeur: Soleil Note: 3.5
    Résumé:

    Tristan de Halsbourg a disparu... et sa disparition a fait de lui une légende. Une légende qui pèse sur ceux qu'il a laissé derrière lui : sa soeur Ombeline, devenue duchesse, ainsi que son mari, Alexandre de Hauteterre mais aussi sur Judith qui s'est exilée et rejette l'idée d'un compagnon - tant est forte, dans sa mémoire, l'image de celui qu'elle aurait pu aimer.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Fantasy
    Cette chronique a été réalisée à partir du pdf de lecture. Des différences de ressentis et de perception peuvent donc se révéler avec l'édition papier. 
    Décidément depuis la reprise de la série de Swolf  par un nouveau cycle avec un nouveau duo d'auteur, le rythme de parution s'accélère. Si le dernier tome était un bon tome de relance, il ne m'avait pas non plus totalement convaincu. Ce tome-ci, une nouvelle fois de qualité ne va pas nécessairement lever tous mes doutes, mais il a le mérite de proposer une vraie consistance dans ses récits. En effet, même si je ne comprends toujours pas le fait d'avoir scindé en deux les personnages et leurs aventures, ce Tome 8 de Légende nous propose enfin une vraie réflexion sur l'usage du pouvoir et de la violence pour une fois peu manichéenne. Et tant mieux, car si Légende sous Swolf avait consacré la lutte des justes contre les maudits, il convenait de donner un second souffle à tout cela. Et surtout de donner un peu d'ampleur au personnage de Tristan. Reste que les aventures narrées dans son fiefs avec ses anciens personnages secondaires se révèlent finalement aussi intéressantes que celle de notre mystérieux héros, même si plus classiques. 
    La grosse claque de ce tome 8 c'est que je me suis demandé si les planches n'étaient pas presque plus belles que sur la série originale. Et quand on sait en quelle estime je tiens le travail de Maitre Swolf, c'est un vrai compliment. C'est souvent très réussi et fin, et en série d'aventure/action se déroulant au moyen âge, c'est vraiment dans le haut du panier des productions actuelles. Bravo donc à Stéphane Collignon et à Natalya Marques pour leur travail sur le dessin et la colorisation. Chapeau bas. On sent qu'une fois le tome d'adaptation passé, et l'héritage des personnages de Swolf assimilé, les auteurs ont su faire évoluer l'ensemble. J'espère que sur le prochain tome les auteurs auront le temps d'améliorer un petit peu les détails sur certaines cases secondaires, mais c'est vraiment histoire de pinailler. Pour tout vous dire graphiquement, cela m'a beaucoup fait penser au travail réalisé sur la série Samouraï et notamment sur sa reprise après le départ de M. Genêt. 
     
    A noter que c'est bien Yves Swolfs qui a réalisé la couverture.
     

    poseidon2

    Studio Danse t12

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Beka Dessinateur: Crip Coloriste: Crip Editeur: Bamboo Note: 2.5
    Résumé:

    Quand le coeur mène la danse... Julie, Alia et Luce adorent le classique et le moderne. Mais elles aiment aussi aller voir du côté de la salle de hip-hop, s'essayer à la comédie musicale ou tenter le flamenco. Ce qui est sûr, c'est que ces trois copines sont totalement fondues de danse. Les trois amies trouvent dans le Studio Danse comme une seconde maison où partager leur passion. Leurs familles sont forcément aussi de la partie, car l'amour de la danse ne s'arrête pas à la sortie des cours ! Heureusement, comprises et entourées, elles sont encouragées dans leur don... Rien de mieux que Studio Danse pour s'immerger dans le monde des danseuses, entre amitiés, amour de l'art et rivalités.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Humour
    Apres deux tomes très sympa de studio danse, on a in peu l'impression que Beka a manqué d'inspiration sur celui-ci. Sans fil rouge sur l'album, Beka essaye de nous accrocher avec un point de vu des adultes sur la danse des enfants. Que ce soit les profs ou les parents. 
    Mais c'est vraiment trop caricatural sur ce coup-là. Ca fait sourire les parents mais laisse un peu de côté les enfants... Bref un album qui est globalement le cul entre deux chaises.
    Mieux vaut rester concentrer sur les enfants avec un léger fil rouge.

    poseidon2

    Slam dunk star edition T13-14

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Takehiko Inoue Dessinateur: Takehiko Inoue Editeur: Kana Note: 4.0
    Résumé:

    Voici enfin de retour, dans une toute nouvelle édition, les aventures de Sakuragi qui se lance dans le basket-ball ! Même si au départ, il le fait pour épater la belle Haruko, il va se prendre au jeu et découvrir que se dépasser est la plus belle des motivations ! Slam dunk est devenue la référence ultime du manga de basket-ball pour ne pas dire la référence du manga de sport ! Parfait mélange d'action, d'humour, de romance, de rivalités dans un contexte sportif, jamais lourd, le tout servi par un dessin sublime de Takehiko Inoue. Cette édition en 20 volumes bénéficie de toutes nouvelles jaquettes dessinées spécialement par l'auteur.

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Action
    Fiouuuu ca a déjà vachement avancée.... C'est fou ca.... on est deja au tome 13 et 14. On finit ici l'énorme bataille qui oppose Shohoku et Ryonan. Une bataille qui change de celles dont on à l'habitude. En effet sur ce coup ci c'est Shohoku qui mène et qui se fait rattraper petit à petit par Ryonan. Un changement par rapport à ce qu'on à l'habitude de voir.
    Un suspens intenable qui nous guide sur ce tome 13 et ce tome 14. Entre fin du match et décompression qui suit le match, on est à fond dans cette fin de tournoi.  Takehiko Inoue nous montre tout son talent et comment il a reussit à faire du sport par équipe un thème prenant et bankable. 
    Une série qui n'en finit pas de me plaire. Un grand merci à Kana de faire découvrir ces séries mythique à un nouveau publique (dont je fais partie)

    Nickad

    Moi, Sherlock tome 1

    Par Nickad, dans Critiques

    Scenariste: IO Naomichi Dessinateur: TAKATA Kotaro Editeur: Soleil Note: 4.0
    Résumé:

    Le détective le plus connu de tous les temps est de retour accompagné de son fidèle acolyte Watson ! Les deux comparses vont être confrontés à des affaires aux frontières du réel. Heureusement, la logique implacable de Sherlock sera là pour démêler le vrai du faux. Dans cette histoire, l'intelligence, le flegme et la froideur de Sherlock sont poussés à son paroxysme car il est un androïde !

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Aventure
    Forcément une nouvelle adaptation de Sherlock Holmes ça attire l’attention, donc je me lance dans la lecture entre bonheur parce que j’adore cet univers et appréhension, car beaucoup de choses ont déjà été explorées, alors que faire de nouveau ?

    Quand la série Sherlock est sortie, j’ai trouvé que c’était bien fait, habilement transposé dans notre époque moderne tout en gardant le caractère des personnages, ici, l’auteur va encore plus loin (temporellement parlant), on est dans une époque futuriste avec réalité virtuelle, androïdes, moult réseaux sociaux…. Sherlock est un androïde, mais un modèle unique, non connecté à internet (car « le net regorge de données fausses »), il a bien sûr des capacités d’analyse hors du commun et des logiciels avancés mais il a surtout la capacité d’apprendre par lui-même. Et pour en savoir plus sur la nature humaine et tous ses petits défauts qui font que nous ne sommes pas toujours cohérents, il va cohabiter avec Watson qui est selon ses informations « le plus grand raté de tout Londres » et surtout totalement imprévisible.

    La trame de l’histoire suit globalement l’œuvre originale et débute par « une étude en rouge », la différence (en dehors du contexte futuriste), vient du caractère des personnages Sherlock est une IA qui va évoluer progressivement et Watson, une sorte de voyou rebelle.

    Je trouve que la résolution des enquêtes est un peu trop facile, Sherlock peut se connecter aux différents appareils sur les lieux (caméras, ordinateurs…) et a des logiciels d’analyse plus que performants. L’intérêt se situe ailleurs : d’abord, il faut souligner le travail des auteurs que ce soit pour le rendu graphique de tout ce qui relève du virtuel et aussi pour la modernisation des histoires (utilisation de nouvelles technologies et motivations des personnages). Ensuite, il y a la thématique sur l’évolution de l’Intelligence Artificielle et les relations qui en découle avec les humains.

    Un premier tome plutôt réussi.                                                                                                            Série finie en 4 tomes.


    poseidon2

    Death Metal t1

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Collectif Dessinateur: Collectif Coloriste: Collectif Editeur: Urban Comics Note: 3.5
    Résumé:

    La victoire du Batman Qui Rit est désormais totale. Seigneur d'une Terre cauchemardesque, transformée à son image grâce aux pouvoirs de la mère du Multivers Perpetua, il tient les héros survivants à sa merci et semble avoir anéanti toute résistance. Toute ? Dans l'ombre, le véritable Batman poursuit la lutte, bataille après bataille, contre l'oppresseur, alors que Wonder Woman, devenue cerbère des Enfers, rêve de renverser le tyran une bonne fois pour toutes. C'est à ce prix que l'espoir renaîtra de ses cendres...

    Type: Comic L'acheter sur BD fugue Genre: Super héros
    Voilà le début du tant attendu Death Metal. La "fin" d'un run pensé de longues dates par les scénaristes de DC car aillant des bases... dans la cours des hiboux. Rien que ça.
    Et ce tome 1 est.... introductif. J'exagère un peu. Le début est vraiment sympa car il nous prend de court en présentant l'histoire bien après la fin de Doom War Epilogue. On nous épargne la "chute" des héros pour nous présenter la reconquête. Ça permet  à Snyder de caler deux trois flash-back pour nous occuper avant le tome suivant.
    Car oui, même si c'est très sympa de découvrir des héros au fond du gouffre, on en apprend pas beaucoup plus sur ce tome ci. Snyder met les personnages en places, ressorts les vieux dossiers, montre Lobo (car Lobo c'est toujours un événement en soi. Ils ne sortent pas le mec plus ultra à chaque fois) et... nous dit qu'il se passera pleins de truc sympa au prochain tome.
    La preuve on a ici, pour combler, un recueil d’histoires courtes autour de la chute des héros en fin de tome. Histoires sympathiques mais ne faisant pas avancer le schmilblick.
    Bref il est urgent d'attendre pour lire cette intro plus la suite !  

    poseidon2

    Il faut flinguer Ramirez t2

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Nicolas Petrimaux Dessinateur: Nicolas Petrimaux Coloriste: Nicolas Petrimaux Editeur: Glenat Note: 5.0
    Résumé:

    Falcon City est en émoi. Le lancement du Vacuumizer 2000 s’est transformé en une scène de crime macabre. L’inspecteur Eddy Vox est persuadé que le coupable n’est autre que Jacques Ramirez, un salarié de la Robotop fraîchement nommé « employé de l’année ». Quant aux hommes du cartel de Paso del Rio, ils n’ont pas dit leur dernier mot... C’est avec l’aide inattendue de deux célébrités en cavale que Ramirez parvient à leur fausser compagnie ! Alors qu’il avait planifié un week-end mémorable à Stone Creek, il se retrouve embarqué bien malgré lui dans une chasse à l’homme aussi explosive que pittoresque. L’occasion idéale pour régler certains conflits familiaux et profiter des richesses qu’offrent l’État d’Arizona.Dans ce décor majestueux, nombreux sont les candidats qui courent après Ramirez.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Action
    Le premier tome d'il faut flinguer Ramirez avait fait l’effet d'une bombe. Quelqu'un avait osé sortir un BD pulp à la Pulp Fiction. Une BD qui ne respecte pas grand-chose. Mais qui reste grand publique. Une BD sur un vendeur d'aspirateur.... et ça à marcher à mort ! Les meilleures ventes depuis un moment (hors BD de supermarché cela va de soi)
    Alors comme tout le monde j'attendais cette suite avec fébrilité : la surprise passée, ce tome deux allait il autant me plaire ? Car maintenant j'étais prêt à toutes les surprises ! Et bien ce fut vrai.... 10 pages. Les 10 pages tout justes consécutives au tome 1. Là je gérais..... Et après. Après ma lecture s'est transformée en film hollywoodiens à gros budget et avec un bon scénariste (oui oui faut retourner dans les années 90 je sais). A partir de là on enchaîne les morts glorieuses, les morts stupides, les rebondissements, les scènes improbables, les passés encore plus improbables pour livrer au lecteur une maestria de gestion de scenario qui laisse sans voix.
    C'est tellement bien fait et tellement dans l'esprit que n'importe quoi (car il y a n'importe quoi) passe comme une lettre à la poste.
    Alors longue vie au Pulp, longue vie à Ramirez et que vive le Rock !
    Posiedon2, à fond !
    Et merci monsieur Petrimaux de prendre le temps de faire les choses comme il faut !

    Nickad

    Jormungand tome 8

    Par Nickad, dans Critiques

    Scenariste: TAKAHASHI Keitarô Dessinateur: TAKAHASHI Keitarô Editeur: Meian Note: 3.5
    Résumé:

    R se révéla être un agent de la CIA envoyé par Bookman dans le cadre du projet Undershaft qui avait pour but d'amadouer la jeune Koko Hekmatyar. Il mourut en tentant de protéger cette dernière. Le coeur brisé, Koko poursuit son chemin vers sa nouvelle destination... Série terminée au Japon, Jormungand est un titre complet qui nous plonge dans un univers froid et sans pitié, même lorsqu'on est un enfant. Le caractère indifférent mais naïf de Jonah nous offre un contraste net entre le danger d'être marchande d'armes et la vie quotidienne lorsqu'on est un enfant. Jonah devra apprendre à parler anglais, résoudre des équations et vivre comme un enfant en dépit du fait que ce soit un soldat...

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Action
    Dans Jormungand, on suit la vie de Koko une vendeuse d’armes et de ses gardes du corps. Qu’ils soient d’anciens militaires, agents secrets ou même enfant soldat, chacun a ses raisons de la suivre. Chaque volume permet d’approfondir un personnage différent, d’en apprendre plus sur son passé et ses objectifs. L’histoire se fait au rythme des missions du groupe, et se rapproche vers un projet final dont on ignore encore tout.

    Jormungand, c’est un univers atypique, bourré d’actions, mais où on nous rappelle à chaque instant que les personnages ne sont pas gentils et qu’il n’y en a pas vraiment. C’est une ambiance assez froide où l’on suit à la fois la vendeuse d’armes aux motivations ambigües et Jonah, enfant soldat qui déteste les armes, au milieu de conflits militaires et politiques.

    Il faut prendre le manga comme une distraction car l’auteur ne fait pas de débat autour du métier de vendeur d’armes, il n’y a pas de propos philosophique. Côté action, il n’y a rien à redire, les scènes de fusillades, d’embuscades ou d’explosions ne manquent pas et sont plutôt bien faites.

    Série finie en 11 tomes.

    alx23

    Le scorpion tome 13 - Tamose l'égyptien

    Par alx23, dans Critiques

    Scenariste: Stephen Desberg Dessinateur: Luigi Critone Coloriste: Luigi Critone Editeur: Dargaud Note: 4.0
    Résumé:

    À Kraków, Ivrahim Golam, surnommé le cosaque juif, cherche à préserver l'identité d'un homme dont le nom doit disparaître à jamais.

    À Istanbul, Armando Catalano, alias le Scorpion, a retrouvé la trace de Méjaï, la gitane. Il veut savoir ce qu'est devenu leur enfant. Mais la gitane est experte dans le maniement des poisons et elle n'hésite pas à s'en servir contre le Scorpion, qui perd connaissance.

    Quand il reprend conscience, il apprend qu'il est accusé d'assassinat. Livré à la cour du sultan, il est sauvé par un eunuque qui le conduit jusqu'à sa maîtresse. Une femme mystérieuse, surnommée la Sabbatéenne, dont le visage est orné de signes sombres et secrets. Celle-ci lui demande de déchiffrer le nom d'un homme, gravé sur des stèles égyptiennes. En contrepartie, elle l'aidera à retrouver la trace de Méjaï.

    Au Caire, les routes de Méjaï et du Scorpion se croisent de nouveau. Mais si elle lui révèle la vérité à propos de leur enfant, elle lui interdit de chercher à le voir. Elle menace même de tuer le Scorpion s'il s'en approche...

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Action
    Un nouveau cycle démarre avec ce treizième tome du scorpion qui est prévu en deux tomes. Enrico Marini ne dessine plus cette série en laissant sa place à Luigi Critone, un dessinateur habitué aux histoires d'époques comme Je, François Villon. L'auteur gère à merveilles la reprise de l'univers de Marini, on pourra noter quelques différences pour les visages du Scorpion ou de Méjaï dont on connait les traits depuis longtemps. Mais ces petits détails s'estompent très vite à la lecture de cet épisode qui nous emmène en orient. De plus, les planches de l'auteur sont très détaillées. Stephen Desberg imagine une fois de plus des aventures mouvementés pour son héros qui part à la recherche de son enfant. Le scénariste nous laisse pas de répit avec une course au trésor et de nouveaux personnages mystérieux. 
    Enrico Marini devrait encore dessiner des one shot sur des personnages emblématiques de la série, pour lui laisser le temps de poursuivre les aigles de Rome ou les Batman dernièrement. Tous les ingrédients qui ont fait le succès de la série sont réunis même si on perd en originalité avec chaque nouveau tome. Il est toujours plaisant de lire les aventures du Scorpion.

    alx23

    Umbrella academy - making of

    Par alx23, dans Critiques

    Scenariste: Gerard Way Dessinateur: Gabriel Bá Coloriste: Gabriel Bá Editeur: Delcourt Note: 3.5
    Résumé:

    Ce beau livre est l'occasion de plonger dans le développement et la production de la série TV aussi bien que de la BD ! Des centaines de visuels et de commentaires exclusifs par les créateurs permettront aux fans - aussi bien de la série TV que des comics - de voir de quelle manière l'univers de Gerard Way et Gabriel Ba a été transcrit avec le succès que l'on sait sur le petit écran.

    Type: Comic L'acheter sur BD fugue Genre: Documentaire
    La série télé Umbrella academy est l'adaptation de la trilogie des comics de Gerard Way et Gabriel Ba. Cette série nous permet de suivre la jeunesse de super-héros jusqu'à leur âge adulte toujours prêt à sauver le monde d'une catastrophe imminente. Cet artbook intitulé making of met en avant tous les personnages de la série avec leurs pouvoirs en comparant la version comics et la version télé. Après une grande présentation de la famille, on pourra découvrir les effets visuels et spéciaux réalisés pour être proche du comics. Les moindres détails ont de l'importance à l'écran. De nombreuses photos de tournages, d’illustrations ou autres plans de bâtiments ou de lieux importants de la famille accompagnent les commentaires et autres textes des auteurs.
    Cet arbook sort en même temps qu'un coffret regroupant les trois albums de la série pour les nouveaux lecteurs qui ont découvert la série télé.

    poseidon2
    Scenariste: Jean Dufaux Dessinateur: Christian Cailleaux / Étienne Schréder Coloriste: Christian Cailleaux / Étienne Schréder Editeur: Dargaud Note: 3.5
    Résumé:

    Dans L'Onde Septimus, la menace d'un engin extraterrestre, baptisé Orpheus, avait été déjouée grâce au sacrifice d'Olrik. Depuis, le " colonel " vit reclus dans un asile psychiatrique. Tandis que Philip Mortimer tente de ramener à la raison son vieil adversaire, en usant de la célèbre formule du sheik Abdel Razek (" Par Horus, demeure ! "), il apprend qu'il existe un autre Orpheus. A bord d'un cargo transformé en laboratoire secret, Mortimer découvre cette l'étrange pilote de cette machine venue d'ailleurs : un alien à forme humaine, sombre et hiératique, auquel les scientifiques ont donné le nom de " Moloch ", la divinité biblique. Mais les réactions de ce Moloch, et les hiéroglyphes qu'il laisse derrière lui comme autant de messages indéchiffrables, font craindre le pire. Cette fois encore, la capitale britannique est en danger. A moins qu'Olrik ne joue de nouveau les héros...Avec L'Onde Septimus 2, Jean Dufaux conjugue science-fiction, aventure et folie en un bel hommage à l'oeuvre de Jacobs, relayé par le trait évocateur et précis du travail à quatre mains de Christian Cailleaux et Etienne Schréder, qui mettent en scène un Londres éternel digne de La Marque Jaune.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Aventure
    Je ne sais trop quoi pensez de ce tome de Blake et Mortimer. Déjà une partie de moi à un réflexe Asterixien qui dit que les Et n'ont pas grand-chose à faire dans Blake et Mortimer. L’autre côté se dit qu'au final ce n'est pas si aberrant que cela au vus des aventures passées de nos deux compères. Sur ce point je vous laisserais juger.
    Surtout que l'histoire est bien ficelée et très "Blake et Mortimer" avec une surdose de British avec la reine elle-même très présente. Les dessins sont magnifiques avec des vues de Londres vraiment superbes.
    Au final ce qui me dérange presque le plus c'est la tournure globale de la série depuis quelques tomes. En effet je ne me souviens que les histoires de Jacobs obligent les lecteurs à avoir une connaissance des albums passées. Je me souviens des albums de Jacobs comme des histoires en  2 ou  3 tomes mais indépendantes les unes des autres. Ce qui faisait leurs charmes. On pouvait lire les 3 formules du professeur Sato sans forcément avoir lu les précédents et sans être vraiment dérangé. La..... Et bien je trouve que ce n'est plus le cas. La volonté de toujours ressortir Olric et le fait de toujours tout ramener à la grande pyramide oblige le lecteur à être au moins au courant de tous les tomes qui traites de ce sujet-là. 
    Certains aimeront surement cette continuité. Moi je trouve que ce n'est pas forcément dans l’esprit et je trouve que forcer Olric à être en permanence le gentil/méchant n'est pas vraiment dans l'esprit.
    Je vous laisse juge et vous encourage à venir nous donner votre point de vue !

    poseidon2

    Boruto t10

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Ukyô Kodachi Dessinateur: Mikio Ikemoto Editeur: Kana Note: 4.0
    Résumé:

     La VIe Grande Guerre Ninja n'est plus qu'un lointain souvenir et la paix s'est installée. Mais un ennemi ressemblant étrangement à Kaguya fait son apparition et s'attaque à Killer Bee... Sasuke enquête dans l'ombre et rentre pour prévenir Naruto du danger ! À Konoha, on prépare l'examen des ninjas pour passer ninja de moyenne classe. Boruto, le fils de Naruto, doit y participer en compagnie de Sarada et de Mitsuki. Boruto demande alors à Sasuke, le compagnon d'armes de son père, de le prendre comme disciple...

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Aventure
    On le sentait déjà venir lors du tome précédent et on en a maintenant la certitude : Boruto est une série à part entière ! Plus uniquement la suite de Naruto. Et ça c'est une supère bonne nouvelle pour le lecteur. On arrive sur une série qui est devenue très sympa à suivre ! Alors oui, nos héros du passés prennent une place importante de l’histoire mais celle dédiée aux jeunots augmente.
    Boruto commence à sortir de sa coquille et le kama commence à faire des envieux et oblige Jigen à intervenir lui-même pour récupérer son protégé et.... lorgner sur Boruto. L'équilibre est plutôt bon maintenant : les grands font les gros combats et les jeunots prennent leurs indépendances.
    La série promet de monter ne puissance et ce tome nous rappelle l'introduction de cette série ! (je vous laisse vous souvenir)

    Nickad

    Corps solitaires tome 1

    Par Nickad, dans Critiques

    Scenariste: HARUNO Haru Dessinateur: HARUNO Haru Editeur: Kana Note: 4.5
    Résumé:

    Michi a 32 ans. Sa relation avec son mari n'est pas mauvaise mais une seule chose fait défaut : cela fait 2 ans qu'ils n'ont plus de relations sexuelles. Lors d'une soirée entre collègues, elle se confie à l'un deux. Makoto a le même problème mais c'est sa femme qui ne semble plus avoir de désir pour lui... Pouvoir en parler permet à Michi de reprendre espoir et de se lancer dans la reconquête de son mari...

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Tranche de vie
    Ce manga est à destination de lecteurs plus matures, non pas parce qu’il est rempli de scènes osées (il n’y en a pas d’ailleurs) mais parce qu’il met à nu les sentiments et les questionnements d’un jeune couple.

    Mariés depuis quelques années, Michi et son mari n’ont plus de relations intimes. A quoi est-ce dû ? Haru Haruno met en avant les interrogations que tout couple est potentiellement amener à se poser, que faire quand il n’y a plus de désir, quand les époux n’ont plus les mêmes envies, est-ce que l’amour dans sa forme la plus sentimentale peut suffire. ?

    Si dans ce premier tome, c’est surtout le ressenti de l’épouse qui est mis en avant, le point de vue du mari est aussi analysé. Il n’y a pas de parti pris, l’auteure décrit les sentiments de ses personnages avec beaucoup de justesse et de sensibilité.

    Un manga touchant


    poseidon2

    Shaman king Star edition T4&5

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Hiroyuki Takei Dessinateur: Hiroyuki Takei Editeur: Kana Note: 4.0
    Résumé:

    Yoh Asakura, un garçon à l'allure nonchalante est en fait un Shaman. Il est à la recherche d'un fantôme avec qui il pourrait fusionner et gagner le Shaman Fight qui lui permettra de devenir Shaman King. C'est ainsi que Yoh fait la connaissance de l'esprit Amidamaru avec lequel il va participer au mystérieux tournoi qui n'a lieu que tous les 500 ans...

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Aventure
    Vous avez un jeune dans votre entourage qui est fan de manga ? Il lit du Black Clover et autres shonen à la mode ? Et vous ne savez pas quoi lui offrir ?
    Et bien pourquoi ne pas taper dans du vieux ? mais de l'excellent vieux ? Du mythique je dirais. C'est vraiment l'objectif de cette star édition. Permettre à un jeune publique de découvrir les séries de leurs parents à un prix plus qu'abordable de 10 euors les 2 tomes. Et chez moi ca fait mouche. Mes deux grands sont devenus fan de shaman king, un manga finit alors qu'ils n'étaient meme pas nés (et même pas imaginés tient)
    Et ces tomes 4 et 5 sont au top. Ils ont degagé les derniers de black clover dans le top du moment des enfants. En effet on commence ici le shaman fight..... et on est surprit à quel point.... il n'est pas question de combat. Ces deux tomes épaississent  le mystrère qui entoure ce shaman fight en remetant en cause les motivations de certains personages. 
    Une intrigue qui se densifie, des héros charismatique et un dessin qui n'a pas trop mal vieilli, ce Shaman king Star edition est définitivement une réussite qui vous permettra, pour 50 euros de cadeaux de noel, d'offrir des heures et des heures de lectures et de relectures à n'importe quel enfant. C'est toujours mieux que des heures de tablettes et les 5 tomes sorties à l'heure actuelle coutent moins cher qu'un jeu video. (et moins cher que le Urban Limited edition de papa...)
    Si ca c'est pas la bonne idée cadeau.....

    poseidon2

    La mort à des lunettes

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Tome Dessinateur: Gérard Goffaux Coloriste: Gérard Goffaux Editeur: Kennes Note: 4.5
    Résumé:

    U.S.A, East Harlem, New York. Novembre 2005. Malcom « Malek » Brown est noir, pauvre et musulman. Sorti de prison, il survit dans une Amérique hostile aux musulmans après avoir été hostile aux « nègres ». Alexander Birke a connu la Shoah, il est vieux et passionné d'échecs. Ces deux hommes que tout sépare vont pourtant se rencontrer dans une chapelle de Harlem, où le premier est technicien de surface et le second amateur de Gospel.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Drame
    C'est avec une profonde tristesse que j'ai ouvert ce tome "posthume" de Tome. En effet cet album sort un an après la mort d'un des grands monsieurs de la BD européenee. Et ce qui est une bonne chose c'est que cet album est bon. Très bon meme au niveau du scénario. Tome nous a livré la une dernière cartouche qui fait mouche. Ce road trip entre un noir musluman et un voeux juif ayant vecu la deuxième guerre mondiale est une vraie réussite. Une vraie réussite car Tome ne s'est pas contenté de ce road trip.
    En effet il nous a concoté une vraie histoire derrière ce road trip. Une histoire sur l'instrumentalisation d'une personne. Une histoire ou l'on ne sait pas vraiment qui se sert de qui. Une histoire magistralement pensée qui vous donnera envie de la relire pour comprendre comment le début est impacté par la fin.
    Bien illustré par Gérard Goffaux et dans un bel écrin realisé par les éditions Kennes , cet album, disponible en deux couvertures est un très bel au revoir de la part de Monsieur Tome.
    Reposez vous bien monsieur Tome, vous l'avez bien méritez.

    poseidon2

    Urban Limited : Curse of White Night

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Sean Murphy Dessinateur: Sean Murphy Coloriste: Sean Murphy Editeur: Urban Comics Note: 4.5
    Résumé:

    La collection Urban Limited propose de découvrir des récits majeurs de DC Comics dans un format hors du commun et une fabrication particulièrement luxueuse. Les tirages sont uniques, limités à 1500 exemplaires et numérotés à la machine à l'intérieur des ouvrages.

    Type: Comic L'acheter sur BD fugue Genre: Super héros
    Noel arrive. Et si la magie de Noel existe, c'est pour permettre d'offrir (ou de s'offrir) des ouvrages de ce genre... dans la mesure ou vous en trouvez encores de disponibles bien sur.... Car cette critique va bien uniquement parler de l'ouvrage lui meme et non de ce qu'il y a à l'intérieur.  En effet Urban sort en Limited edition les 3 albums suivants :
    The Curse of the wight Night : https://www.1001bd.com/index.php?/ecriturecritiques/batman-curse-of-the-white-knight-edition-nb-r244/
    Doomsday clock : https://www.1001bd.com/index.php?/ecriturecritiques/doomsday-clock-r331/
     
     
    Batman : Last knight on Earth : https://www.1001bd.com/index.php?/ecriturecritiques/batman-last-knight-on-earth-r38/
    Je vous laisse jeter un coup d'oeil aux critiques pour vous faire une idée. Je parlerais ici du contenant. Du superbe contenant. Car le tout est superbe. Papier super épais, couverture orignal pour l'occasion, reliuire toilée, marque page et surtout des dimensions gigantesques. J'étais legerement sceptique sur ces dernières mesures. En effet tous les dessins ne s'adaptent pas forcement à un grand format. On peut le voir d'ailleurs sur les agrandissements de la partie consacrée à Von Freeze. En effet la partie de Klaus Janson passe un peu moins bien en grand format. Donne un peu l'effet Zoom dont j'avais peur (d'ou ma demi étoile en moins). Mais Heureusement ce qu'un petit chapitre.
    Mais pour ce qui est des dessins de Sean Murphy.... fiouuuu. ..On voit tout de suite que Murphy travaille de base sur des grandes planches. Les détails qui apparaissent en plus sont légions ! On se rend compte du travail apporté  par Murphy à ses personnages encore plus que dans la version noir et blanc. Le plaisir de lecture est démultiplié tellement on prend le temps de disséquer chaque page .... La lecture se fait plus longue mais plus immersive.
    Niveau contenu supplémentaire, ne vous attendez pas à 250 pages de plus, ce n'est pas le propos. Ici on met l'accent sur le dessin de Murphy. On a donc droit, en plus de la prmeiere page numéroté à la main, à de sublimes  illustrations de chacun des personnages principaux et d'une partie du story board. En pleine page....... 

     
    Bref il ne reste plus qu'à parler du prix... Car oui un objet comme celui la à un coup. 49 pour le Last night on Earth, 59 pour ce Curse of the White night et 69 pour le Doomsday (le prix dependant du nombre de pages bien sur)
    Je trouve l'idée d'Urban intelligente en offrant 3 tomes pour 3 tailles de bourse. Apres est-ce que cela vaux la difference de prix ? Cela depend de ce que vous recherchez. De la lecture ni plus ni moins ? Don ce cas non. Un beau cadeau ou un objet que vous adorerez regarder, re-ouvrir, feuilletez, montrez à vos enfants.... dans ce cas dépêchez vous de regarder s'il en reste.
    Pour ma part une fois celui la recu, j'ai réservé Doomsday Clock chez mon libraire... c'était le dernier..... Car oui pour que ces éditions de luxe soit "rentables" pour le lecteur, elles sont limitées. 1500 par histoire... et je pense que beaucoups sont deja parties...
    Bonnes chassent !
     

    The_PoP
    Scenariste: Hubert Dessinateur: Bertrand Gatignol Coloriste: Betrand Gatignol Editeur: Soleil Note: 4.0
    Résumé:

    Bragante, dite Première-née, âgée et affaiblie, décide de révéler à sa petite-fille la vérité sur son histoire. Elle voua une passion aux livres, et ressentit très tôt l'angoisse de donner la vie. Son statut d'aînée la chargera de l'éducation des derniers-nés, mais ne la protégera pas du plus vaillant à qui son père, le roi, l'a promise. D'aînée, elle deviendra reine, sombrant dans l'aveuglement.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Fantasy
    Tout d'abord je tiens à saluer la mémoire d'Hubert, le scénariste talentueux des Ogres Dieux, cette fresque gigantesque de fantasy à la française qu'il avait imaginée avec Bertrand Gatignol. Son travail avait également été remarqué récemment sur Le Boiseleur ou Peau d'homme. Tristesse d'une année 2020 qui n'en finit pas de nous porter son lot de drames et de malheurs. 
    Cette chronique a été réalisée à partir du pdf. Il peut exister des différences d'appréciations visuelles avec le format papier. 
    Ce tome 4 donc, qu'il avait finit avant sa mort vient rajouter une pierre à l'édifice titanesque de cette grande fresque qu'ils avaient imaginés. Toujours aussi créatifs, et parvenant encore une fois à nous proposer un regard sur une actualité brûlante à travers leur société moyen âgeuse fantastique, les deux auteurs nous livrent encore une oeuvre complète et remarquable qui ne vous laissera pas indifférent. 
    Pourquoi n'ai-je donc mis que 4 étoiles me direz-vous ? Par caprice d'enfant trop gâté est probablement la meilleure réponse. On a une quantité phénoménale de très belles sorties en ce moment, et il faut reconnaitre qu'une fois refermé ce magnifique ouvrage, je crois bien que je n'aurais jamais trop envie de le relire. C'est noir, très noir, et je ne parle pas là de la mise en couleur. Et finalement depuis que j'ai les 3 premiers tomes dans ma bibliothèque je n'ai pas eu le désir de les relire. 
    Cela n'est pas nécessaire pour apprécier une grande oeuvre qui marque me direz-vous. Certes. Mais la question qui m'est venue à la rédaction de cette chronique est de savoir si ce tome m'apportait quelque chose à cette fresque ? Malheureusement, pour moi non, certes les problématiques abordées ici sont majeures et essentielles, mais elles le sont à travers un personnage qui fait déjà partie du passé de cette histoire. D'un point de vue narratif, il nous manque donc je trouve de l'incertitude. De plus, un tome consacré essentiellement à un personnage d'Ogre majeur nous prive d'une bonne part de sympathie pour notre personnage principal. Dommage donc. 
    Vous me direz que dans cette chronique je me concentre essentiellement sur l"histoire, c'est vrai. Mais c'est tout simplement car pour ceux qui ont lu les 3 premiers, il n'y a rien à dire sur le travail fourni par Bertrand Gatignol. C'est magnifique, comme d'habitude. 
    Oui les Ogres Dieux est et reste une oeuvre majeure, et ce tome est très bon. J'y ai cependant moins pris de plaisir de lecture du dimanche, même ou peut être plus simplement parce que les réflexions poussées par cet opus me semblent être les plus abouties des 4 tomes. 
    Pour les afficionados de la série, ce tome est de toute façon nécessaire. Pour les autres, il est une aussi bonne entrée en matière que les 3 précédents pour découvrir un travail hors normes.
     
     

    Nickad

    Baltzar - La guerre dans le sang tome 7

    Par Nickad, dans Critiques

    Scenariste: Nakajima Michitsune Dessinateur: Nakajima Michitsune Editeur: Meian Note: 4.5
    Résumé:

    Liebknecht conduit Baltzar à une entrevue secrète avec l'Impératrice et le prince Theodore. Le voeu le plus cher de la souveraine étant de rapprocher leurs trois pays, celle-ci compte marier chaque prince du Baselland à une princesse d'un pays voisin. Elle demande donc à Baltzar de persuader le prince August d'épouser une jeune princesse d'Erzreich. Une mission presque impossible, surtout que Baltzar est surveillé de près par les deux jeunes espions du Chef d'État-Major.

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Guerre
    Au 19eme siècle, en Europe, l’état militariste du WEIβEN décide d’envoyer le commandant Baltzar dans l’état voisin du Baselland afin de les aider à réformer leur système militaire et rattraper leur retard technologique. Il se retrouve dans une école militaire à devoir enseigner à de futurs officiers mais surtout à déterminer la situation exacte du pays allié.

    Il va se retrouver au cœur de relations politiques, que ce soit au Baselland ou dans son propre pays, il va très vitre comprendre qu’il y a des manigances un peu partout et découvrir que les vrais ennemis ne sont pas toujours ceux que l’on croit.

    Entre son devoir envers son pays et son attachement à ses élèves, Baltzar va devoir prendre des décisions sans savoir à qui se fier. Il est cependant obligé d’obéir aux ordres et se retrouve éloigné de l’école.

    Même si parfois il y a pas mal de texte afin de comprendre toute la situation entre les différents protagonistes, l’histoire est bien menée et ne manque de rebondissements. L’action se déroule sur plusieurs niveaux : école, politique, champs de guerre, complots, relations avec les civils… Un univers complet et riche qui ne manque pas d’intérêt et qui donne envie de connaître la suite !


    poseidon2

    Gannibal t2

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Ninomiya Masaki Dessinateur: Ninomiya Masaki Editeur: Meian Note: 4.5
    Résumé:

    "Ma fille m'a vu tuer quelqu'un". Le policier Daigo Agawa suspecte des cas de cannibalisme à Kuge, village de montagne reculé où il a été détaché. Cependant, son enquête le forcera à faire face à son propre passé. Qu'a-t-il bien pu se passer entre lui et sa fille ? S'épanouira-t-elle dans ce village paisible... ?

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Thriller
    Ninomiya Masaki est fort. Très fort.  Le premier était surprenant car hyper prenant malgré un genre que je n’apprécie pas forcement. J'avais un peu peur que la suite ne soit qu'une redite avec d'autre truc sur nos cannibales. Mais    Ninomiya Masaki nous prend à contre pieds en amenant la police principal dans pour clore notre premier tome... et renforcer encore plus le mystère autour de cette famille dont la réputation dépasse le simple village de Kuge. 
    Ninomiya Masaki nous propose donc un semblant de retour à la normal..... Jusqu’au magnifique instant fatidique ou invariablement on se pose la question suivante : et si on avait tout faux ?????????
    Bref une gestion de l'histoire et du suspens XXL pour un manga pas si violent que ça visuellement.
    Encore !

    poseidon2
    Scenariste: Paul Levitz Dessinateur: Keith Giffen Editeur: Urban Comics Note: 3.0
    Résumé:

    Au XXXe siècle, à l'époque de la glorieuse Légion des Super-Héros, une poignée d'êtres d'ombre particulièrement agressifs se mettent en quête d'artefacts magiques et affrontent différents légionnaires aux quatre coins de la galaxie. Ces créatures sont en réalité contrôlées par un être maléfique venu tout droit du XXe siècle : le seigneur d'Apokolips, Darkseid !

    Type: Comic L'acheter sur BD fugue Genre: Super héros
    Bon je vais être très honnête, j'ai eu énormément de mal à finir de DC Confidential. Non pas parce que l'histoire est mauvaise. C'est même plutôt l'inverse. L'histoire est très prenante et tous ces nouveaux héros sont assez rafraîchissants.
    En fait j'ai eu un mal fou avec le coté 1980 de l'album. En effet c'est une époque où les comics étaient TRÈS verbeux, ou l'on ne faisait pas suffisamment confiance aux dessins pour être explicite. Il y a donc des tartine de textes, des tartines de personnages qui pense via des bulles et quand on est obligé de tout lire parce que cela concerne des personnages que l'on ne connait pas..... Ça fait bizarre. 
    On est vraiment à mi-chemin avec le roman. Ce n'est pas forcément un reproche en soit, c'est juste qu'il ne faut pas prendre ce comics comme un comics de détente. L'histoire n'est pas compliquée comme un Batman Metal mais la lecture est plus "lourde" que les comics actuels.
    Donc comme les autres DC Confidential, vous pouvez y aller. Par contre vous êtes prévenus : prenez 3h et fermez la porte.

    Nickad

    Comme sur un nuage tome 1

    Par Nickad, dans Critiques

    Scenariste: OKURA Dessinateur: Coma HASHII Editeur: Autres Editeurs/Auto editions Note: 4.0
    Résumé:

    Dai Noshiro, adolescent de 17 ans, vient de débarquer dans un nouveau lycée. Plutôt jovial et ouvert, il n'a aucun mal à s'intégrer dans ce nouvel environnement. Mais très vite, il remarque que dans sa nouvelle classe, un élève est mis de côté : un certain Kô Sanada. La rumeur raconte en effet qu'il est gay et personne n'ose l'approcher. Mais Noshiro, refusant l'injustice, décide d'essayer d'en faire son ami...

    Autres informations: Edition AKATA
    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Tranche de vie
    Les éditions Akata nous ont habitués ces dernières années à faire des choix éditoriaux sortant des sentiers battus. Elles se sont engagées dans la diversité, abordant des thèmes de couples homosexuels (sans entrer dans le yaoi), de handicap, de différence dans un sens large. De nombreux titres ont remportés ainsi des tournois manga.

    Comme sur un nuage met en scène un garçon un peu rondouillard, provincial et rempli de vie qui ne supporte pas l’injustice. Il est naïf et a un grand cœur ; ce qui va le pousser à se rapprocher d’un garçon mis à l’écart à cause d’une rumeur sur son homosexualité. Il va se retrouver confronter à des sentiments dont il ignore tout, apprendre à faire face à la différence et apprendre à la gérer.

    A travers cette histoire, les auteurs parlent de préjugés, abordent les réactions et sentiments des personnes différentes et de leur entourage, en nous indiquant également, que l’important est d’apprendre à se connaître. Le tout est traité avec beaucoup de fraicheur et de bonne humeur. A découvrir.


    poseidon2

    Le loup en slip t6

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Wilfrid Lupano Dessinateur: Mayana Itoïz / Paul Cauuet Coloriste: Mayana Itoïz / Paul Cauuet Editeur: Dargaud Note: 4.5
    Résumé:

     Le Loup a le moral au fond du slip. De retour de vacances, il constate que la mode est au slip Dulou®. Partout dans la forêt, on arbore fièrement son slip qu'il aime tant. Le Loup se sent lésé : normalement, il est le seul à le porter. Mais là, avec ces slips à rayures qui fleurissent dans la nature... il a l'impression d'avoir perdu son identité. C'est décidé, on ne l'y prendra plus ! Le Loup se débarrasse du slip : plutôt se les geler que de porter ce slip rayé. Mais le Loup sans slip... est-il encore le Loup ? Et que devient le slip du Loup... sans Loup ? Sous couvert de la mode du slip, Wilfrid Lupano et Mayana Itoïz abordent avec maestria les dérives de la société de consommation, le sentiment d'appartenance et le développement de la personnalité. Une aventure jubilatoire et raisonnée, pour les petits et leurs aînés.

    Type: Livre pour enfants L'acheter sur BD fugue Genre: Humour
    Ça risque de vous paraître bizarre mais... j'ai plus apprécié la lecture de ce tome 6 du Loup en slip que de son pendant des vieux fourneaux. Je trouve que ce loup en slip laisse encore énormément de libertés à Lupano.
    C'est plein de second degré, plein de clin d’œil, un peu de morale (mais pas trop), plein de bonne humeur. Chaque grande planche recèle de petits dessins et de petites blagues qui font que l'on s'amuse à chercher.
    Cette fois ce sont les références au merchandising et aux publicités avec le slip du loup honteusement copié... par le même, toujours ! Le vile mangeur et vendeur de noisettes. 
    Bref on s'amuse, on rigole et on a en bonus deux planches des vieux fourneaux qui sont peut-être les deux plus amusantes lues depuis un petit moment....
    Bref : encore du loup en slip s'il vous plait !

    The_PoP
    Scenariste: Laurent Frédéric Bollée Dessinateur: Philippe Aymond Coloriste: Didier Ray Editeur: Le Lombard Note: 3.0
    Résumé:

    Le commando Caïman est encore traumatisé par sa dernière mission. Mais une nouvelle menace vient d'apparaître. Un criminel insaisissable assassine tous leurs anciens ennemis. Et ce nouvel adversaire semble préparer une opération d'envergure liée à la conquête spatiale. L'heure n'est plus au chagrin et aux plaies que l'on panse. Les survivants du commando Caïman doivent se réunir à nouveau.

    Autres informations: James Bond Style
    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Aventure
    Ah c'est sûr qu'un Bruno Brazil juste après un Thorgal, ça fleure bon les années 80 chez Le Lombard cet automne. Et si côté Thorgal on nous livre une aventure qui a évolué, côté nouvelles aventures de Bruno Brzail, on se rapproche plus de la BD hommage. Hommage aux James Bond, hommage aux Bob Morane, mais que ce soit au scénario ou au dessin, on nage en plein parmi ces références là. : bases secrètes dans la jungle, conquêtes spatiales, relations troubles entre agents, super méchant, scènes d'actions, on a la panoplie presque complète. La colorisation et le dessin soigné de Philippe Aymond font honneur sans les dénaturer aux personnages imaginés à l'époque par Greg et Vance. 
    Là où le premier Bruno Brazil m'avait semblé trop classique et sans vrai identité, ce second tome nous amène à l'essentiel. L'intrigue avance beaucoup, on voyage, on se divertit. Et c'est déjà bien.

    poseidon2

    Kingdom of knowledge t1

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Serina Oda Dessinateur: Serina Oda Editeur: Kana Note: 4.0
    Résumé:

    Fei et Hui sont des créatures de petite taille, aux oreilles pointues, possédant une grande intelligence. Leur peuple a la particularité d'être le seul capable de déchiffrer les écrits anciens retrouvés dans les ruines d'une civilisation perdue. Fei et Hui ont grandi reclus dans la bibliothèque, traduisant sans relâche ces précieux textes pour le compte de l'Empire, qui espère en faire une arme contre les attaques de monstres auxquelles il fait face. Car le savoir, c'est le pouvoir ! L'empire avait promis la liberté aux gnomes, une fois tous les textes traduits. Mais ce jour arrivé, la bibliothèque est incendiée et les petits traducteurs sont massacrés ! Car le pouvoir ne se partage pas ! Fei, l'unique survivant, s'engage alors sur le chemin de la vengeance ! Son objectif : détruire l'Empire en utilisant le savoir qu'il a acquis notamment en ingénieuses stratégies militaires !

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Fantastique
    Nouvelle série de chez Kana avec une série résolument fantastique et globalement très innovante. En effet on est ici dans un monde d’après...mais vraiment d’après. Un monde ou les humains ont tout oublié et où ils se servent de gnomes pour traduire des ouvrages qu’ils ne comprennent pas et donc gagner en puissance. L'humain étant fourbe de nature (merci bien ça fait plaisir), il exploite les gnomes innocents.
    Déjà ce principe d'éducation par les livres c'est assez innovant. Ça ressemble un peu, façon manga, au Culte de Mars en BD. Dans l'idée. Ensuite l'aspect volontairement violent de certaines scènes est bien pensée car elle ramène notre histoire à sa "période" de chevalerie guerrière pour nous montrer que la série ambitionne d’être un pont entre de la littérature connue et un univers fantastique. 
    Si l'idée est bonne et bien mise en avant lors de bataille ce qui fait de ce numéro 1 un bon premier tome, j'ai un peu peur que l'on se limite à de la littérature japonaise là où il serait intéressant de reprendre des techniques de batailles de Napoléon,  d'espionnage de Churchill ou encore de siège par je ne sais quel roi anglais.
    Mais attendons de voir comme cela évolue dans les tomes suivants. Pour l'instant c'est bien sympa.

    VladNirky
    Scenariste: Lewis Trondheim / Joann Sfar Dessinateur: David B. Coloriste: Walter Editeur: Delcourt Note: 5.0
    Résumé:

    Le Gardien se réveille sous terre, cadavre parmi les cadavres, au côté de l'amour de sa vie, Alexandra. Il est maître de ses pensées mais pas de ses mouvements ni de sa mémoire, qui semble lui faire défaut. Où sont-ils ? Pourquoi une voix qui ressemble étrangement à celle de Marvin les obligent à la suivre ? Et pourquoi doivent-ils attaquer Herbert ?

    Autres informations: Vlad admiratif et surpris.
    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Fantasy
    Bon, à titre personnel, j'ai du mal avec les dessins de David B. Et le 1er contact, ce sont les dessins. L'album ne fera pas exception, même s'ils sont au final très adaptés à l'histoire. Ils sont surtout constitués des personnages (pour la plupart mort du coup), et de quelques décors. Sur la majeure partie de l'album, il n'y a pas de décor. C'est difficile à lire dans un premier temps.
    Par contre on y trouvera aussi des doubles planches formant une fresque de grande envergure, et particulièrement réussie et coloré. C'est, à mon souvenir, unique dans la série. Et même si le début de lecture est compliqué... Mais pourquoi je lis ? Ça n'a rien à voir avec un Donjon non ? Ca va être long ? J'en suis à quelle page ? C'est loin l’Amérique ?.... et pourtant... Soudain, au bout de quelques pages... L'intérêt saute aux yeux. Une petite lumière s'allume et on a soudain très envie de lire l'album, d'une traite. A grande vitesse. Pour voir ce qui va en découler et où les auteurs nous emmènent. Dès qu'on réalise ça... Le pari des auteurs est gagné.
    Très souvent (chez moi au moins), l'intérêt du scénario prend le dessus (quand il est réussi bien sûr) sur le dessin, et sur ce point, ce n'est pas négociable: le scénario est en béton, et en contre coup... le dessin adapté. A se demander si le scénario n'a d'ailleurs pas complètement été fait sur mesure pour le dessinateur. N'ayant pas cette information, je vais m'autoriser à penser que c'est bien le cas.
    L'histoire se révèle excellente. Bien ficelé. Jouant sur plusieurs tableaux. L'album est au niveau 79, donc en fin de Zénith, mais pas encore dans le Crépuscule qu'on connaît. Il va combler quelques vides importants dans la fresque globale de l'histoire du Donjon et de Terra Amata, et il serait difficile d'en parler plus sans spoiler, donc je vais m'abstenir mais c'est une des périodes cruciales. La transition entre le Zénith et le Crépuscule. Le deuil d'une époque de lumière pour aller vers les ténèbres non ? Et sincèrement, un album manquait à ce carrefour.
    Ensuite l'album, dans sa construction est complètement original. On découvre des personnages presque inconnus au départ, au bout de quelques cases on recolle les bouts comme les personnages recollent les morceaux et à partir de là on est embarqué dans l'histoire. Dès qu'on commence à réaliser ou l'on va, de qui on parle, de ce qui va se passer... On est pieds et poings liés jusqu'à la dernière case. Et on s'en rend compte petit à petit, et la lecture défile à tout allure. Ce mécanisme est vraiment un des points forts également.
    L’album arrivera également à tirer quelques larmes du lecteur attaché à Donjon car les évènements d'ici implique, certes, des évènements qu'on connaissaient, mais, il met surtout le doigt dessus. Avec émotion. L'émotion survient quand on s'en rend compte (et sur la fin également). Car ce sont des personnages fondateurs du Donjon que l'on recroise ici. On peut même se dire que le Donjon Zénith 8, en sa mémoire, paru en même temps, fait par son titre au moins, écho, en quelque sorte, à celui ci (dans ce Donjon, je ne crois plus au hasard).
    Donc.... C'est très réussi et ça fonctionne totalement.
    Malgré toutes ses années, et ses 41 tomes principaux (au moment au j'écris ces lignes) le Donjon révèle à nouveau un tome original, très bien réalisé, avec une construction atypique que je trouve particulièrement brillante. A ne pas louper. Même si vous n'appréciez pas le style des dessins aux premiers abords, ce serait dommage de ce privé d'un bijou Donjonesque.
    PS: du coup il manque, au lecteur que je suis, un autre épisode important quelques tomes en amont de celui ci. Une fois l'album lu vous verrez très bien à quoi je fais allusion... Mais je pense qu'on l'aura dans quelques temps. 🙂

    poseidon2

    Inhumains

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Valérie Mangin / Denis Bajram Dessinateur: Thibaud De Rochebrune Coloriste: Thibaud De Rochebrune Editeur: Dupuis Note: 4.0
    Résumé:

    Dans un moment de folie, un petit vaisseau spatial en mission d'exploration s'écrase sur une planète océan inconnue. Heureusement des sortes de pieuvres géantes aident les cinq rescapés à remonter à la surface et à rejoindre la seule île à l'horizon. À leur grande surprise, ils sont accueillis sur le rivage par des humains aussi primitifs que bienveillants. Si ces hommes et femmes au sourire figé se révèlent être cannibales, le plus inquiétant reste leur totale docilité. Les naufragés sont-ils condamnés eux aussi à se soumettre à la volonté du mystérieux Grand Tout ? "Inhumain" marque le grand retour au scénario de science-fiction de Valérie Mangin et Denis Bajram. En maître du genre, le couple explore à la fois les entrailles d'un monde mystérieux et les tréfonds de l'âme humaine. Ce récit surprenant et spectaculaire permet au dessin de Thibaud de Rochebrune de se déployer avec sensibilité et vertige. Entre récit addictif et fable philosophique, "Inhumain" questionne notre humanité : la souffrance est-elle forcément le prix de la liberté ?

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Science Fiction
    Je dépile ma pile de honte durant cette fin d'année "confinée" et je me suis arrêté sur Inhumains dont j'avais entendu beaucoup de bien. Je l'ai acheté les yeux fermés pour les auteurs et pour la SF. Et bien.... je n'aurais pas du l'acheter pour ces raisons la 🙂 
    En effet pour moi Bajram et Mangin c'est de la grande science fiction. Du space opera comme on en lit peu avec des titres comme le Fleau des dieux, Universal war ou encore le dernier troyen. Et la on a une SF très intimiste. A mis chemin entre un huit clos angoissant et de la science fiction philosophique. Alors attention je ne dis pas que ce n'est pas bien, loin de la. Je dis juste que je n'ai pas acheté cette album pour les bonnes raisons. Que vous ne fassiez pas de même. 
    Après pou ce qui est du récit lui même, il est vraiment très bon. Ce "grand tout", même si l'explication est un peu évidente à mon gout, et cette histoire de "colonisation" est vraiment bien pensée. Dur de ne pas trop en dire mais l'idée du couple Mangin/Bajram est bonne et bien réfléchie. Et surtout elle est poussée jusqu'au bout avec une fin qui ne se veut pas la pour plaire aux espérances du lecteurs mais bien pour rester dans une logique "réaliste".  Cette histoire offre une réflexion sur l'humanité et sa volonté de libre arbitre.
    Une vraie bonne lecture porté par un dessin très sympa.

    Nickad

    Le puissant dragon vegan tome 2

    Par Nickad, dans Critiques

    Scenariste: ENOMOTO Kaisei Dessinateur: MURO Koichi Editeur: Soleil Note: 3.0
    Résumé:

    Il est le "Dieu-dragon" , respecté et craint des homes, et pourtant... il est le plus couard des sauriens ! Terré dans sa caverne à brouter de l'herbe, il va être sorti de sa torpeur par Reiko, pourtant élevée pour servir de sacrifice au dragon pour vaincre le Roi démon. Ne manquant pas d'aplomb, elle va lui mener la vie dure pour qu'il l'aide à vaincre les créatures qui menacent son village !

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Fantastique
    Avec le début de la collection Fantasy chez Soleil, il y a eu la sortie de plusieurs titres ayant un dragon pour personnage principal. A chaque fois, il est montré de façon différente, il y a celui qui se cherche un appartement, celui qui va devenir fan du ménage et celui qui est vegan. Le dragon ici, est donc loin de son univers classique de puissance, de dangerosité, de créature magique solitaire et inapprochable. L’objectif est de le présenter dans son contexte quotidien avec ses petits tracas, tel un humain.

    Notre dragon vegan, vivait tranquillement dans sa grotte, il sortait pour la cueillette et les promenades dans la nature, suite à la méconnaissance des humains à son sujet, il se retrouve affublé d’une petite esclave surpuissante et un peu déjantée qui voue un culte au dragon démoniaque qu’il est censé être. De quiproquos en quiproquos, le voilà contraint d’aller se battre pour affronter les forces du mal.

    Le concept est original et le caractère des personnages bien choisi, ce duo improbable et intéressant fonctionne. Il manque cependant un je-ne-sais-quoi qui permettrai à l’histoire d’être passionnante, certes le manga est sympathique, c’est une bonne distraction mais il ne laisse pas une trace indélébile au point que je n’ai même pas retenu le nom des personnages.

    Les prochains tomes permettront peut-être l’épanouissement de l’histoire.


    VladNirky
    Scenariste: Lewis Trondheim / Joann Sfar Dessinateur: Boulet Coloriste: Boulet Editeur: Delcourt Note: 4.5
    Résumé:

    Selon la tradition draconiste, Herbert de Vaucanson est officiellement mandaté par Marvin pour aller voir sa mère et lui annoncer ses fiançailles avec Pirzuine. Sur place, il découvre son assassinat. Pour éviter un bain de sang, le vaillant canard réussira-t-il à trouver le coupable avant l'arrivée de Marvin, sans se mettre à dos les susceptibles dragons qui habitent le village ?

    Autres informations: Donjon Monster 13 vient de sortir aussi!
    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Fantasy
    Il y a bien longtemps qu'on avait pas vu un Donjon Zénith! D'ailleurs wiki me dit que que le tome 7 était sorti début 2020. Ah bah non, ce n'est pas si vieux. Enfin pas en terme de BD. En tout cas, je suis super content de celui là (le dernier me parait si lointain, ou alors c'est l’ambiance lourde de ces derniers mois qui fait que je suis content de ma lecture, il est possible que cela y participe, mais non, c'est parce qu'il est bon et drôle). Quoi qu'il en soit, lecteur régulier de Donjon, ou occasionnel, et même non lecteur, apprend que ce tome est très bon! Que tu ne devrais pas être déçu et conserver le sourire après ta lecture. Pour peu que tu accroches un peu à la série, ça me semble inévitable. Et l'album est très très bon sur plusieurs points.
    Parlons dessin!
    Déjà il est joyeux dans la tristesse! Si tu as lu le résumé, tu sais que que l'histoire prend place suite à l'assassinat de la mère de Marvin. Ce qui est triste quelque part, mais la tournure de l'histoire va passer des évènements sérieux à de très bons moments. Du comique de situation dans le monde du Donjon période Zénith. La période solaire du Donjon qui compte principalement des tomes d'aventure dans un monde proche du Donjon et Dragon de mon enfance mais le tout dans un univers qui ne se prend pas au sérieux.
    Le dessin de Boulet (qui a repris le dessin de Donjon Zénith à partir du tome 5) est très chouette. C'est lumineux, c'est très expressif, c'est bourré de détail, ça reste dans le style Donjon assez épuré quelque part. On est loin d'un style de dessin réaliste et pourtant c'est très vivant et réaliste. Ok je me rends bien compte que je me contre dit. Mais ça reste réaliste pour de l'héroïc fantasy Donjonesque. Souvenez vous des premiers Zénith et comment ils étaient très stylisés. Vous voyez ce que je veux dire ?
    En tout cas, c'est totalement en symbiose avec le scénario. Du coup c'est génial que les expressions des personnages soient aussi bien rendus sur des petits détail de la planche. Un haussement de sourcil. Une position des yeux... Cela participe vraiment à l'immersion.
    Regardons ensuite le scénario!
    C'est fin, c'est bien ficelé, malin, intéressant difficile de demander plus en fait... L'histoire est très fluide et bien fichue, je ne trouve pas d'autres mots. Les auteurs vont nous emmener au fil des planches de qui pro quo en malentendus, avec les évènements hasardeux donjonesque tels qu'on les rencontre dans la série et le tout avec beaucoup humour d'une situation à l'autre. Et même si on est quelque part, en huis clos. Car de la tribu Donjon Zénith, on ne trouvera ici qu'Herbert et Marvin. On fera néanmoins la connaissance de personnages nouveaux dans Donjon Zénith, mais qu'on retrouvera aussi, dans la suite chronologique à travers les albums parus précédemment (j''adore cette phrase, très peu de série permettent de la placer!). Si vous connaissez Donjon, vous devinerez sans doute de quoi je parle. Mais c'est difficile d'en parler franchement sans spoilers.
    En conclusion...
    En tout cas, je me suis bien marré. C'est avec un plaisir non dissimulé que j'ai retrouvé, ici, mes compères habituels de Zénith et de Donjon dans une excellente pièce de théatre. Une espèce de retour aux sources quelque part, même si on reste en huis clos et qu'il y a peu de personnages principaux.
    Qu'on appel Zongo et qu'on m'apporte un poulet pour le clamer au monde: les auteurs sont de retour, le Donjon aussi, et le tout dans une très grande qualité d'écriture et de réalisation. C'est donc une réussite totale! Vite la suite! Je vais aller le relire de suite je crois. 🙂

    alx23
    Scenariste: Brian K. Vaughan Dessinateur: Charlie Adlard & Marcos Martin Editeur: Delcourt Note: 4.0
    Résumé:

    Alors que l'épidémie explose aux Etats-Unis, et que Rick Grimes tente de retrouver sa famille et de se construire un avenir, son frère - Jeffrey - se trouve en Europe, à Barcelone, plus exactement. Il va devoir tenter de survivre, aidée de Claudia, une jeune catalane qui a très vite pris la mesure des événements dramatiques auxquels ils sont confrontés. Ce récit est complété par un sketchbook.

    Type: Comic L'acheter sur BD fugue Genre: Fantastique
    La série Walking dead se terminait avec l'épilogue du tome 33, avec la conclusion sur l'histoire de Rick Grimes et des derniers survivants de l'apocalypse zombie. Aujourd'hui, Brian K. Vaughan reprend le flambeau à la suite de Robert Kirkman avec deux récits courts d'une trentaine de pages. La première histoire revient sur Negan comme son titre l'annonce. On retrouve le violent Negan dans ce monde dévasté et peuplé de cadavres ambulants. Il fait face à ses démons suite à tous ses actes atroces qu'il a fait pour survivre. La seconde histoire nous présente des personnages inconnus des lecteurs puisque l’histoire se déroule Espagne. Le scénariste Vaughan est un vétéran des comics et il le prouve en écrivant des histoires intéressantes et indépendantes de Walking dead. Pour la partie graphique, Charlie Adlard réalise l’histoire sur Negan puis Marcos Martin lui succède sur l’histoire à Barcelone. Il réalise de planches de qualité en noir et blanc, avec quelques touches de rouges pour renforcer la gravité de la situation 
    Les amateurs de Walking dead seront comblés de retrouver l’univers de cette série culte avec un nouveau scénariste aux commandes pour ce one shot. Ce tome était programmé pour le 12 novembre et devrait être disponible à partir de mercredi.

    poseidon2

    Nyankees t4

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Okada Atsushi Dessinateur: Okada Atsushi Editeur: Doki-Doki Note: 3.5
    Résumé:

    50% chats - 50% furyô - 100 teigneux ! Quand des matous se retrouvent tous dans un mystérieux hangar, c'est qu'il y a de la baston dans l'air !Mais cette fois, c'est vraiment chaud pour ryûsei et ses potes ! La situation est-elle désespérée ?

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Action
    Bam prend toi un coup de griffe. Et bim un coup de coussinet mal placé !! 
    C'est fou comme avec un résumé aussi pauvre ont réussi à faire 4 tomes. 4 tomes ou l'on ne réfléchit pas c'est sûr c'est 4 tomes qui se lisent agréablement... Celui la autant que les autres. On a nos 3 "matous spéciaux" qui se retrouvent pris au piège autant que nos héros. Et ce par une éminence grise..... Bon ok c'est encore un prétexte à une grosse baston. 
    Et ça défoule encore... mais pendant combien de temps ? Tel est la vraie question. Là c'est encore drôle mais on se dit, en reposant ce tome 4 : pourquoi ne pas juste relire le premier pour avoir des combats de chats ? Bref on a perdu de vue l'histoire du balafré pour enchaîner les bastons.
    Il serait grand temps de reprendre l'avancée du semblant d'histoire que l'on a depuis le début.....

    poseidon2
    Scenariste: Wilfrid Lupano Dessinateur: Paul Cauuet Coloriste: Paul Cauuet Editeur: Dargaud Note: 3.5
    Résumé:

    Les Vieux Fourneaux raconte les aventures de trois septuagénaires, amis depuis leur plus tendre enfance: Antoine, Emile et Pierrot. Chacun a suivi sa route, chacun a fait ses choix, chacun a fondé (ou pas) une famille. Séquelles, souvenirs, fragments de vies (presque) passées. Il reste pourtant à ces trois-là de belles choses à vivre, et une solide amitié chevillée au corps. Les Vieux Fourneaux, à travers d'incessants va-et-vient entre les années cinquante et les années 2010, raconte sur un mode tragi-comique notre époque, ses bouleversements sociaux, politiques et culturels, ses périodes de crise.

    Autres informations: Sophie revient !
    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Humour
    Wilfried Lupano est un des auteurs aillant les idées les plus innovantes de la BD actuelle. Ca personne ne peux me contredire. Chacune de ses débuts de série est un véritable évènement en soit. 
    Par contre j'en viens à me demander si poursuivre les séries sur le long terme est un truc qui le titille autant qu'en créer de nouvelle. Enfin c'est ce qui découle des vieux fourneaux depuis quelques tomes. C'est toujours sympa à lire, ne vous y trompez pas. Comme une vieille série que l'on aime feuilleter pour retrouver ses personnages favoris. Mais il manque l'étincelle du début.  Celle qui vous fait sourire de bon cœur. Celle qui provoque un rire sur une blague qu’on n’attendait pas. 
    Et je pense qu'en se focalisant sur les "vieux" et en oubliant la jeune, Lupano a supprimé le chaînon nous reliant à l'étincelle. C'est cette dualité jeunesse/vieillesse qui avait rendu les premiers tomes aussi croustillants. Les meilleures répliques (dont la mémorable tirade sur les vieux sur une aire d'autoroute) sont celles de Sophie. Et de tous les albums. Pourquoi ? Et bien parce qu'elle ramène un peu nos papys sur terre. 
    Et Sophie manque dans cet album comme dans le précédent. Donc nos papys font comme d'habitude : du ni yeux ni maître,  de la prise de conscience sur le tard, du bon sentiment....
    Donc c'est sympa sans aucun doute. Mais c'est plus passé de la pépite qui fait rire toute le monde à la BD qu'on offre à papa à noël parce qu'il a les premiers.

    Nickad

    L'imprimerie des sorcieres tome 4

    Par Nickad, dans Critiques

    Scenariste: MOCHINCHI Dessinateur: MIYAMA Yasuhiro Editeur: Soleil Note: 3.5
    Résumé:

    À défaut de pouvoirs magiques, la jeune Mika va devoir puiser dans ses ressources personnelles et, par ses propres moyens, trouver une façon de quitter cet univers de fantasy pour retourner dans notre monde ! Après avoir atterri dans un univers où tout le monde possède des talents de sorcellerie, Mika, jeune humaine, devient imprimeuse de livres magiques. À défaut de pouvoirs, elle sait reproduire les documents permettant de créer les grimoires. En plus de faire fructifier son business avec une poigne de fer, elle espère secrètement trouver parmi tous ces sorts, celui qui la ramènera dans notre monde.

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Fantasy
    L’imprimerie des sorcières se déroule au cœur d’un univers d’heroic fantasy et relate les péripéties d’une petite imprimerie qui décide d’organiser des grandes conventions : le magic market !
    Mika, originaire de notre monde (et oui, encore un isekai, bien que le côté monde d’origine ne soit pas très marqué) doit faire face aux contraintes quotidiennes de son imprimerie (trouver des clients, des matériaux…) et en plus, décide de mettre en place une grande réunion de magiciens afin de trouver une formule qui pourrait la ramener chez elle.
    Si l’histoire au travers des volumes déjà sortis est assez redondante (vie de l’imprimerie, aléas du métier…), elle n’est pas ennuyante du tout, vu qu’elle est parsemée de petites anecdotes amusantes. L’univers choisi permet de créer autant de personnages originaux que l’on souhaite dont certains font référence à des héros d’autres mangas et autant de magies plus ou moins loufoques. En plus l’édition Soleil a fait une traduction adaptée au public français, la guilde principale s’appelle Delcort, et ses concurrentes, Piku, Kano ou encore Glénut !!
    Dans ce 4eme opus, le magic market est annulé et remplacé par un grand tournoi de combattants, Mika se retrouve à devoir rembourser les participants du magic market, sans un sou, elle fuit et se retrouve malgré elle embarquée dans le tournoi.
    Ce qui fait le charme de ce manga c’est à la fois, la richesse des inventions magiques mais aussi tous les petits clins d’œil au monde du manga. Une lecture distrayante et amusante, pour tout âge.

    poseidon2

    Sheid t1

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Philippe Pellet Dessinateur: Philippe Pellet Coloriste: Philippe Pellet Editeur: Drakoo Note: 4.5
    Résumé:

    Sheid, vétéran rescapé des légions de l'empire, parcourt les airs sur son navire volant avec Uthan, un bien étrange compagnon venu du fond des âges. Exploitant ce que lui ont appris ses années de guerre, il survit de contrebandes et de contrats douteux. L'un d'eux va faire basculer son destin. Dans une cité écrasée de soleil, alors qu'il devait enlever un vieil archéologue, la mission dérape et le savant à l'agonie lui confie sa petite-fille, Nyl. Cette rencontre inattendue confronte le mercenaire aux sombres découvertes du vieillard sur les dangers d'un pouvoir ancestral, à nouveau exploité par une élite d'érudits. Pourchassé par la milice de l'empire et les coupeurs de gorge de son commanditaire, il devra faire des choix personnels quant à l'avenir de la jeune Nyl, et au-delà, de son monde menacé par la résurgence d'un fléau oublié. Philippe Pellet, dessinateur des neuf premiers tomes des Forêts d'Opale, livre ici sa première histoire en tant qu'auteur complet.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Fantastique
    Quelle surprise que ce Sheid !  Surprise graphique car ce que fait Philippe Pellet est sublime. Un gros cran au-dessus de ce qu'il a fait sur la Foret d'Opale. On est ici très proche du travail de Xavier sur Croisades. Autant dans l'ambiance que dans la qualité du dessin. Et pour moi c'est un vrai  compliment. Je ne m'attendais pas à un tel graphisme.
    Mais ce tome 1 est aussi une surprise au niveau du scénario. En effet je ne m'attendais pas du tout à une aventure dans un monde tout nouveau avec des races nouvelles, des techniques différentes des nôtres etc. Je m'attendais à une variation d’une histoire du moyen orient. En fait c'est une histoire complètement nouvelle et super prenante. 
    Absolument rien à voir avec quoi que ce soit de déjà lu. Alors on reste dans de l'aventure. On retrouve le schéma du faux mauvais garçon qui se voie, par un enchaînement super bien fais de hasard, confier par le destin une mission noble... Mais la façon dont c'"est amené, le background politique et historique sont tout neufs et rafraîchissant. 
    Les premières pages sont sublimes et vraiment intrigantes.
    Bref un super premier tome qui vient se placer dans le haut du panier des premiers tomes de chez Drakoo. Drakoo qui, pour le coup, n'a pas mentit au moment de son lancement en nous présentant des BD sur tous les styles et les histoires du domaine du fantastique.

    poseidon2

    Why Nobody remenber my world t5

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Kei Sazane Dessinateur: Arikan Editeur: Doki-Doki Note: 4.5
    Résumé:

    Pourquoi personne ne se souvient du monde d'avant ?Kai a été propulsé dans un monde réécrit où l'humanité vit sous la domination des autres races. Le jeune soldat a hérité de l'épée de Sid, le héros légendaire, et a rejoint les troupes de la Résistance humaine. Avec l'aide de Rinne, il parvient à vaincre Vanessa, l'héroïne des démons, et libère ainsi ses congénères de la menace des démons. Accompagné du commandant Jeen, leader de la Résistance qui voit en lui la lumière qui sauvera l'humanité, Kai doit à présent se préparer à affronter les héros des autres races.Un grand voyage pour mettre un terme à la Grande Guerre est sur le point de commencer !

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Fantasy
    Encore un excellent tome de cette série qui n'en finit plus de surprendre agréablement. Un tome rapide, incisif et qui évolue à 100 à l'heure !
    On avait un peu peur, dans le tome 4, que le manga s'enlise dans les gueguerres internes aux humains et dans la découverte des autres races. Et bien pas du tout. Ce tome 5 avances encore bille en tête vers une superbe confrontation dans le prochain. On garde un rythme de 3 tomes par race ! Et cela sans pour autant rogner sur les explications. 
    Graphiquement superbe, on est vraiment plongé dans cette univers et on se passionne pour ces races toutes différentes et toutes très intéressantes.
    A 3 tomes par race on peut espérer une série qui tend vers les 15 tomes. Ça serait super car pas si long que cela !
    LA série du moment chez Doki-doki !

    The_PoP
    Scenariste: Patrice Pellerin Dessinateur: Patrice Pellerin Coloriste: Patrice Pellerin Editeur: Soleil Note: 4.0
    Résumé:

    Parvenus entiers au fort de Louisbourg, l'Épervier et son équipage ne rencontrent pas l'apaisement espéré mais sont en proie aux agressions venues de tout bords ! À peine l'Épervier accoste-t-il à Louisbourg qu'il est agressé par le capitaine de Karrer. La tension de la traversée n'est pas près de s'apaiser. Cette mission royale devient chaque jour un peu plus difficile. Yann bout d'impatience d'ouvrir sa prochaine lettre de mission, ces ordres que le roi essaime tout au long du voyage pour en garantir le secret et l'issue. Quels dangers recèlent les vastes terres canadiennes inconnues du marin brestois ?

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Aventure
    Je tiens d'abord à souligner le travail titanesque abattu par l'auteur, Patrice Pellerin, sur sa série phare : l'Epervier, dont il nous livre déjà le tome 10. 10 tomes scénarisés, dessinés et colorisés tout seul. Sans compter les ouvrages parallèles à la série mère. Si l'on excepte d'ailleurs sa participation aux scénarios des 3 premiers tomes des Aigles décapités, et à deux tomes de Barbe-Rouge, il a consacré sa carrière à sa série principale jusqu'à présent. 
    L'épervier est devenu au fil du temps une des références de la BD d'aventure franco-belge historique. Mettant en scène notamment la France et la Bretagne au XVIIIème siècle dans son premier cycle (Tomes 1 à 6), puis la Nouvelle-France et les problématiques diplomatiques et coloniales à travers son second cycle (Tome 7 à 11), les intrigues se nouent et se denouent dans un contexte historique rigoureux et passionnant. On sent le soucis du détail de l'auteur, qui une fois n'est pas coutume, nous adresse en plus de la présentation de presse, quelques mots afin de nous expliquer son travail et son angle d'attaque sur ce pan d'Histoire. 
    Je me suis une nouvelle fois régalé devant ce travail admirable, ou certes l'action et l'aventure avancent à petit rythme comparées à des productions actuelles mais où chaque planche est réussie dans la tradition de la BD franco-belge. 
    Pour moi qui suis né en 87, alors que l'épervier n'est né qu'en 91, cette série reste l'une de mes madeleines de Proust qui m'a fait découvrir la BD et l'Histoire, à travers un héros plein de panache et des intrigues soignées. Et une madeleine, ça ne se refuse pas. 

    Nickad

    Tombée du ciel tome 5

    Par Nickad, dans Critiques

    Scenariste: MINAZUKI Suu Dessinateur: MINAZUKI Suu Editeur: Meian Note: 2.5
    Résumé:

    Je m'appelle Tomoki Sakurai. Le festival d'été est de retour ! Je participe à du catch avec un masque en tant que " Masque de culotte " et j'affronte mes adversaires avec mes super techniques de harcèlement sexuel ! Ce qui me tracasse ces derniers temps, c'est que je commence à trouver les créatures non identifiées vraiment mignonnes. Je dois résister à mes pulsions ! Je suis allé en voyage d'apprentissage mais une nouvelle créature non identifiée est apparue... J'en ai marre !!

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Fantastique
    Dans Tombée du ciel il y a 3 aspects majeurs : le premier concerne l’adolescence avec les premières pulsions sexuelles, le second l’évolution sentimentale des angeloïds (robots) et leur rapport aux humains et le 3eme aspect le côté science-fiction avec l’existence d’un autre monde.

    Si les deux premiers aspects sont à peu près équilibrés, l’intrique fantastique est quasiment absente de ce volume (3 pages seulement !!). Les gags sont lourds et franchement tournés vers le sexe : c’est comme si on avait un city hunter adolescent (pour le côté obsédé) mais sans l’action. Quant aux « créatures non identifiées », on ne peut que penser au manga Mahoromatic, rien de très original donc.

    Et c’est dommage, car on aimerait en savoir plus sur le monde de synapse, sur l’importance du rêve récurrent de Tomoki. Cela manque donc de consistance, et même s’il y a de l’humour, ce volume est tellement orienté « ecchi » qu’il en devient lassant.

    Et comme le disait poseidon2 dans sa chronique des 2 premiers tomes, ce manga n’est vraiment pas destiné aux parents !!


    poseidon2

    Le chateaux animaux t2

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Xavier Dorison Dessinateur: Felix Delep Coloriste: Felix Delep Editeur: Dupuis Note: 5.0
    Résumé:

    L'hiver a gagné le château. Le climat est rude pour ses habitants, d'autant que le Président Silvio continue de faire régner la terreur... Mais Miss B et ses amis, le lapin César et le rat Azélar, n'ont pas dit leur dernier mot. Baptisé "les Marguerites" , leur mouvement, continue les outrances au taureau dictateur, refusant le port de collier à grelots et exigeant la gratuité du bois pour tous les animaux. Pour être mieux entendus, ces courageux compagnons bravent le froid chaque nuit pour faire un sit-in sous les fenêtres de Silvio. Mais pour Miss B, vaincre la dictature ne peut se faire qu'en évitant le plus redoutable des pièges : la tentation de la violence. Parviendra t-elle à convaincre ses amis de résister pacifiquement ? Le défi semble bien difficile...

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Aventure
    Fiouuuu avec des adaptations comme ça... on n’a même pas envie de lire l'originale. C’est con hein. Mais quand graphiquement c'est une claque monstrueuse et quand le scénario nous prend aux tripes comme ça... ben autant en rester la
    Car c'est ce qu'on ressent sur ce tome 2 encore plus que sur le 1. Le premier c'était le début de la révolte. Là c'est la guerre et Silvio n'a vraiment pas envie de laisser son trône, peu importe ce que cela lui coûte.
    Dorison réussit encore une fois une fantastique gestion du scénario. On est très rapidement au milieu des animaux en train de faire le pied de grue sous la neige et on est aussi surpris que Miss B quand... enfin vous verrez. Les quelques parties de l'histoire ou l'on pourrait s'ennuyer sont compensée par un dessin encore une fois sublimes. Que ce soit les animaux, les expressions et les décors, il n'y a aucune fausse note dans le travail de Felix Delep.
    Ce tome deux est une tuerie. Vous le saviez surement déjà mais il est suffisamment bon pour que le redise une nouvelle fois.

    alx23

    Nobody - saison 2 tome 2 - Les loups

    Par alx23, dans Critiques

    Scenariste: Christian De Metter Dessinateur: Christian De Metter Coloriste: Christian De Metter Editeur: Soleil Note: 4.0
    Résumé:

    Cette intrigue se déroule lors des « années de plomb » en Italie. Au cœur de ce récit : l’enlèvement d’une jeune fille de la haute société romaine. Deux policiers tenteront l’impossible pour la retrouver… Dans cet épisode, Vittorio Alestra, footballeur professionnel et frère jumeau d’une star montante du foot italien, va prendre sa revanche. A priori, aucun rapport entre ces faits, et pourtant...

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Polar
    Après une excellente première saison, l'introduction de la deuxième saison ne m'avait pas complétement convaincu avec cette histoire de kidnapping dans les années 70, en Italie. Mais j'étais un peu trop rapide dans mon jugement et la preuve avec cette suite qui apporte d'autres problématiques et certaines réponses à l'histoire en attendant la conclusion avec le prochain tome. Ce nouvel épisode se concentre autour d’un joueur de foot que l'on aperçoit plusieurs fois dans le premier tome, à la Tv lors d'un match. Il y a une problématique politique importante dans l'histoire mais aussi de vengeance et de petits truands. On suit l’enquête de la police avec toute la procédure et l’enquête menée par une journaliste opportuniste. 
    La partie graphique est une fois de plus magnifique comme souvent avec De Metter, même si l'auteur aime se mettre en difficulté en changeant de style à chaque titre. Il est impossible de me pas reconnaitre l'ambiance très réaliste et très travaillée qui se dégage de cette série.
    Christian De Metter nous livre un thriller policier très prenant dans le milieu du football et de la politique. Je signale au passage que les éditions Soleil sortaient une intégrale de la première saison pour les lecteurs voulant découvrir cette série. Les histoires sont différentes d’une saison à l’autre. 
     

    poseidon2

    Kingdom 51-52

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Yasuhisa Hara Dessinateur: Yasuhisa Hara Editeur: Meian Note: 4.0
    Résumé:

    Vers une guerre d'usure plus intensive. Dans les plaines de Shukai, Ousen ordonne enfin à l'unité Hi Shin de se joindre à la bataille pour aller soutenir l'aile droite de Qin. Au paroxysme de l'affrontement, Shin part défier le général Gyôun en personne. Qui sortira victorieux de ce duel au sommet ? À Kanyou, la capitale de Qin, chacun retient son souffle dans l'attente du dénouement tandis que des nouvelles des premières lignes parviennent au palais... Voici la suite d'une guerre décidément riche en rebondissements !!

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Action
    Au vu de la bataille généralisée entre Qin et Zhao, notre auteur choisit très justement de se concentrer sur certaines batailles sur des demi-tomes pour éviter de perdre le lecteur à coup d'aller-retour. 
    Et on peut dire que c'est efficace car on se concentre ici quasi uniquement, sur les troupes d'Heki et les hommes des montagnes qui mènent une bataille acharnée contre des "cousins". Cette partie est super sympa car on est beaucoup moins dans les techniques de guerre au profit de la force brut de chacun.
    Heki, qui semblait être la uniquement pour faire des boulettes retrouve des couleurs et une vraie place de générale. C'est ce qui est très bien dans ces deux tomes: on se focalise sur des personnages "secondaires" sans que cela ne deviennent moins intéressant.
    Yasuhisa Hara prouve ici qu'il a réussi à nous faire nous intéresser à tout son univers et non pas juste à ces héros comme c'est trop souvent e cas dans les mangas. On s’intéresse même à l'intriguant Kanki qui semble... ne rien faire le bougre ! 
    Encore deux bons tomes avant... deux autres excellents à venir !

    poseidon2

    Sous la surface - coffret

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Gihef Dessinateur: Marco Dominici Coloriste: Marco Dominici Editeur: Kennes Note: 3.5
    Résumé:

    Avis au fans de thriller, le coffret du diptyque "Sous la surface" est dès à présent disponible ! Vingt-cinq ans après avoir quitté sa ville natale sans y être jamais revenue, Leah voit son passé ressurgir avec violence. Des fantômes qu'elle croyait avoir ensevelis à jamais viennent la hanter, ravivant d'anciennes blessures, et laissant planer sur le présent leur ombre oppressante. Commence alors un jeu cruel, dont Leah ne maîtrise pas les règles, et qui la précipite au coeur d'une toile complexe, faite de faux-semblants, de pièges retors et de secrets inavouables. Drames, histoires d'amour brisées et trahisons deviennent l'épicentre d'un ouragan, celui qui dévaste l'existence de chaque personnage et remue, sous la surface, les eaux troubles du pouvoir, à Washington...

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Thriller
    Hey c'est bientôt noël ! Enfin à ce qu'il parait. Et avec les élections américaines à rebondissement que l'on a eu et qui nous ont tenues en haleine, ce coffret ferait un super cadeau de noël pour tout fan de thriller politique. On retrouve ici tout ce en quoi Gihef est bon : une intrigue policière et politique réfléchie et réaliste.  Et en partant du roman Sous la surface de Martin Michaud, il avait de quoi faire 🙂
    Un scénario qui tranche avec la mouvance actuelle du toujours plus. En effet les thrillers actuels se sentent obligés de nous présenter des situations irréalistes qui, si elles sont divertissantes, ne sont que trop éloignée de la réalité pour que l'on y croie. Gihef nous livre lui un scénario qui pourrait très bien avoir déjà eu lieux aux USA.
    Et en ca ce diptyque est vraiment sympa. On retrouve un bout gout de thriller des années 2000 avec des "machinations normales" en politique. On dit bien que derrière chaque homme politique il y en a d'autres qui ont été écrasés. C'est d'autant plus vrai dans Sous la surface.
    Globalement bien illustré (même si un peu irrégulier), ce coffret fera un vrai beau cadeau de noël pour beau-papa. Ça fera surtout un vrai beau cadeau de noël pour amateur de bd OU PAS.

    poseidon2

    Bienvenue dans mon demi monde

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Caroline Lhomme Dessinateur: Florence Cestac Coloriste: Florence Cestac Editeur: Autres Editeurs/Auto editions Note: 4.0
    Résumé:

     

    Bienvenue dans mon demi-monde nous donne des aperçus de la nouvelle vie de Caroline mais aussi de ses combats depuis bientôt 20 ans.

    Présenté comme un journal de bord par mail, on y découvre les combats pour renaître, remarcher, progresser avec ou contre le corps médical, les combats pour travailler, rencontrer du monde, s’investir dans le handicap, mais aussi pour réaliser de nouveaux rêves.

    Un témoignage bourré d’humour et d’autodérision entretenu tout du long par la vingtaine de dessins de Florence Cestac.

    Autres informations: Edition Hugo
    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Biographie
    Allez on profite du confinement pour sortir notre nez de la BD pure et simple. Bon ok pas complètement mais presque. En effet je vous propose de vous arrêter sur Bienvenu dans mon demi-monde. Tout d'abord parce que c'est illustré par Florence Cestac que je ne vous ferais pas l'affront de présenter. 
    Mais surtout parce que ce livre est un énorme bol d’énergie qui vous fera relativiser vos petits tracas du quotidien. Vous savez toutes les fois où vous vous dites que c'est la fin du monde, ou vous pensez être en burn out tout ça. Et bien Caroline Lhomme l'a connue, elle, cette fin du monde. Enfin la fin de ce monde entier. 
    Elle l'a connu mais elle nous raconte avec beaucoup de courage comment, avec humour, elle a réussi à se reconstruire une vie. On se doute bien que le chemin a été beaucoup moins facile que n'en laisse paraître les blagues. Mais le fait qu'elle réussisse à en rire et à nous faire rire nous prouve bien que dans ces cas extrêmes l'envie de vivre permet de soulever des montagnes.
    Très drôle, très bien illustrée, cette ode à la vie est un vraie régale de lecture qui nous prouve déjà... qu'il n'y a pas que les BDs dans la vie ! 😄

  • Qui est en ligne   0 membre, 1 anonyme, 50 invités (Afficher la liste complète)

    Il n’y a aucun utilisateur enregistré actuellement en ligne

  • Inscription

    Inscrivez vous gratuitement

  • Chatbox

    You don't have permission to chat.
    Load More
  • Dernières Critiques

    • Alicia - Prima Ballerina Assoluta
      Note :
      Il va falloir que j'arrête de dire du bien des parutions Rue de Sèvres où vous allez me taxer de partialité. 

      Mais il faut bien reconnaitre qu'ils font du super boulot. Ce Alicia, j'aurais pu passer quinze fois devant sans jamais le prendre, le thème du Ballet me laisse plutôt indifférent et la couverture et le format graphique me laissait à penser à une oeuvre centrée là dessus.

       

      Sauf que ce Alicia est bien plus que cela. Car à travers une biographie romancée d'une fabuleuse danseuse de ballet cubain, c'est toute un pan de la vie cubaine qui nous est raconté. En choisissant très justement de porter son histoire non pas simplement sur le portrait d'Alicia mais aussi sur le parcours de jeunes et de familles actuelles, les auteurs ont fait un pari gagnant. 

      J'ai eu la chance d'aller à Cuba il y a quelques années, un petit peu en immersion et assez loin de la carte postale de tourisme servie habituellement, et j'ai retrouvé ce Cuba qui n'a cessé de me désorienter et de me questionner. A travers une histoire, celle de la Prima Ballerina Assoluta Alicia, on découvre l'Histoire de Cuba de ses dernières années, puis les histoires de jeunes cubaines. 

      Le dessin tout en finesse et la mise en couleur plein de douceur de cet album ont magnifié l'intelligence du propos, qui entre féminisme engagé, portrait de femme surprenante et loin des clichés, et jeunesse impatiente nous livre une galerie d'histoires et de personnages sublimes.

       

      Si vous êtes déjà allé à Cuba je ne peux que vous conseiller cette oeuvre qui livre une vision sans manichéisme de ce Pays au destin hors du commun. Si vous n'y êtes jamais allé, laissez vous tenter par cette BD, elle ne vous renverra probablement pas le même écho, mais qui sait, elle vous donnera peut être l'envie d'aller approfondir cette découverte.
      • 0 réponse
    • Jeremiah Johnson - Chapitre 2
      Note :
      Le tome 1 de cette biographie de Jeremiah Johnson m'avait laissé sur une déception et ne tournons pas autour du pot trop longtemps ce second tome confirme malheureusement mon impression sur cette série. 

      Entendons nous tout de suite, c'est très loin d'être mauvais et globalement la note reflète celle d'une série correcte de western sous forme de biographie. Et c'est probablement déjà bien. 

       

      Mais il y avait matière à faire tellement mieux que je ne peux m'empêcher de penser que Soleil est passé à côté de son sujet car les auteurs sont tout de même loin d'être des inconnus. Jean Pierre Pecau et Fred Duval au scénario c'est quand même sensé être du très haut niveau, de même Jack Jadson qui nous vient de l'univers comics et notamment de la galaxy Marvel ce n'est pas un nouveau venu. Hors il y a je trouve plusieurs carences problématiques sur cette série. Tout d'abord le dessin n'a pas vraiment fonctionné sur moi, parfois beau, parfois anecdotique, parfois dur à appréhender, le traitement des émotions sur les visages m'a laissé de marbre. Et il faut dire à sa décharge que le scénario concocté sur la base de l'histoire réelle de Jeremiah Johnson n'a pas aidé le dessinateur. C'est simple : le personnage de Jeremiah n'existe pas à travers toute la bd qu'il traverse comme une ombre vengeresse. Seuls les trop rares personnages secondaires apportent un peu d'intérêt mais c'est bien trop peu. Cette histoire ou bd nous laisse indifférent, et c'est bien ça le drame, vu la matière première extraordinaire que nos auteurs avaient sous la main.

       

      Dommage. Jeremiah Johnson est loin d'être une mauvaise BD, mais au cinéma, là où beaucoup se rappellent du Jeremiah Johnson  de Sydney Pollack, en BD ce western là ne nous laissera guère de souvenirs. 
      • 0 réponse

    • Panorama
      Note :
      Les éditions Delirium débutent la publication des titres de Michel Fiffe, un auteur américain de comics de la culture underground. Avec ce titre je viens de découvrir un nouveau genre, nommé le body-horror. Ce terme est bien explicite et donne une bonne idée de ce qui va nous attendre dans Panorama. L'introduction, nous plonge dans le vif du sujet avec un jeune homme qui après avoir fait une chute vertigineuse croise une bande de trois jeunes. Dès l'affrontement on prend pleinement conscience du genre avec le cops du héros qui ne déforme, se transforme, s'allonge pour combattre les trois adversaires. La première impression est de voir le corps du héros se liquéfier sur le sol, c'est assez dingue. Le trait de Michel Fiffe met bien évidemment très en avant ces métamorphoses spectaculaires avec son style graphique très nerveux. Les dessins sont en noir et blanc pour les 3/4 de l'album dans un style se rapprochant des plus grands dessinateurs de la scène comics. Progressivement on comprend que le héros subit les changements de son corps à cause de son anxiété. Il est évident que ce titre réserve beaucoup de surprises du début à la fin et ne laisse pas indifférent le lecteur. 

      Panorama est visuellement spectaculaire mais possède aussi une histoire assez folle et originale à souhait. Les éditions Délirium annoncent en fin d'album la parution prochainement de Copra l'œuvre culte de cet auteur sur des super-héros. Je ne manquerai pas cette prochaine sortie.
       
      • 0 réponse
    • L'appel des montagnes tome 1
      Note :
      Voici un manga fait pour ceux qui aiment la randonnée, la montagne ou les 2 à la fois. L’histoire se déroule à l’université de Santama, comme il est habituel au Japon, les étudiants rejoignent des clubs dès leur 1ere année, il y a d’ailleurs des journées de recrutement très animées. L’existence d’un club dépendant de son nombre de membres (pour avoir des subventions, des locaux, du matériel) il faut donc convaincre les nouveaux arrivants.

      Les 3 membres actuels, fans d’alpinisme prêts à affronter les sommets les plus dangereux, vont devoir convaincre 3 jeunes filles complétement novices en la matière et absolument pas sportives, sans les effrayer ni les décourager.

      Le livre entrecoupe des moments d’escalade avec la passion qui anime les alpinistes et des astuces et conseils pour les débutants : comment choisir son matériel, comment l’entretenir. Il y a également quelques passages un peu plus historiques sur la conquête des sommets !

      C’est une lecture fluide entre passion et humour où l’on ressent l’appel de la nature. Une bonne distraction avec de beaux dessins de paysages et aussi quelques photos.
      • 0 réponse
    • The twelve
      Note :
      Avec The twelve, Joe Michaël Straczynski récupère des super-héros de l'âge d'or des comics de chez Mavel pour les propulser au début des années 2000. En effet, le récit commence durant l'affrontement des nazis par les super-héros menés par Captain America. Une équipe composée de douze super-héros sera captura puis congelée durant soixante ans avant de d'être retrouvée lors de la construction d'un bâtiment dans Berlin. Les super-héros héros de l'époque vont devoir s'adapter à la situation comme on reste dans la continuité des événements de Civil war, ils devrontn décliner leur identité pour commencer. Tout le génie de Joe Michaël Straczynski est de jouer sur la psychologie des super-héros dépassés par une époque qui n'est pas la leurs. L'auteur les introduit les uns après les autres pour découvrir leur pouvoir et son origine, ou bien leur compétence en l’absence de pouvoir. Il ne réécrit pas l'histoire de ces super-héros mais les utilise avec leurs compétences, leurs défauts et autres aptitudes à combattre pour le bien. La partie graphique de Chris Weston est de qualité pour dépeindre les aventures de ces super-héros avec des costumes ou tenues en décalage avec l'époque. 

      Avec cette maxi-série de douze épisodes, Joe Michaël Straczynski prouve tout son talent de scénariste comme il n'était pas évident de trouver une histoire convaincante surtout avec cette idée de base où les héros étaient congelés. Un chapitre supplémentaire complète cette intégrale avec un one-shot se déroulant pendant les combats de seconde guerre mondiale avec notamment Captain America. The twelve m'a agréablement surpris et je recommande fortement la lecture de cette série.
        • Like
      • 2 réponses
×
×
  • Créer...