Aller au contenu
  • S’inscrire
  • Critiques

    Base de données regroupant les critiques.

    poseidon2

    Bienvenue dans mon demi monde

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Caroline Lhomme Dessinateur: Florence Cestac Coloriste: Florence Cestac Editeur: Autres Editeurs/Auto editions Note: 4.0
    Résumé:

     

    Bienvenue dans mon demi-monde nous donne des aperçus de la nouvelle vie de Caroline mais aussi de ses combats depuis bientôt 20 ans.

    Présenté comme un journal de bord par mail, on y découvre les combats pour renaître, remarcher, progresser avec ou contre le corps médical, les combats pour travailler, rencontrer du monde, s’investir dans le handicap, mais aussi pour réaliser de nouveaux rêves.

    Un témoignage bourré d’humour et d’autodérision entretenu tout du long par la vingtaine de dessins de Florence Cestac.

    Autres informations: Edition Hugo
    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Biographie
    Allez on profite du confinement pour sortir notre nez de la BD pure et simple. Bon ok pas complètement mais presque. En effet je vous propose de vous arrêter sur Bienvenu dans mon demi-monde. Tout d'abord parce que c'est illustré par Florence Cestac que je ne vous ferais pas l'affront de présenter. 
    Mais surtout parce que ce livre est un énorme bol d’énergie qui vous fera relativiser vos petits tracas du quotidien. Vous savez toutes les fois où vous vous dites que c'est la fin du monde, ou vous pensez être en burn out tout ça. Et bien Caroline Lhomme l'a connue, elle, cette fin du monde. Enfin la fin de ce monde entier. 
    Elle l'a connu mais elle nous raconte avec beaucoup de courage comment, avec humour, elle a réussi à se reconstruire une vie. On se doute bien que le chemin a été beaucoup moins facile que n'en laisse paraître les blagues. Mais le fait qu'elle réussisse à en rire et à nous faire rire nous prouve bien que dans ces cas extrêmes l'envie de vivre permet de soulever des montagnes.
    Très drôle, très bien illustrée, cette ode à la vie est un vraie régale de lecture qui nous prouve déjà... qu'il n'y a pas que les BDs dans la vie ! 😄

    Nickad

    Brisée par ton amour... tome 1

    Par Nickad, dans Critiques

    Scenariste: Shiruka Bakaudon Dessinateur: Shiruka Bakaudon Editeur: Meian Note: 4.0
    Résumé:

    Victime de harcèlement scolaire pendant ses années au collège, Kanae est maintenant lycéenne. Encore traumatisée, elle est très sensible sur ce que pense d'elle ses camarades de classe. Hors du lycée, elle assouvit son désir de reconnaissance en entretenant des relations payées avec des hommes plus âgés. Un jour, lors d'une sortie dans un karaoké, elle fait la rencontre de Hiroshi. Mais ce dernier va la surprendre avec l'un de ses clients. Cela ne va pas l'empêcher de se montrer gentil, et Kanae va tomber amoureuse de lui. Cet amour va marquer le début de nombreux événements tragiques...

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Drame
    Plus que l’histoire d’amour, qui est juste naissante dans ce tome, c’est la souffrance de Kanae qui est mise en avant.

    Kanae ne trouve sa place nulle part, ni au lycée où elle ne peut pas être elle-même de peur d’être mise à l’écart (ce qui lui est déjà arrivé au collège où elle a subi des brimades), ni chez elle, où elle semble incomprise.

    Cette jeune fille souffre énormément et l’auteur a très bien su s’y prendre pour nous le faire ressentir.

    C’est une histoire dure, poignante, qui ne laisse pas insensible et qui dépeint parfaitement les traumatismes laissés par le harcèlement

    Pour public averti.


    poseidon2

    Doomsday Clock

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Geoff Johns Dessinateur: Gary Franck Coloriste: Gary Franck Editeur: Urban Comics Note: 5.0
    Résumé:

     Il y a trente ans, sur une Terre où le cours de l'Histoire a évolué de manière bien différente, un justicier milliardaire nommé Ozymandias a tenté de sauver l'humanité d'une guerre nucléaire imminente en concevant une machination effroyable... et réussit. Mais, ses plans ayant été révélés, ce dernier dut prendre la fuite et tente à présent de retrouver le seul être capable de restaurer un équilibre sur sa planète : le Dr Manhattan, surhomme omnipotent. Un seul problème s'offre à lui : le Dr Manhattan a quitté sa dimension pour visiter celle de la Ligue de Justice et interférer avec le cours des événements, manipulant à leur insu les héros de cet univers. Mais pour Ozymandias, ce défi n'est qu'un obstacle de plus dans sa quête d'une paix éternelle pour son monde et ses habitants : résolu, il décide de franchir la barrière entre les dimensions quitte à y affronter ces métahumains.

    Type: Comic L'acheter sur BD fugue Genre: Super héros
    4 ans. Il fallut 4 ans à Geoff Johns  pour peaufiner son Doomsday Clock. 4 ans depuis la parution du DC Universe Rebirth : le badge et l'apparition de l'étrange badge du Comédien dans l'univers DC.
    Si l'attente fut longue (moi j'avais abdiqué pour tout dire) elle fut surement moins frustrante pour nous européens que pour nos amis américains qui ont vu les numéros s’étaler sur plus de 2 ans (soit un numéro tous les 2 mois !). Et je suis bien content d'avoir eu toute l'histoire d'un coup. Car pour ne rien vous cacher c'est la première fois depuis bien.... 5 ou 6 que j'ai lu un comics de 500 pages d'une traite. Sans interruption.... bon ok je me suis couché un peu tard. Mais qu'est-ce que c'était bon. Un excellent bon gout de Watchmen saupoudré d'un très léger gout de justice league.
    C'est le premier truc qui est excellent dans ce "crossover" (qui est plus une suite à Watchmen qu'autre chose) : les héros de l'univers DC sont complètement dépassés par l'arrivée des protagonistes de Watchmen. Mais à la ramasse. Aussi bien les héros que les méchants. Ils font de la figuration. Et ça c'est rafraîchissant.
    Mais ce n'est que la cerise sur un gâteau assez énorme. En prenant son temps Geoff Johns a réussi à vraiment prendre à bras le corps l'univers de Watchmen, pas juste l'histoire. Il le montre au travers d'une narration très proche de celle de Moore et des personnages vraiment conformes à leur version de base. Mais il le montre aussi avec des intermèdes entre les chapitre plein d’extrait de journaux, de photos, de carnet de notre de Rorschach ou d'autre détails qui densifie énormément le revit et l’inclut définitivement dans la ligne droite de Watchmen.
    Comme le récit de Moore, celui-ci n'est pas à mettre entre toutes les mains car il sera peut être compliqué pour un "béotien" et incompréhensible si vous n'avez pas lu Watchmen. Mais pour les autres.... c'est LE comic à lire en ce moment. Il est suffisamment bon pour qu'il m'ait automatiquement donné envie de relire Watchmen pour relire celui-ci dans la foulé.
    Et a tout ceux que la présence de Superman et Batman trouble, ne vous inquiétez pas, ils font vraiment de la figuration. Si l'histoire sert aussi d'explication à l'imbroglio temporel de DC, ça reste compréhensible et, au final, n'est que peu de chose par rapport au plaisir de retrouver Rorschach !
    A Noter qu'une sublime édition de luxe (pas donnée par contre) est prévu pour la fin du mois. Avec noël qui arrive....

    poseidon2

    Mushoku tensei t12

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Rifujin Na Magonote Dessinateur: Rifujin Na Magonote Editeur: Doki-Doki Note: 3.0
    Résumé:

    Sa première vie sur Terre avait été un ratage total. Réincarné dans un monde de magie et d'épées, Rudeus va tout faire pour éviter les erreurs du passé... et sera peut-être le nouveau héros d'un monde en péril ?

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Fantasy
    On continue tranquillement notre deuxième cycle de Mushoku Tensei.... limite un peu trop tranquillement. Apres un premier cycle excellent du début à la fin,  ce deuxième cycle peine à avancer. C'est toujours très sympa de suivre Rudeus mais c'est assez étrange de le voir retourner à l'école alors que tout le monde disait qu'il était super fort. De plus notre auteur prend vraiment vraiment son temps pour nous montrer la montée en compétence de Rudeus. 
    En fait on retombe dans un manga de base. Un manga qui cherche à vendre des tomes car la série marche bien. C'est assez triste car on perd de vue les autres personnages pour se concentrer sur des trucs seulement sympathiques....
    Un tome de détente mais sur une série ou l'on attendait bien plus.

    poseidon2

    Marius t2

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Eric Stoffel / Serge Scotto Dessinateur: Sebastien Morice Coloriste: Sebastien Morice Editeur: Grand Angle Note: 4.5
    Résumé:

    La trilogie marseillaise de Pagnol arrive en BD ! Marius, le fils de César le cafetier du bar de la Marine, passe son temps à admirer les bateaux qui font escale dans le Vieux Port. Il ne vit que pour une seule chose : embarquer sur un navire et partir pour des pays lointains. Il est tellement obnubilé par cette idée qu'il ne voit même pas l'amour que lui porte Fanny, la marchande de coquillages, depuis l'enfance. Pour attirer son attention, Fanny décide de le rendre jaloux et se laisse courtiser par le vieux Panisse, ami de César. Mais si Marius aime lui aussi Fanny en secret, il ne peut faire taire son désir du grand large.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Action
    Qu'est-ce que c'est bon quand même un Pagnol. Avec le temps on oubli. Ces histoires passent à la postérité et on dit juste : ah oui Pagnol j'ai vu le truc dans la garrigue là.
    Et c'est bien dommage et, encore une fois, heureusement que la collection grand angle nous permet (et aux jeunes nouveaux lecteurs aussi) de redécouvrir ces chef d'œuvres. Toujours porté par le toujours superbe dessin de Sébastien Morice, ce deuxième tome de Marius nous plonge un peu plus dans le Marseille des années 60.
    La Marseille pastis + coinche + "bonne-mère". Le Marseille d'où on entend les accents sortir des cases. Et Pagnol magnifie cette histoire d'amour marseillaise en la rendant très humaine. La fin, que j'avais oubliée, encore plus que le reste.
    Cette collection Pagnol est toujours une superbe réussite et j'attends la suite de la trilogie marseillaise avec impatience !

    Nickad

    A safe new world tome 1

    Par Nickad, dans Critiques

    Scenariste: ANTAI Dessinateur: SASAMINE kou Editeur: Komikku Note: 4.0
    Résumé:

    Je ne veux pas être un héros ! Je veux juste être en sécurité ! Se réveiller dans un autre monde est déjà une chose effrayante ! Mais quand vous avez le syndrome de toujours vouloir être en sécurité à tout prix, c'est encore pire ! Il faut éviter la grande route et les bandits, sans compter les éventuels monstres et bêtes qui rôdent ! Lorsque vous arrivez devant une ville fortifiée et un château, ça va déjà mieux, mais la partie n'est pas encore gagnée ! Notre héros ne veut absolument pas se constituer un harem ou acquérir des pouvoirs magiques pour sauver la princesse, il veut juste être en sécurité ! Sa rencontre avec une chevalière hors du commun devrait le mettre sur la bonne voie !

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Fantastique
    L’isekai (littéralement « autre monde ») est un genre à la mode en ce moment, pas loin d’une dizaine de titres sortis en 1 an !

    Soit le personnage a été invoqué (en général pour sauver le monde sauf quand il se fait avoir), soit il s’est réincarné. Ce deuxième aspect offre plus de possibilités car on peut se réincarner en tout ce qui est possible : humain, gobelin, slime, araignée…  Et souvent le personnage a des capacités spécifiques qui lui permettent de progresser rapidement ou de se faire des alliés.

    Alors quand un nouvel isekai arrive on se demande si cela ne va pas être une redite, on cherche ce qui va le différencier des autres.

    Ce manga commence donc fort, personne ne sait comment ni pourquoi le « héros » est là. Il n’a aucun pouvoir, aucune arme magique, il n’est ni charismatique ni fort et n’a aucune ambition en dehors de celle de vivre en paix. Son seul vrai atout c’est son intelligence ou comment utiliser ses connaissances pour se sortir au mieux des situations, au risque de basculer du côté obscur ! Ajoutez à cela l’autodérision et vous obtenez un personnage intéressant et inhabituel !

    En plus de cela, sur certaines planches il y a un jeu de lumière absolument magnifique qui mérite le détour.

    Un volume plaisant donc.

    poseidon2
    Scenariste: Carbone Dessinateur: Gijé Coloriste: Gijé Editeur: Dupuis Note: 3.5
    Résumé:

    Grâce à la visite surprise de Siloé et de ses frères dans l'Hexomonde, Nola a appris beaucoup de choses sur Pandorient et sa maman. Mais les questions sans réponse se multiplient avec la découverte d'une drôle de clé, que Nola a déjà vue dans le livre d'Annah. Que peut-elle bien ouvrir ? Pour le savoir, Nola retourne aussitôt à Pandorient. Mais rapidement, une disparition inquiétante mène Nola, Igor et Andréa dans une enquête, qui risque peut-être de bouleverser la vie de Pandorient...

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Aventure
    Nola se pose des questions sur sa mère et se désespère de ne pas avoir de réponses claires. Lorsqu'elle tombe sur cette étrange clef..... On espère,après cette intro, que l'histoire avance un grand coup dans ce tome 4 avec un debut d'explication sur la disparition de la mère de Nola. Mais on n'espère pas très longtemps. Car on repart tout de suite dans une aventure standard de Pandorient. 
    Si l'aventure elle même est plutot sympa, on regrette un peu cette mise en bouche non developpée. En fait on le regrette jusqu'à la fin  ou cette histoire revient sur le devant de la scène pour nous donner l'eau à la bouche pour le prochain tome. Mais la ou Carbone est bon c'est que cette mise en bouche est vraiment alléchante ! 
    Sans trop en dire elle repond à notre question initiale et en pose des nouvelles qui vont dans le sens d'une vraie évolution de l'histoire.
    On a donc au final un vraiment bon tome jeunesse, avec un Gijé toujours au top et une histoire standard qui ravira les enfants. L'intro et la conclusion continueront, elles, à accrocher les grands.

    Nickad

    One Piece tome 96

    Par Nickad, dans Critiques

    Scenariste: ODA Eiichiro Dessinateur: ODA Eiichiro Editeur: Glenat Note: 5.0
    Résumé:

    Au cours de son périple aux côtés de Barbe Blanche, Oden fait la connaissance d’un homme que le destin semble avoir placé sur sa route : le grand Roger ! Qu’apportera donc au monde la rencontre de ces deux hommes ?! Pendant ce temps, dans le pays des Wa, Orochi profite de l’absence d’Oden pour manœuvrer en coulisses… Les aventures de Luffy à la poursuite du One Piece continuent !

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Aventure
    Inutile de présenter One piece, que l’on soit amateur ou pas de mangas, il est difficile de passer à côté.

    Si souvent les tomes de One piece se suivent et se ressemblent, j’avoue que celui-ci m’a épaté.

    On se trouve au cœur de l’aventure du pays des Wa, assez complexe à suivre tant il y a de nouveaux personnages, ça part un peu dans tous les sens avec des dessins très chargés, bref, j’ai failli décroché.

    Mais ce tome 96, !! une vraie réussite !!

    Tout d’abord, il y a le passé d’Oden (le père de Momonosuké qui aurait dû être le shogun du pays des Wa) qui permet de lier tous les éléments de cet arc. Mais en même temps, il y a le passé de Gold Roger et là, banco !! Pleins de révélations sur la série vous attendent si vous êtes attentifs ! car Oda aime semer des petits cailloux, c’est incroyable comme il aime laisser trainer une information qui servira 20 tomes plus loin. J’ai même trouvé que dans le « courrier des lecteurs » il y avait des infos intéressantes.

    Il y avait longtemps qu’un volume de One piece ne m’avait pas emballé à ce point !


    alx23

    Le syndrome [E]

    Par alx23, dans Critiques

    Scenariste: Sylvain Runberg Dessinateur: Luc Brahy Coloriste: Luc Brahy Editeur: Autres Editeurs/Auto editions Note: 4.0
    Résumé:

    Un film mystérieux et malsain qui rend aveugle. Voilà de quoi gâcher les vacances de Lucie Henebelle, lieutenant de police à Lille, et de ses jumelles. Cinq cadavres retrouvés atrocement mutilés, le crâne scié... Il n'en fallait pas plus à la Criminelle pour rappeler le commissaire Franck Sharko, en congé forcé pour soigner ses crises de schizophrénie. Très vite, ces deux affaires pourtant éloignées semblent étroitement liées. De la casbah d'Alger aux orphelinats du Canada, les deux nouveaux coéquipiers vont mettre le doigt sur un mal inconnu, d'une réalité effrayante.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Polar
    Le syndrome [E] est un roman de Franck Thilliez considéré comme l’auteur à succès des thrillers et polars français, avec une petite vingtaine de livres à son actif. Sylvain Runberg s’occupe de l’adaptation en bande dessinée de cette trilogie. Ce roman réunit pour la première les deux héros des autres polars de Thilliez. Ce couple est composé de Sharko le lieutenant de police qui a subi un traumatisme dans des romans précédents et Lucie Henebelle une jeune femme passionner par son métier à la criminelle. Pour l’histoire, Sharko enquête sur cinq cadavres qui viennent d’être découvert et Lucie enquête sur un mystérieux film qui rend aveugle. Les deux enquêtes vont évidement se rejoindre. Cette adaptation est prenante et suit le déroulement du roman avec quelques modifications pour mieux convenir au format BD. Pour une fois, je peux juger l'adaptation comme j'adore les romans de Thilliez. D'ailleurs, il est amusant de voir la représentation des personnages que je suis depuis plusieurs années dans les romans.
    Les dessins de Luc Brahy sont réalistes pour dépeindre l’univers sombre des polars de Thilliez. Son style se veut nerveux et dynamique comme les enquêtes des deux inspecteurs. 
    Philéas est une nouvelle maison d’édition du groupe Steinkis et des éditions Jungle qui vient de sortir deux adaptations de romans, gravé dans le sable de Michel Bussi et Le syndrome [E]. A noter que l’édition est de grande qualité avec une centaine de page à un prix très raisonnable. La suite de la trilogie est déjà programmée avec Gataca pour 2021 et Atomka en 2022, j'ai hâte de redécouvrir l'histoire en bande dessinée.
     

    poseidon2

    Histoires du Vendée Globe

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Alexandre Chenet Dessinateur: Renaud Garreta Coloriste: Renaud Garreta Editeur: Dargaud Note: 4.0
    Résumé:

    Le Vendée Globe, qualifié d'Everest des mers, raconté par celles et ceux qui le vivent, aventuriers des océans. Pendant plus de trois ans, Alexandre Chenet et Renaud Garreta sont allés à la rencontre de skippers partis à l'assaut de ce tour du monde sans égal. En mer, au coeur de la course, entre navigation et incidents techniques, choix stratégiques et engagement humain, ils nous emmènent au coeur de cette course légendaire qui passionne énormément de lecteurs.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Aventure
    Ca y est ils sont partis !!!
    Déjà plus de 4 jours de mer et encore beaucoup d'autres à venir pour nos héros modernes. Peut-être les vrais derniers aventuriers qui osent braver tout seul des conditions toujours différentes.

    Si vous souhaitez soit les supporter soit vous immerger un peu plus dans cette grande aventure qu'est le Vendée Globe, cet album des éditions Dargaud est pour vous. Car plus qu'une BD il faut bien parler ici d'album à part entière. En effet la partie bande dessinée est à peine la moitié de l'album. Le reste est un récit de voyage et de ressentit de ce que c'est d'être seul à bord durant 3 mois.

    Et au final ce format est très agréable à lire. En effet le texte immerge encore plus profondément dans l'esprit des compétiteurs mais la partie dessinée permet de donner de la vivacité à la lecture et rend le tout plus agréable qu'un long reportage écrit.

    Un bel album très bien documenté qui ravira les fans du Vendée Globe et permettra au plus grand nombre d'en savoir plus sur cette course mythique, de la préparation du bateau au retour aux Sables d'Olonne.
    Cette réédition comporte en plus un nouveau cahier dédié à l'édition 2020 qui, malheureusement, ne justifie pas forcement l'achat de cette version si vous l'avez déjà.
    Si vous ne l'avez pas par contre, et que vous aimez ce sport et l'aventure en général, je ne peux que vous conseillez d'investir. 
    Et ça ferait un super beau cadeau de Noel !

    Nickad

    NOVA tome 1

    Par Nickad, dans Critiques

    Scenariste: CALY Dessinateur: CALY Editeur: Autres Editeurs/Auto editions Note: 3.5
    Résumé:

    Suite à la chute d’une météorite, des parasites extra-terrestres nommés EKSAA se sont propagés sur Terre, contaminant certains êtres humains. Leur effet : exacerber les instincts violents de leur hôte, le rendant agressif, voire dangereux. Rease, un collégien de 13 ans, mène une vie plutôt ordinaire jusqu’au soir où une jeune femme du nom de Nova, envoyée par une mystérieuse Organisation, débarque dans sa chambre pour examiner son cas. Le garçon semble réagir étrangement aux EKSAA présents chez les contaminés…

    Autres informations: Edition H2T
    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Fantastique
    H2T (l’hydre à 2 têtes) est un éditeur récent (2016) spécialisé dans la création de mangas français.

    Caly, jeune mangaka nous propose ici sa 3eme œuvre. Après la jolie romance Hana no breath, elle s’essaye à un récit de science-fiction.

    L’histoire est bien menée, les informations ne sont données qu’au compte-goutte ce qui entretient le mystère autour des personnages principaux et capte l’attention du lecteur. Le manga navigue entre tranche de vie où les relations humaines sont abordées (par exemple, l’intégration d’enfants « différents » au sein d’une classe) et une part de science-fiction avec la présence d’entités extraterrestres.

    Le tout est agréable et bien construit. Un début prometteur !


    poseidon2

    DC Confidential : JSA- l'Age d'or

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: James Robinson Dessinateur: Paul Smith Coloriste: Paul Smith Editeur: Urban Comics Note: 4.0
    Résumé:

    La fin des années 1940. Après la victoire des alliés lors de la Seconde Guerre mondiale, les États-Unis connaissent un boom économique prodigieux mais sombrent également dans la paranoïa anti-communiste. Dans ce contexte de guerre froide naissante, plusieurs justiciers masqués tentent de trouver leur place au sein de cette nouvelle société pleine de promesses d'avenir. Mais le retour au pays de l'un d'entre eux, Manhunter, va signaler le début d'une enquête tortueuse révélant les liens troubles entre la communauté des super-héros et le gouvernement ainsi qu'un complot visant à l'asservissement de ces anciens protecteurs de la nation.

    Type: Comic L'acheter sur BD fugue Genre: Super héros
    Décidément cette série Urban porte bien son nom : les récits qui sont choisi sont assez hors normes et toujours  très réussit.
    Sur celui-là on a une ode à l'Age d'or du comics. Un hommage à une période des comics bien spécifiques. On a ici un bon gout de Watchmen. Sincèrement cette utilisation de la voie off... Ce scénario compliqué ou les combats ne sont pas le centre de l'histoire et ces ramifications post guerre avec manipulation de la foule.... c'est tout une mise en place et un scénario qui prend le temps de se décanter comme les scénarios actuels ne prennent plus le temps de la faire.
    Ici on a quand même une histoire suffisamment dense pour que l'on réussisse à être surpris par le twist du milieu de l'album. On a des personnages eux aussi très denses, en proie au doute et à la résignation. Une histoire très lointaine de celles des héros d'aujourd’hui qui sont dans l'action permanente et dans la comparaison du plus grand méchant qu'il puisse battre.
    Un comics qui prend son temps. Un bon comics. Plus profond et peu intéressant que les actuels diraient certains esprit passéistes.
    Moi j'aime bien les deux et trouve qu'un comics qui ralentit comme ça, ça fait du bien. 
    Idéalement si c'était une suite à Watchmen ça serait un 5/5 ..... A mais attendez ... on me glisse à l'oreille que.... 

    poseidon2

    Le petit derrière de l'histoire

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Katia Even Dessinateur: Katia Even Coloriste: Katia Even Editeur: Kennes Note: 3.5
    Résumé:

    Marie, jeune femme ouverte sous tous rapports, se retrouve catapultée aux temps préhistoriques dans le lit malodorant d'un homme des cavernes. Elle comprend vite qu'elle est victime d'un mauvais tour : la voilà assimilée à un cobaye pour la machine à remonter le temps que son amant d'un soir se vantait d'avoir inventée. Comment se sortir de là ?

    Autres informations: Humour sexy pour adulte
    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Humour
    C'est marrant quand même. Dans les mœurs actuelles on bascule tout de suite de la catégorie BD à la catégorie Érotique avec un gros X qui marque l'emplacement.  Alors que la présente BD est, à l'instar du reste du catalogue Joker de la maison d'édition Kennes (qui ont récupéré les parutions de Dany),  plus une BD sexy qu’érotique ou pornographique.  En effet l’érotisme induit de la sensualité et la pornographie des scènes réelles et explicites. 
    Là c'est rigolo, bien dessiné et sexy. Au fur et à mesure de la lecture on oublie même quelque peu le coté sexy "je m'envoie en l'air à tous va" pour bien rigoler sur les dérivations de l'histoire pour mettre Marie et ses rondeurs en avant sur toutes les grandes découvertes du monde.
    C'est joli, c'est marrant, c'est pour adulte.... mais ce n'est rien qui choquera les bonnes mœurs non plus 🙂

    poseidon2

    The Alexis - Empire chronicle - t2

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Akamitsu Awamura Dessinateur: Yu Sato Editeur: Doki-Doki Note: 4.0
    Résumé:

    Alors que le monde est plongé dans une période de troubles, Léonate perd sa patrie suite à une trahison. Couvert d'infamie et imputé du surnom de «prince vampire», il sombre dans la tristesse et la déchéance.

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Action
    Le premier tome avait été très sympa et m'avais juste refroidis avec une fin un peu trop "banale" par rapport à l'intensité du début. J'avais peur que le tome deux ne soit qu'un enchaînement de bataille contre des brigands de plus en plus puissants. Et bien fort heureusement.... pas du tout. Notre scénariste ne se sert de ces brigands que pour rapidement redorer le blason du héros du royaume d’Alexis et le fait rapidement. Ce qu'il fait que l'on passe rapidement à autre chose.  Autre chose de plus intéressant.
    Ce tome 2 nous sort un peu de la rébellion des gens d'Alexis en nous montrant les rouages du royaume en entier et des luttes de pouvoirs qui y ont lieux. On retrouve donc ce qui m'avait plus dans le début du premier tome, avec un focus mis sur le royaume qui a soutenu celui d'Alexis durant la guerre et qui se retrouve attaqué à son tour.
    De belles batailles, des magouilles politico-économiques moyenâgeuses et une histoire qui avance vite cela fait une série très agréable à suivre!
    Vivement le prochain

    The_PoP
    Scenariste: Regis Loisel Dessinateur: Olivier Pont Coloriste: François Lapierre Editeur: Rue de sevres Note: 4.5
    Résumé:

    Pour échapper aux hommes de main du camp minier, Max et Baia se perdent dans la jungle. Qu'importe, Baia guide, nourrit et soigne Max. En s'enfonçant toujours davantage dans cette forêt tropicale, Baia arrive jusqu'à l'épave d'un avion écrasé il y a quelques années. A son bord, le squelette d'une enfant dont les poignets sont encore ligotés. Serait-ce l'épave de cette vieille histoire de kidnapping de la fille du patron de la mine et d'un beau magot détourné ? De leur côté, Christelle et Charlotte prennent la fuite en direction de chez Corinne. Elles quittent le dispensaire où elles abandonnent un cadavre. Recherchées, les deux infirmières pourront compter sur l'aide de Rego, un vieux flic de la région au passé douteux. Croisant malfrats, chasseurs de trésors, et vieux secrets enfouis, chaque pas dans la jungle amazonienne semble réduire les chances de survie de nos héros.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Aventure
    C'est peu dire que c'est l'une des très grosse sortie que j'attendais avec impatience cet automne. Le tome 1 avait frappé fort, et je l'avais beaucoup apprécié, que ce soit au niveau de l'intrigue qu'au niveau du dessin sublime de M. Pont. J'avais adoré. Et ce tome 2 poursuit exactement la même recette : révélations et scénario bien foutu, scènes d'actions bien pensées, personnages tous travaillés, couleurs et dessins des décors ou personnages somptueux. Une nouvelle vraie réussite. Et je suis ravi de savoir que nos deux auteurs bossent déjà sur le troisième tome. Faut pas laisser refroidir l'ouvrage quand on tient une belle inspiration comme celle là. L'intrigue m'a beaucoup fait penser aux romans de Michel Bussi, et c'est plutôt un compliment 🙂 Les couleurs sont belles et rendent bien les ambiances et la jungle. 
    Inutile donc de faire long. Foncez. Ce tome est un vrai tome d'aventure, bien scénarisé, rythmé avec des personnages supers sympathiques et une intrigue roublarde servis par le dessin rond, expressif et fourmillant de détails du dessinateur de Bout d'ficelle. Rue de Sèvres tient là une sacrée série à mon humble avis. Pas étonnant donc que le tome 3 soit déjà en cours d'écriture.

    Nickad

    Vlad Draculea tome 1

    Par Nickad, dans Critiques

    Scenariste: OHKUBO Akiyo Dessinateur: OHKUBO Akiyo Editeur: Soleil Note: 3.5
    Résumé:

    Au milieu du XVe siècle, Vlad III Draculea succède à son père. Pour garder son trône, il doit composer avec une noblesse hostile et un environnement tourmenté, déjà menacé par ses voisins directs, l'Empire ottoman et le royaume de Hongrie. Dans une Europe qui ne connaît alors que la guerre, le jeune prince, fils du dragon, va devoir user de tous les moyens pour que la Valachie ne sombre pas dans le chaos

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Historique
    Quelques jours avant de lire ce manga, ma fille me demandait d’où venait le mythe des vampires, de Dracula. Comme je n’avais plus trop les détails en tête, ce livre tombait à point nommé.

    Il s’agit donc d’un manga historique qui retrace la vie du prince Vlad III, celui qui donnera quelques siècles plus tard naissance à la légende de Dracula .

    Le début peut sembler un peu lourd car il faut se remettre dans le contexte politique de l’époque, positionner les personnages, définir leur place et leur rôle.

    Ce n’est que vers la fin du livre que l’action commence vraiment, les prochains tomes seront probablement plus dynamiques en racontant les faits qui amèneront Vlad à être surnommé l’Empaleur.
    C'est pas mal pour un début et je pense que cela ne peut que se bonifier.


    poseidon2

    Le loup m'a dit t1

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Servais Dessinateur: Servais Coloriste: Servais Editeur: Dupuis Note: 4.0
    Résumé:

    Dans les yeux d'Ambre, une enfant qui grandit de la Préhistoire au monde moderne, la vieille Louba creuse le temps pour raconter l'histoire du loup dans un album presque chamanique, qui relie le conte à la réalité documentaire, le réel à l'imaginaire.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Historique
    Servais fait partit de ces auteurs qui ont un truc. Un truc qu'il garde d'album en albums au fil du temps. Pour Servais son talent conteur. Un talent de conteur d'histoire qu'il garde peu importe le sujet de l'album.
    Celui qui vous racontera une histoire banale mais qui finira par vous happer dans son histoire sans que vous ne sachiez pourquoi et cela alors même que vous refermerez le livre. Car que nous propose se livre ? En y regardant de très haut juste le rapport des hommes au loup,  comme on pourrait l'apprendre dans un court d'histoire.
    Mais quand c'est servais qui le raconte c'est tout de suite différent. Il y a un soupçon de romantisme, un soupçon de découverte et de mystère et on se retrouve d'un documentaire a une histoire dont on lit les pages sans penser à rien d'autre.
    C'est là le vrai talent de Servais. Comme les conteurs d'autre fois il permet à ses lecteurs de s'évader durant leur lecture, peu importe le sujet.
    Ne changez rien monsieur Servais, surtout ne changez rien.

    poseidon2

    Le Danthrakon t3

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Christophe Arleston Dessinateur: Olivier Boiscommun Editeur: Drakoo Note: 2.5
    Résumé:

    Danthrakôn Dans la mythique cité de Kompiam cohabitent de nombreuses races intelligentes. Nuwan, un humain apprenti marmiton pour un grand mage, se retrouve possédé par un grimoire démoniaque dont l'encre coule désormais dans ses veines. Avec l'étudiante Lerëh, fille de la magicienne Lyreleï, il est parvenu au palais de cette dernière dont il espérait l'aide. Mais Lyreleï qui poursuit ses propres objectifs s'est emparée du corps de sa fille. Traqué par le terrible inquisiteur Amutu et par l'ancien propriétaire du grimoire, mage sans scrupules et père de Lerëh, Nuwan est sur le point de découvrir le formidable secret de celui qu'il prenait pour son simple animal de compagnie...

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Fantastique
    C'est le monde à l'envers ! Vraiment. On a souvent reproché à Arleston de toujours faire la même chose, de ne pas sortir de nouveau scénario et de faire traîner en longueur les autres et ou seul le talent des dessinateurs le sauvent.... et là, quand il nous sort un scénario sympa en trois tomes,  son dessinateur le lâche. Mais vraiment.
    J’en viens à me demander ce qu'il s'est passé entre le tome 2 et le tome 3.  Olivier Boiscommun a eu un souci de santé ou un truc comme ça. On un conflit intérieur ou éditoriale. Car la prestation livrée dans ce tome 3 est en dessous de tout ce qu'il avait pu faire jusqu'à présent. On ne va pas y aller par quatre chemins: cela a gâché ma lecture.
    Alors que j'étais dans mes petits souliers, bien content d'une série finie en 3 tomes, j'ai déchanté devant des visages sans reliefs ni détails, des case sans décors et une coloration à l'emporte-pièce.  J'ai rarement autant râlé sur un album.
    Monsieur Boiscommun si vous passez par ici s'il vous plait, expliquez-moi car là je suis déçu déçu....
    A noter que pour ceux qui voudrait faire un cadeau pour noel, un coffret regroupant les 3 tomes existe.

    Nickad

    Honey come honey tome 6

    Par Nickad, dans Critiques

    Scenariste: SHIRAISHI Yuki Dessinateur: SHIRAISHI Yuki Editeur: Delcourt Note: 3.5
    Résumé:

    Tout le monde pense que la douce Mitsu est une fragile jeune fille. Mais c'est une redoutable combattante. Kumagaya, lui, est grand et son allure sombre effraie les autres. Cela lui a valu le surnom de « Grizzli enragé ». Mitsu va découvrir qu'en réalité, il est sensible et qu'il est le créateur des peluches qu'elle affectionne. Elle va alors tenter de se rapprocher de lui, contre l'avis de ses amis.

    Autres informations: Edition Delcourt/Tonkam
    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Romance
    Honey come Honey est un shojo type : une fille toute mignonne qui a du caractère et un garçon antipathique au premier abord qui cache un grand cœur.

    Mitsu et Kumagaya se rapproche un peu plus dans ce volume, ils affrontent le passé de Mitsu et font face à des désirs plus adultes, l’évolution normale d’une histoire d’amour dans le monde du shojo.

    Et même si le déroulement de l’histoire est plutôt classique, le manga déborde de bons sentiments, c’est tout mielleux, il y a des fleurs partout et ça fait du bien.

    J’espère qu’il y aura par la suite un peu plus d’originalité mais en attendant, cela reste une lecture agréable. Un peu de bonheur dans le monde actuel ne peut pas faire de mal.


    alx23

    James Bond - Casino royale

    Par alx23, dans Critiques

    Scenariste: Van Jensen Dessinateur: Dennis Calero Coloriste: Chris O'Halloran Editeur: Delcourt Note: 4.5
    Résumé:

    À l'occasion de la sortie sur grand écran de No Time to Die, le 25e film mettant en scène James Bond, c'est au tour d'une adaptation fidèle du roman d'origine, Casino Royale, de rejoindre le catalogue Contrebande. Les débuts littéraires de l'agent 007 - membre du British Secret Service - de Ian Fleming sont adaptés ici en BD par Van Jensen et Denis Calero dans un véritable roman graphique qui respecte l'ambiance de Casino Royale. Envoyé vers le casino français de Royale-les-Eaux, Bond a pour objectif d'éliminer la menace du meurtrier baptisé 'Le Chiffre'...

    Type: Comic L'acheter sur BD fugue Genre: Action
    Casino Royale est le premier roman sur le célèbre agent secret 007 écrit par Ian Fleming en 1953. Cette adaptation en comics est très fidèle à l'œuvre d'origine comme on peut l'apprendre en postface de l'album ainsi que d'autres informations sur l'auteur. Van Jensen suit le déroulement du roman pour les chapitres du comics. Il insère une voix-off pour les pensées de Bond qui doit réfléchir à toutes les éventualités qu'il pourra rencontrer suivant la situation. Dans les détails amusants, on peut avoir le décompte du nombre de cigarettes que l'agent fume durant la journée, la recette de son cocktail ou les pensées envers sa ravissante collègue. Une grande partie de l'histoire va se dérouler dans un casino français où James Bond doit prendre le dessus sur son adversaire Le chiffre, pour le ruiner lors d’une partie de Baccara. Bien évidement les auteurs nous font une petite explication de ce jeu pour les lecteurs ne le connaissant pas comme moi. Les dessins sont de qualité dans un style réaliste avec une mise en scène très soignée pour apporter une ambiance prenante.
    Je ne me souviens plus trop du film avec Daniel Craig mais je sais que l’époque où se déroule le comics et le roman est différente, l’intrigue doit plus ou moins être identique. Casino Royale est la meilleure adaptation de James Bond en Comics que j’ai pu lire pour l’instant.

    poseidon2
    Scenariste: Marie Zimmer Dessinateur: Elena Bia Coloriste: Elena Bia Editeur: Autres Editeurs/Auto editions Note: 3.0
    Résumé:

    Le voyage fabuleux de deux soeurs dans les légendes nordiques ! Depuis la mort de sa femme Esther, Olaf, éleveur de rennes en Laponie, vit seul avec ses deux filles de quinze ans, Lotta et Solveig. Bien que jumelles, elles sont pourtant très différentes. Solveig est d'allure très fragile, mutique, enfermée dans son monde et ne communique quasiment pas avec son entourage. Lotta parle pour deux. Dynamique et déterminée, elle est très attachée à sa soeur et la protège contre les éventuels dangers extérieurs. Lotta veut devenir chamane. Mais une longue et difficile formation attend l'adolescente qui devra affronter plusieurs dangers. Lotta n'espère qu'une chose : entrer en relation avec les esprits et retrouver celui perdu de Solveig. Arrivera-t-elle à mener à bien sa formation ? Et pourra-t-elle ramener facilement l'esprit perdu de sa soeur ?

    Autres informations: Editions Jungle
    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Tranche de vie
    En voilà une très belle couverture 🙂 C'est le premier truc qui m'est venu en regardant la BD.  Ces aurores boréales sont somptueuses et invitent au rêve. Ça tombe bien car de cela qu'il est question ici : de l'apprentissage difficile d'une nouvelle petite chamane. Difficile car il faut que cette jeune fille apprenne à contrôler ses émotions pour pouvoir discuter avec les esprits.
    Si l'idée et la couverture sont belles, la bd est, elle, un poil décevante. Alors je sais bien que c'est une bd pour enfant mais je trouve le récit haché. On passe un peu trop rapidement de scénettes en scénettes. Ce manque de fluidité perturbe notre implication dans l’apprentissage de la jeune fille. En effet les scènes avec le chamane sont trop fuguassent pour que nous pussions nous évader avec Lotta. 
    Les enfants y trouveront surement leur compte mais j'ai un peu peur qu'ils soient un peu perdus par qui est l'esprit de qui. On est même surpris car on découvre tres tard le problème de Solveig, la petite sœur. Oui on aurait pu le deviner mais il aurait été mieux de le dire. Et les sous-entendus avec les enfants ça passe souvent mal.
    Bref une bonne idée sur un peuple que trop peu connu mais pas forcément mis en avant comme il faut.
    L’expérience venant cela surement mieux au prochain tome.

    alx23

    Tango tome 5 - Le dernier condor

    Par alx23, dans Critiques

    Scenariste: Matz Dessinateur: Philippe Xavier Coloriste: Julien Maffre Editeur: Le Lombard Note: 3.5
    Résumé:

    Tango et Mario se sont installés en Argentine où ils coulent des jours paisibles. Mais cette fois c'est le passé de flic de Mario qui refait surface. Il est enlevé par d'anciens criminels de guerre résolus à se venger. Tango le sait, il n'a que quelques heures devant lui pour retrouver son ami...

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Action
    Je m'attendais à retrouver une intrigue plus poussée avec l'intervention des agents de la DEA lors du tome précédent mais Matz préfère la simplicité pour cette série. Le scénario est bien construit même si les facilités scénaristiques se font ressentir, voir trop ressentir pour ce cinquième tome. Peut-être que les auteurs enchaînent trop rapidement les albums puisqu'en un peu plus d'un an, on a eu droit à trois tomes de Tango. Après l'histoire reste plaisante à lire et les deux personnages sont charismatiques dans leurs aventures improbables. Cette fois ci Tango n’est pas le principal responsable des problèmes qu’ils vont devoir régler. En effet, le passé d’inspecteur de police de Mario le rattrape avec un truand qui veut se venger de lui.
    Les dessins de Philippe Xavier sont parfaits comme sur les autres tomes, le dessinateur gère très bien les ambiances et la mise en scène.
    Le dernier condor est une agréable lecture mais l'histoire risque de s'essouffler si l'histoire ne gagne pas en profondeur par la suite.

    poseidon2

    American jesus t1&2

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Mark Millar Dessinateur: Peter Gross Coloriste: Peter Gross Editeur: Panini Note: 4.0
    Résumé:

     Il faut admettre l'évidence : cet enfant de 12 ans, capable de transformer l'eau en vin et de guérir les infirmes est l'élu, le nouveau Jésus Christ. Mais comment peut-on si jeune, endosser une telle destinée ?

    Type: Comic L'acheter sur BD fugue Genre: Aventure
    La dernière création de chez Millarworld. Création destinée, depuis le rachat par Netflix des studios Mark Millar, à être transformé en série dans les années à venir. Voir même quasiment conçue pour être une série avant même d'être un comic. Ça se retranscrit un peu dans le comic. Mais pas de façon péjorative. Ça amène une gestion du suspens  plutôt positive.
    Car si Mark Millar se sert du succès de Punk Rock Jésus et de Preacher pour lancer lui aussi sa série sur le christianisme et le retour de jésus, il y met la patte Millar avec un découpage et une gestion du suspens très proche d'un film ou d'une série. On utilise la voie off qui raconte des événements passés pour pouvoir inclure le lecteur dans l'histoire. On gère le suspens chapitre par chapitre, chaque chapitre correspondant bien à un futur épisode de série.
    Niveau histoire cela serait cruel de vous en dire trop. Je vous dirais juste que les dessins de Peter Gross (Fables entre autres)  correspondent bien au style souhaité. Millar réussi à ne pas tomber dans l'apologie d'une religion plus qu'une autre et réussi la transposition de Jésus dans le corps d'un ado ! C'est aussi prenant qu’intéressant.
    Je ne saurais que vous conseillez de prendre les deux tomes en même temps. Deux tomes qui nous présentent le fils de dieu pour l'un et celui du diable pour l'autre.
    Le troisième tome qui marquera la confrontation entre les deux promet d’être....biblique 🙂
     

    The_PoP

    Le baron

    Par The_PoP, dans Critiques

    Scenariste: Jean-Luc Masbou Dessinateur: Jean-Luc Masbou Coloriste: Jean-Luc Masbou Editeur: Delcourt Note: 5.0
    Résumé:

    A l'automne de sa vie, le Baron de Münchhausen se retrouve confronté au livre fraîchement publié qui raconte ses aventures. Un livre qui, certes, lui amène une popularité et une certaine notoriété bien au-delà de la région où il réside mais qui le confronte à la mort en faisant de lui un héros de papier et non plus un conteur ! Notre baron se décide à rétablir la vérité, et quelle vérité !

    Autres informations: Ne passez pas à côté ce moment de grâce...
    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Aventure
    Je vous avoue que j'ai une grande tendresse pour le dessin de Jean-Luc Masbou. Fan absolu de son travail remarquable sur De Cape et de Crocs, j'avoue que j'ai fortement suivi la sortie de ce tome consacré aux aventures fantastiques du baron de Munchausen où le génie de Jean-Luc Masbou se retrouvait aux commandes du scénario, de l'écriture et du dessin. Hors l'on sait l'écueil que cela représente pour un seul auteur de se retrouver seul aux commandes d'une BD. 
    Cette BD quand je l'ai eu en main je l'ai trouvée très belle, mais j'ai su d'instinct qu'il me faudrait "du temps de cerveau" disponible pour l'apprécier. Non ce n'est pas une BD de gare, une BD qui se dévore et s'oublie rapidement. Ce baron de Munchausen se lit bien enfoncé dans un canapé, avec un truc à grignoter et à boire de préférence, l'esprit libre pour être touché par l'imaginaire, la poésie, et la grâce des illustrations et de l'histoire portée par cette riche BD. 
    Alors évidemment si vous n'êtes pas amateur du dessin tout en rondeurs, en empathie, et en humour de M. Masbou, passez votre chemin. Si le fantastique, le fantasmagorique, la littérature ou la poésie vous laissent indifférents, passez juste votre chemin, Ce Baron là n'est pas pour vous et ce n'est pas bien grave. Les rationnels n'y verront qu'une ode à l'inutile, les rêveurs rêveront. 
    Si vous avez aimé de Cape et de crocs, foncez, si le verbe est moins lyrique chez ce Baron là, les mots y restent toujours bien pesés, les couleurs alléchantes, l'amour de l'humain omniprésent et la magie finit par opérer. 
     
     
     
     

    edo

    My Hero Academya - Two heroes

    Par edo, dans Critiques

    Scenariste: Kuroda Yosuke d'après l'oeuvre de Kohei Horikoshi Dessinateur: Kuroda Yosuke d'après l'oeuvre de Kohei Horikoshi Editeur: Ankama Note: 3.5
    Résumé:

    All Might est en visite avec Izuku sur I-Island, une île où se tient la plus grande exposition dédiée aux recherches menées sur les alters. Réputé imprenable, le lieu est un véritable parc d'attractions pour le jeune garçon, qui ne sait plus où donner de la tête ! Là, il rencontre Melissa, une adolescente qui, comme lui, est dépourvue de pouvoirs... Alors que la soirée d'inauguration semble se dérouler pour le mieux, l'île est soudainement attaquée par des super-vilains et tous les invités sont pris en otage ! Leur cible ? Rien de moins que le numéro un des héros : All Might, le symbole de la paix ! Livrés à eux-mêmes, les élèves de la Hero Academia réussiront-ils à prouver leur valeur ? Retrouvez les héros du film My Hero Academia Two Heroes dans une nouvelle aventure tout en couleurs !

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Action
    Du nouveau contenu pour tout fan de My Hero Academia! Ki-oon revient avec le film "Two Heroes" en manga complet tout en couleur. Un vrai plaisir à consumer ou re-consumer pour les plus grands adeptes de la licence.
    C'est un beau OS, plus épais qu'un manga classique et qui comprend l'intégralité de film revisité pour tenir dans un format manga. On y retrouve tous les moments clefs de l'histoire et plaira à tous, fan comme nouveau lecteur (un petit résumé de l'univers est présent). Comme beaucoup de produits dérivés de manga original (ex: Team-up mission, Vigilante..) on apprend d'avantage sur l'histoire de certains personnages et aujourd'hui c'est au tour d'All Might et de son passé en Amérique..! Quant-à de nos jeunes apprentis héro, ils se retrouvent à devoir travailler ensemble et chacun va devoir s'adapter aux alters des autres face à une grande menace. Un vrai travail d'équipe les attend, mais qui nous permet également de suivre la progression de Midoriya dans son objectif de devenir un Héro comme All Might.
    Une histoire qui fera plaisir à beaucoup, j'en suis certaine, accompagné d'une touche d'humour. En soit un bon moment à passer.

    Nickad

    Le jeu de la mort tomes 1 et 2

    Par Nickad, dans Critiques

    Scenariste: SORA Dessinateur: SORA Editeur: Delcourt Note: 4.0
    Résumé:

    « Avant de mourir, ça ne te dit pas d'avoir une histoire d'amour avec moi ? » Mikoto Ochiai, souhaite se suicider en sautant du toit de son lycée suite à une déception amoureuse. Mais Jin Haiba, un nouveau professeur de physique qui était là pour fumer, l'en dissuade. Pour cela, il va lui proposer de se mettre en danger en devenant son petit ami de substitution. L'adrénaline causée par cette relation inappropriée va alors les rapprocher dangereusement

    Autres informations: Edition Delcourt/Tonkam
    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Romance
    C’est l’histoire d’amour entre une élève et un professeur… rien de très original me direz-vous. Certes, il y en a déjà eu beaucoup, et pour que cela fonctionne il faut des personnages originaux et attachants.
    C’est exactement ce que renferme le jeu de la mort : une élève dépressive un peu trop altruiste et un prof nonchalant qui se comporte comme un ado attardé.
    Mais ça, ce n’est que la surface, les personnages sont un peu plus consistants, ils ne se dévoilent que petit à petit. Il y a certes un jeu de séduction de la part du professeur qui en même temps a un comportement « je m’en-foutiste », il se fait d’ailleurs régulièrement taclé. Il y a des situations qui portent à quiproquos, des petites touches d’humour, mais surtout, des petites interactions entre les personnages et le manga qui apportent de la fraicheur.
    « les personnages dans ton genre, les lecteurs les détestent »
    L’auteure a su tirer son épingle du jeu et nous offre un manga très agréable, sans temps mort ni niaiserie. Une belle réussite !!
     
     
     
     



    The_PoP

    Mes ruptures avec Laura Dean

    Par The_PoP, dans Critiques

    Scenariste: Mariko Tamaki Dessinateur: Rosemary Valero-O'Connell Editeur: Rue de sevres Note: 5.0
    Résumé:

    Lorsque Frédérica Riley (Freddy) est sortie avec Laura Dean, la plus populaire, drôle et attirante fille du lycée, ce fût l'un des plus beaux jours de sa vie. Depuis, tout a changé... Laura est devenue autocentrée et manipulatrice. Elle ne cesse de quitter Freddy, qui finalement revient toujours vers elle. Cette relation toxique basée sur le "je t'aime, moi non plus" est malsaine, mais c'est plus fort qu'elle, Freddy ne sait pas lutter face à l'attraction magnétique, à l'emprise que Laura exerce sur elle. Pour garder un minimum de dignité et ne pas perdre son amie qu'elle délaisse, Freddy cherchera de l'aide auprès de ses proches, d'une chroniqueuse courrier du coeur et même d'un médium. Frédérica saura-t-elle se sortir de cette fougueuse histoire qui la rend aussi malheureuse que dépendante ?

    Autres informations: A faire lire de toute urgence à vos ados
    Type: Roman graphique L'acheter sur BD fugue Genre: Tranche de vie
    Attention cette chronique a été réalisée à partir du pdf.
    Cet album a reçu la récompense des Eisner Awards 2020 au titre de Meilleure publication pour ados.
    C'est peu dire qu'à priori je ne suis pas le public cible. C'est peu dire qu'entre l'univers LGBT, les préoccupations d'une lycéenne amoureuse, l'orientation clairement "pour ados" de ce roman graphique et les influences manga, ce Laura Dean n'était pas pour moi. 
    A priori. 
    Parce que c'est ce qu'il y a de bien avec l'intelligence et le talent, c'est que cela transcende souvent les goûts et les couleurs. Et j'ai dévoré ce Laura Dean. J'ai regretté aussi de ne pas l'avoir lu plus jeune, quand j'ai pu traverser moi aussi ce genre d'épreuves. Parce que sous couvert de s'adresser aux ados, ce livre parlera à tous, j'en fais le pari. Et c'est dire l'intelligence des auteures, qui ont su, tout en restant à hauteur des ados, leur livrer un vrai message, avec de la réflexion, sans trop de raccourcis et de belles pistes. Et tout y passe ou presque puisque cette histoire d'amour de l'héroïne avec Laura Dean est en fait le moyen d'explorer les autres facettes des relations humaines : amitiés, relations avec les parents, avec les autres. 
    Graphiquement et bien c'est beau, c'est très fin, les atmosphères changent et on les ressent à travers le trait délicat de Rosemary Valero-O'Connell. Il y a un vrai soin apporté à la galerie de personnages, et si souvent les couleurs et ambiances m'ont paru un peu trop girly, elles rendent pourtant justice au sujet traité, sans jamais infantilisé ou ridiculiser. 
     
    Mes ruptures avec Laura Dean est simplement un livre que je ferais lire à mes enfants, garçons ou filles, Gay ou non, dès que je les sentirais près. Parce que cela devrait être le livre de départ avant tout démarrage de relations amoureuses à l'heure où le romantisme manquant parfois dans nos vies, on se complait alors à le confondre avec des dramaturgies inutiles et douloureuses. A lire pour les parents, les enfants, les garçons et les filles, Mes ruptures avec Laura Dean n'est que la chronique de la relation amoureuse. 
     

    poseidon2

    Once and future T1

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Kieron Gillen Dessinateur: Dan Mora Coloriste: Dan Mora Editeur: Delcourt Note: 4.5
    Résumé:

    Lorsqu'un groupe de nationalistes britanniques utilise un ancien artefact pour ramener à la vie un méchant issu des légendes arthuriennes, l'ex-chasseuse de monstres Briggette McGuire sort de sa retraite (et de sa maison de retraite !). Accompagnée de son petit-fils Duncan, un naïf conservateur de musée, elle va reprendre du service et tenter de vaincre une menace légendaire à l'aide de magie noire, et d'un fort sens de l'à propos.

    Type: Comic L'acheter sur BD fugue Genre: Fantastique
    Attention avant de poursuivre vous devez savoir que j'apprecie énormément ce qui tourne autour des mythes de la table ronde. Ce comic ne pouvait donc que m'attirer. Mais il sera surement moins apprecié (et encore) par des gens ne connaissant pas bien le mythe du graal ou n'y trouvant pas specialement d'interet.
    Car ce comics n'est ni plus ni moins qu'une tentative, de part des personnes mal intentionnées, de faire revivre la court d'arthur à notre époque. Un vrai mélange de magie, mythe arthuriens et nouvelles technologies. Et un mélange qui prend. Elle prend parce que notre scenariste choisit de mettre le héros de notre histoire au même niveau que notre héros. Le niveau 0. Et les explications viennent de facon raisonnée, entrecoupée d'attaques de dragon et de renaissance de roi morts des millenaires avant. On se retrouve donc avec une histoire au final complexe mais bien amenée. 
    Ce qui est vraiment sympa c'est que ce comics n'est pas juste une transpoition à notre époque, mais bien un incursion dans le monde moderne de relicat de mythes arthuriens. 
    Porté par un super dessin de "l'école Sean murphy" comme je l'appelle (des trait anguleux, des visages détaillés et un dessin dynamique), ce premier tome (sur trois) s'ouvre et ne se lache pas avant la fin. 
    Un vrai bon moment de divertissement magique.

    edo

    Le renard et le petit Tanuki

    Par edo, dans Critiques

    Scenariste: Mi TAGAWA Dessinateur: Mi TAGAWA Editeur: Ki-oon Note: 4.0
    Résumé:

    Il était une fois Senzo, un renard surpuissant craint de tous les animaux, qui semait la terreur sur son passage... à tel point que les dieux, pris d'une vive colère, le plongèrent dans un profond sommeil... 300 ans plus tard, à notre époque, ils décident de l'en sortir... à une condition ! Privé de sa force destructrice, le voilà chargé d'une mission spéciale : élever le petit tanuki Manpachi pour faire de lui un digne serviteur de la déesse du Soleil. Manpachi a été rejeté par sa famille car il possède des pouvoirs immenses, qu'il a encore du mal à contrôler. Allergique à toute autorité, Senzo refuse de s'embarrasser d'un disciple, aussi mignon soit-il... Sauf qu'au moindre signe de rébellion, il est parcouru d'une douleur insoutenable ! Le voilà bien obligé d'accepter le marché... Impossible de rester de marbre face à cette fable animalière ultra-craquante ! Mi Tagawa est de retour dans un récit plein de tendresse, après nous avoir déjà fait fondre avec sa peinture poignante des liens familiaux dans Père & Fils. À la manière d'un film de Ghibli, Le Renard et le Petit Tanuki touchera le coeur des petits comme des grands !

    Autres informations: Pour les enfants
    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Fantasy
    Une adorable histoire qui touchera petits comme grands. Le dessin, simpliste et classique, doté d'une touche très expressive qui apporte un coté adorable à tous les personnages. On vise ici un publique jeune, c'est certain, mais l'histoire n'en reste pas pour autant attachante et prenante.
    Senzo est un puissant renard qui a fait régner la terreur autour de lui à reçu le châtiment des Dieux pour son comportement, ils l'emprisonnèrent pour un sommeil de 300 ans. Ce n'est qu'une fois revenu à lui qu'il se découvre dépourvu de ses précieux pouvoir et en charge d'une mission très spécial : élever un petit Tanuki en parfait petit serviteur de la Déesse du soleil...!
    Si Senzo est hors de lui à cette idée qu'il juge loin d'être à son rang, le jeune Manpachi va rapidement l'attendrir par sa naïveté et son grand cœur. Ils vont ensemble traverser de nombreuses histoires, lier un lien, et apprendre de l'un comme de l'autre.
    Un premier tome très réussi et promet une belle histoire.

    The_PoP

    Thorgal - Tome 38 - La selkie

    Par The_PoP, dans Critiques

    Scenariste: Yann Dessinateur: Fred Vignaux Coloriste: Gaetan Georges Editeur: Le Lombard Note: 4.0
    Résumé:

    Louve a disparu ! Thorgal et Jolan s'empressent de prendre la mer pour retrouver la jeune fille, enlevée et emportée sur la mystérieuse île de Kalsoy. Mais l'île est jalousement gardée par la statue de Kopakonan, une femme-phoque qui a jeté une malédiction sur tout le village. Aux prises avec des habitants revanchards, nos héros seront malgré eux confrontés à une légende ancienne mais redoutable.

    Autres informations: L'immortel Thorgal
    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Aventure
    Et nous voici avec un nouveau Thorgal, le 38ème, excusez du peu !!! Bon donc forcément au niveau de l'originalité ça commence à se ressentir depuis quelques tomes hein. Il faut reconnaitre que Thorgal avec son passé, ses aventures et sa famille devient un Héros un peu encombrant pour Yann qui a repris les scénarios de la série accompagné de Vignaux au dessin. Mais qu'à cela ne tienne, ce duo talentueux relève le défi à sa façon. Thorgal poursuit donc sa mue, moins impulsif, moins orienté sur l'action, moins décisif aussi, il continue pourtant d'explorer mythes et légendes des contrées nordiques au fil de ses aventures. 
    Et de ce point de vue cet album est une réussite. Les îles Féroë sont un beau terrain de jeux, et les légendes abordées sont plutôt sympas. Les personnages sont réussis, et la morale façon Thorgal est toujours intéressante et fidèle au héros depuis ses débuts. 
    Côté dessin, l'ambiance est chouette, les visages sont vraiment profonds, très travaillés et expressifs. Certes les décors ne sont pas forcément le point fort de ce Thorgal, mais Thorgal s'est toujours plus intéressé aux hommes qu'aux décors. Quoiqu'il en soit j'aime beaucoup. Certes c'est moins épique que ce que l'on pouvait connaitre, c'est assez passif même comparé aux BD actuelles, mais cela n'empêche l'aventure d'en être une, même si Thorgal n'affronte guère d'ennemis à la pointe de son épée. 
    Alors oui ce n'est plus révolutionnaire, mais ça reste un Thorgal sympa, proche des débuts.

    The_PoP

    Vent Mauvais

    Par The_PoP, dans Critiques

    Scenariste: Cati Baur Dessinateur: Cati Baur Editeur: Rue de sevres Note: 4.0
    Résumé:

    Béranger est en crise, depuis son dernier succès au cinéma, il y a quinze ans, il est aussi peu inspiré dans son travail de scénariste que dans sa vie de divorcé, père de deux adolescentes Lison et Violette. Il peine à écrire la suite que lui réclame son agent et décide de quitter Paris ... pour s'installer à la campagne à côté d'un champ d'éoliennes face auxquelles il semble trouver l'inspiration. Sur place, il vit une idylle avec Marjolaine, une fille un peu décalée, la trentaine, qui conduit le bibliobus du village. Quand elle ne joue pas au scrabble, elle s'occupe de ses vieux parents, enterre les oiseaux morts et rêve d'ouvrir sa librairie. Alors que Béranger reprend goût à l'écriture, les saisons passent et apportent leurs lots de mauvaises nouvelles. Il glisse alors doucement vers la dépression. Marjolaine spectatrice malgré elle de la situation sera contre tout attente, celle sur laquelle ils pourront s'appuyer...

    Type: Roman graphique L'acheter sur BD fugue Genre: Tranche de vie
    Chronique réalisée à partir d'un pdf.
    Vent mauvais illustre toute la difficulté de parler d'une bd, de son graphisme. Parce que j'ai beaucoup aimée, même si je ne partage pas une bonne part des positions de l'autrice, et même si en théorie la partie graphique aurait fort bien pu ne pas me plaire. Mais cela n'a pas été le cas, j'ai aimé ce qui se dégage du dessin, la tendresse pour les personnages qui en transpire, la pertinence de cette fin bien amenée par l'auteure avec tous ces indices disséminés au fil de cette tranche de vie. 
    Je ne peux que vous en conseiller la lecture, car c'est plutôt intelligent, ça ouvre bien aux discussions, et surtout ça parle merveilleusement bien des hommes et des femmes. 
     
     

    Nickad

    Dans les pas de Nietzsche tome 2

    Par Nickad, dans Critiques

    Scenariste: HARADA Mariru Dessinateur: ARAKI Tsukasa / SUGIMOTO Iqura Editeur: Soleil Note: 4.0
    Résumé:

    La philosophie est-elle en mesure de trouver toutes les réponses aux questions des adolescents d'aujourd'hui ? Nietzsche peut-il aider une jeune fille au coeur brisé ? Arisa est confrontée à un grave dilemme. En découvrant son petit copain et sa meilleure amie ensemble. Elle est partagée car elle trouve qu'ils sont bien assortis et elle leur souhaite tout le bonheur, mais elle éprouve aussi de la jalousie à leur égard. Elle formule alors le voeu de devenir plus sage et réfléchie. Le destin met alors sur son chemin un jeune homme venu l'aider et qui prétend être la réincarnation de Nietzsche.

    Autres informations: série finie en 3 tomes
    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Tranche de vie
    Le concept est intéressant, à travers l’intervention de personnages historiques, l’auteur introduit des notions philosophiques qui, pour ceux qui en ont fait l’expérience, ne sont pas toujours faciles à comprendre. Ici, l’histoire va permettre d'illustrer concrètement ces notions, une sorte de guide pour les nuls en quelque sorte.
    Les sujets abordés portent sur notre quotidien : le choix, la liberté, le sens moral… pour permettre d’avancer dans la vie, c’est plutôt bien fait.
    Dans ce volume, les conseils de Nietzsche et Kierkegaard permettent à Arisa de tourner la page pour aller de l’avant et Schopenhauer nous fait une belle leçon sur l’obtention du bonheur.
    « La folie des hommes, c’est d’accorder beaucoup trop d’importance au regard des autres ».
    Ce second tome est plus facile à appréhender que le premier mais cela reste de la philosophie, il faut donc prendre son temps pour l’analyser.
    Intéressant donc, mais pas toujours facile à digérer.

    poseidon2

    The unwanted undead adventurer t2

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Yu Okano Dessinateur: Haiji Nakasone Editeur: Meian Note: 4.0
    Résumé:

    Après s'être fait dévorer par un Dragon dans un donjon, Lendt se réveille sous la forme d'un démon squelette. Ayant bénéficié de l'évolution substantielle, capacité qu'ont les monstres à évoluer, il possède désormais un corps de Goule. Il décide de retourner à l'endroit où ce Dragon était apparu, quand soudain, le piège d'un cercle magique se déclenche et le téléporte dans un lieu inconnu. C'est là, au plus profond du donjon de la Lune d'Eau, que le boss apparaît. Malgré sa grande expérience en tant qu'aventurier et ses capacités de Goule, Lendt arrivera-t-il à bout de ce Squelette géant, un monstre de haut niveau qui se nourrit de l'énergie du donjon ? Alors qu'il se donne corps et âme contre ce boss, Lendt subit un nouveau bouleversement... Voici le tome 2 du manga de fantasy sur le périple de la réincarnation de Lendt le mort-vivant !

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Fantastique
    Apres la bonne surprise du tome 1, j'avais un peu peur que ce tome deux ne ralentisse le rythme d'une série plaisante par la rapidité d’évolution de notre héros.
    Et bien pour l'instant toujours pas.  Nos auteurs réussissent agréablement à marier une trame de fond qui grossit avec l'évolution de notre héros qui passe encore un cap dans l'échelle de l'évolution des monstres. Un cap important qui lui permet bien d'autres choses. Ce tome marque un focus intéressant sur Laurraine, l'aventurière qui l'aide dans sa reconquête d'humanité. On en apprend plus sur son passé et cela densifie l'histoire en nous coupant de l'aspect pure et simple d'exploration de donjon.
    On clôture avec une relance finale sur un des personnage du premier pour nous tenir en haleine.
    Bref une bonne série qui garde pour l'instant un cap qui promet de belles choses.

    alx23
    Scenariste: Gou Tanabe Dessinateur: Gou Tanabe Editeur: Ki-oon Note: 5.0
    Résumé:

    Quand Francis Thurston hérite des possessions de son grand-oncle archéologue, il se retrouve lié à la tragique destinée du vieil homme... D'après ses papiers, le défunt scientifique enquêtait sur une religion étrange : le culte de Cthulhu. Une mystérieuse gravure représentant son dieu dépeint un monstre cauchemardesque ! Selon le journal laissé par le professeur, cette tablette est l'oeuvre d'un artiste qui l'a créée en pleine nuit, alors qu'il était assailli de visions d'une cité fantastique habitée par une créature gigantesque. Or, ce phénomène a eu lieu le lendemain d'un séisme d'une intensité inégalée, qui a affecté des hommes dans plusieurs contrées... Qu'est-ce qui a bien pu perturber ainsi l'équilibre du monde ? Intrigué par ces écrits, Francis reprend le flambeau et se lance sur la piste du culte, au coeur des ténèbres... Des États-Unis à l'Europe en passant par les étendues glacées du Groenland, l'horreur se niche partout ! 

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Fantastique
    Je dois reconnaître que je suis assez content de cette série d'adaptation des romans et nouvelles de HP Lovecraft par Gou Tanabe. Je trouve déjà très originale l'édition avec une fausse couverture en cuir qui fait bien dans ma bibliothèque.
    Pour l'histoire, Gou Tanabe propose une adaptation ouverte pour amener d'autres personnages dans le récit. Ainsi le récit convient mieux au format bande dessinée ou plutôt manga dans ce cas. L'appel de Cthulhu est l'œuvre la plus incroyable de Lovecraft et surtout à la base de tout le mythe autour de cette histoire. L'appel de Cthulhu est devenu une référence du genre depuis longtemps mais continue d'inspirer de nombreux auteurs et de nombreuses frayeurs aux lecteurs. 
    La partie graphique de Tanabe est très réaliste pour dépeindre les univers fantastiques de Lovecraft. Les décors sont très travaillés et les monstres bien représentés. Les personnages sont dans un style manga avec des traits fins.
    L’appel de Cthulhu est pour le moi la plus aboutie des adaptations de Tanabe avec des scènes d’action plus importantes que dans les tomes précédents.

    The_PoP

    D.O.W

    Par The_PoP, dans Critiques

    Scenariste: Thilde Barboni Dessinateur: Gabor Editeur: Dupuis Note: 3.5
    Résumé:

    Qui est donc ce mystérieux street artist qui signe D.O.W. et aide la police à combattre le crime ? Le jeune médecin Alexandra Bariankoff, alias Sasha, va croiser sa route par hasard lors d'une intervention chez un célèbre tatoueur, Aliocha, prisé de la jet set internationale autant que de la mafia russe. Aliocha va entraîner la jeune femme au coeur d'une terrible vengeance.

    De révélations en rebondissements, de manigances en trahisons, la mise en scène musclée dynamise une intrigue à suspense où l'ombre des tsars de l'ancienne Russie plane encore sur la mafia russe moderne. Le mystérieux D.O.W. devra affronter d'impitoyables adversaires pour défendre son nom, son passé et son avenir.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Polar
    Et voilà une BD qui m'a fait de l'oeil dans les rayons de mon libraire préféré avant le confinement. Du polar bourré d'action et de charme, avec un graphisme sympa et un univers qui semble un peu original. Il ne m'en fallait guère plus pour tenter l'expérience. 
    Le résultat est un poil plus mitigé. Attention c'est une bonne BD, de celle qu'on lit et qu'on relira avec beaucoup de plaisir. Mais ce premier tome n'est pas encore un tome qui marque durablement, la faute à mon goût à un scénario un peu léger à partir du milieu de la BD. Le démarrage est vraiment top, mais la suite s'enchaine trop vite à mon goût, et la construction de l'intrigue me semble juste un peu légère sur les moments clefs. Un peu facile, et c'est dommage, car globalement on évite la sensation de déjà vu. J'ai vraiment bien accroché avec les personnages et l'ambiance. Peut être que les auteurs ont voulu aller un peu trop vite au niveau du scénario pour ne pas faire un tome d'introduction trop lent.
    Le dessin est lui très très sympa, avec le dynamisme d'un Marini mais un trait peut être plus actuel. Pas étonnant pour ceux qui ont suivi le dessinateur Gabor, issu du même bain bourré de talent de la BD espagnole que les Juan Diaz Canales ou Raule avec qui il a collaboré sur Isabellae notamment. 
    J'espère que le tome 2 orientera favorablement cette série qui mérite un développement sympa au vu de ses personnages et son potentiel. 
    .

    poseidon2
    Scenariste: Mika / Aurelle / Dessinateur: Margo Renard Coloriste: Margo Renard Editeur: Kennes Note: 3.0
    Résumé:

    CATASTROPHE ! Depuis des jours, la pluie s'abat sur le royaume des licornes. Toutes les créatures sont tristes ou de mauvaise humeur ! Sauf Gummie, la pétillante licorne, et son amie, la princesse Eugénie. Ensemble, elles partent en mission pour redonner le sourire à Fildor, l'elfe responsable de la météo. Réussiront-elles à faire réapparaître le soleil ?

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Indefini
    Oh chouette une BD my little Pony pour ma fille qui commence à lire !!! 
    Ah non il semblerait que cela ne soit pas my little pony... la différence ? Ah oui là il y a une petite fille ! Ouf.  Non sans rigoler ici on n’est pas dans un royaume avec uniquement des licornes. Le monde que nous proposent nos auteurs est un monde rempli de toutes les créatures enchanteresses que vous pouvez imaginer. Un monde ou tout va bien tout le temps.... sauf la !
    Cette BD ne cache pas sa cible: c'est du 5-8 ans max ! Mais grand max ! Ah et orientés petites filles. Mais peu importe que la tranche d’âge ciblée soit les petits si c'est bien fait. Et c'est bien fait : Peu de dialogue, un vocabulaire simple, des dessins très expressifs et une aventure tout gentille. Tout ce qu'il faut pour donner envie à nos enfants de lire un peu plus !
    Une belle BD pour les tout-petits. Pour profiter de ce confinement pour développer leurs envies de lire.

    poseidon2

    La bête

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Zidrou Dessinateur: Franck Pé Coloriste: Franck Pé Editeur: Dupuis Note: 5.0
    Résumé:

     Capturé en pleine Palombie par des Indiens Chahutas et vendu à des trafiquants d'animaux exotiques, un marsupilami débarque dans les années 50 au port d'Anvers. Réussissant à s'enfuir, il arrive dans la banlieue de Bruxelles et est recueilli par François, un jeune garçon fan d'animaux dont le quotidien est loin d'être facile. Le début d'une aventure passionnante, parfois sombre mais toujours porteuse d'espoir, et d'une belle amitié.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Drame
    Que dire de plus que ce qui n'a déjà été dit sur cet album ? Ben surement rien.... mais un aussi bon album mérite qu'on en parle mais si c'est pour sortir des poncifs. 
    Il me faut dire à ceux qui seraient encore passé à côté que les dessins de Franc Pé sont somptueux. J'avais hésité à le prendre car la forme est étrange et ces grosse pages pas facile à ranger dans une étagère. Mais ces grosses pages sont là pour nous permettre d'admirer le travail de l'auteur de Zoo. C’est sublime. Mais cet album n'est pas juste une ode au graphisme de Franck Pé.
    Zidrou non contact un album qui porte bien son nom : En effet nul part on ne parle du Marsupilami. On nous parle de cette bête étrange qui débarque en Belgique. Le traitement du Marsu sur son coté bête sauvage est une vraie trouvaille. Il rappelle qu'un animal est à la base sauvage et qu'on ne sait jamais quoi attendre d'animaux sauvages quand on les sort de leur milieu naturel.
    Une belle histoire dont on attend la fin avec impatience qui nous montre, en se servant d'une icône de la BD comme fer de lance, ce qu'il pourrait arriver à toute nouvelle espèce de nos jours 
    Prenant et sublime.

    Nickad

    Ajin tome 15

    Par Nickad, dans Critiques

    Scenariste: SAKURAI Gamon Dessinateur: SAKURAI Gamon Editeur: Glenat Note: 4.5
    Résumé:

    Kei Nagai a tout parié sur un plan exécuté à la dernière minute pour coincer Sato. Le piège qui devait l'enfermer à jamais reste cependant désespérément silencieux. Alors que tout semble perdu, un personnage inattendu fait une entrée fracassante au coeur de la base en flammes...

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Action
    Ajin c’est un scénario original, un personnage principal un peu fade à mon gout (Nagai) mais qui n’est pas le héros. Car il n’y a pas de « bon clan » dans ce manga, chacun a des raisons d’agir qui se défendent. Mais Ajin, c’est surtout la présence forte de Sato, le « méchant » et celui qui porte l’histoire.

    Nagai a beau échafauder des plans et penser à un maximum de possibilités, Sato déjoue tous les pronostics et nous surprend régulièrement.

    Si parfois, j’ai trouvé que certains tomes étaient moins aboutis, j’ai vraiment été estomaquée dans ce volume, genre « quoi ??!! non mais t’as vu ça ? incroyable ! Ouahh ! »

    Voilà un manga qui mérite le détour et qui promet encore des moments palpitants !!


    alx23
    Scenariste: Marv Wolfman Dessinateur: Gene Colan Coloriste: Tom Palmer Editeur: Panini Note: 4.5
    Résumé:

    La collection MARVEL OMNIBUS vous propose ce mois-ci un morceau d'histoire, un album événement consacré au roi des vampires, Dracula en personne. Découvrez ces épisodes cultes réalisés par les plus grands auteurs Marvel, dont un inédit et les autres jamais publiés en France depuis la fin des années 70.

    Type: Comic L'acheter sur BD fugue Genre: Fantastique
    Le tombeau de Dracula est le premier omnibus sur les deux de la série à être édité en français avec presque 800 pages de bande dessinée des années soixante-dix aux États-Unis. Ce monument est un classique horrifique de l'époque qui durera 70 numéros, bien plus que toutes les autres séries d'horreurs chez Marvel. Marv Wolfman scénarise une grande partie des histoires de cet omnibus mais d'autres scénaristes interviennent sur les des épisodes du tombeau de Dracula. Au niveau de l'histoire, on suit le petit fils de Dracula renommé Drake qui découvre son héritage. Il part en compagnie de sa compagne et de son ami pour prendre possession du château délabré dans les Carpates. Frank Drake vole le cercueil du vampire en sachant que ce dernier voudra le récupérer. Très rapidement, l'histoire tourne autour de comment tuer Dracula qui de nouveau terrorise et tue les jeunes femmes pour se nourrir. Marv Wolfman assure un intérêt grandissant avec tous les personnages secondaires que va rencontrer Drake pour combattre Dracula, comme Rachel Van Helsing ou Blade. Les vampires ne seront pas les seuls monstres présents puisque le héros croise des démons, loup-garou et d'autres créatures maléfiques. Giant-size chillers revient sur la malédiction de Dracula avec des textes et quelques illustrations.
    Les dessins de Gene Colan sont de qualité pour dépeindre l'univers du vampire. Tom Palmer le seconde à l'encrage et réalise les couleurs. J'ai lu la version numérique donc les couleurs rendent très bien mais je n'ai eu l'occasion de voir la version papier. L'album se termine sur plusieurs couvertures en noir et blanc des comics en fascicule, des illustrations et des pages non colorisées.
    Cet énorme recueil est composé des épisodes de Tomb of Dracula du numéro 1 au 31, de Werewolf by night numéro 15, Giant-size chillers numéro 1 et de Giant-size Dracula du numéro 2 au 4.
    Avec le tombeau de Dracula, on se rapproche des productions Eerie ou Creepy ou les productions E.C. Comics qui reviennent à la mode aujourd’hui et sont considérées comme des classiques ou des récits cultes de l'horreur et du fantastique.

    poseidon2

    Freya t4

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Ishihara Keiko Dessinateur: Ishihara Keiko Editeur: Doki-Doki Note: 4.0
    Résumé:

    Mue par une colère froide après avoir vu Alexis tomber sous les flèches ennemies, Freya se jette au cœur de la bataille. La situation est désespérée pour son camp, qui manque d’hommes valides et de ravitaillement. Freya parvient néanmoins à galvaniser la petite garnison du fort de Leren. Mais la fougue retrouvée de ses soldats semble ne pas pouvoir faire le poids face à la puissance de l’armée de Sigurd…

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Guerre
    En voilà un manga sympa. Sympa car ayant une fréquence de sortie raisonnable (pour un manga) mais ayant aussi une histoire bien poussée. En effet les tomes se font attendre mais ils sont denses en histoire. On ne s’arrête pas longtemps sur des points de détails mais on traite plutôt  de la politique moyenâgeuse dans son ensemble.
    Le personnage principale de Freya est toujours bien pensé et bien réalisé avec un sourire et un détachement à faire craquer n'importe qui. Un personnage qui évolue bien et prend de l'épaisseur dans ses décisions. Le côté "amour" avec ses soupirants est tout juste présent pour rendre cela intriguant mais ne tombe pas dans le shojo. 
    La nouvelle donne politique après la bataille contre Sigurd est très sympa avec des alliances à créer et des nouvelles têtes qui apparaissent. Point très positif que l’exécution de traitres qui est faite sans effusion de sang, mais surtout sans larmoiement. Ils ont joué, ils ont perdus.... c'est la guerre et ne mérite qu'une page pas plus.
    Une bonne série dont on espère qu'elle va continuer sur les mêmes rails.

    poseidon2

    Batman Metal : le multivers noir

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Collectif Dessinateur: Collectif Coloriste: Collectif Editeur: Urban Comics Note: 4.0
    Résumé:

    Et si Azrael avait refusé de rendre la cape du Chevalier Noir à Bruce Wayne ? Et si, après la mort de son mari, Lois Lane avait hérité de Superman ses pouvoirs pour faire régner la justice à sa place ? Et si les Black Lanterns avaient consommé la quasi-totalité de l'Univers lors de la Crise Blackest Night ? Et si, les plus grands événements de DC avaient eu une tournure différente dans un autre monde ? Bienvenue dans les univers dystopiques du Batman qui Rit.

    Type: Comic L'acheter sur BD fugue Genre: Super héros
    Sur le papier je trouvais l'idée un peu vaseuse. Ca faisait un peu ventes facile que de dire : tient et si on refaisait les succès de DC mais dans l'autre sens, en mode sombre. Si l'idée st sympathique car on aime tous revisiter les mythes, ça paraissait un peu facile. 
    Est-ce pour cela ou juste par justesse éditoriale, je ne saurais trop dire, mais Urban (je ne saurais dire si c'est pareil dans l'édition VO de chez DC) a pris en compte ce point de vue et a décidé d'ajouter..... Le numéro principale de l'histoire de base et ce pour chacune des histoires revisitées. On passe donc d'un divertissement sympathique mais un peu facile et un tome vraiment intéressant.
    Intéressant car en plus de ces histoires revisitée, il permet aux nouveaux lecteurs d'avoir une idée des originaux. Une idée autant au niveau du dessin que de de la narration. Et ça c'est top. En effet on entend souvent parler de récits mythiques mais on se retrouve parfois déçu par le ton, le dessin old school ou encore la narration d'un autre temps. Avec le mix proposé ici on a une histoire sympa (dans l'univers du multivers noir)  mais aussi le premier volume de son pendant historique. 
    Cela fait de ce tome un album aussi sympa qu’intéressant.  Reste seulement à savoir pourquoi cet album est titré Batman Metal.... vu qu'il n'y a qu'une histoire sur batou.....

    The_PoP

    La venin - Tome 3 - Entrailles

    Par The_PoP, dans Critiques

    Scenariste: Laurent Astier Dessinateur: Laurent Astier Coloriste: Stéphane Astier Editeur: Rue de sevres Note: 3.5
    Résumé:

    1900, Oil Town dans l'Ohio. Sur ces terres crasseuses mélangées aux hydrocarbures, tout le monde travaille de près ou de loin pour l'or noir. C'est ici qu'arrive qu'Emily accompagnée de la petite Claire et de Susan, une femme secourue sur son chemin. Désormais, elle sera Mary Mc Cartney, la nouvelle institutrice. C'est ainsi qu'elle croit pouvoir approcher et tromper Drake, le tyrannique et gros exploitant pétrolier de la ville. Elle ne se doute pas un instant que c'est lui qui l'attend ! Démasquée, Emily apprendra au passage, un élément important sur sa mère qui lui fera perdre la raison. Déstabilisée et traquée par les chasseurs de prime, elle n'aura d'autres choix que de fuir en direction de New York.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Western
    Et voici déjà le tome 3 pour cette série de Western des éditions Rue de Sèvres avec M. Laurent Astier aux commandes. Le rythme de parution est très soutenu pour selon qu'il s'agit d'une série dessinée et scénarisée par un seul auteur. Chapeau bas donc, et ce d'autant plus que la qualité semble encore présente dans ce tome. Les dessins sont toujours de qualité, et même si ce n'est pas forcément le trait que je préfère, il ne s'agit là que de goût personnel, tant les visages comme les arrières plans sont détaillés et fournis. La colorisation suit bien la trame scénaristique avec des ambiances très différentes suivant les époques et les flashbacks. 
    Côté histoire, on poursuit la vengeance de notre héroïne tout en remontant les traces de ses drames passés. C'est toujours aussi vivant et l'occasion une nouvelle fois de saisir une tranche de vie de l'Ouest des années 1900 avec cette fois-ci les premières villes pétrolières. Je n'ai qu'un regret c'est que j'ai un petit peu du mal à m'attacher au destin d'Emily. Mais c'est souvent le cas pour moi avec les scénarios de vengeance. 
    Je ne sais pas exactement en combien de tomes est prévue cette série mais je pense que l'on approche à grand pas du dénouement. La venin reste une bonne série de Western, qui si elle ne boxe pour moi pas tout à fait avec les ténors du genre, reste intéressante. 

    poseidon2

    La maison blanche

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Herve Bourhis Dessinateur: Herve Bourhis Editeur: Casterman Note: 3.5
    Résumé:

    Tout sur l'homme le plus puissant du monde ! De Georges Washington à Donald Trump, en seulement deux doubles pages par mandat (alliant textes et illustrations), un condensé d'infos sur les 45 présidents à avoir dirigé la première puissance mondiale depuis sa création en 1776. Les anecdotes, les petites et grandes phrases, les innovations institutionnelles, les crises traversées pendant deux siècles et demi, mais aussi les représentations des Présidents dans les arts, la pub, la chanson, le cinéma, etc... Garantie sans fake news, une découverte ludique, mais véridique, de l'histoire des USA, à l'heure où Trump tente de gagner son second mandat !

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Documentaire
    C'est bientôt le grand jour. Un jour qui pourrait paraître petit pour un français mais qui est forcément important pour tous ceux qui s’intéressent un tant soit peu à la politique internationale. Un jour qui verra le Trumpisme gagner ou perdre. Et pour bien comprendre comment les américains ont pu en arriver à ce choix, rien de mieux de se renseigner sur l'histoire des précédents présidents. 45 présidents avec autant de personnalités différentes dans un pays qui ne manque de spécificité. 
    On apprend (enfin moi) comme quoi leur système de vote bizarre à coup de grand électeurs.... vient rien de moins que Georges Washington. Depuis le début quoi. On y apprend tout plein de petits détails sur tous les présidents, même les moins connus !
    Une vraie bonne introduction avant de sortir les chips et le beurre de cacahuète pour se faire une soirée élection américaine ce soir !!

    The_PoP

    Orcs & Gobelins - tome 10 - Dunnrak

    Par The_PoP, dans Critiques

    Scenariste: Jean Luc Istin Dessinateur: Alex Sierra Coloriste: J. Nanjan Editeur: Soleil Note: 4.0
    Résumé:

    « C'est en observant la lumière sur les reflets du lac que je l'ai remarqué. C'était là, au fond. Ça me faisait de l'oeil, ça brillait. Mais le trouble de l'eau m'empêchait de voir de quoi il s'agissait précisément. Alors, je me suis laissé aller vers le fond ». Un jour, en pêchant, Dunnrak l'orc récupère au fond du lac un pendentif. Lorsque le nom de son frère se grave sur la pierre, Dunnrak ne s'en préoccupe pas, sauf que son frère meurt dans la journée et aussitôt son nom disparaît. Très vite le phénomène se renouvelle. Dunnrak est-il fou ? Est-ce une pierre de divination ? Et pourquoi personne d'autre que lui ne peut lire les noms inscrits dans la pierre ?

    Autres informations: Oui je préfère encore les Orcs aux Elfes.
    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Fantasy
    A ce niveau là ce n'est plus un simple clin d'oeil. L'histoire d'un orc qui pêche par hasard une pierre magique qui va lui apporter beaucoup d'ennuis, de malheurs et d'aventures... J'ai failli m'étouffer au début. Et puis force est de reconnaitre que Jean Luc Istin n'est pas le premier venu, et qu'il a su se dégager de son hommage appuyé finalement assez facilement, et ce pour le plus grand plaisir du lecteur. 
    Orcs & Gobelins, comme Nains fait partie des séries des terres d'Arran que j'apprécie plus que la moyenne. Probablement une question de liberté créative laissée à ses auteurs, que les sujets plus sérieux des mages et autres elfes ne leur laissent pas. Evidemment, après tout, si l'on connais fort bien les sociétés imaginaires elfes et les problèmes des mages, qui s'est jamais trop ntéressé aux sociétés naines ou elfes ? Le carcan scénaristique est donc je crois plus léger, et le lecteur s'y prend probablement aussi moins au sérieux. On ne leur demande que rarement de sauver le monde finalement aux Orcs et aux Gobelins non ?
     
    On se retrouve donc grâce à Dunnrak avec une aventure de Fantasy savoureuse, dont la construction est très largement inspirée du cinéma ou d'autres livres, et dont le twist final, par ailleurs réussi et bien exécuté, ne brillera pas non plus par son originalité. 
     
    Côté dessin, si j'ai dit le plus grand bien du dessin du tome 19 de Nains, et bien ce tome 10 d'Orcs et gobelins est encore meilleur je trouve. Chapeau bas à M. Alex Sierra qui nous livre de belles planches avec des personnages bien foutus. 

    The_PoP

    Nains - Tome 19 - Tadgar des errants

    Par The_PoP, dans Critiques

    Scenariste: Nicolas Jarry Dessinateur: Jean-Paul Bordier Coloriste: Vincent Powell Editeur: Soleil Note: 3.5
    Résumé:

    Le mal n'a qu'à bien se tenir... parce qu'il a trouvé plus malhonnête que lui ! Tadgar le futé, Lygdr la ténébreuse, Damn la séductrice, Wal le fou-furieux et Akab le vieux prêtre défroqué ont un point en commun : aucune loi n'est sacrée à leurs yeux. Seule leur importe la liberté, tant qu'elle est assaisonnée d'un bon paquet de talions. Alors, quand cette équipe de hors-la-loi se fait doubler par un nécromancien et se retrouve avec une armée d'orcs, un mage elfe blanc et une cité-état naine aux trousses, ils décident de faire ce que tout nain sensé ferait à leur place : retrouver le mage noir et lui faire cracher ses dents.

    Autres informations: Je n'aime définitivement pas les Elfes.
    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Fantasy
    Et voilà, comme souvent avec Soleil, en parallèle des sorties du tome 28 d'Elfes, et du tome 10 d'Orcs et Gobelins, nous voici avec la fournée 19 de Nains. L'univers des terres d'Arran ne cesse de s'enrichir. 
    Inutile de vous dire que je trouve souvent les tomes de Nains moins ennuyeux ou classiques que les tomes d'Elfes, la faute probablement aux libertés qu'autorisent les différences entre les caractéristiques supposées de ces races. Et ce tome de Nain ne fait pas exception à la règle car si le scénario a une belle odeur de déjà vu avec cette troupe de coquins roublards, malhonnêtes mais sympathiques, façon Han Solo ou Jack Sparrow, l'intrigue est suffisamment bien troussée pour nous divertir, tout en nous livrant quelques belles scènes d'actions et autre morceaux de bravoure réjouissants. On est là loin du sérieux lénifiant qui tient la série Elfes. Ici l'escroquerie est poussée jusqu'au bout, et parfois trop loin quand elle entraine guerres et massacres sans afficher le moindre remord. En terme de morale ces malfaisants là n'auraient rien à envier au triste sire des Indes Fourbes. 
    Mention spéciale à la patte graphique de Jean-Paul Bordier qui assure une très belle partie graphique, dans les codes voulus par la série, mais en y apportant son soucis du détails et des personnages. L'impression de visages parfois trop "lisses" et de décors trop "informatisés" que l'on ressent parfois sur la série n'est ici pas présente. 
     
    Au final ce tome-ci ne m'a pas semblé à ce jour avoir un rôle majeur dans le déroulement du scénario principal des terres d'Arran, mais il rajoute sans coup férir de nouveaux personnages secondaires réjouissants et riches en caractères à un ensemble qui en manquait parfois. Ce Nains tome 19 se lit comme un bon one shot de BD d'Heroic Fantasy bien fourbe et ne se prenant pas trop au sérieux, de l'Heroic Fourberie finalement.

    The_PoP
    Scenariste: Olivier Peru Dessinateur: Stéphane Bileau Coloriste: Jacquemoire Editeur: Soleil Note: 3.0
    Résumé:

    Se pourrait-il que l'ultime défi de la jeune elfe blanche Alyana soit d'affronter son propre peuple ? Après avoir vaincu les géants et provoqué un raz-de-marée qui a tué des milliers de personne, Alyana n'est plus que l'ombre d'elle-même. Son coeur ne bat plus. Quant à ses immenses pouvoirs, ils disparaissent. Elle désire seulement vivre en paix auprès des siens. Mais rares sont les elfes blancs prêts à l'accepter, quelques uns veulent même profiter de sa faiblesse pour en finir avec elle.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Fantasy
    C'est peu dire que les séries fleuves de Fantasy des Terres d'Arran chez Soleil ne m'enthousiasment guère habituellement. Et comme je trouve souvent les personnages Elfes falots, empruntés, et peu empathique, inutile de vous dire que parmis ces multiples séries, Elfes est bien celle que j'ai suivi de loin. Et pourtant c'est la série phare, celle qui draine avec elle toute l'intrigue construite depuis le début, à la manière d'une toile d'araignée. 
    Ce tome 28 fait donc office de tome de transition, où l'on retrouve des personnages déjà connus des amateurs de la série à l'issue d'un grand combat. Et comme après chaque batailles, un nouvel équilibre de forces va se dessiner, et les enjeux politiques vont reprendre le dessus sur le souffle épique. Indispensable donc pour les afficionados de la série, et plutôt bien exécuté, ce tome rebat les cartes et ouvre le champ des possibles. Pour autant, pour ceux qui n'auraient pas suivi toute la série depuis ses débuts, il reste comme d'habitude accessible même si vous passerez à côté de pas mal d'éléments faisant l'intérêt de ces tomes de transition. Personnellement, ce tome m'a renforcé dans mon impression que cette série mérite finalement bien du respect pour la fresque titanesque, fournie et bien pensée, laissant la part belle à sa ribambelle de second couteaux. Et ce même si cette intrigue finalement banale et ces personnages peu enthousiasmant m'ont sur ce tome-ci pas accrochés plus que cela. 
    Graphiquement, que dire après autant de tome sinon que c'est entièrement maitrisé, propre et dynamique.
    Je trouve les séries Nains, et Orcs et Gobelins souvent plus originales et plus prenantes en lecture. 

    Nickad

    Nosferatu tome 1

    Par Nickad, dans Critiques

    Scenariste: SHINJIRO Dessinateur: SHINJIRO Editeur: Soleil Note: 3.0
    Résumé:

    Face à des créatures diaboliques à visage humain, une jeune guerrière va se dresser face à eux. Mais parfois, seul le Mal peut contrer le Mal. Les nosferatus, derrière leurs visages humains, font perdre la raison à toutes les créatures qui les approchent. Laura, découvre un village infecté et ne survit que grâce à l'intervention d'Arnold, un homme d'église chargé de purger les populations concernées. Bientôt elle découvre l'atroce vérité : Arnold est un nosferatu qui peut massacrer librement des cités entières. Elle doit trouver un moyen de l'arrêter.

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Fantastique
    Souvent repris dans les shojos de façon classique, nous avons affaire ici à une revisite du genre : pas de vampires buveurs de sang ou torturés par l’idée d’en boire, pas de jeune fille éperdument amoureuse du vampire…

    Nous sommes dans une époque moyenâgeuse, où l’église à une très forte influence et où les conflits entre les races (humains et Nosferatus) sont usuels.

    Alors qu’est-ce qui fait l’originalité de ce manga ? Et bien d’abord, nous avons une héroïne, ce qui n’est pas si courant dans ce genre d’histoire, ensuite elle est amnésique et découvre qu’elle est une nosferatu. Mais qu’est-ce donc qu’un nosferatu ? Et bien, tout comme Laura, on va le découvrir au fur et à mesure de ses recherches, ce qui crée une sorte de complicité entre l’héroïne et le lecteur et enfin, ici ce sont les humains qui peuvent être assoiffés de sang.

    Ce premier tome est plutôt intéressant, il ne manque pas d’actions et annonce plusieurs affrontements futurs. La lecture est facile et le dessin bien travaillé avec suffisamment de détails, attention certains passages sont violents. Je regrette toutefois le manque de caractère des personnages car pour le moment, on ne s’y attache pas.  A suivre donc.


    poseidon2

    Les Sisters t15

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Christophe Cazenove Dessinateur: William Coloriste: William Editeur: Bamboo Note: 3.5
    Résumé:

    Les deux tornades font souffler un vent de folie sur la BD ! Lorsque les parents décident de changer de cuisine, Marine se dit que serait une bonne idée pour elle d'en profiter pour changer de Sister, une moins râleuse, plus prêteuse et qui ferait tout ce qu'elle veut. Marine va s'activer pour que son plan aboutisse... Mais en fin de compte, a-t-elle vraiment envie d'avoir une sister si différente que celle qu'elle a déjà ? Car après tout, entre les chamailleries et les gros câlins, les fous rires et les envies de mordre, il n'y a rien de mieux qu'une frangine pour mettre un peu de piment dans la vie.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Humour
    Je pense que Casenove a une boule de cristal. Car ce qu'il décrit dans ce sisters est ce que l'on pense voir arriver dans les 2 ans à venir !
    Et c'est souvent très rigolo 🙂 Vraiment 🙂  C'est rigolo pour les parents et les grandes sœurs. Car on a la une casse pieds de base comme petite sœur. Le genre à sortir :
     - papa les déménageurs ont oublié un paquet !
    - lequel ma chérie ?
    - ils ont oublié de prendre ma sœur !
    Que des gentillesses avec, sur ce tome ci, une grande sœur ado qui en prend plein la tête !! Le thème de l'album étant la recherche, par la petite sœur ... d'une sœur de remplacement. Pour un échange standard 😄 😄 😄 
    Bref c'est léger, c'est drôle et pas trop long. 
    Ce qu'il faut pour un premier week end de reconfinement. 

    VladNirky

    L'exilé

    Par VladNirky, dans Critiques

    Scenariste: Erik Kriek Dessinateur: Erik Kriek Editeur: Autres Editeurs/Auto editions Note: 4.0
    Résumé:

    Islande, Xe siècle. Hallstein, un guerrier viking, rentre chez lui, après des années d'exil pour le meurtre de son meilleur ami, Hrafn.Mais le retour d'Hallstein ne fait pas que des heureux : Einar, le frère de Hrafn, est accaparé par la conquête du pouvoir d'une manière douteuse. Einar souhaite épouser la belle Solveig, la veuve du père de Hallstein, pour accroître son domaine. L'Althing s'apprête à reconnaître Hallstein comme étant l'héritier de son père.Einar brûle de venger la mort de son frère... Hallstein pourra-t-il échapper à son passé violent et trouver la paix à laquelle il aspire tant ?

    Autres informations: Editeur: Anspach
    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Aventure
    On est presque sur du bouche à oreille tellement cette pépite est passé inaperçue  . L'auteur néerlandais travaillant surtout pour la presse et l'industrie musicale dans son pays, s'est documenté énormément sur le sujet , en atteste l'annexe de fin . Remercions par ailleurs la jeune maison d'édition Anspach d'y avoir cru !
    D'emblée , on est saisi par le graphisme superbe et ces deux bichromies . Une rouge pour les rêves mélangés aux souvenirs du protagoniste principal , et une plutôt bleue pour le présent . Nous aidant à mieux saisir l'intensité et la chronologie du récit , cela nous plonge aussi dans les magnifiques paysages d'Islande . "Pays-île" au climat rude , où rien ne pousse , les arbres valent de l'or sur ces terres arides et ravinées . La roche , les nombreuses rivières finissant en cascades , ainsi que ces sources d'eau chaude si particulières à l'Islande , emplissent les cases et nous émerveillent . Difficile de définir son trait , "semi-réaliste" , mais les visages sont tout à fait reconnaissables, ainsi que les lieux .  Ici , pas de magie ou autre fiction propre à l'autre viking bien connu venu des étoiles , on est dans le réel . Les conditions sont rudes , et les alliances (même forcées) semblent indispensables pour survivre . On se situe en plein âge d'or viking , où les conquêtes étaient fréquentes et enrichissantes , mais violentes . Et notre héro , est las de ces batailles , son exil prenant fin , il n'aspire qu'à rentrer chez lui et trouver le repos et la paix . Découvrir les failles psychologiques d'un viking , c'est assez surprenant et tellement le bienvenu . Ils n'étaient pas que des bêtes sauvages et sanguinaires ! Le problème étant que son retour d'exil n'est pas bien vu par tout le monde sur son île natale , et vous vous doutez bien que les ennuis vont reprendre . Des luttes de clan au sein de ce western viking islandais attendent notre héro et ses compagnons . Je ne divulguerai rien sur la fin , mais sachez qu'elle tient ses promesses . Shakespeare n'est pas loin de ces terres inhospitalières  .
    J'avais déjà beaucoup aimé le triptyque Islandia de Védrines , je me suis aussi régalé sur cet écueil . Le pays de Bjork mérite notre attention 🙂 . Alors , mettez la chanson Yoga de cette fabuleuse artiste en fond sonore  ,et laissez-vous porter sur les terres magiques d'Islande en compagnie d'Hallstein .
    Par Kevin Nivek

    Nickad

    Iruma à l'école des démons tome 1

    Par Nickad, dans Critiques

    Scenariste: NISHI Osamu Dessinateur: NISHI Osamu Editeur: Autres Editeurs/Auto editions Note: 4.0
    Résumé:

    Un jour, le jeune Iruma devient, bien malgré lui, le petit-fils adoptif d’un papy démon excentrique. Une nouvelle vie commence alors pour lui à Babyls, une école peuplée de monstres en tout genre, où personne n’a jamais vu d’humain mais tout le monde rêve d’en dévorer un ! Et entre les démons qui le défient en duel, les succubes extravagantes et les épreuves scolaires mettant sa vie en péril, Iruma ne pourra compter que sur un atout : sa gentillesse désarmante. Mais comment un humain au bon cœur va-t-il pouvoir survivre dans cet enfer ?!

    Autres informations: édition Nobi nobi!
    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Fantastique
    En lisant le résumé, j’ai cru que j’allais me retrouver entre Hayate the combat butler et Rosario vampire. Mais finalement, ce manga a été une bonne surprise, le décalage entre Iruma humain naïf et son entourage démoniaque provoque des quiproquos et des situations cocasses.

    Vous l’aurez compris, Iruma est un manga fantastique mais surtout humoristique. Les personnages sont pris à contre-pied, le héros fait tout pour passer inaperçu et ne pas être au centre de l’attention, ça ne fonctionne jamais bien sûr et cela provoque des situations inattendues très drôles.

    C’est un vrai moment de distraction pour toute la famille, de la bonne humeur rythmée où l’on ne s’ennuie pas.

    Un très bon début de série.


    à partir de 8 ans

    poseidon2

    Giants

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Valderrama Dessinateur: Valderrama Coloriste: Valderrama Editeur: Urban Comics Note: 4.0
    Résumé:

     Sur une Terre désolée, couverte d'un hiver sans fin et peuplée de kaiju, ces créatures géantes venue d'un autre âge, ce qu'il reste de l'humanité tente de survivre sous la surface. La loi du plus fort règne au sein de cette communauté brutale, prête à tout pour asseoir le peu d'autorité qu'elle croit encore posséder. Parmi eux, les jeunes frères Zedo et Gogi rêvent d'intégrer le gang des Bloodwolves, mais pour ça ils devront faire leurs preuves en prenant un risque inconsidéré : remonter à la surface pour trouver une précieuse matière première, de l'ambrenoir pure. Une quête durant laquelle les valeurs élémentaires de la fraternité seront mis à rude épreuve.

    Type: Comic L'acheter sur BD fugue Genre: Action
    Je vais arrêter de dire du bien de la collection Urban Link.... ah ben non en fait. Non car ce one shot est encore très sympa. Peut être pas excellent comme certains autres mais très sympa. 
    On pourra lui reprocher une impression de déjà vu. Entre SAM en bd, ou tout plein de mangas qui sont la source d'inspiration de nos auteurs espagnols,  ou Godzilla  au cinéma, ce genre d'histoire ne manque pas. 
    Mais on aurait tord de ne pas se pencher sur ce comics, écrit comme un vrai blockbuster  de cinéma.  On ne s'ennuie pas une seconde et, même si la fin est un peu cousue de fil blanc, la réalisation est suffisamment  bien faite pour que l'on apprécie la lecture comme on apprécie les effets spéciaux  d'un gros film.
    Un bon gros moment de détente pas forcément original mais efficace. 
    Pas besoin de plus en ce moment 

    VladNirky
    Scenariste: Jean-David Morvan / Philippe Buchet Dessinateur: Pierre-Mony Chan Coloriste: Alice Picard et Pierre-Mony Chan Editeur: Delcourt Note: 3.5
    Résumé:

    Dans un rôle de barmaid qui lui sert de couverture et où elle s'ennuie à mourir, Nävis a infiltré un vaisseau de croisière spatiale pour assurer sa sécurité car de nombreux cargos disparaissent mystérieusement sans laisser de trace. L'agent spécial et son commandement croient avoir affaire à de simples actes de piraterie mais les choses sont rarement ce qu'elles semblent être.

    Autres informations: Ex-libris offert sur le site de BDfugue
    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Science Fiction
    Au premier contact, cet album est très joli visuellement. Avec des planches très efficaces et contemplatives. Le dessin de Pierre-Mony Chan est impeccable, d'ailleurs j'ai cru que c'était Philippe Buchet. La mise en couleur donne beaucoup de dynamisme à l'ensemble. C’est un petit plaisir coupable de retrouver Navïs dans ce Tome 2 de Sillage - Premières armes. La série qui explique la période de formation de Navïs en tant qu'agent de la Constituante et ses 1ères missions.
    Lecteur, tu trouveras ici un scénario limpide à base de pirates qui abordent des vaisseaux de croisière. Tu trouveras aussi beaucoup d'action mais aussi des nez cassés et un peu d'alcool, Morbleu! C'est simple et efficace. C'est une aventure quasi indépendante à la série mère (je dis quasi car il y a quelques références et un fort lien quand même sur le final). L’album se situe entre le T2 (collection privée) et l'excellent T3 (engrenages), on repart loin en amont et c'est tout de même très sympathique de retrouver notre héroïne placée au début de la série, avec sa jeunesse, sa fougue, ses défauts d'alors et sans tous ses supers pouvoirs et son équipe de fidèles qu'elle s'est constituée au fil des albums, et qui l'a rendent invincible.
    Bref ici, on ne se prend pas la tête. C'est un chouette album. J’ai même cru que l’Atlantis de ma jeunesse allait sortir d’un portail au détour d'une case tellement on est dans l'ambiance avec les pirates spatiaux, mais non, quand même pas. 😀 Navïs prend son nouveau rôle d’agent de Sillage à cœur en cassant, quelques os au passage dans les nombreuses scènes d'action présentes dans l'histoire. Le tout est présenté avec beaucoup d'humour. Le ton est ici très léger tout au long de l'album. Et c'est très bien.
    Le principal défaut s'il fallait en trouver un ? Je ne suis pas sûr que cet album marque beaucoup à terme, la série principale nous a habitué à des scénarios plus profonds la majorité du temps. Mais il ne faut pas bouder son plaisir ! Les bonnes choses sont rares ces temps ci.
    Compagnons lancez l'abordage sinon je vous envoie nourrir les poissons!

    poseidon2

    Lord Jeffrey t2

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Joel Hemberg Dessinateur: Hamo Coloriste: Hamo Editeur: Kennes Note: 3.5
    Résumé:

    Fraîchement arrivé dans un collège destiné à former les futurs espions de Sa Majesté, Jeffrey Archer s'est vu proposer un marché par l'excentrique directeur des lieux : l'endroit où il a planqué la clé retrouvée dans le pardessus de son père contre sa liberté. Jeffrey hésite car il n'a aucune confiance en cet homme vaniteux qui prétend vouloir l'aider. Heureusement, il va trouver une alliée inattendue en la personne d'Eléonore. Avec sa camarade, il va explorer le dédale de couloirs du collège et découvrir le secret qui se cache derrière la porte du Terrier, l'unique endroit interdit aux pensionnaires.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Aventure
    Je ne sais pas pourquoi.... mais j'étais partis du principe qu'il n'y aurait que deux tomes à Lord Jeffrey.  Peut-être parce que ça aurait été très bien comme ça ? 
    Car oui si ce tome 2 est bon, la fin de celui-ci m'a... surprises et un poil déçu. Mais n'allons pas trop vite. Le premier tome étant un de mes coups de cœurs jeunesse, j'avais beaucoup d'espoir sur cette suite. Espoir qui se sont révélés être globalement au rendez-vous. Pour ne pas être trop déçu, il faut que vous sachiez que l'aventure est moins présente avec notre Lord qui reste enquêter dans son "collège" pour futurs espions. Si le rythme des recherche reste soutenu, on a plus le coté grande aventure du premier. Mais on avance bien sur ce qu'est vraiment cette école et ce qu'il est arrivé au père de Jeffrey.
    En fait le seul truc qui m'a un peu gêné et légèrement "gâché" la fin de ma lecture... et bien c'est la fin justement. Je n'aime pas trop parler des fins des albums, c'est une des règles ici, pour que vous ailliez quelque chose à découvrir quand même. Reste que cette fin.... ouvre l'histoire vers une tout autre aventure. Mais cette ouverture semble un peu parachutée. Limite en mode: ça marche bien donc on va étendre la série.
    C'est plus cela qui embête. On va bien sur laisser à nos auteurs le bénéfice du doute et lire le tome 3 avec attentions. 
    J'espère vraiment me tromper et que ce tome 3 se recentre sur l'histoire principale de la disparition du père de Jeffrey

    poseidon2

    No Guns life t9

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Tasuku Karasuma Dessinateur: Tasuku Karasuma Editeur: Kana Note: 4.0
    Résumé:

    Jûzô Inui est un extend : on lui a implanté un revolver à la place de la tête. Depuis la grande guerre, il gagne sa vie dans cette ville grouillante d'autres extends, d'autres individus bénéficiant, comme lui, d'extensions mécaniques. Son business ? Résoudre des affaires dans lesquelles des extends sont impliqués. Un jour, Jûzô reçoit l'étrange visite d'un homme poursuivi par la police pour kidnapping. Il demande à Jûzô de protéger l'enfant qu'il a enlevé... !! Toutefois la gigantesque multinationale Beruhren va entrer dans le jeu... Jûzo est loin de se douter du guêpier dans lequel il vient de fourrer son nez !

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Action
    Bon ok ce n’était pas forcément évident mais j'avais bien envie que ce soit marque la fin de la série. Alors qu'en fait on est "juste" sur une fin d'arc. L'arc qui marque la recherche de Victor et le passage au premier plan de sa sœur, la réparatrice d'extends.
    J'avais espéré que la fin de l'histoire avec Victor nous permette d'avoir les infos qui nous manquent dans le passé de Juzo et donc lui permette de de clôturer ses dossiers en cours. Alors qu'en fait ... ben non. On finit ce cycle de façon intéressante avec un retour en grâce de notre héros mais au final cette fin de cycle ne fait... que revenir au point de départ. Ok on connait mieux Victor mais Juzo reste ce qu'il est et la team est au complet...mais on revient au départ. 
    La menace Beruhren est toujours présente, mais toujours absente,  et on ne sait absolument pas de quoi va parler le prochain.....Donc un vrai retour à la case départ.
    J’hésite à être content en fait....

    poseidon2

    Labyrinthus t2/2

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Christophe Bec Dessinateur: Fabrice Neaud Coloriste: Fabrice Neaud Editeur: Glenat Note: 2.5
    Résumé:

    Et si nous n'étions que des cobayes ? 2057. La Terre est en prise à un phénomène sans précédent : de mystérieuses cendres provenant d'étranges typhons recouvrent les paysages et villes d'une couche uniforme. Et partout dans le monde, les cas de maladies respiratoires mortelles se multiplient exponentiellement. Très vite, les autorités scientifiques et politiques sont unanimes : la Cendre est en réalité une arme de destruction massive envoyée pour décimer l'humanité ! Pour comprendre les origines de ce fléau et tenter de l'enrayer, une équipe est envoyée vers Phobos, satellite de Mars, qui abriterait le centre névralgique de la pandémie. En parallèle de la mission américaine, un autre vaisseau concurrent a été envoyé par les chinois. Les deux équipes découvrent que Phobos est en réalité un satellite artificiel conçu par une civilisation extraterrestre extrêmement avancée. La super intelligence artificielle qui dirige le satellite réside dans son coeur, mais pour y accéder, il faudra traverser toute une série de salles piégées. Phobos s'adapte et se réorganise en fonction des personnalités des personnes qui y pénètrent. Et tous ses pièges sont mortels...

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Science Fiction
    Allez c'est officiel, je ne suis pas (plu) client des scénarios de Christophe Bec. Sur ses séries à rallonge il me perd au bout de 3 tomes d'introductions. Alors cette série courte m'a fait de l'œil pour voir s’il réussissait à vraiment condenser son récit. La réponse est, pour moi, non.
    Pour tout vous dire c'est dommage car cette histoire ci... aurait mérité un tome de plus. 🙂 Oui oui. Car la première moitié de l'histoire, celle de l'exploration du "vaisseau" est pas loin d’être.... incompréhensible/illisible. Pour garder du temps pour développer sa conclusion, Bec va à 200 à l'heure sur l’exploration. On saute de scènes en scènes sans rien comprendre. On nous balance des sino russes à la tête qui ne servent à rien sauf à nous faire mélanger les personnages. Personnages qui, de par la coloration sombres, se ressemble tous avec leurs scaphandre ce qui fait qu'on ne reconnait pas qui est qui....
    Bref une première partie brouillonne et inutilement dense.  Et c'est dommage car la deuxième partie, avec l'explication, est, elle, vraiment bien pensée. Un peu "facile" mais bien pensée et réalisée. Et 'est ça qui est vraiment dommage : Pourquoi a t il fallut que Bec se force à nous mettre un coté barbouse tiré de Sanctuaire dans cette histoire ? Il aurait très bien resté sur une exploration simple et réfléchis qui en aurait été suivi d'exactement la même fin. Pourquoi a t il fallut qu'il ressorte les mêmes clichés sur la pensée humaine ?
    Bref un demi-tome qui mérite une demi-note. Un tome qui plaira peut être aux fans de bec mais qui n'ira pas plus loin.

    poseidon2

    Cocteau l'enfant terrible

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: François Rivière Dessinateur: Laureline Mattiussi Editeur: Casterman Note: 4.0
    Résumé:

    Écrivain, cinéaste, poète ou encore dessinateur, Jean Cocteau (1889-1963) semble avoir eu mille vies. Retour en détail sur la trajectoire d’un enfant terrible… Laureline Mattiussi et François Rivière mêlent éléments biographiques et évocations oniriques de Jean Cocteau.et de son œuvre aux multiples dimensions. Cocteau est un esthète d’une rare intensité, bouleversé par les avant-gardes de son époque : Richard Strauss, Picasso ou encore le jeune Raymond Radiguet, que Cocteau porte à bout de bras. Les amours, les excès, les bons mots et l’œuvre protéiforme de Cocteau se retrouvent dans cette biographie en noir et blanc au trait puissant et évocateur.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Biographie
    Tout le monde connait jean Cocteau... de nom. Ou alors par ces films qui sont restés populaires pour les amateurs éclairés de cinéma. Mais réduire Jean Cocteau à un metteur en scène fantasque ne serait pas lui rendre honneur. Alors pour  raviver les mémoires Laureline  Mattiussi et Francois Rivière ont décidé de nous raconter la vie complète de Jean Cocteau. Et autant vous dire qu'elle est hors du commun.
    Sans jamais prendre parti sur les choix qu'il a fait, que ce soit durant la guerre ou après, nos deux auteurs nous narrent les aventures (car ce sont des aventures) de Jean. Jean qui restera toujours un enfant insatiable. Voulant toujours plus de fantaisie et de vie.
    Le trait aérien et caricatural de Laureline Mattiussi correspond bien au fantasque personnage et nous aide à vraiment imaginer la difficulté d’avoir une vie comme celle-ci.
    Une bien belle autobiographie pour un personnage comme on en fait plus.

    poseidon2

    Rages t1

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Tome Dessinateur: Dan Coloriste: Dan Editeur: Kennes Note: 3.5
    Résumé:

    Dans ce pays imaginaire (mais l'est-il tant que cela ?) peuplé exclusivement d'animaux, tout oppose le Nord et le Sud jadis en guerre et désormais séparés par un mur infranchissable : Le Rideau de Titane. D'un côté, la dictature, les persécutions ; de l'autre, ce qui apparaît comme la Liberté, la Terre promise. Dans cette amère fable politique, Saakhi et Jin, un couple de pandas, cherchent à se réunir. Mais le monde futuriste d'An-Ahm n'est pas le paradis espéré. La révolution éclate et le destin les porte bientôt à la tête de camps mortellement opposés.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Action
    Les BD anthropomorphes sont à la mode. Entre 5 terres ou sa majesté des ours, on est servi. Alors pour qu'une petite maison d'édition se lance dans le genre, il faut qu'il y ait quelque chose de différent. Et bien radicalement oui ! Car Rages c'est globalement une adaptation de Suiciders (Urban Comics) en mode anthropomorphe. Enfin un mix entre Suiciders et Gladiator. Je cite particulièrement ce film car un des scènes dans l'arène est clairement un hommage/source d'inspiration.
    Et donc cela change des récits anthropomorphes habituellement cantonné à des périodes passés. Là on est dans de l'anticipation pure. Les dessins de Dan font mouches même si les grandes cases donnent un peu une impression de vide sur certains décors. Ils font mouches par le rendu dynamique des combats mais aussi par l'attention toute particulière apportée aux visages. L’adaptation animaux/Anticipation est bien faite avec juste ce qu'il faut d'équipement high tech mais pas une transformation complète pour laisser place au caractère de chaque animal.
    Si l'histoire n'est pas, pour le moment, super innovante, le twist de fin est bien amené (même si un peu prévisible) et nous promet un second tome encore plus intense et surement plus surprenant.
     

    Nickad

    17 ans - une chronique du mal tome 1

    Par Nickad, dans Critiques

    Scenariste: FUJII Seiji Dessinateur: KAMATA Yoji Editeur: Autres Editeurs/Auto editions Note: 3.5
    Résumé:

    Sachiko, 17 ans, est séquestrée, agressée et torturée par un groupe de garçons dont le seul but est de s'amuser. Personne ne veut la libérer par peur de faire face aux conséquences. Devant l'inaction de la police et de ses parents, sa soeur jumelle poursuit sans relâche ses recherches.

    Autres informations: édition naBan
    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Drame
    Plus qu’une critique du tome c’est plutôt une mise en garde que j’ai à faire car il faut l’aborder avec précautions : pas pour son contenu mais plutôt pour ce que cela implique.

    Ce n’est pas tant le volume en lui-même qui est choquant car l’auteur a su garder, pour l’instant,  une certaine retenue mais comment ne pas aller se renseigner sur l’histoire vraie dont est tirée l’œuvre quand le nom de la victime est clairement indiqué sur le livre ? C’est bien sûr ce que j’ai fait et je me suis sentie mal, car hélas, la réalité dépasse la fiction et cela peut-être traumatisant.

    Car le malaise est indéniable, il y a une incompréhension totale : mais comment la situation a-t-elle pu dégénérer à ce point ? Comment l’être humain peut en arriver à de telles extrémités ?

    Est-ce pour tenter d’expliquer cela que nous suivons la narration au travers des yeux d’un des coupables ?

    J’espère vraiment que cette approche permettra une critique de la société japonaise car entre l’indifférence des policiers, l’engrenage dans lequel se retrouve les jeunes, l’influence des clans liés aux yakuzas, la non implication des témoins, la peur d’agir, il y a de quoi se révolter.

    Alors oui, si c’est une critique qui pointe à l’horizon pour que les choses bougent, pour que cela ne se reproduise plus jamais alors lisons ce manga car sinon, ce ne sera que du voyeurisme sordide.


    The_PoP

    Servitude - Tome 6 - Shalin Partie 2

    Par The_PoP, dans Critiques

    Scenariste: Fabrice David & Eric Bourgier Dessinateur: Eric Bourgier Coloriste: Eric Bourgier Editeur: Soleil Note: 5.0
    Résumé:

    Certains le nomment Kiromédon. Il a créé les Hommes. Non pas par amour ou pour peupler son Eden mais pour diviser les Puissances qui semblaient vouloir s'accaparer l'astre qu'il avait eu en cadeau. Et c'est ici, à Shalin après des siècles de luttes obscures que doit se jouer le dernier acte. La Servitude des Hommes est sur le point de prendre fin.

    Autres informations: A lire absolument.
    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Fantasy
    Voilà ma claque de cette rentrée. Et c'est sans surprise tant les tomes précédents étaient tous excellents. C'était donc ma plus grosse attente, et elle ne fut pas déçue. 
    Je profite donc de cette chronique pour remercier auteurs et éditeur d'avoir pris le risque de prendre le temps pour développer une série de qualité, avec de vraies prises de risques narratives, graphiquement proche du sublime, et qui nous livre un imaginaire riche, puissant, et résonnant d'échos de nos propres histoires. Vous avez su combler mes attentes, toujours plus hautes après chaque épisode et conclure en beauté cette série de haute volée.  Et pour cela bravo !
    Le dessin de Bourgier me coupe toujours autant le souffle, avec cette colorisation qui le sublime. J'aime cette galerie de gueules cassées, qui semblent naturelles et pas forcément héroïques. J'aime ces scènes d'actions bien découpées, ces plans quasi cinématographiques, ces décors grandioses mais détaillés. Bref, je suis un fan absolu du travail de Bourgier. 
    Je ne ferais guère plus long même si ça l'aurait mérité. Les choix forts opérés scénaristiquement dans cette série se révèlent tous payants. Oui certains opus nous ont laissé perplexes, et sur certains la difficulté de différenciation entre certains personnages rajoutait à la difficulté de saisir cette intrigue dans sa globalité. D'autant plus que les auteurs nous la présentait chaque fois par un angle de vue différent. Et j'ai beaucoup de respect pour cette démarche intransigeante dans leur créativité. Quels magnifiques conteurs d'histoire ce duo forme. 
    Si vous aimez la BD, vous ne pouvez pas ne pas lire Servitude. Oui cette série est aussi exigeante, avec sa narration toute en subtilité et son graphisme ultra détaillé. Mais elle vous marquera durablement et pose enfin un nouveau jalon remarquable dans le monde de la Fantasy. 

    poseidon2

    Legion of super hereos t1

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Brian Michael Bendis Dessinateur: Ryan Sook Editeur: Urban Comics Note: 3.5
    Résumé:

    Jonathan Kent, le fils de Superman est appelé au XXXIe siècle afin de devenir membre de la Légion des Super-Héros : l'équipe composée de jeunes justiciers qui défendent les Planètes Unies. Les rejoint également une immortelle nommée Rose qui a parcouru les époques et assisté de nombreuses fois à la destruction, puis à la reconstruction de la Terre...

    Type: Comic L'acheter sur BD fugue Genre: Super héros
    Nouveau lancement de monsieur Bendis (oui oui encore un) avec cette fois un relaunch de la Légion des super héros du XXXI siècle. Un relaunch pour intégrer le Super Boy actuel dans la continuité de la légion. 
    Mais ce premier tome ne nous présente pas que cela. Il nous présente aussi un personnage au parcours étrange : Rose / Ecarlate. Et ce qui choque dans ce tome 1 c'est la différence entre les deux présentations. Pour être transparent, la première partie sur Rose est tellement bonne que celle qui suit sur l'arrivée de Jon ne tient pas la comparaison.
    Cette deuxième partie est quand même sympa surtout porté par le personnage de Jon Kent (grand pote de Damian)  mais n'a sinon rien de très original. Un bon reboot pour ceux qui commenceraient la légion ici. Alors que la première partie est pour moi assez magistrale. On suit notre Rose écarlate, immortelle, au travers de son parcours temporelle durant plus 1000 ans. On suit le parcours de cette femme blasé au travers des évolutions majeures du monde. Le traitement par scénette à chaque grande évolution de l'humanité est super bien pensé surtout que le caractère de Rose évolue avec le temps. On passe par de retour à des âges sombres, des guerres, des disparitions de civilisations... mais un homme reproduisant toujours les mêmes erreurs. 
    Cette "introduction" est super dense et super intéressante mais.... et bien elle n'a aucun impact sur le reste du tome qui se perds en présentation des différents membres de la légion (qui sont.... légions 😄 😄 😄 ).
    Bref une excellente intro qui aurait mérité un tome sur la Rose Ecarlate pour elle toute seule. Et au final un tome à deux niveaux un peu déroutants qui serait peut-être mieux passé en mode «Super sons» pour ados sans l'intro.

    poseidon2
    Scenariste: Jul Dessinateur: Achdé Coloriste: Achdé Editeur: Dargaud Note: 4.0
    Résumé:

     Lucky Luke se retrouve bien malgré lui propriétaire d'une immense plantation de coton en Louisiane. Accueilli par les grands planteurs blancs comme l'un des leurs, Lucky Luke va devoir se battre pour redistribuer cet héritage aux fermiers noirs. Le héros du far-west réussira-t-il à rétablir la justice dans les terrains mouvants des marais de Louisiane ? Dans cette lutte, il sera contre toute attente épaulé par les Dalton venus pour l'éliminer, par les Cajuns du bayou, ces blancs laissés-pour-compte de la prospérité du Sud, et par Bass Reeves, premier marshall noir des Etats-Unis.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Aventure
    C'est fou le plaisir que j'ai pris à lire ce Lucky Luke. Il faut dire que comme beaucoup j'avais rangé cette série dans la case "souvenir d'enfance" et avait pris ce tome pour mes enfants plus que pour moi. Le l'ai lu par acquis de conscience et pour vous en faire un retour. Et au final j'ai vraiment aimé.
    Le scénario de Jul est tout d'abord très sympa avec cette "découverte" du sud des états unis par Luke. Un univers que, on l'oublie souvent, a en effet côtoyé celui des cowboys. Le faste des grandes maisons des cotonniers du Sud tranche avec les Saloon et Jul se sert de cette dichotomie à merveille.  
    Cela lui permet de nous livrer un Lucky Luke outré par le comportement des blancs du sud. Pour ne pas tomber dans la critique pure et simple et rester dans le divertissement, il nous amène..... Nos potes les Daltons bien sûr! Daltons toujours aussi bête mais toujours aussi drôle avec des moments d'anthologie dans le Bayou ou encore quand ils confondent le rassemblement du KKK avec un groupe d'indien.
    Bref une excellente surprise pour moi et un tome qui ravira, je l'espère, mes enfants !!!

    LaVieDansLesPlis

    Sullivan

    Par LaVieDansLesPlis, dans Critiques

    Scenariste: Clément Roussier Dessinateur: Allegra Pedretti Editeur: L'école des loisirs Note: 5.0
    Résumé:

    Sullivan a beau être né dans le Grand Nord, il ne rêve qu’à l’Afrique. Tout ça à cause des histoires que le vieux George lui a racontées et d’une phrase qu’il entend résonner en lui depuis sa naissance : Il existe quelque part. Qu’est-ce qui existe ? Où cela existe-t-il ? Il l’ignore. Pour le découvrir, il va quitter les siens et s’en aller sur les routes du monde, là où la vie n’est qu’Aventure et rencontres…

    Type: Livre pour enfants L'acheter sur BD fugue Genre: Aventure
    « Il existe quelque part… » un livre donc qui raconte l’histoire d’un renard polaire épris de liberté et d’aventures, un renard qui veut découvrir le monde et réaliser son rêve d’aller jusqu’en Afrique. Il quittera courageusement pour cela sa famille et sa terre natale et en chemin, il surmontera des épreuves, s’émerveillera devant la beauté du monde, rencontrera l’amitié, la liberté, l’amour, et finira par découvrir qui il est vraiment.
    Cette quête initiatique, racontée avec tendresse et poésie parlera autant aux petits qu’au grands : l’auteur évoque avec justesse les sentiments qui nous traversent, nous construisent et nous mènent sur le chemin d’une vie. Le jeune lecteur s’identifie vite au petit renard intrépide et ce joli conte philosophique, aux allures et à l’envergure de celui de Saint Exupéry, résonne encore longtemps dans nos mémoires alors même que nous en avons terminé la lecture. Et dans un parfait enchâssement, c’est aux vies comme premiers récits, à ces premiers récits « sans feuilles ni mots », mais aussi aux histoires de ces vies comme source de rêves et d’autres vies, que Sullivan rend hommage dans ce « livre de feuilles et de mots ». 
    La présence du trait au fusain et la douceur de la colorisation à l’aquarelle des quelques illustrations d’Allegra Pedretti accompagnent plutôt bien le texte.
    Il existe quelque part un livre émouvant et beau, un livre essentiel. Ce livre, c’est Sullivan.
    A partir de 9 ans.

    poseidon2
    Scenariste: James Tyrion IV Dessinateur: Werther Dell'Edera Coloriste: Werther Dell'Edera Editeur: Urban Comics Note: 4.5
    Résumé:

    Lorsque les enfants de la petite ville d'Archer's Peak se mettent à disparaître les uns après les autres - certains sans laisser la moindre trace, d'autres dans des circonstances extrêmement violentes - la peur, la colère et la suspicion envahissent l'entourage des victimes et laissent la police locale dans le plus grand désarroi. Aussi, quand le jeune James, seul témoin oculaire du massacre de ses trois camarades, sort de son mutisme pour parler de créatures terrifiantes vivant dans la pénombre, le coupable semble tout trouvé. Son seul espoir viendra d'une étrange inconnue, Erica Slaughter, tueuse de monstres capable de voir l'impensable, ce que l'inconscient des adultes ont depuis longtemps préférer occulter.

    Type: Comic L'acheter sur BD fugue Genre: Thriller
    Rhaaaa j’hésite encore. J’hésite encore à mettre un coup de cœur à ce tome 1. Mais après on me dit que je suis trop gentil.... J’hésite surtout parce que cet album m'a passionné dans un genre qui plus celui, chez nous, de @alx23. En effet moi les thrillers horrifiques ont souvent tendance à me mettre mal à l'aise. Mais la.... pfff.
    On sent rapidement que James Tyrion IV, habitué aux comics de super héros, prend un vrai plaisir sur cette histoire et la maîtrise sur le bout des doigts. La montée en puissance de l'histoire est juste géniale. Du début cash, à l'arrivée de l'étrange tueuse en passant par les policier et adultes dépassés et les familles des victimes au fond du trou donc prêtes à tout et n'importe quoi... on a tout ce qu'il faut pour faire de cette histoire  une de celles que l'on ne peut pas lâcher. Le genre d'histoire qu'on lirait en marchant pour avoir la suite le plus vite possible.
    Niveau dessin,   Werther Dell'Edera fait un travail très sympa avec surtout une bonne gestion des couleurs avec des parties flashy du plus bel effet car étant placés judicieusement. 
    En gros un volume qui est, pour l'instant, le seul tome  de série d'angoisse pour lequel j'attends le tome  avec impatience ! Un volume qui prouve une fois encore que le niveau de la collection Urban Link est vraiment très haut..... vivement le prochain avec rien de moins que Batman jeune.... celui qu'on croise dans l'excellent Catwoman under the moon.... mon coup de cœur du confinement.... je vais encore devoir être trop gentil moi.

    Nickad
    Scenariste: IRIE Aki Dessinateur: IRIE Aki Editeur: Soleil Note: 5.0
    Résumé:

    Kei Miyama, un détective indépendant de 17 ans, vit avec son grand-père français en Islande. Comme les autres hommes de sa famille, il dispose d'un pouvoir atypique. Le sien consiste à pouvoir communiquer avec les appareils électriques et les automobiles. Mais sa vie bascule soudainement lorsqu'un détective japonais en congés sur l'île lui annonce l'assassinat de son oncle et sa tante par son propre frère. Qui croire ? Convaincu de l'innocence de ce dernier, le jeune détective va mener l'enquête. Régulièrement cité parmi les meilleurs mangas publiés récemment au Japon, Dans le sens du vent - Nord, Nord-Ouest interpelle par son dessin très occidental, ses lignes allongées et ses paysages islandais oniriques.

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Indefini
    Les éditions Soleil nous proposent un titre loin de leur catalogue habituel, car oui, « dans le sens du vent » est un manga atypique.

    D’abord par son graphisme plutôt occidental aux personnages élancés, au trait fin et aux paysages détaillés. Après car l’action se situe en Islande et enfin car il d’un genre indéfinissable.

    Le manga tient à la fois du guide touristique, de l’aventure et du suspense avec une pointe de fantastique et de romance. Et c’est ce qui fait son charme, tout est lié à un équilibre subtil entre ces genres.

    Je me suis demandée quand j’ai lu le 1er volume ce qui se cachait derrière un tel titre et puis après la lecture, ça m’est apparu comme une évidence, car ce manga vous emporte comme le vent, il vous emmène dans un voyage où l’Islande vous accueille et vous retient car plus qu’un guide touristique c’est une expérience que vous vivez, celle de partager le ressenti des personnages.

    D’habitude quand je lis, je me demande ce qui va se passer, j’aperçois certains déroulés, il m’arrive même de connaître l’issue ou la finalité de l’histoire. Ici rien, pas parce l’histoire est inintéressante mais plutôt parce que je n’ai pas envie de me poser des questions tellement je m’y trouve bien. Je prends les choses comme elles viennent et je les savoure. En plus ce manga sortant des sentiers battus, qu’y a-t-il de mieux à faire que de se laisser porter ?

    Et puis, il y a le personnage principal, assez froid en apparence, limite associal qui nous intrigue, de même que son entourage, atypique lui-aussi.

    Ce 3eme tome nous permet d’en savoir un peu plus sur le frère de Kei, avec un peu moins de paysages et un peu plus de polar. Mais comme à chaque fois, rien de trop évident et pas trop d’informations d’un coup, toujours dans l’équilibre. Et comme à chaque fois aussi, arrivée à la fin, je n’ai qu’une envie : lire la suite.

    Un véritable coup de cœur.


    poseidon2

    Comédie francaise

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Mathieu Sapin Dessinateur: Mathieu Sapin Coloriste: Mathieu Sapin Editeur: Dargaud Note: 3.0
    Résumé:

    Il avait juré qu'on ne l'y reprendrait plus, mais après neuf mois passés à suivre la campagne présidentielle de 2012, deux années occupées à observer les coulisses de l'Elysée et cinq années dans les pattes de Gérard Depardieu, notre reporter bédé préféré depuis Tintin a replongé dans la marmite de la politique. En mettant en parallèle la trajectoire de Jean Racine qui se rêve courtisan de Louis XIV au XVIIe siècle et la sienne dans sa tentative d'approche du président Emmanuel Macron, Mathieu Sapin interroge les liens entre l'Art et le Pouvoir avec la finesse et l'autodérision qui font sa patte. Un must !

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Documentaire
    Matthieu Sapin est un des auteurs de BDs qui fait essentiellement du reportage en BD. Mais quand il le fait il le fait bien en faisant des reportages au long court, sur plusieurs années ou à minima de long mois. Il l'avait montré avec Gerard Depardieu mais aussi et surtout avec François Hollande. Ce dernier reportage était vraiment intéressant sur les coulisses du pouvoir.
    Pour ce livre ci, ou il replonge dans les méandres de la politique française en essayant d'atteindre Emmanuel Macron comme il avait plus le faire avec Hollande. Pour ne faire une redite, il s'amuse à comparer son parcours à celui de l'écrivain Jean racine.
    Et heureusement qu'il fait cela. En effet on sent rapidement qu'il n'a pas réussi à approcher d'aussi près le pouvoir que lors du quinquennat Hollande. Il choisit donc intelligemment et avec beaucoup d'humour de se comparer à racine et sa quête de louis XIV pour, au final, nous livrer un double documentaire. Sur Racine autant (voir plus) que sur Emmanuel Macron.
    Si la lecture est sympa par l'humour et surtout l'auto dérision développée par Matthieu Sapin, l'album est quand même un peu lourd à lire et au final un poil trompeur quand on s'attendait, comme moi, a un vrai reportage politique.
    Attention donc à ne pas le prendre pour un reportage politique comme le très bon Le château. Si c'est ce que vous cherchez ... et bien allez lire le Château 🙂

    alx23
    Scenariste: Benoît Peeters Dessinateur: François Schuiten Coloriste: Jack Durieux Editeur: Casterman Note: 4.0
    Résumé:

    La Commission des Hautes Instances, qui gouverne Urbicande, refuse l'aménagement d'un pont qui, selon Robick, rétablirait un équilibre urbain menacé. C'est dans ce contexte qu'un étrange objet fait son apparition sur le bureau de Robick : une structure cubique évidée d'origine inconnue, faite d'un métal indestructible, qui commence à lentement croître... 

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Fantastique
    La fièvre d'Urbicande, le deuxième tome de la série des Cités obscures a reçu le prix du meilleur album d'Angoulême en 1985. Les auteurs ont réalisé cet album en le pesant avec de la couleur depuis le départ. Le choix du noir et blanc est venu ensuite pour permettre aux auteurs d'écrire une histoire de plus de 48 pages de bande dessinée à cette époque. 35 ans plus tard, Jack Durieux un graphiste et illustrateur revient sur cette œuvre pour la proposer en version colorisée. 
    L'histoire de la fièvre d'Urbicande est assez fantastique avec la découverte d'un étrange cube qui ne cesse de grandir à travers une énorme cité séparée par une rivière. Eugen Robick est l'urbaniste en charge de la ville qui sera le premier à calculer la vitesse d'expansion du cube qui remplit très vite sa maison.
    Les dessins de François Schuiten sont magnifiques pour représenter la ville et les bâtiments qui la composent. L'auteur est très porté sur l'architecture. D'ailleurs toute la série des Cités obscures se focalise autour des villes d'un univers parallèle. Jack Durieux explique la technique et ses choix pour les couleurs en fin d'album.
    Cette nouvelle version colorisée est une bonne occasion pour découvrir ou redécouvrir la fièvre d’Urbicande. A noter qu'une version deluxe de cet album colorisé est disponible.

    poseidon2

    Gleipnir t7

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Takeda Sun Dessinateur: Takeda Sun Editeur: Kana Note: 5.0
    Résumé:

    Shûichi Kagaya, un lycéen jusqu'ici sans histoires devient subitement capable de se transformer en un gigantesque "monstre" aux capacités hors normes. Il sauve ainsi la vie de Claire coincée dans une maison en feu. Mais Claire découvre son secret et également qu'elle a la possibilité de se faufiler, par le biais d'une fermeture éclair, dans la mascotte incarnée par Shuîchi. Et si Shuîchi n'était pas le seul dans ce cas !? Qu'est-ce qui attend ces deux lycéens désormais liés par le destin !? Leur plus grand combat est sur le point de commencer !! Ne faisons plus qu'un... à la vie, à la mort !

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Fantastique
    Il est rare et dure de mettre une note maximale à un tome en milieu de série. Surtout une série qui n'a pas que des supers notes. Mais ici celui la méritait amplement. Si l'a qualité graphique était déjà présente dans les tomes précédents, celui-ci est impressionnant au niveau de la maîtrise du scénario. Tous les petits cailloux parsemés le long du chemin sont en train de s’emboîter et commencent à faire s’éclaircir la brume qui entourait le passé de nos personnages. 
    Mais ce que l'on commence à entrevoir au travers de cette brume... nous effraie suffisamment pour qu'on ait quasiment envie de ne pas connaitre la suite. Mais je dis bien quasiment ! Car en fait l'auteur nous a attraper dans sa toile et l'on ne pourra en sortir qu'en sachant toute l'histoire. 
    On a autant envie de connaitre rapidement la suite que l'on est effrayé d'avoir compris. Une preuve que le récit nous passionne comme cela n'arrive pas tous les jours. Surtout pour quelqu'un comme moi qui ne suis pas un grand amateur de thriller fantastique.
    Une vraie réussite pour une série pour adulte qui ne fait que s'améliorer. 
    Encore ! Et vite  s'il vous plaît !

    LaVieDansLesPlis

    Milo l'ours polaire

    Par LaVieDansLesPlis, dans Critiques

    Scenariste: Laurent Souillé Dessinateur: Juliette Lagrange Editeur: L'école des loisirs Note: 4.0
    Résumé:

    Les ours polaires n’aiment qu’une seule chose dans la vie : se battre. Milo est différent. Il aime compter les étoiles filantes et prendre soin de ses protégés, les blanchons. Mais voilà qu’à la suite d’un malheureux quiproquo, il est choisi pour combattre sur un ring. Le paisible Milo doit quitter sa banquise, direction New York, pour le combat de boxe du siècle…

    Type: Livre pour enfants L'acheter sur BD fugue Genre: Aventure
    C’est l’illustration de Juliette Lagrange, sur la première de couverture, qui m’a tapée dans l’œil et invitée à découvrir le récit que nous livre Laurent Souillé. Un pont rouge à New York, sur lequel, au milieu des voitures bleue, verte, jaune ou rouge, déambule un gros ours blanc qui semblerait s’être perdu ? Une très belle colorisation aquarellée qui souligne l’opposition entre le monde blanc et bleu froid de la banquise, immobile, -malgré quelques combats d’ours- et celui des hommes où les vertiges de la ville de New York font lever les têtes, écarquiller les yeux, et peut-être bien devenir un peu fou… Sur certaines pages, le texte prend très peu de place, l’image nous absorbe complètement et révèle autant, voire plus que les mots mêmes. Et quand notre illustratrice se penche sur les têtes et les visages des hommes et des bêtes qui habitent le récit, elle nous donne à voir ce qu’ils sont, véritablement et absolument. 
                C’est ainsi à l’instinct de grégarité que répondent les autres ours blancs, au début du récit, lorsqu’ils ne cessent de se battre. Et lorsque Milo doit monter sur le ring, c’est avec considération qu’il regardera son « adversaire » qui, dès lors, ne peut en être un. Le récit traite donc discrètement du monde des arènes où les hommes, avides du spectacle de la violence, ont longtemps fait combattre de ceux qui ne voulaient pas, hommes et bêtes. Il traite ainsi aussi, évidemment, du libre arbitre et de l’intégrité face à ce que peut attendre de l’individu, le groupe social. 
    Pas de violence pour la violence elle-même, Milo prend soin de ceux qu’il aime et s’il faut, pour cela, mettre quelques coups de poings, et bien « Paf ! », mais c’est tout. Et malgré un détour par la grande ville, Milo, intègre à lui-même, restera ce qu’il est, un ours polaire bienveillant, généreux, tranquille et contemplatif, heureux de vivre sur la banquise.
    L’alternance des points de vue adoptés par le narrateur -celui de Milo, du promoteur, des spectateurs du ring…- est intéressante et rend riche la lecture des différentes scènes.
    Un petit regret peut-être quand il me semble que le récit va parfois un peu vite ou qu’il use un peu trop de l’ellipse. Parce que, comme la conversation de Milo et de Yuma le morse, j’aurais aimé que le récit prenne encore plus le temps de développer tout doucement certains passages. 
    Une belle collaboration que celle de Laurent Souillé et de Juliette Lagrange dans cet album absolument plaisant.
    De 3 à 6 ans.

    poseidon2

    Mercy T2

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Mirka Andolfo Dessinateur: Mirka Andolfo Coloriste: Mirka Andolfo Editeur: Glenat Note: 3.5
    Résumé:

    Si la bourgade de Woodsburgh semble avoir accueilli la mystérieuse Lady Hellaine et son majordome les bras ouverts, des meurtres étranges viennent semer le trouble dans l’esprit des habitants. D’apparence paisible, la petite communauté n’est pas aussi solidaire qu’elle veut bien le faire croire et en particulier envers ses nouveaux arrivants. L’étau serait-il en train de se resserrer sur la belle étrangère et pourquoi donc a-t-elle recueilli Rory, cette orpheline amérindienne ? Alors qu’un groupe de redoutables chasseurs rend visite à Lady Swanson pour lui apporter la preuve irréfutable de la présence d’une créature démoniaque en ville, Hellaine met en marche son plan machiavélique...

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Fantastique
    Pour des séries qui s'annoncent assez courte, le fait d'avoir des tomes qui s'enchaînent est un vrai plaisir. Pas besoin d'attendre longtemps avant d'avoir le suite de notre histoire. Voir meme pas besoin de relire le tome 1 lors de l'ouverture du 2..... encore que... ah ben si en fait. En refermant le deux on se dit qu'on aurait surement bien fait.
    Car si graphiquement c'est toujours sublime et envoutant, autant que dire que coté scenario on est touours dans le "très brumeux". Si ce tome 2 amène des réponses, il pose quasiment encore plus de questions ! On se doutait que l'histoire ne serait pas simple mais la... ben on monte d'un cran. Et le problème de beaucoup de séries aux dessins magnifiques, c'est que ce sont ces dessins qui sont mis en avant très souvent au détriment du scénario. Et ce Mercy ne fait pas exception. SI chaque page est sublime, les sauts de scènes en scènes, les flashback, les "inceptions", les voies intérieures.... tout se mélange suffisamment pour perdre le lecteur encore en train d'admirer les illustrations. 
    On sent que l'histoire est touffue et intéressante mais on ne comprend encore pas tout et on a un poil l'impression que Mirka Andolfo a été un peu trop ambitieuse. 
    Le futur nous dira si je me trompe. Et j'espère me tromper. 

    poseidon2
    Scenariste: Sean Murphy Dessinateur: Sean Murphy Coloriste: N&B Editeur: Urban Comics Note: 5.0
    Résumé:

     Dans un futur proche, la maison de production OPHIS tient le sujet de son prochain programme de télé-réalité : filmer la vie de Jésus Christ. Recréé génétiquement à partir des traces ADN du suaire de Turin, le clone du Messie grandit sous le regard avide des caméras et d'une Amérique subjuguée par ce qu'elle pense être la Seconde Venue du Christ. Quelques années plus tard, l'expérience tourne court lorsque l'adolescent entre en révolte totale contre le système et devient le prophète d'une autre Amérique.

    Type: Comic L'acheter sur BD fugue Genre: Documentaire
    La collection Black Label de chez Urban n'en finit plus de ressembler à un best of DC... La preuve en est l'arrivée de LA BD qui a fait connaitre Sean Murphy au grand publique : Punk Rock Jesus.
    Car avant de réaliser le best seller de Batman du moment, Sean Murphy c'était avant tout l'un des graphistes les plus prometteur de sa generation et un auteur de comic engagé. Et Punk Rock Jesus est l'un des plus bels exemples. Sa critique du fanatisme religieux, l'introduction du débat sur le libre arbitre et sur les envies profondes de chacun était vraiment en avance de phase dans l'univers du comics. 
    Bref je ne redirais pas combien cet album est excellent. C'est un fait et c'est reconnu. Je dirais juste qu'avec cette collection  Black Label à "petit prix" (19 euros), cela serait limite honteux de ne pas avoir cette perle dans sa bibliotheque. Et cela fait un excellent cadeau en vu du Noel à venir !

    poseidon2

    Gamaran, le tournoi ultime t6

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Yosuke Nakamaru Dessinateur: Yosuke Nakamaru Editeur: Kana Note: 3.5
    Résumé:

    Deux ans ont passé depuis la fin du légendaire Grand Tournoi d'Unabara durant lequel de nombreux combattants ont risqué leur vie afin de déterminer qui était le plus fort d'entre eux.Iori Sengoku, devenu le "guerrier sans égal", reçoit une invitation de la part du shogunat Tokugawa. Il va devoir défendre son titre. Ses adversaires seront des combattants triés sur le volet par le gouvernement. Leur nom : les Cent Lames du shogunat.Que le Tournoi Ultime commence !

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Guerre
    Encore un bon tome pour la série qui prend du vieux et en fait de l'innovant. En effet au milieu des séries formatées par Naruto ou par Sword Art Online, des vrais bon combats à l'épée, c'est super rafraichissant. Surtout ce tome 6 qui recentre le débat sur Ran, notre héroïne. En effet on laisse de coté les états d'âme de Sengoku pour apprécier les progrès de Ran et la voir enfin se lancer dans la courses à la place parmis les 100 meilleurs lames du pays.
    Rien de vraiment original dans ce tome ci mais une ambiance qui commence à être vraiment tendue et des combats plus compliqués avec une Ran qui pense avoir le niveau... sans avoir jamais combattu des gens de ce calibre la.
    En bref du bon manga de détente dans la lignée de Kenshin et des autres mangas de samouraïs. Ca n'invente rien mais au milieu des sorties compliquées ou orientées heroic fantaisy, ce retour aux sources est toujours un vraiment plaisir.

    alx23
    Scenariste: Marc-Antoine Mathieu Dessinateur: Marc-Antoine Mathieu Editeur: Delcourt Note: 4.0
    Résumé:

    Bien que contingenté à son espace livresque, Julius Corentin Acquefacques s'en évade à loisir par le rêve. Mais celui en cours, plus puissant qu'à l'accoutumée, est entré en collision avec celui tout aussi fort de son voisin Hilarion créant un hyperrêve, sorte de mise en abyme onirique à la puissance infinie... Seul le professeur Ouffe peut encore les aider à s'extraire de ce rêve cul-de-sac sans fin.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Fantastique
    Chaque nouvel épisode la série Julius Corentin Acquefacques est un événement dans le monde de la bande dessinée. Marc-Antoine Mathieu réussi une fois de plus à nous surprendre comme pour les autres tomes de cette série d’albums conceptuels dont il a le secret. Et surtout quelle joie de retrouver l’univers décalé de Julius perdu dans les méandres de ses rêves ou de ceux de son voisin Hilarion. Dès l’introduction on part dans le vif du sujet et l’auteur s’amuse à dessiner toutes les situations étranges qu’on l’on rencontre dans les rêves de son héros. On n’est pas loin des lithographies d’Escher. Pour rappel, le héros vit dans une énorme ville où l’espace pour vivre manque cruellement avec des appartements trop petits. Cette société imaginaire est basée sur le travail et une foule immense peuple les rues pour se rendre au travail. 
    L’histoire de l’hyperrêve est une nouvelle expérience étrange et insolite comme souvent avec Marc-Antoine Mathieu. L’auteur nous plonge dans les réflexions de l’infini avec quelques notes d’humour. La partie graphique est en noir et blanc avec ce style que l’on connait surtout pour la représentation caricaturale des personnages et de la recherche expérimentales des dessins dû à l’histoire. 
    Ce septième tome de Julius Corentin Acquefacques, prisonnier des rêves est de grande qualité comme toute la série. 

    Nickad

    The promised neverland tome 16

    Par Nickad, dans Critiques

    Scenariste: SHIRAI Kaiu Dessinateur: DEMIZU Posuka Editeur: Autres Editeurs/Auto editions Note: 4.0
    Résumé:

    Emma, Norman et Ray coulent des jours heureux à l'orphelinat Grace Field House. Entourés de leurs petits frères et soeurs, ils s'épanouissent sous l'attention pleine de tendresse de «Maman», qu'ils considèrent comme leur véritable mère. Mais tout bascule le soir où ils découvrent l'abominable réalité qui se cache derrière la façade de leur vie paisible ! Ils doivent s'échapper, c'est une question de vie ou de mort !

    Autres informations: Edition Kaze manga
    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Fantastique
    Je profite de la sortie du tome 16 pour parler d’une façon plus générale de la série.

    The promised neverland est un manga qui surprend, il nous plonge très vite dans un univers cruel où il faut lutter pour survivre.

    Il est à la fois fantastique en mélangeant humains et démons mais sans tomber dans la caricature, aventure puisque les enfants vont devoir évoluer dans un milieu dont ils ignorent tout pour rejoindre le monde humain qui n’existe peut-être même pas, humaniste dans le sens où, à l’instar des personnages principaux, ce manga nous met face à certaines réflexions.



    Ici, ce n’est ni la force physique ni d’éventuels pouvoirs qui sont mis en avant. Les évadés de Gracefield ne peuvent compter que sur leurs capacités intellectuelles pour atteindre leurs objectifs, sauf que lorsqu’on a 12 ans et un groupe d’enfants plus jeunes à protéger, cela peut se compliquer très vite.
    En dehors de l’aspect manga d’aventure qui est très plaisant et qui enchaine les rebondissements ; de vraies questions se posent : faut-il exterminer tous les démons pour survivre? faut-il se venger ? faut-il en sacrifier certains pour le bien de la communauté ? Quel est le meilleur choix ?

    Le tome 16 se trouve à un tournant de l’histoire, nos héros sont divisés quant à la suite des opérations à mener, qui de Norman ou de Rey et Emma vont réussir à appliquer leur plan en premier ? Est-ce que Sonju et Mujika vont-être protéger ou tuer ?

    On se rapproche du dénouement (série finie en 20 tomes) mais pas un seul instant, on ne s’en lasse. La série est en plus servie par un univers graphique riche et a déjà obtenue plusieurs prix (Daruma du meilleur scénario et de la meilleure nouvelle série, prix konishi de la meilleure traduction, prix manga news pour le meilleur shonen…)

    A mon avis, une série incontournable.


    poseidon2

    Atom agency t2 : petit hanneton

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Yann Dessinateur: Olivier Schwartz Coloriste: Olivier Schwartz Editeur: Dupuis Note: 4.0
    Résumé:

    Depuis la fin de la guerre, personne n'a revu Annette, la belle ambulancière : une héroïque "Rochambelle", cette unité féminine intégrée à la 2e division blindée du général Leclerc. Cinq ans plus tard, c'est l'ébullition au 36 Quai des Orfèvres : le commissaire Vercorian est sur le point de coffrer l'ennemi public n°1. Alors quand un ancien compagnon de la 2e DB vient lui demander son aide pour retrouver Annette, il se débarrasse de l'affaire en vantant les mérites de son fils, le détective privé de l'Atom Agency.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Polar
    Deuxième tome de Atom Agency et deuxième suces pour cette série de one shot. Apres un premier tome jouant sur la nostalgie graphique et thématique  des amateurs de BDs des années 70-80, Yann lance ses héros dans une histoire plus ambitieuse. Une histoire qui parle de la guerre, de l’après-guerre, mais qui parle aussi de façon savoureuse de la communauté Arménienne de Paris. Je dis "savoureuse" car ce lien familial est un filagramme intéressant à suivre, en marge de notre enquête. En effet le rapport entre Atom et sa famille Arménienne et ses "obligations" n'est pas sans rappeler des situations très actuelles. 
    Si le personnage d'Atom  gagne en épaisseur dans ce tome ci, on apprécie encore plus le rôle du père, ancien résistant au passé pas si claire que cela. 
    Une bonne enquête, un dessin très sympa pour un super moment sans obligation de poursuite. Du tout bon quoi.

    The_PoP
    Scenariste: Lewelyn, Andoryss, Chauvel, Wong Dessinateur: Jérôme Lereculey Coloriste: Dimitri Martinos Editeur: Delcourt Note: 4.0
    Résumé:

    Le putsch fomenté par les lions a été réprimé dans le sang. Le roi Mederion et Terys, son ombre, incarnent un renouveau qui entend en finir avec les rivalités entre races. Pour les activistes étudiants qui veulent mettre à bas la monarchie, c'est une occasion en or. Une fois de plus, les intrigues politiques sont au coeur de la vie d'Angleon, tandis que loin du trône, chacun, qu'il soit otage, mercenaire, garde du corps ou enquêteur, oeuvre à son propre destin...

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Fantasy
    Et voilà, déjà le quatrième tome de cette série phare de chez Delcourt avec aux commandes toujours le même trio de scénaristes, et Jérôme Lereculey au dessin. 
    C'est assez incroyable la qualité graphique tenue par cette série avec un seul dessinateur compte tenue de la cadence de parution infernale. Certes après Wollodrïn et Arthur, Jérôme Lereculey n'est plus un inconnu mais tout de même, cela reste un tour de force remarquable. Les dessins sont toujours aussi propres, et si la colorisation est pour cet opus un poil plus terne et sombre que sur le premier tome, l'ensemble reste dans le haut du panier de ce qui se fait en BD actuellement. C'est beau. 
    Côté scénario, les auteurs commençaient à titiller doucement notre patience après le tome 3, la faute à une intrigue comportant toujours plus de fils, et ne semblant pas prêt de se dénouer, mais surtout à des personnages pour lesquels on ne ressentait finalement que peu d'empathie. C'est bien beau de nous faire un game of throne en BD mais encore faut il que le lecteur ait à coeur le destin de quelques personnages. Hors là ce n'était pas vraiment le cas, et le détachement que l'on pouvait en ressentir pesait sur notre appréciation de la BD. 
    Ce tome 4 corrige quelque peu ces défauts, l'intrigue monte en puissance avec ce nouveau duo mis sur le devant de la scène, et si l'évolution de leur relation en fin d'album ne m'inspire guère d'enthousiasme pour la suite tant elle me semble trop peu intéressante voir convenue,  reste que l'ensemble des défis à relever m'a intéressé davantage que les complots des tomes précédents. L'action y est elle bien présente également et l'aspect aventure pour certains personnages est également bien présente. On a perdu de vue l'espace d'un tome les enjeux des autres continents, mais nul doute qu'ils se recroiseront. 
     
     
    Au final, on a toujours une série avec beaucoup d'ambitions, mais j'aurais aimé beaucoup plus d'interactions avec les futurs cycles des autres continents. plus de zones d'ombres donc, plus de choses non expliquées pour le moment peut être, mais du coup aussi plus d'avancées dans l'histoire. Car in fine au bout de 4 tomes, je trouve l'intrigue encore un peu juste, et le traitement des personnages toujours trop froid. Reste que ce tome 4 rehausse l'intérêt global et que j'attends désormais de voir si le 5 va continuer à éveiller notre intérêt. 
     

    poseidon2

    Shades of Magic t1

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Schwab V.E. Dessinateur: Schwab V.E. Coloriste: Schwab V.E. Editeur: Urban Comics Note: 2.5
    Résumé:

     Il est ici question d'un temps où quatre royaumes magiques coexistaient sans encombre, et où tous sorciers étaient en mesure de voyager sereinement de l'un à l'autre. Londres en était chaque fois le coeur et l'âme, jusqu'à la chute de l'un des mondes, corrompu par une magie noire dévorante. Ses trois voisins, pour éviter la contagion, décidèrent de sceller les portails qui leur permettaient de communiquer entre eux. C'était il y a deux cents ans, et aujourd'hui certains craignent leur réouverture. Le prince héritier Maxim, fils du roi Nokil Maresh de Arnes (Londres Rouge) fait partie de ceux-là. Son obsession est telle qu'il en délaisse même son propre peuple. Une situation que son père ne peut tolérer. C'est pourquoi il prend la lourde décision de l'exiler à Verose dans l'espoir de le voir se recentrer sur son avenir et les responsabilités qui sied à son rang.

    Type: Comic L'acheter sur BD fugue Genre: Fantastique
    Urban Link continue sa mutation. Apres l'excellent Middlewest (en fin en même temps en fait c'est moi qui suis à la bourre), voici venir un autre récit qui n'a rien de super héroïque. Apres avoir accroché les gens avec des héros connus et populaires, on attaque maintenant des histoires originales.
    Au vu de la couverture je me faisais une joie d'ouvrir ce récit de cape et d'épée façon "les 3 mousquetaires fantastiques". Et bien l'ouverture de ce tome 1 m'a vite refroidi
    Et l'a chaleur n'est remontée qu'en fin d'album. Soyons clair : le dessin de cet album est trop brouillon. Dans le but de vouloir créer du mystère et une ambiance pesante, notre auteur a abusé des couleurs sombres et des traits "brouillons". On se retrouve avec un dessin parfois difficilement lisible qui nuit à l'histoire.
    Et c'est dommage car cette histoire est originale et bien traitée. Imaginative et pleine de bonnes idées, on se  adorerait la voir dessinée par quelqu'un d'autre. En effet le fils exclu, la menace venue d'ailleurs, l’éveil du prince à la vie dans une bourgade loin des fastes de la capitale... tout est là pour faire une bonne aventure. 
    Espérons que le t2 montre un net progrès dans le dessin !

    poseidon2

    Doom War épilogue

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Collectif Dessinateur: Collectif Coloriste: Collectif Editeur: Urban Comics Note: 3.5
    Résumé:

    Alors qu'il vient de remporter une victoire décisive dans sa guerre contre les Justice League unies du Multivers, Lex Luthor pensait débuter son règne en préparant l'avènement de sa reine Perpetua sur Terre. Surgissant des ténèbres, entourés de ses agents infectés, le Batman Qui Rit entend cependant réclamer son dû et, pourquoi pas, récupérer la part du lion au passage. Le duel entre les deux prédateurs ultimes changera pour longtemps la face du monde.

    Type: Comic L'acheter sur BD fugue Genre: Super héros
    Pour nous faire patienter avec Death Metal, Urban publie de façon séparer la mini histoire liant les deux branche de l'arc de Snyder : Le Doom War de la Justice league et le Joker qui rit de Batman. 
    Les deux menaces qui planaient en parallèle se télescopent pour donner... ben une bataille de méchants. C’est ce qui est sympa dans ce mini crossover. C'est un crossover de vilain duquel les héros sont réellement absents (normal si on a suivi). On se retrouve avec le jeu de qui sera le plus méchant (ok on s'en doute un peu :p) mais surtout qui sera le plus malin. Un Batman corrompu ou un Lex Luthor surpuissant? 
    Un tome qui se lit agréablement bien et qui permet de bien mixer deux arc parallèles en gardant une cohérence scénaristique pas toujours au rendez-vous chez DC. 
    Maintenant ... le plat de résistance est attendu 🙂
     

    poseidon2

    Je suis un assassin t1

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Akai Dessinateur: Aigamo Editeur: Doki-Doki Note: 4.5
    Résumé:

    Appelé avec ses camarades de classe dans un autre monde, Akira Oda se voit attribuer les caractéristiques d'un banal assassin du fait de sa discrétion. Mais ses compétences vont se révéler bien plus grandes que celles d'un héros. Très vite, Akira commence à avoir des doutes sur le roi qui les a fait venir dans cet autre monde et il va devoir mettre en pratique ses compétences d'assassin pour élucider le mystère... et découvrir la conspiration qui est en train de se tramer !

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Fantasy
    En voilà une excellente surprise ! Au milieu des traditionnelles histoires de lycéens parachutés dans un monde héroic fantaisy entre jeu et monde parallèle, ce "Je suis un assassin" réussit a vraiment se démarquer ce qui est notable. 
    Et il ne se démarque par le fait que l'on suive un "assassin" (mais gentil quand même bien sûr)  mais surtout par la rapidité de traitement et le coté piège qui arrive très rapidement. Ce qu'on lit la en 1 seul tome se déroule normalement en 3 ou 4 tomes.  Là on va vite. Mais on va vite avec concision. Et ça ça change. On a tous les  éléments présentés et dans l'ordre qu'il faut pour qu'on puisse s'approprier les personnages principaux, l'univers, les méchants ET qu'il se passe pleins de trucs. Dans un seul premier tome.
    Et ça donne vraiment envie de savoir ce qu'il va se passer après. Avec quand même un léger doute car la fin laisse planer une possibilité d'enlisement. Espérons que nos auteurs ne tombent pas dedans.
     

    poseidon2

    Aristophania t3

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Xavier Dorison Dessinateur: Joël Parnotte Coloriste: Joël Parnotte Editeur: Dargaud Note: 4.0
    Résumé:

    Aidé par ses sbires et ses puissants calamyrhs, le Roi banni Gédéon est plus fort que jamais. Pour gagner sa guerre secrète contre le royaume d'Azur, il s'en prend à tous ceux qui en maîtrisent la magie, et veut en finir avec la première d'entre eux : la Reine. Pour la retrouver, Gédéon est prêt à tout. Il ne reste qu'un espoir ; celui dont rêve Aristophania : trouver la Source Aurore avec l'aide des enfants. Mais le temps presse et désormais tous les laquais du Roi-Banni sont à leurs trousses, bien décidés à ne jamais les laisser arriver en vie à la source légendaire...

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Aventure
    Troisième tome de la série et un passage à la seconde de monsieur Dorison. Apres beaucoup de présentation des forces en présences dans les deux tomes précédents, ce tome trois entre dans le vif du sujet avec la guerre entre les deux camps et, bien sûr, nos trois petits héros pris au milieu.
    Si Dorison ne se démarque pas sur originalité de l’évolution du scénario (oui oui depuis le t1 on s'en doute), on ne peut par contre que saluer le talent de conteur qui nous réussit à nous entraîner dans son histoire, sans pour autant avoir justement besoin de recourir à des effets de surprises en permanence. Rien que lever un peu de mystère sur le passé d’Aristophania suffit à nous notre bonheur sur ce tome ci.  Le talent de Dorison fait que même si on n’est pas surpris on a vraiment envie de lire la suite et de "découvrir" ce qu'il va advenir de nos trois héros.
    Bien aidé par des dessins de haut niveau de Joël Parnotte, ce tome 3 est donc dans la lignée des deux premiers avec au final une garantie d'une très bonne série avec 4 ou 5 tomes d'une constance à toute épreuve.

    alx23
    Scenariste: Florent Maudoux & Rebecca Morse Dessinateur: Florent Maudoux & Rebecca Morse Coloriste: Florent Maudoux & Rebecca Morse Editeur: Ankama Note: 3.5
    Résumé:

    Les super-héros peuvent eux aussi attraper un rhume ou avoir un coup de mou au moral, malheureusement les symptômes de leurs maladies sont aussi épiques que dangereux. Il existe un endroit spécialement dédié aux cas les plus désespérés : le Traüma Center. Telle un docteur House au féminin, Kim mène son équipe à la baguette pour enquêter, comprendre et dispenser des thérapies de choc adaptées aux étudiants de la légendaire FEAH, l'université des super-vilains. 

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Super héros
    Florent Maudoux l’auteur de la célèbre série Freaks’ squeele s’associe avec Rebecca Morse qui a déjà travaillé sur plusieurs bandes dessinées en tant que scénariste ou dessinatrice. Les deux auteurs proposent un nouveau spin-off avec Kim Traüma. Le titre fait référence à la tatoueuse Kim qui gère l’infirmerie de la F.E.A.H, de l’école de super-héros qui est le Traüma center. On devrait pouvoir lire un album par an suivant le planning sans aucun ordre de lecture spécifique. Ce premier tome est constitué de trois histoires. Patiente zéro est le titre de la première bande dessinée réalisée intégralement par Florent Maudoux. Ensuite Silicone Carnée est écrit par Maudaux sur des dessins de Rebecca Morse. Les deux styles sont proches mais ceux de Morse sont plus détaillés et moins lissent. La dernière histoire est une nouvelle d’Isabelle Bauthian. Comme souvent dans les titres des éditions Anakama et surtout du label 619, on retrouve une nouvelle avec quelques illustrations. Les lecteurs seront heureux de croiser quelques personnages emblématiques de la série mère mais aussi des spin-offs comme Castor et Pollux ou d’autres références à Breaking bad ou Mutafukaz. Les récits abordent des sujets intéressants derrière tout le décor des super-héros, que je vous laisse découvrir. 
    L’univers de Freaks’ squeele continue de se développer avec un troisième spin-off qui démontre l'engouement des lecteurs pour cette série. 

    Nickad

    Shaman king flowers tome 3

    Par Nickad, dans Critiques

    Scenariste: TAKEI Hiroyuki Dessinateur: TAKEI Hiroyuki Editeur: Kana Note: 3.0
    Résumé:

    Alors que rien ne devait se passer durant les 500 ans suivants le dernier Shaman Fight, auquel Yoh et ses amis ont participé, un désaccord entre les dieux déclenche un nouvel affrontement entre les shamans à l'issue duquel la forme de ce monde risque de changer. Hana, le fils de Yoh et Anna, est choisi pour devenir le leader de la « Team Hao », l'équipe représentant le dieu Hao en ce bas-monde. Mais avant même d'entrer dans le tournoi, il devra surmonter une épreuve inattendue et beaucoup plus périlleuse qu'il n'y paraît..

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Indefini
    Ce tome explore un peu le passé de Hana où l’on a le plaisir de revoir brièvement ses parents. Il nous permet aussi d’apercevoir ses véritables capacités. De nouveaux ennemis apparaissent mais leurs identités restent floues.
    Même si l’on ressent que la pression monte autour du « flower of maize », il reste encore beaucoup de zones d’ombre, et quand on sait que la série est finie en 6 tomes, on se demande si l’auteur va réussir à explorer toutes les pistes qu’il lance. Car finalement le problème est là, nous n’en sommes qu’à l’échauffement. D’un autre côté, il ne s’agit que d’un nouvel arc de shaman king et plusieurs spin-off sont déjà en route.
    De quoi s’assurer de rester encore un certain temps dans l’univers de Hiroyuki Takei.
    Un clin d’œil amusant à la « star edition » se cache dans ce tome, le trouverez-vous ?

    The_PoP

    Belles personnes

    Par The_PoP, dans Critiques

    Scenariste: Chloe Cruchaudet Dessinateur: Chloe Cruchaudet Coloriste: Chloe Cruchaudet Editeur: Soleil Note: 3.0
    Résumé:

    "Faire des portraits d'anonymes" . Cette idée, impulsée par le festival Lyon BD, a assez vite interpellé Chloé Cruchaudet. Elle a alors modelé cette proposition pour rendre le dispositif interactif : un appel à contributions a été lancé, afin de recueillir des éloges de "belles personnes" ; l'objectif étant d'inciter les gens à ne pas se fier aux apparences. Son choix s'est orienté vers quatorze témoignages parmi ceux qu'elle a jugés les plus étonnants ou touchants : Denise, présumée sorcière, Mint, chien d'aveugle, ou encore Mme Neuville, professeure de philosophie... Chacune de ces belles personnes étant singulière, l'autrice a souhaité adapter son traité graphique à chaque récit. Et en fin d'ouvrage, ces contributions textuelles sont retranscrites dans leur forme originelle avec, en vis-à-vis, un portrait pleine page. Une plongée dans l'âme humaine, une réflexion sociale, un voyage à travers le regard de l'autre.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Tranche de vie
    L'auteure du remarqué "Mauvais Genre" nous livre ici un recueil de nouvelles en BD comme autant d'hommages aux anonymes qui remplissent nos vies et les marquent pourtant à jamais. Le résultat est parfois assez inégal mais toujours agréable. Certes les histoires ne font pas toutes résonnance en nous, mais elles ont le mérite de mettre un peu de lumière sur des tranches de vie parfois anecdotique et pourtant souvent remarquables.
    Ce roman graphique se distingue également par son style, ses croquis sont vifs, et leur coloration toute en nuance apporte une vraie palette de subtilité à un trait très léger. C'est évocateur et cela colle parfaitement au propos.
    Belles personnes est à découvrir, pour ceux qui veulent reprendre une petite tranche de vie, touchante, parfois décalée, mais qui touche souvent juste. La démarche artistique, bien expliquée, m'a intéressée.

    The_PoP

    Le vagabond des étoiles - Tome 2

    Par The_PoP, dans Critiques

    Scenariste: Riff Reb's d'après jack London Dessinateur: Riff Reb's Coloriste: Riff Reb's Editeur: Soleil Note: 4.5
    Résumé:

    Magistralement adapté en deux volumes par Riff Reb's, Le Vagabond des Étoiles est un sublime hommage à l'un des chefs-d'oeuvre de Jack London. San Quentin. Dans la prison d'État, Darrell Standing, toujours soumis à la torture de la camisole de force, poursuit ses voyages extracorporels. Il s'incarne dans de nouvelles vies - hommes, femme, enfant - à travers l'histoire du monde, qui nous font voyager du western au péplum en passant par la préhistoire. Pour garder la raison, Darrell Standing recherche et trouve des preuves de la réalité de ses vies antérieures. S'ouvre également pour lui un abîme de réflexions sur l'immuable destin de l'humanité partout et toujours inféodée à l'amour, la superstition et la violence. Finalement en marche vers la potence, il esquisse un sourire car il a cette phrase en tête : « Il m'a fallu mourir et mourir encore pour m'apercevoir que la vie était inépuisable. »

    Autres informations: Hors norme
    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Indefini
    C'est peu dire que j'avais beaucoup apprécié le premier tome marquant de ce Vagabond des étoiles. En voici déjà la conclusion avec ce second tome. Ce dyptyque, librement inspiré d'un récit de Jack London et magnifiquement mis en image et en scène par Jeff Ribs est un OVNI. On ne sait ni où l'on va, ni d'où l'on vient une fois refermé, et pourtant il nous aura donné l'occasion de réfléchir sur des thèmes essentiels à l'humanité : Liberté, choix, destin, rébellion mais aussi rêve, exploration et inconnu. J'avoue que Jack London est l'un des personnages et auteurs qui m'ont marqué quand j'étais jeune.
    Alors oui, vous ne le relirez probablement pas souvent, mais c'est le genre de lecture qui s'avère marquante par son propos parfois halluciné mais jamais dénué d'une certaine profondeur. 
    Graphiquement Jeff Ribs nous livre encore un ouvrage très qualitatif. Son style tranchant et incisif, parfois dur, colle à merveille avec ce récit âpre et fantastique.
     
    Moi qui titille régulièrement les choix éditoriaux de Soleil, je dois reconnaitre que c'est courageux et tout à leur honneur que d'avoir produit une BD comme celle-ci, qui aura probablement du mal à trouver son public, mais qui marquera durablement ses lecteurs. Bravo et chapeau bas. 

    The_PoP
    Scenariste: Lylian Dessinateur: Sophie Rufieux Editeur: Soleil Note: 4.5
    Résumé:

     Le succès littéraire de Raphaëlle Giordano enfin adapté en bande dessinée ! Un roman graphique qui fait un bien fou au moral ! Camille, femme active, mariée et mère de famille a tout, semble-t-il, pour être heureuse. Pourtant, elle se sent coincée dans cette routine qu'est devenue sa vie... Ce qu'elle voudrait, c'est retrouver le chemin de la joie et de l'épanouissement. Un soir, suite à un accident de voiture, elle fait la connaissance de Claude, routinologue. Cette lumineuse rencontre va bouleverser sa vie et celle de sa famille.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Tranche de vie
    Quand j'ai commencé cette BD, je pensais que j'avais déjà lu le roman dont il est tiré, et pour être transparent, la patte graphique qui rappelle directement le style d'une Margaux Mottin ne me transportait pas d'enthousiasme. Ajouté à l'histoire estampillée  "développement personnel" que je craignais trop gentillette, c'est rien de dire que j'étais frileux. 
    Alors oui c'est parfois très naïf, très tendre, très gentil voir trop positif. Mais ça fait du bien. Cela fait du bien car c'est parsemé de perles de philosophie, et de vraies réflexions. Evidemment, cela ne parlera pas à tout le monde, et certains principes développés ici feront probablement ricaner des lecteurs. 
    Pour ma part, une fois refermé le verdict est clair, c'est intelligent, souvent brillant, et si le propos aurait mérité une histoire peut être plus subtile ou moins linéaire, et un traitement graphique plus engagé et moins grand public, il faut reconnaitre que l'ensemble est cohérent, et qu'il se lit et se digère bien. 
    Une fois que je me suis rendu compte que je confondais avec un autre roman, et que je ne l'avais pas lu, j'ai beaucoup apprécié de découvrir cette histoire et ces réflexions à travers la BD car les idées y sont alors plus facilement lisibles et on peut alors mieux les extraire et les réfléchir que lorsqu'elles sont noyées dans un livre. 
    Pour le dessin, si j'assume facilement qu'il n'est pas dans un style que je recherche personnellement, il est aussi nécessaire pour moi de faire amende honorable. Il est ici adapté au propos et le rend lisible, et fin au niveau des émotions lorsqu'il le faut. 
     
    Je ne peux que vous en recommander la lecture. Après à vous de voir si vous souhaitez le lire en BD ou en livre, mais c'est un beau roman/roman graphique de développement personnel très constructif. 

    alx23

    Superman Red son

    Par alx23, dans Critiques

    Scenariste: Mark Millar Dessinateur: Dave Johnson Coloriste: Kilian Plunkett Editeur: Urban Comics Note: 3.5
    Résumé:

    Ukraine, 1938. Une fusée s'écrase en pleine campagne : à son bord, un bébé qui va être rapidement adopté par un couple de fermiers. Des années plus tard, l'enfant a grandi au sein du régime stalinien. Il devient alors le héros des travailleurs et la fierté de l'état soviétique. Son nom ? Superman ! Mais lorsque Joseph Staline meurt, c'est à cet homme de fer qu'il incombe de diriger et de faire fructifier un empire à l'abandon...

    Type: Comic L'acheter sur BD fugue Genre: Super héros
    Superman Red son ressort une fois de plus dans la collection Black Label aux éditions Urban Comics, après avoir fait partie de l'offre découverte de l'été dernier dans un format plus petit et sans bonus. Mark Millar est au scénario de ce one shot avec une idée assez originale et si Superman avait attiré en URSS et pas aux Etats-Unis. L'auteur prend suffisamment de recul pour ne pas tomber dans le cliché des méchants russes et gentils américains pour développer son histoire. En effet, Superman est élevé dans l'idéologie communiste et veut imposer sa vision face au capitalisme en prônant la propagande soviétique. On retrouve tous les personnages emblématiques de DC univers comme Batman russe ou Wonder woman pour ne citer qu'eux. Millar a la réputation de bouleverser les grands classiques des super-héros déjà depuis quelques temps.
    Les dessins Dave Johnson sont classiques pour l'univers DC. L'album se termine avec plusieurs recherches graphiques de l'auteur et autres illustrations. 
    Je ne suis pas un grand amateur de super-héros et encore moins de Superman mais j'ai apprécié la lecture de ce Red son qui apporte une alternative intéressante et bien développée par Millar. Après le traitement de l'histoire reste très conforme aux récits des super-héros.

    poseidon2

    Droit au but t17

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Thierry Agnello Dessinateur: Charles Davoine Coloriste: Charles Davoine Editeur: Autres Editeurs/Auto editions Note: 2.5
    Résumé:

     Alors que Nino se remet progressivement de sa blessure, il découvre que le club a recruté Rayan, un jeune joueur prometteur du même âge que lui, jouant au même poste et disposant des mêmes atouts. Débordant d'énergie et d'initiative, ce dernier s'acquiert rapidement le respect et l'admiration de ses coéquipiers de l'OM. Ses prouesses sont d'autant plus surprenantes que le jeune garçon a tout appris sur le tas, dans sa région d'origine, le nord de la France, sans passer par un centre de formation. D'abord inquiet de la concurrence que pourrait lui faire la nouvelle recrue, Nino se rapproche de Rayan à l'occasion d'un match particulièrement difficile pour ce dernier. Et pour ce faire, quoi de mieux que de lui faire apprécier la ville de Marseille et ses habitants ? Désormais complices, les deux jeunes joueurs font merveille lors des entraînements et surtout à l'occasion d'un match contre l'OL au Vélodrome. Une rencontre décisive dont l'issue proclame une fois de plus que l'union fait la force !

    Autres informations: Edition Hugo BD
    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Indefini
    Bon on ne va pas y aller par 4 chemins : je trouve que depuis que Nino à intégrer le groupe professionnel, les "Droits au but" sont un peu moins sympa. Preuve en ait le fait que mes enfants ont lu CA super vite en disant : "ouais c'est pas mal".
    Et je ne peux pas dire la même chose. SI ici on change un peu avec l'arrivée d'une nouvelle recrue, Nino à finit sa progression et l'équipe de Marseille étant une vraie équipe de foot, on n’a pas vraiment de progression sportive addictive comme sur un captain tsubasa. 
    On a juste la vie de Nino et les matchs qui s’enchaînent. Plus vraiment de challenge pour notre Nino. Il faudrait rapidement introduire la ligue Europa ou la ligue des champions pour retrouver un intérêt sportif à la série.
    Des matchs de poules perdus, une décision du coach, une qualification à l'arrache... en gros un peu de panache....
    Car là on s'ennuie ferme....
     
     

    LaVieDansLesPlis

    SILEX

    Par LaVieDansLesPlis, dans Critiques

    Scenariste: Stéphane Sénégas Dessinateur: Stéphane Sénégas Editeur: L'école des loisirs Note: 4.0
    Résumé:

    Sur la planète Homo-Dino,

    Les petits sont mangés

    Par les gros.

    Alors comment devenir chasseur

    Quand on est haut

    Comme trois pommes ?

    Pour faire taire les moqueries,

    Silex lance un dangereux pari :

    Dans moins de sept lunes,

    Il viendra à bout…

    Du terrible Mange-Tout.

    Type: Livre pour enfants L'acheter sur BD fugue Genre: Tranche de vie
    Il était une fois où les hommes et les dinosaures auraient vécu ensemble ; la vocation de l’album n’est pas d’être un documentaire sur l’ère préhistorique, malgré quelques informations absolument vraies sur ces vieux animaux préhistoriques. Et Stéphane Sénégas, déjà connu et reconnu -notamment- pour ses Pirateries, choisit de nous plonger ici dans un tout autre univers. L’auteur détourne donc les noms des dinosaures dans un récit plaisant, plein d’humour et de tendresse, où Silex, un jeune petit homme habillé en peau de bête, prend son courage à deux mains et part chasser les plus gros des dinosaures pour prouver à sa famille sa valeur et gagner ainsi quelques centimètres dans l’estime des siens…
    Et comme toutes ces graines d’homme en devenir, Silex passera trois épreuves, affrontera trois méga dino et fera montre, trois fois, de sagesse. Un « Little Big Man » avant l’heure. Le récit est efficace, usant pertinemment de la répétition, et souvent drôle.
    Un petit regret peut être simplement sur l’articulation entre les trois péripéties de Silex et les trois citations d’Horace, de Plutarque et d’Esope, qui, me semble-t-il, aurait pu être plus cohérente ou plus resserrée. L’idée de ponctuer « la quête » de Silex par des proverbes d’un poète, d’un philosophe et d’un fabuliste de l’antiquité et de mettre ces sages mots dans la bouche des oncles bienveillants et expérimentés de notre petit « Trois pommes », reste très intéressante parce qu’elle apporte au récit sa caution d’autorité morale dont Silex -et nos jeunes lecteurs- peuvent ensuite s’emparer à leur façon. C’est à travers les yeux d’un enfant que nous entrons dans cette « quête », que nous suivons cette aventure initiatique et ce court récit fonctionne ainsi très bien et tout simplement pour nos petits lecteurs.
    L’album est aussi remarquable par ses belles illustrations parfaitement équilibrées, dont le trait est fin et précis, dans une alternance de dessins pleinement et justement colorisés et d’autres, plus simplement crayonnés. L’expressivité des personnages leur donne presque la vie. Alors quand il s’agit de gros dino pleine page qui sont représentés par notre illustrateur, les yeux de nos jeunes lecteurs s’écarquillent indubitablement très grand, dans un mélange de surprise, de fascination et de frisson. 
    Certaines pages sont des planches de bande dessinée sans paroles, dont le style, différent du reste qui illustre le récit, fleurte avec le trait de Masashi Tanaka dans son fameux manga, Gon. Et là encore dans ce récit d’images, l’on peut être fasciné par la façon dont Stéphane Sénégas rend les mouvements et les émotions pourtant sans réalisme aucun. Un très beau travail d’illustrations ! 
    Un album pour les 3-6 ans.

    Nickad

    Battle game in 5 seconds tome 12

    Par Nickad, dans Critiques

    Scenariste: HARAWATA Saizou Dessinateur: KASHIWA Miyako Editeur: Doki-Doki Note: 3.5
    Résumé:

    Le désastre, orchestré par l'observateur Leonhardt, a maintenant débuté. Dans un parc d'attractions abandonné, d'anciens participants aux programmes sont devenus des zombies... Ils attaquent les nouveaux venus dans un horrible jeu du loup. Yûri y retouve Ôji Hoshino, le responsable de sa mort. Kirisaki et Kumagiri doivent livrer bataille dans deux autres endroits du parc. Quant à Akira, désormais vulnérable parce qu'il ne peut pas recourir à son pouvoir, il mise tout sur ce jeu insensé !

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Action
    Au beau milieu de leurs recherches des membres des autres équipes, une partie des camarades d'Akira se retrouve piégée dans le désastre, il n'a d'autre choix que de les rejoindre, à la fois pour les aider mais aussi parce que seul, son pouvoir n'est pas très utile.
    Nous voici enfin plongés en plein cœur du désastre, un événement qui était encore obscur jusqu’à présent et qui a pour objectif la réduction drastique du nombre de joueurs.

    La lutte contre les zombies mais aussi entre les joueurs piégés fait rage. Et même si on suppose que nos « héros » vont s’en sortir, la question est de savoir qui d’autre va y survivre.

    En même temps, on en apprend plus sur le caractère de Tôya, le père d’Akira qui semble être un manipulateur de première, mais son pouvoir comme ses motivations restent mystérieux.

    Les combats s’enchainent sans longueur et nous offre un volume pleins d’actions. De nouveaux personnages font leur apparition mais qui, vu les règles du jeu, risquent de ne pas rester trop longtemps (il y en a déjà beaucoup !).

    En dehors de l'aspect purement combats, qui sont plutôt bien menés, j'apprécie la façon dont l'auteur dissémine les informations sur nos héros, cela entretient le suspense et donne l'envie d'en savoir plus. A suivre donc.

    poseidon2

    Time shadow t7

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Yasuki Tanaka Dessinateur: Yasuki Tanaka Editeur: Kana Note: 4.0
    Résumé:

    Shinpei est de retour sur son île natale pour assister aux funérailles de son amie d'enfance, Ushio, décédée accidentellement en mer. Il se rend vite compte que quelque chose ne tourne pas rond... Certaines personnes agissent bizarrement. Et s'il s'agissait d'une mort accidentelle, pourquoi une autopsie du corps d'Ushio a-t-elle été ordonnée ? Mais avant de pouvoir vraiment enquêter, Shinpei est assassiné par un sosie d'Ushio. Et voilà qu'il se réveille sur le bateau qui le conduit à l'île pour assister à l'enterrement d'Ushio...! Il semble avoir remonté le temps... Parviendra-t-il à comprendre ce qui se passe et à l'enrayer avant qu'il ne soit trop tard ?

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Thriller
    J'avais TRES peur à la fin du précédent volume. En effet un autre retour en arrière si loin dans l'histoire me faisait craindre rien de moins qu'un reboot de plusieurs tomes. Après avoir été si près de l'explication ça aurait été trop frustrant.
    Et bien   Yasuki Tanaka m'a agréablement surpris sur ce volume 7. En effet elle réussit ce dangereux passage du reboot en surprenant le lecteur avec non pas un retour directement dans l'action mais un retour orienté sur un tout autre personnage. Un personnage qui est beaucoup plus centrale qu'on ne pouvait l'imagine. Mais surtout un personnage sur lequel on avait beaucoup de question et qui n'avait pas eu son lot de réponses.
    Bref l'interlude qu'il fallait avant de repartir de plus belle. Ajouter à cela une révélation tardive qui relance bien le jeu de retour en arrière et vous aurez un tome 7 qui redonne espoir quant à la teneur des (au moins) 4 prochains volumes.

    The_PoP
    Scenariste: Sean Murphy Dessinateur: Sean Murphy Editeur: Urban Comics Note: 5.0
    Résumé:

    Le fléau Jack Napier est de nouveau derrière les barreaux, mais la sérénité est loin d'être de retour à Gotham, et encore moins au Manoir Wayne, où Bruce peine à retrouver équilibre et sérénité. Son pire ennemi n'a pas seulement ébranlé ses convictions et sa raison d'être, il a également durablement saccagé l'image de Batman et sa légitimité aux yeux des habitants de sa ville. La disparition d'Alfred n'est pas sans séquelle non plus, bien qu'elle laisse derrière lui un héritage inattendu : le journal d'Edmond Wayne daté de 1685, premier de sa lignée à s'être installé à Gotham et adversaire d'un certain Lafayette Arkham, dont les ossements ont été récemment découvert dans la cellule du Joker.

    Type: Comic L'acheter sur BD fugue Genre: Super héros
    Cette chronique a été faite à partir de l'édition en N&B. 
     
    J'ai pour habitude d'user souvent du poncif selon lequel peu d'auteurs BD arrivent à conjuguer magnifiquement scénario & dessin. Mais je garde toujours en tête que Sean Murphy fait partie de ceux là et son run sur Batman dans le premier White Knight était aussi remarquable au dessin qu'original et sympa au scénario. 
    C'est donc peu dire que j'attendais avec impatience ce second run. 
    Le trait de Sean Murphy fait toujours mouche chez moi, et ce second tome est dans la lignée directe du premier, excellent. Raison pour laquelle j'ai privilégié la version en noir et blanc comme pour le premier tome. Je trouve en plus que cela convient merveilleusement bien au sombre et sérieux univers de Batman. Les amateurs du dessin de Sean Murphy seront comblés comme d'habitude, les autres le découvriront avec intérêt je pense.
    L'histoire nous prend par contre à contre pied, en effet là où le premier tome nous scotchait par une inversion des rôles saisissante doublée d'une remise en cause des acquis des fans de Batman, ce Curse of the White Knight se révèle presque plus classique, avec un scénario se rapprochant parfois de ce que Nolan a pu faire au cinéma dans sa trilogie. Au menu donc un super méchant en tête d'affiche pourtant pas forcément star habituellement de l'univers Batman, un Joker toujours trouble et maniant quelques ficelles, une Harley Queen Omniprésente dans un rôle à contre emploi également, une Catwoman absente des débats et des grosses prises de risques sur le destin de personnages emblématiques de Batman. Les fans absolu crieront peut être au scandale. Moi non. En vrai j'ai retrouvé cette sensation propre aux lectures de Game of Throne ou le lecteur se rend compte que l'auteur ne s'est donné aucune limite quand au destin de certains personnages que l'on adore pourtant. Ce qui rend la lecture d'autant plus stressante et passionnante. 
    Alors oui, l'effet whaou est moindre sur ce tome-ci, et le méchant mis en avant n'est probablement pas à la hauteur d'un Batman pourtant dans les cordes, l'intrigue est moins originale que dans le premier tome et Sean Murphy utilise probablement un peu trop parfois des ficelles scénaristiques un peu grosses. Ceci dit je l'ai tout de même dévoré en une seule fois, avec ce côté addictif ou l'on a un peu plus envie de tourner la prochaine page. 
    Et à la fin je crois que ça compte aussi. Si Curse of the White Knight est comme son illustre ainé pas exempt de défauts, il n'en reste pas moins remarquable par ses nombreuses qualités.

    poseidon2

    Fausse garde

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Merwan Dessinateur: Merwan Coloriste: Merwan Editeur: Dargaud Note: 3.0
    Résumé:

     Un album aussi percutant qu'un KO debout ! Le jeune Mané est plein d'envie, plein de force. Deux qualités premières si l'on souhaite s'adonner au Pankat, un art martial dur développé en véritable philosophie de vie par ceux qui le pratiquent. Errant dans Irap, siège des plus grandes écoles de Pankat, Mané va vite faire ses preuves et profiter des conseils d'Eïam, l'un des plus grands maîtres qui soit. Mais saura t'il résister aux sirènes criminelles de Féssat, ancien condisciple d'Eïam, qui tente de porter les pas malléables du jeune homme vers l'illégalité ? Cruel dilemme pour Mané... Car les règles de la vie ne sont pas toujours aussi simples que celles d'un combat de Pankat... Avec son dessin terriblement soigné et dynamique et son art du scénario psychologique et bourré d'action, Merwan signait avec Fausse Garde (anciennement titré Pankat) un premier album solo à la fois frais et d'une grande maturité. Un album au ton unique, mêlant les influences du manga et de la bande dessinée franco-belge, à retrouver dans une édition dôtée d'une nouvelle couverture et de bonus graphiques inédits.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Aventure
    Suite au succès des derniers albums de Merwan (La mécanique céleste, jeu d'ombre, la bel Age, l'or et le sang), la maison Glenat a décidé de ressortir une intégrale d'un de ces premiers titres, parus dans la collection vent d’Ouest en 2004. 
    Et c'est une... idée. Bonne ou mauvaise je ne saurais trop dire au final. Car d'un côté c'est une bonne idée car l'histoire est vraiment sympa avec ce garçon perdu qui pense se trouver au travers du Pankat pour lequel il a toujours vécu mais qui se retrouve très vite pris part dans un engrenage qui ne maîtrise pas du tout.  D'un autre coté les gens comme moi qui sont fan du dessin de Merwan vont être déçu. Déçu car ces albums sont les premiers de Merwan et que graphiquement on est un vrai cran en dessous de la mécanique céleste par exemple. 
    Un album intéressant qui mérite d’être lu mais qui ne tiens quand même pas la comparaison avec celui de l'année dernière...

    poseidon2

    Yawara ! T1

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Naoki Urasawa Dessinateur: Naoki Urasawa Editeur: Kana Note: 4.0
    Résumé:

    Depuis toute petite, Yawara Inokuma a été entraînée par son grand-père Jigorô Inokuma, un champion de judo, qui voit en elle une future star de la discipline. Mais contrairement aux attentes de son aïeul, la jeune fille ne rêve que de mode, d’amour, d’idol... Bref, elle n’aspire qu’à une vie d’adolescente ordinaire, loin des entraînements et des compétitions. Mais c’est sans compter son talent inné pour le judo, que son entourage ne lui permettra pas d’oublier...!

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Humour
    De son propre aveu, Naoki Urasawa nous livre ici son premier récit "grand public". Après des thrillers et des séries compliquées au possible, il s'essaye cette fois au manga "de base". Un manga sur une lycéenne super forte au Judo mais qui ne rêve que de n'être qu'une fille comme les autres.
    Un peu comme dans Jeanne et Serge, Naoki Urasawa s'amuse ici avec les codes du mangas de sports en les adaptants à une jeune fille qui veut faire tout SAUF du sport. Ses exploits sportifs sont donc uniquement un résultante de son envie de retrouver au plus vite ses copines ou de se débarrasser d'un entraînement épuisant pour passer à autre chose.
    On se retrouve donc avec un manga plus humoristique qu'autre chose avec des aspect sportifs très sympathiques. 
    Un vrai bon moment de détente qui change effectivement de ce que le maitre à l'habitude de faire.
    A voir si cela tient dans le temps mais pour l'instant c'est un bon manga de vacances. 

    poseidon2

    Young Justice T1

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Micheal Brian Bendis Dessinateur: John Timms,, Patrick Gleason Coloriste: John Timms,, Patrick Gleason Editeur: Urban Comics Note: 4.0
    Résumé:

    Suite à l'invasion de Metropolis par les forces de la dimension magique de Gemworld, une nouvelle équipe de jeunes héros se constitue. Red Robin, Impulse, Wonder Girl, Jinny Hex et Teen Lantern forment le groupe Young Justice ! Mais lorsque ces justiciers retrouvent Conner Kent, le clone de Superman, des souvenirs de vies et exploits passés leur reviennent en mémoire, et pour Young Justice, la véritable aventure commence ! Contenu vo : Young Justice #1-6.

    Type: Comic L'acheter sur BD fugue Genre: Super héros
    Nouvelle série (encore une ) de Bendis dans l'univers DC. Apres le très bon Naomi et le très très moyen Wonder Twins, j'ai pas mal hésité avant de me lancer dans ce Young Justice mais... les dessins m'ont convaincu. La très belle et innovante (pour du comics) couverture m'ont donné envie de voir le ton derrière cette série. Je pensais, en plus, que cette série plairait à mes enfants.
    Et j'ai bien fait de la lire.... pour moi 🙂 Pour mes enfants je serais plus sceptique. En effet sous ses dessins à la mode et sa bande de jeune, le scenario de Bendis sur retrouve lui etre assez compliqué. Il est bien plus compliqué que celui de Naomi par exemple (scenario avec pas mal de similitude d'ailleurs). En effet entre des héros inconnus, un monde magique à tendance Fantaisy, et des failles inter dimensionnelles, on est déjà à un niveau de complexité qui perdrait un gamin de 10 ans.
    Si on ajoute les deux personnages principaux qui sont des doubles de personnages très connus avec Tim Drake en tant que Robin (et non Damian le fils de Batman) et Conner Kent, le clone de Superman realisé par Luthor, en tant que Superboy (aucun lien avec le fils de Superman donc), on une histoire qui commence a être bien tordue pour des non connaisseurs de l'univers DC. Pour tout dire je l'ai commencé en soirée, puis reposée, puis re-comencée plus tranquillement. 
    Une fois cette "complexité" acceptée, cette aventure est plutot bien faite. On a un historique de tous les nouveaux personnages amené au fur et à mesure. Un nouveau monde très sympa et vraiment différents du notre, un mystère au tour d'une perte de mémoire collective pour les futurs volumes et une aventure qui, même si elle est un peu rapide, se finit sur un seul tome et est plutot plaisante.
    Un bon tome de lancement pour une série vraiment sympa mais pas forcement aussi enfantine que ne le laisse paraitre le titre de Young Justice.

    poseidon2

    TERRE T1

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Rodolphe Dessinateur: Christian Dubois Coloriste: Christian Dubois Editeur: Autres Editeurs/Auto editions Note: 4.0
    Résumé:

    Un récit de science-fiction haletant, dépaysant et poétique. Le nouveau cycle des aventures de Mandor, à la recherche de ses origines. En approche de la Terre, à bord d’une navette du vaisseau Jupiter, Mandor et ses compagnons explorent les environs et découvrent des éléments troublants : aucun signe d’activité humaine, une dent d’une taille gigantesque, et une faune monstrueuse qui manque de détruire le vaisseau... Les visiteurs devront choisir avec précaution le lieu de leur installation. Conscients que les ressources technologiques viendront bientôt à leur manquer, la petite communauté va devoir apprendre à vivre sans leurs outils évolués, pour réinventer une civilisation. Que s’est-il passé sur Terre depuis le départ du Jupiter ?

    Autres informations: Edition Daniel Maghen
    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Science Fiction
    Jeu de mot facile mais interessant, TERRE est bien la suite de TER. Mais la suite suffisamment directe pour que lire ce "tome 1" sans avoir lu les 3 autres soit vraiment compliqué tellement il manquera des références. Et une suite particulièrement réussie. Rodolphe réussi à donner un deuxième souffle à sa série via la découverte de cette planête. 
    A l'instar des séries de SF comme Aldebaran, cela lui permet de nous livrer une belle et intriguante exploration de la planête. Exploration pleine de faune et de flore étrange laissant libre court au talent de Christian Dubois qui nous en met encore plein les yeux sur ce tome.
    Cela lui permet aussi de distiller l'histoire de l'humanité depuis le départ de Jupiter... et de nous mettre le doute sur l'endroit exacte ou sont tombés les survivants du Jupiter. Un récit qui part vers de la SF compliquée à base de décalage spatio temporel... qui n'est pas sans me déplaire.
    Un super premier tome pour les fans de la première série. Attention quand meme à ne pas commencer par là, de peur de ne pas comprendre l'historique entre les personnages. Historique qui devrait ressortir rapidement dans le prochain tome car étonnament absent sur celui ci. 

    poseidon2

    Asadora t3

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Naoki Urasawa Dessinateur: Naoki Urasawa Editeur: Kana Note: 2.0
    Résumé:

    Naoki Urasawa est de retour chez Kana avec sa toute nouvelle série phare : Asadora ! Urasawa parvient à rendre palpitant le mélange a priori improbable du récit de la vie tumultueuse d'une jeune fille, démarrant en 1959, avec une histoire de monstre godzillesque attaquant le Japon de nos jours. C'est addictif dès les premières pages ! Avec ce récit, on entre à nouveau avec bonheur dans le cinéma d'Urasawa, comme on le ferait dans celui d'un Tarantino !

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Aventure
    Un coup pour rien. Enfin un tome pour rien. Oui oui. 
    Aussi étonnant que cela puisse paraitre chez Urasawa, ce tome ci ne sert... à rien.  Mais du tout. L'histoire n'avance pas et même pire, notre Asa est moins au premier plan que dans les tomes précédents. Elle qui faisait tout l’attrait de ce début de série, par son caractère bien trempée et sa vision un peu naïve du monde, elle est très en retrait pour laisser place au commencement de la "chasse au monstres".
    Là où s'est plus étonnant, c'est qu’Urasawa aurait largement pu entremêler les récits, entre l'aventure de la chasse au monstre et l'histoire des recherches sur le sujet. Et là il préfère lisser complètement le récit. Cela donne un côté très monotone à la lecture inhabituel chez lui.
    Au vu de la fin de tome, le prochain sera plus mouvementé ! De toute façon il était bien impossible qu'il le soit moins....

    poseidon2

    Harmony t6 : Metamorphose

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Reynes Dessinateur: Reynes Coloriste: Reynes Editeur: Dupuis Note: 4.5
    Résumé:

    Au milieu des débris, Azhel, le dieu déchu, se relève. Seul Richards a survécu tandis qu'Harmony a été ensevelie sous les décombres. Comment s'est produite l'explosion ? Quelques jours plus tôt, Eden et Payne avaient été kidnappés. Craignant à leur tour pour leur sécurité, Harmony, Mahopmaa et la louve Tala viennent s'installer chez Walter. Mais alors qu'Harmony cherche à rentrer en contact avec ses deux amis, Payne, dans sa cellule, pro-pulse son esprit dans une souris pour espionner le sort que ses ravisseurs réservent à Eden. Aidée de Chester, le fils de Walter, son nouvel ami, Harmony parviendra-t-elle à les délivrer ?

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Aventure
    Habituellement, je lis les BDs jeunesses surtout pour savoir si elles vont plaire à mes enfants ou surtout si elles sont adaptées à eux. En fait pour presque toutes les séries Jeunesse... sauf quelques-unes dont Harmony. C’est une des rares BDs jeunesses dont je guette même la sortie ! 
    Car cette série est excellente et le traitement choisit la rend en plus super intéressante... et permet de ne pas relire forcement le tome précédent. En effet ce choix de présenter, à chaque tome, le point de vue d'un des protagonistes sur une période de temps, puis de présenter, dans le tome d’après, le point de vue de l'autre côté, c'est super sympa. Ça permet de bien prendre le temps, de chaque côté, de construire une histoire cohérente. Cela permet aussi de se replonger très vite dans l'album car on parle d'une situation déjà entrevue.
    Et ce tome 6 ne fait pas exception. On se demandait, après le tome 5, comment Payne s'était transformé et comment Harmony était arrivé là. On à la réponse dans ce tome 6 et même un peu plus. En plus de découvrir le sauvetage, on en apprend plus sur l’histoire de ce peuple via les connaissances de la société secrète qui garde Harmony.
    Un tome 6 dense en informations, des personnages qui évoluent et un combat dantesque à venir... tout bon pour ce tome 6 et tout bon sur toute la ligne pour cette série  !!

    poseidon2

    Batman : Joker War T1

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: James Tynion IV Dessinateur: Collectif Coloriste: Collectif Editeur: Urban Comics Note: 4.0
    Résumé:

    À présent que la ville de Gotham est libérée du joug de Bane, Batman et Catwoman ont décidé de s'associer pour rendre la justice dans la ville déchue. Mais une affaire ancienne qui a impliqué la féline cambrioleuse et les plus grands ennemis du Chevalier Noir menace de refaire surface quand le Designer, un super-vilain oublié, fait sa réapparition. Selina va devoir faire un choix entre ses anciennes et ses nouvelles relations.

    Type: Comic L'acheter sur BD fugue Genre: Super héros
    Tom King est parti, vive James Tynion IV ! 
    Et vive Batman. Vive Le detective. C'est ca surtout qui ressort de ce premier tome avec  James Tynion IV aux manettes. J'ai eu l'impression de retrouver un Batman "l'ancienne". Ici pas de fin de monde, pas de multivers, pas de Joker qui rit, pas de magie noir, pas de bat family innombrable... Non juste une bonne vieille conspiration contre Batou.
    Alors certes une vraie grosse conspiration qui va jusqu'à vouloir prendre tout l'argent de Bruce Wayne. Mais une conspiration intelligente, une histoire "crédible" et des rebondissement pas trop prévus à l'avance. Un vrai Batman. Un Batman en plein doute supportée uniquement par une belle Catwoman.
    Pas besoin de connaissance autre que savoir qui sont : Le Joker, Le sphinx, le Pingouin et Catwoman. Pour le reste il suffit de se laisser porter par l'histoire. Histoire qui finira dans le prochain tome qui s'annonce excellent apres la belle introduction que l'on vient de finir. 
    Du DC simple comme ca et superbement bien illustré, j'en re-demande !

    poseidon2

    Atchoum!

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Naoki Urasawa Dessinateur: Naoki Urasawa Editeur: Kana Note: 3.0
    Résumé:

    Huit histoires courtes de Naoki Urasawa sont compilées dans ce recueil récemment paru au Japon. Le volume est introduit par une définition toute personnelle de l’éternuement par l’auteur, ce qui explique aussi le titre incongru du recueil. [Éternuement] S’échappe de manière impromptue. Désigne les histoires courtes, par opposition aux histoires longues sérialisées. Déforme temporairement tout visage, même celui des plus belles femmes.

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Indefini
    Kana nous propose 8 histoires courtes sorties dans different médias au Japon. 8 histoires écrites par le maitre Urasawa. 
    Et on reconnait bien la le talent du monsieur. Les deux premières histoires sont prenantes dès le début et il reussit à nous livrer deux recits globalement assez intenses malgré leur brièveté. Mention toute particulière la géniale histoire sur le voyant !
    Par contre si c'est le cas de 4 histoires sur 8, les autres sont quand meme beaucoup moins interessantes. Alors oui, on decouvre la passion de Urasawa pour la musique sur 3 d'entre elle mais c'est difficile à lire et que peut intéressant pour un "profane".
    Ne me considerant pas comme un fan absolu (d'aucunn auteur de manga en fait :p), j'avoue que ces histoires la m'ont ennuyées.
    Avec 50% d'histoires vraimengt sympa, ce recueil est donc à réserver aux fans absolus du maitre. ceux qui veulent avoir l'intégrale de la collection.
    Les autres s'en passeront sans aucn problème. 

    The_PoP
    Scenariste: G. Willow Wilson Dessinateur: Christian Ward Editeur: Hi-Comics Note: 4.0
    Résumé:

    L'épopée de deux jeunes femmes dans une galaxie lointaine. Vess est une jeune initiée de la Renonciation, dévorée par une passion brûlante et une foi inébranlable. Pilote de fret aguerrie au service de la méga-corporation Lux, Grix est son antithèse. Elle trace sa route de planète en planète, épaulée par un équipage téméraire. Tout chavire quand Vess et Grix tombent sur une information explosive... Cette découverte fait chanceler les fondations de leur univers. Réunies par le hasard, elles doivent faire un choix : suivre le sentier auquel elles étaient destinées, ou s'en forger un tout nouveau.

    Autres informations: Eisner Award 2020 Nouvelle Série - Eisner Award 2020 Meilleur artiste numérique
    Type: Comic L'acheter sur BD fugue Genre: Science Fiction
    Bon forcément quand un comics de science fiction nous arrive avec l'étiquette du prix Eisner de la meilleure nouvelle série 2020, on l'attend un peu au tournant. Surtout quand en plus le travail du dessinateur, Christian Ward est en plus couvert d'éloges sur cet ouvrage. 
    Les deux auteurs étaient jusqu'ici connus en France par les amateurs pour leurs contributions à l'univers Marvel. 
    Force est de constater que cette série mérite notre intérêt. Moins créative à priori que Saga, elle n'en propose pas moins un univers original, cohérent, et des personnages Ô combien consistants. Ce premier tome nous lance dans une aventure presque dès l'entame et ne nous lâche pas avant la dernière page. J'ai encore un peu de mal à imaginer les répercussions des révélations faites sur cet opus et comment cela va s'articuler autour de l'univers créé, mais il faut bien constater un point : la critique acerbe de notre société actuelle fait mouche. Et plutôt deux fois qu'une, alors on pardonnera facilement à ce premier tome de peut être manquer un peu d'ampleur au niveau du scénario, privilégiant le rythme et l'action. 
    La partie graphique est pour moi plus contrastée, parce que de prime abord, je n'ai pas aimé le dessin. Puis pages après pages, je me suis habitué, et sans finir subjugué, il faut reconnaitre qu'il y a la la patte d'un artiste. Cela vous plaira ou non, mais vous ne l'avez pas déjà vu 100 fois, et c'est suffisamment intéressant pour être souligné, notamment venant d'un ancien de chez Marvel. Chapeau donc, d'autant que je ne doute pas que si moi j'ai eu parfois du mal à rentrer dans cet univers graphique, certains vont littéralement adorer. 
    Attendons donc le prochain tome au tournant mais ne vous privez pas de découvrir ce comics proposé par Hi Comics, dont je salue une nouvelle fois le flair et le travail d'édition. 

    alx23

    Luminary tome 2 - Black power

    Par alx23, dans Critiques

    Scenariste: Luc Brunschwig Dessinateur: Stéphane Perger Coloriste: Stéphane Perger Editeur: Glenat Note: 5.0
    Résumé:

    Une lumière s'est éteinte. Un feu s'est déclenché. En accusant à tort Gabriel King - et par extension les Black Panthers - d'avoir commis l'attentat ayant ravagé la clinique polytraumatique située à Manhattan, le gouvernement américain a allumé l'étincelle d'un immense feu de révolte. Les communautés racistes n'hésitent plus à s'exposer au grand jour et enclenchent un processus de lynchage généralisé sur la population noire. C'est dans les états du Sud que les troubles sont les plus marqués et Billy, malgré la protection que lui offrent ses capacités de communications avec les animaux, est l'une des victimes de ces comportements agressifs et furieux. À Washington, pour faire face à cette escalade de violence, le commandant Greenwood recommande au Président Carter d'user des pouvoirs offerts aux spécimens issus du projet Shamash afin de stabiliser la situation. Car, même si Darby a perdu l'intégralité de ses capacités extraordinaires, Mila, elle, paraît tout à fait encline à mettre sa puissance au service de l'État.

    Type: Comic L'acheter sur BD fugue Genre: Super héros
    Alors que je ne lis que très peu d’albums de super-héros mais on m’avait fortement conseillé la lecture de Luminary. A la fin du premier tome on apprenait dans les bonus que ce titre était un hommage à Photonik, un super-héros français des années 80. Je ne connais pas mais Luc Brunschwig explique qu’il a pris beaucoup de libertés scénaristiques par rapport à l’œuvre originale. Le premier tome introduisait les trois personnages principaux ainsi que leur pouvoir mais d’autres personnages secondaires prennent plus d’importance dans cette suite. Luc Brunschwig nous donne quelques informations sur le passé de ces personnages pour comprendre la situation. Dans ce nouvel épisode, le climat politique est tendu comme les autorités accusent les membres des blacks panthers d’être les commanditaires des récents attentats. Les extrémistes racistes profitent de la situation pour lâcher toute leur haine et violence dans les villes du sud des Etats-Unis.  Les super-héros vont être sur le devant de la scène avec leur apparition devant le public. Les dessins de Stéphane Perger sont magnifiques pour dépeindre l’action. La mise en scène et le découpage des planches sont parfaits. 
    Je recommande la lecture de cette série qui démarre très fort avec deux excellents tomes. De plus, le format plus grand d’un comics nous permet de profiter des dessins de Stéphane Perger.

  • Qui est en ligne   0 membre, 0 anonyme, 35 invités (Afficher la liste complète)

    Il n’y a aucun utilisateur enregistré actuellement en ligne

  • Inscription

    Inscrivez vous gratuitement

  • Chatbox

    You don't have permission to chat.
    Load More
  • Dernières Critiques

    • Alicia - Prima Ballerina Assoluta
      Note :
      Il va falloir que j'arrête de dire du bien des parutions Rue de Sèvres où vous allez me taxer de partialité. 

      Mais il faut bien reconnaitre qu'ils font du super boulot. Ce Alicia, j'aurais pu passer quinze fois devant sans jamais le prendre, le thème du Ballet me laisse plutôt indifférent et la couverture et le format graphique me laissait à penser à une oeuvre centrée là dessus.

       

      Sauf que ce Alicia est bien plus que cela. Car à travers une biographie romancée d'une fabuleuse danseuse de ballet cubain, c'est toute un pan de la vie cubaine qui nous est raconté. En choisissant très justement de porter son histoire non pas simplement sur le portrait d'Alicia mais aussi sur le parcours de jeunes et de familles actuelles, les auteurs ont fait un pari gagnant. 

      J'ai eu la chance d'aller à Cuba il y a quelques années, un petit peu en immersion et assez loin de la carte postale de tourisme servie habituellement, et j'ai retrouvé ce Cuba qui n'a cessé de me désorienter et de me questionner. A travers une histoire, celle de la Prima Ballerina Assoluta Alicia, on découvre l'Histoire de Cuba de ses dernières années, puis les histoires de jeunes cubaines. 

      Le dessin tout en finesse et la mise en couleur plein de douceur de cet album ont magnifié l'intelligence du propos, qui entre féminisme engagé, portrait de femme surprenante et loin des clichés, et jeunesse impatiente nous livre une galerie d'histoires et de personnages sublimes.

       

      Si vous êtes déjà allé à Cuba je ne peux que vous conseiller cette oeuvre qui livre une vision sans manichéisme de ce Pays au destin hors du commun. Si vous n'y êtes jamais allé, laissez vous tenter par cette BD, elle ne vous renverra probablement pas le même écho, mais qui sait, elle vous donnera peut être l'envie d'aller approfondir cette découverte.
      • 0 réponse
    • Jeremiah Johnson - Chapitre 2
      Note :
      Le tome 1 de cette biographie de Jeremiah Johnson m'avait laissé sur une déception et ne tournons pas autour du pot trop longtemps ce second tome confirme malheureusement mon impression sur cette série. 

      Entendons nous tout de suite, c'est très loin d'être mauvais et globalement la note reflète celle d'une série correcte de western sous forme de biographie. Et c'est probablement déjà bien. 

       

      Mais il y avait matière à faire tellement mieux que je ne peux m'empêcher de penser que Soleil est passé à côté de son sujet car les auteurs sont tout de même loin d'être des inconnus. Jean Pierre Pecau et Fred Duval au scénario c'est quand même sensé être du très haut niveau, de même Jack Jadson qui nous vient de l'univers comics et notamment de la galaxy Marvel ce n'est pas un nouveau venu. Hors il y a je trouve plusieurs carences problématiques sur cette série. Tout d'abord le dessin n'a pas vraiment fonctionné sur moi, parfois beau, parfois anecdotique, parfois dur à appréhender, le traitement des émotions sur les visages m'a laissé de marbre. Et il faut dire à sa décharge que le scénario concocté sur la base de l'histoire réelle de Jeremiah Johnson n'a pas aidé le dessinateur. C'est simple : le personnage de Jeremiah n'existe pas à travers toute la bd qu'il traverse comme une ombre vengeresse. Seuls les trop rares personnages secondaires apportent un peu d'intérêt mais c'est bien trop peu. Cette histoire ou bd nous laisse indifférent, et c'est bien ça le drame, vu la matière première extraordinaire que nos auteurs avaient sous la main.

       

      Dommage. Jeremiah Johnson est loin d'être une mauvaise BD, mais au cinéma, là où beaucoup se rappellent du Jeremiah Johnson  de Sydney Pollack, en BD ce western là ne nous laissera guère de souvenirs. 
      • 0 réponse

    • Otaku otaku tome 9
      Note :
      A l’instar de la voie du tablier, Otaku Otaku se compose de scénettes mettant en scène le quotidien de 4 adultes tous travaillant dans la même société et tous otaku.

      Il y a ceux qui sont à fond sur les jeux vidéo, celles fans de boys love et celle qui aime le cosplay. La série nous montre des situations du quotidien, des petites anecdotes, comment ils jonglent entre le monde du travail et leurs passions, comment ils assument ou non leur hobby.

      L’auteur ne fait aucun jugement, il n’y a pas non plus de critiques de la société, pas de combat à mener ! Quelques thèmes sur le couple, la vie à deux, la concession sont quand même abordés mais de façon légère, sans plomber le rythme du manga.

      Elle décrit avec humour la vie de ses personnages, de leurs interactions avec l’entourage. On ne se trouve pas dans la caricature de l’otaku, ce sont juste des tranches de vie avec des personnages qui vivent leur passion. C’est rafraichissant, agréable à lire, sans prise de tête, un bon moment de détente.
      • 0 réponse
    • Panorama
      Note :
      Les éditions Delirium débutent la publication des titres de Michel Fiffe, un auteur américain de comics de la culture underground. Avec ce titre je viens de découvrir un nouveau genre, nommé le body-horror. Ce terme est bien explicite et donne une bonne idée de ce qui va nous attendre dans Panorama. L'introduction, nous plonge dans le vif du sujet avec un jeune homme qui après avoir fait une chute vertigineuse croise une bande de trois jeunes. Dès l'affrontement on prend pleinement conscience du genre avec le cops du héros qui ne déforme, se transforme, s'allonge pour combattre les trois adversaires. La première impression est de voir le corps du héros se liquéfier sur le sol, c'est assez dingue. Le trait de Michel Fiffe met bien évidemment très en avant ces métamorphoses spectaculaires avec son style graphique très nerveux. Les dessins sont en noir et blanc pour les 3/4 de l'album dans un style se rapprochant des plus grands dessinateurs de la scène comics. Progressivement on comprend que le héros subit les changements de son corps à cause de son anxiété. Il est évident que ce titre réserve beaucoup de surprises du début à la fin et ne laisse pas indifférent le lecteur. 

      Panorama est visuellement spectaculaire mais possède aussi une histoire assez folle et originale à souhait. Les éditions Délirium annoncent en fin d'album la parution prochainement de Copra l'œuvre culte de cet auteur sur des super-héros. Je ne manquerai pas cette prochaine sortie.
       
      • 0 réponse
    • L'appel des montagnes tome 1
      Note :
      Voici un manga fait pour ceux qui aiment la randonnée, la montagne ou les 2 à la fois. L’histoire se déroule à l’université de Santama, comme il est habituel au Japon, les étudiants rejoignent des clubs dès leur 1ere année, il y a d’ailleurs des journées de recrutement très animées. L’existence d’un club dépendant de son nombre de membres (pour avoir des subventions, des locaux, du matériel) il faut donc convaincre les nouveaux arrivants.

      Les 3 membres actuels, fans d’alpinisme prêts à affronter les sommets les plus dangereux, vont devoir convaincre 3 jeunes filles complétement novices en la matière et absolument pas sportives, sans les effrayer ni les décourager.

      Le livre entrecoupe des moments d’escalade avec la passion qui anime les alpinistes et des astuces et conseils pour les débutants : comment choisir son matériel, comment l’entretenir. Il y a également quelques passages un peu plus historiques sur la conquête des sommets !

      C’est une lecture fluide entre passion et humour où l’on ressent l’appel de la nature. Une bonne distraction avec de beaux dessins de paysages et aussi quelques photos.
      • 0 réponse
×
×
  • Créer...